Version classiqueVersion mobile

Archéologie de sauvetage 5

 | 
Alain Ichon
, 
Rita Grignon

2ème Partie : Chirramos

2ème Partie : Chirramos

Texte intégral

1Le site archéologique de Chirramos occupe la rive droite du río Chixoy, à peu près en face de l’aldea du même nom, à 5 km en aval du confluent du río Chibalam qui marque la limite de la zone de retenue du barrage. C’est donc l’un des sites les plus en amont dans notre zone d’étude ; nous ne trouverons plus ensuite que deux petits centres postclassiques : Patuy et El Cebollal. Situé à quelques mètres au-dessus du niveau de fonctionnement du barrage, le centre cérémoniel ne sera pas noyé ; néanmoins une opération de sauvetage était urgente, car une fouille clandestine, dont nous constations les progrès d’une année à l’autre, avait déjà détruit en grande partie la structure principale. Les coordonnées du centre cérémoniel sont les suivantes : 90° 41’ Ouest – 15° 12’ Nord (coordonnées rectangulaires : 747750 – 682350 sur la carte au 1/50.000ème Los Pajales).

2Chirramos fut visité en 1979 par l’équipe de reconnaissance, qui en dressa le plan et effectua un puits stratigraphique (au pied du monticule principal) et une collecte de surface. Elle conclut à l’existence probable de deux phases d’occupation, sans dater celles-ci.

3En avril 1979, nous entreprenions une visite générale des sites en amont de Cauinal avec J.P. Courau et R. Grignon. Ce bref passage à Chirramos, et un autre en janvier 1980, nous permirent d’étoffer l’échantillon céramique, dans lequel on notait quelques rares tessons datant apparemment du Protoclassique ou du Classique ancien, la majorité des tessons étant par ailleurs typiques du Préclassique et du Classique tardif.

4Les résultats de ces trois reconnaissances, ainsi que l’existence d’un centre postclassique, la Capilla (de Chirramos), un peu en aval du village, soulignaient l’intérêt du site, bien que le centre cérémoniel parût d’une architecture plutôt fruste et dans un très mauvais état de conservation.

5Le site de Chirramos comprend un petit centre cérémoniel, le groupe A, sur la rive sud du rio, et plusieurs ensembles d’habitat qui s’étendent sur les deux rives, mais surtout au sud du fleuve. Le groupe A s’est installé sur une terrasse alluviale à peu près plane, la plus vaste de la zone ; les groupes d’habitation, eux, ont dû occuper les parties plus pentues séparées de la terrasse principale par des ravins encaissés. Le Chixoy coule en limite de deux systèmes montagneux : la sierra de Chuacús au sud, avec les hauteurs de Chumaj et de Chiubub (un chemin très rude permet de gagner la crête, à 1600 m d’altitude, et de là Cubulco, à 5 heures de marche) ; et le massif de Chimiagua au nord, dont les pentes impressionnantes culminent à plus de 2600 m (fig. 45). En face du site, ces pentes sont de serpentine, alors qu’au sud du río le calcaire domine.

6Deux chemins longent le fleuve : sur la rive nord vers Patuy et la quebrada Chitac : sur la rive sud vers El Cebollal. De l’aldea Chirramos vers le nord, il n’y a que des pistes peu fréquentées menant au Chimiagua – les habitants y cultivent des milpas – ou à Los Cimientos Calá, à 5 heures de marche.

7La terrasse naturelle sur laquelle a été édifié le centre cérémoniel domine le río d’une trentaine de mètres. Le groupe A n’en occupe que la partie centrale, laissant à l’est et à l’ouest deux vastes zones planes qui pouvaient être occupées par des habitations. Vers l’ouest, cette terrasse est limitée par une profonde coupure, la quebrada Cuyucabaj, alors qu’elle descend en pente plus douce vers l’est et se transforme en une terrasse étroite sur laquelle nous n’avons pas relevé de vestiges d’occupation. Plus en aval encore, une quebrada encaissée isole le groupe d’habitat du lieudit Cerco de piedras ou Chiubub (nous avons adopté ce dernier nom). À l’ouest de la quebrada Cuyucabaj, les pentes de Chumaj sont occupées dans leur partie basse par quelques groupes d’habitations assez dispersées, alors que la vaste terrasse, ici à un niveau plus bas – une dizaine de m au-dessus du río – ne semble avoir été que très peu utilisée, sans doute par crainte des inondations.

Fig. 44 – Plan d’ensemble du site de Chirramos : centre cérémoniel et groupes d’habitat.

Fig. 44 – Plan d’ensemble du site de Chirramos : centre cérémoniel et groupes d’habitat.

8Les ensembles d’habitation comprenaient aussi plusieurs groupes sur la rive nord du río, mais cette zone comporte peu de terrasses alluviales et se prête donc moins à l’habitat. Deux zones d’occupation ont cependant été relevées l’une, C, en face de Chumaj, l’autre à l’emplacement de l’aldea actuelle.

9Le choix du site de Chirramos pour notre campagne de fouilles 1981 s’imposait pour plusieurs raisons.

10Tout d’abord, il s’agit d’un centre cérémoniel moyen comprenant une dizaine de monticules, d’une dimension qui nous permet donc d’envisager une fouille complète de toutes les structures dans le délai de deux mois impartis. Notre objectif est en effet d’étudier, avant 1983, date de la mise en eau du barrage, si possible tous les centres de quelque importance, à l’exception des sites postclassiques : ceux-ci, très nombreux, risquent de fournir peu de données nouvelles après nos travaux à Pueblo Viejo-Chixoy, Cauinal et El Jocote ; nous avons pu constater en effet la grande homogénéité des centres politico-religieux postclassiques.

11Une deuxième raison, très matérielle, de notre choix consistait en la dégradation des structures, en particulier de la pyramide A-1, qui était en cours de pillage.

12Enfin, et surtout, les données de la reconnaissance étaient spécialement encourageantes, puisque nous avions la preuve certaine de deux périodes d’occupation – Préclassique, Classique tardif – et de sérieuses présomptions pour le Classique ancien qui, si elles se vérifiaient, pouvaient enfin nous donner la séquence continue que nous cherchions en vain dans la vallée depuis 4 ans.

13Nos hypothèses de travail en commençant les fouilles de Chirramos étaient en résumé les suivantes :

  1. une occupation continue du Préclassique (tardif ?) au Classique tardif, avec une phase Classique ancien (et peut-être Protoclassique) bien développée, non seulement dans les sépultures, comme à Los Encuentros, mais dans l’architecture et dans la céramique ;

  2. la possibilité d’une-phase épiclassique, difficile à déceler à priori, mais qui pourrait se révéler dans les tombes ou une évolution de l’architecture du Classique tardif ;

  3. l’abandon total du site au Postclassique, correspondant à la construction d’un nouveau centre cérémoniel à la Capilla de Chirramos. Il est postulé, en accord avec ce que nous savons des sites postclassiques de la vallée situés en aval, que les traces d’une occupation postclassique au sud du río doivent être inexistantes, ou très rares ;

  4. une évolution concomitante des ensembles d’habitation, qui doivent rester associés au centre cérémoniel et se transporter du sud au nord du río selon l’implantation du centre cérémoniel.

Fig. 45 Le groupe A, vu d’hélicoptère (b), ou du chemin montant à Cubulco (a et c).

Fig. 45 Le groupe A, vu d’hélicoptère (b), ou du chemin montant à Cubulco (a et c).

Table des illustrations

Titre Fig. 44 – Plan d’ensemble du site de Chirramos : centre cérémoniel et groupes d’habitat.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8473/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre Fig. 45 Le groupe A, vu d’hélicoptère (b), ou du chemin montant à Cubulco (a et c).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8473/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 319k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search