Version classiqueVersion mobile

Archéologie de sauvetage 5

 | 
Alain Ichon
, 
Rita Grignon

1ère Partie : San Juan Las Vegas

Chapitre II. Le matériel

Texte intégral

CERAMIQUE

1 – Classique tardif

a/ Bols à offrande

1On peut distinguer deux types :

– Bol fruste en calotte (Fig. 33)

2Le bol 1/4 provient de la sépulture collective de A-1 ; incomplet, il contenait des ossements brûlés.

3Le bol est ouvert en calotte, avec une base aplatie, une lèvre en méplat horizontal. La facture est grossière, la surface brun naturel sommairement lissée, avec des taches de feu. Quelques taches d’un pigment orange, irrégulières, à l’intérieur et à l’extérieur.

4Diam. = 19,2 h = 8,6 cm.

– Petits bols à intérieur rouge (Fig. 33b)

5Nous disposons de plusieurs exemplaires plus ou moins complets ; 4 proviennent de la tombe de A-4 (J/7, 12, 14 et 16) et un du centre du jeu de balle (W/1).

6Le petit bol ouvert J/7 a une base plane, très irrégulière, des parois rectilignes, un bord épaissi, une lèvre plane. La surface brun-rouge naturel est laissée brute, à l’exception d’une zone lissée sur le bord extérieur. L’intérieur et la lèvre sont peints d’un rouge-orange.

7Dimensions : diam. = 12 cm, h = 5,1 cm. Les autres bols ont de 12 à 17 cm de diamètre.

b/ Petit bol à fond plat et 2 anses (Fig 33c)

8Ce petit bol incomplet, T/1, qui provient de l’ouest du jeu de balle, de forme très commune au Classique tardif, n’a d’extraordinaire que ses dimensions réduites.

9Le fond est plat, les parois évasées, le bord direct légèrement épaissi. Il y a 2 anses en ruban épais au milieu de la paroi.

10La poterie était, à l’exception de la base, entièrement engobée d’un brun foncé (5YR-4/2) moyennement poli.

11Dimensions : diam. = 14,7 cm, h = 7 cm.

c/ Petit bol fermé brun (Fig. 33d)

12L’une des 3 poteries de la sépulture collective (I/2).

13C’est un petit bol (presque miniature), globulaire, dont le bord se relève à la verticale. La surface brun clair à brun noir, de la couleur de l’argile, est entièrement lissée, atteignant un léger poli.

14Dimensions : diam. = 7,5 cm (ouverture), h = 7 cm.

d/ Jarre globulaire à 4 anses (Fig. 34)

15Cette poterie, H/1, provient du “bloc” sud de la str. A-4. Elle contenait le squelette, sans tête, d’un jaguar.

16C’est une olla globulaire à col large et court, de parois concaves, dotée de 4 anses sur le haut de la panse et décorée de 4 pastilles entre les anses ; ces pastilles portent 3 impressions de doigt.

17L’argile brun clair est lissée à l’extérieur ; les anses, le haut de la panse, le col et la lèvre sont engobés d’un rouge-orange très irrégulier.

18Dimensions : diam. maximum = 25,5 cm h = 23 cm.

Fig. 33 Céramique commune du Classique tardif : a et d/sépulture collective, b/tombe de A-4. c/jeu de balle, e/place cérémonielle.

Fig. 33 Céramique commune du Classique tardif : a et d/sépulture collective, b/tombe de A-4. c/jeu de balle, e/place cérémonielle.

Fig. 34 – Jarre globulaire contenant le squelette acéphale d’un jaguar (str. A-4).

Fig. 34 – Jarre globulaire contenant le squelette acéphale d’un jaguar (str. A-4).

e/ Vase cylindrique brun à décor incisé (Q/l, Fig. 33e)

19Trouvé sur la place cérémonielle, au niveau du sol.

20C’est un cylindre presque parfait, dont la base est imperceptiblement convexe. La pièce, très érodée, garde des traces de polissage. L’argile brun clair micacée (7.5YR-6/4) a de grandes taches de feu sur la base et la partie inférieure.

21Le décor peu soigné est fait par incisions profondes dans l’argile molle. Trois bandes, limitées par des lignes circonférentielles, contiennent un motif de tresse à 2 brins. La largeur de la bande centrale varie de 1,7 à 2,5 cm, ce qui souligne l’irrégularité du décor.

22Dimensions : diam. = 12 cm, h = 15,6 cm.

f/ Gobelet rouge hématite sur brun naturel (Fig. 35a)

23Cette poterie, W/2, provient du centre du jeu de balle.

24C’est un petit vase cylindrique à bord éversé formant bourrelet ; le fond est très légèrement convexe. Argile brun clair engobée de rouge hématite (5R.-4/8) sur l’extérieur – sauf la base – et l’intérieur du bord. Le polissage est moyen, la facture peu régulière.

25Dimensions : diam. = 10,2 cm, h = 12,2 cm.

g/ Vase cylindrique à décor rouge sur brun naturel (Fig. 35b)

26Cette offrande (T/2) était déposée dans l’angle nord-ouest du jeu de balle.

27Le bord est légèrement éversé, la lèvre amincie-arrondie. Argile brune (7.5YR-5/4 à 6/4) et décor rouge à fines inclusions micacées (5R-4/8) sur l’extérieur et le bord intérieur. Des bandes horizontales et verticales délimitent une zone supérieure, décorée d’une série de ronds et de bâtonnets, et 4 zones inférieures, chacune décorée d’un ovale orange. La facture est très libre ; la poterie a été sommairement polie après décoration et alors que le pigment n’était pas encore parfaitement sec, ce qui a provoqué par endroits des bavures.

28Dimensions : diam. = 11,6 cm, h = 14,5 cm.

h/ Bol ouvert tripode à décor rouge sur brun naturel (Fig. 35c)

29C’est l’une des 3 offrandes (I/3) de la sépulture collective.

30Le bol est bas – proche du plat –, à base très légèrement convexe, à lèvre amincie-arrondie. La trace des 3 supports, qui ont été détachés, est bien visible sur la base ; ils devaient être coniques et pleins.

31Argile brun clair, décor intérieur et extérieur rouge micacé sur brun naturel. Le polissage a été fait après application du décor ; celui-ci comprend à l’extérieur 3 panneaux, délimités par des bandes horizontales et verticales, contenant un ovale allongé ; intérieurement, le même décor sur les parois, et dans le fond un grand X délimitant 4 zones décorées d’un motif en E.

32Dimensions : diam. = 20 cm, h = 6,2 cm.

i/ Bol en calotte à moulure basale, décor rouge sur brun naturel (Fig. 35d)

33C’est l’un des bols incomplets (U/1) de la cache découverte en haut de l’escalier de la pyramide principale.

34Le type (du groupe Ruano) est très commun, mais la forme de la base aplatie, est exceptionnelle. La moulure anguleuse est basse, décorée de 3 pastilles allongées. La peinture rouge couvre seulement les deux bords (intérieur et extérieur) et la lèvre.

35Dimensions : diam. = 18,5 cm ; h = 6 cm.

j/ Bol en calotte à base annulaire et moulure latérale (Fig. 35e)

36Il provient de la même cache (U/1). C’est le bol en calotte classique, à base annulaire évasée, lèvre amincie, moulure irrégulière à peine marquée à 2 cm du bord. L’argile brune est polie à l’intérieur, simplement lissée et rugueuse à l’extérieur.

37Le décor, rouge à fines inclusions micacées, couvre le bord intérieur et la lèvre, mais non le bord extérieur ; quelques coups de pinceau et des taches, dont certaines peut-être accidentelles, à l’extérieur, sur l’un des côtés du bol.

38Dimensions : diam. = 16 cm, h = 7,5 cm.

39Plusieurs bols du même groupe Ruano, plus ou moins complets, proviennent des str. A-1, A-2 et A-4. Les différences, minimes dans la forme, portent surtout sur la partie peinte en rouge, qui couvre en général l’intérieur et l’extérieur du bord. Le diamètre varie de 16 à 22 cm.

Fig. 35 – Poteries du groupe Ruano à décor rouge sur brun naturel. a et b/vases cylindriques. c/bol ouvert tripode. d/à fond plat, e/à base annulaire.

Fig. 35 – Poteries du groupe Ruano à décor rouge sur brun naturel. a et b/vases cylindriques. c/bol ouvert tripode. d/à fond plat, e/à base annulaire.

k/ Les encensoirs

40Nous distinguerons les encensoirs à manche et les grands encensoirs, qui peuvent être eux-mêmes de divers types.

1 – Encensoirs à manche

41On peut les classer en 3 types, selon la forme du manche, qui est toujours plein et de section plus ou moins circulaire.

42– Manche rectiligne à extrémité recourbée “en crochet” (Fig. 36a).

43Nous disposons de 3 exemplaires. Les dimensions sont très proches : longueur = 16 cm, diam. max. = 3,5 cm (pour le manche ; la forme exacte du bol est inconnue, bien qu’il s’agisse certainement d’un bol en calotte simple).

44L’argile brune n’est pas engobée.

45– Manche à extrémité modelée représentant une main (Fig. 36b).

46Un seul exemplaire. Le manche cylindrique s’élargit au-delà d’un bracelet simple, pour représenter une main dont les doigts sont indiqués par des rainures profondes ; le pouce manque.

47– Manche en forme de boucle, décoré d’une tête d’oiseau (Fig. 36c).

48Un exemplaire entier de ce type, assez commun dans la vallée, a été décrit et illustré dans notre publication sur Los Encuentros (Ichon et Hatch 1982 : fig. 76). L’exemplaire N/1 de San Juan provient de la str. A-4 ; plusieurs autres fragments ont été trouvés dans le groupe cérémoniel, et un dans le groupe d’habitat E.

49N/1 est identique à l’encensoir de Los Encuentros, aux dimensions près : longueur du manche = 16 cm, diam. = 2,8 cm. Les yeux de l’oiseau sont indiqués par 2 pastilles ; il n’y a aucune trace de peinture rouge.

Fig. 36 – Encensoirs à manche, a/à extrémité recourbée, b/en forme de main, c/en boucle décorée d’une tête d’oiseau.

Fig. 36 – Encensoirs à manche, a/à extrémité recourbée, b/en forme de main, c/en boucle décorée d’une tête d’oiseau.

2 – Encensoirs à “dents" et encensoirs cylindriques à effigie (Fig. 42)

50Le type d’encensoir simple, en forme de grand bol ouvert à fond plat, parfois doté d’anses, a été décrit dans nos précédentes publications (sur El Jocote, 1981 : 85, fig. 100 ; sur Los Encuentros, 1982 : 167). Il est moins commun à San Juan que le grand encensoir à effigie de dieu solaire.

51L’exemplaire H/6 (fig. 37a) provient de la cache trouvée au pied du “bloc” sud de la str. A-4. Le bol a dû être détaché d’un piédestal. Le bord est peint en rouge.

52Un autre type de grand encensoir allie l’encensoir à effigie de forme cylindrique – la représentation du dieu en 3 dimensions étant appliquée sur le cylindre creux – et le bol à “dents” : nous en avons un exemplaire complet à Chitomax, qui représente un jaguar (voir plus loin fig. 105) ; le récipient, qui contient diverses offrandes, est un bol à “dents” que l’animal tient entre ses pattes.

53Ce type d’encensoir cylindrique n’est représenté à San Juan que par un grand fragment provenant de la str. A-2 (à l’extérieur), qui nous montre la jonction entre cylindre et bol à “dents”, sur lequel s’appuie la jambe pliée du personnage (fig. 37b).

3 – Encensoirs à effigie (Fig. 38 et 39)

54Ils sont eux-mêmes de deux types.

55a/ L’effigie de divinité (humaine, animale, composite), tridimensionnelle, est un cylindre creux, ouvert vers le bas, sur lequel sont appliqués les détails du corps et des vêtements. Le personnage peut tenir entre ses jambes un encensoir du premier type, en forme de bol à “dents” : c’est le cas de l’encensoir-jaguar de Chitomax, ou du fragment provenant de la str. A-2 de San Juan ; ou bien il est simplement assis en tailleur, sans récipient.

Fig. 37 Encensoirs à dents, a/simple. b/à effigie.

Fig. 37 Encensoirs à dents, a/simple. b/à effigie.

56La cache de la str. A-4 contenait un encensoir cylindrique (H/3, fig. 39c) dont il ne manque que la tête ; il est très mal cuit et d’une fragilité extrême. Bien qu’il n’ait pu être restauré, on voit qu’il s’agit d’un personnage assis en tailleur, richement vêtu : collier et pendentif, longue écharpe nouée dont les brins retombent jusqu’à la ceinture, ornements d’oreille en forme de disques démesurés, dont l’élément central a disparu. Les deux mains, symétriques, ont 3 doigts repliés, le pouce et le petit doigt tendus faisant le signe vulgairement appelé “les cornes”. La poterie est d’aspect crayeux, avec des traces de peinture rouge. La hauteur totale, sans la tête, est proche de 25 cm.

57b/ Dans le type le plus commun, le corps de l’encensoir, qui peut être lui-même en sablier ou en forme de grand récipient à fond plat, supporte d’un côté le dieu représenté en haut-relief, et séparé par deux “ailes” verticales (elles-mêmes décorées) de la partie non décorée du support. La divinité est en buste, ou bien sont seulement représentées la tête et la coiffure. Un bon exemple de ces deux variétés est donné par les encensoirs d’El Jocote (1981 : 86-87) ; ce sont les seuls entiers, trouvés in situ sur le sol du temple.

58c/ Enfin un dernier type, proche du précédent, applique uniquement le “masque” de la divinité, c’est-à-dire sa face, sur un support en sablier (El Jocote, ibid. : Fig. 103) ou sur un vase cylindrique. Nous arrivons ainsi aux vases-effigie, dont plusieurs exemplaires provenant des tombes de Los Encuentros ont été publiés (1982 : 165). Le site de San Juan las Vegas a livré plusieurs de ces grands encensoirs à effigie, de type b, en buste, mais il s’agit toujours de fragments ou de pièces très incomplètes, comme si elles avaient été rituellement brisées et éparpillées.

Fig. 38 – Grand encensoir à effigie de la tombe A-4.

Fig. 38 – Grand encensoir à effigie de la tombe A-4.

59L’encensoir J/12 (fig. 38 et couverture) est le plus complet : il était dans la tombe de A-4, protégé par une dalle. Les traits les plus notables sont évidemment la face, qui porte les attributs habituels des divinités solaires : barbe en pointe, ornement nasal et ornements d’oreille en kin, pastilles sur l’arête du nez busqué et “crête” frontale, sourcils énormes, vestiges de peinture rouge et bleue ; motifs végétaux dans la coiffure, feuilles et fruits de cacao ; le vêtement porté par le dieu, une cape dont le bas est ourlé. Notons à ce sujet que la présence de cette cape est observée sur environ la moitié des encensoirs jusqu’ici mis au jour. La partie basse du costume pourrait être une ceinture ou une jupe, avec la retombée centrale du pagne ; il y a une dissymétrie sans doute voulue dans les motifs inférieurs, qui sont au nombre de 5 à gauche du pagne, et de 4 à droite (le total, 9, correspondrait au nombre des divinités infernales...).

60La hauteur totale de cet encensoir est de 40,5 cm.

61Les autres encensoirs à effigie sont très incomplets, mais nous y retrouvons des personnages – avec ou sans cape – comparables à ceux d’El Jocote, avec les mêmes attributs solaires plus ou moins nets (fig. 39).

L/ Objets divers

62– Poids de filet (?) (fig. 41a).

63Ces 13 “olives” d’argile, perforées longitudinalement, ont été trouvées à côté de l’habitation B-2. Elles sont lourdes, de fabrication peu soignée, avec une surface irrégulière non lissée ; l’une d’entre elles porte une trace de peinture rouge. La longueur varie de 2,9 à 5,4 cm.

64– Tête d’oiseau (Fig. 41b).

65Tenon détaché d’une poterie, représentant peut-être une tête d’oiseau à bec recourbé vers le haut. Les yeux sont deux impressions de tube, la crête une pastille incisée (l’interprétation de cet objet peut être, il est vrai, totalement différente si le tenon est placé horizontalement : on y voit alors une figure humaine à couvre-chef grotesque).

66Le site de San Juan n’a donné aucune figurine.

2 – Postclassique tardif

67Outre les rares tessons provenant du groupe d’habitat B et les ollas (de datation douteuse) de l’autel C-2, le Postclassique tardif n’est représenté à San Juan que par les 2 jarres funéraires de la pyramide principale. Toutes deux (fig. 40) ont un corps globulaire, une base légèrement ou fortement concave, un col large et haut et 2 anses en ruban verticales au milieu de la panse. Leur aspect général est toutefois très différent : l’urne F/4, mise au jour à l’extérieur de la structure, est plus petite (h = 21 cm) et plus soignée ; l’argile à fines inclusions de mica, allant du brun au rouge, n’est sans doute pas engobée. L’urne I/1, qui provient de la fouille centrale, est plus grande (h = 27 cm.), de facture plus grossière, et engobée d’orange (2.5YR – 4 à 5/8), avec de nombreuses taches de feu ; on voit des empreintes de tissu à l’intérieur.

68Aucune des deux jarres ne porte les 3 perforations habituelles sur la panse ou le col.

Fig. 39 – Encensoirs à effigie (détails). a et b/str. A-4. c/str. A-1, haut de l’escalier.

Fig. 39 – Encensoirs à effigie (détails). a et b/str. A-4. c/str. A-1, haut de l’escalier.

LITHIQUE

69Tour les objets décrits ci-dessous sont du Classique tardif à l’exception de la pointe de flèche d’obsidienne, qui est sans doute postclassique.

70a/ Pierre calcaire de forme bizarre (Fig. 42).

71Cette pierre naturelle, J/5, haute de 17 cm, a certainement été choisie pour sa forme, de même que celle de la fig. 20b. Elle présente des reliefs curieux qui pourraient évoquer vaguement une statuette humaine.

72b/ “Perles” de jade ou de pierre verte (Fig. 43a, c, e).

738 perles ou pendentifs au total proviennent des str. A-1, 4 et 5 ; ces objets étaient contenus dans une poterie (tombe de A-4, caches du jeu de balle), associés à des sépultures (escalier de la pyramide A-1), ou déposés dans le remblai (chambre ouest de A-4). La plupart sont de jade, de qualité médiocre, sauf J/16 (fig. 43a), et incomplets ; la perle sphéroïde T/4 (fig. 43c) est faite d’une pierre vert foncé moins dure que le jade.

74c/ Cristal de roche (Fig. 43b).

75Seul objet accompagnant les squelettes de la tombe de A-4.

76d/ Pointe de flèche biface (Fig. 43f).

77Fine pointe d’obsidienne translucide à encoches peu marquées ; provient du groupe d’habitation C.

Fig. 40 Urnes à crémation du Postclassique provenant de la pyramide principale.

Fig. 40 Urnes à crémation du Postclassique provenant de la pyramide principale.

Fig. 41 – Poids de filet (?) et tenon en forme de tête d’oiseau (?).

Fig. 41 – Poids de filet (?) et tenon en forme de tête d’oiseau (?).

Fig. 42 Pierre calcaire choisie pour sa forme bizarre (chambre ouest de A-4).

Fig. 42 Pierre calcaire choisie pour sa forme bizarre (chambre ouest de A-4).

Fig. 43 – Artefacts de pierre, a, c, d, e : éléments de collier en jade ou pierre verte, b/cristal de roche, f/pointe biface d’obsidienne translucide, g, h/disques d’ardoise stuqués ou incrustés, i/polyèdre de pyrite.

Fig. 43 – Artefacts de pierre, a, c, d, e : éléments de collier en jade ou pierre verte, b/cristal de roche, f/pointe biface d’obsidienne translucide, g, h/disques d’ardoise stuqués ou incrustés, i/polyèdre de pyrite.

78e/ Disques d’ardoise (à incrustations de pyrite ?) (Fig. 43g-i).

79Trois fragments d’un même disque d’ardoise proviennent du remblai de la tombe de A-4. L’un d’eux (h) porte deux perforations unipolaires partant des faces opposées, et une rainure profonde. Les deux autres ont encore des traces de stuc peint en rose sur le bord.

80Un élément polyédrique de pyrite a la même courbure que la plaque d’ardoise ; on peut donc supposer que celle-ci était stuquée et peinte d’un côté, incrustée de pyrite de l’autre.

81Le diamètre du disque est de 12 cm environ, son épaisseur de 0,4 cm.

Table des illustrations

Titre Fig. 33 Céramique commune du Classique tardif : a et d/sépulture collective, b/tombe de A-4. c/jeu de balle, e/place cérémonielle.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8463/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre Fig. 34 – Jarre globulaire contenant le squelette acéphale d’un jaguar (str. A-4).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8463/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Fig. 35 – Poteries du groupe Ruano à décor rouge sur brun naturel. a et b/vases cylindriques. c/bol ouvert tripode. d/à fond plat, e/à base annulaire.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8463/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Titre Fig. 36 – Encensoirs à manche, a/à extrémité recourbée, b/en forme de main, c/en boucle décorée d’une tête d’oiseau.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8463/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Fig. 37 Encensoirs à dents, a/simple. b/à effigie.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8463/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 38 – Grand encensoir à effigie de la tombe A-4.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8463/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Fig. 39 – Encensoirs à effigie (détails). a et b/str. A-4. c/str. A-1, haut de l’escalier.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8463/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Fig. 40 Urnes à crémation du Postclassique provenant de la pyramide principale.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8463/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Fig. 41 – Poids de filet (?) et tenon en forme de tête d’oiseau (?).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8463/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 42 Pierre calcaire choisie pour sa forme bizarre (chambre ouest de A-4).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8463/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Fig. 43 – Artefacts de pierre, a, c, d, e : éléments de collier en jade ou pierre verte, b/cristal de roche, f/pointe biface d’obsidienne translucide, g, h/disques d’ardoise stuqués ou incrustés, i/polyèdre de pyrite.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8463/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 59k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search