Version classiqueVersion mobile

Archéologie de sauvetage 5

 | 
Alain Ichon
, 
Rita Grignon

1ère Partie : San Juan Las Vegas

Chapitre I. Les fouilles

Texte intégral

1Le site archéologique de San Juan las Vegas comprend plusieurs groupes d’habitation et un petit centre cérémoniel (fig. 2 et 3), l’ensemble couvrant une zone circulaire d’environ 400 m de diamètre, soit une douzaine d’hectares. Les deux rives ont été utilisées : sur les pentes nord, bien que beaucoup plus abruptes, nous avons relevé trois ensembles résidentiels dont deux assez étendus, les groupes D et E, séparés par une petite quebrada. Au sud du rio, les pentes plus douces des lomas de Pacuñas ont facilité l’installation du centre cérémoniel, le groupe A, avec sa zone d’habitat B, et d’un autre ensemble résidentiel C, qui en est séparé par un profond ravin. À 800 m à l’ouest du groupe A, sur la rive nord, il y a une structure de grande dimension, peut-être cérémonielle, mais isolée : ce “groupe” G n’a pas été fouillé et ne peut être daté.

2L’altitude du groupe A est de 790 m au-dessus du niveau de la mer ; il sera donc entièrement noyé lors de la mise en eau du barrage, à l’exception toutefois de la partie supérieure de la pyramide principale.

1. Le centre cérémoniel (groupe A)

3Le groupe A occupe une terrasse plane, peut-être réaménagée, qui va en s’élargissant vers l’ouest où elle tombe abruptement sur un profond ravin. Au nord, la pente est aussi très forte vers la rivière qui coule 10 m plus bas. La surface utilisable est ainsi d’environ 90 m d’est en ouest, sur 30 m au maximum du nord au sud, dimension réduite de moitié dans la partie est de la terrasse. Un grand jeu de balle, invisible à notre arrivée, occupait entièrement celle-ci ; il n’est pas porté sur le plan initial de J.P. Courau (fig. 34), par ailleurs d’une exactitude remarquable compte tenu du mauvais état général des structures.

4La partie ouest du groupe A, constituant le centre proprement dit, est une place rectangulaire de 20 x 32 m, bordée de constructions sur ses 4 côtés. Au sud, la structure principale A-1 est une pyramide de 4 ou 5 gradins, haute de 8 m, dont la partie basse a été simplement plaquée contre la colline de talpetate ; cette formation naturelle, jaunâtre et dure, est visible par endroits à la base du mur de soutènement nord, qui repose directement sur elle. Nos fouilles prouveront que la partie supérieure, par contre, a été considérablement surélevée pour former la plate-forme qui devait supporter le temple. Latéralement, la str. A-1 se poursuit par des murs en gradins, partiellement détruits, atteignant à l’ouest le barranco, et qui continuent vers l’est tout au long du jeu de balle ; la pente naturelle est ainsi habilement utilisée, d’une part pour asseoir la pyramide principale, d’autre part pour aménager des gradins étagés probablement destinés aux spectateurs du jeu.

5La face nord de la place, vis-à-vis de la pyramide, est presque entièrement barrée par une structure basse et très allongée, A-3, ne dépassant pas 1 m de hauteur, de construction très fruste.

6À l’ouest, la str. A-4, plus courte et plus haute, est, à notre arrivée, dans un état désastreux. À l’est, la str. A-2, une plate-forme presque carrée dotée d’un escalier sur toute sa longueur, supporte une construction moderne couverte de tuiles, ouvrant vers la place, qui a servi de chapelle catholique, aujourd’hui désaffectée.

7La partie est de la terrasse est occupée par le jeu de balle de type fermé dit “en palangana”, dont les dimensions paraissent disproportionnées par rapport à celles du centre cérémoniel : sa longueur dépasse celle de la place ouest.

8Entre la str. A-2 et le jeu de balle, un grand escalier, large de 8 m, dont les premières marches ont pu être dégagées, permettait de descendre sur la berge du rio Chicruz.

9L’orientation générale des structures est voisine de 20°à l’est du nord magnétique, à l’exception du jeu de balle qui est orienté nord-ouest – sud-est. Cette orientation de 20 ° est aussi à peu de chose près celle du centre cérémoniel de Los Encuentros ; elle est cependant loin d’être générale pour les centres classiques du Chixoy.

10L’architecture des constructions de San Juan est l’une des plus frustes qu’il nous ait été donné d’étudier, avec celle de Chitomax. La matière première utilisée pour les murs est la pierre calcaire brute en blocs parfois énormes, le caliche et le talpetate sommairement équarris, et dans une moindre mesure les galets de rivière non retouchés. Le schiste (?), qui se présente sous forme de dalles jaunâtres ou micacées, a été utilisé pour la tombe de la str. A-4, un ciste grossier (str. A-1) et la base des banquettes du jeu de balle. Ces banquettes sont un bon exemple du style “rustique” qui caractérise l’architecture de San Juan (nous le retrouverons à Chitomax) : la partie basse emploie des dalles de schiste micacé assez belles, mais trop courtes pour atteindre la hauteur voulue ; elles sont complétées par des galets superposés (fig. 6).

11La pierre ponce n’a pas été utilisée à San Juan pour le remblaiement des tombes ; un seul dépôt rituel a été trouvé dans le compartiment ouest de la str. A-4. On ne trouve pas de pierre ponce dans le lit du rio Chicruz, contrairement au Chixoy où elle se dépose en abondance pendant la saison des pluies.

12Certaines surfaces devaient porter un revêtement d’argile lissée : des traces en ont été trouvées sur l’angle sud-est de la str. A-4, et sur plusieurs murs intérieurs de la même structure. Rien ne prouve cependant que la pyramide principale ait été ainsi recouverte.

13Deux structures du groupe A ont une architecture relativement plus élaborée : sur la str. A-4 ancienne, nous observons une technique originale de construction par “blocs”, limités par des murs de galets, dont certains sont remblayés, d’autres laissés vides pour constituer des chambres (funéraires ou non) ; elle sera décrite plus loin. Le jeu de balle est lui aussi mieux construit : des dalles de schiste ou de talpetate sont utilisées non seulement pour les banquettes, mais aussi pour les gradins et l’escalier d’accès au couloir. Il est curieux de constater que la pyramide principale n’a pas fait l’objet d’autant de soins.

14La pyramide A-1 est la seule structure assez haute pour être dotée de gradins superposés verticaux, hauts d’environ 2 m. La diversité des escaliers est un trait notable à San Juan. Le grand escalier de la pyramide est extérieur, avec 4 marches entre chaque gradin ; il n’y a pas de bloc central. L’escalier de A-2 couvre toute la longueur de la façade ouest. Les deux petits escaliers de A-4, encadrant une sorte de bloc central, sont intérieurs à la substructure.

15– Nous n’avons trouvé nulle part des vestiges de superstructures, même sous la forme de blocs de bahareque provenant des murs ou du sol. Elles étaient donc faites entièrement de matériaux périssables.

16Le mauvais état général des structures, au début de nos travaux, a déjà été souligné ; il est dû en grande partie à la culture en milpa, mais il faut reconnaître le fait, assez rare, que nous n’avons trouvé ici aucune destruction due aux fouilles clandestines.

La str. A-1 (Fig. 7)

17La pyramide principale du groupe A ferme la place au sud ; elle est orientée vers le nord, avec une déviation de 15°à l’est du Nm.

Fig. 6 Détail de l’architecture du jeu de balle : la banquette nord.

Fig. 6 Détail de l’architecture du jeu de balle : la banquette nord.

Fig. 7 – La pyramide principale (str. A-1)

Fig. 7 – La pyramide principale (str. A-1)

18Nous avons vu que le relief de la colline a été utilisé pour constituer le noyau de la substructure ; contrairement à la pyramide A-1 de Los Encuentros, les murs des gradins et de l’escalier sont ici simplement plaqués sur la pente naturelle, qui reste visible par endroits. Le travail de remblaiement a toutefois été important au sommet, où la plate-forme se trouve à plus de 2 m au-dessus du sol naturel.

19Cette plate-forme, dont les limites sont signalées par un mur de soutènement de 20 cm portant encore les traces d’un revêtement d’argile, mesure 16,70 x 4,20 m ; elle repose sur le dernier gradin, bas, dont les murs sont entièrement conservés. Après nettoyage, on note que la surface de la plate-forme supérieure n’est pas plane, mais semble divisée en deux parties par une dépression médiane. Nous supposons qu’il y a en fait deux plates-formes jumelles nettement séparées ; le mur intérieur de la plate-forme ouest est d’ailleurs visible en surface.

20La façade nord de la pyramide est en très mauvais état, surtout dans sa partie supérieure. Si le nombre des gradins reste douteux – 4 ou 5 – chacun d’eux ayant environ 1,50 m de hauteur, l’escalier est, lui, relativement bien conservé ; large de 5,40 m, il monte d’une seule volée, sans bloc central, jusqu’à la plate-forme. Les 3 premières marches sont extérieures, la quatrième étant formée par le mur du premier gradin ; il y a ensuite 3 marches entre les gradins successifs, d’où un nombre total d’environ 20 marches ayant de 20 à 40 cm de hauteur La plate-forme supérieure se trouve à 8 m au-dessus du sol de la place, mais on voit sur le profil de la fig. 8 que la première marche repose sur le talpetate, nettement au-dessus du niveau de la place.

21Les dimensions générales de la pyramide ne peuvent être calculées car les gradins se poursuivent latéralement. Une indication est donnée par le trottoir qui prolonge la première marche à la base du gradin inférieur : il s’arrête vers l’ouest à 15 m de l’escalier, ce qui donne pour le mur nord de la str. A-1 une longueur approximative de 36 m.

22Entre le 3ème et le 4ème gradin, on observe, dans la partie est de la pyramide, une construction carrée, adossée sur deux côtés à la substructure et ouverte au nord. Cette petite “chambre” de 1,50 m de côté reste de fonction problématique ; elle a peut-être servi de tombe.

23Ces détails architecturaux ont été obtenus grâce à deux opérations de dégagement des murs (B pour la base, F pour les gradins et l’escalier), qui ont fourni un abondant matériel céramique : plus de 3000 tessons, dont un nombre élevé de fragments de grands encensoirs à effigie datant du Classique tardif. Mais il y a aussi un pourcentage non négligeable de tessons préclassiques ; de plus, une urne à crémation contenant les ossements d’un adulte incinéré (F/1) a été mise au jour à 1,40 m de l’escalier, contre le gradin inférieur. Elle est certainement postclassique.

Fouille de la plate-forme

24Après avoir vérifié l’absence de bloc central dans le haut de l’escalier, il nous reste à rechercher la tombe principale en partant du sommet de la plate-forme. Par analogie avec Los Encuentros, nous pensons en effet que la pyramide A-1 est un monument funéraire abritant une tombe importante située à la verticale de la plate-forme.

25Notre fouille (opérations I, puis R) a porté sur la dépression centrale qui se dessinait entre les deux plates-formes jumelles, soit une surface presque carrée de 3,60 x 3.80 m, limitée d’un côté par le mur intérieur de la plate-forme ouest, visible en surface. Très vite sont apparus, au nord et à l’est, puis un peu plus bas au sud, les murs faits de galets et appareillés vers l’intérieur, d’un grand caisson, confirmant notre hypothèse d’un bloc central non débordant sur l’escalier. Le début de la fouille a mis au jour, au niveau + 790, un amas de pierres en désordre dans un remblai de terre noire (fig. 9a) ; 60 cm plus bas, le remblai devient de terre sablonneuse jaune contenant quelques pierres. Contre le mur nord – qui est aussi le mur de soutènement de la plate-forme – apparaît une jarre orange recouverte d’une dalle (fig. 9b) : c’est une urne à crémation postclassique contenant un adulte (I/1).

Fig. 8 – Plan et profil de la str. A-1.

Fig. 8 – Plan et profil de la str. A-1.

26C’est à 1 m de profondeur, soit au niveau + 690, qu’apparaissent, dans le même remblai de sable jaune, des ossements humains très dispersés et apparemment non en connexion (fig. 9c et 10), occupant à peu près toute la surface de la fouille. Nous allons relever au total, sur un même niveau, 37 squelettes. Il s’agit visiblement de sépultures secondaires, bien que certaines mandibules soient encore en connexion ; les os longs, souvent brisés, sont regroupés en paquets. Aucun squelette n’est complet : manquent en général les vertèbres et les côtes, les os des mains et des pieds, ainsi que plus de la moitié des mandibules. Tous ces ossements, en mauvais état, appartiennent à des adultes : en nous basant sur la denture (très incomplète) de 11 individus, nous avons identifié 3 adultes jeunes, 4 d’âge moyen, 3 adultes âgés et 1 vieillard. Il n’y a pas d’enfants. Dans la partie centrale du caisson, au nord, s’étend une zone dans laquelle la terre a été brûlée, prenant des tons allant du noir au rouge, ainsi que les ossements qui s’y trouvaient. Au centre de cette partie brûlée se trouve un bol, incomplet (I/4) contenant des ossements carbonisés. Ce “bol à offrande” constitue, avec 2 autres poteries, le seul mobilier accompagnant la sépulture collective : une ollita globulaire brun foncé (I/2) et un bol à décor rouge sur brun de type Ruano (I/3) dont les 3 supports ont été arrachés. Ces poteries datent du Classique tardif.

27En poursuivant vers le bas la fouille centrale (opération R), nous mettons au jour un mur orienté ouest-est : c’est le mur de soutènement nord d’une plate-forme ancienne, A-5a, qui a été recouverte par la construction du caisson destiné à recevoir la sépulture collective. Nous vérifions en effet, en atteignant le sol stérile de talpetate au niveau + 590, que le mur ancien se poursuit latéralement sous les murs qui limitent le caisson. Celui-ci a été construit, en utilisant d’énormes blocs calcaires, au-dessus de la structure ancienne (fig. 10 b). La str. A-5a reposait directement sur la pente de talpetate ; faute de matériel céramique, il n’a pas été possible de la dater, mais elle pourrait être préclassique.

Fig. 9 – Fouille centrale de la str. A-1. a/début de la fouille, b/caisson central et urne funéraire postclassique, c/sépulture collective, d/plate-forme ancienne sur le sol de talpetate.

Fig. 9 – Fouille centrale de la str. A-1. a/début de la fouille, b/caisson central et urne funéraire postclassique, c/sépulture collective, d/plate-forme ancienne sur le sol de talpetate.

Fig. 10 – Plan de la sépulture collective.

Fig. 10 – Plan de la sépulture collective.

28Le remblai du caisson, entre le sol stérile et le niveau de la sépulture collective, ne contient que quelques os humains et les fragments de plusieurs allas communes.

29La découverte de cette structure ancienne nous a conduit à pratiquer un autre sondage au centre de la plate-forme ouest (opération V). Il a mis au jour, à 80 cm de profondeur, un mur de soutènement nord-sud qui limitait vers l’est une autre plate-forme ancienne, A-5b, cependant plus tardive que A-5a puisqu’elle est à un niveau supérieur. D’après les tessons récoltés, A-5b daterait, comme la pyramide principale, du Classique tardif.

30Outre les 3 poteries trouvées au niveau de la sépulture collective et l’urne à crémation qui ne peut être que postclassique, les opérations I et R ont donné une quantité relativement faible de tessons (836), dont un pourcentage important de matériel préclassique (17 % des tessons datés), surtout dans les niveaux inférieurs, sous les squelettes. Le reste du matériel est classique tardif. L’opération V a donné les mêmes pourcentages de tessons préclassiques et classiques.

Fig. 11 – Fouille du haut de l’escalier de la str A-1. a/ciste b/offrande de galets.

Fig. 11 – Fouille du haut de l’escalier de la str A-1. a/ciste b/offrande de galets.

Fouille du haut de l’escalier

31En l’absence de bloc central saillant, il n’est pas impossible que les marches supérieures de l’escalier, très détruites, aient supporté – ou contenu – une cache de moindre dimension. Pour le vérifier, nous entreprenons de nettoyer les éboulis provenant de la plate-forme (opération U) et découvrons, au niveau de la deuxième marche, une grande dalle de talpetate qui constitue le toit d’une sorte de ciste rudimentaire (fig. 11 a et c) ; un peu à l’ouest, et sur la même marche, un amas de poteries brisées et incomplètes, dont plusieurs bols de type Ruano, des grandes jarres, un masque de divinité provenant d’un encensoir, etc.

32En soulevant la dalle qui sert de couvercle à la cache, apparaît un amas de petits galets de quartz roulés, 456 au total, recouvrant plusieurs squelettes très incomplets et non en connexion : les ossements, crânes et os longs, sont étroitement imbriqués et mélangés à des tessons provenant d’encensoirs à “dents”, de bols Ruano, etc. D’après le nombre de crânes (l’un d’eux contient une perle de jade), on peut penser que les restes d’au moins 5 individus adultes ont été déposés là, à un niveau (+ 680) qui correspond à celui de la sépulture collective centrale, commençant 1,50 m plus au sud.

Conclusion sur la str. A-1

33Bien que différant à bien des égards de la structure homologue de Los Encuentros, la pyramide principale de San Juan présente avec elle plusieurs traits communs :

  • l’existence, au centre de la plate-forme supérieure, d’un grand caisson limité par des murs de pierre appareillés vers l’intérieur. À San Juan, ce caisson est de grande dimension – 3,20 x 3,75 – et contient une sépulture collective secondaire ; plus petit à Los Éncuentros – 2,30 x 2,80 m – il est construit au-dessus de la voûte en encorbellement de la tombe principale.

  • l’existence, dans la partie haute de l’escalier, d’une cache contenant une offrande de plusieurs centaines de galets de quartz accompagnant la sépulture secondaire de plusieurs adultes. Ce ciste correspondrait, à Los Encuentros, à la partie avancée du bloc central faisant saillie sur l’escalier.

Fig. 12 Le ciste (1) contenant la sépulture multiple (2).

Fig. 12 Le ciste (1) contenant la sépulture multiple (2).

34Dans les deux cas, la pyramide principale est essentiellement un monticule funéraire. Si l’on peut penser que, à Los Encuentros, ce monument devait abriter à sa mort le premier personnage dans la hiérarchie civico-religieuse, l’existence à San Juan d’une sépulture collective ressemblant plus à une fosse commune pose un problème radicalement différent. S’agissant d’enterrements secondaires incomplets et en très mauvais état, il est peu probable que même une étude ostéologique minutieuse puisse démontrer la cause de ces morts simultanées. Victimes d’une épidémie... mais pourquoi n’y aurait-il que des adultes ? Victimes sacrifiées au moment de la consécration de la pyramide... mais comment expliquer alors qu’il s’agisse de sépultures secondaires ? À moins que, pour cette offrande dédicatoire macabre, on ait procédé au regroupement des ossements de personnages représentatifs enterrés ailleurs...? Mais il devrait y avoir alors de grandes différences dans l’état de conservation de ces 37 individus, ce qui n’est pas le cas. Guerriers tués au combat...? Cette explication est peut-être la plus plausible, mais elle restera du domaine des hypothèses.

35Les 5 squelettes incomplets contenus dans la cache du haut de l’escalier peuvent être considérés comme faisant partie de la même “offrande funéraire” que ceux de la fosse commune. Nous pensons en définitive que l’enterrement multiple a pu avoir lieu soit quand la construction de la pyramide a été terminée, comme une sorte de consécration, soit ultérieurement (par exemple à la suite d’une bataille) : la grande fosse centrale aurait alors été rouverte pour y déposer cérémonieusement les 37 squelettes déjà décharnés et incomplets.

36La fouille centrale de la str. A-1 a également fourni des renseignements importants pour la datation du site : nous savons maintenant que la pyramide a été construite en une seule fois, au Classique tardif, et qu’elle est venue recouvrir des plates-formes préexistantes – au moins deux – édifiées dans la partie haute de la colline. La plus ancienne pourrait être préclassique ; la plus récente est déjà du Classique tardif.

37Une autre donnée intéressante est la découverte de deux urnes à crémation, l’une dans le caisson central, l’autre à la base de la pyramide. La position de la première prouve que le caisson a été rouvert et de nouveau “consacré”, au Postclassique, par le dépôt d’une sépulture en urne, sans d’ailleurs que le niveau de la sépulture collective ait été atteint. Cette utilisation funéraire de la pyramide A-1 au Postclassique est un fait exceptionnel et d’autant plus remarquable que le matériel céramique de San Juan ne contient aucun tesson de cette période.

La str. A-4

38Située sur le côté ouest de la place, mais plus proche de la pyramide que de la str. A-3, la str. A-4 se présente à notre arrivée comme un monticule de faible hauteur (environ 1,50 m) encombré de pierres en désordre ; la partie centrale semble légèrement déprimée. Aucun détail de l’architecture n’est visible (fig. 13a). Il y a sur la plate-forme, près de l’angle nord-est, un amoncellement de pierres vaguement circulaire qui pourrait être récent.

39Bien que la construction, assez grossière, ait mal résisté au temps, nous avons pu mettre au jour le mur est sur toute sa longueur (9,85 m) et une partie du mur sud portant encore un épais revêtement d’argile durcie ; ce revêtement couvrait tout le couloir séparant les str. A-1 et A-4. Le mur ouest, en bordure du barranco, et le mur nord ont presque complètement disparu.

40La façade est (fig. 13b) présente vers la place un bloc saillant qui n’est pas un escalier central, comme nous le pensions d’abord, mais qui sépare deux petits escaliers étroits – 1 m – encastrés dans la substructure. Les 3 ou 4 marches conservées sont faites de blocs de caliche taillés ; elles étaient revêtues d’argile : il en reste quelques traces sur l’escalier sud.

41Les quelque 400 tessons recueillis pendant le nettoyage de la face est sont classiques (80 %) et préclassiques (20 %). Les fragments de grands encensoirs à effigie sont abondants au niveau du sol de la place, encore indiqué par quelques lambeaux d’argile durcie. Ces encensoirs ont pu tomber de la plate-forme après l’abandon du site, et être peu à peu recouverts par l’effondrement des murs ; nous verrons cependant que des fragments provenant des mêmes encensoirs se trouvent dans le remblai de la tombe centrale de la str A-4. La dispersion des encensoirs brisés devrait donc avoir une autre explication.

Fig. 13 – La str. A-4. a/avant la fouille, b/la face est après le dégagement des escaliers et du bloc central.

Fig. 13 – La str. A-4. a/avant la fouille, b/la face est après le dégagement des escaliers et du bloc central.

Fouille des deux plates-formes

42Nous avons noté que la partie haute de A-4 n’est pas horizontale, mais forme deux monticules séparés par un léger ensellement dans l’axe ouest-est de la structure. La fouille va montrer qu’ils correspondent à deux petites constructions de pierres symétriques reposant sur des socles entièrement revêtus d’argile durcie (fig. 14). Les deux socles ont 80 cm de hauteur tandis que le mur le mieux conservé, au sud, atteint 96 cm. Ces constructions représentent évidemment une phase ancienne de la str. A-4, qui a été ensuite élargie de 1,50 m vers le nord et vers le sud. Elles peuvent être interprétées au premier abord comme des caissons funéraires (mais l’existence des socles ne s’expliquerait pas), ou comme les murs en superstructure d’un petit édifice. Cependant il devait s’avérer que ces murs ne sont pas appareillés vers l’intérieur et que les constructions devaient être deux petites plates-formes remblayées de sable et de pierres. Dans celle du sud, nous avons trouvé une cache consistant en une olla commune qui contenait le squelette d’un jaguar privé de son crâne, et un bol à base annulaire incomplet (fig. 14b et 34).

Fig. 14 – Détails de la str. ancienne A-4a. a/le bloc nord, avec l’escalier tardif, b/le bloc sud et la jarre contenant un squelette de jaguar.

Fig. 14 – Détails de la str. ancienne A-4a. a/le bloc nord, avec l’escalier tardif, b/le bloc sud et la jarre contenant un squelette de jaguar.

Fig. 15 – La str. A-4. a/plan montrant l’amoncellement de dalles dans la partie centrale. b/les “chambres” ont été vidées de leur contenu. c/vue perspective montrant les deux phases de construction.

Fig. 15 – La str. A-4. a/plan montrant l’amoncellement de dalles dans la partie centrale. b/les “chambres” ont été vidées de leur contenu. c/vue perspective montrant les deux phases de construction.

43Les deux blocs ne sont pas isolés mais solidaires d’une partie centrale qui donnait à l’ensemble une forme en T ; le revêtement d’argile des socles se poursuit sur les parois extérieures de la branche du T orientée vers la place. La fig. 15c tente de reconstituer la structure ancienne A-4a, avec ses deux ailes et le corps central, lui-même divisé en deux “chambres” par une cloison nord-sud. Cette structure ancienne a été recouverte par la structure tardive, transformant le T en un rectangle, mais laissant peut-être visible la partie haute des deux plates-formes. Dans le remblai tardif, nous avons mis au jour, au pied du socle sud, une cache constituée de plusieurs poteries incomplètes déposées dans le remblai : un encensoir a “dents” contenant des pierres informes, un encensoir cylindrique à effigie humaine (dont la tête manque) et un autre fragment d’encensoir à effigie (H/3 à 6, fig. 37).

44Le matériel récolté dans le remblai des deux blocs ne diffère pas de celui du remblai extérieur : la proportion des tessons préclassiques et classiques est la même, 20 et 80 % respectivement.

Fig. 16 – Profil de la str. A-4.

Fig. 16 – Profil de la str. A-4.

La fouille centrale (opération J)

45L’opération J confirme l’existence, dans cette partie centrale, de deux compartiments séparés par un muret nord-sud qui se trouve dans l’axe principal de la structure, aligné avec la face est des socles nord et sud. Ce muret présente un gradin sur sa face ouest et, sur la moitié de sa hauteur, une ouverture de 40 cm de largeur faisant communiquer les deux compartiments. La partie haute du muret est faite de grosses pierres au nord, et de dalles superposées dans sa partie sud. Il apparaît ainsi que les deux compartiments étaient des “chambres”, non remblayées à l’origine, et qui devaient servir de tombes ou de caches.

La "chambre" est

46La fig. 15a montre l’aspect de la partie centrale après un premier décapage atteignant le niveau + 100. On distingue à ce niveau :

  • au centre, la partie supérieure du muret nord-sud avec son ouverture centrale dans laquelle a été encastrée une grande dalle calcaire percée d’un trou, qui fait saillie dans la chambre est ;

  • le compartiment ouest, qui sera décrit plus loin ;

  • la surface du compartiment est, encombrée de longues dalles de schiste jaunâtre dans le plus grande désordre apparent. Nos fouilles à Chitomax et à Chirramos ont prouvé que cette pierre schisteuse, absente de la vallée et donc réservée à des usages “nobles”, sert généralement à couvrir les tombes non voûtées. La présence de ces dalles sur la str. A-4 indique l’existence probable d’une tombe dont le toit horizontal aurait été détruit, soit accidentellement, soit à l’occasion d’un viol ancien.

Fig. 17 – Fouille de la str. A-4. a/les compartiments est et ouest au niveau 0. b/le compartiment ouest : dallage au niveau +80. c/la tombe du compartiment est.

Fig. 17 – Fouille de la str. A-4. a/les compartiments est et ouest au niveau 0. b/le compartiment ouest : dallage au niveau +80. c/la tombe du compartiment est.

47Le remblai de la chambre est contient essentiellement, entre les niveaux + 90 et + 10, des dalles de schiste entières ou brisées, en désordre, et différents objets, brisés et incomplets, dont la base d’un grand encensoir (encore in situ sous la dalle horizontale percée) orné d’un masque de divinité solaire qui est tombé à proximité. On trouve aussi des petits bols à offrande grossiers, dont l’un contient une demi-perle de jade, des poteries plus communes, et des fragments de grands encensoirs dont d’autres morceaux étaient à l’extérieur, sur la face est du monticule.

48Au niveau + 10 le fond de la chambre n’est pas encore apparu, mais on voit que les murs intérieurs sont faits de dalles verticales assez bien ajustées, délimitant une pièce carrée de 1,60 m de côté. Ces murs étaient sans doute revêtus d’argile, car plusieurs plaques de cet enduit ont été trouvées dans le remblai. Ils sont doublés à l’extérieur d’un mur de galets épais de 40 à 50 cm.

49Un peu plus bas apparaissent les premiers crânes, dans l’angle sud-ouest. Jusqu’au niveau – 10 vont être dégagés les squelettes très mélangés de 20 individus adultes. Un seul a les os des membres inférieurs apparemment en connexion (le No. 1 de la fig. 18). Pour tous les autres, il est évident que l’on a affaire à des sépultures secondaires, ou plutôt à des sépultures primaires successives, les plus anciennes étant peu à peu repoussées ou regroupées dans le fond de la tombe, c’est-à-dire à l’ouest : en effet, la paroi est de la tombe présente une partie centrale non dallée sur 60 cm de largeur, constituant une ouverture par laquelle il était possible d’introduire de nouveaux occupants, jusqu’à ce qu’elle soit murée par le bloc central entre les deux escaliers. Ceci explique le désordre des squelettes et l’amoncellement de 9 crânes dans l’angle sud-ouest. De façon générale, les crânes sont placés contre les parois, les os longs orientés sud-nord ou nord-sud. Bien que le nombre de crânes paraisse exagéré par rapport à celui des os longs, ceci s’explique par le fait que ces derniers ont particulièrement souffert de l’effondrement ou du remblaiement de la tombe et se trouvent écrasés sous de grandes pierres plates et de la terre tassée. La plupart des individus inhumés dans la tombe étaient, d’après leur denture, des adultes âgés. Il n’y a aucune offrande au niveau des squelettes, mais uniquement un cristal de roche vers le centre (No. 2 sur la fig. 18).

50Il est évident, compte tenu de la hauteur limitée de la str. A-4, que la tombe n’était pas voûtée : elle devait être dotée d’un toit horizontal fait d’une rangée de poutres recouvertes de dalles de schiste. Celles-ci ne dépassant pas 90 cm de longueur, elles ne pouvaient s’appuyer directement sur les parois. Des dalles horizontales faisant saillie dans la partie haute des murs aidaient à supporter le toit ; l’une d’entre elles est encore en place sur la paroi nord (fig. 17c). La hauteur de la tombe était ainsi de 70 cm seulement, suffisante pour y introduire de nouveaux corps, mais non pour éviter le désordre qui en résultait pour les premiers.

51L’hypothèse du viol de la tombe nous paraît elle aussi confirmée. En effet, s’il y avait eu simple effondrement du toit on trouverait des dalles dans le fond, alors qu’elles se trouvaient surtout dans la partie supérieure. D’autre part, les fragments d’un même encensoir ont été localisés dans le remblai de la tombe et à l’extérieur de la structure, ce qui prouve bien que la tombe a été ouverte.

La chambre ouest

52La surface de ce compartiment est ici encore encombrée de dalles de schiste en désordre, dont certaines s’enfoncent obliquement dans le remblai. Au centre, un dépôt de pierre ponce, de forme ovale régulière, semble annoncer une autre tombe : dans plusieurs sites, en effet, nous avons vu un remblai de pierre ponce associé à une tombe (Chitomax, Chirramos, Los Encuentros) ou à un temple désaffecté (El Jocote). Cependant, le remblai du compartiment ouest va se révéler très différent : au-dessous d’une couche sablonneuse apparaît, vers le niveau + 80, un dallage irrégulier fait de pierres plates dont le grand axe est orienté nord-sud, recouvrant un dallage identique mais dont les pierres sont cette fois orientées ouest-est (fig. 17b) ; la plus longue atteint 1,40 m.

Fig. 18 Plan de la tombe de la str. A-4.

Fig. 18 Plan de la tombe de la str. A-4.

53La chambre, limitée au nord et au sud par les murs des deux blocs latéraux, est un peu plus large que la tombe est ; elle mesure 2,25 x 1,75 m. Au-dessous des dallages, le remblai contient comme à l’est plusieurs poteries brisées et incomplètes : encensoirs à effigie ou à manche recourbé, bols à base annulaire ou à base plane, etc. ; ainsi que plusieurs objets de pierre : perle de jade, 3 morceaux d’un disque d’ardoise incrusté de pyrite, pierre calcaire de forme étrange, non travaillée, évoquant un petit personnage (J/5, fig. 42). Sur le sol de la chambre et contre le mur est ont été placées, à côté d’une grande dalle inclinée, deux pierres certainement choisies pour leur forme bizarre ou leur profil vaguement anthropomorphe (fig. 19 et 20). Nous avons d’autres exemples d’un culte lithique comparable à El Jocote, et l’une des pierres de San Juan n’est pas sans rappeler le “champignon” calcaire trouvé dans le temple de la str. A-5 de ce site (Ichon et Grignon 1981 : 26).

54Le compartiment ouest n’est donc pas une tombe (le seul os humain qu’il contenait est une vertèbre), et l’on peut se demander s’il était originellement vide et pourvu lui aussi d’un toit horizontal, ou s’il a été remblayé dès le début après qu’on y ait placé les pierres bizarres. La première hypothèse semble la plus plausible compte tenu de l’existence du mur séparant les deux compartiments, avec son gradin et l’ouverture centrale, et de la disposition des dalles de schiste au-dessus du remblai. Cette chambre, peut-être destinée à remplacer la tombe quand celle-ci n’aurait plus été utilisable, a sans doute été violée en même temps qu’elle. Il reste à expliquer pourquoi les auteurs de ce viol ont pris plus d’égards pour la remblayer, disposant soigneusement les dalles et l’amas de pierre ponce.

Fig. 19 – Le compartiment ouest, vidé de son remblai, et les blocs latéraux.

Fig. 19 – Le compartiment ouest, vidé de son remblai, et les blocs latéraux.

Fig. 20 – Pierres calcaires utilisées dans la str. A-4. a/muret central, b/chambre ouest.

Fig. 20 – Pierres calcaires utilisées dans la str. A-4. a/muret central, b/chambre ouest.

Conclusions sur la str. A-4

55La reconstitution de l’histoire de la str. A-4 proposée ci-dessous n’est pas absolument convaincante, plusieurs points restant du domaine des hypothèses (viol de la tombe, fonction de la chambre ouest...).

  • Une première structure, A-4a, construite en forme de T, comprend une partie centrale rectangulaire, orientée ouest-est, et deux ailes symétriques composées d’une substructure revêtue d’argile, sur laquelle repose une sorte de bloc parallélépipédique se terminant par une plate-forme surélevée par rapport à la partie centrale. Celle-ci est elle-même divisée en deux par un muret nord-sud : à l’est une tombe aux murs soigneusement dallés, au toit horizontal recouvert de dalles, accessible par une ouverture sur la face est. À l’ouest, une deuxième chambre qui ne semble pas avoir été utilisée comme tombe, ni comme antichambre de la tombe est. Comment accédait-on aux plates-formes latérales ? Nous n’avons trouvé aucune trace d’escaliers. Le fait que les surfaces extérieures des murs étaient revêtues d’argile prouve cependant qu’il s’agissait d’une structure autonome, relativement élaborée, qui a fonctionné quelques temps comme telle avant d’être recouverte.

  • Dans un second stade, la str. A-4 est agrandie dans trois directions, nord, sud et est ; nous n’avons pas de preuve qu’elle ait été surélevée, et les plates-formes latérales sont sans doute restées visibles. Deux petits escaliers permettent d’y accéder, de part et d’autre d’un bloc central qui n’est autre que la partie est de la tombe. Celle-ci reste-t-elle accessible malgré le bloc central...?

  • Ultérieurement il y a viol de la tombe (et peut-être aussi de la chambre ouest), mais les squelettes n’en sont pas retirés. Le mobilier de la tombe est par contre brisé et dispersé (à l’exception d’un grand encensoir dissimulé contre le muret, sous une dalle horizontale) ; puis les deux chambres sont comblées, avec plus ou moins de soin. Les morceaux d’un même encensoir peuvent ainsi se retrouver dans l’un ou l’autre remblai ou même dans les déblais extérieurs à la plate-forme.

56Cette dernière péripétie impliquerait une occupation épiclassique de San Juan las Vegas, puisque nous avons admis que le viol des tombes est une coutume introduite durant cette période par des immigrants mexicains. Il faut noter cependant que nous n’avons trouvé, dans l’ensemble du site, aucune trace d’occupation épiclassique ; d’autre part, le viol des tombes impliquait en général la disparition des squelettes.

57Le matériel fourni par les différentes opérations, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de la structure, matériel qui comprend toujours un faible pourcentage de tessons préclassiques, permet d’affirmer que les deux phases de construction de la str : A-4 datent du Classique tardif.

Fig. 21 La str. A-4 vue de la pyramide principale.

Fig. 21 La str. A-4 vue de la pyramide principale.

La str. A-3

58Cette structure basse (0,90 m) et très allongée (25,50 x 4,10 m), orientée 108° à l’est du Nm – soit une déviation de 18° – ferme presque complètement la place au nord. Très grossièrement construite, en utilisant parfois pour les murs de soutènement des blocs naturels énormes (fig. 22), elle s’étend juste sur le rebord de la terrasse et devait être soutenue au nord par une série de gradins qui ont été emportés par l’érosion. Il n’y a pas d’escalier visible vers la place.

59À notre arrivée, il était apparent que cette plate-forme avait subi des modifications : faisant face à la pyramide A-1 et sensiblement de la même longueur qu’elle, elle semblait avoir été ensuite allongée de 5 m vers l’ouest. Nous devions vérifier ce point et essayer de dater par des sondages les différentes phases de construction décelées.

60Le dégagement des murs de soutènement sud, est et ouest (le mur nord a disparu dans la pente) ne pose pas de problème particulier. On note seulement le caractère fruste de la construction, et la jonction bien visible des deux ailes latérales et de la partie centrale plus ancienne. Vers le centre du mur sud un gradin apparaît, en face de l’endroit où devrait être l’escalier. Un mur ancien est également mis au jour, un peu au-dessous du niveau de la place, recouvert par le mur de soutènement sud de la str. A-3 ; il s’agit d’une plate-forme plus ancienne, A-6, dont nous allons dégager l’angle sud-ouest et le mur sud sur 3 m de longueur ; le reste de cette structure, probablement une habitation datant déjà du Classique tardif, a disparu.

Fig. 22 – La str. A-3. a/Plan et élévation de la face sud. b/la face sud. c/fouille de l’angle sud-est montrant l’agrandissement latéral.

Fig. 22 – La str. A-3. a/Plan et élévation de la face sud. b/la face sud. c/fouille de l’angle sud-est montrant l’agrandissement latéral.

61Le matériel récolté au cours de cette première opération (D) est moyennement abondant (549 tessons) ; les pourcentages de tessons préclassiques (20 %) et classiques tardifs (80 %) sont les mêmes que dans la str. A-4.

62Un puits stratigraphique de 2 x 2 m (opération K) est ouvert dans la partie ouest de la plate-forme correspondant au dernier agrandissement latéral, au contact du mur ouest de la structure centrale. Il met au jour au niveau + 20 un mur de pierre dont l’orientation ouest-est diffère sensiblement de celle de la str. A-3, mais se rapproche de celle de A-6. Il ne peut s’agir que d’une structure d’habitat, A-7, qui a précédé la construction de A-3 ; le sol inégal d’argile rouge mis au jour au niveau – 10 indique le niveau de la place à cette époque. Le matériel, mélange habituel de tessons préclassiques et classiques, révèle l’âge probable de la str. A-7 : Classique tardif. Le puits K est arrêté au niveau – 20 car il ne donne plus de matériel.

63Le sondage de 2 x 1,50 m pratiqué vers le centre de la plate-forme A-3 (opération L), a permis de mettre au jour le mur est de la structure la plus ancienne, A-3a. Il fut ensuite facile de suivre le mur sud, 90 cm à l’intérieur du mur de soutènement définitif, qui constituait le “gradin” visible au début des fouilles. Nous avons pu ainsi déterminer le périmètre de la structure ancienne qui mesurait 3,20 x 6,50 m et en localiser le centre pour un autre sondage, P. Le matériel de la fouille L a été réparti en deux lots, selon qu’il provenait de l’intérieur ou de l’extérieur de la str. A-3a ; la différence est faible, sinon dans le pourcentage des tessons préclassiques plus élevé dans le second (24% contre 6 %. A partir du niveau – 20 la quasi-totalité du matériel est préclassique, avec cependant encore quelques rares tessons du Classique tardif.

64Le puits de 2 x 2 m (opération P) au centre de la str. A-3a, après avoir dégagé, à fleur de terre, un amas de galets qui doit être récent, met au jour un premier sol peu net à + 50, puis un autre sol d’argile durcie à – 15. Plus bas, le matériel, moins abondant, est entièrement préclassique. Nous avons donc dans le sondage P l’indication du niveau d’habitat préclassique à – 15, que nous retrouvons dans le puits L ; il a donné de plus, dans les niveaux supérieurs – qui sont classiques – le plus fort pourcentage de tessons préclassiques : 56 %.

65L’opération M, pratiquée à l’extrémité est de A-3, avait pour but de rechercher le mur est de la structure intermédiaire, dont la jonction n’était pas visible sur le mur de soutènement sud, afin de mesurer la partie rajoutée sur cette face. Ce mur fut localisé à 3,05 m de l’extrémité de la plate-forme. La str. intermédiaire A-3b a donc été allongée vers l’est (de 3,05 m) et vers l’ouest (de 4 m) pour constituer la structure définitive.

66La fouille M a livré, de plus, une demi-olla contenant du charbon, et 276 tessons, dont 10 % préclassiques.

Conclusion sur la str. A-3

67Nos 4 sondages ont montré l’existence d’un niveau préclassique à – 15, suivi au Classique tardif de 4 phases de construction. Datent de la première les plates-formes d’habitation A-6 et A-7, qui ont été recouvertes par le sol de la place (nous n’avons cependant pas la certitude que ces plates-formes ne soient pas plus anciennes).

68Durant la deuxième phase, au moment de l’aménagement du centre cérémoniel, une structure rectangulaire de 3,20 x 6,50 m est construite, parallèle à la pyramide principale.

69Au cours de la troisième phase, cette structure, A-3a, est agrandie, de 0,90 m vers la place, et latéralement d’environ 6 m de chaque côté pour atteindre une longueur de 18,45 m ; la largeur n’est que de 4,10 m.

70Enfin au cours de la quatrième et dernière phase, la structure intermédiaire A-3b est encore agrandie, latéralement cette fois, vers l’est et vers l’ouest, pour prendre ses dimensions définitives.

71Quant à la fonction des 3 structures successives, on peut observer que le matériel trouvé au pied du mur sud contient peu de débris de poteries cérémonielles : quelques fragments d’encensoirs à “dents” simples (alors que les encensoirs des str. A-1 et A-4 sont à effigie). La plate-forme est depuis très longtemps cultivée, ce qui a pu faire disparaître les vestiges d’occupation domestique. On peut imaginer néanmoins que la str. A-3 supportait une ou plusieurs habitations réservées à l’élite du centre, par analogie avec Los Encuentros, où la demeure du dirigeant principal se trouvait à proximité du centre cérémoniel.

La str. A-2

72Construite à l’endroit où la terrasse se rétrécit, la str. A-2 sépare la place cérémonielle de la partie est de la terrasse, large de moins de 20 m, qui était entièrement occupée par le jeu de balle (fig. 23).

73La plate-forme, haute de 1,70 m, mesurant 6,30 x 10,30 m, est en grande partie occupée par une construction moderne d’adobe et de tuiles, qui a été utilisée comme chapelle ; dans le fond de la pièce unique, il y a un autel rustique, et sur les côtés des banquettes. Nous avons trouvé sur l’autel le col d’une jarre ancienne (G/1) qui a dû servir à transporter la chaux destinée à crépir l’édifice.

74La str. A-2 est orientée 20° à l’est du Nm. Sa face ouest est dotée d’un escalier, dont les 4 marches supérieures sont conservées, occupant toute la largeur de la substructure. Cet escalier inhabituel date sans doute du réaménagement récent de A-2, car sa base n’atteint pas le niveau ancien de la place. Nous constaterons cependant que la substructure, entièrement préhispanique, n’a pratiquement pas été surélevée au moment de la construction de la chapelle. Le mur est, par contre, solidement construit de gros blocs taillés, a été surhaussé de 50 cm, sans doute parce que la partie supérieure s’était effondrée.

75Notre travail sur A-2 a comporté deux opérations : le dégagement des murs (C) et un puits de 2 x 2 m au centre de la chapelle (G).

76Les murs nord et sud sont en très mauvais état, contrairement au mur est. L’escalier s’interrompt au niveau actuel de la place, soit 50 cm au-dessus du niveau ancien, et sa jonction avec les murs latéraux est peu nette ; ces observations confirment sa date récente.

77Le matériel trouvé dans les déblais contient un pourcentage élevé de tessons préclassiques (41 %), le reste étant classique tardif. Les fragments de grands encensoirs à effigie ou à “dents” sont abondants sur toutes les faces, indiquant une probable fonction rituelle de cette structure.

78Le puits stratigraphique G, partant du sol de la chapelle (niveau + 170) a été abaissé jusqu’à 50 cm au-dessous du niveau de la place. Il y a 3 niveaux très nets d’occupation (sur la fig. 24, nous avons représenté conventionnellement la paroi est de la fouille au lieu de la paroi nord de façon à faire apparaître les détails normalement invisibles).

79L’occupation récente, tout-à-fait superficielle, n’est représentée que par le sol de la chapelle, qui est recouvert d’un dallage sommaire de grosses pierres calcaires plus ou moins planes dans l’argile durcie servant de liant.

80À 20 cm de profondeur apparaît une offrande (G/2) composée de deux bols à base annulaire de type Ruano, l’un dans l’autre, complètement écrasés. Cette cache du Classique tardif prouve que la hauteur de la plateforme n’a été que très peu modifiée pour la construction de la chapelle.

81L’occupation classique tardive se poursuit de + 155 à + 20, avec seulement un changement dans la couleur du remblai argilo-sableux, qui passe du gris au jaune. Le matériel peu abondant (environ 300 tessons) est un mélange de classique tardif et de préclassique, ce dernier dominant pour la première fois (60 %).

82Le niveau + 20 ne marque pas de changement très net dans la stratigraphie – il n’y a pas de sol apparent – mais à ce niveau apparaît une sorte de cuvette ovale de terre durcie, mesurant 73 x 95 cm, dont les bords se relèvent en bourrelet et qui contient des pierres et du charbon (récolté pour analyse C-14). Il y a un os de cerf près du foyer, et deux lentilles de cendre au nord et au sud de celui-ci. Le matériel céramique trouvé entre + 20 et – 50 est entièrement préclassique ; nous avons donc ici un niveau d’occupation ancienne nettement plus élevé que dans la str. A-3.

83À – 40 est mis au jour contre la paroi ouest de la fouille un squelette d’adulte âgé (G/5) en décubitus dorsal, axe du corps sud-nord, interprété comme un enterrement préclassique sous le sol de l’habitation.

84Il n’y a plus de tessons à partir de – 50 et la fouille G est arrêtée à ce niveau.

Fig. 23 La str. A-2 vue du sommet de la pyramide principale.

Fig. 23 La str. A-2 vue du sommet de la pyramide principale.

Conclusion sur la str. A-2

85Cette structure, probablement cérémonielle, a été construite au Classique tardif sur un sol d’habitat préclassique, ce qui explique la forte proportion de tessons anciens trouvés dans le remblai. Elle semble avoir été élevée en une seule fois jusqu’à son niveau actuel. Il n’y a aucune trace de la superstructure, qui était peut-être un petit temple. Abandonnée au Postclassique, elle a été réutilisée sans modification majeure (si ce n’est l’adjonction d’un escalier sur la face ouest, recouvrant sanas doute l’escalier ancien) à une époque récente pour le culte catholique.

Fig. 24 – Profil de la str. A-2 et de la fouille stratigraphique (opération G).

Fig. 24 – Profil de la str. A-2 et de la fouille stratigraphique (opération G).

Le jeu de balle (str. A-5)

86Un simple examen du plan du centre cérémoniel de San Juan las Vegas montre qu’il existe, à l’est de la str. A-2, un vaste espace plan inoccupé. Il eut été surprenant que cette partie de la terrasse n’ait pas été utilisée au Classique tardif, ne serait-ce que pour des habitations ; elle était d’autre part l’unique endroit permettant d’implanter un éventuel jeu de balle.

87Ce n’est que vers la fin de notre compagne à San Juan, une fois terminée l’étude des structures entourant la place cérémonielle, que nous avons été à même de vérifier notre hypothèse en creusant une tranchée nord-sud sur toute la largeur de la terrasse, à 12 m à l’est de la str. A-2 (opération T). Elle a très vite dégagé un long mur orienté ouest-est délimitant deux zones de remblais très différents : jaune, sablonneux et contenant des tessons au nord ; noir très homogène et stérile au sud ; c’était le mur de soutènement sud d’une plate-forme allongée, que nous allions suivre sur une trentaine de mètres. Il ne faisait plus de doute que nous avions mis au jour la partie nord du jeu de balle recherché.

88Ce jeu de balle, A-5, a la forme d’une dépression rectangulaire très allongée, limitée de tous côtés par des constructions : c’est le type dit “en palangana” dans la classification de L. Smith (1965 : 89-90), qui le rattache à la période classique dans l’altiplano. À San Juan, le court proprement dit, aire plane de 5,50 x 29,20 m, orienté 120° à l’est du Nm, est bordé de deux banquettes inclinées à 60°, hautes de 90 cm, et faites de dalles de schiste micacé, d’ardoise ou de caliche, surmontées de plusieurs rangées de galets pour atteindre la hauteur voulue (fig. 6 et 25). La partie plane de la banquette, large de 1,75 m, se raccorde à la plate-forme latérale, dont la hauteur ne devait pas dépasser 1 m. Vers le sud, le jeu de balle était dominé par une série de gradins étagés épousant la pente de la colline ; cette zone est trop détruite pour pouvoir être reconstituée.

89Les extrémités du jeu de balle ne sont pas identiques : à l’est, le couloir et les banquettes butent contre un mur vertical sans escalier. À l’ouest au contraire, un escalier intérieur de 4 marches, bien construit sur presque toute la largeur du court, permet de monter à la plate-forme qui limite le jeu de ce côté. Un escalier symétrique, fait de grandes dalles de schiste, permet d’accéder à la plate-forme, puis au court, en venant de la place.

Fig. 25 L’extrémité ouest du jeu de balle. a/l’escalier d’accès au court. b/la banquette nord et l’escalier intérieur. c/offrande dans l’angle nord-ouest du court.

Fig. 25 L’extrémité ouest du jeu de balle. a/l’escalier d’accès au court. b/la banquette nord et l’escalier intérieur. c/offrande dans l’angle nord-ouest du court.

Fig. 26 – Plan et profil du jeu de balle.

Fig. 26 – Plan et profil du jeu de balle.

90L’angle de l’escalier et de la banquette était encombré de dalles et de blocs de caliche tombés de la plate-forme. C’est en dégageant cet éboulis que nous avons découvert, exactement dans l’angle et sur le sol du court, un vase cylindrique à décor rouge sur brun (T/2) intact contenant une perle de jade. Le sol du jeu de balle, à 1,50 m de profondeur par rapport au niveau naturel de la terrasse, se trouve néanmoins au même niveau que la place cérémonielle. Le court a été entièrement remblayé d’une terre noire homogène ne contenant aucun tesson. Ce remblai – naturel ? – est venu recouvrir l’offrande et l’éboulis de l’angle nord-ouest, ainsi qu’une autre offrande déposée au centre du court. Notre sondage W, pratiqué en effet à cet endroit (bien que décalé de 1 m vers le sud par erreur), a mis au jour au niveau 0 une offrande modeste déposée à proximité de trois petites dalles blanches : un bol à offrande fruste (W/1) contenant trois morceaux d’une perle de jade, et un petit vase cylindrique rouge (W/2) dissimulé sous les dalles, contenant lui aussi une perle de jade. Le sol d’argile jaune durcie du court est bien marqué, mais au lieu d’être plat il se relève par endroits comme pour épouser la forme d’une petite construction ou d’un objet encastré dans l’argile. Ce fait étrange ne peut s’expliquer que par une réutilisation du jeu de balle à d’autres fins, après qu’il eût été désaffecté.

91La tranchée T a fourni peu de matériel ; parmi les tessons classés, la proportion de préclassique atteint presque la moitié (43 %), ce qui confirme notre observation antérieure : c’est cette partie est de la terrasse qui était la plus densément occupée au Préclassique.

92La fouille centrale W n’a fourni du matériel qu’au niveau du sol du court : outre les offrandes, les fragments d’un autre petit bol fruste et d’une olla commune, soit au total 18 tessons datant du Classique tardif.

Conclusion sur le jeu de balle

  • 1 Il faut signaler cependant que le jeu de balle de Los Encuentros était sans doute fermé à ses extré (...)

93L’hypothèse de l’existence d’un jeu de balle à San Juan avait été faite dès le début des travaux. Nous n’avions pas soupçonné cependant qu’il pût être aussi disproportionné par rapport au centre cérémoniel proprement dit : ses dimensions générales sont de 13 x 33 m avec les structures encadrantes, dépassant celles de la place. De plus, le type “en palangana” est inconnu dans la vallée du Chixoy, où les jeux de balle jusqu’ici mis au jour à Los Encuentros1, Cauinal, El Jocote, Chitomax, Chirramos, El Cebollal, Guajilote, sont tous du type à extrémités ouvertes (au Classique tardif) ou en I à zones terminales au Postclassique.

94Notre première impression a été que la seule érosion des pentes dominant au sud le jeu de balle ne pouvait expliquer le comblement de cette énorme cuvette, et que celle-ci avait été volontairement remblayée, après que des offrandes aient été déposées au centre du court et dans les angles, au Classique tardif. Il serait difficile toutefois d’expliquer la raison d’une telle entreprise – puisqu’aucune autre structure ne fut édifiée au-dessus du jeu – et l’origine d’une telle quantité de bonne terre fertile ne contenant aucun vestige d’activité humaine.

95Il nous faut donc admettre que le jeu de balle s’est naturellement rempli, au cours du millénaire qui a suivi son abandon, de l’humus qui se formait rapidement dans cette cuvette humide, jusqu’à en effacer toute trace.

La tranchée nord-sud dans la place cérémonielle

96Une tranchée de 2 m de largeur, fouillée par carrés alternés de 1 m2, a été tracée dans l’axe nord-sud de la place, entre les centres des str. A-1 et A-4 (opération Q). Le but était de rechercher les vestiges éventuels de plates-formes anciennes, analogues aux str. A-6 et A-7 du nord de la place, qui auraient été recouvertes au moment de la construction du centre cérémoniel.

97La stratigraphie des 14 carrés fouillés est identique : le niveau de la place, signalé par une mince couche brun clair, est visible à 50 cm de profondeur, sous un premier niveau sablonneux correspondant à la partie cultivée, et une seconde couche plus foncée qui est la seule à contenir du matériel archéologique. Le gravier jaune du rio, stérile, est atteint à 80 cm.

98Le matériel est très peu abondant : les 447 tessons récoltés dans l’ensemble de l’opération peuvent être datés pour 1/3 du Préclassique et 2/3 du Classique tardif ; il n’y a aucun tesson postclassique.

99La fouille a été élargie pour couvrir 7 m2 dans une zone centrale qui semblait plus riche ; elle a livré effectivement quelques pierres plates associées à des groupes de tessons, des ornements de grands encensoirs, un bol fruste, et un vase cylindrique brun à décor incisé presque entier (Q/1, fig. 33e), mais aucun mur de plate-forme et aucun foyer.

100La fouille Q n’a donc pas apporté la preuve d’une occupation domestique dense sur la place au Préclassique ou au Classique tardif avant la construction du centre cérémoniel. Il n’est pas impossible toutefois qu’on ait fait au préalable place nette en détruisant systématiquement les plates-formes anciennes ; mais l’absence de tout dépôt matériel important ne vient guère à l’appui de cette thèse.

2 – Les ensembles d’habitation

Le groupe B

101Il occupe les pentes relativement douces qui s’étendent au sud du centre cérémoniel, où l’équipe de reconnaissance signalait d’abondants tessons en surface (fig. 27). Deux structures ont été fouillées, B-1 et B-2, outre 3 sondages qui n’ont donné aucun tesson.

Fig. 27 Plan des groupes A et B établi par l’équipe de reconnaissance.

Fig. 27 Plan des groupes A et B établi par l’équipe de reconnaissance.

102La str. B-1 est une plate-forme dont seul est conservé le mur de contention, vers la pente ; elle est située à environ 80 m au sud-est de la plate-forme de la pyramide A-1. Le sondage central dans le remblai sablonneux a donné une soixantaine de tessons, mélange de préclassique, de classique, de postclassique et de moderne (ces deux dernières périodes sont difficiles à distinguer, surtout pour le matériel micacé).

103La str. B-2, à 30 m au sud de la plate-forme A-1, occupe une zone presque plane. L’habitation a été construite directement sur le sol, sans plate-forme ni soubassement (fig. 28). Bien qu’elle soit très détruite, on distingue encore le bâtiment principal en L et une petite annexe carrée de 2,50 m de côté accolé à la partie nord-ouest. Dans l’habitation principale, l’une des branches, courte, est faite de grandes pierres et de dalles allongées, tandis que l’autre, de petites pierres limitées par des dalles plus grosses, était probablement une banquette. Au nord, deux grandes pierres plates marquent le seuil. Le sol était d’argile durcie : on en voit une trace dans ce qui devait être le patio.

104Cette habitation est difficile à dater : le matériel comprend des tessons assez abondants (256), de l’obsidienne, et 13 “perles” d’argile en forme d’olives, perforées longitudinalement, qui se répartissent sur la face est de la maison et du patio. Nous avons pensé d’abord aux éléments d’un collier, mais il nous paraît maintenant beaucoup plus probable que ces objets soient en fait des poids de filet, analogues à ceux qui sont encore utilisés de nos jours en guise de plombs ; ils pourraient donc être modernes. Cependant, le matériel céramique comprend quelques tessons certainement préclassiques et classiques, parmi d’autres, plus nombreux, qui peuvent être postclassiques ou modernes. D’autre part l’obsidienne est relativement abondante ici puisque nous avons 14 lames, dont une de grande dimension, et une pointe de flèche biface, alors que l’obsidienne est très rare dans les autres parties du site. Or il est exclu que ces objets d’obsidienne soient plus tardifs que le Postclassique.

105Nous pensons donc que B-2 est une habitation postclassique construite à un endroit déjà occupé au Préclassique et au Classique. Le groupe B, en conclusion, présente des traces d’occupation peu denses, depuis le Préclassique ; la plupart des structures d’habitation ont disparu, les seules visibles étant tardives. Le matériel en surface est inexistant.

Le groupe C (Fig. 29)

106Situé à environ 300 m à l’ouest du groupe A, de l’autre côté du barranco, sur une pente assez faible actuellement semée de maïs et de sorgho. La reconnaissance avait relevé les restes de 18 plates-formes d’habitation.

107Nous avons choisi d’étudier la plus grande, C-1. Elle repose presque directement sur le talpetate et est malheureusement mal conservée, bien qu’il soit possible de reconstituer plus ou moins la plate-forme ayant supporté l’habitation, longue de 6 m, et la terrasse située au nord, qui devait aboutir à un gradin et à un escalier dans la pente. La maison était sans doute dotée d’un auvent vers le patio, comme le prouve la découverte d’un trou de poteau à faible distance du mur nord de la plate-forme.

108Le matériel est abondant au pied des murs : nous avons ramassé environ 300 tessons, dont une cinquantaine peuvent être datés, tous du Classique tardif. Ce sont des fragments de poteries domestiques, avec cependant quelques pièces plus fines, vases cylindriques orange, ou rouge sur brun polis. Il n’y a pas d’encensoir. L’obsidienne est représentée par 4 lames, dont une grande.

109À environ 5 m au sud-est de C-1, en limite du barranco, on distingue deux petites dalles plantées verticalement, distantes de 40 cm, qui émergent d’une quinzaine de cm (fig. 30). Trois pierres plates de caliche et une dalle de talpetate longue de 1,35 m, qui gisent un peu plus bas, indiquent qu’il y avait là un petit ensemble évoquant un autel de costumbre, avec sa table d’offrande. R. Grignon a dégagé, entre cet autel et la pente naturelle, une sorte de caisson rudimentaire, quelques galets roulés peut-être déposés comme offrande, et deux jarres brisées, à surface brossée, apparemment postclassiques (ou récentes ?). L’autel C-2, en définitive, ne peut être associé à la structure voisine C-1 : il est plus récent, et peut-être moderne.

Les groupes D et E

110Ces deux groupes occupent les pentes beaucoup plus raides sur la rive nord du rio Chicruz (fig. 31). Ils sont séparés par une petite quebrada. Le groupe D est traversé par la piste qui monte vers le cerro El Jocote avant de redescendre sur le site du même nom et au-delà du Chixoy vers l’aldea de Pasulup.

111Pour les deux groupes, un total de 34 structures ont été relevées, la majorité à l’est de la quebrada, et remontant très haut sur la pente. La plupart des plates-formes se présentent aujourd’hui comme un simple mur de contention du côté de la pente, fait de dalles de talpetate et de pierres calcaires plus ou moins taillées, ne dépassant pas 50 cm de hauteur. Ainsi disposées face à la pente, les habitations ne formaient pas d’ensembles disposés autour d’un patio, tels qu’on a pu en observer à Paxac (Los Encuentros) et surtout à Pueblo Viejo-Chixoy. Il faut noter cependant l’ensemble E-1, plus élaboré, qui comprend une grande terrasse limitée sur trois côtés par un mur de contention, sur laquelle est construite la plateforme d’habitation, qui a 8 m de longueur. Vers le centre de la terrasse, quelques pierres vaguement disposées en cercle dessinent ce qui dût être un petit autel, ou un foyer. Les maisons voisines, un peu en dehors de la terrasse et différemment orientées, n’appartiennent pas au même ensemble, qui n’est donc pas clos.

Fig. 28 La structure d’habitat B-2.

Fig. 28 La structure d’habitat B-2.

112Dans le groupe D, moins dense, une seule structure, D-1, a été fouillée (fig. 32). Très abîmée par l’érosion qui ravine les dépôts de cendre volcanique blanche, le mur de contention, haut de plus de 1 m, est cependant encore visible, avec une avancée qui pouvait être un escalier. La fouille centrale a livré des tessons abondants (plus de 300), tous classiques.

Fig. 29 – Plan du groupe C (J.P. Courau).

Fig. 29 – Plan du groupe C (J.P. Courau).

Fig. 30 – Autel de costumbre près de la str. C-1.

Fig. 30 – Autel de costumbre près de la str. C-1.

Fig. 31 – Les ensembles d’habitat D et E (J.P. Courau).

Fig. 31 – Les ensembles d’habitat D et E (J.P. Courau).

Fig. 32 – La str. D-1.

Fig. 32 – La str. D-1.

Notes

1 Il faut signaler cependant que le jeu de balle de Los Encuentros était sans doute fermé à ses extrémités au cours d’une première phase.

Table des illustrations

Titre Fig. 6 Détail de l’architecture du jeu de balle : la banquette nord.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8458/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Fig. 7 – La pyramide principale (str. A-1)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8458/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre Fig. 8 – Plan et profil de la str. A-1.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8458/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Fig. 9 – Fouille centrale de la str. A-1. a/début de la fouille, b/caisson central et urne funéraire postclassique, c/sépulture collective, d/plate-forme ancienne sur le sol de talpetate.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8458/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Titre Fig. 10 – Plan de la sépulture collective.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8458/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Titre Fig. 11 – Fouille du haut de l’escalier de la str A-1. a/ciste b/offrande de galets.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8458/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Titre Fig. 12 Le ciste (1) contenant la sépulture multiple (2).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8458/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Fig. 13 – La str. A-4. a/avant la fouille, b/la face est après le dégagement des escaliers et du bloc central.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8458/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Fig. 14 – Détails de la str. ancienne A-4a. a/le bloc nord, avec l’escalier tardif, b/le bloc sud et la jarre contenant un squelette de jaguar.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8458/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 15 – La str. A-4. a/plan montrant l’amoncellement de dalles dans la partie centrale. b/les “chambres” ont été vidées de leur contenu. c/vue perspective montrant les deux phases de construction.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8458/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre Fig. 16 – Profil de la str. A-4.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8458/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Fig. 17 – Fouille de la str. A-4. a/les compartiments est et ouest au niveau 0. b/le compartiment ouest : dallage au niveau +80. c/la tombe du compartiment est.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8458/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Titre Fig. 18 Plan de la tombe de la str. A-4.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8458/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Fig. 19 – Le compartiment ouest, vidé de son remblai, et les blocs latéraux.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8458/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Fig. 20 – Pierres calcaires utilisées dans la str. A-4. a/muret central, b/chambre ouest.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8458/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Titre Fig. 21 La str. A-4 vue de la pyramide principale.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8458/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre Fig. 22 – La str. A-3. a/Plan et élévation de la face sud. b/la face sud. c/fouille de l’angle sud-est montrant l’agrandissement latéral.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8458/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Titre Fig. 23 La str. A-2 vue du sommet de la pyramide principale.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8458/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 24 – Profil de la str. A-2 et de la fouille stratigraphique (opération G).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8458/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 25 L’extrémité ouest du jeu de balle. a/l’escalier d’accès au court. b/la banquette nord et l’escalier intérieur. c/offrande dans l’angle nord-ouest du court.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8458/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Titre Fig. 26 – Plan et profil du jeu de balle.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8458/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 27 Plan des groupes A et B établi par l’équipe de reconnaissance.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8458/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Fig. 28 La structure d’habitat B-2.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8458/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Titre Fig. 29 – Plan du groupe C (J.P. Courau).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8458/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 30 – Autel de costumbre près de la str. C-1.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8458/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 31 – Les ensembles d’habitat D et E (J.P. Courau).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8458/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 32 – La str. D-1.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8458/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 42k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search