Version classiqueVersion mobile

Archéologie de sauvetage 5

 | 
Alain Ichon
, 
Rita Grignon

1ère Partie : San Juan Las Vegas

1ère Partie : San Juan Las Vegas

Texte intégral

1Chi San Juan est un simple hameau groupant sur les deux rives du rio Chicruz une dizaine de familles – 113 habitants d’après le recensement de 1978 – qui n’étaient déjà plus que quatre quand nous avons entrepris ; en novembre 1981, la fouille du site archéologique. Nous avons conservé pour celui-ci le nom de San Juan las Vegas qui figure sur la carte au 1/50.000ème Los Pajales de l’Instituto Geográfico Nacional (ses coordonnées rectangulaires sont : 758 650 – 680 250 ; ses coordonnées géographiques : 15° 11’ nord – 90°36’ ouest).

2San Juan las Vegas est un site important, plus par sa situation que par ses dimensions, qui sont modestes. En effet, le rio Chicruz constitue une voie de communication très fréquentée entre les bassins de Rabinal et de Cubulco et le rio Chixoy, qui ne peut être franchi en hiver qu’à Chicruz (confluent des rios Chicruz et Calá avec le Chixoy) où se trouve l’unique pont suspendu. Plusieurs chaînes montagneuses, atteignant 2.000 m au cerro Buena Vista, barrent le débouché des plateaux vers le nord, et orientent vers la vallée du Chicruz qui les traverse, les pistes venant des deux chefs-lieux de municipios, Rabinal et Cubulco ; ces pistes se rejoignent vers la quebrada Xuaxan, suivant de là le lit du rio jusqu’à Chicruz, ou remontant au nord-ouest vers Chitomax (fig 1). Le site de San Juan se trouve ainsi à 4 heures de marche de Cubulco, à 2 heures de Chitomax, à 1 heure de Chicruz et à 2 heures de Xococ, gros village relié à Rabinal par une route carrossable

3La vallée du rio Chicruz est encaissés, comme celle du Chixoy, et bordée de collines abruptes qui la dominent de 3 à 400 m : au sud les lomas de Pacuñas (1358 m), au nord le massif du cerro El Jocote et de Chuichaj qui sépare les deux vallées. À Chi San Juan les pentes du Pacuñas ont conservé en partie leur couverture de pinède claire, alors que les pentes nord, déboisées, ne supportent plus qu’une maigre végétation d’épineux, plus dense le long des ravins creusés par l’érosion. C’est le bas des pentes qui est cultivé en priorité, mais on trouve des milpas jusque sur les sommets, en des endroits tellement encombrés de rochers calcaires que semer là paraît une gageure. Le maïs et le sorgho, semés ensemble dans les mêmes champs, mais récoltés à des époques différentes, constituent avec l’arachide l’essentiel des cultures.

4Nous avons consacré à San Juan las Vegas un mois et demi de fouilles, en novembre-décembre 1981. Rita Grignon Cheesman était chargée de l’organisation et de la surveillance des travaux, qu’elle dirigea seule du 13 au 26 novembre, puis sous ma supervision.

5La reconnaissance du site par l’équipe de J.P. Courau et R. Gonzalez Lauck en 1979 avait relevé et dressé le plan de 5 ensembles, dont un cérémoniel, et récolté environ 500 tessons permettant de dater provisoirement le site du Classique tardif. Trois autres sites avaient été reconnus dans la vallée : Lucas Teletor et Pachic, en aval, tous deux probablement classiques, et Chilu 2 en amont, postclassique d’après son matériel.

6La disposition du groupe A de San Juan, avec sa pyramide principale adossée à la colline, nous a frappé d’emblée par sa ressemblance avec celle du groupe A de Los Encuentros, malgré des différences évidentes : le centre cérémoniel est plus petit, ne comporte qu’une place – au lieu de deux à Los Encuentros – et n’a pas, semble-t-il, de jeu de balle.

7Nous avons donc pensé que la fouille de San Juan pourrait nous fournir des données utiles pour confirmer certains traits notés à Los Encuentros et préciser, en particulier, notre définition provisoire de l’Epiclassique, période que nous avons trouvée peu représentée jusqu’ici dans la vallée du Chixoy. Notre hypothèse de travail était, en conséquence, que la similitude des centres cérémoniels impliquait la contemporanéité des deux sites, et qu’à San Juan une phase terminale, “épiclassique”, avait succédé à l’occupation classique avant l’abandon du site au Postclassique. Pour la période classique, l’absence d’un terrain de jeu de balle à San Juan était également surprenante, et il était important de vérifier si une telle structure n’existait pas en fait, entièrement cachée aux regards par l’érosion ultérieure.

Fig. 3 – Le cours inférieur du rio Chicruz et le site de San Juan las Vegas.

Fig. 3 – Le cours inférieur du rio Chicruz et le site de San Juan las Vegas.

Fig. 4 Le centre cérémoniel vue de la rive nord du rio Chicruz.

Fig. 4 Le centre cérémoniel vue de la rive nord du rio Chicruz.

8Malgré l’absence de matériel ancien dans les récoltes de surface, une occupation dès le Préclassique n’était d’ailleurs pas exclue : c’est le cas à Los Encuentros comme dans beaucoup d’autres sites de la vallée. Si elle se confirmait, il était important de vérifier si la séquence culturelle comportait à San Juan la même lacune que dans la quasi-totalité des sites de la région, lacune correspondant à la période du Classique ancien et moyen.

9Enfin, compte tenu de la situation particulière de notre site, en dehors de la vallée principale mais sur un petit affluent qui constitue, et a sans doute constitué de tous temps, une voie de communication importante, on pouvait espérer que des fouilles apporteraient quelques éléments permettant de comprendre la place et le rôle tenus par San Juan las Vegas au Classique tardif dans les relations entre les centres de la vallée du Chixoy et ceux des plateaux.

Fig. 5 – Plan du groupe A.

Fig. 5 – Plan du groupe A.

Table des illustrations

Titre Fig. 3 – Le cours inférieur du rio Chicruz et le site de San Juan las Vegas.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8453/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Titre Fig. 4 Le centre cérémoniel vue de la rive nord du rio Chicruz.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8453/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre Fig. 5 – Plan du groupe A.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8453/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 113k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search