Version classiqueVersion mobile

Archéologie de sauvetage dans la vallée du Río Chixoy 4

 | 
Alain Ichon
, 
Marion P. Hatch

2ère Partie. Le Matériel

Chapitre III. Les artefacts : matériel lithique et divers

Texte intégral

1Tous les objets sont du Classique tardif ou terminal, sauf indication contraire.

1 – Lithique

2Les objets de silex et d’obsidienne étant classés à part, nous distinguerons les artefacts d’utilisation domestique, les sculptures ou autres objets d’utilisation probablement rituelle, et les objets de parure.

a/ Objets utilitaires (fig. 99)

Grande molette de diorite (F/23, bloc central)

3Deux fragments d’une grande mano de moler, de forme rectangulaire ; les deux faces d’utilisation sont entièrement aplanies. L’objet était d’une dimension exceptionnelle pour une molette : longueur conservée : 16 cm, largeur 11 cm, épaisseur : 3,1 cm.

4Une autre molette de même forme a été mise au jour dans le bloc central.

Petite hache de serpentine

5Haches et herminettes sont très rares à Los Encuentros. Y/11 est l’unique exemplaire entier ; il provient de la plate-forme de la str. A-1. Cette hache n’est polie que sur la moitié de sa longueur, le talon et les côtés étant laissés bruts. Dimensions : longueur = 5,5 cm, largeur = 3 cm, épaisseur = 1,4 cm.

Battoir à écorce

6Cet objet, C/22, provient du remblai de la str. A-7. Il s’agit d’un battoir à écorce de rhyolite, incomplet. L’une des faces est lisse, l’autre porte 12 rainures en V profondes de 1 mm ; il y a une gorge pour l’emmanchement. La largeur est de 5,8 cm, l’épaisseur de 4 cm.

Disque de trachyte (rhyolite) à double cupule

7E/1, trouvé sur la face est de la str. A-10, ressemble à un anneau de pierre (doughnut stone) dont la perforation biconique n’aurait pas été achevée. Chaque face est creusée d’une cupule, de diamètre inégal, profonde de 1,2 cm, qui servait peut-être de casse-noix. Le diamètre est de 8,1, l’épaisseur de 3,2 cm.

Anneau de pierre

8Cet objet T/1, de rhyolite, a été trouvé au pied du mur de la str. A-11. La perforation est bipolaire. Il est bien léger pour avoir servi de poids à lester. Dimensions : diam. = 7,8 ; e = 4,2 cm.

9Un autre anneau, C/8, est de dimension et de poids un peu supérieurs.

b/ Objets non utilitaires (fig. 99f-j, 100 et 101)

Trois objets de pierre ponce taillée

10Ces objets, X/19, S/4 et F/9, proviennent respectivement de la fouille centrale de la str. A-2, du puits stratigraphique S et du bloc central.

11Le premier évoque un metate miniature ; le second un oiseau aux ailes déployées. Le troisième est en forme d’anneau.

12Les objets de pierre ponce taillée mis au jour à El Jocote (1981 : 78 et fig. 90) sont sans doute préclassiques. Ceux de Cauinal (1980 : 199, fig. 182) datent par contre du Postclassique tardif, mais ils sont beaucoup plus élaborés. Les 3 objets de Los Encuentros dateraient plutôt du Classique tardif, indiquant une longue tradition pour ce type de “sculptures”.

Fig. 99 – Industrie Ethique : mano, hache, battoir à écorce, disque, anneau, pierre ponce taillée et divers.

Fig. 99 – Industrie Ethique : mano, hache, battoir à écorce, disque, anneau, pierre ponce taillée et divers.

Bille de pierre

13Cette grosse bille (diam. = 2,9 cm), d’une pierre non identifiée, est de facture soignée, mais non polie. Son utilisation est problématique.

Statuette anthropomorphe dite ‘ʻcamahuil

14Cet objet P/1 de pierre dense, peint en rouge avec de l’hématite spéculaire, a été trouvé au nord du jeu de balle. Bien que le style schématique rappelle celui des statuettes de schiste ou de stéatite communes dans la région voisine du département d’El Quiché (sur les sites de Zacualpa et de La Lagunita entre autres) et datés du Classique ancien, les différences de détail sont importantes : traits mieux marqués et plus grande épaisseur donnant à la sculpture sa troisième dimension. Nous avions noté à Los Cerritos-Chijoj, un site proche de La Lagunita mais un peu plus tardif, une dégénérescence très nette de ce type de statuettes au Classique tardif. Le camahuil de Los Encuentros ne confirme pas cette observation.

15Dimensions : 1 = 6,1 cm.

Boules de pierre sculptée (fig. 100)

16Ces deux objets, U/4 et U/62, ont été mis au jour presque en surface, sur la str. A-5, et doivent être associés au jeu de balle.

Fig. 100 – Boule de basalte représentant une tête de mort

Fig. 100 – Boule de basalte représentant une tête de mort

17Le premier, de basalte travaillé par piquetage, représente une tête de mort ; les yeux sont en forme de lunettes, le nez est évidé, la bouche entr’ouverte découvrant les dents. Le second, plus fruste, a utilisé un galet sphérique non retouché. Les diamètres respectifs sont de 14 et 13 cm.

18Ces objets sont à rapprocher, d’une part de sculptures analogues trouvées à Bilbao, dans le piedmont pacifique (cf. le monument 81 de Bilbao dans Ichon et Cassier 1975 : 22-23, fig. 15) et datant du Classique moyen d’après Parsons (1967) ; d’autre part du galet en forme de tête de mort encastré au pied de la pyramide-temple postclassique d’El Jocote (Ichon et Grignon 1981 : 100, fig. 122). À Los Encuentros, ils seraient associés au jeu de balle épiclassique, ce qui indique, ici encore, une longue tradition.

Dalle calcaire gravée (fig. 101)

19L’artefact F/5, sans doute associé au “gardien” de la grande tombe de la str. A-1, est une dalle de caliche taillée en forme de parallélépipède (27 x 36 et 15 cm d’épaisseur), dont l’une des faces est gravée de motifs scalaires formant un encadrement et une croix ; on note une cupule dans l’un des rectangles ainsi délimités.

20Il s’agit d’un jeu d’origine mexicaine, le patolli. Les plus anciennes représentations de ce jeu dateraient du VIIème-VIIIème siècle à Teotihuacan (Ledyard Smith 1977 : 360) ; à Seibal, elles datent du Classique tardif. Le patolli de Los Encuentros a le même dessin que ceux de Tula, du Yucatán, du Petén et de Belice, mais le nombre de cases – 57 d’après L. Smith – n’est pas le même : notre patolli aurait eu environ 80 cases (l’un des angles est abîmé) : 18 pour chacune des échelles longues, 16 et 10 pour les échelles courtes.

Fig. 101 – Jeu de patolli trouvé dans le bloc central de la str. A-1.

Fig. 101 – Jeu de patolli trouvé dans le bloc central de la str. A-1.
  • 1 Un autre patolli a été trouvé en surface sur le site de Pueblo Viejo-Chixoy, qui a été occupé au Cl (...)

21L. Smith voit dans la diffusion du patolli l’une des preuves de l’invasion de Ceibal au Classique terminal par des groupes non-maya et de l’influence toltèque à Palenque, Ceibal et Belice (op. cit. : 361). Nous considérons l’introduction du patolli dans la région du Chixoy moyen comme un trait épiclassique1.

c/ Objets de silex et d’obsidienne (fig. 102-105)

22Bien qu’il n’y ait pas de silex dans notre région, la plupart des sites de la vallée ont livré quelques rares objets cérémoniels datant du Classique tardif ou du Postclassique. À Los Encuentros, nos fouilles ont mis au jour 2 objets de silex seulement :

23– Y/12 (fig. 102) est un éclat de silex brun, de section concave ; la partie circulaire est taillée en grattoir par retouches unifaciales. La pièce provient de la str. A-1.

24– U/9 (fig. 103) est un grand couteau de sacrifice en silex brun, en forme de feuille de laurier. Pour une longueur de 27 cm, l’épaisseur ne dépasse pas 1 cm. Cet objet était déposé comme offrande, avec une grande pointe d’obsidienne, dans une olla au-dessus d’une sépulture à l’ouest de la str. A-5.

Fig. 102 – Grattoir de silex.

Fig. 102 – Grattoir de silex.

Fig. 103 – Grand couteau de sacrifice en silex de la cache U/8.

Fig. 103 – Grand couteau de sacrifice en silex de la cache U/8.

25L’obsidienne est peu abondante à Los Encuentros, comme d’ailleurs dans les autres sites du Chixoy. La plupart des objets décrits ci-dessous sont d’obsidienne noire translucide, veinée ou tachée de nuages, provenant sans doute de Pachay (San Martín Jilotepeque). Nous avons trouvé cependant plusieurs lames d’obsidienne verte, généralement considérée comme provenant du Cerro de las Navajas, près de Pachuca, au Mexique :

26– dans le vase céphalomorphe J/1, 21 lames disposées en croix. Ce sont des lames prismatiques, de section trapézoïdale ou triangulaire, dont la pointe est en général déjetée. Elles n’ont pas été utilisées (fig. 105a).

27Dimensions : longueur moyenne 9,5 cm (de 8,6 à 10,3).

28largeur : 1 à 1,3 cm ; e = 2 à 3 mm.

29– les autres lames sont trouvées isolées et incomplètes, dans la tombe 2 (fig. 104f), les déblais des str. A-1, A-5, A-10 et surtout A-3 (3 lames).

Objets d’obsidienne translucide

Grands grattoirs sur bout de lame (fig. 104g)

30Ces 3 objets, Y/8, proviennent sans doute d’une cache sur l’escalier de la str. A-1. Deux d’entre eux sont entiers (1 = 9,2 et 9,5 cm). Ces pièces assez frustes, ayant gardé une partie du cortex, ont un aspect caréné dû à l’épaisseur de la partie distale, qui a été aménagée en grattoir circulaire. Les côtés ont également été utilisés – et même aménagés dans un cas – pour servir de couteau ou de racloir.

Grand couteau sur lame (A/19, fig. 105d)

31Placé dans l’un des encensoirs à excroissances de la cache centrale de A-5. Ce grand éclat (1 = 15,4 cm), courbe, a été travaillé sur sa face plane, sur la moitié de sa longueur, par des retouches latérales qui finissent par couvrir toute la pointe. Le bulbe de percussion a été enlevé. Cette pièce porte des traces d’ocre rouge, abondant dans la cache.

Pointes bifaciales (fig. 104-a-e)

32Les 5 exemplaires sont très différents.

33U/10, qui accompagnait le grand couteau de silex U/9 (fig. 105c), est en feuille de laurier, avec un pédoncule trapézoïdal aminci à épaulements obliques. Dimensions : 1 = 11,3 ; e = 0,5 cm.

34Y/1, trouvé au pied du mur nord de A-1, lui aussi en feuille de laurier, avec une extrémité apparemment tronquée. La facture est assez fruste ; l’une des faces semble avoir été utilisée comme couteau ou racloir. Dimensions : 1 = 9, e = 0,8 cm.

35Q/1 est l’extrémité mésiale (la fig. 104 a est à l’envers) d’une grande pointe triangulaire ; la base est amincie, en forme de V. La pièce provient des déblais entre les str. A-2 et A-3. Dimensions : largeur = 4, e = 0,9 cm.

36Q/2 provient des mêmes déblais. Cette pointe bifaciale utilise une lame épaisse, dont l’une des faces est peu retouchée. La forme est en losange, avec un pédoncule long et épais. La facture est maladroite (asymétrie). Dimensions : 1 = 6,7 ; e = 0,9 cm.

37Une autre pointe, à pédoncule cassé, a été trouvée entre les str. A-9 et A-10.

38E/3 provient de la str. A-10. La forme est en losange, à partie mésiale plus courte, partie distale plus pointue. La longueur est de 5 cm, l’épaisseur de 0,8 cm.

39Le matériel d’obsidienne comprend, en outre, les fragments de 5 grandes pointes bifaciales incomplètes. Les 2 bases conservées sont à pédoncule triangulaire allongé ou trapézoïdal, aminci, avec des épaulements obliques.

Pointe de flèche (fig. 104e)

40Faite à partir d’une lame, par retouches latérales sur les deux faces. Forme triangulaire allongée, base concave et ailerons.

41Dimensions : 1 = 3,5 cm ; e = 0,3 cm.

Outil non identifié (fig. 104h)

42Fragment de lame, circulaire, avec retouches bifaciales. d = 3,5 cm.

Nuclei (fig. 104i, j)

43C/23 est un petit fragment de nucleus portant les traces d’enlèvement de lames ne dépassant pas 4 mm de largeur.

44A/23 pourrait être un outil en cours de fabrication : plusieurs lames de dimensions variables ont été détachées d’une lame épaisse.

Lames contenues dans la olla U/5, sur la plate-forme de A-5 (fig. 105b)

45Ces petites lames d’obsidienne translucide sont courbes, avec deux encoches ébauchées à environ 1 cm du plan de frappe. La pointe est parfois déjetée, ou taillée en biseau. Les dimensions sont très uniformes : 1 = 8 cm (de 6,9 à 9,2) ; largeur = 1,1 cm (de 0,7 à 1,7). Sur le total de 1.718 pièces, on compte : lames entières = 278

46parties mésiales = 703

47parties distales = 387

48corps = 340

49lames atypiques (sans encoches) = 3

50éclats = 7

51Toutes les lames portent des traces d’utilisation.

d/ Objets de parure

Ornements d’oreille (fig. 106j, k)

Fig. 104 – Objets d’obsidienne : pointes bifaces, grattoirs, lames et nucleus.

Fig. 104 – Objets d’obsidienne : pointes bifaces, grattoirs, lames et nucleus.

Fig. 105 – Lame et pointe biface d’obsidienne provenant de diverses caches.

Fig. 105 – Lame et pointe biface d’obsidienne provenant de diverses caches.

52B/12 a été trouvé dans la bouche de l’un des 3 squelettes de la sépulture B/6, sous l’escalier de la str. A-2. De forme tronconique, évasée, la facture et le polissage sont assez irréguliers. La pierre est du jade vert clair. Cet objet date, comme la sépulture, du Préclassique tardif ou du Protoclassique.

53U/7, trouvé dans le remblai de la str. A-5, est par contre classique. Cet objet de jade vert foncé diffère peu du précédent, mais il est de facture plus soignée et entièrement poli.

Eléments de collier et pendentifs divers

54La plupart viennent de la tombe 2, qui a livré une cinquantaine de ces objets.

55Les perles, non illustrées, sont en majorité subsphériques, puis tubulaires, cylindriques, discoïdales, irrégulières. Certaines sont de jade, d’autres d’une pierre verte micacée (zoïsite ?). U/55 (fig. 106a) est exceptionnel par sa longueur (7 cm) et la qualité du jade ; on note sur l’une des faces planes la trace de la fracture qui a permis de détacher cet objet du bloc de jade brut. Le petit disque-pendentif C/17, de jade gris-vert, provient de la tombe 4, de même que l’artefact C/18 (fig. 106q), petit cylindre de stéatite portant une incision circonférentielle à 1 cm de l’une de ses extrémités.

  • 2 Nous sommes reconnaissants à J. Devaux, spécialiste du jade, d’avoir bien voulu analyser ces pierre (...)

56Les minuscules perles de la tombe 3, de couleur bleu-vert, ne sont pas de turquoise, comme nous l’avions cru d’abord, mais de microline (feldspath)2

57Le collier B/44, qui accompagnait le squelette B/42 (protoclassique), compte 34 perles subsphériques, irrégulières, de pierre verte. Le diamètre moyen de ces éléments est de 1,6 cm. (fig. 107).

Fig. 106 – Objets de parure en pierre semi-précieuses, en argile ou en coquillage.

Fig. 106 – Objets de parure en pierre semi-précieuses, en argile ou en coquillage.

Plaques-pendentifs à mosaïque de pyrite

58B/35 (fig. 108) est une plaque stuquée et incrustée de pyrite qui avait été déposée sur le ventre du mort dans la sépulture protoclassique B/34. Presque carrée (14,2 x 14,5 cm), épaisse de 1,7 cm, elle n’est pas perforée : il ne s’agit donc pas d’un pendentif ou pectoral.

59Le support est constitué d’une rondelle d’argile irrégulière, sans doute découpée dans une poterie, puis enrobée dans une couche de stuc épaisse. La rigidité de l’ensemble était renforcée par un quadrillage de fines baguettes, distantes de 1 cm, qui ont laissé leur trace en creux entre le tesson et la mosaïque. Les éléments de pyrite noire à reflets métalliques, de forme carrée ou rectangulaire, parfaitement conservés, sont soigneusement ajustés ; la bordure est en biseau. Chaque rangée est de 12, rarement 13 éléments ; le total évalué à 147 éléments n’est qu’approximatif, car environ 26 d’entre eux n’ont pas été retrouvés. L’épaisseur des plaquettes de pyrite est de 1/2 mm. L’encadrement de stuc porte des traces de peinture rouge foncé.

60Nous avons quelques fragments d’une autre plaque carrée, U/20, trouvée sur la face ouest de la str. A-5 (fig. 109a) ; deux des angles sont conservés. Elle était certainement de moindre dimension. La mosaïque est faite de plaquettes polygonales ; les unes, d’aspect métallique foncé, bien conservées, seraient de pyrite ; les autres, rouge sombre d’aspect terne et partiellement décomposées, pourraient être de marcasite (cf. Kidder 1951 : 46). Le support est entièrement de stuc.

61La plupart des mosaïques, toutefois, étaient incrustées sur un support circulaire et servaient certainement de pendentifs ; elles datent du Classique tardif. Nous avons mis au jour les fragments d’une trentaine de ces disques ; un seul était entier.

62Les disques servant de support sont de dimension assez variable : l’épaisseur va de 1,5 à 4 mm, le diamètre de 8 à 16 cm (moyenne : 10,4). Ils peuvent être d’argile (3 ou 4 exemplaires), d’ardoise (cas le plus fréquent), de grès, ou d’une pierre jaunâtre à gros grains non identifiée. En général le disque est d’une seule pièce ; dans un cas cependant (fig. 109e), il devait être fait de deux segments se raccordant en biseau (un seul est conservé).

63Le bord du disque peut être droit ou en biseau ; celui-ci permet en effet de dissimuler les perforations qui servent à suspendre le disque sur la poitrine, comme on peut le voir sur la fig. 109c et d. Sur ce dernier objet, les perforations latérales obliques aboutissant au biseau étaient cachées (la fig. représente la face cachée du disque) et seule la perforation centrale, conique ou biconique, restait visible. Dans le premier cas, au contraire, les deux perforations situées non loin du bord sont visibles.

64Le plus souvent, c’est la face la plus grande du disque qui supporte la mosaïque, fixée par une résine. La face cachée du disque était peinte en rouge, de même que le biseau, parfois stuqué. Il est d’ailleurs certain que plusieurs de ces disques devaient porter, au lieu d’une mosaïque, un décor peint sur stuc.

Fig. 107 – Collier de pierre verte provenant d’une sépulture de la str. A-2.

Fig. 107 – Collier de pierre verte provenant d’une sépulture de la str. A-2.

Fig. 108 – Mosaïque de pyrite sur support d’argile et de stuc (sépulture protoclassique B/34).

Fig. 108 – Mosaïque de pyrite sur support d’argile et de stuc (sépulture protoclassique B/34).

Fig. 109 Plaques ou disques dont certains devaient être incrustés de pyrite.

Fig. 109 Plaques ou disques dont certains devaient être incrustés de pyrite.

Fig. 110 Objets de coquillage, d’os et de métal

Fig. 110 Objets de coquillage, d’os et de métal

65La plupart de ces objets proviennent de la str. A-5 et de la tombe 2. Un disque complet (fig. 109d) et les fragments de 4 autres ont été trouvés sur le sol de la tombe. Un fragment de disque provient de la fouille B, sous l’escalier de la str. A-2 ; un autre de l’escalier de la grande pyramide. La tombe 1 du bloc central en a aussi livré plusieurs fragments. L’absence de disques à mosaïque dans les tombes 3 et 4 semble prouver qu’il s’agit là d’objets plutôt classiques qu’épiclassiques.

2 – Coquillage

66– Ornements d’oreille B/37 (fig. HOd) provenant de la sépulture protoclassique B/34. Chacun des deux objets est fait d’une valve de coquillage ronde, perforée en son centre, dont une face est revêtue de stuc peint en vert (sur le bord) et en rose. La partie centrale, saillante, a disparu, mais la forme en est indiquée par la mince pellicule de stuc qui se relève. Le diamètre est de 6 cm.

Pendentifs (fig. 11of, g)

67F/21a, qui provient du bloc central de A-1, est un fragment de valve de coquillage à deux perforations. La longueur est de 2,4 cm.

Eléments de collier

68U/14, trouvé dans le remblai de la str. A-5, est taillé dans une valve de coquillage ; perforé longitudinalement, la face exposée porte deux lignes incisées.

69La perle allongée B/41 a été trouvée dans la sépulture B/40 ; les deux perles C/19 et C/20 dans la tombe 4.

70Les 4 coquillages gastéropodes Cypraeidae de la sépulture B/14 (fig. 110h) ont leur base sciée et sont perforés près de la pointe. Leur longueur est de 2,1 cm.

3 – Os

71– Poinçon Y/2 (fig. 110c), sans doute taillé dans un os de cerf. Provient de la cache (?) à l’est de la str. A-1.

Os longs gravés

72La sépulture B/21, du Classique tardif, a livré plusieurs os travaillés, tous brisés et incomplets. Deux d’entre eux ont pu être partiellement reconstitués.

73B/22a est une diaphyse d’os long décorée par incisions et perforations (fig. 111). Le motif est celui d’une natte tressée, perforée à intervalles réguliers entre les brins. La longueur est de 9,7 cm. Ce motif, en guilloché, se retrouve sur les petits cylindres d’os du monticule funéraire étudié dans le groupe d’habitation C, qui n’ont malheureusement pu être restaurés.

74B/22b (fig. 112) est l’extrémité distale d’un os long (un humérus humain ?) ; le décor est incisé et ajouré. Le motif principal représente un personnage dont le buste est vu de face, la tête de profil. La coiffure compliquée se prolonge vers l’avant par une sorte de panache, vers l’arrière par une tresse et un nœud. L’individu porte un collier de grosses perles, qu’il paraît saisir de sa main droite tandis que la gauche est levée à hauteur d’épaule (le bras gauche n’est pas représenté) ; une jupe quadrillée et une large ceinture. On devine sur la jupe un masque ou écusson, en grande partie détruit. La base de l’os décoré manque ; la partie haute se termine par une série de volutes et un découpage en créneaux.

75Ce bel objet, de pur style maya classique, provient sans doute du Petén.

4 – Métal

76Outre les plaquettes polyédriques de pyrite ou de marcasite, le métal n’est représenté à Los Encuentros que par deux objets :

77– B/37 (fig. 110a) est un ensemble d’une quarantaine de plaquettes irrégulières de fer spéculaire – fragments d’un miroir ? – qui accompagnait la sépulture protoclassique B/34.

78– U/58 (fig. 110b) provient de la tombe 2. Ce petit fragment d’une plaque d’or martelé porte la trace d’une décoration repoussée et une minuscule perforation. Son principal intérêt est de dater sans conteste la tombe de l’Epiclassique.

Fig. 112 Extrémité d’os long décoré provenant, comme le précédent, d’une sépulture datant du Classique tardif (str. A-2).

Fig. 112 Extrémité d’os long décoré provenant, comme le précédent, d’une sépulture datant du Classique tardif (str. A-2).

Fig. 111 Diaphyse d’os long à décor incisé et perforations.

Fig. 111 Diaphyse d’os long à décor incisé et perforations.

Notes

1 Un autre patolli a été trouvé en surface sur le site de Pueblo Viejo-Chixoy, qui a été occupé au Classique tardif et aussi au Postclassique tardif.

2 Nous sommes reconnaissants à J. Devaux, spécialiste du jade, d’avoir bien voulu analyser ces pierres.

Table des illustrations

Titre Fig. 99 – Industrie Ethique : mano, hache, battoir à écorce, disque, anneau, pierre ponce taillée et divers.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8388/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Titre Fig. 100 – Boule de basalte représentant une tête de mort
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8388/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Fig. 101 – Jeu de patolli trouvé dans le bloc central de la str. A-1.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8388/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Fig. 102 – Grattoir de silex.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8388/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre Fig. 103 – Grand couteau de sacrifice en silex de la cache U/8.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8388/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 104 – Objets d’obsidienne : pointes bifaces, grattoirs, lames et nucleus.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8388/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Titre Fig. 105 – Lame et pointe biface d’obsidienne provenant de diverses caches.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8388/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Fig. 106 – Objets de parure en pierre semi-précieuses, en argile ou en coquillage.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8388/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 107 – Collier de pierre verte provenant d’une sépulture de la str. A-2.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8388/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Fig. 108 – Mosaïque de pyrite sur support d’argile et de stuc (sépulture protoclassique B/34).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8388/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Fig. 109 Plaques ou disques dont certains devaient être incrustés de pyrite.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8388/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 110 Objets de coquillage, d’os et de métal
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8388/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 112 Extrémité d’os long décoré provenant, comme le précédent, d’une sépulture datant du Classique tardif (str. A-2).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8388/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Fig. 111 Diaphyse d’os long à décor incisé et perforations.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8388/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 33k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search