Version classiqueVersion mobile

Archéologie de sauvetage dans la vallée du Río Chixoy 4

 | 
Alain Ichon
, 
Marion P. Hatch

2ère Partie. Le Matériel

Chapitre II. Les artefacts : matériel céramique

Texte intégral

1Nous décrirons seulement, pour chaque grande période, les poteries entières provenant des tombes, des sépultures et des caches.

1 – Préclassique tardif

Ollitas frustes à 4 anses (B/4 et B/10, fig. 78)

2Ces deux poteries, dont l’une fait partie du mobilier de la sépulture multiple B/6, sont identiques aux dimensions près.

3Ce sont des ollitas à corps globulaire, col large et court, dotées de 4 anses en ruban partant du bord. L’argile brun-noir, non engobée, est simplement lissée dans la partie inférieure. Sur l’un des exemplaires, l’intérieur du bord est poli et peint en rouge.

4Dimensions : h = 12,2 ; diam. max. = 14,5

Petit bol tétrapode de type Noir Poli (B/11, fig. 79a)

5Cette poterie fait elle aussi partie de la sépulture multiple B/6.

6Le raccord de la base, légèrement convexe, et des parois rectilignes dessine un léger ressaut. La forme des 4 supports pleins, tronconiques avec un épaulement extérieur, pourrait indiquer une date un peu plus tardive (protoclassique ?). L’engobe noir poli couvre toute la poterie. Le fond est irrégulièrement taché de rouge vif.

7Dimensions : h = 6 ; diam. = 14,3 cm.

Bol tripode à décor rouge (et noir) incisé (B/9, fig. 79b)

8Ce bol en calotte, de belle facture, accompagnait aussi la sépulture B/6. On note un ressaut intérieur à 1 cm. du bord ; l’orifice, légèrement “pincé” et décoré de deux pastilles, évoque la forme d’une demie calebasse.

9L’engobe rouge poli (7.5YR-4/6) à fines inclusions micacées, couvre l’extérieur (sauf la base) et l’intérieur du bord. Les incisions fines, tracées après engobage, dessinent une rangée de triangles et trois panneaux décorés du motif de la grecque ou spirale anguleuse. Ces motifs, ainsi que l’intérieur des triangles, devaient être peints en noir (graphite), mais ce pigment a aujourd’hui disparu. Un bol très semblable, provenant du site de Chiboy, au nord de San Andrés Sajcabajá (El Quiché), est daté du Protoclassique. Ce type Noir sur Rouge incisé en zones, utilisant du graphite, nous paraît être une variété du type Utatlán dichrome.

10Dimensions : h = 10 ; diam. = 24,7 cm.

Vase cylindrique dichrome incisé (B/13, fig. 78b)

11La base est plane, les parois subverticales, la lèvre arrondie. Sur l’engobe orange poli (2.5YR-5/8) qui couvre toute la poterie, la peinture rouge (10R-4/6), également polie, forme 16 bandes verticales limitées par une ligne incisée irrégulière et peu profonde. Ce type nous paraît être lui aussi une variété de l’Utatlán, qui peut être dichrome (noir et rouge, orange et rouge) ou trichrome (noir, rouge, orange).

12Dimensions : h = 11 ; diam. = 16,3 cm.

Olla à décor appliqué de type Corinthian Daub (B/16, fig. 80)

13Le corps est globulaire avec 4 renflements qui correspondent au décor de filets et pastilles appliqués représentant un visage stylisé. Des taches de rouge-pourpre (“corinthien”) soulignent les yeux, les bras, et couvrent le col et les 4 anses annulaires partant du bord. L’argile brun-rouge naturel est simplement lissée.

Fig. 78 – Poteries préclassiques de la str. A-2.

Fig. 78 – Poteries préclassiques de la str. A-2.

Fig. 79 – Poteries préclassiques de types Noir Poli et Utatlán.

Fig. 79 – Poteries préclassiques de types Noir Poli et Utatlán.

14Dimensions : h = 14 ; diam. = 17,3 à 18,1 cm.

2 – Protoclassique

15Les 5 poteries qui datent certainement de cette période proviennent de deux sépultures de la str. A-2 : B/24 (niveau + 150) et B/34 (niveau + 25). Nous avons souligné plus haut que plusieurs sépultures considérées comme préclassiques pourraient être en fait un peu plus tardives. D’autre part, le terme “protoclassique” n’implique pas ici une date forcément comprise entre 100 et 200 ap. J.C., laps de temps que l’on s’accorde généralement à attribuer à cette période. Bien des traits protoclassiques, en particulier les fameux supports mammiformes, subsistent durant le Classique ancien (et même moyen). C’est ainsi qu’à La Lagunita (El Quiché), la grotte artificielle C-48, qui contenait de nombreuses poteries protoclassiques parmi d’autres plus tardives, est datée d’environ 400 ap. J.C. (Ichon 1977 : 16). Cette date pourrait être retenue pour la sépulture B/34 de Los Encuentros, dont les poteries sont très semblables à celles de La Lagunita.

Vase-support à décor rouge sur orange (X/36, fig. 81a)

16La forme traditionnelle est “en diabolo”, avec une partie centrale convexe. Le vase est entièrement engobé de rouge-orange poli (10R-5/8), à l’exception de la partie intérieure centrale. Le décor linéaire rouge souligne la base et le bord.

17Dimensions : h = 10,1 ; diam. = 15,4 cm.

Bol en calotte noir, stuqué, à décor polychrome (X/34, fig. 81b)

18La moulure latérale, convexe, correspond à un ressaut intérieur. La poterie est entièrement engobée de noir et bien polie. Le revêtement de stuc a presque entièrement disparu. Il couvrait l’extérieur, sauf la base, et l’intérieur du bord. Le décor polychrome comprend une série de bandes vertes allant du bord à la moulure et des ronds verts sur celle-ci ; le reste est peint en rouge.

19Dimensions : h = 10,6 ; diam. = 23,3 cm.

Fig. 80 – Olla à décor anthropomorphe de type Corinthian Daub.

Fig. 80 – Olla à décor anthropomorphe de type Corinthian Daub.

Bol en calotte zoomorphe stuqué, à décor polychrome (X/35, fig. 81c)

20La forme générale est la même que celle du bol précédent, mais ici modelée de façon à représenter un animal – peut-être un coati – dont la tête est en ronde bosse, alors que les membres sont figurés en léger relief. Le reste du corps est en côtes de melon peu marquées.

21L’argile est rouge brique, bien polie à l’extérieur. Le décor polychrome, rouge, rose et vert, sur revêtement de stuc, s’adapte aux formes de l’animal ; les détails sont soulignés d’un trait noir.

22Dimensions : h = 8,7 ; diam. = 22,2 cm.

Plat tétrapode Brun-noir Poli (X/31, fig. 81d)

23Le bord est décoré de quatre séries de 3 pastilles formant feston. Il y a une rainure intérieure à 1 cm du bord, et extérieurement deux séries de 2 rainures et 4 pastilles. Les 4 supports pleins, courts, ont la forme caractéristique, renflée vers le haut, des “pseudo-mammiformes”.

24La poterie est uniformément engobée d’un brun allant du rouge au noir, poli mais non lustré.

25Dimensions : h = 9 ; diam. = 27,4 cm.

Bol hémisphérique tétrapode noir à décor incisé (B/25, fig. 82)

26Les 4 supports sont de type mammiforme, mais courts et très rapprochés. Le bord, “pincé” aux deux extrémités d’un diamètre et décoré de 2 pastilles, a la forme légèrement ovale d’une calebasse.

27Sur l’engobe noir poli qui couvre toute la poterie, le décor d’incisions peu profondes forme deux panneaux, séparés par deux motifs floraux qui correspondent aux pincements du bord. Ces panneaux portent deux motifs différents : un entrelac de lignes courbes pour l’un, deux oiseaux à gros bec se tournant le dos pour l’autre.

28Dimensions : h = 12,6 ; diam. = 23,2 à 24 cm.

3 – Classique tardif

29Les poteries de cette période proviennent des sépultures à même le remblai de la str. A-2, des tombes 1 à 4 (str. A-1, A-5, A-7), de diverses caches mises au jour dans et à l’extérieur de la str. A-5 ainsi que dans la str. A-8, enfin des sépultures de la str. C-1 (groupe d’habitation).

Fig. 81 – Mobilier de la sépulture protoclassique B/34.

Fig. 81 – Mobilier de la sépulture protoclassique B/34.

Fig. 82 – Bol tétrapode noir à décor incisé (Protoclassique).

Fig. 82 – Bol tétrapode noir à décor incisé (Protoclassique).

Fig. 83 – Ollas rustiques ayant servi de cache ou d’urne funéraire.

Fig. 83 – Ollas rustiques ayant servi de cache ou d’urne funéraire.

Ollas rustiques

30Nous disposons de 5 exemplaires entiers, dont 2 étaient utilisés comme urne funéraire, les 3 autres contenant des offrandes. Un sixième exemplaire provenant du bloc central de la str. A-1 a été détruit.

31Ils sont tous du type “Chixoy Fruste” défini par M. Hatch.

Grande olla à 4 anses, col vertical (U/5, fig. 83a)

32Mise au jour au centre de la plate-forme de la str. A-5, elle contenait une offrande de lames d’obsidienne et un masque de déité solaire.

33L’argile est brun-rouge, imparfaitement oxydée et sommairement lissée, avec des taches de feu. Les grandes anses en ruban épais sont caractéristiques du Classique tardif.

34Dimensions : h = env. 35 ; diam. = env. 35 cm.

Olla globulaire à 2 anses (U/8, fig. 83b)

35De facture rustique, sans col bien marqué, dotée d’anses très irrégulières. La surface a été lissée avec un instrument à dents laissant des traces horizontales, verticales et obliques. Cette olla contenait un grand couteau de silex et une pointe d’obsidienne.

36Dimensions : h = env. 27,5 ; diam. = 28,5 cm.

Olla globulaire à 4 anses, col vertical (D/4, fig. 83c)

37Trouvée sous l’autel de l’habitation “noble” A-8, elle contenait 5 pierres informes. La surface de l’argile brun-rouge est simplement lissée.

Grande olla à 2 anses, col vertical concave (D/2, fig. 83d)

38Provenant, comme la précédente, de la chambre centrale de la str. A-8, cette olla en contenait une autre, brisée, et le squelette d’un tout jeune enfant.

39L’argile brun-rouge est sommairement lissée. Il y a des traces charbonneuses sur un côté de la panse.

40Dimensions : h = env. 30 ; diam. = 32,5 cm.

Olla à deux anses, col rentrant et bord éversé (D/3, fig. 83c)

41Cette urne funéraire était à l’intérieur de la précédente. Seule la forme des anses, plus courtes et plus larges, diffère.

Petitesollitasrustiques (fig. 84)

42Toutes les offrandes funéraires de la str. C-1 (groupe d’habitation C) sont des ollas de dimensions réduites – environ 16 cm de hauteur – et d’utilisation domestique certaine, comme le prouvent les traces de charbon que portent plusieurs d’entre elles.

43Les 6 poteries étudiées peuvent être classées en trois groupes, d’après leur forme et le traitement de la surface :

  1. Corps globulaire, col subvertical, pas d’anses (ollita 2, fig. 84a). La surface est noire, polie. Dimensions : h = 16, diam. = 14,3 cm.

  2. Corps globulaire, fond concave. Le corps se rétrécit peu-à-peu pour former un col haut et large. Deux anses en ruban partant du milieu du col. Ollitas 6 et 7, fig. 84b, c. La surface de l’argile brun-noir à brun-rouge est lissée irrégulièrement. L’une des poteries porte 2 pastilles appliquées à la base du col, entre les anses. L’autre, plus petite et très dense, avec des parois épaisses, porte des traces de pigment rouge sur les deux faces. Dimensions : h = 16 et 14,7 ; diam. = env. 15 et 11,5 cm.

  3. Corps globulaire à fond plat, col vertical court ou à peine marqué. Les 4 anses partent du bord ou de la base du col (ollitas 3, 4, 5 ; fig. 84d, e). Deux de ces poteries portent un badigeon rouge irrégulier sur le haut de la panse, le bord extérieur ou l’intérieur du col. Dimensions : h = env. 16 ; diam. ouverture : de 11,5 à 12,5 cm.

Fig. 84 – Petites ollas rustiques provenant du monticule funéraire C-1.

Fig. 84 – Petites ollas rustiques provenant du monticule funéraire C-1.

Grands bols à fond plat, parois subverticales, deux anses (fig. 85)

44Ce type est commun au Classique tardif. Les 2 exemplaires du bloc central de la str. A-1, malheureusement détruits, sont l’un de type “Chixoy Fruste”, l’autre de type “Chatillas Lissé” à pâte beige-rosâtre (cf. C. Arnauld 1980 : fig. 135).

45Dimensions : h = 17,8 ; diam. = 34 cm pour le “Chatillas” ; le “Chixoy Fruste” est plus petit (27 et 12 cm.).

Vase à 2 anses et fond plat, petits bols fins à offrandes (fig. 86)

46Ces 6 poteries proviennent du bloc central de A-1. Le vase F/10 contenait l’un des bols à offrande ; les 4 autres ont été trouvés à proximité.

47Le vase F/10 (fig. 86a) a des parois hautes et légèrement convexes, un bord éversé ; les 2 anses en ruban épais sont placées à mi-hauteur. L’argile brune lissée porte d’un seul côté 3 bandes verticales de rouge hématite sur toute la hauteur du vase.

48Dimensions : h = 22 ; diam. = 20 cm.

49Les 5 petits bols sont très semblables : le fond est plat, les parois rectilignes et très légèrement évasées. La couleur rouge (2.5YR-4/6) est celle de l’argile, lissée à l’intérieur, irrégulière à l’extérieur. Ces bols, qui datent peut-être du Classique terminal, sont beaucoup plus soignés que les bols à offrande couramment utilisés au Classique tardif, par exemple à El Jocote (Ichon et Grignon 1981 : 80, fig. 91).

50Dimensions moyennes : h = 6 cm (de 4 à 7,6) ; diam. = 15 cm (de 12 à 17).

Fig. 85 Grand bol de type Chatillas (bloc central de la str. A-1).

Fig. 85 Grand bol de type Chatillas (bloc central de la str. A-1).

Fig. 86 Poteries du bloc central de la str. A-1 (Classique tardif ou Epiclassique).

Fig. 86 Poteries du bloc central de la str. A-1 (Classique tardif ou Epiclassique).

– Bols tripodes des sépultures de la str. A-2

51Trois bols tripodes entiers proviennent des sépultures à même le remblai de A-2. Ils appartiennent au type “Río Negro Brun-Noir” défini plus haut.

52Le bol X/3 (fig. 87a), brun-rouge à noir simplement lissé, a des supports tronconiques pleins, irréguliers, partant de la base plane. La hauteur est de 13,4 cm, le diam. de 16,4 cm.

53Le bol X/6 (fig. 77n) est un type très commun et un excellent fossile directeur pour le Classique tardif ; nous l’avons décrit dans nos précédentes publications sur Cauinal (1980 : 195) et El Jocote (1981 : 81).

54Le rebord basal est ici bien marqué, et il y a un léger rebord latéral à 2 cm du bord. Les supports représentent des têtes d’animal, les yeux étant figurés par des pastilles.

55Dimensions : h = 11 ; diam. = 22 cm.

Bol à base annulaire, décor intérieur rouge sur orange (B/18, fig. 87b)

56M. Hatch classe cette poterie dans le ware “Orange Lacquer”. La couleur orange varie en fait du brun au jaune-rougeâtre. Le décor rouge est intérieur ; il représente une frise de poissons, dont le corps est décoré d’un double chevron, séparés par un motif ovale difficile à interpréter.

57Dimensions : h = 8,5 ; diam. = 18 cm.

Vases stuqués (à décor polychrome)

58Ces poteries proviennent du bloc central de A-1, des str. A-7 (plate-forme) et A-2 (base de l’escalier), et des tombes 1 et 2. Elles sont associées dans cette dernière à un vase de type “Plombé”, et peuvent donc être épiclassiques.

59On peut les classer en 4 groupes d’après leur forme :

60a/ – Base plane, col large et haut, corps décoré de cannelures verticales (fig. 88a). Un bourrelet marque la base du col. Celui-ci est vertical, avec une lèvre extérieurement épaissie.

61La poterie est d’un beau rouge (10R-4/8), entièrement polie. L’extérieur était stuqué et peint, mais il reste peu de traces de ce décor, qui paraît être à dominante rouge. La grande tombe de A-1 a livré un grand fragment de vase identique, mais peint en rose (5R-6/6).

62Dimensions : h = 24,4 ; diam. = 21 cm.

63Ce type de vase est décrit par Wauchope (1975 : 215) sous le nom de squash jars ; par Butler (1940 : 262) et par Dieseldorff (1926-33) ; à Zacualpa comme en Verapaz, il est daté du Postclassique ancien : phase Tohil ou Chipal 2 ce qui correspondrait à notre Epiclassique. Le type de décoration varie considérablement : le vase peut être non décoré, ou Blanc incisé (“Nitro Blanc incisé”, C. Arnauld 1980 : fig. 152), stuqué et peint comme à Los Encuentros, ou simplement polychrome (Coe 1973 : 53).

64b/ – Vases cylindriques à piédestal bas (fig. 88b).

65Cette forme est représentée par 2 poteries de la tombe 2 : U/31 et U/38. Ce dernier exemplaire a un piédestal bas (moins d’1/5 de la hauteur totale), des parois très légèrement divergentes, un bord extérieurement épaissi. Le corps est divisé en deux parties par un double bourrelet horizontal ; la partie inférieure est décorée de cannelures verticales.

Fig. 87 – Poteries funéraires de la str. A-2 datant du Classique tardif.

Fig. 87 – Poteries funéraires de la str. A-2 datant du Classique tardif.

66L’engobe brun-rouge à rouge (5YR-4/4 à 10R-4/6), lustré, était stuqué sur tout l’extérieur et sur l’intérieur du bord ; les restes de peinture sur le stuc sont roses et verts.

67Dimensions : h = 19,9 ; diam. = 16,2 ; épaisseur = 0,5 cm.

68Le vase U/31 est comparable, mais plus petit (13,5 et 15,6 cm) et sans cannelures. L’engobe est brun-rouge foncé, lustré, sans trace de décor stuqué.

Fig. 88 – Vases stuqués et peints de la tombe 2.

Fig. 88 – Vases stuqués et peints de la tombe 2.

69c/ – Vase cylindrique à 3 supports parallélépipédiques décorés (fig. 88c).

70Cette pièce unique, U/29, est très semblable, quant au corps, aux précédentes, mais elle est tripode. Les supports creux, rectangulaires et plats (slab feet), à base crénelée, forment sonnailles ; leur face extérieure porte un décor incisé et excisé en croix de Saint André.

71La surface extérieure, brun-rouge lustré, porte quelques vestiges de stuc peint en rose.

72Dimensions : h = 22,1 ; diam. = 17,6 cm.

73d/ – Vases cylindriques à 3 supports hémisphériques bas (fig. 88d).

74C’est le groupe le plus nombreux, représenté dans la tombe 2 par 5 poteries et dans le bloc central par 2 vases jumeaux, incomplets. Ces poteries vont en effet souvent par paire.

75● U/36 et U/39 ont des parois très légèrement divergentes, un bord extérieur épaissi. Les 3 pieds sont des cylindres courts, à base arrondie, formant sonnailles. L’argile est rouge à brun-rouge, parfaitement polie. Le stuc porte des traces de décor polychrome vert, rose et rouge.

76Dimensions : h = 18,9 et 18,9 ; diam. = 15,5 et 15,8 cm.

77La proportion d/h est de 4/5 environ.

78● U/32 et U/33 sont au contraire parfaitement cylindriques, et plus hautes que les précédents : d/h passe à 3/4, ou même 2/3. Les supports ont la même forme. Le corps cylindrique se termine vers le haut et le bas par deux bourrelets larges et légèrement concaves correspondant à un épaississement de la paroi.

79L’exemplaire U/32 (fig. 89) est unique par l’état de conservation du décor polychrome, encore lisible sur la moitié de la poterie. Les couleurs utilisées sont :

  • bleu clair sur la lèvre en méplat, les deux bourrelets, et comme fond général de la scène représentée ;

  • bleu (“bleu maya”) comme éléments décoratifs en forme de plumes ou de panaches, se détachant sur le fond bleu clair ;

  • bleu foncé ou bleu vert pour certaines parties de la coiffure et des vêtements ;

  • rose pour les visages, les jambes de certains personnages, les masques ou éventails, et divers autres détails ;

  • rouge pour les membres et les mains (en général) et certains détails vestimentaires ;

  • jaune pour les chevelures, les masques, divers détails de vêtements ou instruments du culte ;

  • blanc pour les vêtements et ornements de coiffure.

Fig. 89 – Le vase stuqué polychrome U/32.

Fig. 89 – Le vase stuqué polychrome U/32.

80Il faut souligner l’absence de noir : aucun trait ne cerne les contours des personnages. C’est, entre autres – par exemple l’absence de glyphes – un détail stylistique qui distingue la décoration de notre vase de celle des vases polychromes du Petén, bien que la scène représentée soit des plus courantes : il s’agit en effet d’une succession de personnages richement vêtus, qui viennent rendre hommage (ou offrir des présents) à un personnage central, grand prêtre ou cacique se distinguant par la richesse de ses vêtements et de ses attributs. Cette scène se déroule sur un fond bleu clair encadré de deux bandes rouges ; un motif scalaire rouge sépare les deux processions qui convergent vers le personnage central, l’une de droite à gauche, l’autre de gauche à droite. La première, la mieux conservée, comprend 4 ou 5 personnages ; de la seconde, seules les deux figures de tête (numérotées 1 et 2) sont lisibles.

81Le personnage No. 1 est debout, vêtu d’une longue cape blanche ; le corps est un peu penché en avant, le bras droit tendu, et la main semble saisir un objet que lui tend le personnage central. Au pied de ce dernier, le No. 2 est un individu assez caricatural – peut-être un nain ? –, à demi agenouillé, qui présente, au grand prêtre un récipient blanc.

82Le personnage central (No. 3) fait face à gauche ; il porte un costume d’une richesse exubérante et un grand masque qui se prolonge vers le haut par un panache et vers l’avant par une sorte de toupet jaune. Le bras droit est tendu vers le personnage No. 1, auquel il semble présenter un objet (étendard ?) tenu verticalement.

83Les personnages Nos. 4 et 5, en tête de la procession défilant de droite à gauche, sont les seuls lisibles. Les vêtements sont relativement simples, les masques ou les coiffures compliqués. Ils paraissent danser et tenir à bout de bras, comme le personnage central, un objet vertical.

84Le fond de la scène est encombré de motifs compliqués qui pourraient représenter des éventails, des étendards, des blasons, etc.

85⦁ Les deux derniers vases polychromes, F/16 et 19, proviennent du bloc central de A-1 ; ils sont incomplets (fig. 90).

86Contrairement aux précédents, ce sont des cylindres parfaits, sans aucun épaississement. L’engobe brun foncé bien poli est recouvert d’une mince pellicule de stuc, elle-même peinte d’un décor polychrome encore partiellement lisible sur l’un des vases. Sur un fond uniformément peint de rouge à rose, les motifs se détachent en blanc – couleur dominante –, jaune et gris ; ils étaient peut-être cernés d’un trait noir, dont on voit quelques traces. Malgré l’état de détérioration de la poterie, on peut penser que les motifs ne sont pas seulement décoratifs : un personnage assis en tailleur et portant un turban allongé, jaune et blanc, serait représenté, dans un cadre limité par des bandes blanches.

Fig. 90 – Vase cylindrique stuqué et peint provenant du bloc central de la str. A-1.

Fig. 90 – Vase cylindrique stuqué et peint provenant du bloc central de la str. A-1.

87Les deux vases diffèrent par leurs dimensions (diam. = 16,2 et 13,9 cm) et surtout par leurs proportions (d/h). Mais tous deux diffèrent surtout des vases de la tombe 2 par leur forme, et par leur décor : utilisation du champ décoratif, motifs, couleurs, etc.

Vases-effigie

88Les 3 exemplaires de ce type proviennent de la str. A-5.

89Le vase J/1, trouvé à l’angle de l’escalier (cf. supra fig. 32) est fait d’un corps cylindrique et d’un couvercle, l’ensemble représentant une divinité solaire reconnaissable à ses incisives supérieures limées en tau et à la pastille qu’elle porte sur le front. La coiffure-couvercle, qui a la forme d’un couvre-chef de garde civil espagnol, porte certains détails (pastille, sourcils énormes) appartenant en fait à la partie supérieure de la face. Celle-ci, avec son nez busqué (“romain”) est hardiment stylisée.

90L’extérieur de la poterie porte des traces de peinture polychrome très effacée : le pourtour de la bouche, et le bandeau du couvre-chef étaient jaunes, les oreilles, les pommettes et le front rouges, les sourcils et les ornements d’oreille bleus ; le reste de la poterie est d’un brun-rouge naturel poli. Le vase contenait 21 lames d’obsidienne verte.

91Dimensions : h = 14,8 (avec le couvercle) ; diam. = 12,7 cm.

92Le vase U/37 (fig. 91b) présente plusieurs traits communs avec le précédent et pourrait représenter la même divinité, solaire ou créatrice (Itzamna ?). Plus que d’un vase céphalomorphe, il s’agit ici d’un petit vase à base annulaire et col rétréci (pour l’emboîtement du couvercle) dont une face est modelée pour représenter un visage humain à nez fortement busqué ; il n’y a ni dents limées ni ornements d’oreille. Le couvercle porte une protubérance cylindrique ressemblant à un bec verseur, la trace d’une petite anse en ruban, et, sur le devant, la pastille frontale habituelle pour les représentations de dieux solaires, entourée d’un motif courbe qui peut être interprété soit comme les sourcils en forte saillie, soit comme une sorte de bandeau frontal.

93Le vase et son couvercle sont rouges (2.5YR-4/6), polis et apparemment sans engobe. Dimensions : h = 13,6 + 5,7 ; diam. max. = 13,1 cm.

94L’exemplaire U/30 (fig. 91c) est un simple vase cylindrique sans couvercle dont une face porte un masque mi-humain, mi-animal. La représentation du visage humain ressemble fort à la précédente, et aussi à l’urne J/1 pour les ornements d’oreille et le “bandeau frontal” ; mais le nez et la pastille frontale sont remplacés par un appendice haut placé, excessivement busqué, évoquant plutôt un bec d’oiseau.

95La poterie est rouge naturel poli. Dimensions : h = 22,5 ; diam. = 17,2 cm.

96Un dernier vase-effigie, C/21, provient de la plate-forme de la str. A-7. C’est un grand vase cylindrique à base annulaire, dont la partie supérieure porte la trace d’un “masque” qui a été détaché de la poterie. On note à l’extérieur des traces de stuc et de peinture rouge. Il s’agit donc d’un type intermédiaire entre vases stuqués et vases effigie.

Encensoirs à effigie (fig. 92)

97Ce type de poteries, dont nos fouilles à El Jocote, Chitomax, Guaynep et San Juan las Vegas ont fourni des exemplaires entiers ou presque entiers, est rare à Los Encuentros, sans doute parce qu’il est plus caractéristique du Classique tardif que de l’Epiclassique. Nous ne disposons ici que d’une demi-poterie (X/4) trouvée dans le remblai de la str. A-2, et de 2 masques détachés de leur support et utilisés comme offrandes sur la plate-forme de la str. A-5.

98X/4 (fig. 92c et 77o) est classé par M. Hatch dans son ware “Chixoy Fruste”. C’est un encensoir en sablier dont seule est conservée la partie inférieure, avec un masque humain caricatural. Le diam. de la base est de 16,5 cm.

99U/1 (fig. 92a) est sans doute le masque du dieu créateur Itzamna (le dieu D maya) ou du vieux dieu solaire, barbu. Il rappelle par beaucoup de traits l’effigie du vase à couvercle J/1. Le type est bien connu en Verapaz et illustré par Dieseldorff (1926 – III : Pl. 123, fig. 47).

100La hauteur est de 16,7 cm.

101U/5c (fig. 92b), qui accompagnait 1718 lames d’obsidienne dans une grande olla à fleur de terre (fig. 36) est également un masque de divinité solaire identifié par ses ornements d’oreille en kin, la pastille frontale (prolongée ici par 2 autres pastilles sur l’arête du nez), les sourcils énormes et la barbiche. Les symboles de végétation sont non moins évidents dans la coiffure, en particulier dans le motif central que nous retrouverons ailleurs. Le masque est peint d’un beau rouge micacé (hématite spéculaire). Hauteur de la poterie : 14,3 cm.

Encensoirs simples à excroissances (fig. 93)

102Ce type est représenté par les 2 encensoirs de la cache 1 mise au jour au centre de la str. A-5.

103Le plus grand, A/14, est un bol à fond plat dont le bord éversé forme bourrelet. Il est doté de 2 anses en ruban épais. Les “épines” sont assez régulièrement disposées, formant 4 rangées horizontales et 14 verticales. La surface brun-rouge est irrégulière, à l’exception du bord et de l’intérieur, qui sont lissés. A/14 contenait un grand couteau d’obsidienne portant des traces d’hématite. Dimensions : h = 15,3 ; diam. = 28,4 cm.

Fig. 91 – Vases-effigie ou céphalomorphe.

Fig. 91 – Vases-effigie ou céphalomorphe.

Fig. 92 – Encensoirs à effigie de déité.

Fig. 92 – Encensoirs à effigie de déité.

104L’encensoir A-15, de moindre dimension (9,1 et 24,2 cm), a 3 rangées de 6 à 7 “épines”. L’extérieur est taché de rouge.

4 – Epiclassique (Classique terminal)

105Le matériel épiclassique provient uniquement des tombes 2,3 et 4, ainsi que du bloc central de A-1. Les uniques tessons provenant du remblai des monticules ont été trouvés sur la face sud de la str. A-3.

106Nous distinguerons les types suivants :

  1. Rouge poli.

  2. Décor négatif.

  3. Tohil Plombé.

  4. Orange Fin.

  5. Encensoirs à manche.

a/ Rouge poli

107Les poteries sont entièrement engobées d’un rouge foncé à rouge-orange (10R-4/6 ou 5/8, ou 7.5R-4/6). Il y a deux formes : en “lampe de cheminée”, et tripode à supports moulés.

108La première est représentée par 2 exemplaires provenant des tombes 3 et 4 ; la seconde par 3 exemplaires, dans les mêmes tombes.

109A/5 (fig. 94a) a un piédestal bas et évasé, tandis que C/3, mieux poli, a 3 supports hémisphériques creux et formant sonnailles. Ces deux poteries portent des taches de feu. Dimensions : h = 20,7 et 16,1 ; diam. = 14,1 et 12,6 cm.

110Deux des bols tripodes, A/6 et A/11, étaient placés l’un sur l’autre dans la tombe 3 (fig. 94d). Le plus grand A/6 (d = 21,5 cm) est engobé d’un rouge-orange irrégulier, avec des taches plus claires. La base présente une dépression circulaire centrale, peut-être faite au moule. Les supports creux et formant sonnailles représentent, sortant du même moule, la tête d’un animal ridé portant un bouton sur le front – sans doute un chien.

111A/11, plus petit (d = 16,8 cm) est rouge foncé. La forme est identique mais les supports représentent une tête de vieillard ridé, souriant.

112Enfin le bol tripode C/8 provenant de la tombe 4 (fig. 94b), très semblable aux précédents quant à la forme et à la couleur de l’engobe, est doté de supports moulés représentant une tête de jaguar. Le diamètre est de 20,2 cm.

Fig. 93 – Encensoir à excroissances de la cache centrale de la str. A-5.

Fig. 93 – Encensoir à excroissances de la cache centrale de la str. A-5.

b/ Décor négatif (fig. 95)

113Trois poteries peuvent être rattachées à ce type, ainsi que l’encensoir “mixtèque” décrit plus loin.

114Les plats tripodes U/34 et U/35 à supports zoomorphes moulés – les 6 supports représentant une tête de chien ont été faits avec le même moule – proviennent de la tombe 2 et forment une paire, malgré leurs dimensions inégales (d = 30 et 25 cm). Contrairement aux poteries de même forme mais à engobe rouge décrites ci-dessus, la facture et le décor sont ici très soignés. Sur un engobe couleur crème (brun très pâle : 10YR-7/4 ou 8/4) la peinture brun-noir appliquée selon la technique négative délimite les motifs décoratifs : bandes verticales, cercles, et 3 panneaux représentant un oiseau à long bec stylisé. Ces panneaux et l’intérieur du plat sont peints en rouge-brun (2.5YR-5/6).

115L’exemplaire F/13 (fig. 95b) fait partie des offrandes du bloc central. Ce petit vase à fond plat et parois verticales convexes est engobé de blanc (10YR-8/2) et décoré selon la même technique négative, de motifs en X, en chevrons doubles et en ponctuations horizontales. Dimensions : h = 9 ; diam. = 13 cm.

c/ Tohil Plombé (fig. 96)

116Trois des tombes contenaient une ou plusieurs poteries de ce type importé qui caractérise l’Epiclassique.

117U/40 (fig. 96a), provenant de la tombe 2, est un petit vase de forme simple, à col vertical. Sur le corps, les côtes de melon sont peu marquées. L’engobe est rouge-orange (2.5YR-4/8), lustré, avec quelques taches couleur de plomb. Dimensions : h = 17,1 ; diam. = 15 cm.

118C/7, C/4 et C/5 (fig. 96b-d) faisaient partie du mobilier de la tombe 4. C/7 est un petit vase à col évasé, doté de 3 supports sphériques creux et formant sonnailles. Le corps est décoré de rainures en arc de cercle, la base du col de lignes concentriques. La couleur générale rouge-orange est peu homogène : plus foncée sur le col, dont une partie est noire, comme l’intérieur du vase. Dimensions : h = 16 ; diam. = 11,9 cm.

119C/4, petit vase à piédestal en forme de “lampe de cheminée”, porte un décor incisé simple de lignes doubles en crochets sur le piédestal et la partie centrale. L’engobe orange (5YR-5/6) lustré est homogène. Dimensions : h = 14,5 ; diam. = 7,5 cm.

Fig. 94 – Poteries à engobe rouge poli de l’Epiclassique (tombes 3 et 4).

Fig. 94 – Poteries à engobe rouge poli de l’Epiclassique (tombes 3 et 4).

120C/5 est une poterie zoomorphe représentant un chien, dont la tête (moulée) et les membres sont modelés ou appliqués sur le corps d’un vase globulaire à col vertical concave. L’engobe rouge-orange est homogène, sans reflets métalliques. Dimensions : h = 18 ; diam. = 12,3 cm.

121La tombe 3 contenait un vase Plombé brisé et incomplet, A/7, dont un fragment a été trouvé dans le remblai au-dessus de la tombe. C’est un vase à col renflé portant une effigie humaine, en pied. La surface, craquelée, va du brun-olive (2.5YR-4/4) au gris-rouge foncé (5YR-4/2) et au rouge sombre (7.5R-3/2 ou 4/2). Ce vase contenait une quinzaine de minuscules perles bleuâtres.

Fig. 95 Poteries à décor négatif provenant de la tombe 2 et du bloc central (Epiclassique).

Fig. 95 Poteries à décor négatif provenant de la tombe 2 et du bloc central (Epiclassique).

d/ Orange Fin (fig. 97)

122Une seule poterie de ce type, provenant de la tombe 4. Les 3 supports hémisphériques creux forment sonnailles ; la tête de crapaud appliquée est creuse elle aussi. Le reste du corps de l’animal est indiqué par des lignes incisées et des pastilles représentant les membres antérieurs. À l’arrière de la panse, un panneau rectangulaire contient deux motifs simples incisés et excisés. La surface rouge ou orange est en partie mate, en partie lustrée.

123Dimensions : h = 10,1 ; diam. = 9,7 cm.

e/ Encensoirs à manche (fig. 98)

124Un encensoir entier, F/7, avait été déposé au centre de la grande tombe 1 après que celle-ci ait été vidée de son contenu. Le manche cylindrique est creux, à extrémité arrondie, sans décor. La base du bol, plane, présente une dépression centrale circulaire. L’argile brun-rouge est simplement lissée. La longueur totale est de 41,5 cm, le diamètre du bol de 22 cm.

125Plusieurs fragments de manches simples de ce type ont été trouvés dans les déblais de diverses structures. Un seul, décrit plus haut (fig. 65), est décoré d’une tête de serpent à plumes.

126F/17 (fig. 99b), trouvé dans le bloc central, est un encensoir de type mixtèque, incomplet. Les 3 supports, dont l’un, plus long, servait de manche, ont disparu. La poterie, très fine – l’épaisseur ne dépasse pas 3 mm – est décorée de zones rouge et orange sur engobe crème ou blanc-rosâtre (7.5YR-8/2). Les zones blanches ainsi délimitées, en segments de cercle, portent les traces d’un décor négatif en spirales.

127Le diamètre du bol est de 19 cm.

Fig. 96 – Poteries de type Tohil Plombé provenant des tombes 2 et 4.

Fig. 96 – Poteries de type Tohil Plombé provenant des tombes 2 et 4.

Fig. 97 – Petit vase Orange Fin de la tombe 4.

Fig. 97 – Petit vase Orange Fin de la tombe 4.

Fig. 98 – Encensoirs à manche, simple (tombe 1) et de type mixtèque (bloc central).

Fig. 98 – Encensoirs à manche, simple (tombe 1) et de type mixtèque (bloc central).

Table des illustrations

Titre Fig. 78 – Poteries préclassiques de la str. A-2.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8383/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Fig. 79 – Poteries préclassiques de types Noir Poli et Utatlán.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8383/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Fig. 80 – Olla à décor anthropomorphe de type Corinthian Daub.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8383/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Titre Fig. 81 – Mobilier de la sépulture protoclassique B/34.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8383/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre Fig. 82 – Bol tétrapode noir à décor incisé (Protoclassique).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8383/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Titre Fig. 83 – Ollas rustiques ayant servi de cache ou d’urne funéraire.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8383/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Fig. 84 – Petites ollas rustiques provenant du monticule funéraire C-1.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8383/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Fig. 85 Grand bol de type Chatillas (bloc central de la str. A-1).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8383/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Fig. 86 Poteries du bloc central de la str. A-1 (Classique tardif ou Epiclassique).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8383/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Fig. 87 – Poteries funéraires de la str. A-2 datant du Classique tardif.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8383/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 88 – Vases stuqués et peints de la tombe 2.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8383/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Fig. 89 – Le vase stuqué polychrome U/32.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8383/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 90 – Vase cylindrique stuqué et peint provenant du bloc central de la str. A-1.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8383/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 91 – Vases-effigie ou céphalomorphe.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8383/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Titre Fig. 92 – Encensoirs à effigie de déité.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8383/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Fig. 93 – Encensoir à excroissances de la cache centrale de la str. A-5.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8383/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre Fig. 94 – Poteries à engobe rouge poli de l’Epiclassique (tombes 3 et 4).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8383/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre Fig. 95 Poteries à décor négatif provenant de la tombe 2 et du bloc central (Epiclassique).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8383/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 96 – Poteries de type Tohil Plombé provenant des tombes 2 et 4.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8383/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre Fig. 97 – Petit vase Orange Fin de la tombe 4.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8383/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Fig. 98 – Encensoirs à manche, simple (tombe 1) et de type mixtèque (bloc central).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8383/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search