Version classiqueVersion mobile

Archéologie de sauvetage dans la vallée du Río Chixoy 4

 | 
Alain Ichon
, 
Marion P. Hatch

1ère Partie. Les fouilles de Los Encuentros

Chapitre VI. Conclusions générales

Texte intégral

1. Période préclassique

1Le confluent du rio Salamá avec le Chixoy est un lieu stratégique, en même temps que géographiquement favorable à l’implantation humaine dans la vallée du río Chixoy ; il n’est donc pas étonnant qu’il ait été occupé depuis une période très ancienne.

2L’étude du centre cérémoniel de Los Encuentros nous a montré que cette terrasse dominant les deux cours d’eau a été peuplée dès le Préclassique moyen, au moins à partir du VIème siècle av. J.C. On trouve d’autres traces de cette occupation ancienne dans les groupes d’habitation F et G, proches du centre cérémoniel, et surtout dans le groupe J (Las Tunas). Mais c’est sur la terrasse du groupe A qu’elle était la plus dense. Les squelettes que nous avons mis au jour entre 1,50 et 2 m de profondeur sous la grande place correspondent sans doute à des sépultures préclassiques enterrées à proximité des habitations. Le niveau d’occupation devait être alors à environ – 50 cm, le niveau 0 étant celui de la place tardive. Ce niveau, il est vrai, est très irrégulier : dans la partie est de la place – l’une des zones de densité maximale des tessons préclassiques – le sol d’occupation préclassique tardif ou protoclassique (100 ap. J.C.) aurait été beaucoup plus bas, puisqu’il correspond au fond de la tombe 2, à – 230.

3Une seule structure datant de cette période a laissé des traces : c’est une plate-forme d’argile battue, haute d’environ 1 m, sur laquelle étaient encastrés un foyer et une cuve pour la préparation du nixtamal. Nous avons pour elle une datation absolue : 490 av. J.C. Les sépultures qui lui sont associées sur la face est sont relativement plus riches que les précédentes : une poterie a été déposée près du corps. Il s’agit pourtant bien d’une structure domestique qui, dès le Préclassique tardif, pourrait avoir été surélevée de 50 cm et transformée en un monticule funéraire, comme le prouve la grande densité des squelettes découverts à la base de ce monticule.

4Los Encuentros, au Préclassique, faisait ainsi partie d’un chapelet discontinu de petits centres répartis le long de la vallée du Chixoy. Bien que certains aient été dotés d’une petite structure cérémonielle – El Jocote par exemple – aucun d’entre eux ne semble avoir eu un rôle prédominant ; leurs relations, commerciales et rituelles, devaient être orientées beaucoup plus vers les plateaux de Rabinal et de Cubulco, dont les grands centres de cette époque (Chiwiloy, La Laguna) n’ont pas d’équivalent dans le fond de la vallée.

2. Période classique

5Il est prouvé, aussi bien par nos fouilles que par l’étude du matériel, que le site a continué à être occupé et s’est développé durant la période de transition entre le Préclassique tardif et le Classique ancien. Cette période, le Protoclassique, est mal connue dans la vallée, bien qu’elle se manifeste dans plusieurs des sites fouillés jusqu’ici par quelques sépultures accompagnées de poteries dont les formes sont caractéristiques. Dans le cas de Los Encuentros, cette céramique est uniquement représentée dans les sépultures de la str. A-2, haute de 2 m, construite au-dessus de la structure préclassique et qui perpétue la fonction funéraire de celle-ci.

6C’est avant tout l’étude de l’évolution de la céramique dans les niveaux successifs de la str. A-2 qui peut nous renseigner sur la continuité de l’occupation. Nous verrons plus loin que Marion Hatch en conclut que la séquence a été interrompue, sans doute pour une courte durée, pendant le Classique moyen ; elle ne trouve en effet aucune évidence de l’influence de Teotihuacan. Il n’est pas impossible toutefois que cet apparent hiatus soit simplement le reflet d’une connaissance encore trop superficielle de la céramique de cette période.

7Quoiqu’il en soit, c’est au Classique tardif, vers 600 ap. J.C., que le site connaît son développement maximum, avec une expansion démographique marquée par l’essaimage de petits groupes d’habitation ; leur densité permet d’attribuer à l’ensemble de Los Encuentros à cette époque une population supérieure à 500 habitants. Le chiffre paraît faible pour un centre cérémoniel de cette importance, mais nous verrons que celui-ci devait coiffer également le site de Pueblo Viejo-Chixoy, un peu en aval.

8Le centre cérémoniel commence à être édifié sur la grande terrasse, dont le niveau est égalisé en recouvrant, dans la partie est tout au moins, plusieurs structures datant du début de cette période.

9Les évidences de superpositions révélées par les fouilles dans la plupart des structures prouvent que l’organisation du centre cérémoniel a évolué. Mais ces modifications dans l’architecture (et peut-être aussi dans la fonction) des édifices n’ont pas affecté toutes les structures de la même façon, ni sans doute en même temps ; par exemple la str. 5 est passée par au moins trois phases de construction, alors que la plupart des structures n’en comptent que deux. Il est donc hasardeux de proposer une reconstitution précise du centre cérémoniel correspondant à chaque phase. On peut néanmoins émettre l’hypothèse du développement suivant, basé sur l’évidence d’au moins deux phases :

1ère Phase

10Durant la première phase, le centre cérémoniel a déjà son plan définitif : cinq structures principales, orientées à l’est du nord magnétique (de 17 à 22°), encadrant une place à peu près carrée. Ce sont : une grande pyramide-temple, une pyramide funéraire, deux bâtiments bas, de fonction problématique, un jeu de balle. Les str. A-4 et A-7 n’existaient peut-être pas encore.

11La pyramide principale, dont la plate-forme s’élève à plus de 8 m de hauteur, supporte un édifice de pierre monumental comprenant un sanctuaire central et quatre pièces annexes réservées au culte. Le bloc central qui divise en deux la partie haute de l’escalier sert d’autel et contient une tombe voûtée destinée à abriter, à sa mort, le dirigeant du centre.

12Vis-à-vis de la grande pyramide, la str. A-3 est jumelée à une structure analogue, toutes deux fermant la place au nord.

13À l’ouest de la place, la str. A-2, dont la hauteur atteignait 2 m (3 m selon M. Hatch) à la fin de Classique ancien, est portée à 4,70 m dans un premier temps, dotée d’un escalier et d’au moins trois gradins, dont le plus haut – et probablement aussi les deux autres – est incliné à 60°. Elle conserve néanmoins sa fonction funéraire, comme en font foi une dizaine de sépultures situées aussi bien au centre du monticule que sous l’escalier. La construction des deux ailes ou passages surélevés ne date selon nous que de la phase suivante, de même que celle de la str. A-4. Il est possible cependant que l’aile sud, faite de murs de galets inclinés, ait déjà existé.

14À l’est de la place, le jeu de balle fermé à ses extrémités, bordé de deux monticules parallèles, date de cette première phase ; mais le monticule ouest, le plus important, est venu recouvrir une structure préexistante, A-5a, qui daterait du début du Classique tardif (650 ap. J.C.) et qu’on ne peut interpréter comme faisant partie d’un jeu de balle antérieur. Avec son escalier double, son autel, ses murs de galets soigneusement recouverts d’un enduit d’argile, cette structure élaborée avait certainement une fonction cérémonielle. De plus, un ensemble funéraire, comprenant une tombe voûtée et deux cistes, était enfoui à 2 m sous terre, au pied des escaliers.

15La str. A-5b, qui limite à l’ouest le premier jeu de balle, présente la particularité d’avoir une face en gradins légèrement inclinés (vers le couloir), et l’autre face recouverte d’un dallage incliné à 40°. La plate-forme supérieure, haute de 3 m, très étroite, s’élargit vers la place pour former un autel contenant une offrande dédicatoire (plus de 1700 lames d’obsidienne et une effigie de dieu solaire contenues dans une olla rustique). Les deux boules de pierre en forme de crâne, de style Cotzumalhuapa, représentent peut-être la pelote du jeu de balle en soulignant le symbolisme macabre de ce jeu (voir le bas-relief du jeu de balle de Chichén-Itzá).

16Il n’est pas certain que la str. A-7 ait été construite durant la première phase, avec son remarquable plan incliné revêtu de dalles blanches descendant vers le jeu de balle. La fouille centrale n’a pas révélé de superposition, mais la tombe 4 semble bien avoir été rouverte, ce qui indiquerait deux phases successives, d’utilisation sinon de construction. La str. A-7 peut être considérée comme une annexe de la grande pyramide, à laquelle elle était reliée par un escalier latéral, son unique voie d’accès. Elle n’a pas livré de traces d’occupation domestique ; elle supportait sans doute un édifice de pierre, doté d’une banquette et d’un autel central au-dessus de la tombe voûtée en fer-à-cheval, détails qui indiqueraient plutôt une fonction cérémonielle.

17À l’ouest de la grande place, le patio annexe constitue un ensemble limité de trois côtés par des constructions et ouvert au nord. Les str. A-8 et A-9, édifiées au sud sur une terrasse prolongeant la colline, datent certainement de cette première phase. A-8 est une habitation aux murs de pierre, composée de trois pièces dotées chacune d’un foyer et d’une cuvette dallée, la pièce centrale faisant fonction, en outre, de petit sanctuaire familial. La str. A-9 n’était qu’une petite dépendance de A-8. Par sa situation, en communication directe avec le temple, par son architecture relativement élaborée, il est probable que cette str. A-8 était l’habitation du plus haut personnage du centre.

18À l’ouest du patio, la str. A-10 n’a pas livré de superposition, mais elle a été allongée vers le nord, ce qui permet de supposer qu’elle date de la phase 1. Cette structure nous paraît avoir un caractère plutôt cérémoniel. On peut supposer, soit qu’elle était réservée à des cérémonies de moindre importance que celles se déroulant sur la grande place, soit qu’il s’agit d’une fonction plus profane, administrative, et que le chef y recevait ses visiteurs ou y organisait des conseils restreints (la str. A-3 pouvant être réservée aux réunions plus importantes).

2ème Phase

19Cette seconde phase correspond à une remodélation importante du centre cérémoniel et à une activité dans le domaine funéraire qui semble impliquer une profonde évolution dans les conceptions religieuses de l’époque.

20Sur la pyramide principale, le temple, dont les murs ont été rasés à 1 m de leur base, est remblayé de terre pour constituer une nouvelle plate-forme dominant maintenant de 9,50 m la place. Supportait-elle un nouvel édifice remplaçant le temple primitif ? C’est probable, mais cette superstructure n’a laissé aucune trace. Il est certain que l’autel constitué par la partie haute du bloc central devait être toujours le cœur du sanctuaire, et à ce titre protégé par quelque type de superstructure. L’ensemble de la substructure avait été surélevé de plus de 1 m, mais l’organisation bloc central – partie haute de l’escalier ne semble pas avoir été modifiée, sinon par la surélévation de ces deux éléments.

21C’est peut-être à cette phase qu’il faut rattacher le viol de la tombe 1 et le réaménagement de la partie haute du bloc central. La tombe est vidée de son contenu au cours d’une opération dont le caractère rituel est attesté par l’abandon d’un encensoir aux lieux et place de l’occupant de la tombe. Celle-ci est ensuite définitivement scellée. Au contact du toit, l’adulte âgé accompagné d’une pierre gravée servant de jeu divinatoire (patolli) pourrait avoir été placé là comme gardien de la tombe au cours de la première phase ; mais certaines des poteries déposées comme offrandes dans la partie avancée du bloc central, au même niveau, sont d’un type nettement tardif (en particulier l’encensoir de type mixtèque), et l’on peut penser que toute cette partie du bloc central a été reconstruite —peut-être parce qu’elle s’était partiellement effondrée – au cours de la 2ème phase.

22À l’ouest de la place, la pyramide A-2 est de nouveau surélevée pour atteindre son niveau définitif de 5,50 m. Elle semble perdre son caractère funéraire : le remblai ne contient plus aucune sépulture, et la plate-forme supérieure est trop exiguë pour supporter une superstructure. C’est peut-être seulement durant cette phase que la str. A-2 proprement dite est dotée de deux ailes qui la relient aux structures voisines tout en isolant définitivement le patio ouest de la grande place. Ces ailes, de conception originale puisqu’on ne trouve de constructions comparables dans aucun autre site de la région, forment des sortes de passages surélevés de 3 m au sommet d’une double pente recouverte de grandes dalles de tuf ou de caliche soigneusement ajustées. Ces passages ne font pas communiquer la str. A-2 avec les structures voisines (aucun escalier, par exemple, ne relie la plate-forme au passage sud). Ils pouvaient constituer par contre des sortes de tribunes, d’où les spectateurs venus du patio ouest assistaient aux manifestations se déroulant sur la grande place. Il est certain aussi qu’ils avaient un rôle esthétique important, peut-être même primordial.

23Une structure très allongée mais relativement basse, A-3, occupe maintenant tout le côté nord de la place. Elle est venue recouvrir les deux structures primitives. Sur la fonction de la str. A-3, nous en sommes encore une fois réduits aux hypothèses. Par analogie avec les “maisons longues” du Postclassique dans les hautes terres, que notre structure pourrait préfigurer, une fonction politico-administrative de ce type de construction est plausible.

24Au nord-est de la place, la str. A-4 date peut-être de la phase 2. Etant donné son état de destruction, nous ne pouvons faire aucune hypothèse sur sa fonction. Ses dimensions évoquent celles d’une habitation noble, en relation soit avec la structure administrative, soit avec le jeu de balle.

25Les modifications les plus importantes concernent ce dernier. Les deux monticules latéraux sont allongés de plusieurs mètres et dotés d’une banquette intérieure dont les murs sont faits de grandes dalles de caliche inclinées. Ces banquettes, qui délimitent un couloir large de 5,50 m, aux extrémités ouvertes (les deux murets fermant le couloir durant la phase 1 ont été détruits ou recouverts) se raccordent au bas des murs des deux structures encadrantes, eux aussi revêtus de dalles de tuf formant un dallage incliné. Si la str. A-6 n’a guère été modifiée dans ses dimensions générales, la str. 5, elle, subit de nouvelles transformations sur sa face ouest : la plate-forme, qui n’a pratiquement pas changé de hauteur, est agrandie par une avancée supportant l’escalier qui descend vers la place. Un petit escalier d’angle permet aussi d’accéder à la plate-forme sud.

26Ces modifications architecturales ont été accompagnées de plusieurs opérations de nature rituelle. Une cache ayant la forme d’une petite chambre, construite de blocs de tuf, est aménagée sous la plate-forme supérieure ; on y dépose deux encensoirs et divers accessoires (jarre ayant contenu de l’hématite, couteau d’obsidienne...). Sur la face est, la tombe 3 est construite au pied du mur de galets incliné de la phase 1, dans l’axe ouest-est du jeu de balle ; son toit est au niveau du sol, sa porte ouvre à l’est. Elle est recouverte par la banquette et par la pente dallée qui vient coiffer les gradins de galets. L’état du toit de la tombe, qui a été détruit ou s’est effondré, le fait qu’elle ait été comblée (alors que la forme voûtée est destinée justement à isoler l’espace intérieur de la tombe du remblai extérieur), certains débris enfin trouvés à l’intérieur de la tombe et dans le remblai entre son toit et le dallage, nous inclinent à penser qu’il y a eu réouverture et sans doute “viol” de la tombe 3. Il est donc difficile de dire si son contenu – sépulture secondaire de deux adultes, dont un très incomplet, mobilier composé de 4 poteries tardives, dont un vase “Plombé” incomplet – date du début ou de la fin de la phase 2. La poterie “Plombée” pour le moins a été déposée tardivement, ce qui nous fait pencher pour la deuxième hypothèse, puisque les autres poteries sont elles aussi tardives.

27Une activité un peu comparable s’est déployée sur la face ouest de la str. A-5 : avant qu’elle ne soit recouverte par le bloc-escalier tardif, le sol est ouvert pour dégager entièrement les deux cistes et peut-être l’ouverture de la tombe datant de la première construction. Les cistes sont vidés de leur contenu et remplis de galets empilés ; contre le ciste 1, on couche un adulte amputé d’une partie des membres inférieurs et peut-être sacrifié à cette occasion : l’offrande qui l’accompagne, à l’aplomb du corps et au niveau de la place, comprend un couteau de sacrifice en silex et une pointe d’obsidienne. Que se passe-t-il dans la tombe 2 ? Bien que son entrée soit barrée par le ciste 2, il faut supposer qu’on a pu y pénétrer, peut-être en soulevant le linteau. Les squelettes d’adultes auraient alors été poussés dans le fond (il pourrait s’agir des deux occupants des cistes ?) et les offrandes, ou une partie d’entre elles, déposées près de la porte. Il faut avouer que cette reconstitution est loin d’être satisfaisante, mais un fait est certain : les poteries, qui ne peuvent être antérieures à la fin du Classique (vers 900 ap. J.C.) sont postérieures d’au moins deux siècles à la construction de la tombe si l’on admet la date de 650 obtenue pour la str. A-5 primitive.

28Ces opérations accomplies, l’ensemble tombe-cistes est de nouveau recouvert de sable et de pierres, puis le bloc-escalier est construit à la verticale exacte du ciste 1.

29Nous avons vu que la str. A-7 et son mur dallé datent peut-être de la phase 1. Il est cependant possible que l’opération menée sur la tombe 4, dans des conditions assez comparables à celles que nous avons décrites pour les tombes 2 et surtout 3, n’ait eu lieu qu’à la fin de la phase 2, la plate-forme ayant été seulement construite au début de cette phase. Quoiqu’il en soit, il semble qu’on se soit, là aussi, introduit dans la tombe par le toit ; les deux corps n’ont pas été touchés, mais on aurait placé à leur côté un autre individu, et peut-être aussi les offrandes alignées contre la porte. Après quoi la tombe aurait été comblée et refermée par une dalle de tuf.

30Le manque d’homogénéité dans le contenu des tombes 3 et 4 prouverait en somme qu’elles datent toutes deux du début de la phase 2 ; la pratique funéraire aurait voulu que ces tombes soient rouvertes à l’occasion de nouveaux décès de personnages importants. Les poteries auraient été placées dans les tombes dès leur première occupation, puis éventuellement d’autres offrandes lors de leur réouverture (c’est le cas du vase “Plombé” de la tombe 3). Ceci suppose donc, enfin, que la str. A-7 date de la phase 2, ce qui est plausible si l’on admet qu’elle est en relation avec le jeu de balle sous sa dernière forme.

31Dans le patio ouest, les transformations sont moins draconiennes. L’habitation noble A-8 subit le même sort que le temple principal : murs rasés, édifice comblé, construction d’une nouvelle plate-forme, et sans doute d’une nouvelle superstructure. Il est peu probable que l’annexe A-9 ait été remaniée. La str. A-10 est simplement allongée de 1 m vers le nord. Néanmoins l’aspect du patio change considérablement si l’on admet que les ailes de la pyramide A-2 viennent l’isoler de la grande place.

32À l’époque de l’apogée du site – au Classique tardif – le centre cérémoniel de Los Encuentros devait avoir un aspect extraordinairement imposant. Les grandes surfaces inclinées couvertes de dalles blanches parfaitement taillées et ajustées contrastent avec les murs et les escaliers faits de galets bruts (et semble-t-il sans revêtement d’argile) ; la masse impressionnante de la grande pyramide adossée à la colline, avec son temple de pierre, domine l’ensemble. La pyramide funéraire A-2 dresse sa silhouette plus élancée sur la face ouest de la place et déploie de part et d’autre ses passages surélevés et dallés, sur lesquels la foule se presse lors des grandes cérémonies.

33Si la fonction de ces immenses surfaces dallées est discutable, on ne peut nier qu’elles produisaient en tout cas un saisissant effet esthétique. Elles constituent l’originalité architecturale de Los Encuentros. On ne peut à cet égard comparer notre site qu’à celui de Chijolom, dans l’Alta Verapaz, décrit par Ledyard Smith (1955 : 57 et fig. 35, 36, 130) : son jeu de balle est construit en maçonnerie de blocs calcaires, selon la technique utilisée à Los Encuentros. Mais le plan de Chijolom n’a rien à voir avec celui de Los Encuentros, bien que les deux sites soient sans doute contemporains (L. Smith situe Chijolom entre le Classique tardif et le Postclassique).

34Le site de Los Encuentros au Classique tardif ne peut être isolé de celui de Pueblo Viejo-Chixoy, dont la plus grande partie date de cette époque. Aucun centre cérémoniel comparable au groupe A n’a été mis au jour à Pueblo Viejo. Le site comprendrait, selon Patricia Carot, six groupes d’habitations, dont certains très étendus, avec parfois de petits ensembles plus élaborés, sans doute réservés aux chefs de lignages. Le total estimé des habitations est d’au moins 130, soit une population de 800 à 1500 habitants, double de celle de Los Encuentros. Il est certain qu’une telle population devait disposer d’un centre civico-religieux adéquat : ce ne peut être que le groupe A de Los Encuentros, bien qu’on puisse s’étonner que l’emplacement choisi n’ait pas été plus central.

Fig. 64 – Reconstitution du groupe A, partie sud

Fig. 64 – Reconstitution du groupe A, partie sud

35Si nous admettons que les groupes d’habitation, dont le groupe C de Los Encuentros constitue le prototype, abritaient chacun un lignage, il est probable que le groupe A était le centre administratif et religieux d’un clan pokomam couvrant l’ensemble Los Encuentros-Pueblo Viejo au Classique tardif. M.C. Arnauld décrit pour la Verapaz une structure de l’habitat analogue : “La estructura Pokom constaba de unidades socio-políticas correspondientes a clanes (molam), los que cubrían un territorio delimitado cuyo centro era el tenamit, con sus localidades y pajuyus dependientes...” (1980 : 35).

36Le centre cérémoniel de Los Encuentros est donc le siège du chef de clan dont l’une des fonctions essentielles est d’assurer le culte des ancêtres. La pyramide-temple, le jeu de balle, la str. A-7, qui abritent des tombes, sont par essence dédiés aux ancêtres fondateurs, inhumés là au moment de leur construction. La pyramide A-2 est, elle, le véritable monument funéraire où viennent prendre place, à leur décès, les membres (adultes) de la famille du chef de clan.

3. Période postclassique

37Au Postclassique tardif, vers 1100-1200 ap. J.C., Los Encuentros est abandonné, aussi bien le centre cérémoniel que les ensembles d’habitation. On trouve bien quelques tessons postclassiques au pied de certaines structures, en particulier sur la face sud de la str. A-3, qui pourrait avoir continué à être utilisée quelque temps. Mais toute activité architecturale a cessé ; les groupes d’habitat ne livrent aucun matériel de cette période, même Paxac, dont l’implantation potentiellement défensive est pourtant un trait tardif. C’est à Pueblo Viejo, à 2 km en aval, que s’est installé le nouveau centre cérémoniel, dans une zone déjà densément occupée au Classique tardif, mais qu’elle va utiliser de façon tout-à-fait différente. Cet abandon du site classique et l’installation du nouveau site postclassique à courte distance (parfois simplement sur la rive opposée) est un phénomène maintes fois observé dans la vallée. Il est frappant de voir à quel point le site ancien est plus qu’abandonné : proprement déserté, comme si un tabou ou une crainte superstitieuse interdisait désormais de hanter ces lieux dédiés aux divinités païennes d’antan.

4. Pour une définition de l’Epiclassique

38Nous avons relevé, tout au long des pages précédentes décrivant notre travail à Los Encuentros, tant sur le plan de l’architecture que sur celui des coutumes funéraires ou du style de la céramique, l’apparition de traits nouveaux qualifiés de “tardifs”, ou attribués au Classique terminal ou au Postclassique ancien. Il faut tenter de définir cette période de transition entre Classique et Postclassique, que plusieurs auteurs, en particulier John Fox (1980 : 45) ont baptisée Epiclassique. Nous chercherons à énumérer, à la lumière de nos fouilles, ce que nous considérons comme les traits pertinents de cette période, en partant d’une hypothèse de travail : l’apparition de ces traits épiclassiques correspond, à Los Encuentros, au passage de la phase 1 à la phase 2 dans l’évolution du centre cérémoniel ; sans nous dissimuler les problèmes d’interprétation ainsi posés, et même, dans le cas des tombes, certaines incohérences apparentes. Seule la synthèse des résultats obtenus par la fouille des sites de cette période, non seulement dans la vallée moyenne du Chixoy, mais dans le département voisin d’El Quiché, nous permettra de confirmer et de préciser cette définition.

39Le passage de la phase 1 à la phase 2 dans le groupe A de Los Encuentros est essentiellement marqué par les faits suivants :

  • fermeture de la grande place et isolement du patio ouest (nous admettons ici la date tardive de construction des deux ailes de la str. A-2, et peut-être de la str. A-7) ;

  • multiplication des grandes surfaces en pente dallées (ce trait est apparu plus tôt, par exemple sur la str. A-5b) ;

  • agrandissement de plusieurs structures par surélévation – cas le plus fréquent – allongement, ou jonction de deux structures voisines ;

  • modification dans la fonction de certaines structures (A-2, A-3 ?) ;

  • modification du jeu de balle, qui, de type fermé, devient à extrémités ouvertes ;

  • viol des tombes et des cistes ;

  • apparition d’un matériel funéraire nouveau.

40Nous allons reprendre ces différentes observations sous trois rubriques : architecture, religion, matériel (céramique et lithique).

a/ L’architecture

41La plupart des traits architecturaux du Classique tardif subsistent à l’Epiclassique. Citons entre autres : les substructures en gradins verticaux (à noter cependant l’existence de gradins inclinés sur plusieurs structures : A-2, A-5b. C’est un trait qui vient du Classique ancien) ; les escaliers sans rampes et le bloc central ; les murs de galets nus, ou revêtus d’argile lissée, mais jamais de stuc, etc.

42On assiste cependant à quelques innovations, qui pourraient être les suivantes :

  • suppression dans la plupart des cas du bloc central des escaliers ; ceci est lié aux nouvelles pratiques religieuses, puisque le bloc central est d’abord une tombe.

  • généralisation de l’emploi des grandes dalles blanches de tuf ou de caliche pour recouvrir des plans inclinés de grande superficie.

  • utilisation d’un remblai de pierre ponce au-dessus des tombes (trait peut-être classique).

  • apparition d’un type de structure nouveau, la “maison longue”. Au Postclassique, le rapport longueur/largeur de ce type de structure sera au moins de 4 ou 5 ; il est ici de 10 pour la str.
    A-3. La fonction d’une telle structure est sans doute administrative ; elle deviendra la maison du conseil, nimja, symbole des lignages majeurs des Quichés. Il faut noter cependant que certains centres cérémoniels incluent dès le Classique tardif une structure relativement basse mais beaucoup plus longue que les autres ; c’est le cas par exemple, pour la vallée du Chixoy, de Chirramos et de Los Tapezcos.

    • 1 Nous devons revenir ici sur la note de la p. 43 pour souligner que la forme primitive du jeu de bal (...)

    transformation radicale du jeu de balle : de plan fermé, dit “en palangana ”, il devient à couloir ouvert, sans zones terminales1. La dissymétrie entre les structures encadrantes, déjà marquée durant la phase 1, est encore accentuée par l’extension de la str. A-5 vers la place, la construction d’une cache, et d’une tombe sous la banquette.

43On note que plusieurs de ces traits ne sont pas nouveaux : existant déjà au Classique, ils sont seulement généralisés ou amplifiés à l’Epiclassique. Il est clair qu’il y a ici une certaine continuité. Au contraire, la rupture sera quasi complète au Postclassique avec l’architecture précédente. Nous en citerons un seul exemple, qui constitue à notre avis un excellent “marqueur d’horizon” pour identifier les sites postclassiques de notre région : c’est l’utilisation du stuc pour le revêtement des murs et des sols. Tous les textes ethnohistoriques soulignent l’importance de ce trait architectural, que les conquérants quichés ont introduit dans la construction de leurs édifices de pierre et de chaux (cal y canto). Carmack note, dans sa traduction du Titulo C’oyoi : “Chun sajcab : “whitened limestone” is a reference to the lime morter and whitewash used to construct the religious-political centers of the Quiché. As in the Popol Vuh, it is only after Ismachi is founded that this form- of construction is mentioned” (1973 : 312). Nous avons cependant un exemple de l’utilisation du stuc dès 1150 à Los Cimientos-Chustum (dép. El Quiché). Mais aucune construction du Classique tardif ou de l’Epiclassique n’utilise le stuc selon cette méthode ; pourtant la technique de fabrication du stuc n’était pas inconnue, puisque nous en avons trouvé un fragment, d’excellente qualité, dans un niveau classique tardif de la pyramide A-2. D’autre part, il semble bien que sur d’autres sites épiclassiques, dont le principal est Pantzac, dans le département d’El Quiché (voir Ledyard Smith, 1954 : 38), le stuc ait déjà été utilisé, non pour le revêtement des murs de pierre, mais comme liant.

44En résumé sur le plan architectural, la phase 2, épiclassique, marque une continuité avec la phase précédente, en même temps qu’apparaissent certains traits qui ne se développeront que plus tardivement. En tout état de cause, il n’y a pas de changement structurel important dans l’organisation du centre cérémoniel, dont ni le plan, ni l’orientation, ni surtout l’implantation ne sont remis en question.

b/ La religion

45Le viol des tombes est sans doute l’aspect le plus spectaculaire du changement. Nous l’avons noté pour la première fois à Los Cerritos-Chijoj (El Quiché) : la plupart des tombes découvertes – il s’agit en réalité de cistes – étaient remplies de matériaux divers : tessons, pierres, poteries brisées... mais sans restes osseux et sans véritable mobilier. Pourtant la mise au jour de plusieurs cistes intacts, contenant encore squelettes et offrandes, ne laissait aucun doute sur leur fonction funéraire. Le viol des tombes, qui était dans ce cas une pratique quasi systématique, laisse souvent ailleurs des traces difficiles à interpréter, et même parfois à déceler.

46À Los Encuentros, nous n’avons trouvé que deux cas indiscutables de viol des tombes : celui de la tombe 1 de la grande pyramide, et celui des deux cistes de la str. A-5a. Dans les deux cas, les tombes ont été vidées de leur contenu et non réutilisées : laissée vide pour la tombe 1, remplis de pierres pour les deux cistes.

47Le cas des tombes 2, 3 et 4 est moins net. Si les deux premières présentent des traces d’effraction par le toit (ou d’effondrement ?), il semble qu’une partie au moins des squelettes et du mobilier ait déjà été en place avant cette intrusion. Ce mobilier étant indéniablement tardif, nous aurions là seulement la démonstration d’une pratique épiclassique consistant à rouvrir les tombes pour y introduire de nouveaux occupants. Dans les deux cas l’accès à la tombe était relativement aisé, bien que l’ouverture normale, moins accessible, n’ait pas été utilisée.

48Le cas de la tombe 1 est un tel casse-tête que nous serions tentés de l’écarter provisoirement. Cette tombe est sans nul doute ancienne : elle daterait, comme la structure A-5a qui est venue la recouvrir, du début du Classique (ce qui confirme, par ailleurs, que la tombe voûtée n’est pas une innovation épiclassique). Il est difficile d’expliquer comment elle a été rouverte, si elle l’a été. Elle contient cependant un mobilier épiclassique, de 200 ans trop vieux ! Si pourtant nous sommes certains que les deux cistes “gardiens” de la tombe ont été violés à l’Epiclassique, l’existence de la tombe ne pouvait échapper aux responsables de cette opération, et la logique veut qu’ils y aient pénétré, d’une façon que nous ne pouvons expliquer.

49Concurremment à celle du viol des tombes, l’Epiclassique introduit des pratiques funéraires nouvelles dans la position des corps et la disposition des offrandes. La position traditionnelle du mort, au Classique tardif, est étendue en décubitus dorsal, les bras allongés (l’un des bras peut être replié, main sur l’épaule) ; la position repliée ou assise du corps, de même que la sépulture secondaire, sont exceptionnelles. À l’Epiclassique, il semble au contraire que sépulture secondaire, ou position repliée quand la sépulture est primaire, soit la règle ; quant à la disposition des offrandes, les poteries seraient alors relativement plus nombreuses, et disposées à l’écart des squelettes. Il faut souligner toutefois que ces observations reposent sur une base fragile, et qu’elles ne sont valables que pour la vallée du Chixoy.

50Notons enfin que la pyramide A-2 perd à la fin de la phase 2 le rôle de monticule funéraire qu’elle remplissait sans doute depuis le Préclassique tardif.

51Ces bouleversements, au sens propre du terme, dans les pratiques funéraires révèlent une évolution profonde dans les conceptions de la vie, de la mort et de l’au-delà ; évolution qui doit se manifester dans d’autres aspects de la vie religieuse, par exemple dans les représentations des divinités sur les accessoires du culte : encensoirs, sculptures, poteries diverses. Nous disposons à cet égard à Los Encuentros du matériel céramique et lithique trouvé dans les tombes, dans les caches, ou simplement dans le remblai des monticules.

52Les tombes ou sépultures datées du Classique tardif que nous avons mises au jour jusqu’ici dans les sites du Chixoy (Chirramos, Chitomax, El Jocote, Chicruz, Cauinal) ne contenaient que des poteries assez communes et des encensoirs simples à excroissances ; aucun encensoir à effigie élaboré. Les tombes tardives de Los Encuentros nous livrent toutes, par contre, des poteries portant sous une forme ou une autre – appliquées, modelées, moulées – des représentations humaines ou animales. Le souci est évident de déposer près du mort des objets qui, plus que de simples offrandes, représentent les déités ou êtres mythiques destinés à lui faciliter un voyage infernal semé d’embûches ; cette conception de l’enfer est bien entendu mexicaine (Mictlan) mais aussi maya (Xibalba). On constate, au moins à Los Encuentros, que les figurations anthropo ou zoomorphes des supports moulés, sur les plats tripodes épiclassiques, sont essentiellement des têtes de jaguar, de chien ou de vieillard ridé. Or le chien, animal psychopompe par excellence, est le dieu mexicain Xolotl qui aide le mort à franchir le premier obstacle, un fleuve impétueux ; le jaguar est le patron des grottes, du monde souterrain (le Tepeyollotl mexicain) ; le vieillard ridé n’est autre que Huehueteotl, le vieux dieu créateur, dieu du feu et dieu solaire.

53Une autre représentation de déité mexicaine qui apparaît pour la première fois à Los Encuentros sur un manche d’encensoir est celle du serpent à plumes, Quetzalcoatl-Kukulcan (fig. 65a). Sur ce fragment, provenant des déblais de la str. A-10, la figuration de l’animal mythique semble une copie fidèle des masques ornant la façade du temple de Quetzalcoatl à Teotihuacan.

54Les urnes à couvercles, les vases modelés ou les “masques” détachés de vases à effigie mis au jour en divers points de la str. A-5, représentent par contre des divinités portant les attributs du grand dieu Itzamna ou du dieu solaire ; ils sont de style nettement maya et pourraient provenir de l’Alta Verapaz (Dieseldorff, 1926-33). Ils dateraient du Classique tardif plus que de l’Epiclassique, bien qu’ils accompagnent parfois du matériel de cette période.

c/ Le matériel

55Les changements de la céramique à l’Epiclassique sont étroitement liés à ceux des pratiques funéraires : les poteries décrites plus haut, avec leurs éléments mexicains, ne se trouvent en effet que dans un contexte rituel ; on ne les trouve qu’exceptionnellement, et réduites à l’état de tessons isolés, dans les déblais entourant les monticules cérémoniels, et jamais dans les groupes d’habitation. Il n’y a aucun changement notable, de la phase 1 à la Phase 2, dans la céramique d’usage courant.

  • 2 et Wauchope “Red on Incised White” ou “Carved Red on Tan” (1970 : 164, fig. 58, et pp. 40-41, fig. (...)

56Les poteries nouvelles sont des pièces d’importation, dont les centres de fabrication sont connus avec une certitude relative : la côte pacifique du Guatemala près de la frontière mexicaine pour le “Tohil Plombé”, la côte du Golfe (Tabasco) pour l’“Orange Fin”. D’autres types font leur apparition, différents par la forme, la technique ou le motif décoratif. Certains ne survivront pas à l’Epiclassique : l’encensoir tripode mixtèque, le vase en forme de “lampe de cheminée”. D’autres par contre continueront à être utilisés au Postclassique tardif : le bol tripode dichrome à décor “mexicain” (grecque scalaire, guilloché...) incisé ou excisé, doté de supports cylindriques ou zoomorphes moulés (fig. 65c) que Fox appelle “carved ware”2, l’encensoir à manche creux décoré d’une tête humaine ou animale moulée. La technique nouvelle de décoration est celle du moulage, qui apparaît dans les manches d’encensoirs, les supports, les tenons, les statuettes-sifflets.

57Notons que ces céramiques importées voisinent parfois dans les tombes avec des poteries plus anciennes, par exemple des vases cylindriques stuqués et peints du Classique tardif ; c’est le cas de la tombe 2 de Los Encuentros, ce qui confirmerait la double occupation de celle-ci.

58La céramique n’est pas le seul matériel qui nous révèle une évolution, entre le Classique tardif et l’Epiclassique, dans le mobilier des tombes : l’or de la tombe 2 marque la première apparition du métal, qui n’a jamais été signalé auparavant dans notre zone (la date la plus ancienne que nous ayons obtenue jusqu’ici est 1150 ap. J.C. à Los Cimientos-Chustum, pour des objets de cuivre et d’or trouvés dans une tombe). Le jade tendrait à être remplacé par une pierre d’aspect plus bleuté : microline dans la tombe 3, puis turquoise (à Cauinal). Les objets de coquillage et d’os, d’une délicatesse souvent raffinée, les disques incrustés de pyrite, si caractéristiques de la période classique dans notre région, disparaissent. L’obsidienne verte est pour la première fois importée (sans doute du site de Cerro de las Navajas, au Mexique). Notons aussi l’apparition du jeu de patolli accompagnant le “vieux gardien” de la tombe 1. Ce jeu mexicain serait connu dès le VIIème-VIIIème siècle à Teotihuacan selon Ledyard Smith (1977 : 361) ; mais sa diffusion dans les basses terres maya et jusqu’à Belize devrait être attribuée à Tula, c’est-à-dire aux Toltèques.

Fig. 65 – La céramique épiclassique. a/ représentation du serpent à plumes sur un manche d’encensoir ; b/ têtes de chien (Xolotl ?), moulées, sur un bol tripode à décor négatif ; c/ fragment de bol à décor de style mexicain.

Fig. 65 – La céramique épiclassique. a/ représentation du serpent à plumes sur un manche d’encensoir ; b/ têtes de chien (Xolotl ?), moulées, sur un bol tripode à décor négatif ; c/ fragment de bol à décor de style mexicain.

5. Conclusion

59Le site de Los Encuentros, après une longue période d’occupation commençant au Préclassique moyen, a connu son apogée au Classique tardif, période qui dût voir la construction de la plus grande partie du centre cérémoniel. À la fin du Classique tardif, durant ce que nous avons appelé la phase 2 du groupe A, on assiste à une évolution du centre cérémoniel, surtout marquée dans le domaine funéraire et religieux, à un moindre degré dans l’architecture ; évolution qui, sans modifier de manière radicale la culture locale, lui intègre des éléments nouveaux visiblement venus de l’extérieur, plus précisément de l’aire mexicaine. Cette évolution ne reflète sans doute pas l’arrivée massive de groupes étrangers, car la culture populaire, hors du centre cérémoniel, n’en est en rien modifiée. Cependant les nouvelles pratiques funéraires, marquant un changement brutal avec les précédentes, impliquent plus que de simples influences : l’implantation physique d’une élite dont l’intérêt est de faire disparaître les traces d’un culte des ancêtres pour lui substituer un culte nouveau dont ils seront désormais les acteurs et les bénéficiaires.

60Cette période de transformation du Classique terminal annonce déjà par bien des traits les mutations beaucoup plus radicales du Postclassique tardif ; son caractère de transition nous fait cependant préférer le terme d’Epiclassique à celui de Postclassique ancien généralement adopté, car il marque bien la continuité de la plupart des traits caractérisant la culture classique dans notre région.

61Nous n’avons malheureusement obtenu, ni à Los Encuentros ni sur les autres sites de la même époque, de datation absolue concernant l’Epiclassique ; une datation de 900 à 1100 ap. J.C. pourrait être provisoirement retenue. Elle diffère légèrement de celle acceptée par Fox, qui situe l’Epiclassique entre 800 et 1000 (ou entre 800 et 1100 dans le même article, 1980 : 43). Fox distingue trois vagues de migrations des Basses Terres vers les Hautes Terres du Guatemala : la première, épiclassique, correspond à la phase qu’il appelle “Pré-Acropolis” ; la seconde, la phase Acropolis (de 1000 à 1200) serait toltèque ; la troisième, “épitoltèque”, correspondrait aux migrations historiques des groupes Quiché et Cakchiquel à partir de 1200 de notre ère. Carmack critique une certaine tendance à attribuer au Postclassique tardif “the introduction of certain Mexican or Toltec elements which may have been actually introduced during the early Postclassic or even the Classic” (1968 : 86), et ceci faute de préciser ce que l’on entend réellement par “influence toltèque”. Aucun des éléments toltèques énumérés par Carmack n’est décelable dans la vallée du Chixoy à la fin du Classique ; par contre, nous avons souligné l’influence mexicaine indéniable, en particulier dans le matériel funéraire. Faut-il l’attribuer aux Putun, comme on a tendance à le faire, à la suite de Thompson, pour toutes les transformations survenues à la fin du Classique dans l’aire maya ? Plusieurs objets trouvés à Los Encuentros pourraient provenir, directement ou indirectement, de la Mixteca et de la côte pacifique du Guatemala. N’oublions pas que les Hautes Terres ont été de tout temps un carrefour d’influences.

62Notre définition provisoire de l’Epiclassique ne coïncide pas exactement avec celle donnée par Fox pour sa phase Pré-Acropolis (op. cit. : 42-54), bien que nous soyons d’accord avec lui sur le fait capital que cette période marque la première apparition d’un influence mexicaine indéniable dans les vallées du Chixoy et du Motagua. Mais la plupart des traits architecturaux cités par Fox – le jeu de balle en I, les structures rondes ou ovales... – ne seraient apparu, pensons-nous, que plus tardivement. L’existence d’un ensemble “civique’’ mexicain intrusif dans les sites épiclassiques n’est pas évidente dans la vallée du Chixoy. Enfin, si Fox admet que la céramique à pâte fine et les supports zoomorphes typiques de la côte du Golfe apparaissent à l’Epiclassique, il considère le “Tohil Plombé” comme un fossile directeur de l’horizon toltèque, et comme tel n’apparaissant que dans les sites Acropolis ; or, pour nous, ces types céramiques sont tous épiclassiques.

63Par contre, Fox note deux faits importants, qui sont confirmés par nos fouilles du Chixoy : l’abandon des sites “ouverts” du Classique terminal au profit de centres situés sur les sommets et fortifiés au Postclassique (ce caractère défensif ne pouvant être que très relatif dans le fond de la vallée), et le fait qu’à chaque centre épiclassique corresponde un centre Acropolis situé à faible distance. Un exemple typique de cette évolution, plus évidente sur les plateaux, est celui des deux sites voisins de Pantzac et de Los Cimientos-Chustum, dans le municipio de San Andrès Sajcabaja (département d’El Quiché). Pantzac, en fait, nous semble être le prototype du site épiclassique ; sa fouille serait d’un intérêt primordial pour définir et situer chronologiquement cette période. Elle est malheureusement irréalisable dans les conditions actuelles.

Notes

1 Nous devons revenir ici sur la note de la p. 43 pour souligner que la forme primitive du jeu de balle de Los Encuentros reste douteuse. D’autre part, parmi les autres terrains ouverts étudiés jusqu’ici dans la vallée du Chixoy, celui de Chitomax pourrait être épiclassique, mais celui de Chirramos date certainement du Classique tardif. Le critère de l’ʻʻouverture” du jeu de balle fermé à l’Epiclassique doit donc être pris sous toutes réserves.

2 et Wauchope “Red on Incised White” ou “Carved Red on Tan” (1970 : 164, fig. 58, et pp. 40-41, fig. 61f).

Table des illustrations

Titre Fig. 64 – Reconstitution du groupe A, partie sud
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8368/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Fig. 65 – La céramique épiclassique. a/ représentation du serpent à plumes sur un manche d’encensoir ; b/ têtes de chien (Xolotl ?), moulées, sur un bol tripode à décor négatif ; c/ fragment de bol à décor de style mexicain.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8368/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 115k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search