Version classiqueVersion mobile

Archéologie de sauvetage dans la vallée du Río Chixoy 4

 | 
Alain Ichon
, 
Marion P. Hatch

1ère Partie. Les fouilles de Los Encuentros

Chapitre IV. Les ensembles d’habitation

Texte intégral

1Une dizaine d’ensembles d’habitation plus ou moins importants ont été relevés dans un rayon de 1 km autour du centre cérémoniel A. Le plus éloigné, El Pretil, en est distant de 1,2 km à vol d’oiseau. Si nous rattachons ces ensembles au groupe A, c’est que le matériel récolté en surface, ou durant les fouilles pour le groupe C, sur chacun de ces sites, est essentiellement du Classique tardif. Le centre cérémoniel et les groupes de plates-formes dispersées aux alentours sont donc contemporains et doivent être considérés comme un site unique.

2Chaque groupe d’habitation est constitué d’un ensemble de plates-formes de pierre (cimientos) légèrement surélevées, occupant en général la surface plane d’une terrasse naturelle dans une boucle du Chixoy ou de son affluent le rio Salamá. Toute partie plane a été utilisée pour y installer une ou plusieurs habitations. Une exception à cette règle est l’ensemble J (Las Tunas), où les plates-formes occupent non seulement la terrasse bordant le fleuve, mais aussi le flanc abrupt de la colline grâce à une série de petits terre-pleins artificiellement aménagés.

3Les ensembles d’habitation peuvent être répartis en quatre groupes selon un critère géographique :

  1. – ceux qui entourent immédiatement le centre cérémoniel, situés dans la boucle et sur la rive droite du Chixoy. Ce sont les groupes F, au sud, et G à l’ouest du groupe A.

  2. – les groupes situés le long du rio Salamá : B, C,
    D et E d’aval en amont.

  3. – ceux situés sur les rives du Chixoy en amont du groupe A : groupes H, I et Paxac.

  4. – enfin, celui situé en aval sur la rive gauche : le groupe J (Las Tunas).

4Plus en amont, sur le Chixoy, le petit site d’El Mojón n’a pu être daté faute de matériel. Probablement contemporain de Los Encuentros, il serait à rattacher soit à ce dernier, soit à Río Negro, petit centre cérémoniel qui date, lui aussi, du Classique tardif.

a/ – Les ensembles d’habitation proches du centre cérémoniel

5Nous avons baptisé groupe F un ensemble d’une dizaine de plates-formes s’étageant sur la colline en arc de cercle qui domine au sud-est l’ensemble cérémoniel. La plupart de ces plates-formes ont été détruites ou réutilisées pour l’implantation des maisons constituant l’actuel caserío de Los Encuentros, maisons qui doivent être déménagées et réinstallées plus haut avant la mise en eau du barrage.

6Le groupe G est constitué de quatre ou cinq plates-formes d’assez grande dimension, situées à l’ouest du groupe A, au pied de la colline. Les terrasses qui les supportent ont dû être aménagées. Elles font face au nord.

b/ – En remontant le rio Salamá,

7nous trouvons les ensembles suivants :

  • Le groupe B, sur la rive droite du Salamá à son confluent avec le Chixoy. La terrasse n’est qu’un prolongement de celle du groupe A ; quelques plates-formes sont installées sur les pentes de la colline montant vers le cimetière de Los Encuentros. La végétation très dense ne nous a pas permis de faire un relevé précis de ce groupe, qui comprenait sans doute de 5 à 10 habitations.

  • Le groupe C, 500 m en amont, sera décrit plus loin ; c’est l’un des plus importants.

  • Le groupe D, lieu-dit Chileón, fait face au groupe C, sur la rive gauche du Salamá. Il occupe une très vaste terrasse, aujourd’hui cultivée, à l’abri des inondations. Cet ensemble comprenait peut-être une quinzaine de structures, dont les plus importantes ont été pillées ; les murs de soutènement ne dépassent pas 1 m de hauteur. Deux petites structures, proches l’une de l’autre, sont originales : il s’agit de constructions en pierre, dont les murs sont conservés sur plus de 1 m de hauteur. Elles comprenaient, semble-t-il, une chambre unique, très exiguë, avec une porte au nord vers le rio, et une banquette le long du mur sud. L’espace est trop réduit pour qu’elles aient servi d’habitations, encore que nous ayons des exemples de telles constructions au Postclassique tardif, dans le site d’El Talpetate, dépendant de Cauinal (Fauvet-Berthelot 1981 : 114). À Chileón, elles seraient plus anciennes, et il pourrait s’agir de petits temples, ou de chapelles, lieux de culte sur le chemin longeant le Salamá. Il faut cependant souligner que les superstructures de pierre de Chileón sont uniques, et que leur datation n’est pas sûre.

  • 500 m en amont, nous trouvons deux petits ensembles situés de part et d’autre du rio, que nous groupons sous le nom du lieu-dit : El Pretil (groupe E). Sur la rive gauche, un éperon de la colline forme un méplat ne dépassant pas 30 m de longueur, très étroit, qui supportait une ou deux plates-formes. Juste au-dessus, à flanc de colline, on distingue une structure qui, compte tenu de ses dimensions, pouvait être un petit temple.

Fig. 53 – Répartition des groupes d’habitation. La courbe 820 marque la limite de la zone inondée en cas de crue millénaire.

Fig. 53 – Répartition des groupes d’habitation. La courbe 820 marque la limite de la zone inondée en cas de crue millénaire.

8Sur la rive opposée, la terrasse, large d’une trentaine de mètres, se poursuit sur 400 m jusqu’à une petite quebrada. Elle est aujourd’hui cultivée et habitée, ce qui explique la disparition des structures anciennes, s’il y en avait. Les seules traces visibles sont, au nord, deux plates-formes d’environ 4 x 6 m, et quelques vestiges de trois autres au sud. Au total donc, pour le groupe d’El Pretil, cinq structures conservées sur la rive droite, et trois sur la rive gauche du Salamá.

9La reconnaissance de la vallée de Salamá jusqu’à El Mal Paso, à 2 km en amont, n’a découvert aucune trace d’habitat. Cette vallée devient très encaissée, les terrasses alluviales sont de dimension réduite et inondées en saison des pluies. Le sentier qui suit le Salamá, en le franchissant à maintes reprises, est visiblement peu fréquenté. Le premier site relevé au-delà d’El Pretil, Camalmapa, est un petit centre cérémoniel situé très en amont, à 8 km à vol d’oiseau : bien que datant lui aussi du Classique tardif, il ne dépendait visiblement plus de Los Encuentros.

c/ – En amont du groupe A

10Sur le Chixoy, nous trouvons d’abord deux petits sites, l’un, Chuachijoj (groupe I) sur la rive gauche, l’autre, Chisamá (groupe H) sur la rive droite. Ce dernier comprend plusieurs structures relativement importantes traversées par la piste allant de Los Encuentros à Río Negro en longeant la rive droite du Chixoy ; elles étaient dotées d’escaliers descendant au rio. Plus haut sur la colline, il y a au moins deux autres structures, dont une trop petite pour servir d’habitation.

11En amont, sur la rive gauche et dans la boucle formée par le Chixoy, un contrefort de la colline a été aménagé en une terrasse assez vaste, très au-dessus du niveau du fleuve, bordée de profonds ravins. Plusieurs structures, constituant un ensemble orienté, sans doute en partie cérémoniel, occupent la terrasse. Par le choix de cet emplacement défensif, le site de Paxac nous parut d’abord postclassique ; le matériel de surface, rare et très érodé, semblait confirmer cette datation. Nous sommes cependant revenus à Paxac en 1982 pour la vérifier. Un sondage pratiqué dans l’une des trois petites structures constituant l’ensemble B a fourni un abondant matériel céramique, en tous points comparable à celui des autres ensembles de Los Encuentros. Paxac date donc bien lui aussi du Classique tardif, et, bien que très différent des autres groupes d’habitation, doit être rattaché à ce site.

12Les structures de Paxac n’ont fait l’objet que d’un relevé sommaire et incomplet. Elles s’étendent de part et d’autre d’une profonde quebrada ; les plus importantes au sud, sur une terrasse plane, constituent le centre cérémoniel comprenant deux monticules (A-1 et A-2), et nettement séparé d’un petit ensemble de trois structures entourant un patio (groupe B). Le groupe C, au nord du ravin, occupe une série de terrasses étagées, sans doute aménagées pour des habitations. Le nombre total des structures de Paxac ne peut être évalué, mais il était certainement supérieur à 15.

13Il ne fait pas de doute que Paxac dépendait du “centre recteur” de Los Encuentros. Cependant, par sa situation, qui lui donne de bonnes vues sur la vallée en amont et certaines possibilités défensives, comme par l’existence d’un petit centre cérémoniel distinct et d’au moins un ensemble d’habitation bien structuré autour d’un patio – disposition exceptionnelle au Classique tardif – on ne peut le comparer à aucun des autres ensembles de Los Encuentros. Nous serions plutôt tentés de le comparer à certains ensembles de Pueblo Viejo-Chixoy, qui occupe une position à peu près symétrique de celle de Paxac (mais en aval) par rapport au groupe A de Los Encuentros.

d/ – En aval du groupe A

14Entre Los Encuentros et le grand ensemble de Pueblo Viejo-Chixoy, qui commence au confluent du Carchelá, le groupe J (Las Tunas) dépendait certainement du premier, dont il est tout proche. Il comprend plusieurs petits ensembles de plates-formes échelonnés sur la terrasse inférieure, et signalés par des plantations de jocotes (évidemment plus récentes) ; ces ensembles ont été rasés lors de la construction de la route allant du barrage à la carrière de sable située près du confluent du Salamá.

15Plusieurs autres plates-formes sont visibles à flanc de colline : les plus hautes doivent dominer de 50 m le rio. Ce dispositif est assez inhabituel. Nous avons signalé que Las Tunas a livré des tessons préclassiques prouvant une occupation plus ancienne du site.

16Cette brève description des ensembles d’habitation autour du centre cérémoniel de Los Encuentros permet quelques observations sur la structure de l’habitat au Classique tardif.

17Le long du Chixoy, qui constitue la voie de communication la plus importante, on trouve non seulement des ensembles d’habitation (El Mojón, gr. H, I, G, J), mais aussi des centres cérémoniels (Río Negro, Paxac, Pueblo Viejo) assez proches de Los Encuentros. Le long des rios Salamá et Carchelá, il s’agit uniquement de groupes d’habitation, souvent dotés, il est vrai, d’une ou plusieurs structures différant des autres et probablement réservées au culte (nous en aurons la preuve dans le groupe C). L’importance de ces groupes diminue à mesure que l’on s’éloigne du groupe A.

18En ce qui concerne leur datation, seul le groupe J a livré en quantité significative, comme le groupe A, des tessons préclassiques. L’occupation ancienne semble donc ici limitée à la vallée du Chixoy.

19Enfin, nous voudrions parvenir à une estimation, au moins approximative, de la population totale de Los Encuentros au Classique tardif, époque de l’apogée du site. Nous évaluons à environ 80 les habitations qui ont laissé des traces dans les différents groupes, les plus importants étant le groupe C (14 structures), Paxac (plus de 15), et Chileón (une quinzaine) ; les autres groupes pouvaient avoir entre 5 et 10 structures. Il est certain que cette estimation est un minimum, et devrait sans doute être doublée pour approcher de la réalité. En comptant une moyenne de 6 personnes par habitation, le total obtenu est de 500 à 1000 habitants, chiffre au demeurant bien modeste quand on le compare à la population d’un grand site postclassique de la vallée comme Cauinal, qui en avait au moins quatre fois plus.

Fig. 54 – Le site de Paxac.

Fig. 54 – Le site de Paxac.

Table des illustrations

Titre Fig. 53 – Répartition des groupes d’habitation. La courbe 820 marque la limite de la zone inondée en cas de crue millénaire.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8358/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 54 – Le site de Paxac.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8358/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search