Version classiqueVersion mobile

Archéologie de sauvetage dans la vallée du Río Chixoy 4

 | 
Alain Ichon
, 
Marion P. Hatch

1ère Partie. Les fouilles de Los Encuentros

Chapitre III. La fouille du patio ouest

Texte intégral

1Nous avons vu que ce patio, complètement isolé de la grande place par la pyramide A-2 et ses annexes, est ouvert au nord. L’orientation des structures qui le bordent de deux côtés – ouest et sud – est plus proche du nord magnétique que celle de l’ensemble A-1 – A-7 : 17° Est environ. Nos travaux ont consisté à dégager tous les murs des structures bordant la place, à sonder la str. A-10 par un puits central, et à fouiller (incomplètement) la plate-forme A-8.

1 – Les structures A-8 et A-9

2Cet ensemble est symétrique de la str. A-7 par rapport à la pyramide principale. Le soubassement a été aménagé sur la pente naturelle de la colline, la terrasse dominant d’environ 4 m le patio ouest. Il n’est pas certain que celle-ci ait communiqué directement avec la plate-forme A-1 ; l’espace entre les deux ensembles aurait été aménagé en un petit terre-plein limité par les gradins, et auquel on accédait par un escalier prolongeant vers le sud l’aile sud de la str. A-2. La terrasse supporte deux plates-formes d’inégale importance, les str. A-8 et A-9, dont l’étude a été confiée à M.A. Bailey.

3La structure A-8 mesure 6,50 x 12 m (à noter que ces dimensions sont proches de celles de la plate-forme A-7). La face nord de la substructure est aménagée en gradins verticaux, aujourd’hui très détruits ; il ne reste que peu de traces de l’escalier qui permettait d’accéder à la plate-forme en partant du patio, et dont la partie supérieure a fait l’objet de remaniements, dans lesquels on devine une avancée qui pourrait être une sorte de bloc central.

Fig. 51 Fouille du patio ouest : les str. A-8 et A-9.

Fig. 51 Fouille du patio ouest : les str. A-8 et A-9.

Fig. 52 – Le patio ouest, a/ plan général el détail de la str. A-8 ; b/ foyer et cuvette dans la chambre ouest de A-8.

Fig. 52 – Le patio ouest, a/ plan général el détail de la str. A-8 ; b/ foyer et cuvette dans la chambre ouest de A-8.

4La fouille (opération D) tentera de mettre au jour le sol d’occupation de la partie ouest de la plate-forme. Il s’avère que l’aménagement du soubassement, contrairement à celui de la str. A-7, n’a pas nécessité d’énormes travaux de terrassement. Le sol de gravier stérile est en effet trouvé à faible profondeur (60 cm). Il supporte un mur de galets qui est la base d’une superstructure complètement enterrée au cours d’une seconde phase de construction. Comme pour le temple de la grande pyramide, cette ultime surélévation a donc protégé le sol de l’avant-dernière plate-forme et les fondations de la superstructure. Cet édifice de pierre mesurait 5,50 x 11 m. Les murs ont de 40 à 70 cm d’épaisseur (celui de la face ouest est plus épais). On distingue le long du mur sud trois blocs de maçonnerie faisant saillie : les deux blocs latéraux devaient être les piliers ou chambranles des portes faisant communiquer la pièce centrale et les deux pièces latérales, séparées par des cloisons en matériaux périssables. Le bloc central est l’autel familial, situé face à la porte de l’habitation. Le sol, conservé par endroits, était d’argile battue. Dans la pièce principale ont été mis au jour :

  • au centre, une grande olla rustique, à deux anses, contenant une autre jarre plus petite, ayant servi d’urne funéraire pour un tout jeune enfant ;

  • entre cette urne et la porte, légèrement décalé vers l’ouest, un foyer : dépression circulaire peu profonde de 62 cm de diamètre. Entre ce foyer et le mur nord, on note encore une cuvette d’argile cuite irrégulière contenant une pierre. Le foyer a été soigneusement vidé de la cendre ou du charbon qu’il pouvait contenir ;

  • sous l’autel du mur du fond, une olla à quatre anses partiellement écrasée par une pierre (servant de couvercle ?) et contenant cinq petites pierres informes de péridotite.

5Outre la pièce centrale, les deux chambres latérales ont été dégagées. La plus à l’ouest est dotée, comme la première, d’un foyer circulaire de terre cuite, et d’une cavité peu profonde dont le fond et les parois sont revêtus de pierres (fig. 52b), qui servait peut-être à maintenir debout une grande tinaja d’eau ou de grain.

6Dans la chambre est, la partie non détruite du mur sud a été mise au jour, dans le prolongement de l’autel central. On observe, parallèle à ce mur, une rangée de galets blancs qui pourraient marquer la limite d’une banquette étroite adossée à ce mur, et le même saillant que dans la chambre ouest, correspondant à la porte. Le sol de la chambre n’est pas conservé ; au cours des fouilles complémentaires de 1982, nous avons pu cependant établir l’existence d’un foyer d’argile de 60 cm de diamètre, et celle, probable, d’une sorte de cuvette dallée analogue à celle de la chambre ouest. Il n’y aurait donc pas de différences essentielles entre les deux chambres latérales, en dehors de la banquette.

7Un certain nombre de tessons tardifs, dont les fragments d’un bol à décor “mexicain” de grecques scalaires, ont été trouvés dans le remblai qui est venu recouvrir le sol primitif ; la dernière construction peut donc être datée du Classique terminal.

  • 1 cf. pour le site de La Lagunita : Ichon 1977 : 14. Pour El Jocote : Ichon et Grignon 1981 : 29.

8Nous avons, dans la str. A-8, le seul exemple jusqu’ici mis au jour d’une habitation “noble”, directement reliée au centre cérémoniel et abritant sans doute le plus haut personnage de ce centre. Néanmoins son organisation ne devait pas différer fondamentalement de celle des demeures plus modestes, si ce n’est qu’elle était construite en pierre (la partie supérieure des murs pouvait être de torchis, encore que nous n’ayons pas trouvé de blocs de bahareque dans le remblai) et intérieurement divisée en trois pièces par des cloisons légères. On pénétrait par une porte, sans doute unique, située au nord, dans la pièce centrale, qui était aussi la partie sacrée de la maison où se déroulaient les cérémonies du culte familial ; pièce consacrée par l’autel et les deux urnes contenant les offrandes dédicatoires : l’une un enfant, l’autre des pierres. Le symbolisme de celles-ci nous échappe, mais nous constatons que ce type d’offrande est commun durant le Classique ancien, et sans doute depuis le Préclassique : galets de quartz roulés contenus dans de simples bols ou des poteries à supports mammiformes à La Lagunita (El Quiché), ou galets de péridotite, brûlés ou non, dans plusieurs sites de la vallée du Chixoy : El Jocote, Chirramos, San Juan las Vegas1. La pièce centrale n’était pourtant pas uniquement réservée au culte, puisque nous y trouvons un foyer et une cuvette d’argile peut être destinée à la préparation du nixtamal.

9Les deux pièces latérales sont plus nettement domestiques et devaient servir en même temps de cuisine et de chambre à coucher. L’habitation abritait donc apparemment deux ou trois ménages ou familles nucléaires appartenant à la même lignée.

10La str. A-9 occupe la partie ouest de la même terrasse. Le mur de soutènement qui unit les deux structures, au nord, se présente comme une marche faite de blocs de tuf et de caliche. Il est possible que l’intervalle entre les deux structures ait été dallé. La str. A-9, beaucoup plus petite, et plus fruste que la str. A-8, est en très mauvais état. On ne voit aucune trace de superstructure, et aucun escalier sur la face nord, qui donne d’ailleurs sur la str. A-10. Il s’agit visiblement d’une simple dépendance de A-8.

2 – La structure A-10

11Cette substructure rectangulaire, massive, de 9,15 x 20,60 m, haute de 2,25 m, occupe le côté ouest du patio. Elle n’est séparée de l’ensemble sud que par un étroit couloir, dont le remblai a livré une quantité considérable de tessons. Le côté nord de la str. A-10, dégagée par J. Cifuentes, semble avoir été agrandi, ce qui expliquerait le léger décalage de l’escalier ; celui-ci, intérieur à la substructure, a 4,20 m de largeur. La marche du bas, l’une des deux seules conservées, présente un bloc central large de 1,30 m.

12Notre fouille centrale (opération E), abaissée jusqu’au niveau + 20, a livré un abondant matériel, mais aucune superposition ; il y a cependant un changement net dans le remblai au niveau + 70, mais sans évolution notable de la céramique, qui est entièrement du Classique tardif. Le dégagement des murs a donné par contre des tessons préclassiques (dans la proportion d’environ 1 pour 5 par rapport au matériel du Classique tardif), et un pourcentage non négligeable de tessons tardifs (Classique terminal ou Postclassique).

13Cette fouille très limitée de la str. A-10 ne nous permet guère de conclure quant à son utilisation. Si on la compare à la str. A-8, il saute aux yeux qu’une fonction domestique doit être exclue. Reste une fonction civique ou religieuse probable : les déblais du mur est ont livré d’assez nombreux fragments de grands encensoirs.

Notes

1 cf. pour le site de La Lagunita : Ichon 1977 : 14. Pour El Jocote : Ichon et Grignon 1981 : 29.

Table des illustrations

Titre Fig. 51 Fouille du patio ouest : les str. A-8 et A-9.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8353/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 52 – Le patio ouest, a/ plan général el détail de la str. A-8 ; b/ foyer et cuvette dans la chambre ouest de A-8.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8353/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 170k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search