Version classiqueVersion mobile

Archéologie de sauvetage dans la vallée du Río Chixoy 4

 | 
Alain Ichon
, 
Marion P. Hatch

1ère Partie. Les fouilles de Los Encuentros

Chapitre I. Le site de Los Encuentros et le centre cérémoniel

Texte intégral

Coordonnées du centre cérémoniel

: 90° 30’ W – 15° 16’ N.

Coordonnées rectangulaires :

769100 – 689100 (carte au
1/100000e Tactic 2161 IV de
l’
Instituto Geográfico Nacional de
Guatemala.

1Le confluent du rio Salamá et du Chixoy marque la limite de trois départements : Alta Verapaz et Baja Verapaz, respectivement à l’est et à l’ouest du Salamá, El Quiché au nord du Chixoy.

2Le rio Chixoy, qui coule en direction générale du nord-nord-est, est ici moins encaissé qu’en aval et dessine une série de courbes dont chaque concavité forme une terrasse alluviale plus ou moins plane, plus ou moins étendue et relativement favorable à l’établissement humain ou à la culture. À los Encuentros, la terrasse s’étend uniquement sur la rive droite du fleuve, de part et d’autre du Salamá. C’est l’endroit qui a été choisi à l’époque classique pour l’implantation du centre cérémoniel et de quelques ensembles d’habitation, comme il devait l’être un millénaire plus tard pour celle du village moderne, qui compte une dizaine de cases à toit de chaume.

3La terrasse alluviale, formant ici une sorte d’amphithéâtre traversé par le Salamá, est dominée de toutes parts par des formations dépendant de deux systèmes montagneux : au sud, un rameau de la Sierra de Chuacús dont les basses pentes, les lomas de Monterrone, surplombent directement le site archéologique. À l’est du Salamá, la Montaña Santa Apolonia, un autre rameau du massif de Chuacús, resserré entre la vallée du Salamá et celle du Carchelá, présente des flancs assez abrupts ; les pentes du Cerro del Pisote descendent vers les groupes d’habitation B et C, sur la rive droite du Salamá. Ces collines sont de calcaire dolomitique. La serpentine n’apparaît que plus bas, à l’endroit même du barrage.

4Au nord du fleuve, le Cerro Chibur, fortement pentu, fait partie d’un autre ensemble, la Montaña los Pajales, lui-même rattaché à la chaîne calcaire des Cuchumatanes.

5Les flancs des collines sont entièrement déboisés ; seule végétation dans ce paysage aride, de maigres bosquets d’épineux avec quelques rares amates le long des rivières, et un très beau bois de manguiers à l’embouchure du Salamá, qui constitue un endroit de campement idéal, à 100 m du site.

6Les pentes sont dans l’ensemble trop fortes pour se prêter à la culture du maïs ou du sorgho ; dans les parties basses, sablonneuses, la culture de quelques fruits et légumes est possible. Les autres ressources locales sont essentiellement la pêche – bien que le fleuve soit aujourd’hui peu poissonneux – et la fabrication de nattes de palme qui sont vendues à San Cristobal Verapaz.

7Les anciens habitants de Los Encuentros disposaient sur place ou à faible distance de tous les matériaux nécessaires à la construction de leurs maisons et de leurs édifices civico-religieux, ainsi qu’à la fabrication de leurs poteries. Nous verrons que l’architecture, assez fruste dans son ensemble, utilisait essentiellement les galets de rivière non retouchés ; cependant, certaines constructions beaucoup plus élaborées étaient faites de dalles taillées dans le caliche (formation calcaire superficielle) ou dans le tuf volcanique dont on voit un affleurement au-dessus du Salamá, en face du groupe C. Les petits blocs de pierre ponce, déposés sur les rives du fleuve pendant la saison des pluies, servaient à remblayer certaines structures cérémonielles, en particulier au-dessus des tombes ; de minces dalles de schiste, dont l’origine n’a pas été déterminée, étaient également utilisées pour le toit des tombes. Quant à l’argile à poteries, elle provenait sans doute (aucune analyse n’a été faite à cette date) d’un gisement situé à 1500 m à vol d’oiseau, au confluent du Carchelá et du Chixoy ; cette argile brun-rouge, que nous avons fait expérimenter par un potier de Rabinal, est de qualité excellente. Elle est aujourd’hui utilisée pour former le cœur du barrage.

Fig. 2 – La vallée du Chixoy en amont du barrage et les sites de Pueblo Viejo-Chixoy et Los Encuentros.

Fig. 2 – La vallée du Chixoy en amont du barrage et les sites de Pueblo Viejo-Chixoy et Los Encuentros.

8Le choix du site de Los Encuentros peut être comparé à celui de Pueblo Viejo-Chixoy, situé, lui, au confluent de trois rios : Chixoy, Carchelá et Agua Fría. Ces petites vallées sont généralement considérées comme des voies de communication entre les bassins du sud (Salamá, San Miguel Chicaj, Rabinal) et la grande voie du Chixoy au nord. En fait, nous avons pu constater que la progression le long de ces affluents encaissés, sinueux, encombrés d’énormes rochers, qu’il faut constamment franchir à gué, est très pénible, et que ces vallées sont peu fréquentées de nos jours. La circulation se fait par contre couramment le long du Chixoy, avec par endroit une piste haute pour la saison des pluies et une piste basse pour la saison sèche, essentiellement entre le village de Río Negro et Pueblo Viejo, d’où plusieurs chemins montent vers San Cristobal. Le Chixoy est franchi à gué à Los Encuentros en saison sèche ; pendant les pluies, la piste suit au contraire la rive droite, les rios Salamá et Carchelá étant, au moment des fortes crues, traversés sur des radeaux de calebasses.

9Bien que la situation ait pu être quelque peu différente à l’époque préhispanique, on peut penser que les considérations stratégiques n’ont pas été déterminantes pour le choix des sites comme Pueblo Viejo ou Los Encuentros, tout au moins à l’époque classique ; plus que des “nœuds de communication”, ces confluents de rivières correspondent à des zones alluviales plus dégagées, donc plus favorables à l’installation humaine.

Le centre cérémoniel (groupe A)

10L’ensemble principal, ou groupe A, au site archéologique de Los Encuentros s’étend, dans la partie basse des Lomas de Monterrone, sur une terrasse naturelle, probablement aménagée, à une dizaine de mètres au-dessus du niveau moyen du fleuve, c’est-à-dire hors de portée des inondations. Cette surface plane, rectangulaire, limitée au nord par une brusque dénivellation menant à la terrasse inférieure (inondée en hiver), mesure environ 50 x 120 m. Elle est divisée en deux parties, dont le niveau diffère : à l’est la place principale, sensiblement carrée (40 x 50 m) entourée de constructions qui ferment complètement trois de ses côtés, tandis que le quatrième, à l’est, occupé par le jeu de balle (str. A-5 et 6), reste ouvert aux extrémités de celui-ci.

Fig. 3 – Le centre cérémoniel (groupe A) et les pentes de la sierra de Chuacús.

Fig. 3 – Le centre cérémoniel (groupe A) et les pentes de la sierra de Chuacús.

11À l’ouest, et un peu surélevée par rapport à la place principale, une place plus petite (22,50 x 30 m), elle aussi limitée par des édifices sur trois côtés, mais ouverte au nord vers le fleuve. Le plan d’ensemble du groupe est bien dessiné, les constructions étant placées à angle droit les unes par rapport aux autres. L’orientation générale est de 17° à l’est du nord magnétique, avec quelques variations de faible amplitude, qui ne sont peut-être pas toutes intentionnelles.

12Pour utiliser au maximum la largeur de la terrasse naturelle, les structures A-3 et A-4, limitant au nord la grande place, se sont installées en limite extrême de la terrasse, soutenues vers le nord par une série de gradins servant de contreforts qui descendent jusqu’à la terrasse inférieure, 5 m plus bas.

13Vers le sud, par contre, la pente de la colline a été utilisée pour adosser les terrasses supportant les str. A-7, 8 et 9, et surtout la pyramide principale A-1, dont la plate-forme domine de 10 m la grande place. Cette disposition, adossée à la colline, semble n’exister qu’au Classique tardif dans la vallée du Chixoy ; nous la retrouverons sur un autre site, San Juan Las Vegas, sur le rio Chicruz.

14À l’est du groupe A, le terrain descend en pente douce vers le rio Salamá, dont la rive est bordée d’un mur de contention, long de près de 200 m. Ce mur, bien conservé par endroits, atteint vers le sud le pied des premières collines ; au nord, il devait se poursuivre à angle droit le long du Chixoy ; on en suit les traces sur une vingtaine de mètres. Il était probablement destiné à éviter l’érosion de la berge, ou à protéger des inondations la zone habitée. Il ne semble pas, cependant, que cette partie de la terrasse ait été occupée. À l’ouest du groupe A, on ne trouve plus que quelques plates-formes d’habitation, aménagées soit au bas des pentes, soit dans la partie plane, à une cinquantaine de mètres du fleuve. Elles constituent ce que nous avons appelé le groupe G (voir plus loin fig. 53).

15Au sud-est du groupe A, sur les pentes du Monterrone, les plates-formes anciennes ont été détruites ou réutilisées pour les habitations modernes : c’est le groupe F. Nous verrons, en étudiant l’habitat, que plusieurs autres ensembles se sont installés sur les deux rives du Chixoy en amont (groupe J) et en aval (groupe I et Paxac) ainsi que le long du Salamá (groupes B, C, D, E).

16Pour en revenir au centre cérémoniel, le groupe A comprend 10 structures, dont 7 entourent la place principale, et 3 autres le patio ouest.

17Au sud de la place, contre la colline, la pyramide A-1 (10 m de hauteur, 40 m de longueur) supportait une superstructure de pierre comportant plusieurs “chambres”, qui était probablement le temple. La str. A-7, en contrebas, devait-elle aussi supporter une superstructure de pierre, dont il reste à vrai dire peu de traces ; la vaste terrasse sur laquelle elle est construite, à 5 m au-dessus de la place, présente vers celle-ci une face inclinée, sans escalier, entièrement revêtue de dalles de tuf soigneusement ajustées ; elle communique avec la plate-forme de la pyramide principale par un escalier latéral.

18Le côté est de la place est partiellement occupé par le jeu de balle à extrémités ouvertes, constitué de deux monticules parallèles, les str. 5 et 6 : la structure ouest, beaucoup plus haute et élaborée que la structure est, est dotée d’une avancée et d’un escalier donnant sur la place.

19Le côté nord de celle-ci est bordé d’une structure A-3 très allongée (45 m), qui descend par une série de gradins jusqu’à la terrasse inférieure. La str. A-4, beaucoup plus petite, occupe l’angle nord-est de la place, face au jeu de balle.

20Enfin, vers l’ouest, la grande place est entièrement fermée par la str. A-2, une pyramide haute de 5,50 m, orientée vers la place, et par ses deux “ailes” qui constituent des sortes de passages surélevés, aux faces inclinées revêtues de dalles blanches, la reliant aux structures voisines (A-3 au nord, A-1 au sud). Ainsi, la place principale n’est accessible que par l’est, et est entièrement isolée du patio ouest, dont la fonction, nous le verrons, était sans doute beaucoup plus résidentielle que cérémonielle.

21Le patio ouest, ouvert au nord, limité à l’est par la pyramide A-2 qui lui tourne le dos, est bordé à l’ouest d’une structure allongée de faible hauteur (A-10), et au sud par une terrasse surélevée d’environ 5 m, qui se raccorde à la colline, et supporte deux structures : une habitation “noble” et son annexe. L’ensemble A-8 et 9 fait pendant à la structure A-7, tous deux étant situés au même niveau et encadrant la structure principale A-1.

22Soulignons les trois traits frappants dès l’abord dans l’organisation de ce centre cérémoniel, de dimension moyenne mais cependant l’un des plus importants dans la zone étudiée :

  • orientation générale avec une déviation à peu près constante à l’est du Nord magnétique, et disposition orthogonale des structures.

  • caractère fermé de la grande place, et isolement du patio ouest.

  • grande variété des structures cérémonielles.

Etat du centre cérémoniel à notre arrivée

23Nous avons dit plus haut que, en dehors de certaines parties plus soignées, la construction générale est assez rudimentaire, faite essentiellement de galets de rivières liés par de l’argile. L’état de conservation de ces structures était assez médiocre ; beaucoup de murs, en particulier les parties supérieures des gradins, se sont affaissés, et l’une de nos difficultés majeure fut l’évacuation d’une énorme masse de déblais à l’extérieur de la grande place.

Fig. 4 – Plan du groupe A de Los Encuentros.

Fig. 4 – Plan du groupe A de Los Encuentros.

Fig. 5 – Vue aérienne du groupe A en cours de dégagement. À droite, le Chixoy.

Fig. 5 – Vue aérienne du groupe A en cours de dégagement. À droite, le Chixoy.

Fig. 6 – Le groupe A au début des fouilles, vu de la str. A-8. Le monticule le plus visible est la pyramide A-2, qui sépare la grande place du patio ouest.

Fig. 6 – Le groupe A au début des fouilles, vu de la str. A-8. Le monticule le plus visible est la pyramide A-2, qui sépare la grande place du patio ouest.

24Néanmoins, nous avons pu mettre au jour, à peu près partout, la base des murs et les premières marches des escaliers. Une surprise heureuse fut de constater que le site avait été très peu endommagé par les chercheurs de trésors. Les seules destructions concernaient la partie nord-ouest de la str. A-2, ou plus précisément le passage dallé surélevé reliant les str. A-2 et A-3, dont la reconstitution devra rester en grande partie hypothétique ; et la str. A-4, que nous avons trouvée largement entamée de deux côtés, au nord et à l’est. Les autres structures étaient à peu près intactes, ou n’avaient subi que des détériorations superficielles dues à l’occupation humaine récente. Il y a en effet sur le site deux habitations modernes, l’une sur la plate-forme de la grande pyramide (dont la face nord sert de zone de décharge), l’autre à l’extrémité sud du jeu de balle ; leurs propriétaires se montrèrent compréhensifs et elles ne génèrent pas trop nos fouilles, non plus que les plantations de pruniers jocotes (Crataegus mexicana ?) que nous dûmes couper moyennant un juste dédommagement. Les deux places avaient été semées de maïs ou de maïcillo (sorgho), déjà récolté quand nous avons commencé nos travaux.

25Dans l’ensemble, les conditions de travail étaient donc satisfaisantes, malgré quelques matinées de chaleur étouffante et un vent violent l’après-midi. Nos véhicules pouvaient atteindre Pueblo Viejo, à 2 km de Los Encuentros, grâce à la route tracée par l’INDE pour mener au barrage.

26Compte tenu de l’éloignement, le rythme adopté fut de 3 semaines de travail continu suivies d’une semaine de repos dans la capitale.

Table des illustrations

Titre Fig. 2 – La vallée du Chixoy en amont du barrage et les sites de Pueblo Viejo-Chixoy et Los Encuentros.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8343/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 3 – Le centre cérémoniel (groupe A) et les pentes de la sierra de Chuacús.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8343/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 423k
Titre Fig. 4 – Plan du groupe A de Los Encuentros.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8343/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 5 – Vue aérienne du groupe A en cours de dégagement. À droite, le Chixoy.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8343/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Titre Fig. 6 – Le groupe A au début des fouilles, vu de la str. A-8. Le monticule le plus visible est la pyramide A-2, qui sépare la grande place du patio ouest.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8343/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 179k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search