Version classiqueVersion mobile

Archéologie de sauvetage dans la vallée du Río Chixoy 4

 | 
Alain Ichon
, 
Marion P. Hatch

Introduction

Texte intégral

Fig. 1 – La vallée du Chixoy au confluent du rio Salamá. On distingue en arrière-plan les travaux du barrage.

Fig. 1 – La vallée du Chixoy au confluent du rio Salamá. On distingue en arrière-plan les travaux du barrage.

1Le site archéologique de Los Encuentros occupe l’emplacement du hameau du même nom, sur la rive droite du rio Chixoy, au confluent du fleuve et de l’un de ses principaux affluents, le rio Salamá. A vol d’oiseau, il se trouve à seulement 2 km en amont du barrage du Pueblo Viejo-Quixal ; l’altitude du centre cérémoniel est de 725 m au-dessus du niveau de la mer. Comme le niveau normal de fonctionnement du barrage hydro-électrique doit être de 800 m, on voit que Los Encuentros sera l’un des premiers sites mondés, peu après la mise en eau prévue pour janvier 1983.

2Dans le cadre des opérations de “sauvetage archéologique” confiées à la Mission Scientifique Franco-Guatémaltèque, avec l’appui de l’Instituto de Antropología e Historia (IDAEH), de l’Instituto Nacional de Electrificación (INDE), et la participation de l’université de San Carlos de Guatemala (USAC), l’étude du site de Los Encuentros devait donc constituer l’un de nos objectifs prioritaires. La première campagne de fouilles, en mars-avril 1977, dirigée par l’archéologue Patricia Carot, avait été logiquement consacrée au site de Pueblo Viejo-Chixoy sur lequel allait être édifié le mur du barrage et qui devait être rayé de la carte dès les travaux préliminaires, quelques semaines plus tard.

3Patricia Carot effectua à cette occasion une première reconnaissance de la vallée du Chixoy sur quelques km en aval et en amont de Pueblo Viejo, et signala l’existence d’un centre cérémoniel qui lui parût important, au confluent des rios Chixoy et Salamá. Carlos Ericastilla, étudiant en archéologie de l’USAC, fut chargé d’en dresser un plan sommaire et d’y effectuer un ramassage de matériel en surface, ainsi que quatre sondages dans le centre cérémoniel et à proximité de celui-ci.

4Ce travail peut être considéré comme la première phase de l’étude du site de Los Encuentros, auquel nous allions consacrer ultérieurement deux campagnes de fouilles. La première (mars-avril 1978) s’intéressa spécialement au centre cérémoniel, le groupe A, et à l’un des ensembles d’habitation, le groupe C. Dans le groupe A, les fouilles portèrent sur les structures A-2, A-3 et A-5 (fig. 3) ; plusieurs sondages furent faits sur la grande place. Dans le groupe C, elles furent axées sur les deux principales structures, C-1 et C-8 (fig. 53), sous la direction de Dominique Legrand, étudiant en archéologie à l’Université de Paris I (Sorbonne), assisté de 10 ouvriers. Les autres participants à cette campagne, outre le directeur du “Projet Chixoy”, furent Jacinto Cifuentes, inspecteur de l’IDAEH, trois étudiants de l’Université de San Carlos (Aida Díaz Paniagua, Vilma Fialko et Rita Grignon), une équipe de topographes de l’INDE sous la direction de A. Medina, et de 20 à 30 ouvriers recrutés sur place et dans le village proche de Río Negro.

5A l’issue de cette campagne, qui confirmait le grand intérêt du site, il fut décidé de lui consacrer une partie au moins de la suivante avant de transférer l’ensemble de nos moyens plus en amont, vers le grand site postclassique de Cauinal. Il s’agissait de mener à son terme, dans la mesure du possible, une étude exhaustive du centre cérémoniel en complétant les fouilles commencées en 1978 (str. A-2, A-5-6) et en les étendant aux structures jusqu’ici laissées intactes, aussi bien autour de la place principale (A-1, A-4, A-7) que dans le patio ouest (A-8, 9 et 10). Il fut fait appel aux mêmes ouvriers que l’année précédente, 30 en moyenne, la plupart de Río Negro ; et aux mêmes organismes qui déléguèrent, pour l’institut d’Anthropologie : Marco Antonio Bailey, Jacinto Cifuentes et Hugo Martínez ; pour l’Université : Rita Grignon, Zoila Calderón, Elizabeth Lemus et Gerardo del Cid. Nos travaux bénéficièrent des visites amicales de spécialistes dont l’expérience et les conseils nous furent précieux : l’archéologue Edwin Shook, les géologues Otto Bohnenberger et Erik Wiesner, du consortium LAMI chargé de superviser les travaux du barrage. L’entreprise italienne COGEFAR a bien voulu mettre à notre disposition, à la fin des travaux, une pelleteuse puissante pour dégager la grande place des déblais qui s’y étaient accumulés, nous permettant ainsi de prendre les dernières photos générales du site avant son abandon.

6Comme les années précédentes, les frais de ces campagnes de fouilles étaient pris en charge par le Centre National de la Recherche Scientifique (Recherche Coopérative sur Programme No. 500) et par la Commission des Recherches Archéologiques à l’Etranger du Ministère des Affaires Etrangères. Il faut signaler aussi, pour la partie archéologique du Projet Chixoy, la participation technique et financière de l’institut d’Electrification du Guatemala, qui a fait exécuter les relevés topographiques, et pris à sa charge les salaires des ouvriers et les frais de séjour des étudiants.

7Une troisième étape de notre étude de Los Encuentros consista en l’exploitation du matériel important récolté au cours des fouilles. Ce matériel, surtout céramique, provient essentiellement du dégagement des murs de soutènement des structures et du remblai de celles-ci ; c’est dire qu’il s’agit en général de matériel “mélangé” – nous verrons que le site a été occupé à plusieurs reprises du Préclassique au Postclassique – peu susceptible de fournir une séquence céramique valable. Cependant, l’une de nos opérations (X), dans la str. A-2, a été conduite dans des conditions satisfaisantes, mettant au jour, sur 7 m de hauteur, plusieurs niveaux stratigraphiques marqués par des sols nets : les plus bas, préclassiques, sont maintenant datés ; les niveaux supérieurs sont contemporains de l’occupation principale du centre cérémoniel, au Classique tardif ; les niveaux intermédiaires dateraient du Protoclassique ou du Classique ancien. Nous avons décidé d’étudier par priorité le matériel provenant de l’opération X, et de confier ce travail à l’archéologue Marion Popenoë Hatch, assistante du Dr. E. Shook, résidant à Antigua Guatemala. Les résultats de cette étude constituent l’essentiel de la deuxième partie de la présente publication, qui concerne le matériel de Los Encuentros.

8Les poteries entières, les objets divers (“artefacts”), ainsi qu’un échantillonnage des types de céramique tels qu’ils sont définis par M. Hatch, ont été déposés au Museo Nacional de Arqueología y Etnología de Guatemala, dont nous remercions, pour leur collaboration, la directrice Lic. Dora Guerra de González, et M. Rodolfo Yaquián, qui a bien voulu se charger de restaurer quelques-unes des pièces les plus délicates. La documentation photographique, les plans, relevés et notes de terrain des divers participants sont conservés dans les archives de la Mission Scientifique Franco-Guatémaltèque à Antigua, d’où ils seront transférés au département d’Amérique du Musée de l’Homme de Paris quand la Mission cessera ses activités.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – La vallée du Chixoy au confluent du rio Salamá. On distingue en arrière-plan les travaux du barrage.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8333/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 494k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search