Version classiqueVersion mobile

Archéologie de sauvetage dans la vallée du Río Chixoy 3

 | 
Rita Grignon
, 
Alain Ichon

Chapitre V. Les sépultures et les caches

Texte intégral

I – Les Sépultures

1Trois types de sépultures coexistent à El Jocote : les sépultures simples, à même la terre ; les sépultures en ciste, et les sépultures en urnes.

1 – Sépultures à même le sol

210 sépultures de ce type ont été mises au jour dans le groupe A, et 2 dans le cimetière 1. Elles se répartissent ainsi :

  • str. A-5, centre, niveau +20 : 2 sépultures (V/24 et V/25).

  • ” ”, mur sud : 1 ” (D/5)

  • ” A-6 (jeu de balle) : 1 ” (Y/2)

  • ” A-10 (muret) : 1 ” (EE/1)

  • ” A-3, centre : 1 ” (BB/2)

  • sud str. A-2 : 1 ” (U/2)

  • sondage sud-ouest str. A-5 : 1 ” (DD/1)

  • centre de la grande place : 2 ” (Z/3 et Z/4)

  • cimetière 1 2 ”

3Ces sépultures, mises à part celles du centre de la place et du cimetière 1, qui sont postclassiques, ont plusieurs traits en commun : il s’agit toujours d’adultes ; la position est en décubitus dorsal (une exception) ; l’orientation est variable ; enfin il n’y a pas de mobilier (deux exceptions), ce qui rend difficile de les rattacher à une période, sauf quand elles se trouvent dans un niveau daté. On peut néanmoins proposer les répartitions chronologiques suivantes ;

  • sûrement préclassiques : V/24 et V/25.

  • probablement préclassiques : EE/1, BB/2 et DD/1.

  • sûrement du classique tardif : U/2 et Y/2.

  • probablement du classique tardif : D/5.

  • sûrement postclassiques : Z/3, Z/4 et les 2 sépultures du cimetière.

Les sépultures préclassiques

4Sép. V/24 (fig. 39) : centre de la str. A-5, niveau +10.

5Squelette en très mauvais état d’un adulte jeune, en décubitus ventral, tête à l’ouest. Un alignement de galets au nord et à l’ouest, contre le squelette ; les jambes s’engagent sous les gros galets qui forment un alignement nord-sud au centre de la fouille. Aucune des offrandes trouvées à ce niveau ne paraît spécialement associée à cette sépulture. Les ossements d’une autre sépulture (sans n°) sont visibles dans la paroi sud de la fouille, au niveau – 10.

6Sép. V/25 : dans la “chambre” II, str. A-5, niveau +15.

7Squelette d’adulte très incomplet. En décubitus dorsal, tête au sud. Partie supérieure des humérus, omoplates, côtes et vertèbres ; les humérus semblent avoir été sectionnés. Pas de crâne, mais 2 vertèbres (axis et atlas) contre la paroi sud. Une grosse pierre près de l’épaule droite. Pas d’offrande.

8Sép. EE/1 : str. A-10, au pied sud du muret, niveau – 60.

9Squelette d’adulte en décubitus dorsal orienté est-ouest, tête à l’est. Très incomplet : restent les deux fémurs, une partie du bras droit et quelques traces du crâne.

10Sép. DD/1 : sondage au sud-ouest de la str. A-5, niveau – 50.

11Quelques ossements dispersés, non en connexion ; un os long au centre, un crâne au nord ; tessons préclassiques.

12En résumé, nous avons pour le Préclassique : un décubitus ventral, axe ouest-est ; un décubitus dorsal, axe est-ouest ; un décubitus dorsal, axe sud-nord ; et deux squelettes très incomplets dont la position est douteuse.

Les sépultures du Classique tardif

13Sép. U/2 (fig. 53) : au sud de l’escalier sud de la str. A-2, niveau – 10.

14Adulte âgé, en décubitus dorsal, orientation sud-nord, tête au sud. Bras droit allongé le long du corps (le gauche a disparu). Une dalle longue contre la tête et l’épaule droite. Sur le haut des cuisses, un bol tripode rouge retourné. À l’ouest, fragments d’un grand encensoir (association douteuse).

15Sép. Y/2 (fig. 42) : str. A-6, sondage partie nord, niveau – 40.

16Squelette d’adulte en décubitus dorsal, axe sud-nord, tête au sud. Le côté gauche (côtes, bras, pelvis) manque. Le bras droit est allongé le long du corps. Sur le ventre, un collier composé de 13 éléments d’os longs. À l’est du squelette, il y a plusieurs grandes pierres et quelques débris osseux.

17Sép. D/5 (fig. 19) : au pied du mur sud de la str. A-5, niveau – 10.

18Adulte âgé en décubitus dorsal, axe ouest-est, tête à l’ouest. Le bras droit est replié sur le ventre, le gauche allongé le long du corps. Longueur totale : 1,40 m.

Les sépultures postclassiques

19Sép. Z/3 (fig. 69) : centre de la grande place, niveau – 50.

20Adulte jeune en position repliée sur le dos, bras croisés sur les jambes. Le crâne a été écrasé sous un gros galet. Axe est-ouest, tête à l’est.

21Offrande : un bol tripode à pieds zoomorphes moulés contenant un petit vase rouge à effigie humaine moulée.

22Sép. Z/4 : adulte en position accroupie face au nord (le crâne est tombé vers l’avant). Le squelette est protégé par un caisson rudimentaire fait de deux dalles verticales et une horizontale. Pas d’offrande.

23Sép. du cimetière 1 : deux squelettes d’adultes en position accroupie, l’un face à l’ouest, l’autre face au sud. Le premier était protégé par deux dalles verticales. En surface, amas de pierres. Pas d’offrande.

Sépultures en ciste

24Ce mode de sépulture paraît caractériser le Classique tardif (les tombes voûtées seraient un peu plus tardives ?) ; nous le trouvons à Los Encuentros, à Chitomax et à Chicruz, pour ne citer que les sites de la vallée.

25Les cistes CC/1 et 2, mis au jour sur la face nord de la str. A-5, ont été décrits plus haut en détail. Le premier contient une sépulture secondaire d’adulte, accompagnée d’offrandes qui sont essentiellement des objets de parure en coquillage et en os (fig. 30).

26Le second contenait une ou deux sépultures primaires d’adultes en décubitus dorsal, orientés est-ouest comme le ciste, tête à l’est. Le mobilier comprenait un bol tripode, sur les jambes, et un petit pendentif d’os près du crâne du squelette principal (fig. 31).

27Le ciste 3 (op. FF), contenait le phallus de pierre (fig. 34 et 35). A la base et vers l’avant, un squelette d’enfant de 2 ans ; au sud, un pendentif de jade.

28Le ciste 4, en avant et au-dessous du précédent (fig. 36) contient un squelette d’adulte en décubitus dorsal axe est-ouest comme le ciste, tête à l’est. Le bras gauche est allongé, le bras droit replié, main sur l’épaule droite.

29Cette position repliée de l’un des bras (indifféremment le droit ou le gauche) serait propre au Classique tardif : nous en avons des exemples à Los Encuentros, groupe C (plusieurs squelettes dans le monticule funéraire C-1), et à Chitomax, str. A-12.

30Les 4 cistes d’El Jocote pourraient être classés en deux catégories : d’une part le ciste 1, de forme cubique, abritant une sépulture secondaire, qui devait être placée au milieu et vers le haut de l’escalier de la str. A-5, servant ainsi de bloc central. D’autre part, les trois cistes rectangulaires, complètement enterrés, eux, dans le remblai de la structure, et contenant un – ou deux – squelettes (ou un phallus de pierre dans le cas du ciste 3).

Sépultures en urne

31Bien que les sépultures en urne (contenant un enfant) soient déjà connues au Classique tardif, ce trait doit plutôt être attribué au Postclassique tardif ; en tout cas, la crémation est certainement une innovation protohistorique (cf. Wauchope 1948 : 86).

32À El Jocote, 7 urnes funéraires ont été découvertes, ainsi réparties : centre de la place (Z/1), mur sud de la str. A-3 (Q/1 à 4), mur nord de la str. A-8 (H/1), groupe d’habitat B (B/1).

335 d’entre elles contenaient les ossements d’un adulte incinéré ; les 2 autres ne sont pas des urnes à crémation : l’une contenait un adulte (au centre de la place), l’autre un enfant (str. A-8) ; cette dernière pourrait donc être classique.

34Aucune de ces urnes ne contenait d’offrande. Plusieurs étaient recouvertes d’une pierre ou d’un tesson formant couvercle. Mise à part la olla dichrome Z/1 trouvée au centre de la place, il s’agit toujours de poteries grossières, dont la panse est percée de 3 trous orientés vers le nord.

35A la différence des autres sites fouillés (Cauinal, Chicruz), aucune des urnes d’El Jocote n’a été trouvée au pied de la pyramide-temple A-1 ; elles étaient enterrées, de préférence au pied des structures plus anciennes : A-3, peut-être A-8, dont on aurait fait ainsi des sortes de monuments funéraires.

36Pour résumer nos connaissances sur les modes de sépulture, on peut déduire de nos observations à El Jocote et des comparaisons avec d’autres sites de la région les points suivants :

  • la période préclassique (tardive) serait caractérisée par un mode de sépulture primaire à même le sol, sans offrande ; le corps est en décubitus dorsal, sans orientation définie.

  • au Classique tardif, les sépultures sont en ciste, généralement primaires, en décubitus dorsal, tête à l’est. On trouve aussi des sépultures primaires à même le sol, en décubitus dorsal, orientés ouest-est ou sud-nord, avec une offrande (poterie, os travaillé). L’existence des urnes funéraires contenant un enfant non incinéré est aussi prouvée dans plusieurs sites.

  • au Postclassique tardif, les sépultures sont de deux sortes : sépultures en urnes, soit d’adultes incinérés, soit d’enfants (généralement non incinérés) ; et sépultures à même le sol, dans des cimetières situés en dehors du site, pour les adultes.

II – Les caches

37Les ensembles de poteries trouvées in situ sur le sol du temple de la str. A-5, dans la chambre III ou au niveau du sol préclassique, bien qu’ils ne constituent pas des caches stricto sensu peuvent être considérés comme tels. Par contre, les objets mis au jour sur les pentes sud et est de la même structure sont probablement tombés de la plateforme ; ils seront décrits au Ch. 6.

38Localisation des caches dans le groupe A :

39– Structure A-5 :

•niveau +20 :

21 poteries, et leur contenu (préclassique).

•” +137 :

Offrande V/2 (2 bols,
12 ollitas et leur contenu). Classique ancien ?

•” +185 :

sol du temple : 9 poteries et leur contenu, 1 perle de jade.

• chambre II :

1 grand encensoir (dans le remblai).

• chambre III :

12 poteries.

• pente nord :

1 bol contenant des couteaux d’obsidienne (G/7)
3 bols superposés contenant pierres brûlées et obsidienne (G/9)
fragments de 3 ou 4 bols à offrandes, non in situ.

• pied escalier nord :

2 bols superposés contenant jade, coquillage, charbon et pierres (FF/1).

• pied du ciste 3 :

petit bol tétrapode contenant des lames d’obsidienne (FF/2).

• remblai au-dessus de l’escalier :

2 bols à offrandes et fragments de 2 disques de pierre incrustés de pyrite (?) (00/1 et 2).

40Toutes ces caches, en dehors des deux premières, datent du Classique tardif.

41– str. A-5, extérieur : angle sud-est : dépôt de calcite (D/4). Postclassique, pied du mur est : dépôt d’“idoles” (0/3). Récent.

42Il est remarquable que toutes les caches soient en relation avec la str. A-5, ce qui souligne l’importance de cette structure, même au Postclassique – alors qu’elle était désaffectée – et même à l’époque coloniale ou récente, alors que le site d’El Jocote était abandonné.

43La cache consistant en deux bols simples dont l’un sert de couvercle à l’autre, contenant l’offrande, est un trait qui date du Classique ancien ; c’est pourquoi la cache V/2 ne peut être datée avec certitude : son contenu est typiquement composé de petites perles de jade et de coquillage, association que nous trouvons déjà au niveau préclassique, et que nous retrouvons au Classique tardif dans la cache FF/1, au pied de l’escalier nord de la str. A-5. Subsiste aussi la coutume des 2 (ou 3) bols imbriqués protégeant l’offrande, mais ces bols, plus rustiques, sont peints en rouge à l’intérieur (fig. 91).

44Il y a donc une continuité certaine dans la nature et la disposition des caches à El Jocote, qui pourrait suggérer une continuité d’occupation jusqu’au Classique tardif.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search