Version classiqueVersion mobile

Archéologie de sauvetage dans la vallée du Río Chixoy 3

 | 
Rita Grignon
, 
Alain Ichon

Chapitre IV. Fouille des groupes d’habitation et des cimetières

Texte intégral

1La zone d’habitation d’El Jocote s’étend tout entière sur la rive droite du río Chixoy, celle du centre cérémoniel. Elle couvre une longueur d’environ 400 m au nord, à l’est et au sud de ce centre. Le relief permet de distinguer quatre ensembles nettement séparés : F au nord, B à l’est, C, D et E au sud du groupe A (fig. 71 et 128). Ils occupent des surfaces soit parfaitement planes – c’est le cas de la Vega de Ixquel, terrasse inférieure ne dominant que de quelques mètres le río Chixoy – soit presque planes (la terrasse du groupe B), soit à pente relativement faible : les trois groupes sud occupent des croupes de faible étendue, séparées par des ravins peu profonds. Une dernière croupe, vers le sud, n’a apparemment pas été utilisée.

2Les traces de l’occupation préhispanique ne se présentent pas partout de la même façon. La Vega de Ixquel, au nord, est actuellement semée de maïs, de sorgho et d’arachide ; aucune pierre, aucune trace de construction ne sont visibles en surface, et nous avons longtemps pensé que cette zone fertile avait été de tout temps réservée à la culture.

3La terrasse B, plus haute d’une vingtaine de mètres, est au contraire jonchée de pierres provenant du río, bien que les crues du fleuve ne l’atteignent jamais. Ces pierres ne peuvent provenir que des constructions anciennes, mais aucune trace de mur n’est visible.

4Les plateformes qui occupaient les croupes sud ont davantage encore subi les effets de l’érosion et des cultures épisodiques. Quelques murs de contention sont cependant encore en place, et ce sont ces petites terrasses artificielles que nous avons fouillées de préférence. Il est difficile de se livrer, à El Jocote, à des calculs de densité de population, comme nous avons pu le faire à Cauinal, étant donnée la mauvaise préservation des vestiges archéologiques. Le matériel céramique et lithique est presque inexistant en surface ; nos sondages ont cependant livré un matériel, peu abondant mais suffisant pour dater l’occupation des différents groupes.

5L’étude de la zone d’habitation, confiée à R. Grignon, a duré 10 jours. Compte tenu du peu de temps disponible, la méthode utilisée a été celle de la fouille par carrés alternés (en damier) dans les groupes sud, et par sondages isolés dans la Vega de Ixquel.

Le groupe B

6La terrasse à peu près plane et orientée nord-sud mesure une soixantaine de m de longueur sur 30 m de largeur. La fouille a consisté en deux tranchées perpendiculaires, fouillées par carrés alternés de 2 x 2 m (fig. 72). 36 carrés au total ont été fouillés.

7La couche archéologique étant très mince – elle dépasse rarement 30 cm – le matériel récolté est peu abondant ; outre 1155 tessons, différents objets de pierre ou d’argile : une hache de serpentine, un objet de pierre non identifié (fig. 125c), un sceau et un moule de statuette incomplets. De plus, une urne à 3 perforations contenant des ossements d’adulte incinéré, et deux ollas communes, vides, ont été découverts in situ. Tous ces objets, à l’exception peut-être de la hache et de l’objet de pierre non identifié, sont postclassiques. Les tessons peuvent être datés aisément, la céramique utilitaire préclassique se caractérisant par son épaisseur, la postclassique par son aspect fruste. Le graphique de la fig. 72 illustre la répartition du matériel dans chaque carré en distinguant trois périodes : préclassique (tardif ?), classique tardif et postclassique tardif.

8La répartition chronologique des tessons est la suivante :

  • Préclassique : 28 (2 %)

  • Classique : 692 (59 %)

  • Postclassique : 435 (39 %)

Fig. 71 – Vue générale d’El Jocote : le centre cérémoniel et les groupes d’habitation F, B, C, D et E.

Fig. 71 – Vue générale d’El Jocote : le centre cérémoniel et les groupes d’habitation F, B, C, D et E.

Fig. 72 – Fouille du groupe B par carrés alternés. Graphique du nombre de tessons par période.

Fig. 72 – Fouille du groupe B par carrés alternés. Graphique du nombre de tessons par période.

9Le matériel préclassique est donc presque négligeable. Nous pensons que la terrasse B n’a été occupée qu’au Classique et au Postclassique, avec une densité maximale au Classique.

10En l’absence des vestiges des plateformes d’habitat (une seule a été partiellement mise au jour), la répartition du matériel peut nous donner une indication sur leur implantation probable : d’une part, nous savons que, au Postclassique tardif, les urnes funéraires (contenant en général des ossements d’enfant non incinéré) sont déposées à l’extérieur, au pied des murs des habitations ; d’autre part on peut penser que les carrés de densité maximale des tessons correspondent, non à l’intérieur des habitations, mais au contraire à des zones de décharge extérieures à celles-ci. Les carrés de forte densité (notion relative : la plus forte est de 113 tessons seulement pour 4 m2), sont bien visibles pour le matériel classique : B-6, B-26, F-10 et surtout A-15 indiqueraient ainsi des espaces compris entre les habitations, celles-ci faisant évidemment face à l’ouest. Notre fouille prouverait donc l’existence de 4 à 5 maisons pour le Classique tardif, chiffre qu’il faut doubler pour tenir compte de la zone non fouillée. Nous estimons en définitive que le groupe B comptait, au Classique tardif, une dizaine d’habitations. Ce chiffre était sans doute légèrement inférieur au Postclassique, bien que la courbe de densité, moins nette pour cette période, et l’emplacement des poteries entières, montrent une répartition assez comparable.

Le groupe C

11Il occupe la croupe située immédiatement au sud des groupes A et B, dont il est séparé par un ravin assez profond. Sur une superficie utilisable d’environ 40 x 50 m, deux plateformes seulement sont encore visibles. La str. C-1, située vers le haut, a été fouillée par une série de 5 sondages de 1 x 1 m, distants de 2 m (fig. 73). Le mur de contention donne pour la plateforme une longueur d’environ 13 m ; une grande dalle, au centre, doit indiquer le seuil.

12Le matériel récolté est peu abondant : 169 tessons, aucun objet classé. La répartition par période est la suivante :

  • Classique : 147 (86 %)

  • Postclassique : 22 (14 %)

Fig. 75 – Les str. E-1, E-1a et E-2.

Fig. 75 – Les str. E-1, E-1a et E-2.

Fig. 73 – Fouille de la str. C-1.

Fig. 73 – Fouille de la str. C-1.

Fig. 74 – Fouille de la str. D-1.

Fig. 74 – Fouille de la str. D-1.

Fig. 76 - Plan de l’ensemble E-1, E-1a et E-2.

Fig. 76 - Plan de l’ensemble E-1, E-1a et E-2.

13L’occupation est donc essentiellement classique, avec une baisse très nette au Postclassique.

14Une autre petite plateforme, isolée à une quinzaine de m du groupe C, sur la pente, a aussi fait l’objet d’un sondage révélant une occupation uniquement classique (avec cependant 2 tessons préclassiques sur les 61 récoltés). Un squelette d’adulte, réduit aux os longs, a été mis au jour au pied du mur de soutènement ouest de la plateforme.

Le groupe D

15Il occupe, plus au sud, une croupe qui a sensiblement les mêmes dimensions que la précédente. Trois plateformes seulement sont encore visibles. La plus haute, D-1, a été fouillée par le même procédé en damier (fig. 74) : les 10 carrés ont fourni 52 tessons, répartis à peu près également entre classiques (46 %) et postclassiques (54 %). La plateforme aurait donc été utilisée durant les deux dernières périodes. Le mur de soutènement ouest, seul conservé, mesurait une dizaine de m de longueur.

Le groupe E

16Le plus éloigné du centre cérémoniel vers le sud, il a les plateformes les mieux conservés. L’une d’elles, située vers le bas de la croupe, est relativement élaborée (fig. 75). Il s’agit en fait d’un ensemble de 3 plateformes E-1, E-1a et E-2, dont les deux premières sont directement reliées, la dernière occupant la partie haute du patio ainsi délimité (fig. 76).

17Cet ensemble, le plus intéressant de la zone d’habitation, a été fouillé :

  • à l’extérieur sur les faces sud et ouest ;

  • à l’intérieur par des carrés alternés dans les plateformes E-1 et E-2, et par un sondage de 2 x 2 m dans la str. E-1a.

18Le matériel récolté est relativement abondant : 406 tessons et 14 objets classés.

19La str. E-1 peut être considérée soit comme une habitation, soit comme une terrasse, aménagée en mur de contention vers la pente, et limitée de deux côtés – au sud et à l’est – par deux habitations. La str. E-1a est la mieux conservée ; elle devait avoir deux ouvertures, signalées par une dalle formant seuil : l’une vers le nord, l’autre sur son petit côté ouest. De la str. E-2, seul le mur sud est conservé sur 7,50 m de longueur.

20Le sondage de la str. E-1a, abaissé jusqu’à – 50 cm, a fourni 81 tessons, dont seulement 3 sont postclassiques, le reste étant classique ; 2 lames d’obsidienne, un morceau de serpentine ayant la texture du bois fossilisé, et un ornement d’oreille en argile.

Fig. 77 – Fouille de la str. E-3.

Fig. 77 – Fouille de la str. E-3.

21La fouille de la plateforme E-1 a été spécialement productive. Elle a donné 268 tessons, ainsi répartis :

  • Classique : 230 (85 %),

  • Postclassique : 38 (15 %)

22ainsi que 10 objets classés : 2 fragments de metates, dont un à pied arrondi, deux manos, une hache et un ciseau de serpentine (fig. 126), une grande lame, 5 grattoirs circulaires et un éclat retouché cordiforme, tous objets d’obsidienne (fig. 106). La plupart de ces objets, en particulier les outils d’obsidienne, sont groupés dans les carrés est.

23Enfin les 5 carrés fouillés dans la str. E-2 ont fourni 111 tessons, dont une majorité postclassique : 61%, contre 39 % classiques, ainsi qu’une hache de serpentine, une pointe-grattoir d’obsidienne et un grand coquillage gastéropode.

24En résumé, l’ensemble des 3 structures date essentiellement de la période classique tardive, à laquelle on peut sans doute rattacher la plupart des objets découverts, en particulier les outils d’obsidienne ; mise à part peut-être la str. E-1a, elles ont continué à être utilisées au Postclassique tardif.

25La quantité exceptionnelle d’obsidienne travaillée (alors que cette pierre est très peu abondante dans l’ensemble du site : les 36 carrés du groupe d’habitat B, par exemple, n’ont livré que 10 lames et 4 éclats) semble indiquer l’existence d’un atelier. Nous n’avons cependant trouvé aucun nucleus, aucune concentration de déchets de taille prouvant l’existence d’une aire de débitage de l’obsidienne ; celle-ci, il est vrai, peut avoir occupé l’espace compris entre les str. E-1 et E-2, qui n’a pas été fouillé. Il peut aussi s’agir d’un atelier utilisant les outils d’obsidienne, pour la préparation des peaux par exemple.

26La dernière structure E-3 visible sur le haut de la pente, a également été sondée (fig. 77) ; elle a livré 27 tessons, tous classiques.

Le groupe F

27Le lieudit Vega de Ixquel est une vaste terrasse occupant une boucle du río Chixoy, en contrebas d’environ 5 m du centre cérémoniel. Sa superficie est de 3 à 4 ha. Très fertile, et de plus exposée à l’inondation en cas de crue exceptionnelle du Chixoy, on pouvait supposer que cette zone avait été réservée de tout temps à la culture. Les deux sondages pratiqués dans la partie sud de la Vega, non loin du groupe A, ont cependant prouvé qu’elle était elle aussi habitée.

28Le premier puits stratigraphique (op. HH), de 2 x 2 m, a été abaissé de 155 cm. Il a donné 238 tessons, dont 80% datent du Classique tardif. Au niveau – 55 un mur de galets réduit à une seule assise, orienté vers le nord-est, a été mis au jour. Il n’y a pas de matériel postclassique.

29Le deuxième puits (JJ), une vingtaine de m plus au nord, abaissé jusqu’au niveau – 215 (fig. 78), a donné des tessons jusqu’au niveau – 150, comme le premier, et également un mur de galets nord-sud à – 35.

30Ces deux sondages étaient évidemment insuffisants pour prouver que la totalité de la Vega était occupée au Préclassique et au Classique. C’est pourquoi nous avons ultérieurement, à l’occasion de la fouille du site voisin de Chicruz en décembre 1980, pratiqué 4 autres sondages, distants de 50 m l’un de l’autre, cette fois dans la partie nord de la Vega. Ils se sont tous révélés stériles. Le plus au sud de ces sondages devait se trouver à environ 100 m du sondage JJ. On peut en conclure que seule la partie sud de la Vega de Ixquel, sur une superficie assez réduite, était occupée.

Fig. 78 – Les sondages GG et JJ dans la Vega de Ixquel.

Fig. 78 – Les sondages GG et JJ dans la Vega de Ixquel.

31Nous pouvons donc affirmer que la zone d’habitation, au Préclassique et au Classique, n’occupait pas seulement les abords sud et est du centre cérémoniel, mais s’étendait aussi sur la terrasse inférieure. Il est probable, d’après l’examen du matériel, que les deux plateformes mises au jour dans les sondages HH et JJ datent du Classique tardif.

Conclusion sur l’habitat d’EI Jocote

32Les données dont nous disposons ne nous permettent pas une évaluation, même approximative, de la population d’El Jocote au cours des différentes périodes d’occupation du site. Nous avons vu qu’au Classique tardif, période de densité maximale, l’ensemble B pouvait regrouper une dizaine d’habitations ; si l’on estime que les 3 groupes sud avaient une densité comparable, on arrive à un total d’une quarantaine d’habitations, sans compter celles de la Vega qu’il est impossible d’évaluer. Cela représente déjà une population importante pour un centre relativement modeste en comparaison des “grands” centres contemporains de Los Encuentros ou de Chitomax.

33Par contre, ces résultats nous montrent comment l’occupation humaine a évolué autour du centre cérémoniel, celui-ci occupant toujours le même emplacement.

34Au Préclassique (tardif) existait certainement une zone d’occupation dense sur la propre terrasse du centre cérémoniel, celui-ci étant réduit à une seule structure (A-5), avec peut-être 3 plateformes plus élaborées (A-3, 4 et 8). L’occupation s’étendait dans la partie sud de la Vega, mais non sur la terrasse à l’est ni sur les croupes au sud du centre cérémoniel.

35Au Classique tardif, en même temps que se développe le centre cérémoniel, on observe une extension de la zone d’habitat à l’est (gr. B) et au sud (gr. C, D, E). La partie sud de la Vega continue à être occupée.

36Au Postclassique tardif, la Vega est abandonnée (réservée à la culture...?). Si les autres groupes continuent à être occupés, c’est avec une densité moins forte, surtout vers le sud. On a donc l’impression d’une occupation tardive réduite, confirmée d’ailleurs par un pourcentage de matériel céramique nettement inférieur à celui de la période classique pour l’ensemble de nos fouilles (voir plus loin au ch. 6 : Matériel).

LES CIMETIERES

37Nous avons vu plus haut que les sépultures mises au jour dans le centre cérémoniel – sépultures à même le sol ou en ciste – peuvent être attribuées aux périodes du Préclassique et du Classique tardif. D’autre part, les urnes à crémation ou simplement funéraires trouvées au pied de la str. A-3, au centre de la place ainsi que dans le groupe d’habitation B, sont certainement postclassiques.

38La fouille de Cauinal nous a prouvé que, durant cette période tardive, outre les urnes funéraires déposées de préférence au pied des pyramides-temples, mais aussi contre les murs des plateformes d’habitation, la plupart des adultes étaient enterrés dans des cimetières situés sur les pentes sablonneuses dominant le site ; une dizaine de ces cimetières ont été relevés sur les flancs des collines du Mocotorro, du Campamento et du Lobacun (Ichon et al. 1980 : 205). Profitant de cette expérience, nous avons cherché, sur les pentes du Cerro El Jocote au-dessus du groupe A, s’il existe un ou plusieurs cimetières datant du Postclassique tardif. Deux cimetières ont ainsi été localisés : le premier environ 50 m au-dessus et à une distance de 200 m du centre cérémoniel ; le second à 300 m à l’est du centre, en bordure du chemin menant d’El Jocote à Chicruz.

39Le cimetière 1 a choisi une zone de cendre volcanique rose, ravinée, et un petit ressaut de la colline sur lequel plusieurs amas de pierres indiquent l’emplacement des sépultures. Deux d’entre elles ont été fouillées dans la partie sablonneuse ; les squelettes mis au jour, parfaitement conservés dans le sable sec, sont ceux d’adultes en position accroupie, l’un face à l’ouest, l’autre face au sud, entre deux dalles verticales ; il n’y a pas d’offrande. Il n’a pas été possible d’estimer l’étendue de ce cimetière, ni le nombre approximatif des sépultures, comme à Cauinal. Le cimetière 2 n’a pas été étudié.

Table des illustrations

Titre Fig. 71 – Vue générale d’El Jocote : le centre cérémoniel et les groupes d’habitation F, B, C, D et E.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8262/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
Titre Fig. 72 – Fouille du groupe B par carrés alternés. Graphique du nombre de tessons par période.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8262/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Fig. 75 – Les str. E-1, E-1a et E-2.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8262/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Titre Fig. 73 – Fouille de la str. C-1.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8262/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Fig. 74 – Fouille de la str. D-1.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8262/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Fig. 76 - Plan de l’ensemble E-1, E-1a et E-2.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8262/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Fig. 77 – Fouille de la str. E-3.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8262/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre Fig. 78 – Les sondages GG et JJ dans la Vega de Ixquel.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8262/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 69k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search