Version classiqueVersion mobile

Rabinal et la vallée moyenne du Rio Chixoy. Vol. 4

 | 
Alain Ichon
, 
Nicole Percheron
, 
Michel Bertrand
, 
et al.

1ère Partie. Pokomam et Rabinaleb en Baja Verapaz

Chapitre 3. Pueblo Viejo-Chixoy : la fouille du site postclassique (Groupe G)

Alain Ichon

Texte intégral

  • 1 La description suivante est basée sur les rapports de fouille de D. Legrand et de R. Hill.

1Ce petit site archéologique est perché au sommet de la colline, appelée Chiburo par les habitants, qui domine de 150 m la terrasse de Pueblo Viejo, sur la rive gauche du Chixoy. Signalé dès 1975 par les ingénieurs de l’INDE, nous avons obtenu qu’il soit épargné par les travaux du barrage. Sa fouille a été confiée, en mars-avril 1978, à Robert M. Hill II, de l’Université de Pennsylvanie, assisté de Dominique Legrand, étudiant en archéologie de l’université de Tours, avec 10 ouvriers.1

2Le sommet de la colline de Chiburo forme deux méplats unis par une langue de terre rétrécie qui paraît avoir été aménagée en obstacle défensif grâce à un fossé, aujourd’hui comblé. Le plus au nord ne porte aucun vestige archéologique et n’a visiblement jamais été occupé ; le méplat principal, au sud, qui culmine à 890 m, comporte une partie parfaitement plane d’environ 50 x 30 m, occupée par 4 structures allongées et une cinquième pyramidale qui constituent le centre cérémoniel. Autour de cette place, le terrain descendant en pente douce, ou aménagé en terrasses, jusqu’à la courbe 870 qui marque nettement le rebord du plateau, est occupé par une quarantaine de plates-formes dont la plupart devaient supporter des habitations, disposées en arc-de-cercle à l’ouest, au nord et à l’est du centre cérémoniel.

3La superficie totale du site est d’environ 1 ha. Il n’y a aucune source proche : les habitants devaient aller chercher l’eau dans le río Agua Fria ou le Chixoy.

Le centre civico-religieux

4La partie la plus haute de la colline a été remaniée grâce à un grand mur de contention et au remblaiement de la partie nord, pour supporter 5 édifices : la pyramide principale G-1, de 2 m de hauteur, qui a largement utilisé le relief naturel, et 4 structures allongées délimitant une place de 15 x 35 m. L’orientation générale des structures est de 26° à l’est du nord magnétique, donc proche de l’orientation habituelle des centres cérémoniels au Postclassique tardif (30° à Cauinal, groupe A).

5Les fouilles, dirigées par D. Legrand, ont comporté le dégagement des murs de soutènement des édifices et une tranchée dans l’axe nord-sud de la place. Celle-ci a montré que toute la partie nord a dû être remblayée, alors que la str. G-1 est construite directement sur une butte naturelle de serpentine, ce qui explique sa position un peu excentrée. Il n’y a d’autre part sous le sol de la place aucune trace de superposition, et les tessons y sont très rares.

6Les murs de soutènement sont faits de blocs calcaires grossièrement équarris ; ils sont assis sur la roche naturelle, et la construction est si pauvre qu’ils ont dû par endroits être étayés par un contrefort. Le mur sud de la str. G-1 s’interrompt à quelques mètres de l’angle sud-ouest, et il n’y a aucune trace du mur nord ; sur cette face, la substructure forme un gradin large de 3,20 m, haut de 0,30 m. Les dimensions générales de la str. G-1 sont de 12 x 18 m. Elle devait être conçue pour supporter un temple- de matériaux périssables, mais il semble que la construction n’ait jamais été terminée. Le matériel, très pauvre, provenant de la couche superficielle comprend deux fragments d’encensoirs.

7Les structures allongées bordant la place supportaient sans doute des habitations destinées à l’élite, et peut-être un édifice civico-administratif, la “maison longue” : ce serait ici la str. G-3, la plus grande (5 x 18,50 m) et la seule qui ait livré une sépulture (ou cache ?) d’ailleurs peu nette : près de l’angle sud-est et à la verticale du mur, il y avait, à 25 cm de profondeur, une olla commune, un metate et deux os longs carbonisés.

Figure 7 : La structure d’habitation G-9-10 à Pueblo Viejo-Chixoy.

8Les plates-formes ne dépassent pas 1 m de hauteur ; leurs murs sont très sommairement construits. Il n’y a aucun vestige d’occupation en surface, et le matériel est quasi inexistant.

Les structures d’habitation

9Les 37 structures dénombrées sont des plates-formes basses – elles dépassent rarement 0,50 m –, assez bien conservées ; elles mesurent en moyenne 4 x 7 m. Les murs sont faits de blocs calcaires et de galets de serpentine. Cinq d’entre elles ont été étudiées plus en détail, par D. Legrand (str. G-19-10 et 29) et R. Hill (str. 14, 35-36 et 37).

La str. G-9-10 (fig. 7)

10Il s’agit d’une habitation unique, G-9, donnant à l’ouest sur une petite cour ou une annexe (G-10). La fouille intérieure de G-9 a mis au jour une banquette le long du mur sud, qui continuait peut-être, en forme de L, le long du mur est ; à proximité, le sol est pavé de petites pierres calcaires, avec une zone circulaire de terre brûlée, probablement un foyer.

11De nombreuses lames d’obsidienne et les fragments de deux haches (une de serpentine, l’autre d’obsidienne) proviennent de cette zone, ainsi que trois blocs de bahareque portant des empreintes de baguettes : ils prouvent que les murs de la superstructure étaient de torchis.

12Le sol de l’annexe G-10 est en partie pavé d’éclats de dolomite et de serpentine. Le matériel, peu abondant, comprend 3 lames d’obsidienne et 2 manos ; c’est visiblement la partie nord qui servait pour le travaux domestiques.

13Aucun trou de poteau permettant de préciser la forme de l’habitation et l’emplacement des ouvertures n’a été mis au jour.

Figure 8 : La str. G-14.

La str. G-14 (fig. 8)

14Cette structure est située à mi-pente, à l’extrémité d’un vaste terre-plein. Elle mesure 3,75 x 8,20 m. Le dégagement des murs a mis au jour, à l’extérieur, des débris de poteries et une cache (contenant quelques ossements ?) à la verticale du mur, près de l’angle sud-est. La fouille intérieure et un soigneux décapage du sol d’occupation ont révélé l’existence de 7 trous de poteau : un dans chaque angle, un au milieu du mur est et deux au milieu de mur ouest ; ces derniers, distants de 1 m, étaient probablement les chambranles de la porte. Quant à son aménagement intérieur, l’habitation était dotée d’une banquette dallée contre le mur sud et de deux foyers, dont un tout contre la banquette. Le matériel domestique trouvé in situ comprend deux pointes d’obsidienne et une de silex, une petite concentration de lames d’obsidienne vers le centre, une mano et un metate près du foyer nord. Les vestiges céramiques sont moins nets, mais il y avait sans doute deux poteries près du même foyer, une autre dans le foyer sud, plus un bol à décor blanc sur rouge (type Fortress) et huit fragments de comales.

La str. G-29 (fig. 9)

15Elle est située dans la partie nord-ouest du site, tout contre un éperon calcaire descendant de la place centrale. La plate-forme orientée nord-sud (alors que les habitations sont généralement parallèles aux courbes de niveau) mesure 3,70 x 5,60 m. Le mur est se prolonge vers le sud sur près de 3 m, et la fonction de cet appendice n’a pu être élucidée ; R. Hill suppose que le plan rectangulaire initial a été réduit, ou que cette extension du mur est était destinée à protéger l’édifice des chutes de rochers provenant de l’éperon calcaire.

16Les murs de la plate-forme G-29 sont faits de blocs de dolomite massifs, non travaillés et exceptionnellement gros, surtout du côté nord, face à la pente. L’extérieur, sur la face est, a donné une grande quantité de tessons, parmi lesquels des fragments d’encensoir à “dents”, une figure modelée du vieux dieu Huehueteotl, deux ollas, une tinaja de type Fortress et les fragments de nombreuse poteries domestiques, ollas et comales.

Figure 9 : La str. G-29.

17Le sol intérieur de la plate-forme était extrêmement dur, à tel point qu’il fallut rompre à la pioche cette croûte argileuse épaisse de 20 cm. Vers le centre, le foyer est constitué d’un cercle de pierres fichées obliquement dans le sol, entourant une zone de terre brûlée ; lui étaient associés un fragment de mano et une olla encastrée dans le sol. En dehors de ce matériel, d’un nucléus et de 8 lames d’obsidienne, il n’y avait pratiquement pas de tessons.

18La str. G-29 est inhabituelle ; il ne s’agit certainement pas d’une habitation commune. R. Hill suggère une plate-forme de danse, analogue à celles dont il est fait mention dans les chroniques.

La str. G-35-36 (fig. 10)

19Il s’agit en fait d’une habitation (G-35) et de son annexe, petite terrasse soutenue au nord par un mur de contention. Cette cour est partiellement occupée par un grand foyer de 2 m de diamètre, limité sur trois côtés par des groupes de deux pierres. On a trouvé dans ce foyer un polissoir de grès et une mano. Seul autre trait notable de la terrasse-annexe : une petite zone soigneusement pavée d’éclats dolomitiques.

20L’habitation proprement dite mesure 4,50 x 7,50 m. Le sol est de terre, épais de 10 cm, sur un remblai de serpentine broyée. Un metate apode, peu usé, était encastré dans le mur près de l’angle sud-ouest. L’entrée se trouvait au centre de la face sud, encadrée par deux poteaux dont on a retrouvé les emplacements, de même que ceux des deux poteaux d’angles. Autres détails intérieurs : deux banquettes, l’une simple contre le mur est, l’autre en L à l’ouest, et un petit foyer dans l’angle de cette dernière. Un grand morceau d’argile brûlée portant l’empreinte d’une pierre proviendrait, d’après R. Hill, du revêtement de la banquette ouest. Le matériel comprend une hache de pierre verte et une pointe d’obsidienne trouvées contre la banquette est, une mano et deux lames d’obsidienne.

21La plus grande partie de la céramique provient de l’extérieur, sur la face sud. Plusieurs de ces poteries peuvent être reconstituées : une tinaja Fortress et une tinaja à décor noir et blanc sur rouge, deux ollas, un encensoir cylindrique à “dents”, une petite olla avec trous de suspension et divers comales.

Figure 10 : La str. G-35-36.

La str. G-37 (fig. 11)

22Située au nord-est du site, elle mesure 4 x 7,25 m. Le dégagement des murs a fourni sur la face sud une grande pointe de silex à pédoncule et un polissoir de pierre verte ; sur la face est, un important dépôt de poteries brisées comprenant en particulier deux tinajas (une de type Fortress et une à décor noir et blanc sur rouge), un bol tripode à supports-effigie, une olla et 11 fragments de comales. R. Hill pense que le seuil se trouvait sur cette face.

23Les détails intérieurs de l’habitation comportent deux trous de poteaux d’angles, une banquette (peut-être en L) au nord et un foyer. Le sol est identique à celui de la str. G-25. Le matériel classé comprend une lame d’obsidienne et un grand cristal de quartz près de la banquette, une mano près du foyer.

La zone de décharge

24La recherche des zones de décharge non directement associées aux habitations a abouti à la découverte d’un seul de ces dépotoirs collectifs, situé au sud-ouest du site, dans la partie haute de la pente. La fouille, progressivement agrandie jusqu’à couvrir 5 x 6 m, a fourni une forte quantité de tessons de grande dimension (mais aucune poterie restaurable), puis des ossements humains : 4 vertèbres, un coccyx et la moitié du bassin.

25Les recherches poursuivies sur la face est n’ont pas abouti. Ailleurs, les pentes sont trop fortes pour permettre l’accumulation des débris domestiques et l’on n’a trouvé dans le fond des ravins que quelques tessons très érodés.

Conclusions sur le groupe G de Pueblo Viejo

26Selon R. Hill, les fouilles ont prouvé que la plupart des structures du groupe G, en dehors du centre cérémoniel, sont de petites structures d’habitation occupées par des groupes familiaux. Elles présentent les caractéristiques suivantes : un plan rectangulaire, des dimensions moyennes de 7,5 à 8 m, sur 3,5 à 4 m, l’utilisation de matériaux locaux (calcaire dolomitique et serpentine) pour la construction des murs de contention des terrasses et la base des murs de soutènement des habitations, les murs eux-mêmes étant sans doute de torchis ; un toit de matériaux périssables supporté par des poteaux d’angle intérieurs. L’habitation était dotée d’une ou deux banquettes, parfois en L, et d’au moins un foyer. La zone d’accumulation des débris domestiques se trouve généralement à l’extérieur et près du seuil. La maison pouvait être dotée d’une petite cour ou terrasse annexe, avec parfois un foyer et une zone pavée pour les travaux domestiques.

Figure 11 : La str. G-37.

27Ces traits, qui caractérisent l’habitation commune à Pueblo Viejo-Chixoy, sont tout-à-fait comparables aux descriptions d’habitations postclassiques déjà publiées, en particulier par Marie-France Fauvet pour le site de Mixco Viejo (1973 : 145-167). Les différences sont mineures : la str. A-32 de Mixco Viejo, construite sur une structure antérieure, n’avait pas de banquette et contenait de la céramique non utilitaire. Les pointes de projectiles, nombreuses à Pueblo Viejo, sont absentes à Mixco Viejo. Il faut noter cependant que les deux habitations décrites par M.F. Fauvet font partie d’un groupe contigu à l’un des ensembles cérémoniels et certainement réservé à l’élite.

28L’étude des petites structures d’habitation de Cauinal, menée concurremment par M.F. Fauvet, R. Hill et M.A. Bailey, confirmera les observations faites sur le groupe G de Pueblo Viejo et permettra de les préciser en élaborant une typologie de ces structures basée sur leurs dimensions, le matériel de construction utilisé, etc. (cf. Ichon et al 1980 : 63-131).

29Pour en revenir au groupe G de Pueblo Viejo R. Hill constate qu’il n’y aurait, en dehors de la pyramide centrale G-1, que deux autres structures cérémonielles : G-29, et (peut-être) G-12. Il est certain que la première diffère complètement du modèle résidentiel : plan presque carré, aucune évidence de trous de poteau ni de superstructure, sol très dur (par suite de piétinements répétés ?), absence de banquettes intérieures, foyer de forme inhabituelle, poteries associées en majorité non utilitaires. R. Hill voit dans ces deux petites plates-formes carrées des structures destinées à servir de lieux de culte provisoires pendant la construction du temple principal.

30Quant au centre civico-religieux, il respecterait le modèle des petits centres postclassiques des hautes terres, sauf en ce qui concerne l’absence du jeu de balle. Le fait à souligner est que les constructions, aussi bien la pyramide principale que les “palais” entourant la place, furent laissées dans un état inachevé et n’ont sans doute jamais été utilisées. On pourrait conclure de ce fait, de l’absence de jeu de balle (peut-être initialement prévu sur l’espace plan au nord du fossé), et de la faible quantité de matériel céramique sur l’ensemble du site, que l’occupation fut de courte durée – un demi-siècle ? – et que le groupe G fut ensuite abandonné, volontairement et “en bon ordre” puisqu’on n’a trouvé ni charbon dans les foyers, ni édifices brûlés, et que les amas de poteries près des habitations impliquent, non pas une accumulation progressive, mais bien un abandon volontaire d’ustensiles en cours d’usage.

31Dans cette reconstitution, l’absence de jeu de balle ne nous paraît pas poser de problème grave. Il est très rare en effet, dans la vallée du Chixoy, que les petits centres postclassiques en soient dotés ; la seule exception est El Jocote, et elle peut s’expliquer par la position importante de ce site sur le Chixoy, en relation avec le centre dirigeant de Cauinal (Ichon et Grignon 1981 : 110).

32Il resterait à expliquer la situation de la “maison longue” A-1 au pied de la colline, c’est-à-dire tout-à-fait en dehors du groupe G, isolée au milieu d’un ensemble plus ancien. R. Hill suppose que cette structure a été elle aussi laissée inachevée : la cavité centrale n’aurait jamais été comblée et la superstructure n’aurait jamais été construite. Nous avons cependant relevé des vestiges indéniables de cet édifice, et il semble peu douteux que le trou central provient d’un pillage tardif (le fait, patent à notre arrivée était, il est vrai, moins évident après le nettoyage des déblais). Pour nous, la str. A-1 a bien été achevée et utilisée comme “maison longue”.

33Pour expliquer l’emplacement excentrique de la str. A-1, R. Hill émet deux hypothèses :

  • cette structure est antérieure à la construction du groupe G. Le centre postclassique aurait d’abord été conçu pour occuper la rive nord du río Chixoy, puis, en raison de l’attitude agressive des Pokomchí voisins, on aurait abandonné ce plan et construit le site en position défensive, sur la colline ;

  • ou bien la str. A-1 serait au contraire postérieure au groupe G : on aurait entrepris d’abord son installation sur le haut de la colline, puis, les inconvénients matériels de cet emplacement (en particulier le manque d’eau) devenant évidents, on aurait entrepris son transfert sur la terrasse basse par la construction de la str. A-1, le groupe G continuant à être provisoirement utilisé. La construction aurait ensuite été interrompue par suite des évènements qui provoquèrent l’abandon de la région.

34Cette dernière hypothèse suppose chez les bâtisseurs de Pueblo Viejo un degré d’imprévoyance difficile à admettre (outre le fait que chez les Indiens, même de nos jours, aller chercher l’eau à une heure de marche ou plus n’a rien d’inhabituel) ; elle est d’ailleurs exclue si nous admettons que la str. A-1 a bien été terminée.

35Nous pensons donc que la première hypothèse est la seule à retenir. La str. A-1 a été construite, et il est possible que le centre ait d’abord été prévu sur la terrasse de Pueblo Viejo ; puis, la situation s’étant révélée dangereuse, on renonça à construire les autres structures et le centre fut transféré sur la colline, en un lieu plus favorable à la défense. Il est d’ailleurs remarquable que l’architecture du nouveau centre, même en tenant compte du fait qu’il n’ait pas été achevé, soit d’une telle médiocrité par rapport à celle de la première maison longue.

36Ces avatars du groupe G pourraient en fait correspondre aux deux phases de construction que nous avons décelées dans la plupart des centres postclassiques du Chixoy : la première serait marquée par la construction de la str. A-1, la seconde par celle du groupe G.

37Pour une interprétation plus générale du site postclassique de Pueblo Viejo-Chixoy, nous citerons in extenso les conclusions de R. Hill (1980 : 123) : “D’un point de vue fonctionnel, d’autres faits sont dignes d’intérêt :

  1. Le groupe G est situé au confluent de trois rivières importantes, qui ont dû servir anciennement, comme elles servent encore aujourd’hui, de voies de communication importantes.

  2. Le site se trouve aussi sur une frontière linguistique entre les groupes maya parlant le quiché et le pokomchí, ce qui est une bonne raison pour l’installation d’un poste avancé.

  3. Toutes les petites structures résidentielles fouillées contenaient des pointes de projectiles et/ou de lances, un trait inconnu dans les autres structures de cette période. Ceci indiquerait qu’un certain accent était mis, par les habitants de Pueblo Viejo, sur les activités militaires.

  4. La reconnaissance faite par la Mission Scientifique Française n’a pu localiser aucun autre vestige du Postclassique tardif dans cette zone, le site le plus proche étant Cauinal, un très grand centre, à quelque 16 km en amont, à l’ouest de Pueblo Viejo. Il faut admettre que le groupe G était le seul site important de la région durant la période où il a été occupé.

38“Une interprétation d’ensemble du groupe G de Pueblo Viejo serait, en définitive, que ce site a servi d’avant-poste militaire, de garnison occupée par des guerriers et leur famille, chacune vivant dans sa propre maison. Le centre civico-religieux était probablement destiné aux membres les plus importants de la garnison, le (ou les) commandants et leur famille. L’urgence de contrôler cette zone était si grande que le site fut occupé avant d’être terminé. En fait, si l’on admet que la construction du jeu de balle était prévue sur la langue de terre au nord-est, le site fut occupé avant même d’être à moitié terminé. Le (ou les) commandants pouvaient occuper les petites structures résidentielles pendant cette période. L’occupation fut brève cependant : le site ne fut jamais terminé et l’accumulation des déchets domestiques est faible. Il ne semble pas que l’avant-poste ait été éliminé par la force, car l’absence de charbon dans les foyers suggère que les maisons furent nettoyées avant d’être abandonnées. Etant donné les prétentions guerrières des Maya durant cette période, un retrait organisé sans combat ou une reddition est extrêmement improbable. L’évènement qui fut responsable du retrait pacifique de tels sites défensifs fut la conquête non violente de la Verapaz – qui incluait ce site à une certaine époque – par les Dominicains vers les années 1530.”

39Nous avons cherché à identifier le site postclassique de Pueblo Viejo-Chixoy à l’aide de documents ethnohistoriques, en particulier des Anales de los Cakchiqueles. Brasseur de Bourbourg admet qu’il s’agit de Raxchich, “lieu appelé aujourd’hui el cerro de la Campana, a 10 lieues environ au sud de Cobán”. C’est là que les chefs quichés et cakchiqueles auraient vu “les vassaux des Pokomams, les guerriers de Nimpokom et de Raxchich, occupés à danser la danse des combats” (1858, T. 2 : 123). Nous avons émis l’hypothèse que Raxchich et Zaktsuy, endroit où aurait eu lieu l’un des premiers combats entre Quiché et Pokom dans la région de Rabinal, seraient un seul et même site (supra, p. 64). Une fois conquis grâce au ralliement de la tribu pokom des Ahquehayi qui l’occupait, il aurait été laissé à la garde de ces derniers, ce qui pourrait expliquer l’architecture originale du groupe G, qui n’est ni complètement quiché, ni complétement pokom.

40Pour J. Fox, “Pueblo Viejo, situated near the Quiche boundary on the Río Negro as well as the Río Salamá… may thus have been the Quiché border community of Tzalamha.” (1978 : 261).

41D’après une tradition orale recueillie par le P. Ricardo Terga auprès des principales de San Cristóbal Verapaz, à l’arrivée des invasions quiché des XIe-XIIe siècles, les Pokom “salieron de Rabinal y fueron buscando su lugar a la par del río Chixoy. Ellos pararon primero en Pueblo Viejo. Allí un grupo se asentó. Pero otra gran parte del grupo siguió su marcha. El segundo grupo escaló la gran cumbre sobre el río Chixoy estableciéndose en lo que es ahora la aldea de Beleju… El tercer grupo se encaminó por el río Chixoy hasta establecerse en Chama-Quixal. Con el tiempo… los grupos se asentaron en el pueblo actual de San Cristóbal Caccoh.” (1979 : 16-17).

42Au moment de la conquête et des premières tentatives de pénétration en “tierra de guerra” (le Tezulutlán), les dominicains, après être sortis de Zamaneb (l’ancienne capitale pokom située entre Joyabaj et Cubulco)… “cruzaron el río Chixoy y tocaron tierra Alta Verapacense en Pueblo Viejo… En Pueblo Viejo los Dominicos construyen una pequeña iglesia, las ruinas de las cuales se presencian hoy.” (ibid. : 33). Effectivement, nous avons pu voir, à notre arrivée à Pueblo Viejo, les ruines de la chapelle dominicaine, et un peu plus bas, sur la terrasse de Santa Ana, celles d’un aqueduc prouvant qu’il y eut là au XVIe siècle un petit établissement, précédant sans doute le regroupement des populations à San Cristóbal.

Ouvrages cites (Ch. 1 et 2)

ACUÑA, R. Introducción al estudio del Rabinal Achí. UNAM. Centro de Estudios Mayas. 1975. México.

ARNAULD, M. C. L’occupation préhispanique en Alta Verapaz occidentale. Rapport préliminaire (ms). 1976.

Habitat et société préhispaniques en Alta Verapaz occidentale.
Etudes Mésoaméricaines, Série 2 – Centre d’Etudes Mexicaines et Centraméricaines. 1983. Mexico. 

L’habitat préhispanique en Alta Verapaz occidentale. Etudes Mésoaméricaines Mission Archéologique et Ethnologique Française au Mexique, 1983. Mexico.

BRASSEUR DE BOURBOURG, Ch. E. Histoire des nations
1857-1859 civilisées du Mexique et de l’Amérique centrale. Vol. 2. Paris.

CAMPBELL, L. Quichean prehistory : linguistic contribution. Paper presented at the conference on Prehispanic culture. State Univ. of New-York at Albany (mimeo) 1976.

CARMACK, R. M. Quichean civilization. Univ. of California Press, 1973. Berkeley. 

Evolución del reino Quiché. Ed. Piedra Santa, 1979. Guatemala.

CARMACK, R. M., J. FOX et R. STEWART La formación del reino Quiché.
Inst, de Antropología e Historia. Pub. especial No. 7.
1975. Guatemala.

FAUVET, M. F. Mixco Viejo : ville protohistorique des hautes terres maya du Guatemala.
Journal de la Société des Américanistes. T. LXII 1973: 145-167.

FOX, J. W. Quiché conquest. Univ. of New Mexico Press, 1978. Albuquerque.


The Late Postclassic eastern frontier of Mesoamerica: cultural innovation along the periphery.
in Current Anthropology, vol. 22, No. 4. Wenner Green Foundation. 1981 

HILL, R. M. Report on the excavations at Pueblo Viejo Chixoy, group G. Univ. of Pennsylvania (mimeo). 1978.

Closed corporate community and the Late Postclassic Highland Maya: a case study in cultural continuity. Ph. D. Univ. of Pennsylvania (mimeo). 1980 


Ancient Maya houses at Cauinal and Pueblo Viejo Chixoy, El Quiché, Guatemala.
Expedition, vol. 24, No. 2 1982: 40-48.
Univ. of Pennsylvania.

ICHON, A. Rescate arqueológico en la cuenca del río Chixoy. 1 – Informe preliminar.
Ed. Piedra Santa, Guatemala. Inst. d’Ethnologie, 1979. Paris.

ICHON, A., M. F. FAUVET-BERTHELOT et al Archéologie de sauvetage dans la vallée du río Chixoy. 2 – Cauinal. Inst. d’Ethnologie, 1980. Paris.

ICHON, A. et R. GRIGNON Archéologie de sauvetage dans la vallée du río Chixoy. 3 – El Jocote. Inst. d’Ethnologie, 1980. Paris.

KAUFMAN, T. Archaeological and linguistic corrélations in Mayaland and associated areas of Mesoamerica. World Archaeology. Vol. 8, No. 1 1976: 101-118.

LEGRAND, D. Fouilles du groupe G de Pueblo Viejo Chixoy (ms). 1978

MILES, S. The sixteenth century Pokom-Maya : a documentary analysis of social structure and archaeological setting. Amer. Phil. Society Trans. Vol. 47 : 733-781. 1957. Philadelphie.

PERCHERON, N. La région de Rabinal, époque n.d. préhispanique. (ms).

RECINOS, A. Memorial de Sololá. Anales de los Cakchiqueles. Título de los Señores de Totonicapán. Fondo de Cultura Económica. 1950. México.

RECINOS, A. et D. GOETZ The Annals of the Cakchiqueles. Univ. of Oklahoma Press, Norman. 1953.

TERGA, R. Caccoh. Donde brota el mar pequeño. Un estudio histórico de la Villa de San Cristóbal Verapaz. 1978. Guatemala (mimeo).

SWEZEY, W. The Cakchiquel project : a regional analysis. XVII Mesa Redonda, Sociedad Mexicana de Antropología, 1981 San Cristóbal de las Casas.

VILLACORTA, J. A. El Rabinal Achí y otros estudios. 1979. Guatemala.

XIMENEZ, F. Historia de la Provincia de San Vicente de Chiapas y Guatemala de la orden de predicadores. Libres I y II. Sociedad de Geografía e Historia de Guatemala.
Bibl. “Goathemala”. Vol. XXVIII. 1975. Guatemala.

Annexes

Illustrations

Ch. 1

Fig. 1

Carte de la Baja Verapaz et des sites archéologiques cités dans le texte.

Fig. 2

Plan du site de Pueblo Viejo-Chixoy.

Fig. 3

Plan du groupe G, postclassique.

Fig. 4

Les sites de Pueblo Viejo-Chixoy et Los Encuentros.

Fig. 5

Plan du site de Pakakja (Cakhay ?).

Fig. 6

Plan du site de Tres Cruces (Tzamaneb ?).

Ch. 2

Fig. 7

La structure d’habitation G-9-10 à Pueblo Viejo-Chixoy.

Fig. 8

La str. G-14.

Fig. 9

La str. G-29.

Fig. 10

La str. G-35-36.

Fig. 11

La str. G-37.

Auteurs des illustrations

GOUST, Jacques. Fig. 6.

ICHON, Alain Fig. 1, 2, 4 et 5.

I.N.D.E. (Instituto Nacional de Electrificación) Fig. 3.

LEGRAND, Dominique Fig. 7-11.

Notes de fin

1 La description suivante est basée sur les rapports de fouille de D. Legrand et de R. Hill.

Table des illustrations

Légende Figure 7 : La structure d’habitation G-9-10 à Pueblo Viejo-Chixoy.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7913/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7913/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Figure 8 : La str. G-14.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7913/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Figure 9 : La str. G-29.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7913/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7913/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Figure 10 : La str. G-35-36.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7913/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Figure 11 : La str. G-37.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7913/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 37k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search