Version classiqueVersion mobile

Rabinal et la vallée moyenne du Rio Chixoy. Vol. 4

 | 
Alain Ichon
, 
Nicole Percheron
, 
Michel Bertrand
, 
et al.

1ère Partie. Pokomam et Rabinaleb en Baja Verapaz

Chapitre 2. Identification de quelques sites protohistoriques dans la région de Rabinal et de Cubulco

Alain Ichon

Texte intégral

Figure 1 : Carte de la Baja Verapaz et des sites archéologiques cités dans le texte.

Figure 1 : Carte de la Baja Verapaz et des sites archéologiques cités dans le texte.

1L’histoire préhispanique de la Baja Verapaz, tout-au-moins dans sa dernière phase, peut être reconstituée grâce à des sources relativement nombreuses. R. Carmack, dans Quichean Civilization (1973), en a dressé une liste exhaustive en distinguant les documents de première main, indigènes ou espagnols, qui datent du XVIe siècle, les documents de seconde main, plus tardifs, et les études anthropologiques modernes à partir du XIXe siècle. La richesse de cette documentation est évidente. Pour la seule région qui nous intéresse, celle de Rabinal, les sources indigènes de première main ne comprennent pas moins de 12 documents : Popol Vuh, Título de Totonicapán, Anales de los Cakchiqueles, Rabinal Achí, Título Coyoi, Título Cajcoj, Títulos Nihaib II et IV, Título de Sacapulas, Título Tamub, Título de San Martin Xilotepeque (Chajoma), Título Zapotitlán (N. Percheron n.d.).

2Cette documentation, toutefois, est d’une exploitation délicate. S’agissant de titres rédigés en langue vernaculaire, leur traduction exige une connaissance approfondie non seulement de cette langue, mais de la mentalité indigène et de ses traditions littéraires (nous verrons plus loin le cas de trois traductions différentes d’un même texte cakchiquel). De plus, ils sont souvent tendancieux et contradictoires selon que leur auteur appartient à l’un ou l’autre groupe – Quiché, Cakchiquel, Tzutujil… – ayant participé, à la conquête de l’altiplano et soucieux d’établir son propre panégyrique ou d’affirmer ses droits historiques sur telle ou telle région. Enfin ces textes ont été repris par des auteurs de seconde main, parfois influencés par leur idéologie ou leurs phobies personnelles. À l’époque actuelle, seul un travail au premier degré, sur le terrain, d’ethnologues, de folkloristes, de linguistes, d’archéologues et d’historiens à la recherche de documents inexploités pourrait apporter quelque lumière sur une histoire dont bien des points restent obscurs : nous pensons plus précisément à celle de la Baja Verapaz entre le XIe et le XVIe siècles.

3Pour l’archéologie, les seuls travaux récents concernant notre région sont ceux de Ledyard Smith à l’occasion de sa reconnaissance des hautes terres du Guatemala de 1944 à 1949. Il décrit entre autres dans sa publication de 1955 deux des sites du bassin de Rabinal qui nous intéressent : Cahyup et Chuitinamit. Il a passé une dizaine de jours sur chacun d’eux, s’attachant à des relevés topographiques d’autant plus précieux aujourd’hui que ces sites ont subi à des degrés divers les déprédations dues aux fouilleurs clandestins. Malheureusement il n’a pas entrepris de véritables fouilles, et ses récoltes de matériel en surface sont souvent insuffisantes pour dater les sites avec certitude. De plus, en ce qui concerne leur identification avec les sites mentionnés dans les documents anciens, L. Smith adopte sans les discuter les conclusions de ses prédécesseurs.

4Marie-Charlotte Arnauld, bien que ses travaux de 1975 aient porté, davantage sur le département voisin de l’Alta Verapaz, reprend dans les conclusions de sa thèse (1983) l’histoire générale de la Verapaz et discute les identifications de sites faites par différents auteurs ; son identification de Raxchich avec notre site de Pueblo Viejo-Chixoy, qu’elle a été la première à visiter, nous intéresse au premier chef.

5Dans une perspective plus exclusivement ethnohistorique, il faut noter les travaux de J.W. Fox et de R. Acuña. Dans son Introducción al estudio del Rabinal Achí (1975), ce dernier étudie en détail les problèmes de toponymie dans ce ballet-drame purement indigène, et cherche à situer plusieurs des lieuxdits mentionnés dans le texte. Acuña a personnellement parcouru en 1964 la région montagneuse comprise entre Rabinal et Joyabaj, et découvert un site archéologique qu’il pense pouvoir identifier comme l’antique Tzamaneb, capitale des Rabinaleb avant leur invasion du bassin de Rabinal.

6J.W. Fox a lui aussi visité, de 1970 à 1974, les sites archéologiques de la région, en s’attachant essentiellement à l’organisation des centres cérémoniels protohistoriques pour son histoire de l’expansion quiché au Postclassique tardif (Quiché Conquest 1978). L’un de ses objectifs était : “Identifying the site with an aboriginal community”. Fox a ainsi visité Cahyup, Tzak Pokoma (Chuitinamit), Cauinal, mais non Pueblo Viejo-Chixoy, qu’il appelle Pueblo Viejo-Salamá.

7Il faut souligner que ces essais d’identification sont basés sur les documents ou témoignages anciens plus que sur des fouilles permettant de dater les sites et, au mieux, de proposer leur rattachement à telle ou telle ethnie.

8Les études menés depuis 1977 par la R.C.P. 500 dans la vallée moyenne du Río Chixoy devraient apporter leur contribution à la connaissance de l’histoire de la Verapaz. Compte tenu de l’urgence, les travaux de sauvetage archéologique ont porté d’abord sur les sites du fond de la vallée qui vont être noyés en 1983 par la mise en eau du barrage de Pueblo Viejo-Quixal. Notre programme prévoyait, au cours de la troisième année seulement (1980), la reconnaissance poussée des bassins de Rabinal et de Cubulco, en liaison avec l’ethnologue et l’historien. Malheureusement elle n’a pu être menée à bien par suite de la dégradation de la situation politique dans cette région, et de l’opposition croissante des communautés indigènes à toute forme d’investigation portant sur ce qu’elles considèrent comme leur patrimoine historique et dont elles craignent, à juste titre, d’être dépouillées. Nous sommes donc conscients que notre carte des sites archéologiques présente, pour la zone des plateaux comprise entre le Chixoy au nord et les pentes de la sierra de Chuacús au sud, des lacunes fâcheuses ; plusieurs des sites importants localisés pour la première fois (Pakakja, La Laguna…) n’ont pu faire l’objet d’un relevé précis, ni même parfois d’une récolte de surface permettant au moins de dater la dernière phase d’occupation. Enfin seule une enquête pluridisciplinaire permettrait de vérifier certaines identifications, qui ne seront données ici que comme des hypothèses de travail.

9Le schéma historique que nous avons adopté comme cadre de nos recherches est le suivant :

  1. Notre région – vallée moyenne du Chixoy, bassins de Rabinal et de Cubulco – a été très anciennement occupée, dès le Préclassique moyen, vers 700 av. J.C. En témoignent des centres cérémoniels importants sur le plateau : Chiwiloy, près de Rabinal (qui pourrait dater du Préclassique ancien), Xococ, La Laguna (Cubulco), et dans la vallée même une quinzaine de sites d’habitat, dont trois dotés d’une probable structure cérémonielle. Sur le rattachement, au moins linguistique, de ces populations anciennes, nous n’avons aucun renseignement.

  2. Les tribus de langue pokom venues de la région d’Aguacatán-Uspantán, centre de dispersion des groupes parlant le maya oriental (cf. Campbell 1976, Kaufman 1976) auraient ensuite occupé la région, vers le IIe siècle av. J.C. (cette date, qui devrait être marquée par des changements culturels notables dans l’architecture, la céramique, etc., n’est cependant pas confirmée par nos fouilles : la céramique préclassique, pour le moins, semble très homogène jusqu’au début du Classique ancien, vers 200 ap. J.C.). L’occupation pokom se serait poursuivie jusque vers le XIe siècle, couvrant la période que nous appelons “classique”. Stabilité remarquable, attestée, dans la vallée du Chixoy, par la multiplicité des centres cérémoniels et des sites d’habitat durant cette période.

  3. Les groupes pokom auraient été repoussés, à partir du XIIe siècle, vers le sud et vers l’Alta Verapaz par les grandes invasions épi-toltèques des groupes quiché, cakchiquel, tzutuhil et rabinaleb, les quatre groupes principaux confédérés.

10La chronologie et les évènements de cette dernière période – le Postclassique – sont loin de faire l’unanimité. R. Carmack (1979 : 103 et 107) propose la chronologie suivante :

  • 1225 : arrivée des quiché venus de l’“orient”. Fondation de leur première capitale, Jacawitz (près de Santa Cruz del Quiché), dans la montagne.

  • 1275 : conquête de Rabinal.

  • 1325 : “retour aux sources”, voyage en “orient”. Les ambassadeurs quiché vont solliciter du roi Nacxit (Quetzalcoatl), à Mayapán (?) les emblèmes sacrés de leur légitimité.

  • 1350 : fondation de Pismachí, sur le plateau.

  • 1400-1425 : fondation de Gumarcaah (Utatlán).

  • 1425-1475 : règne de Quicab.

11Cette histoire de l’occupation quiché se déroulerait donc en deux phases, séparées par le voyage d’investiture au Yucatán :

  • phase 1 : peuplement (1225-1350). Implantation en région montagneuse des capitales provisoires : Jacawitz pour les Quiché, Tzamaneb pour les Rabinaleb.

  • phase 2 : expansion (1350-1475). La date de 1350 correspondrait à un mouvement général des groupes quiché, qui abandonnent leurs sites montagneux pour occuper les régions plus fertiles des bassins, les tierras templadas. C’est alors que les Quiché auraient fondé Pismachi, non loin de l’endroit où ils devaient édifier leur capitale définitive, Gumarcaah. Dans le même temps, les Rabinaleb seraient descendus de Tzamaneb pour occuper les bassins de Rabinal et de Cubulco et y fonder leurs nouveaux centres politico-religieux, Cahyup et Chuitinamit.

12La conquête des bassins daterait donc bien de la deuxième phase ; cependant le Título Zapotitlán précise que les Quiché ont occupé Rabinal dès le début de leur histoire. Que s’est-il donc passé exactement durant cette période cruciale qui couvre les XIIe – XIIIe siècles ? En nous basant sur le document indigène le plus détaillé qui nous soit parvenu sur cette période, les Anales de los Cakchiqueles, nous admettons le déroulement suivant :

  1. Les Quiché-Rabinaleb pénètrent en force (plus tôt peut-être que ne le suppose Carmack, vers le milieu du XIIe siècle ?) dans le pays pokom. Ils réussissent à s’emparer de certains centres (Zaktsuy), obtiennent le ralliement de quelques tribus locales (les Ahquehayi), mais échouent devant la résistance de certains centres mieux défendus (Cakhay). Ils abandonnent alors provisoirement le plateau – en y laissant peut-être quelques postes ou garnisons défendus par les groupes soumis – s’installent sur les points dominants dans la sierra de Chuacús et fondent leur première capitale, Tzamaneb, en limite de la zone montagneuse occupée par les Quiché.

  2. Vers le milieu du XIVe siècle, dans le contexte du mouvement général d’expansion des groupes quiché, les Rabinaleb de Tzamaneb redescendent dans la plaine et occupent les bassins de Rabinal et de Cubulco, où ils fondent leurs nouvelles capitales.

  3. Dans la deuxième moitié du XVe siècle, la reprise en main de la région de Rabinal par les troupes de Quicab est un épisode bien connu ; il fait en particulier l’objet du célèbre ballet-drame du Rabinal-Achí.

13Dans ce cadre historique, nous admettrons en outre comme premier postulat que le récit des Anales sur lequel nous nous appuyons (Recinos 1950 : 69-70) concerne bien la région de l’actuelle Baja Verapaz. Ceci est admis par la plupart des auteurs, de Recinos à Carmack, qui se basent sur les écrits de Brasseur de Bourbourg. D’autres, cependant, ont mis en doute, peut-être un peu systématiquement, les reconstitutions historiques du curé de Rabinal. René Acuña nous fait remarquer que l’aire d’expansion des Pokomames ne se limite pas, comme nous avons l’air de le penser, à la vallée du Chixoy, mais s’étend jusqu’au sud de la sierra de Chuacús et à la vallée du Motagua, avec les sites de “Pan Cakil, Kukul, Mixco, Chinautla, San Raymundo, Ayampuc et Mucutzuum” (com. pers.). Il nous signale en outre qu’un village situé entre Chinautla et Ayampuc porte encore actuellement le nom de Zaktsuy. Pour répondre à cette objection, nous nous sommes rendus en août 1982 à San Raymundo Sacatepéquez (ce gros village se trouve à une trentaine de km au nord de la capitale) et avons pu constater qu’il existe effectivement une aldea Zaktsuy à 3 km à l’ouest de San Raymundo. Il y a bien quelques monticules archéologiques dans ce village mais le site semble de peu d’importance, et surtout aucun des toponymes cités par les Anales (Oronic Cakhay, Tzununjuyu, Cucujuyu, etc.) n’est connu dans la région. Si cette preuve négative n’est pas concluante, nous n’avons aucune raison de préférer la région de San Raymundo à celle de Rabinal, d’autant plus que d’autres arguments plaident en faveur de notre thèse. Nous pensons en effet que les premiers envahisseurs mexicains sont arrivés dans les hautes terres par le nord, sans doute en suivant les vallées de l’Usumacinta et du Chixoy (comme ils devaient le faire plus tard au retour de leur voyage d’investiture, qui est décrit dans le Popol Vuh) et que les premiers contacts avec les populations aborigènes eurent lieu dans une région qui correspond à l’actuelle Verapaz. On relève par exemple sur l’itinéraire décrit par les Anales le nom de Niqah Carchah, qui serait l’actuel San Pedro Carchá, non loin de Cobán (Recinos, op. cit. : 67). D’autre part, Anales précisent que les combats contre les Pokomames furent menés par “les 7 tribus” réunies, c’est-à-dire par la totalité des groupes confédérés ; selon Carmack, “… en la campaña quiché contra los Pokomames del área de Rabinal, los Cakchiqueles reclamaron haber ayudado por su propio prestigio como guerreros, y no por colaborar con los Quichés” (Carmack et al 1975 : 25).

14Enfin, si nul n’ignore l’existence de grands centres pokomam au sud du Motagua, nous pensons que la fondation de ces centres est postérieure à l’occupation de la zone des bassins par les Rabinaleb et date d’une époque où les groupes de langue pokom, refoulés vers le sud (ce sont les Pokomames) et vers l’est (les Pokomchies) avaient déjà adopté les coutumes de leurs vainqueurs, notamment en ce qui concerne l’architecture des centres défensifs. Nous reviendrons plus loin sur ce point important.

15Une autre interprétation est due à William R. Swezey, qui situe dans le département de Sacatepéquez l’un au moins des sites mentionnés par les Anales, Cakhay (ou Pakakhay), qu’il identifie comme l’ancien Tecpán-Atitlán en s’appuyant sur deux passages des Anales et une carte de 1663 relative à une dispute de terre (W. Swezey 1982. The Cakchiquel project : a regional analysis). Ce site, d’allure imposante, se trouve à proximité de la route panaméricaine entre Patzicia et Iximché. Nous l’avons visité en compagnie de W. Swezey et avons procédé à une récolte de surface qui ne nous a pas paru concluante quant à la datation postclassique du site. Quoiqu’il en soit, nous aurons l’occasion de souligner plus loin que le nom de Cakhay, qui signifie “la maison – ou le temple – rouge”, est assez commun dans les hautes terres et s’applique au moins à deux autres sites connus ; l’identification de Tecpán Atitlán ne sera convaincante que si elle s’appuie sur un ensemble de toponymes locaux, et sur des fouilles (qui sont d’ailleurs prévues en 1983).

16Ayant ainsi précisé notre position quant au contexte historique, nous allons tenter d’identifier sur le terrain quatre sites dont il est fait mention dans les chroniques indigènes : Raxchich, Zaktsuy, Cakhay et Tzamaneb.

Raxchich et Zaktsuy.

17Les premiers combats livrés par les immigrants épi-toltèques contre les Wuk’amak – terme général englobant les divers groupes aborigènes, dont les Pokomam – nous sont décrits avec un luxe de détails dans les Anales (Recinos 1950 : 69 et sq). Les tribus ainsi malmenées sont plus précisément, pour Rabinal les Uxab et les Rotzjaib, pour Cubulco les Ikomak’i (Carmack et al 1975 : 25).

18Après leur visite d’investiture au Yucatán, les Quiché regagnent l’altiplano par la vallée du Chixoy. Ce sont alors les premiers heurts avec les Wuk’amak : “Luego se encontraron con los de Mimpokom y los de Raxchich, cuyo pueblo se llama Pazaktzuy…”. Après s’être observés quelque temps en cherchant à impressionner l’adversaire par des danses guerrières, ou à se renseigner sur sa capacité défensive par l’envoi d’espions et de magiciens, les Pokomam perdent ce combat psychologique et les Cakchiquel occupent la place sans coup férir.

19Une autre victoire (mais ne serait-ce pas la même ?) est marquée par le ralliement pacifique des Ahquehayi, commandés par deux frères, Loch et Xet, dont le symbole est la calebasse blanche, Zaktzuy. D’après les Anales, la rencontre eut lieu “allá, al pie de Cucuhuyu y Tzununhuyu…” ; nous n’avons pu identifier ces lieuxdits. Selon Brasseur, “le mont Tzaltzuy commande l’entrée de la plaine de Rabinal au sud-ouest” (1858 : 124) ; mais il n’y a aucun site pokom dans cette zone et les orientations données par Brasseur sont parfois fantaisistes. En l’absence de tout toponyme correspondant, de près ou de loin, à Zaktzuy dans la zone probable où se sont déroulés ces évènements, une autre hypothèse est possible : Tzaktzuy et Raxchich désigneraient le même lieu, qui correspondrait à notre site archéologique de Pueblo Viejo-Chixoy, dans la vallée. M.C. Arnauld, pour la reconnaissance de ce site, s’est basée sur la description de Raxchich donnée par Brasseur : c’est “le lieu appelé aujourd’hui el Cerro de la Campana, à 10 lieues environ au sud de Cobán” (op. cit. : 123). Il écrit plus loin (p. 131) : “leurs postes principaux [il s’agit des Quiché et alliés] furent établis sur les deux côtés du Chixoy depuis Zacapulas jusqu’ à Zaktzuy, où les Ahquehayi étaient parvenus à se soutenir malgré les Pokomams”.

Figure 2 : Plan du site de Pueblo Viejo-Chixoy.

Figure 2 : Plan du site de Pueblo Viejo-Chixoy.

20Ce texte semblerait indiquer que Zaktzuy était bien dans la vallée du Chixoy, à la frontière du pays quiché face aux Pokomam qu’ils avaient repoussés vers l’est, ce qui correspond parfaitement à l’emplacement de Pueblo Viejo-Chixoy. La phrase des Anales citée plus haut : “… los de Mimpokom y los de Raxchich…” pourrait être une manière typiquement indigène de désigner l’ensemble de la région pokom par un couple d’oppositions : la plateau (Mimpokom) et la vallée (Raxchich).

21J. Fox, quant à lui, voit dans Pueblo Viejo-Chixoy le site frontière de Tsalamha: “… the Rabinal (Agaab) site of Pueblo Viejo-Chixoy (Tzalamha) recorded ethnohistorically as on the Quiché border... precisely at the point where the Negro swings north.” (1981 : 6). Il l’appelle aussi Pueblo Viejo Salamá.

22Pueblo Viejo-Chixoy est le premier site que nous ayons étudié dans le cadre de notre “sauvetage” des sites de la vallée. Il se trouve en effet (ou plutôt se trouvait) à l’endroit même où se dresse aujourd’hui le barrage ; les travaux commencés en 1977 l’ont pratiquement anéanti. Nous l’avons décrit dans notre Informe preliminar (1979 : 8-12). Ce site important comprend une vaste zone d’habitat, qui peut être divisée en plusieurs ensembles (A à F, fig. 2) s’étendant sur les deux rives du fleuve et sur les pentes sud. Le groupe G, par contre, s’est implanté sur une colline escarpée, en position nettement défensive encore améliorée par un fossé artificiel. Ce groupe est aussi le seul qui date du Postclassique tardif, alors que le reste du site, dans la vallée, est classique tardif, avec cependant une exception : la grande structure cérémonielle ou “maison longue”, stuquée et dotée de 13 escaliers, qui se trouve au centre du groupe A, est-elle aussi postclassique.

Figure 3 : Plan du groupe G, postclassique.

Figure 3 : Plan du groupe G, postclassique.
  • 1 Les Agaab, un groupe quiché, occupaient Cauinal et la vallée du Chixoy jusqu’à Sacapulas selon le P (...)

23L’organisation de Pueblo Viejo est particulièrement intéressante ; ce site est l’un des rares à nous montrer la succession en un même lieu des deux occupations : classique (Pokom) et postclassique (Rabinaleb, ou Agaab selon Fox).1 Il est probable, de plus, que Pueblo Viejo-Chixoy et le site de Los Encuentros, à 2 km en amont, n’en faisaient qu’un seul au Classique tardif (fig. 4). En effet à cette époque Pueblo Viejo ne disposait apparemment d’aucun centre cérémoniel correspondant à l’importance de sa population, estimée à quelque 1000 habitants d’après le nombre des plates-formes d’habitation relevées (plus de 150) ; ce centre devait être le groupe A de Los Encuentros. Le site classique coiffait ainsi les confluents des ríos Salamá et Carchelá avec le Chixoy. Ceci justifie le nom de Tsalamha donné par Fox à ce site, mais c’est en fait le Carchelá, plus que le Salamá, qui constituait la limite du territoire quiché. Etant donnée son importance stratégique, il était normal que, le site pokom ayant été réduit, on y laissât une garnison installée sur la hauteur. Il est possible que ce poste ait été confié aux Pokomam ralliés, c’est-à-dire aux Ahquehayi (de Zaktzuy). Ceci expliquerait un fait qui nous a toujours intrigué : alors que les petits centres civico-religieux postclassiques respectent toujours dans la vallée un modèle très uniforme (celui de Cauinal : une pyramide-temple, une maison longue, une maison du conseil, autour d’une place) la configuration du site défensif de Pueblo Viejo – le groupe G – est de conception assez différente (fig. 3), peut-être d’ailleurs parce qu’il n’a jamais été achevé comme l’ont prouvé nos fouilles (R. Hill 1978, 1980). Les abondants vestiges domestiques récoltés sur le groupe G sont eux, il est vrai, purement postclassiques.

Figure 4: Les sites de Pueblo Viejo-Chixoy et Los Encuentros.

Figure 4: Les sites de Pueblo Viejo-Chixoy et Los Encuentros.

Cakhay

24Poursuivons notre lecture des Anales (op. cit. : 70). L’affaire de Zaktzuy étant réglée, “fueron después a reunirse al lugar de Oronic Cakhay, a donde llegaron todos los guerreros de las siete tribus... al instante comenzaron a pasar todos, pero allá dentro del lugar desfalleció su espíritu. Luego comenzó a llover y dieron con el monte ardiendo y no pudieron seguir hasta el interior del lugar…”

25Comment expliquer cet échec d’une troupe très supérieure en nombre et sans doute en armement ? Le texte est peu clair ; il y a contradiction entre le feu de brousse, allumé par les Pokomam pour défendre le périmètre de leur position, et la pluie qui aurait dû être accueillie par les assaillants comme un don du ciel. Dans leur traduction en anglais des Anales, Recinos et Goetz écrivent : “Then they encountered water, and they came upon burning brush and they could not go on...” (1953 : 67). Mais de quelle eau s’agit-il ? Brasseur, quant à lui, essaie de concilier métaphoriquement l’eau et le feu : “A peine avait-il [Gagawitz] commencé à escalader les déclivités de la colline, qu’une pluie de matières enflammées leur tombe de toute part sur la tête. Les guerriers des tribus firent de vains efforts pour monter à l’assaut ; ils furent constamment repoussés avec de lourdes pertes...” (1858 : 125). Nous proposerons plus loin une autre explication, basée sur l’emplacement possible de la place forte.

26Où peut-on en effet situer Cakhay ? Beaucoup pensent, à la suite de Brasseur, qu’il s’agit du grand site protohistorique de Cahyup, immédiatement au nord du village actuel de Rabinal. Ledyard Smith donne pour le site les noms de Cakyu, Cakhay, Cajyup et Rabinal, entre autres (1954 : 44). D’après M.C. Arnauld, “on sait que Cahyup est le Cakyug du Rabinal Achí (Acuña 1975) et le Chicakyug des Annales, une conquête du roi Quicab… Il paraît cependant assez certain que Brasseur n’a aucune information lui permettant d’identifier Oronic Cakhay à Cahyup-Cakyug.” (1983).

27On peut ajouter que la signification des deux toponymes est différente : “la maison rouge” (Cak-hay) et “4 collines”, ou “notre colline” (Cak-yug, mot indiscutablement pokom d’après Acuña).

28L’identification de Cakhay pose un problème plus général. Les grands sites postclassiques du bassin de Rabinal, Chuitinamit et Cahyup, sont généralement considérés comme ayant été édifiés par les Pokomam, et ultérieurement conquis par les Rabinaleb. Ainsi s’expliquerait le nom du site de Chuitinamit : Tzak Pokoma, ou Nim Pokom selon Miles, qui assimile le site au Mimpokom des Anales (1957 : 752). Or les seules études archéologiques effectuées sur ces sites – par Ledyard Smith – prouvent qu’ils datent du Postclassique tardif, sans aucune trace d’une occupation antérieure. Ce fait est en contradiction avec l’hypothèse qui attribue leur construction aux Pokomam : en effet, les sites classiques, c’est-à-dire pokom, et les sites postclassiques (quiché) de la région diffèrent du tout au tout, comme le prouvent nos travaux dans la vallée du Chixoy. Les premiers sont situés soit dans la vallée, sur les rives du Chixoy, soit sur le plateau en terrain découvert, sans aucune préoccupation défensive ; les sites quiché postclassiques, au contraire, défensifs ou pour le moins “potentiellement” défensifs, choisissent des emplacements escarpés ou, si la topographie l’interdit, organisent un système de postes annexes sur les hauteurs pour la surveillance et l’alerte (voir Cauinal).

29Même en effet dans la vallée du Chixoy, où les possibilités de choix des emplacements sont très réduites par suite du relief, les sites protohistoriques ne sont presque jamais installés sur les sites classiques. Il y a peu d’exceptions à cette règle, et elles sont toujours justifiées par l’importance stratégique de l’emplacement du site classique (en général au confluent de deux rivières : Chicruz, Pueblo Viejo). En bref, la rupture entre les deux cultures pokom et quiché est si complète, à tous les points de vue, qu’on conçoit mal leur fusion sur un même site. Une preuve très convaincante nous en est fournie par le site d’El Jocote, où nous nous sommes attachés précisément au problème de l’“intégration” du centre classique et du centre postclassique, pour constater que cette intégration n’existait pas, bien au contraire : la pyramide-temple classique fut délibérément mutilée pour faire place à la pyramide postclassique qui lui tournait le dos. Ce problème n’a pas échappé à Fox : s’il admet que les Rabinaleb ont occupé les anciens centres pokom de Cahyup et Chuitinamit, il pense que “their settlement patterning may have combined that of the Mexicanized Quiché, with whom they are said to have migrated, and that of the Pokom.” (1981 : 12).

Figure 5 : Plan du site de Pakakja (Cakhay ?).

30Nous pensons pour notre part que les grands centres du bassin de Rabinal, de même que Cauinal sur le Chixoy, n’ont rien de pokom ; ils ont dû être édifiés par les Rabinaleb, ou du moins sous leur direction et selon leurs normes architecturales, au moment de l’occupation de la région, soit dès l’arrivée des groupes quiché, soit au cours de la deuxième phase, marquée par leur expansion.

31Le problème de la localisation de Cakhay reste donc entier. Or nous avons découvert, au cours de notre reconnaissance du plateau de Rabinal, un centre cérémoniel important, que les habitants du hameau voisin de la Vega de Santo Domingo appellent Pakakja : le lieu de la maison rouge. On objectera qu’il s’agit là d’un nom générique, qui peut concerner des sites différents : il y a un Cakhay non loin d’Iximché, comme nous l’avons vu plus haut, et nous en connaissons un autre dans le département d’El Quiché, à une quarantaine de km à l’ouest de Rabinal : c’est le nom donné par les indiens de Lilillá au site de La Lagunita. Néanmoins il n’y a aucun lieudit Cakhay, à notre connaissance, ni dans la vallée, ni dans la région de Rabinal-Cubulco. Le terme Oronic signifierait “percé” selon Brasseur, se référant à l’existence supposée de galeries souterraines ; ou “rond” selon W. Swezey, qui traduit Oronic Cakhay par “place of the round palace temple”. Ce terme a pu être abandonné par la suite.

32Pakakja est situé à 6 km au nord-ouest de Rabinal, soit à 4 km à vol d’oiseau de Chuitinamit et à 5 km de Cahyup. Le site occupe le rebord ouest du plateau limité par deux cours d’eau : le Río Rabinal (ou Patulul) à l’est, et son affluent le Río Chiac à l’ouest. Le centre cérémoniel, bordé d’un côté par un barranco assez abrupt, n’est cependant pas défensif car complètement ouvert sur la plaine de l’autre côté. Il comprend, sur une longueur de 200m environ, une quinzaine de structures bien orientées (un peu à l’est du nord magnétique) dont la plus haute, de forme parfaitement conique, dépasse 10 m. Il y a à proximité de cet ensemble, sur un petit plateau entièrement cerné de barrancos, une structure pyramidale isolée qui pourrait être plus tardive.

33Le plan que nous donnons du groupe principal (fig. 5) est très approximatif : nous nous sommes basés sur un simple croquis fait au cours de deux courtes visites du site. La communauté indigène de Santo Domingo nous a ensuite catégoriquement interdit l’accès du site, ne serait-ce que pour en faire un plan détaillé ou pour y effectuer une récolte de surface. Cependant les quelques tessons, ramassés presque clandestinement, datent bien Pakakja du Classique tardif. Nous n’avons pas vu de matériel postclassique, et aucune structure ne semble stuquée. Il n’est pas impossible par contre que le site ait été occupé au Préclassique et au Classique ancien : nous lui trouvons beaucoup de points communs avec le groupe A de La Lagunita (Ichon 1977). L’énorme monticule 1, en particulier, a une allure très préclassique ; le jeu de balle en palangana (str. 12) est typique du Classique ancien ou tardif.

34Nous pensons, en conclusion, que Pakakja pourrait être l’Oronic Cakhay des Anales ; il n’est pas jusqu’à l’existence des deux cours d’eau qui expliquerait la phrase sybilline : “Then they encountered water…”. Il s’agit en tout cas d’un site important, certainement le grand centre pokom du bassin de Rabinal vers le Xe siècle.

Tzamaneb

35Nous avons supposé que, peu après leur arrivée dans la région, et peut-être découragés par leur échec relatif dans le bassin de Rabinal, les Rabinaleb s’étaient installés sur les hauteurs de la sierra de Chuacús, en délogeant les Pokomam qui les occupaient. Plusieurs documents nous parlent de leur première capitale, Tzamaniel ou Zamaneb.

36Dans les Anales (Recinos 1950: 83): “En el monte Totohil les alumbró la aurora a los Quichés ; en el monte Zamaneb brilló la aurora para los rabinaleños.”

37Ximénez (1975, livre I, ch. XXVII: 81) “… estando ellos poblados en un lugar que se llamaba Tzamanieh, que está entre Cubulco y Xoyabah, más de ocho leguas distante de este paraje no una como dice Remesal (como ellos veían las tierras de los contornos)…”

38Brasseur, cité par Acuña (1975 : 108) : “C’est ainsi que je vois tour à tour les ruines de Xeocok, de Cubul et de Zamaneb, antique berceau de Rabinal, ville aux ruines immenses, située au point culminant de la chaîne de Xoyabah…”

Figure 6 : Plan du site de Tres Cruces (Tzamaneb ?).

39Enfin dans Carmack et al (1975 : 25) : “Los Rabinales se establecieron en las montañas al oeste del valle que actualmente se llama Baja Verapaz, en el sitio de Zamaneb (“embajadores”)… Allí recibieron el alba.”

40Il est probable que l’expression : “la ciudad barrancosa de Balanguac”, dans le Rabinal Achí, désigne aussi notre site, qui est dominé par le cerro Balamguac.

41Tzamaneb devrait donc être facile à localiser, la seule difficulté provenant du relief tourmenté de cette région ; le site se trouverait exactement à mi-chemin entre Joyabaj et Cubulco, et dominerait toute la région.

42C’est R. Acuña qui a été le premier à reconnaître le site, en 1964 ; il indique sur un croquis (com. pers.) le hameau de Tres Cruces et un autre site à sépultures proche, dans la vallée de Cakil, tous deux au pied du Balamguac qui est, avec ses 2.500 m, l’un des points dominants de la chaîne. En possession de ces renseignements, je me suis rendu sur les lieux en décembre 1980, en compagnie de Jacques Goust, le topographe de la Mission. Il faut environ 5 heures de marche, par une piste assez rude, pour aller de Cubulco au marché de Tres Cruces, qui figure sous le nom de Cimientos sur la carte au 1 / 50.000ème Cubulco de l’Instituto Geográfico National. Les coordonnées géographiques du site sont les suivantes : 15° 02’ Nord – 90° 41’ Ouest ; et les coordonnées rectangulaires : 748500 – 662000 ; l’altitude est de 2.200 m. Quelques maisons entourent la petite place du marché, qui ne s’anime que le vendredi. Le site archéologique, tout proche, comprend trois groupes échelonnés sur environ 500 m le long de la ligne de crête qui constitue la frontière entre les municipios de Joyabaj et de Cubulco, et aussi entre les départements d’El Quiché et de Baja Verapaz. Chaque groupe occupe un plateau exigu formé par un élargissement de la ligne de crête, particulièrement étroite entre les groupes. Les trois ensembles sont reliés par le chemin longeant la crête qui descend vers le village de Pachalum.

43Notre travail a consisté en un relevé sommaire, à la boussole et au double-décamètre, des structures visibles, sans toutefois procéder à un nettoyage complet qui aurait nécessité plusieurs jours, et encore moins à des fouilles, pour lesquelles il est douteux que nous ayons pu obtenir l’accord de la population. On ne trouve aucun matériel céramique en surface ; néanmoins le site peut être daté avec certitude du Postclassique tardif.

44L’ensemble A, le plus au sud, occupe une surface plane d’environ 40 x 60 m à l’est du chemin, donc en Baja Verapaz. Il est limité sur les trois autres côtés par des ravins abrupts. La terrasse a été aménagée du côté du chemin qu’elle domine de 2 à 3 m par un mur vertical ; elle n’était accessible que par deux petits escaliers à l’ouest.

45Le groupe est formé de trois structures construites en bordure du ravin de façon à laisser libre la partie centrale. La str. A-1 est une petite pyramide de 4 à 5 m de hauteur, dont nous n’avons dégagé que deux angles. Un autel moderne, sur sa face ouest, sert pour les costumbres. A-2 est la “maison longue”, haute de 1 m ; elle mesure une vingtaine de m de longueur. Enfin la str. A-3 au sud, dont les limites sont imprécises, devait être la “maison du conseil”, à laquelle on accédait directement par l’escalier sud.

46L’ensemble B, à quelque 300 m au nord du groupe A, est situé à l’ouest du chemin et au carrefour des pistes allant vers Pachalum et vers Joyabaj. La terrasse, large d’environ 60 m, supporte un petit monticule en forme de L, peut-être artificiel, couvert de végétation ; elle descend en pente douce vers l’ouest en formant plusieurs gradins limités par des murs de contention. Une dépression bien marquée, entre la colline et le gradin B-2, pourrait indiquer l’existence d’un jeu de balle (B-1). Vers l’est et vers le nord, le long des deux chemins, la terrasse est limitée par un mur de pierre dont l’angle est bien conservé, formant deux gradins en légère saillie sur une hauteur de 1,80 m.

47Outre la structure en L, douteuse, sur laquelle se dresse un petit autel de costumbre, l’ensemble B devait comprendre un certain nombre de structures basses, dont il ne reste rien, occupant les terrasses étagées, une structure isolée en limite du barranco (B-4) et peut-être le jeu de balle B-1, dont une petite partie de la banquette ouest est encore visible.

48Le groupe C, 200 m plus au nord, est le plus petit. Il occupe une terrasse étroite à l’ouest du chemin. La seule structure conservée est une petite pyramide de 5 m de hauteur, à peu près carrée ; le mur est, est bien visible, avec son escalier à rampes. Elle s’appuie sur un mur de contention limitant une partie surélevée au sud, qui supportait sans doute une structure allongée – la “maison longue ?’’ –. Il est possible qu’une autre structure ait occupé la partie nord de la terrasse, mais peut-être sommes-nous influencés ici par ce que nous savons de l’organisation des petits centres postclassiques.

49En résumé, le site de Tres Cruces comprend trois ensembles cérémoniels nettement séparés. Le groupe A, et sans doute le groupe C, montrent l’organisation ternaire traditionnelle : pyramide-temple, maison longue, maison du conseil. Le groupe B, lui, aurait regroupé le jeu de balle, des habitations nobles (palais ?), et peut-être une structure cérémonielle en L ; occupant le point culminant de tout le site, cette dernière aurait constitué le lieu de culte privilégié, comme c’est encore le cas de nos jours.

50Les édifices des trois groupes sont entièrement construits en dalles de schiste micacé, sans revêtement de stuc visible. Il est difficile de se rendre compte de leur architecture à cause de la végétation envahissante ; la pyramide C-1 nous prouve cependant que les escaliers étaient bordés de rampes en talud-tablero. Il n’y a donc aucune différence appréciable entre l’architecture et l’organisation de ces petits centres civico-religieux et celles des sites de la même époque que nous avons pu étudier dans la région de Rabinal et sur le Chixoy.

51Si l’emplacement de Tres Cruces correspond parfaitement à celui du Zamaneb des chroniques, il faut avouer que ce qui reste du site (très abîmé il est vrai par des siècles de culture) est bien modeste pour ce qui dût être la capitale des Rabinaleb. On peut souligner cependant qu’il s’agit d’un premier établissement, construit à une époque où la population locale était encore loin d’être soumise. Ximénez nous conte que, lorsque les Rabinaleb en sortaient “a colmenear, los cogían los de Cobán [c’est-à-dire les Pokomam] y los sacrificaban y ofrecían a los ídolos” (op. cit. : 81). À la même époque d’ailleurs – vers 1300 ? – le site majeur des Quiché, Jacawitz, n’était guère plus imposant, si l’on accepte l’identification que fait Carmack de ce site avec Chitinamit, près du village de Santa Rosa Chujuyub (1979 : 96).

52Quoiqu’il en soit, aucun autre site proche de Tres Cruces ne nous a été signalé. Nous n’avons pas visité le site de Cakil reconnu par Acuña ; d’après les photographies des monticules funéraires et du matériel prises par lui, qu’il a bien voulu nous montrer lors de notre passage à Mexico, ce site ne peut être postclassique : il daterait du Classique tardif et de l’occupation pokom de la région avant l’arrivée des Rabinaleb.

53Il faut dire un mot, pour conclure, des conditions de l’abandon de Tzamaneb. Nous avons admis que c’est vers le milieu du XIVe siècle que les Rabinaleb abandonnent leur première capitale pour occuper définitivement la zone fertile des bassins. Ils auraient été aidés dans cette campagne par les Quiché – c’est du moins ce que prétendent ces derniers, peut-être pour justifier une revendication territoriale ultérieure.

  • 2 Acuña pense aussi que Zamaneb est resté jusqu’au bout la capitale des Rabinaleb et que ceux-ci n’on (...)

54Plusieurs auteurs estiment cependant que Zamaneb a été détruit par les Quiché d’Utatlán au cours des luttes qui les opposèrent aux Rabinaleb sous le règne de Quicab. Selon Brasseur, “la ville fut ruinée de fond en comble et ceux de ses habitants qui échappèrent à la hache ennemie se dispersèrent dans les montagnes voisines” (1958 : 56). M.C. Arnauld admet que “Tzamaneb a été la capitale initiale des Rabinaleb et une place forte importante jusqu’à la conquête de Quikab au XVe siècle” (1983). Acuña, quant à lui, situe à Zamaneb l’action du Rabinal Achí, qui n’est qu’un épisode de ces luttes entre voisins marquées par l’enlèvement du roi Jobtoj alors qu’il se baignait aux sources de Ch’Atinibal, non loin de Zamaneb.2

55Les deux versions ne sont pas forcément contradictoires. On peut penser que Zamaneb, bien que déchu de son titre de capitale au profit de Cahyup-Chuitinamit, est resté un poste frontière important des Rabinaleb jusqu’à sa destruction par les troupes de Quicab vers le milieu du XVe siècle.

Notes

1 Les Agaab, un groupe quiché, occupaient Cauinal et la vallée du Chixoy jusqu’à Sacapulas selon le Popol Vuh et le Título C’oyoi.

2 Acuña pense aussi que Zamaneb est resté jusqu’au bout la capitale des Rabinaleb et que ceux-ci n’ont jamais occupé Cahyup, site pokom qui était déjà abandonné au moment de l’arrivée des Espagnols et de la première fondation de San Pablo Rabinal. Ses arguments sont à la fois linguistiques et ethnohistoriques. Constatons seulement que les données archéologiques dont nous disposons aujourd’hui ne paraissent pas confirmer sa thèse, tout en lui étant très reconnaissant de ses critiques et de ses suggestions.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte de la Baja Verapaz et des sites archéologiques cités dans le texte.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7908/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Figure 2 : Plan du site de Pueblo Viejo-Chixoy.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7908/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Figure 3 : Plan du groupe G, postclassique.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7908/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 4: Les sites de Pueblo Viejo-Chixoy et Los Encuentros.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7908/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Figure 5 : Plan du site de Pakakja (Cakhay ?).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7908/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Figure 6 : Plan du site de Tres Cruces (Tzamaneb ?).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7908/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 25k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search