Version classiqueVersion mobile

Rabinal et la vallée moyenne du Rio Chixoy. Vol. 4

 | 
Alain Ichon
, 
Nicole Percheron
, 
Michel Bertrand
, 
et al.

1ère Partie. Pokomam et Rabinaleb en Baja Verapaz

Chapitre 1. Essai ethnohistorique sur l’occupation de la Baja Verapaz au Postclassique (xiie – xvie siècle)

Nicole Percheron

Texte intégral

Carte Nº1 MIGRATIONS QUICHES SUR LES HAUTES TERRES (XIIes.-XVes.)

Carte Nº1 MIGRATIONS QUICHES SUR LES HAUTES TERRES (XIIes.-XVes.)
  • 1 Carte 1

1La Basse Verapaz, région de grands bassins intérieurs enserrés entre les hauts sommets et les chaînes montagneuses de la sierra de Chuacús, bordée au nord par le río Chixoy et au sud par le Motagua,1 a été, à l’époque préhispanique comme à l’époque coloniale, une zone frontière, sorte de charnière entre les régions voisines : la richesse de ses ressources, argent, jade, pierres précieuses, plumes de quetzal, cultures de cacao, de coton... en avait fait une région convoitée, et divers peuples s’y étaient succédé avant l’arrivée des Espagnols.

  • 2 Bibliographie

2Les nombreux documents ethnohistoriques conservés,2 confrontés, lorsque c’est possible, aux découvertes archéologiques, permettent de reconstituer en partie l’histoire de la région à l’époque postclassique récente. Le maniement des documents est évidemment délicat. Il n’est pratiquement pas possible de dater les évènements relatés. Il faut aussi pouvoir faire la part du mythe et de l’histoire et tenir compte des contradictions entre certains textes, des exagérations, ou des déformations car chaque groupe n’a retenu, dans sa mémoire collective, que les exploits de ses ancêtres ou de tel ou tel lignage, présentant donc parfois une version subjective des faits.

3La plupart de ces documents ont été rédigés au XVIe siècle, sans doute parfois grâce à d’anciens codex conservés par les caciques dans les villages, et disparus depuis. Le Popol Vuh, en effet, atteste que les chefs des lignages possédaient ces codex :

  • 3 Popol Vuh, page 142“Ceux qui arrivèrent rapportèrent tout cela lorsqu’ils allèrent recevoir, de l’a (...)

“Todo esto trajeron los que vinieron, cuando fueron a recibir al otro lado del mar las pinturas de Tulán, las pinturas, como le llamaban a aquello en que ponían sus historias3

4Les traditions orales ont dû être aussi recueillies. Elles avaient pu cependant modifier, déformer peu à peu les faits. Les communautés indiennes, et plus certainement les caciques, représentants de l’ancienne classe dirigeante préhispanique, ont mis par écrit en leur langue, mais en employant l’alphabet européen, ces traditions. Ces documents ainsi rédigés et authentifiés par les autorités locales et espagnoles permirent aux communautés de défendre leurs terres, de prouver leurs origines lointaines, et donc l’ancienneté de l’occupation de leur territoire. Parfois aussi les grandes familles, issues de la noblesse préhispanique purent défendre leurs privilèges et réclamer l’exemption du tribut et des services personnels, car les documents exposent largement leur généalogie et les exploits de leurs lignages, ce qui légitimait leur pouvoir.

  • 4 Par exemple, plusieurs documents quichés comparent avec évidence les Quichés traversant la mer, sur (...)

5On note aussi parfois une influence de la culture espagnole ou du christianisme.4 La prudence s’impose donc. Cependant, la diversité et la richesse des sources permettent de nuancer, de faire des recoupements, et de proposer une interprétation de l’histoire de la Baja Verapaz à l’époque postclassique, en montrant les grandes phases d’occupation, Pokomam puis Rabinaleb. L’originalité de la région tient au fait que l’on a un éventail de documents de sources différentes, pokomam, pocomchí, quiché, rabinaleb, ce qui permet d’avoir des versions variées qui se complètent.

La phase Pokomam

  • 5 Article d’Alain Ichon, Chapitre 2.
  • 6 Carte 2

6À la fin de l’époque classique, la région aurait été occupée par des groupes Pokom qui se seraient peu à peu installés là depuis le IIe siècle avant Jésus Christ.5 Il s’agirait de populations mayas qui auraient émigré de la région voisine d’Aguacatán-Uspantán, au nord-ouest de la Baja Verapaz, au-delà du Chixoy. Ces migrations se seraient poursuivies jusqu’au XIe siècle. Lorsque les Quichés arrivèrent, par vagues successives au XIIe siècle, dans les hautes terres, les Pokomam étaient bien établis dans l’actuelle Baja Verapaz, principalement dans les bassins et les vallées.6

Carte Nº2 LA VERAPAZ VERS 1225 : QUICHES A JAKAWITZ & ZONE POKOMAM

Carte Nº2 LA VERAPAZ VERS 1225 : QUICHES A JAKAWITZ & ZONE POKOMAM
  • 7 Popol Vuh p. 128. Título Totonicapán p. 228. Anales p. 69.

7Les documents quichés semblent désigner les Pokomam sous le nom de Vukub Amak (ou Vukumag, ou Vue Amag),7 soit les “sept tribus”. Ce nom générique devait désigner, en réalité, diverses populations dont certains noms nous sont livrés par les documents : Ux, Pokomam, Agaab, Ahquehay, Ykomagi, Rotzhaib, Chajoma, etc.

  • 8 Rabinal Achí p. 41.
  • 9 Anales p. 69.
  • 10 Anales p. 97.
  • 11 A. Ichon, Chapitre 2. Et carte 2.

8Dans les actuels bassins de Rabinal, San Miguel Chicaj, et peut-être Salamá, vivaient des populations pokomam désignées sous le nom de Ux et Pokomam. Seuls le Rabinal Achí et les Anales nous donnent leur nom et quelques renseignements sur eux. Le Rabinal Achí parle de “Los de Ux, los de Pokomam”.8 Les Anales de “Los de Mimpokom y los de Raxchich, cuyo pueblo se llama Pazaktzuy”, les regroupant tous sous le terme de “Los Pokomames”.9 Il semble que le Rabinal Achí évoque le nom des populations ou tribus, tandis que les Anales celui de leurs cités. La cité de Nimpokom est plus connue sous le nom de Cakhay, comme le même document le précise par la suite puisqu’il ne fait plus allusion qu’à ce site. Les deux documents semblent s’accorder pour dire qu’il y avait deux peuples, et sans doute deux capitales. On peut noter que, parmi les villes reprises par les Cakchiqueles au XVe siècle, on trouve Uxa et Nimpokom.10 Uxa était-elle la ville des Ux ? S’il est impossible de savoir où vivaient les Ux, par contre on peut essayer de retrouver le site des deux capitales Pokomam. Beaucoup d’auteurs, à la suite de Brasseur de Bourbourg, pensent que ces cités occupaient l’emplacement des capitales plus tardives édifiées par les Rabinaleb, Cahyup et Chuitinamit. Cependant, ces deux dernières cités ne présentent aucun caractère Pokomam et Alain Ichon pense que les capitales Pokomam devaient se trouver ailleurs.11

9La cité de Cakhay semble avoir été la plus importante, et le centre politique de la région car, lors de la conquête quiché-cakchiquel, toutes les tribus s’y étaient concentrées pour résister à l’envahisseur. C’était donc le centre d’une confédération :

  • 12 Anales p. 70“Ils se réunirent ensuite à Oronic Cakhay, où arrivèrent tous les guerriers des sept tr (...)

“Fueron después de reunirse al lugar de Oronic Cakhay, a donde llegaron todos los guerreros de las siete tribus. Y dijeron Gagavitz y Zactecauh, dirigiendo a los quichés: ’Vamos todos a ese lugar, conquistemos la gloria de todas las siete tribus de Tecpán, rebajemos su orgullo. Tu cuenta sus caras, tú permanecerás en Cakhay. Yo entraré al lugar de Cakhay, yo los conquistaré y abatiré su espíritu’.12

10Selon le Rabinal Achí, les Pokomam se prétendaient originaires de la région :

  • 13 Rabinal Achi p. 42 “Alors, ceux de Ux et ceux de Pokomam te répondirent : Vaillant homme des Cavek (...)

“Entonces los de Ux, los de Pokomam te respondieron: ‘Valiente, Varón, hombre de los Cavek queché, abandona la lucha en nuestras montañas, en nuestros valles, ¿no nacimos aquí con nuestros niños, nuestros hijos allí en donde descienden las negras nubes, las blancas nubes, en donde el frío oprime, en donde la helada oprime?’”.13

  • 14 Popol Vuh p. 137.

11Ce peuple Pokomam était extrêmement puissant, sans doute l’un des plus puissants de la région. Lorsque les Quichés entrèrent en guerre avec eux, ils se trouvèrent, selon le Popol Vuh, face à une armée de plus de 24.000 hommes.14 Ce chiffre est sans doute exagéré, il a été calculé, de façon symbolique, en graines de cacao dans un grand sac, mais il donne une idée de la forte impression que firent les Pokomam sur les Quichés. De même, afin d’expliquer la force redoutable de leurs adversaires, divers documents s’accordent pour évoquer leurs talents de magiciens, qui rivalisaient par ailleurs avec ceux des Quichés. Le Rabinal Achí, par exemple, les voit se transformer en mouches et en papillons et fuir comme des fourmis hors d’une fourmilière, image évoquant très bien les multitudes de guerriers pokomam lancés à l’attaque des Quichés et Rabinaleb :

  • 15 Rabinal Achi p. 41“Mais tu n’as pas eu l’occasion de voir ceux de Ux, ceux de Pokomam parce qu’ils (...)

“Pero no tuviste necesidad de ver, de mirar a los de Ux, a los de Pokomam, porque ellos se tornaron en moscas, en mariposas, en grandes hormigas, en hormiguitas; y solamente eran grandes sus filas, sus columnas, para escalar la cuesta del monte llamado Equempek Gamahal”.15

  • 16 Rabinal Achi p. 42 et 44

12D’autre part, les Pokomam dominaient une région riche et prospère qui produisait abondamment le maïs, les haricots noirs, le cacao, le coton, l’or et l’argent. Elle était aussi animée par l’activité des nombreux artisans qui fabriquaient des cotonnades, tissaient et brodaient les huipiles (tuniques) et excellaient dans l’art de l’orfèvrerie, comme en témoigne le Rabinal Achí.16

  • 17 Anales p. 70

13Il faut cependant faire remarquer qu’un document quiché donne une autre interprétation sur l’origine des Pokomam, c’est le Título Totonicapán. Selon lui, les Pokomam seraient venus avec les Quichés sur les hautes terres, en provenance de la côte du golfe mexicain. Il y aurait eu treize tribus : “Las trece llamadas de Vukamag” (ou Vukamag Tecpán, comme on peut le lire dans un autre passage, et qui correspond à une des appellations données par les Anales.)17 Or, il est à peu près admis que les Vukumag désignent les Pokomam. Le T. Totonicapán explique que ces tribus furent soumises, à Jakawitz, lors des migrations quichés, car elles ne connaissaient pas le feu. C’est bien à Jakawitz que les autres documents évoquent la rencontre avec les Pokomam et les premiers combats livrés contre eux par les Quichés.

  • 18 Popol Vuh p. 129 et T. Totonicapán p. 220-221.

14À partir de là, les versions concordent, jusque dans les détails des épisodes, tel celui du “baño de Tohil”, sources d’eaux chaudes où se baignaient les Quichés, à la frontière avec les Pokomam.18 Et le T. Totonicapán montre alors bien les Pokomam comme des ennemis, dont il nous donne même le nom des chefs :

  • 19 T. Totonicapán p. 220

“Estos son los nombres de los jefes enemigos: Rotz-haib, Quibabà, Uxab, Bakab y Quebatzunuhà”.19

15On retrouve un nom proche de celui cité par le Rabinal Achí, celui de Uxab : serait-il le chef de “Los de Ux” ? On peut supposer que ces cinq chefs commandaient cinq tribus différentes, parmi les sept, ou treize (les documents divergent sur le nombre) des Pokomam. Comment expliquer que ce document de Totonicapán offre une version différente seulement pour l’origine des Pokomam, les assimilant aux migrateurs quichés ? Il est possible que les Quichés de Totonicapán ait confondu, avec le temps, les évènements concernant leur rencontre avec les Pokomam, la situant lors de leur regroupement avec d’autres tribus avant leur migration et non pas lors de leur arrivée dans les hautes terres.

  • 20 Anales p. 69

16Les Anales sont les seules à citer un autre peuple vivant près des Pokomam, les Ahquehay.20 Nous savons que leurs chefs s’appelaient Loch et Xet, lors de l’arrivée des Quichés qui les rencontrèrent au pied de deux montagnes, le Cucuhuyú et le Tzununhuyú ; nous ne savons où se situent ces monts. Ce peuple accepta l’alliance avec les Quichés. Leur cité s’appelait Tzaktzuy, la calebasse blanche, en souvenir des pièges à oiseaux qu’ils fabriquaient avec cette cucurbitacée :

  • 21 Anales p. 71“Ils revinrent, et avec une calebasse ils fabriquèrent un piège pour attraper les oisea (...)

“Regresaron y con una calabaza fabricaron una trampa para coger pájaros. Allí se separaron y por esa razón se dio al lugar el nombre de Tzaktzuy, que fue el símbolo que tomaron los Ahquehay, los primeros padres y abuelos que engendraron a los Ahquehay”.21

17Où se trouve Tzaktzuy ? Faut-il y voir la même cité évoquée peu avant par le document, Pazaktzuy (“dans la calebasse blanche”) à propos de “Los de Raxchich” ? En ce cas, les Ahquehay seraient les habitants de Raxchich, l’autre cité pokomam située peut-être sur le Chixoy.

18Les Ahquehay semblent avoir vécu dans des zones entourées de montagnes car on les montre vivant de chasse aux cervidés et aux oiseaux :

  • 22 Anales p. 71 “Puis ils tendirent leurs pièges sur les arbres et y prirent les perdrix sous les gran (...)

“Luego extendieron las trampas sobre los árboles y cogieron en ellas a las codornices bajo los grandes pinos. Trajeron después las codornices en las redes’’.22

19Ils s’adonnaient à un artisanat domestique à base de fibres végétales et de cuirs de cervidés : filets pour attraper les oiseaux, sandales. Leurs maisons semblent avoir été des tentes faites de peaux :

  • 23 Idem “Ils faisaient leurs maisons avec les cuirs des cervidés, c’est pourquoi on les appelait les A (...)

“Hacían sus casas de cueros de venados, y por esta razón se les llamaba los Ahquehay”.23

20En effet, Ahquehay signifie “ceux aux maisons en peaux de cervidés”. Leurs seules richesses étaient les “cuentas amarillas”, pierres de couleur qui servaient de monnaie ou de perles pour les colliers. Ces populations ne sont donc pas décrites comme aussi prospères que les Pokomam, à moins que les Anales n’aient eu tendance à exagérer la vie fruste de leurs ennemis, afin de mieux mettre en valeur les Quichés et les Cakchiqueles.

21Le bassin de Cubulco aurait été, lui, occupé par les Ikomagi. Les Anales sont le seul document faisant allusion à cette population, les Cakchiqueles ayant obtenu leur soumission. Les Ykomagi dominaient deux autres peuples vassaux qui leur payaient tribut : les Cakoxahay (c’est-à-dire “maison des perroquets”, selon Brasseur de Bourbourg qui les situe près de l’actuel Alotenango) et les Qubulahay (“maison des guirlandes”) dont la cité principale aurait été Nim Cubul (ou Nim Cabul) au nord de l’actuel Cubulco. Cette cité existait encore à l’arrivée des Espagnols, comme le précise Ximénez :

  • 24 Ximénez p. 214 “Après avoir réuni ceux de Rabinal là où ils sont maintenant, on chercha ceux de Cub (...)

“Habiéndose recogido los de Rabinal en el lugar que hoy está se trató de la parte de Cubulco el sacarlos y juntar todos los pueblos que tocaban a esta nación, al lugar donde hoy se ballan, porque estaban muy arrinconados en las montañas que llaman Miau y Nimcubul bacia la parte que tira bacia donde está hoy Cunén y Uspantán.24

  • 25 R. Carmack : Título C’oyoi 1973 : 288 et 293

22Cependant, le problème de Nimcubul et des Qubulahay est difficile à résoudre. Selon Brasseur, ce seraient ces derniers qui auraient fondé la cité. Or le nom de Nimcubul dérive vraisemblablement de celui de Cubulcaal, tribu proche des Rabinaleb, arrivée dans la région de Cubulco à la fin du XIIIe siècle lors des migrations quichés, comme l’indique le Título C’oyoi.25 Cette tribu est sans doute celle qui s’installa à Nimcubul, où les Espagnols la rencontrèrent. Il semble donc impossible que les Qubulahay soient les mêmes peuples que les Cubulcaal, et pourtant leurs noms paraissent identiques.

  • 26 c.f. carte 2 Les documents parlant de Cawinal et des Agaab sont les suivants : Popol Vuh p. 43
    Títul (...)

23Dans la vallée du Chixoy, de Sacapulas à Cawinal et sans doute au-delà, s’étendait le grand royaume des Agaab, ou Ak’aab, dont le centre semble avoir été Cawinal.26 La présence des Agaab jusqu’ à Sacapulas est attestée par le Título Lamaquib dans sa description des limites de Sacapulas et des tribus voisines :

  • 27 Título Lamaquib, Carmack 1973 p. 369 “Ensuite vient la borne qui s’appelle Chuwi Cajcab, voisine de (...)

“Luego prosigue al otro mojón que le llaman Chuwi Cajbab, vecino de los de Ak’aabluego prosigue el mismo lindero teniendo a la vista Ak’aab”.27

  • 28 Título C’oyoi, Carmack 1973 p. 288.
  • 29 A. Ichon. Cauinal 1980 p. 201.
  • 30 Título Nihaib II. Recinos 1957, p. 11.
  • 31 Título C’oyoi. Carmack 1973, p. 290.
  • 32 Tíulo Totonicapán p. 32. “Ils trouvèrent des bananes et des oiseaux.

24Ce royaume, dirigé par un chef suprême “the lord of Cawinal” selon le Título C’oyoi,28 était riche et prospère et pratiquait le commerce, comme en témoignent les découvertes archéologiques : le culte dédié au dieu du commerce Ek Chuah, dieu tutélaire de Cawinal.29 Les divers documents ethnohistoriques précisent que la cité fournissait des pierres précieuses (émeraudes), des bijoux,30 de riches cotonnades,31 et sans doute des fruits, bien que l’affirmation du Título Totonicapán “Hallaron algunos plátanos y pajarillos” soit anachronique, les bananes n’étant pas encore introduites en Amérique.32 La région était riche aussi en matériaux de construction, le calcaire des montagnes, comme le remarquèrent les Quichés :

  • 33 T. Totonicapán p. 229 “Ils arrivèrent à Chi-Humet où il y avait abondance de calcaire dont ils fire (...)

“Llegaron al que llamaron Chi-Humet, por haber abundancia de calcáreo, y porque de ellos formaron sus habitaciones.33

  • 34 A. Ichon. Cauinal 1980 p. 9.

25L’archéologie témoigne de cette abondance des matériaux : dolomites, tuf volcanique, sables et dépôts limoneux pour faire l’“adobe”, argiles pour le torchis et pour la poterie.34

  • 35 M.F. Fauvet-Berthelot : Taille de l’obsidienne et fabrication de la chaux. Cahiers de la R.C.P. 500 (...)

26L’artisanat y était aussi spécialisé : les fouilles archéologiques ont mis au jour des fours à chaux pour la fabrication du stuc et un atelier d’obsidienne, dont la matière première provenait de la région de San Martin Jilotepeque, à 60 Km.35 On a retrouvé aussi des haches et des herminettes en serpentine provenant des montagnes voisines (Mocotorro). Mais la position géographique de Cawinal, au confluent du Río Chixoy et du Río Calá, en faisait avant tout un centre commercial qui drainait les produits de la région.

  • 36 Popol Vuh p. 43 T. C’oyoi Carmack 1973 p. 288. T. Totonicapán p. 229
  • 37 A. Ichon. Cawinal 1980 p. 187-188.

27Cependant, le problème des Agaab et de leurs origines reste très obscur. Les documents s’accordent pour dire que les Quichés rencontrèrent les Agaab à Cawinal lors de leurs migrations sur les hautes terres,(34), mais ils ne précisent pas s’il s’agissait de populations maya-pokom ou non. La grande question est de savoir quand les Agaab occupèrent les lieux : l’archéologie révèle que le site de Cawinal fut déserté durant mille ans environ, de 300 à 1300.(35) Cette réoccupation tardive du site soulève un gros problème car c’est vraisemblablement à cette date que les Quichés, déjà installés depuis un siècle dans les hautes terres, maîtres, avec les Rabinaleb, de Zamaneb, au sud de Cawinal, arrivent à Cawinal et rencontrent les Agaab. Selon les documents, il ne fait pas de doute que les Agaab étaient là avant eux, puisque les Quichés leur payent même au début un tribut.36 Comment expliquer que ce peuple était déjà si puissant, son royaume si étendu alors qu’en principe il venait d’arriver ? Sont-ils les représentants des dernières vagues de migrations pokom venues d’Aguacatán-Uspantán ? ou bien, au contraire, des premières vagues d’incursions mexicaines, au début du Postclassique ? J. Fox considère, en effet, qu’il y eut trois vagues “épitoltèques” en provenance de la côte du golfe du Tabasco : l’une à la fin du Classique, vers 950-1000, la deuxième au XIe siècle avec occupation de la vallée du Río Chixoy et de celle du Motagua, et construction d’“acropolis” ; la troisième serait celle des Quichés et de leurs vassaux à la fin du XIIe siècle.37 Les Agaab feraient-ils partie de la deuxième vague, et, en ce cas, auraient-ils précédé de peu les Quichés dans la vallée du Chixoy ?

28L’archéologie apporte quelques éléments intéressants. D’une part, il y aurait eu une première phase Agaab jusque vers 1350, et, d’autre part une phase Rabinaleb de 1350 à 1550. Ces deux phases se différencient très bien par les méthodes architecturales, l’organisation de l’espace, les cultes (existence de deux temples jumeaux chez les Rabinaleb). Les Agaab seraient peut-être arrivés plus tôt, vers 1250, et auraient “accueilli” les Quichés vers 1300, en les maintenant sous leur vassalité, avant d’être dominés par les Rabinaleb. Les Agaab pourraient être un groupe proche des Pokomam, qui aurait subi l’influence des tolteco-mayas du Yucatán, notamment de Mayapán.

  • 38 T. C’oyoi. Carmack 1973 p. 290-291.

29Un autre peuple pokomam se trouvait aux confins de la Basse Verapaz, celui des Chajomas. Selon le Título Chajoma, ou Título de San Martín Jilotepeque, ils étaient établis autrefois à Xoyabaj,38 et dominaient la vallée du Motagua. Ce peuple était divisé en six tribus unies sous le commandement d’un seul chef. Le Título Chajoma donne le nom des premiers dirigeants, tout au moins de ceux dont la mémoire fut conservée :

  • 39 Título Chajoma. Crespo 1956 : p. 13-15. et carte 2. T. Chajoma p. 13 “Le premier qui commença à gou (...)

“El primero que empezó a gobernar fue llamado Cahol Cuh, primer gobernador y fueron vasallos e hijos los siguientes: Cahntoh, Chan Canel, Coha, Corjon Amac; estos dichos hombres son los que servían al gobernador por soldados y Tulub Tocar ante todos los seis pueblos, son esta gente que es tan nombrados y la parte de Rabinal del gobernador de los Rabinal que así mismo somos siempre de aquella gente.39

30Après Cahol Cuh régnèrent Tepepul, Humbalam, Vougotán Cac. Ils restèrent longtemps à Xoyabaj et y vécurent en paix, selon le document. Ils ne furent délogés de ces lieux qu’à l’arrivée des Quichés.

31Il est intéressant de noter que, selon ce document, les gens de Rabinal auraient été rattachés aux Chajomas. Comment interpréter cette affirmation ? S’agirait-il des populations pokomam établies à Rabinal avant l’arrivée des Rabinaleb ? En ce cas, on a du mal à croire que les Pokomam de Nim-Pokom, qui nous sont apparus si puissants, aient pu être soumis aux Chajomas. Ou bien y aurait-il eu confusion avec des évènements ultérieurs, quand les Rabinaleb furent soumis par les Cakchiqueles (en 1517) dont les Chajomas étaient à l’époque les vassaux et sans doute les alliés ?

  • 40 Fox 1978 : p. 242 Carmack 1975 : La verdadera identificación de Mixco Viejo. Et Crespo 1956 p. 13.

32De toutes façons, un certain doute reste en ce qui concerne les Chajomas, ou Chichahoma comme eux-mêmes se dénomment dans le document. Selon Crespo, il s’agit bien de populations pokomam puisque le pokomam est encore parlé à San Martin Jilotepeque. Mais R. Carmack et J. Fox pensent qu’il s’agirait de populations proches des Quichés, plus précisément d’un groupe apparenté aux Rabinaleb, s’appuyant sur les Anales qui semblent confondre les Chajomas et les Akajales liés par des liens de parenté très étroits, ainsi que sur le T. Chajoma qui associe les Chajomas aux “Acahalguinac”, c’est-à-dire les Akajal Winac des Anales.40

  • 41 A. Ichon 1975 p. 18-19.

33Or, les Akajales sont des tribus apparentées aux Quichés, venues avec ces derniers du golfe du Mexique. Ce qui ajoute à la confusion, c’est le fait que l’ancien site préhispanique de Xoyabaj semble être Pueblo Viejo-Chichaj, au nord de l’actuel Xoyabaj, cité fondée très tardivement vers le XVe siècle par les Quichés.41 Il ne peut donc s’agir d’une cité pokomam.

34Il y aurait peut-être une explication pour concilier ces éléments contradictoires en apparence : les Chajomas seraient bien des populations pokomam établies dans la haute vallée du Motagua avant l’arrivée des Quichés et des Cackchiqueles. Mais ils furent par la suite déplacés et dispersés au moment des migrations quichés, puis alliés par des liens de parenté avec les Akajales, tribu qui s’installa dans la vallée du Motagua. La région d’où ils provenaient garda son nom de Xoyabaj, qui fut donné plus tard à une forteresse quiché chargée de surveiller les Rabinaleb.

  • 42 Carte 2.
  • 43 M.C. Arnauld 1983.

35Au-delà du río Carchelá-Quililá étaient établies d’autres populations mayas proches des Pokomam : les Pocomchis et les Kekchis.42 Les Pocomchis étaient apparentés aux Pokomam. Leur séparation proviendrait des incursions de groupes mexicains qui menèrent des raids dès la fin du Xe siècle dans la vallée du Chixoy où ils installèrent des postes avancés après avoir repoussé les populations locales.43

  • 44 Carte 2.

36Les Pocomchis occupaient un assez vaste territoire allant de la vallée du Chixoy à celle du Polochic. Il est possible qu’ils aient occupé, jusqu’au XIIIe siècle, date de l’arrivée des Quichés et des Rabinaleb, des terres proches, au sud, des bassins de Salamá jusqu’au río Salamá. Ils étaient donc voisins des Pokomam de Cakhay. Leur centre principal se trouvait à Cajcoh, non loin de l’actuel San Cristobal Verapaz,44 et près du Chixoy. Les descendants du peuple de Cajcoh écrivirent, entre 1550 et 1580, la relation de leurs origines, de leurs luttes contre leurs voisins et de leur évangélisation par les Dominicains au XVIe siècle ; c’est le seul document, rédigé à l’époque en Pocomchi, connu pour l’instant pour la région. Nous n’avons pas gardé l’original, mais une traduction en espagnol de 1785. Il s’agit du Título Cajcoh, qui considère que les Pocomchis sont originaires de la région :

  • 45 Crespo 1956 p. 13 “Nous fûmes d’abord engendrés sur cette première montagne où nous fûmes conquis p (...)

“Primera fuimos engendrados en este primer cerro donde fuimos conquistados por primera vez. Ahora, pues, comienzo a dar razón de como habiéndose convocado a todos los de una misma estirpe por primer lugar pusieron una casa para que se reconocieran todos y cada uno, y viera lo que era suyo cada pueblo, como criollos y nacidos del lugar”. 45

37Le document précise donc aussi qu’ils ne furent soumis qu’une fois, c’est-à-dire par les Espagnols (vers 1540). En effet, nous sommes là déjà en Alta Verapaz ; l’avance des Rabinaleb s’arrêta au río Carchelá, et les quelques tentatives quichés de conquête restèrent sans lendemain. Le peuple Pocomchi occupa donc sans doute durant plusieurs siècles la région et, pour cette raison, se considérait comme autochtone.

38Les Kekchis occupaient le nord de la Alta Verapaz, autour de leur grand centre de Chichén (San Juan Chamelco). Ce peuple devait être assez puissant car son cacique, descendant des grandes familles préhispaniques, Don Juan Arpobatz, fut choisi en 1562 comme premier gouverneur de la Verapaz par les Dominicains. La Alta Verapaz doit être considérée à part car elle n’a pas connu les grandes migrations quichés et ne fut pas soumise comme la Baja Verapaz, sauf lors des rapides campagnes du XVe siècle, par les Quichés et leurs alliés. Les Kekchis sont un peuple d’origine maya qui a sans doute émigré du Petén vers le VIe ou VIIe siècle. Les documents les désignent sous le nom de peuple de Holom Nah.

  • 46 Encore au XVIIIe siècle, en 1768, l’Archevêque Cortés y Larraz, lors de sa visite épiscopale, note (...)
  • 47 S.W. Miles 1957 p. 741-742.
  • 48 A.G.I. Guatemala 393 reg. 2 fol. 139 vo.

39Il semble aussi qu’un groupe Pipil était installé dans la région de l’actuel village de Salamá. Lors de la conquête, et longtemps après, les documents font état de populations parlant le nahuatl.46 Selon S.W. Miles, il y aurait eu un noyau pipil dans la moyenne vallée du Motagua ; mais il est possible aussi que, dans cette région, les Pokomam, en raison de cette présence pipil ancienne dès l’époque classique, aient été en réalité un peuple métis Pokomam-Pipil, et bilingue.47 On peut simplement préciser qu’à l’époque coloniale les gens de Salamá s’exprimaient en nahuatl. Une autre explication peut aussi être envisagée pour expliquer cette présence pipil : c’est l’éventuelle installation, après la conquête espagnole, d’un village tlaxcaltèque formé des familles des guerriers de Tlaxcala, alliés des Espagnols. Une cédule royale autorisait, en effet, Mexicains et Tlaxcaltèques à s’établir dans les régions nouvellement conquises avec leurs familles.48

L’arrivée des Quichés et de leurs alliés

40Déjà à la fin de l’époque classique, à la fin du Xe siècle, des raids mexicains sont organisés dans la vallée du Chixoy. Il pourrait s’agir de premières tentatives de conquête et d’établissement ou bien simplement de l’installation de postes avancés de commerce car les richesses de la région étaient connues depuis longtemps et le Chixoy servait de moyen de communication et de liaison. La Verapaz fournissait, en effet, des produits rares et très recherchés : pierres précieuses, argent, jade, obsidienne, plumes de quetzal, sel de Sacapulas. Sans doute les deux motifs sont-ils liés : le commerce se développant, les groupes mexicains ressentirent la nécessité de s’installer plus durablement en ces lieux propices. Il y eut trois vagues successives, mais les grandes migrations se situent à la fin du XIIe siècle, après le déclin de Chichén-Itza, le Tulán des documents ethnohistoriques. Les Quichés ont longtemps reconnu la suzeraineté de cette cité et conservé des liens avec elle.

  • 49 La lagune de los Términos est désignée sous le nom de lagune de Mexico ; quatre documents y font ré (...)
  • 50 Popol Vuh p. 142 T. Totonicapán p. 222.

41Divers peuples, les Quichés, les Tzutujiles et les Rabinaleb, se concentrèrent près de la côte du golfe du Mexique, aux alentours de la lagune de Los Términos, comme en témoignent de nombreux documents.49 L’archéologie vient confirmer ces souvenirs de la tradition indigène. R. Carmack a montré les nombreuses similitudes entre les Quichés et les peuples de la côte du golfe : architecture, système politique quadripartite, religion (le dieu quiché Tohil serait Kukulcán). La Lagune de Los Términos était une grande voie de passage, une sorte de plaque tournante permettant les contacts entre le Yucatán et les autres régions mexicaines, entre le golfe du Mexique et, par l’Usumacinta, les hautes terres guatémaltèques. C’est de là que partirent les peuples quichés vers la fin du XIIe siècle. Là où les documents sont moins précis, c’est sur le chemin qu’ils empruntèrent pour parvenir à ces hautes terres. On suppose qu’ils remontèrent l’Usumacinta puis le Chixoy, mais ils ont peut-être aussi pu remonter par le Grijalva, plus à l’ouest ; il est possible qu’ils aient pris plusieurs chemins. Cependant, il est très étonnant que cet extraordinaire voyage, qui dut être troublé de nombreuses péripéties, en raison, en particulier, du cours tumultueux des fleuves coupés à certains endroits de rapides, n’ait laissé aucune trace dans la tradition orale. Or ils firent même deux fois le voyage, puisque les fils des premiers chefs quichés qui avaient mené les migrations retournèrent à Tulán (Chichén-Itzá) auprès du roi Naxit, dont ils reconnaissaient sûrement auparavant l’autorité, afin de justifier leur pouvoir en cherchant la caution de son investiture.50 Le T. Totonicapán suggère même qu’ils y sont retournés encore une fois. Tulán était situé vers l’orient et de l’autre côté de la mer. Le Título Totonicapán reste très vague lorsqu’il précise :

  • 51 T. Totonicapán p. 222 “Qocaib prit le chemin de l’orient et Qocavib celui de l’occident.”

“Qocaib tomó el rumbo del oriente y Qocavib el del occidente”.51

  • 52 Anales p. 67 et carte 1.

42Selon Recinos, dans son édition du Título, le chemin de l’orient serait celui de la côte des Caraïbes jusqu’au Yucatán, et celui de l’occident, la vallée de l’Usumacinta. Mais il pourrait aussi s’agir, comme le pense Carmack, de l’Usumacinta pour le chemin de l’orient et du Grijalva pour celui de l’occident. Les Anales sont les seuls textes donnant des noms de lieu, mais la plupart sont inconnus, sauf la mention de Carchá, site proche de Cobán, par lequel les migrateurs seraient passés, confirmant par là, la thèse de la remontée de l’Usumacinta et du Chixoy.52

43Les Quichés et leurs alliés constituèrent certainement la dernière vague de migrations, qui a pu se faire de façon progressive, par petits groupes successifs. Par la suite, aucun document n’évoque de nouvelles incursions et ce sont ces peuples ainsi que ceux installés auparavant, que les Espagnols rencontrèrent lors de la conquête.

  • 53 Carte 1.

44Comme la région de la Verapaz, première région des hautes terres qu’ils ont rencontrée, était occupée par les Pokomam et les Kekchis, les Quichés durent remonter assez loin la vallée du Chixoy, au-delà du royaume des Agaab, pour trouver des terres disponibles. Ils durent quitter le río Chixoy au confluent du río Agua Caliente, qui draine la vallée de l’actuel village de San Andrés Sajcabajá, afin de s’installer sur les hauteurs, au-dessus de la vallée de Chujuyup.53 Jusqu’au milieu du XIVe siècle, soit durant un siècle et demi, ils durant se contenter de leurs refuges dans les zones montagneuses de la sierra de Chuacús, établis dans des sites perchés et défensifs, à l’écart de la vallée du Chixoy et des bassins prospères de la Verapaz, menacés par leurs voisins Pokomam qui tentèrent plusieurs fois de chasser les intrus.

  • 54 Popol Vuh p. 114 et T. Totonicapán p. 227.

45Les peuples quichés vécurent alors de façon bien fruste, comme le reconnaissent les documents eux-mêmes : vêtus de peaux de bêtes, ils se nourrissaient de racines, de miel, des produits de la chasse et de la cueillette, d’un peu de maïs. Tous les récits ont conservé le souvenir des rigueurs du climat, du froid, de la pluie, de la grêle, des brouillards.54 Pour des peuples venant de régions tropicales, le climat froid et humide des hautes terres dût être difficile à supporter. Ces migrations, d’après les documents eux-mêmes, n’apparaissent pas comme des exploits, ni comme des conquêtes glorieuses. Il n’est pas non plus question de commerce, et les relations avec les autres populations, au début, sont plutôt hostiles. Cela pose le problème de savoir si vraiment ils étaient venus jusque-là pour des raisons commerciales ou d’expansion territoriale. On a plutôt l’impression de tribus errantes, en quête de terres. Ce n’est qu’au bout d’un siècle et demi qu’on note une phase nouvelle qui les amena à étendre leur domination sur toute la région.

  • 55 Popol Vuh p. 117, T. Totonicapán. p. 216, T- C’oyoi p. 288.
  • 56 Popol Vuh p. 115.

46Leur première étape dans la sierra de Chuacús fut celle de Chi-Pixab, comme l’attestent divers documents.55 Elle semble avoir été très importante car elle consacra d’abord la suprématie des quatre lignages quichés sur les autres tribus, Tamub, Ilocab, Rabinaleb, Cakchiqueles, Tzutujiles. À partir de là, les tribus allaient se différencier et évoluer indépendamment, tout en reconnaissant la suprématie politique des Quichés. Selon le Popol Vuh, c’est là qu’elles reçurent leurs noms.56 Les dieux, dont les statues avaient été jusque là transportées dans des sacs, furent adorés et placés aux sommets des montagnes. Les trois dieux quichés, Awilix, Jacawitz et Tohil furent installés sur trois sommets, les Tamub et les Ilocab s’établirent tout près ainsi que les Cakchiqueles, Tzutujiles et Rabinaleb, dont le dieu s’appelait Huntoh (“Une pluie”). Tous dansèrent, offrirent de l’encens et attendirent l’aurore. Ces cérémonies doivent rappeler le premier arrêt dans les hautes terres, le premier établissement quelque peu durable. Chi-Pixab devait rester au coeur du pays quiché, et les migrations ultérieures des différentes tribus ne devaient guère s’éloigner beaucoup de ce premier site. En effet, il faut remarquer que les tribus installèrent, par la suite, leurs capitales définitives dans un rayon d’environ cinquante kilomètres. Il ne s’agira donc pas de grands déplacements.

  • 57 Carte 3. Les Tamub et les Ilocab occupèrent Quincat et Amak’tam et les dieux Quichés furent install (...)

47De Chi-Pixab, où avait donc eu lieu la grande réunion des tribus et où elles avaient tenu conseil, selon les documents, les tribus reprirent leurs migrations, chacune dans une direction différente, d’abord dans un rayon assez proche, puis de plus en plus lointain au fur et à mesure des conquêtes. Les Quichés s’installèrent assez près en compagnie des Tamub et Ilocab, et fondèrent leur première capitale, Jakawitz, peut-être vers 1225,57 tandis que les autres tribus s’éloignaient, vers le sud pour les Cakchiqueles et les Tzutujiles, et vers l’est, c’est-à-dire vers la Verapaz, pour les Rabinaleb. Ils conservaient des liens entre eux, au sein d’une confédération qui allait leur permettre de s’allier en cas de besoin. Le Popol Vuh raconte longuement comment les rois quichés de la deuxième génération continuèrent à imposer leur pouvoir aux autres tribus, après être allés en “orient” chercher leurs insignes de commandement et recevoir l’investiture du roi Naxit. À leur retour, tous se réunirent à Jakawitz pour reconnaître l’autorité des chefs Quichés :

  • 58 Popol Vuh p. 143 “Les Rabinaleb, les Cakchiqueles, les Tzutujiles, se réjouirent beaucoup. Devant e (...)

“Alegraron los de Rabinal, los Cakchiqueles, y los Tziquinahá [= Tzutujiles]. Ante ellos se manifestaron las insignias de la grandeza del reino. Grande era también la existencia de las tribus, aunque no se había acabado de manifestar su poderío. Y estaban allí en Jacavitz, estaban todos con los que vinieron del oriente.”58

Carte Nº3 BASSE VERAPAZ VERS 1300 : INSTALLATION DES RABlNALEB

Carte Nº3 BASSE VERAPAZ VERS 1300 : INSTALLATION DES RABlNALEB

48Les Rabinaleb s’enfoncèrent alors dans les forêts de la sierra de Chuacús et s’installèrent à Zamaneb (ou Tzamaneb), peut-être vers 1275. Ils furent sans doute les premiers à se heurter aux populations Pokomam et à les affronter. Ximénez raconte que les Pokomam les enlevaient pour les sacrifier à leurs divinités :

  • 59 Ximénez p. 81 “Alors qu’ils étaient installés en un lieu appelé Tzamanieh, lorsqu’ils sortaient pou (...)

“estando ellos poblados en un lugar que se llama Tzamaniehy saliesen a colmenear, los cogían los de Cobán y los sacrificaban y ofrecían a los ídolos, que debieron de ser muchos porque eran muchos los torreones que allí hay”.59

  • 60 T. Totonicapán p. 217-218 Anales p. 69 Popol Vuh p. 129-130.
  • 61 Popol Vuh p. 129 T. Totonicapán p. 222 et carte 3.
  • 62 Anales p. 69 Popol Vuh p. 137 T. Totonicapán p. 228

Plusieurs documents confirment que c’est après l’installation des Quichés à Jakawitz qu’apparaissent les Pokomam.60 C’est à cette occasion que deux documents relatent l’épisode du “baño de Tohil”, sources d’eaux chaudes situées au pied de la montagne de Zamaneb, près de l’actuel Cubulco, où se baignaient les rois quichés. Sans doute était-ce là la frontière avec les Pokomam car les chefs des cités voisines tentèrent d’intervenir, d’abord en envoyant des jeunes filles pour séduire les jeunes chefs quichés ; le mythe semble vouloir indiquer qu’il y aurait eu tentatives de rapprochement par des propositions d’alliances matrimoniales créant des liens de parenté. Les Quichés rejetèrent la proposition, utilisant la magie pour vaincre leurs adversaires.61 Les premiers contacts semblent donc avoir été conflictuels. Les Pokomam qui habitaient les régions les plus riches étaient bien décidés à défendre leurs terres contre toute invasion. Ils tentèrent même plusieurs fois d’attaquer Jakawitz afin, sans doute, d’en déloger les Quichés et d’éliminer ainsi la pression qu’ils exerçaient, avec leurs alliés, sur la frontière avec les Pokomam, à partir des montagnes où ils étaient installés. Plusieurs documents relatent les combats extrêmement violents qui s’engagèrent alors, exaltant les victoires quichés qui permirent de repousser les attaques par des récits allégoriques où la magie joue un grand rôle.62

49Devant cette situation, les Quichés et leurs alliés organisèrent leurs conquêtes selon deux modalités différentes : d’une part en commençant par s’assurer la domination de la vallée du Chixoy, ce qui permettait d’encercler une partie du territoire pokomam, et, d’autre part, en passant à l’attaque des grandes cités pokomam des bassins.

50Il ressort, en effet, des documents que les Quichés et leurs alliés Cakchiqueles et Rabinaleb ont tenté, avec succès, de s’allier avec certaines populations de la vallée du Chixoy, les Agaab et les Ahquehay. Les Quichés dominaient alors les montagnes situées à l’ouest de la Verapaz, les Quichés à Jakawitz, les Tamub et Ilocab dans les deux quartiers proches de Uquincat et Amak’tam, les Rabinaleb à Zamaneb. L’épisode de Cawinal, cité Agaab où s’installèrent les Quichés, serait une sorte de jalon précédant la conquête des bassins de la Verapaz. Il n’est pas interdit de penser que les Agaab du Chixoy avaient été déjà rencontrés par les Quichés lors de leur pérégrination qui les avait menés à Chi-Pixab, bien que les documents n’en parlent pas. Sans doute les Quichés ne s’étaient-ils pas alors arrêtés. Mais des relations avaient peut-être été conservées : les Agaab laissèrent apparemment passer les Quichés une deuxième fois lorsque les jeunes chefs s’en furent au Yucatán chercher leur investiture ; et, étant donné le rôle commercial que jouait Cawinal, des liens économiques liaient peut-être les deux peuples.

  • 63 Carte 1.

51Les Quichés s’établirent dans la zone de Cawinal en deux étapes, d’abord à Chiquix puis à Cawinal:63

  • 64 Popol Vuh p. 143-144 “Ainsi racontaient les ancêtres lorsqu’ils relataient comment ils abandonnèren (...)

“Así decían los antiguos cuando contaban cómo despoblaron su primera ciudad llamada Hacavitz y vinieron a fundar otra ciudad que llamaron Chi-Quix
Y pasaron después por cada uno de los barrios de la ciudad cuyos nombres son: Chi-Quix, Chichac, Humetabá, Culbá y Cawinal”.64

52Le Título C’oyoi confirme leur installation dans les mêmes lieux :

  • 65 T. C’oyoi p. 289 “Ils disparurent, ils moururent a Chiq’uix, Chich’at, lorsqu’ils arrivèrent là ; p (...)

“They disappear, they died at Chiq’uix, Cbicb’at, when they came there; then they left, (and arrived) at Jumetaja Culba Cawinal”.65

  • 66 T. Totonicapán p. 229.

53Chiquix, Chichac, Humetahá et Culba-Cawinal pourraient correspondre à l’organisation quadripartite des lignages quichés. Le Título Totonicapán raconte qu’ils passèrent de Chi-Humet à Culba-Cavinal.66 Les trois documents s’accordent pour préciser que les Quichés construisirent des maisons, grâce aux matériaux locaux abondants, et formèrent des villages. La population s’accrut beaucoup, comme le fait remarquer le Popol Vuh, et il était difficile de trouver de la place :

  • 67 Popol Vuh p. 144 “Ils examinaient les montagnes et leurs cités et cherchaient des lieux inhabités p (...)

“Y examinaban los cerros y sus ciudades y buscaban lugares deshabitados porque todos juntos eran ya muy numerosos”.67

  • 68 A, Ichon. Cauinal 1980 p. 198.

54L’archéologie confirme l’importance de la cité de Cawinal dont la population devait atteindre au XVe siècle environ 4.000 personnes.68

55Là moururent les chefs quichés de la seconde génération. Ce détail permet peut-être de dater approximativement l’épisode de Cawinal. Deux règnes peuvent correspondre à une cinquantaine d’années ; si l’on place la fondation de Jakawitz vers 1225, Cawinal aurait été occupée par les Quichés vers 1275.

56Les documents semblent indiquer que les Quichés ne rencontrèrent pas, à cette époque, des conditions de vie satisfaisantes et connurent des difficultés :

  • 69 Popol Vuh p. 144 “Ils ne s’habituèrent pas aux différents lieux qu’ils traversèrent et souffrirent (...)

“No se acostumbraron a los diferentes lugares que atravesaron; muchos trabajos y penas sufrieron”.69

  • 70 T. Totonicapán p. 223 “Néanmoins, ils connurent de grandes peines en ces montagnes.”

Sin embargo, pasaron muchos trabajos en aquellas montañas”.70

57S’agit-il de problèmes de survie matérielle, ou bien de conflits avec les Agaab ? Nous savons simplement que pendant cette première période d’installation à Cawinal, les Quichés étaient les vassaux des Agaab à qui ils payaient un tribut de riches cotonnades tissées :

  • 71 Título C’oyoi p. 289-291 “Ils rencontrèrent le Seigneur de Cawinal, comme ils le racontèrent, mais (...)

“They met the lord of the Ak’aab of Cawinal, as they say, but they talked with humility in their hearts in those times, when they spoke at Cawinal; certainlythe gilded fabrics, the gildedthey say to him. They payed tribute (before him); when they came to Jumetaja”.71

58Les Quichés reconnaissaient donc au début la puissance du Seigneur Agaab. Le Popol Vuh, qui ne fait aucune allusion aux Agaab, sous-entend cependant leur présence à Cawinal lorsqu’il évoque des échanges de cadeaux et des relations matrimoniales :

  • 72 Popol Vuh p. 143 “Ils marièrent leurs filles et leurs fils ; ils offraient leurs filles, et les cad (...)

“Casaron a sus hijas y a sus hijos; solamente las regalaban y los regalos y mercedes que les hacían los recibían como precio de sus hijas y así llevaban una existencia feliz”.72

59Les Quichés avouent donc que, dans un premier temps, ils offraient leurs filles en mariage aux Agaab comme on peut le supposer, qu’en échange ils recevaient des présents et que la paix régnait entre eux. Cela prouverait que les Quichés s’allièrent ainsi aux Agaab, concrétisant cette alliance par des unions intertribales, ce qui leur permit de s’infiltrer puis de s’installer dans la vallée du Chixoy, d’abord à Chiquix. Par la suite, une fois admis sans doute par les Agaab, ils purent s’établir à Chichac, Humetahá et Culba-Cawinal.

  • 73 A, Ichon. Cauinal 1980 p. 209-

60Par la suite les Quichés, et sans doute les Rabinaleb puisque l’archéologie montre l’influence de Rabinal après 1350,73 soumirent à leur tour le roi Agaab, vers le milieu du XIVe siècle, lorsqu’ils devinrent les maîtres de toute la région. C’est ce que semble suggérer le Título Totonicapán qui, lui, ne fait pas allusion à une première période où les Quichés auraient été soumis aux Agaab, mais les montre sans doute plus tard, lorsque les Agaab reconnaissent la suprématie des Quichés et de leurs dieux :

  • 74 T. Totonicapán p. 229 “Là aussi, (à Cawinal) ils construisirent leurs maisons et formèrent des hame (...)

“Allí también (à Culha-Cawinal) levantaron casas y formaron ranchos y allí fue donde se encontraron con los llamados Agaab. Estos dijeron a Balam-Qitzé, a Balam-Agaab, a Mahucutah y a Qotuhá:
“Vosotros sois nuestros abuelos, nuestros padres y nuestros jefes.” Adoraron a los nahuales, les ofrecieron pajarillos y se unieron”.74

61On retrouve ici aussi le souvenir des alliances à la fois matrimoniales et politiques scellées entre les deux peuples.

  • 75 J. Fox 1978 p. 250
  • 76 c.f. carte 1. Les flèches suggèrent, à partir de Jakawitz, que la majeure partie des Quichés se ser (...)

62Cependant Fox, citant Carmack, pense que cette migration à Cawinal des lignage quichés est fictive et ne reflète qu’une alliance avec les Agaab, qui auraient été peu à peu dominés et intégrés dans un vaste système de confédération sous la direction des Quichés.75 Ce qui permettrait d’avancer cette hypothèse, c’est qu’il semble effectivement curieux que les Quichés se soient ainsi complètement détournés de leur route après Jakawitz, pour faire ce long détour vers Cawinal, revenant en quelque sorte en arrière, vers le nord-est, au lieu de continuer à s’étendre vers le sud de Jakawitz, en plein coeur de ce qui est encore le pays quiché.76 Il est d’autre part peu vraisemblable que toute la population quiché, outre celle des Agaab, ait pu tenir dans le site de Cawinal.

  • 77 A. Ichon Cauinal 1980 p. 209.

63Comme le Popol Vuh semble suggérer que les quatre lignages quichés étaient présents à Cawinal, on peut supposer que pendant un temps, de 1275 ou 1300 à 1350, des représentants de ces quatre lignages étaient sur place afin de maintenir une présence quiché. Dans cette première phase, l’archéologie nous indique que l’influence Agaab est prédominante.77 C’est l’époque de l’alliance entre Quichés et Agaab.

64Par la suite, on note une forte influence de Rabinal, ce qui tendrait à prouver que les Agaab furent alors dominés. Les documents, eux aussi suggèrent que le royaume Agaab se maintint encore après l’épisode des Quichés à Cawinal. Ce serait sous Qikab, grand conquérant quiché qui régna vers le milieu du XVe siècle et étendit considérablement le royaume, que les Agaab furent soumis. À cette époque, le royaume des Agaab était encore étendu :

  • 78 T. Totonicapán p. 240 “Les limites des Agaab sont Coxomxak, Veiatio, Cabaltzam-Quiché, Lakanabah, P (...)

“Los límites de los llamados Agaab son Coxomxak, Veiatio, Cabaltzam-Quiché, Lakanabah, Payaqui y Agaxokacut”.78

65Il serait intéressant de pouvoir vérifier ces noms et repérer ces lieux-dits sur le terrain, mais cela paraît impossible. Le royaume fut alors soumis par les Quichés, en même temps que celui de Rabinal. Puis Rabinal se révolta contre la domination des Quichés et dut entraîner avec lui le royaume Agaab, lui imposant sa propre domination. Mais vers 1501, les Quichés, sous le commandement d’Izquin Nehaib, revinrent conquérir Rabinal et Cawinal. Les descendants de ce lignage nous racontent comment Izquin Nehaib déroba les joyaux du seigneur Agaab, dont le royaume s’étendait jusqu’à Cawinal :

  • 79 Título Izquin Nehaib II, dans Recinos 1957 p. 111 “Ils arrivèrent à Cawinal où il y avait les émera (...)

“Llegaron a Cawinal donde estaban las esmeraldas y las joyas; se quedó allí el valiente señor Izquin Cavec Nehaib y robaron las joyasHasta allí llegaban los linderos de los Agaab.79

66Le texte montre que le royaume de Cawinal était toujours aussi riche. Il est vraisemblable que les Quichés lui imposèrent un tribut de pierres précieuses et de bijoux. Il est intéressant de noter qu’on reconnaissait encore la présence des Agaab au début du XVIe siècle à Cawinal. Même s’ils avaient été soumis par les Quichés puis les Rabinaleb dont ils subissaient l’influence, les Agaab continuaient à vivre dans leur capitale de Cawinal, dont ils n’avaient pas été chassés.

67Pendant que les Quichés s’assuraient l’alliance des Agaab, à la fin du XIIe siècle, les Cakchiqueles, qui n’avaient pas du tout participé à l’épisode de Cawinal, puisque leur chronique n’y fait absolument pas allusion, ne restaient pas inactifs. Ils s’assuraient, eux, l’alliance des Ahquehay et soumettaient les Ykomagi, permettant de resserrer ainsi davantage l’étau autour des Pokomam. La rencontre avec les Ahquehay se situe juste après celle avec les Pokomam contre lesquels les Cakchiqueles durent se battre. Loch et Xet, chefs des Ahquehay, se rendirent aussitôt et firent acte de soumission, avant même qu’il y eût le moindre combat :

  • 1 Anales p. 71 “Et lorsqu’ils les rencontrèrent, ils dirent : “Ne nous tuez pas, seigneur, nous seron (...)

“Y cuando los encontraron dijeron éstos: “No nos mates Señor, nosotros seremos los servidores de tu trono y tu poder”. Así dijeron y poco después entraron a servir llevando los arcos y los tambores”.1

68Les Ahquehay semblent avoir été impressionnés par les guerriers cakchiqueles et quichés, notamment par le lignage Cavek qui était intervenu dans cette zone. Peut-être étaient-ils vassaux des Pokomam et ont-ils tenté, en s’alliant aux Quichés, de secouer le joug qui les retenait soumis. La chronique des Cakchiqueles raconte comment ils vinrent effectivement combattre auprès des Cakchiqueles et des Quichés Cavek, avec leurs armes et leurs tambours de guerre. En signe de soumission ils apportèrent des présents :

  • 2 Anales p. 71 “Ils apportèrent aussitôt leurs présents : filets, pour chasser les oiseaux, fibre d’a (...)

“En seguida llevaron sus presentes: redes para cazar pájaros, fibra de maguey, instrumentas, sandalias, éstos eran sus presentes”.2

69Ces humbles témoins des quelques ressources locales montrent que les Ahquehay devaient être une tribu assez pauvre. Par la suite, ils apportèrent aux Quichés des perdrix qu’ils avaient chassées et prises dans des filets. Les Ahquehay devinrent donc les alliés des Quichés et des Cakchiqueles et formèrent désormais partie de leur tribu :

  • 80 Anales p. 72 “Et, s’adressant aux Ahquehay, Cagavitz (Roi Cakchiquel) leur dit : Vous pourrez vous (...)

“Y hablando a los Ahquehay les dijo también (Gagavitz): Vosotros os contaréis entre nuestra parcialidad, seréis los obreros de nuestras construcciones, los trabajadores diligentes. Ya no sois siervos, arrojad las redes”.80

70Il est question ici d’esclavage ou de servage subi par les Ahquehay ; s’agirait-il de leur situation au temps de leur vassalité sous les Pokomam ? Les Cakchiqueles en firent leurs ouvriers.

71Peu après se place la rencontre avec les Ykomagi de la région de Cubulco. Leurs tributaires, les Cakixahay et les Qubulahay, furent d’abord capturés, sans doute après quelques combats, puis remis en liberté et réunis à Chi-Galibal. Là ils reconnurent, ainsi que les Ykomagi, la suprématie des Cakchiqueles. Ils se rendirent et promirent de servir leurs nouveaux maîtres comme des vassaux :

  • 81 Anales p. 75 “Nous sommes vos frères et vos parents et, maintenant que vous nous avez conquis, nous (...)

“Somos tus hermanos y parientes y ahora que nos has conquistado seremos vasallos de tu trono y tu poder. Como un solo hombre te serviremos”. Así hablaron los Ykomagi, sus vasallos los Cakixahay y Qubulahay”.81

72La reconnaissance de liens de parenté évoque peut-être l’existence d’alliances matrimoniales, comme c’était souvent le cas pour sceller l’alliance entre deux peuples. D’autant plus que, dans le cas précis des Ykomagi, le même document révèle plus loin que les Ykomagi formèrent un des lignages Cakchiquel, celui des Zotzil, ou Ahpozotzil.

La conquête des bassins et l’installation des Rabinaleb

  • 82 Rabinal-Achi p. 32 et Anales p. 71.
  • 83 Anales p. 70. Rabinal-Achí p. 41.
  • 84 Anales p. 71.

73Une fois réalisées ces alliances, trois tribus s’unirent afin d’entreprendre la conquête des grands bassins de la Verapaz, toujours aux mains des Pokomam : les Quichés et leurs alliés Rabinaleb et Cakchiqueles. De très nombreux documents relatent avec détails les luttes contre les Pokomam. C’est le lignage quiché de Cavek qui semble avoir été à la tête de cette confédération et avoir organisé la conquête.82 La prise de Cakhay, la grande cité pokomam, fut extrêmement difficile. La chronique cakchiquel relate les difficultés pour approcher de la ville, et la résistance des habitants qui en incendièrent les abords.83 Le Rabinal Achí parle de deux ennemis qui défendirent les bassins, les Ux et les Pokomam.(86) Les Quichés, comme les Cakchiqueles semblent avoir abandonné la lutte, comme le suggèrent les documents : après la première déroute devant Cakhay, les Cakchiqueles se retirèrent après avoir fait des offrandes de daims et de miel aux dieux.84

74Les Quichés avaient conquis une partie des bassins, comme le rappelle le “Varon de los Cavek Quiché” dans le Rabinal Achí :

  • 85 Rabinai-Achi p. 45 “J’escaladai la pente des montagnes, la pente des vallées ; là, je posai mes bor (...)

“Yo escalaré entonces el declive de las montañas, el declive de los valles; allá, en la punta llamada Camba, puse mis señalesDe allá me fui a poner mis señales a la punta de la montaña Zaktihel, del valle Zaktihel… De allá me fui en seguida a colocar mis señales sobre la punta Xtincurum, frente a Ximbal Ha, así llamados. De allá también partí, fui a plantar mis señales a la punta llamada Quezentum”.85

75Tous ces lieux sont connus et se trouvent dans la plaine de Rabinal près de l’actuel village de Rabinal. On peut donc supposer que Cakhay a dû être conquise à ce moment-là, par les Cavek quichés et les Rabinaleb. Mais seuls les Rabinaleb restèrent sur le territoire pokomam. Les Quichés se retirèrent sans terminer la conquête, comme le reproche le Varon de Rabinal au Varon de los Queché :

  • 86 Rabinal-Achi p. 42 “Pourquoi abandonnes-tu la lutte contre les Ux, contre les Pokomam dans leurs mo (...)

“¿Por qué abandonas tú la lucha contra los de Ux, contra los de Pokomam, en sus montañas, en sus valles?”.86

  • 87 Rabinal-Achi p. 46 et c.f. carte 4

76Les Rabinaleb achevèrent seuls la conquête, repoussant les limites de leur territoire jusqu’au Motagua, au sud, à Quilavach-Abah, et jusqu’au río Quilila-Carchela, à l’est, à Tzam-Ha.87 En ce dernier lieu, ils rencontrèrent les Pocomchis qui les laissèrent apparemment s’installer au début sans problème, comme en témoigne le Título Cajcob, document Pocomchi :

  • 88 Título Cajcoh Crespo p. 19 “En second lieu, il vint à l’endroit appelé Rabinaleb. Peu à peu ils pén (...)

“ya en segundo lugar vino al sitio llamado Rabinaleb. Poco a poco fueron entrando aquí sin que nadie les hablara, pues venían en solicitud de las tierras y nunca se les admitió dicha solicitud. Dispusieron nuestros padres la contestación de nuestros abuelos. Dijeron que vivieran allí mientras disponían de otra cosa de ver la lástima con que se explicaban ante el gran Cajcoh. Ya dieron obediencia a los de nosotros advirtiendo que si no había más novedad que se quedasen allí”.88

Carte Nº4 ZONE CONTROLEE PAR LES RABINALEB À PARTIR DE 1350

Carte Nº4 ZONE CONTROLEE PAR LES RABINALEB À PARTIR DE 1350

77Il est donc certain que les Rabinaleb se trouvèrent là à la frontière avec les Pocomchis et qu’un problème de limites dut se poser, mais les Rabinaleb obtinrent certaines concessions puisqu’ils purent rester.

  • 89 Rabinal-Achi p. 31 et carte 3.
  • 90 Carte 4.

78Les Rabinaleb avaient vécu dans les montagnes de la sierra de Chuacús, dans leur capitale de Zamaneb, depuis environ 1275. Leur roi portait le titre de “Jefe de los Chacach, de los Zamam”,89 car Chacach et Zamam étaient deux cités proches, sans doute les sites de Beleche Tzal et Beleche Qoxtun dominés par la montagne Balamguac. Zamaneb avait été fondé à proximité d’une cité pokomam conquise à cette époque. Lorsque les Rabinaleb furent maîtres des bassins, ils construisirent deux nouvelles cités, Cahyup et Chuitinamit en 1350.90 Cahyup porte, dans le Rabinal-Achí, le nom de “Cak-Yug – Zilic – Cakaonic – Tepecanic”, indiquant une division quadripartite correspondant à la division politique de ces tribus.

  • 91 Rabinal-Achi p. 38.
  • 92 Popol Vuh p. 151-152 et Título Zapotitlán p. 245-247.

79Les Rabinaleb restèrent sous le joug des Quichés à qui ils payaient un tribut de cotonnades et de cacao.91 Mais à diverses reprises, les Rabinaleb tentèrent de se révolter. Le Rabinal-Achí évoque précisément un de ces épisodes où les Quichés furent repoussés. Dans le ballet-drame, un jeune prince quiché-Cavek est fait prisonnier et sacrifié aux dieux. Il pourrait s’agir de la grande révolte qui se situe vers 1450, sous le règne du roi quiché Quicab, règne marqué, vers sa fin, par de multiples dissensions à l’intérieur du royaume. Quicab dut reconquérir toute la Verapaz, Rabinal, Cawinal et plus loin jusqu’à Tucurú et Cajcoh.92

  • 93 Ximénez p. 53 et carte 4.

80Le roi Quicab réorganisa alors le royaume, en rattachant Rabinal à l’empire Quiché et en établissant une série de forteresses dans la sierra de Chuacús, à la frontière avec Rabinal, afin de mieux surveiller les Rabinaleb : Xoyabaj (actuel Pueblo Viejo-Chichaj), Zacualpa, Chu-Tzak faisaient partie de cette zone de fortification destinée à protéger la capitale quiché de Gumargaacl.93 Cependant, Rabinal secoua de nouveau le joug puisqu’à la fin du XVe siècle, ou au tout début du XVIe, le chef Quiché Izquin Nehaib dut entreprendre une nouvelle expédition en direction de la Verapaz. Il soumit Cawinal, Rabinal, qui dut payer son tribut de coton :

  • 94 Título Nehaib II Carmack 1973 p. 349 “On avisa les seigneurs de Rabinal qu’ils devaient transporter (...)

“Y les mandaron a los señores de Rabinal que habían de llevar entre las montañas y pagar su tributo y estar sujeto a pagar sus tributos en algodón, él y sus hijos y plebeyos de aquel pueblo de Rabinal”. 94

81Un lourd tribut d’argent fut aussi recueilli par les Quichés :

  • 95 T. Nihaib IV Carmack 1973 p. 353 “De là ils passèrent à Rabinal, et avec ceux de Cubulco, où ils tr (...)

“De allí se pasaron al paraje de Rabinal y con los de Cubulco, donde hallaron las minas de plata; en el paraje de Rabinal, allí fue donde quitaron el tesoro que habían cogido”.95

  • 96 Título Otzoya. Crespo p. 85.

82Izquin Nehaib poursuivit même son chemin beaucoup plus loin et pénétra, sans doute pour la première fois, dans l’actuelle Alta Verapaz, jusqu’à Tucurú, cité Pocomchi, et Cahabón, cité Kekchí.96 Partout il recueillit un tribut d’or, d’argent et de joyaux. Il fit beaucoup de prisonniers qu’il réduisit en esclavage.

83L’installation des Rabinaleb dans les bassins occupés autrefois par les Pokomam, provoqua un certain bouleversement dans la région. Des populations furent contraintes de fuir et de peupler d’autres zones. Les Pokomam de Cakhay furent en partie repoussés vers l’est et le sud de la région, notamment vers Chinautla comme le suggère le Título Cajcoh :

  • 97 Título Cajcoh. Crespo p. 13. “J’affirme aussi que naquirent ici les indiens de Niño Dios de Belém, (...)

“También doy razón de que aquí fueron nacidos los indígenas del Niño Dios de Belem, los Chinautecos que nos dejaron ellos siendo hermanos nuestros”.97

Mais où se trouve l’ancien Chinautla98

  • 98 Título Cajcoh p. 14-15.
  • 99 M.C. Arnauld 1983, et carte 4.

84Ces exodes de populations provoquèrent d’autres déplacements : les Pocomchis furent repoussés plus au nord, pour ceux de Cajcoh et plus à l’est pour ceux de Tucurú qui occupèrent la vallée du Polochic. Cela provoqua la séparation des Pocomchis en deux groupes, les Pocomchis occidentaux et orientaux. Le Título Cajcoh évoque les nombreux conflits de terres qui opposèrent désormais les divers groupes : Cajcoh eut à diverses reprises à lutter pour défendre ses terres contre les empiètements de ceux de Tactic ou de Tucurú. Le document nous précise que ceux de Tucurú ne parlaient pas la même langue qu’eux. Il s’agissait du pocomchi oriental, qui évolua différemment du pocomchi occidental. L’archéologie confirme ces exodes de population puisque l’on constate que les vallées sud de la Haute Verapaz sont abandonnées à la fin du Postclassique.99

  • 100 Carte 4.

85Plus au sud, dans la vallée du Motagua, les Chajomas (ou Chichajomas) durent quitter la région de Xoyabaj et s’installer plus en aval du fleuve. Leur Título Chajoma nous donne leur itinéraire : Pajuyá, Tasus, Sacchá, Panga, Cac Chaha, Chipoclaj, site proche de l’actuel San Martin Jilotepeque et de leur capitale définitive, Mixco Viejo.100 Là, ils se heurtèrent aux ambitions territoriales des Rabinaleb :

  • 101 Titulo Chajoma ou Titulo de San Martín Jilotepeque. Crespo p. 55.
    “À l’époque de ces fils, ils euren (...)

“En tiempo de estos hijos vinieron a reñir con las de Rabinal y no querían estar con ellos en paz sino que siempre querían los de Rabinal guerrear con ellos.101

86Rabinal, après 1350, s’étendit en effet vers la vallée du Motagua et tenta de repousser les Chajomas. Ceux-ci continuèrent encore leurs migrations, mais dans un rayon très restreint, avant de se fixer dans la région de Mixco Viejo.

87La Verapaz subit encore une dernière invasion avant l’arrivée des Espagnols, ce fut celle des Cakchiqueles qui soumirent d’abord les peuples pokomam :

  • 102 Anales p. 103 “Ensuite les rois répartirent entre les seigneurs principaux des sept tribus tous les (...)

“A continuación repartieron los reyes entre los Señores principales de las siete tribus a todos los pueblos que debían prestarles servicios, o sea los de Popoyá, los de Pancag, los de Holom, de Mixcu y Tamyac, todos de raza pokomam”.102

  • 103 T. Chajoma. Crespo p. 55.
  • 104 Anales p. 119.
  • 105 N. Percheron. 1981 p. 23 Cahiers de la R.C.P. 500 No. 3. Paris. C.N.R.S.

88On reconnaît, dans cette énumération, ceux de Mixco, les Chajomas. Le Título Chajoma confirme cette présence Cakchiquel à Mixco, car le dernier roi cité par le document, Beleh Cat, est un roi cakchiquel d’Iximché.103 D’autre part, le peuple de Holom pourrait bien être le peuple Kekchí de Alta Verapaz. Les Anales nous apprennent, un peu plus loin, que les Cakchiqueles étaient en effet allés en Verapaz et que le 20 janvier 1517, ils avaient attaqué la grande cité pokomam de Cakhay. La forteresse fut occupée par deux chefs cakchiqueles, Hunyg et Lahuh Noh alors que régnaient les Abpop Achi-Balam et Achi Ygich et le Galel Achi Qátu.104 S’agissait-il vraiment de la cité pokomam, qui, en ce cas aurait subsisté après la fondation des cités rabinaleb, ou bien s’agit-il de Cahyup, la capitale rabinaleb ? De toutes façons, toute la Verapaz semble avoir été soumise par les Cakchiqueles. Cependant, cette conquête ne dut pas être très durable, car lorsque les Espagnols entrèrent dans la région, ils se mirent en rapport avec les caciques locaux, sans doute vers 1540, et l’on constate alors que les grands caciques sont au nombre de quatre : le cacique quiché, celui des Cakchiqueles, celui des Rabinaleb, et celui des Tzutujiles.105

89Le territoire de la Verapaz a donc été l’enjeu, à l’époque postclassique récente, des luttes entre les peuples quichés qui avaient envahi les hautes terres à la fin du XIIe siècle, et les Mayas-Pokomam installés quelques siècles auparavant. La Baja Verapaz resta d’abord aux mains des diverses tribus pokomam qui résistèrent aux assauts des Quichés établis à Jakawitz en 1225. Mais, peu à peu ils durent reculer sous la pression de la confédération organisée par les Quichés qui sut s’assurer des alliances locales puis conquérir les riches bassins de la Verapaz. Les textes suggèrent que, si une partie de la population dut se replier au sud du Motagua et à l’est vers la Haute Verapaz, une grande partie resta sur place, les grandes cités de Cawinal, Cakhay restant habitées, et subissant l’influence de Rabinal. La limite de la zone maya recula donc vers l’est et le nord, entre 1350 et l’arrivée des Espagnols, en 1524. Les Quichés et leurs vassaux occupèrent les territoires situés à l’ouest de cette zone maya, territoires qu’ils avaient trouvés libres dans la partie montagneuse ; mais la Baja Verapaz, limite occidentale de l’occupation maya fut le terrain privilégié d’un long conflit. L’importance de cette région-charnière, sorte de plaque tournante entre les vallées du Motagua, qui mène à la mer des Caraïbes, et du Chixoy, qui mène au golfe mexicain, et entre les hautes terres montagneuses guatémaltèques et les basses terres tropicales du Petén, prend tout son relief ici, car la domination de cette région conditionne le contrôle de toutes les voies de communication. Cette situation lui donne toute sa valeur politique, stratégique et commerciale.

Bibliographie

Documents ethnohistoriques :

En langue quiché :

– TITULO COYOI (1550-1570) in CARMACK, R. M. Quichean civilization. 1973: 265-345.

– TITULO LAMAQUIB (1595)– id.: 368-369.

– TITULOS NIHAIB II et IV (1555)– id.: 347-348 et 352-355, et RECINOS, A.: Crónicas indígenas de Guatemala. 1957.

– TITULO OTZOYA – CRESPO MORALES: Títulos indígenas de Guatemala. 1956: 61-90.

– TITULO SACAPULAS (1551). Id.: 26-53.

– TITULO TOTONICAPAN. in RECINOS: Fondo de Cultura Económica (F.C.E.). 1980.: 211-236.

– TITULO ZAPOTITLAN (1579). id.: 245-247.

– POPOL VUH: RECINOS, F.C.E. México. 1952.

En quiché-achí:

– RABINAL-ACHI, ballet-drama de los Indios quichés de Guatemala. Traduction de L. Cardoza y Aragón. Ed. Porrúa, México 1975.

En cakchiquel:

– MEMORIAL DE SOLOLA, ANALES DE LOS CAKCHIQUELES (1573-1582). Recinos. 1980: 47-207. F.C.E. México.

– TITULO CHAJOMA ou DE SAN MARTIN JILOTEPEQUE. Crespo. 1956: 54-60.

En pocomchí:

– TITULO CAJCOH (fin XVIe siècle). Crespo. 1956: 12-25 (copie en espagnol de 1785).

Archéologie et ethnohistoire :

ARNAULD, M.C. Habitat et société en Alta Verapaz occidentale. CEMCA, Etudes mésoaméricaines, série 2. México. 1983.

CARMACK, R. M. Quichean civilization. Univ. of California Press. 1973.
La verdadera identificación de Mixco Viejo. Anales de la Sociedad de Geografía e Historia, T. 48, Nos. 1-4: 124-147.
1975.  The Quiché Mayas of Utatlán. Univ. of Oklahoma Press. 1981. 

FAUVET-BERTHELOT, M. F. Taille de l’obsidienne et fabrication de la chaux : deux exemples d’activité spécialisée à Cauinal. in Cahiers de la R.C.P. 500 No. 2 : 5-37. Institut d’Ethnologie, Paris. 1980. 

FOX, J. W. Quiché expansion processes. in Archaeology and ethnohistory of the Central Quiché. 82-97. SUNYA, Albany. 1977. Quiché conquest. Univ. of New Mexico Press. 978. 

ICHON, A. Organisation d’un centre quiche protohistorique: Pueblo Viejo-Chichaj. Paris. 1975.

ICHON, A. et al Archéologie de sauvetage dans la vallée du río Chixoy-2 : Cauinal.
Institut d’Ethnologie, Paris. 1980.

MILES, S. W. The sixteenth century Pokom-Maya. in Transactions of the American Philosophical Society, vol. 47, part 4. 1957: 735-781.

PERCHERON, N. Le pouvoir et les hommes : les caciques de Rabinal au 16e siècle.
Cahiers de la R.C.P. 500 No. 3. 1981: 5-47. Institut d’Ethnologie, Paris.

XIMENEZ, Fray F. Historia de la provincia de San Vicente de Chiapa y Guatemala de la orden de Predicadores. Libros I-II. Biblioteca Goathemala, vol. XXVIII. 1975.

Notes

1 Carte 1

2 Bibliographie

3 Popol Vuh, page 142“Ceux qui arrivèrent rapportèrent tout cela lorsqu’ils allèrent recevoir, de l’autre côté de la mer, les peintures de Tulán (Chichén Itzá), les peintures comme on appelle ce qui leur sert à noter leurs histoires.”

4 Par exemple, plusieurs documents quichés comparent avec évidence les Quichés traversant la mer, sur le golfe du Mexique vers la lagune de Los Termines, à Moïse et au peuple hébreu traversant la mer Rouge, dans : Título Sacapulas, Crespo p. 33. T. Totonicapán, p. 216.

5 Article d’Alain Ichon, Chapitre 2.

6 Carte 2

7 Popol Vuh p. 128. Título Totonicapán p. 228. Anales p. 69.

8 Rabinal Achí p. 41.

9 Anales p. 69.

10 Anales p. 97.

11 A. Ichon, Chapitre 2. Et carte 2.

12 Anales p. 70“Ils se réunirent ensuite à Oronic Cakhay, où arrivèrent tous les guerriers des sept tribus. Gagavitz et Zactecauh dirent, en s’adressant aux Quichés : Allons tous en ce lieu conquérir la gloire des sept tribus de Tecpán, rabaissons leur orgueil. Compte-les, et tu resteras à Cakhay. J’entrerai à Cakhay, je les conquerrai et abattrai leur âme.”

13 Rabinal Achi p. 42 “Alors, ceux de Ux et ceux de Pokomam te répondirent : Vaillant homme des Cavek queché, abandonne la lutte dans nos montagnes, dans nos vallées. Ne sommes-nous pas nés ici avec nos enfants, nos fils, là où descendent les nuages noirs, les nuages blancs, là où le froid nous opprime, là où le gel opprime ?”.

14 Popol Vuh p. 137.

15 Rabinal Achi p. 41“Mais tu n’as pas eu l’occasion de voir ceux de Ux, ceux de Pokomam parce qu’ils s’étaient métamorphosés en mouches, en papillons, en fourmis géantes, en petites fourmis, et immenses étaient leurs files et leurs colonnes pour escalader le mont Equemek Gamahal. ” c.f. aussi Titulo Totonicapán p. 220.

16 Rabinal Achi p. 42 et 44

17 Anales p. 70

18 Popol Vuh p. 129 et T. Totonicapán p. 220-221.

19 T. Totonicapán p. 220

20 Anales p. 69

21 Anales p. 71“Ils revinrent, et avec une calebasse ils fabriquèrent un piège pour attraper les oiseaux. Là ils se séparèrent, et pour cette raison on donna à ce lieu le nom de Tzaktzuy, qui devint le symbole des Ahquehay, des premiers pères et ancêtres qui engendrèrent les Ahquehay.”

22 Anales p. 71 “Puis ils tendirent leurs pièges sur les arbres et y prirent les perdrix sous les grands pins. Ils rapportèrent ensuite les perdrix dans les filets. ”

23 Idem “Ils faisaient leurs maisons avec les cuirs des cervidés, c’est pourquoi on les appelait les Ahquehay. ”

24 Ximénez p. 214 “Après avoir réuni ceux de Rabinal là où ils sont maintenant, on chercha ceux de Cubulco, regroupant tous les peuples de cette nation là où ils sont maintenant, parce qu’ils étaient retirés dans les montagnes de Miau et Nimcubul, vers les actuels Cunen et Uspantán.”

25 R. Carmack : Título C’oyoi 1973 : 288 et 293

26 c.f. carte 2 Les documents parlant de Cawinal et des Agaab sont les suivants : Popol Vuh p. 43
Título Totonicapán p. 229 Título C’oyoi dans Carmack 1973 : 288-291 Título Lamaquib Carmack p. 369
Título Nihaib II dans Recinos 1957 : 111 Les Anales ne font pas allusion à cet épisode, sans doute parce qu’ils n’ont pas participé à cette migration.

27 Título Lamaquib, Carmack 1973 p. 369 “Ensuite vient la borne qui s’appelle Chuwi Cajcab, voisine des Agaabpuis suit la même limite proche des Ak’aab.”

28 Título C’oyoi, Carmack 1973 p. 288.

29 A. Ichon. Cauinal 1980 p. 201.

30 Título Nihaib II. Recinos 1957, p. 11.

31 Título C’oyoi. Carmack 1973, p. 290.

32 Tíulo Totonicapán p. 32. “Ils trouvèrent des bananes et des oiseaux.

33 T. Totonicapán p. 229 “Ils arrivèrent à Chi-Humet où il y avait abondance de calcaire dont ils firent leurs maisons.”

34 A. Ichon. Cauinal 1980 p. 9.

35 M.F. Fauvet-Berthelot : Taille de l’obsidienne et fabrication de la chaux. Cahiers de la R.C.P. 500 No. 2, 1980, p. 5-37.

36 Popol Vuh p. 43 T. C’oyoi Carmack 1973 p. 288. T. Totonicapán p. 229

37 A. Ichon. Cawinal 1980 p. 187-188.

38 T. C’oyoi. Carmack 1973 p. 290-291.

39 Título Chajoma. Crespo 1956 : p. 13-15. et carte 2. T. Chajoma p. 13 “Le premier qui commença à gouverner fut Cahol Cuh, premier gouverneur, et furent ses fils et vassaux : Cahntoh, Chan Canel, Coha, Corjon Amac. Ces hommes sont ceux qui servaient le gouverneur comme soldats, ainsi que Tulub Tocar, pour les six tribus, ce sont ces gens qui sont nommés, ainsi que ceux de Rabinal, du gouverneur des Rabinaleb ; ainsi nous sommes tous toujours de ce peuple.”

40 Fox 1978 : p. 242 Carmack 1975 : La verdadera identificación de Mixco Viejo. Et Crespo 1956 p. 13.

41 A. Ichon 1975 p. 18-19.

42 Carte 2.

43 M.C. Arnauld 1983.

44 Carte 2.

45 Crespo 1956 p. 13 “Nous fûmes d’abord engendrés sur cette première montagne où nous fûmes conquis pour la première fois. Maintenant, je vais commencer à expliquer comment, après avoir convoqué tous ceux d’un même lignage, ils firent une maison, d’abord, afin que tout le monde se reconnaisse et que chaque peuple voie ceux qui étaient les siens, en tant que créoles, nés en ce lieu même.

46 Encore au XVIIIe siècle, en 1768, l’Archevêque Cortés y Larraz, lors de sa visite épiscopale, note qu’à Salamá on parle le nahuatl. A.G.I. Guatemala 948.

47 S.W. Miles 1957 p. 741-742.

48 A.G.I. Guatemala 393 reg. 2 fol. 139 vo.

49 La lagune de los Términos est désignée sous le nom de lagune de Mexico ; quatre documents y font référence :
Popol Vuh p. 104, Título Totonicapán p. 216, Anales p. 59-60 Título C’oyoi p. 287.

50 Popol Vuh p. 142 T. Totonicapán p. 222.

51 T. Totonicapán p. 222 “Qocaib prit le chemin de l’orient et Qocavib celui de l’occident.”

52 Anales p. 67 et carte 1.

53 Carte 1.

54 Popol Vuh p. 114 et T. Totonicapán p. 227.

55 Popol Vuh p. 117, T. Totonicapán. p. 216, T- C’oyoi p. 288.

56 Popol Vuh p. 115.

57 Carte 3. Les Tamub et les Ilocab occupèrent Quincat et Amak’tam et les dieux Quichés furent installés sur trois sommets qui portent encore leurs noms.

58 Popol Vuh p. 143 “Les Rabinaleb, les Cakchiqueles, les Tzutujiles, se réjouirent beaucoup. Devant eux se manifestaient les signes de la puissance du royaume. Puissantes aussi étaient les tribus, bien que leur pouvoir n’ait pas encore fini de se manifester. À Jakawitz tous étaient là avec ceux qui étaient revenus de l’orient.’’

59 Ximénez p. 81 “Alors qu’ils étaient installés en un lieu appelé Tzamanieh, lorsqu’ils sortaient pour chercher le miel, ceux de Cobán (= les Pokomam) les enlevaient, les sacrifiaient et les offraient à leurs idoles, et ils devaient être nombreux parce que les palais étaient nombreux là-bas. Et cf. carte 3.

60 T. Totonicapán p. 217-218 Anales p. 69 Popol Vuh p. 129-130.

61 Popol Vuh p. 129 T. Totonicapán p. 222 et carte 3.

62 Anales p. 69 Popol Vuh p. 137 T. Totonicapán p. 228

63 Carte 1.

64 Popol Vuh p. 143-144 “Ainsi racontaient les ancêtres lorsqu’ils relataient comment ils abandonnèrent leur première cité appelée Jakawitz et vinrent en fonder une autre qu’ils appelèrent ChiquixPuis ils passèrent par chacun des quartiers de la cité dont les noms sont : Chi-Quix, Chichac, Humetahá Culbá et Cawinal.”

65 T. C’oyoi p. 289 “Ils disparurent, ils moururent a Chiq’uix, Chich’at, lorsqu’ils arrivèrent là ; puis ils quittèrent ces lieux et arrivèrent à Jumetaja Culba Cawinal.”

66 T. Totonicapán p. 229.

67 Popol Vuh p. 144 “Ils examinaient les montagnes et leurs cités et cherchaient des lieux inhabités parce que, tous ensemble, ils étaient très nombreux.”

68 A, Ichon. Cauinal 1980 p. 198.

69 Popol Vuh p. 144 “Ils ne s’habituèrent pas aux différents lieux qu’ils traversèrent et souffrirent de grands tourments et de grandes peines.”

70 T. Totonicapán p. 223 “Néanmoins, ils connurent de grandes peines en ces montagnes.”

71 Título C’oyoi p. 289-291 “Ils rencontrèrent le Seigneur de Cawinal, comme ils le racontèrent, mais ils parlèrent avec humilité avec lui à cette époque quand celui-ci parlait à Cawinal. Certainement, les cotonnades richement tissées, … lui dirent-ils. Ils payèrent tribut lorsqu’ils vinrent à Jumetaja.”

72 Popol Vuh p. 143 “Ils marièrent leurs filles et leurs fils ; ils offraient leurs filles, et les cadeaux et présents qu’on leur faisait, ils les recevaient pour prix de leurs filles ; ainsi ils menaient une existence heureuse.”

73 A, Ichon. Cauinal 1980 p. 209-

74 T. Totonicapán p. 229 “Là aussi, (à Cawinal) ils construisirent leurs maisons et formèrent des hameaux, et là ils rencontrèrent les Agaab. Ceux-ci dirent à Balam-Qitzé, à Balam-Agaab, à Mahucutah et à Qotuhá : “Vous êtes nos aïeux, nos pères et nos chefs. “Ils adorèrent les dieux, leur offrirent des oiseaux et s’unirent.”

75 J. Fox 1978 p. 250

76 c.f. carte 1. Les flèches suggèrent, à partir de Jakawitz, que la majeure partie des Quichés se serait dirigée vers le sud, pour fonder leur nouvelle capitale à Ismachi, tandis que certains allaient occuper Cawinal.

77 A. Ichon Cauinal 1980 p. 209.

78 T. Totonicapán p. 240 “Les limites des Agaab sont Coxomxak, Veiatio, Cabaltzam-Quiché, Lakanabah, Payaqui et Agaxokacut.”

79 Título Izquin Nehaib II, dans Recinos 1957 p. 111 “Ils arrivèrent à Cawinal où il y avait les émeraudes et les bijoux. Le vaillant guerrier Izquin Cavec Nehaib resta là et déroba les joyaux… Jusque-là s’étendaient les limites des Agaab.“

80 Anales p. 72 “Et, s’adressant aux Ahquehay, Cagavitz (Roi Cakchiquel) leur dit : Vous pourrez vous compter parmi notre tribu, vous serez les ouvriers pour nos constructions, des travailleurs diligents. Ne soyez plus des serfs, jetez vos filets. ’ ’

81 Anales p. 75 “Nous sommes vos frères et vos parents et, maintenant que vous nous avez conquis, nous serons vassaux de votre trône et de votre puissance. Nous te servirons comme un seul homme.” Ainsi parlèrent les Ykomagi et leurs vassaux les Cakixahay et les Qubulahay.”

82 Rabinal-Achi p. 32 et Anales p. 71.

83 Anales p. 70. Rabinal-Achí p. 41.

84 Anales p. 71.

85 Rabinai-Achi p. 45 “J’escaladai la pente des montagnes, la pente des vallées ; là, je posai mes bornes au point appelé Camba… de là je m’en fus ensuite poser mes bornes au point Xtincurum, en face de Ximbal-Ha. De là aussi je partis planter mes bornes au point appelé Quezentun.

86 Rabinal-Achi p. 42 “Pourquoi abandonnes-tu la lutte contre les Ux, contre les Pokomam dans leurs montagnes, dans leurs vallées ?”

87 Rabinal-Achi p. 46 et c.f. carte 4

88 Título Cajcoh Crespo p. 19 “En second lieu, il vint à l’endroit appelé Rabinaleb. Peu à peu ils pénétrèrent là sans qu’on leur dise rien, car ils venaient solliciter des terres et jamais on ne l’admit.
Nos Pères répondirent comme nos ancêtres. Ils dirent qu’ils pourraient vivre là en attendant car ils voyaient comment ils s’expliquaient devant le grand Cajcoh. Ils promirent obéissance aux nôtres qui les avertirent que s’il ne se passait rien de nouveau, ils pourraient rester.”

89 Rabinal-Achi p. 31 et carte 3.

90 Carte 4.

91 Rabinal-Achi p. 38.

92 Popol Vuh p. 151-152 et Título Zapotitlán p. 245-247.

93 Ximénez p. 53 et carte 4.

94 Título Nehaib II Carmack 1973 p. 349 “On avisa les seigneurs de Rabinal qu’ils devaient transporter par les montagnes et payer leurs tributs, et qu’ils étaient assujettis à payer leurs tributs de coton, le seigneur et ses fils ainsi que les plébéiens de la cité de Rabinal.’’

95 T. Nihaib IV Carmack 1973 p. 353 “De là ils passèrent à Rabinal, et avec ceux de Cubulco, où ils trouvèrent les mines d’argent. A Rabinal, ce fut là qu’ils s’emparèrent du trésor qu’ils avaient récolté.”

96 Título Otzoya. Crespo p. 85.

97 Título Cajcoh. Crespo p. 13. “J’affirme aussi que naquirent ici les indiens de Niño Dios de Belém, les Chinautecos qui nous ont laissés, nous qui étions leurs frères.

98 Título Cajcoh p. 14-15.

99 M.C. Arnauld 1983, et carte 4.

100 Carte 4.

101 Titulo Chajoma ou Titulo de San Martín Jilotepeque. Crespo p. 55.
“À l’époque de ces fils, ils eurent à combattre ceux de Rabinal qui ne voulaient pas être en paix avec eux parce que ceux de Rabinal voulaient toujours leur faire la guerre. “

102 Anales p. 103 “Ensuite les rois répartirent entre les seigneurs principaux des sept tribus tous les peuples qui devaient prêter leurs services, c’est-à-dire ceux de Popoyá, de Pancag, de Holom, de Mixcu et Tamayac, tous de race pokomam.”

103 T. Chajoma. Crespo p. 55.

104 Anales p. 119.

105 N. Percheron. 1981 p. 23 Cahiers de la R.C.P. 500 No. 3. Paris. C.N.R.S.

Notes de fin

1 Anales p. 71 “Et lorsqu’ils les rencontrèrent, ils dirent : “Ne nous tuez pas, seigneur, nous serons les serviteurs de votre trône et de votre puissance.” Ainsi parlèrent-ils et peu après, ils vinrent servir, en apportant leurs arcs et leurs tambours.”

2 Anales p. 71 “Ils apportèrent aussitôt leurs présents : filets, pour chasser les oiseaux, fibre d’agave, instruments, sandales ; c’était leurs présents.”

Table des illustrations

Titre Carte Nº1 MIGRATIONS QUICHES SUR LES HAUTES TERRES (XIIes.-XVes.)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7903/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre Carte Nº2 LA VERAPAZ VERS 1225 : QUICHES A JAKAWITZ & ZONE POKOMAM
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7903/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre Carte Nº3 BASSE VERAPAZ VERS 1300 : INSTALLATION DES RABlNALEB
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7903/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Carte Nº4 ZONE CONTROLEE PAR LES RABINALEB À PARTIR DE 1350
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7903/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search