Version classiqueVersion mobile

Rabinal et la vallée moyenne du Rio Chixoy. Vol. 4

 | 
Alain Ichon
, 
Nicole Percheron
, 
Michel Bertrand
, 
et al.

Avant-propos

Alain Ichon

Texte intégral

1Le No. 4 des Cahiers de la R.C.P. 500 sera le dernier, puisque la R.C.P. cesse ses travaux en décembre 1982. Néanmoins les données récoltées au cours de ces 5 années de recherche dans les disciplines représentées – archéologie, histoire, géographie, ethnologie – continueront à être exploitées et, nous l’espérons, à fournir la matière des futures publications complétant celles déjà parues dans les deux séries des Cahiers et de l’“Archéologie de sauvetage”. Nous comptons ainsi pouvoir publier en 1983 ou 1984, dans le format des Cahiers, une mise au point interdisciplinaire dans laquelle seront confrontés les points de vue jusqu’ici traités indépendamment et dans des optiques différentes, sur certains problèmes importants (tel celui des cofradías). Il est prévu dans notre série d’archéologie une étude (No. 5) sur “les sites classiques de la vallée du Chixoy”, qui est sous presse ; et en 1984 un ouvrage de synthèse sur l’occupation préhispanique de la vallée moyenne du Chixoy, à laquelle participeront Pierre Usselmann pour la géographie physique de la région et Denise Douzant Rosenfeld pour sa géographie humaine. Deux thèses enfin sur l’histoire de la Verapaz sont en préparation, l’une plus spécialement axée sur les aspects socioéconomiques (Michel Bertrand), l’autre sur les problèmes religieux et sur l’évolution des mentalités (Nicole Percheron).

2Nous avons voulu dans les présents Cahiers mettre l’accent sur l’Ethnohistoire de la Verapaz. C’est en effet un domaine privilégié porur la collaboration entre l’historien, l’archéologue (et éventuellement l’ethnologue et le linguiste). Bien que les documents soient ici exceptionnellement riches, ils sont aussi, à la frontière du Mythe et de l’Histoire, souvent confus. Rédigés en langue indigène, leur traduction nécessite une connaissance approfondie, une véritable intuition non seulement de la langue, mais de la mentalité des auteurs et de leur univers symbolique. Un tel travail a rarement été entrepris : citons la traduction du Título de Totonicapán réalisée récemment à Mexico par deux spécialistes de premier plan, Robert Carmack et René Acuña.

3Malgré ces limitations, N. Percheron, s’appuyant sur les textes, et moi-même les comparant aux données archéologiques, avons tenté de reconstituer l’histoire des migrations “épi-toltèques” et de l’occupation de la Baja Verapaz par ses habitants actuels, les Rabinaleb ou Rabinal-Achí, entre le XIIe et le XVIe siècle. L’essai de N. Percheron ne prétend pas apporter d’éléments nouveaux : c’est plutôt une mise au point solide, basée sur l’ensemble de la documentation dont on dispose, et un exposé des doutes et des interrogations qu’elle suscite. J’ai essayé pour ma part d’identifier quelques-uns des centres préhispaniques mentionnés dans les chroniques avec les sites archéologiques que nous avons été amenés à reconnaître ou à fouiller, soit dans la vallée même du Chixoy, soit dans les bassins de Rabinal et de Cubulco, soit dans la zone montagneuse méridionale. Pour ce faire, je m’appuie essentiellement (cela m’a été reproché) sur l’un des documents, les Anales de los Cakchiqueles, le plus détaillé il est vrai pour la période qui nous occupe ; les identifications proposées comme hypothèses de travail ne prétendent nullement être définitives.

4Il m’a paru intéressant d’appuyer cet essai par une description (Chapitre 3) des fouilles menées sur le site de Pueblo Viejo-Chixoy, partie haute (le groupe G, qui est le seul postclassique), dont j’ai suggéré plus haut qu’il figure dans les Anales sous le nom de Raxchich ou de Zaktzuy.

5La deuxième partie des Cahiers, moins homogène, groupe deux articles concernant la Verapaz coloniale et actuelle. Le premier, de Michel Bertrand, décrit les révoltes indigènes du XVIe au XIXe siècle. Il nous montre que, sans atteindre les proportions d’une révolte “indigéniste” comparable à celle des Tzeltal du Chiapas en 1712, ou à celle d’Atanasio Tzul à Totonicapán en 1820, les Indiens de la Verapaz, bien qu’adoptant le plus souvent face au pouvoir colonial des formes de “résistance passive et légale”, ne se privèrent pas de recourir périodiquement à la violence pour battre en brèche ce système oppressif. Un point à souligner est que ces soulèvements ne révèlent pas seulement un refus, un rejet du système colonial et de celui qui lui succède à l’indépendance, mais aussi une cohésion certaine de la communauté indigène s’affirmant ainsi et se renforçant dans les périodes de crise.

6L’article d’Alain Breton sur l’espace symbolique des Quiché-Achi de Rabinal reste dans la ligne de ses deux articles précédents décrivant l’organisation des confréries de culte à Rabinal (Cahiers No. 1) et le déroulement d’une fête de confrérie, celle de Saint Pierre l’Apôtre (Cahiers No. 2). Nous passons ici au niveau supérieur de l’analyse, à une tentative de reconstruction de l’espace sacré basée sur un mythe d’origine – qui d’ailleurs n’existe pas de façon explicite – et sur une étude structurelle de ses variantes. Particulièrement intéressante dans cette étude (parceque nous les avons trouvées ailleurs et qu’elles pourraient être des constantes de la mentalité amérindienne) sont, entre autres, les notions de voyage, de parcours (nous adoptons ici l’expression en “doublets” si caractéristique du langage sacré indigène), l’importance de l’action de soulever, de porter, celle du rire dans la genèse du monde, comme son organisation en dyades et en triades... L’univers symbolique des Quiché-Achí, tel qu’il commence à se dessiner dans sa richesse et sa complexité – il intègre en effet les schémas préhispaniques, coloniaux et actuels – doit servir de cadre à l’étude des discours rituels enrégistrés par A. Breton à Rabinal et, en collaboration avec les linguistes, à celle des “paires sémantiques”, problème qui déborde l’aire des langues mayas.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search