Version classiqueVersion mobile

Rabinal et la vallée moyenne du Rio Chixoy. Vol. 3

 | 
Nicole Percheron
, 
Michel Bertrand
, 
Marie-France Fauvet-Berthelot
, 
et al.

Chapitre 4. Les milieux physiques de la vallée du Río Chixoy (confluence Río Chibalám-Sacapulas)

Baja Verapaz et El Quiché

Pierre Usselmann

Texte intégral

1Cette partie de la vallée du Río Chixoy prolonge vers l’amont celle qui avait été étudiée en 1979 (P. Usselmann) et s’étend sur environ 45 km à vol d’oiseau, à cheval sur les départements de Baja Verapaz et El Quiché. Comme pour le secteur aval, il s’agit toujours d’une vallée très étroite et profondément incisée entre l’ensemble Sierra de Sacapulas-Chuacús au sud et les Cuchumatanes au nord. Une seule aération notable du relief apparaît à partir de Sacapulas (1181 m d’alt.) où un bassin de remblaiement est dégagé au contact des granites et des roches sédimentaires : toutefois, et comme il apparaît dans toute la région, il semble bien que de tels bassins et élargissements soient davantage dus à une tectonique assez récente (tertiaire ?) qu’à des phénomènes d’érosion et d’altération beaucoup plus suivis dans le temps. Cependant, en suivant uniquement le fond de la vallée du Rio Chixoy, il nous a été impossible de faire des observations comparables à celles de 1979 dans les bassins intérieurs de Rabinal ou Cubulco (altération des schistes métamorphiques sous les remblaiements de cinérites).

I – LITHOLOGIE, STRUCTURE, PALEOGEOGRAPHIE

2La partie parcourue de la vallée est orientée grossièrement ouest-est, selon la direction des grands accidents parallèles qui marquent toute cette zone centrale du Guatemala jusqu’à la vallée du Motagua au sud. Il s’agit des grands décrochements sénestres qui coupent cette partie de l’Amérique Centrale entre les océans Pacifique et Atlantique, en particulier la grande faille de Polochic (Weyl R. 1961 – Dengo G. 1973). Aussi, on ne sera pas étonné de relever que la vallée est la plupart du temps directement guidée par de grands accidents ou par les accidents secondaires qui leur sont liés.

3Les ensembles lithologiques sont semblables à ceux rencontrés en aval (P. Usselmann, 1979) et on a distingué sur la carte :

  • Les serpentines ultrabasiques de la Montaña Chimiagua, très fracturées, résistantes, donnant de grands versants rocheux. Ces serpentines dominent la vallée du Rio Chixoy au nord (secteur sud-est de la vallée) et seraient datées de la fin du Crétacé au début du Tertiaire. Elles se sont mises en place à l’intérieur des séries sédimentaires et des séries métamorphiques Chuacús (Salamá et El Chol).

  • Ces séries Chuacús affleurent tout au long de la vallée du Rio Chixoy et constituent en particulier tout son versant sud : il s’agit essentiellement de schistes métamorphiques à faciès très variables, en général assez tendres (formations Salamá et El Chol) et datés d’avant le Jurassique. Ces schistes passent vers l’ouest à des granites (granites de Sacapulas) au milieu desquels s’est parfois entaillée la vallée du Chixoy ; ces granites s’altèrent assez facilement mais forment aussi d’importantes barres rocheuses lorsqu’ils sont sains. Le fond de vallée est en particulier marqué par ces barres résistantes à travers lesquelles le Chixoy a beaucoup de mal à s’inciser. Très souvent granites et roches métamorphiques (métasédiments) sont étroitement imbriqués comme on l’a remarqué (Forth D.R. 1968).

  • Parmi les séries sédimentaires, nous avons distingué un ensemble essentiellement calcaire et dolomitique (formations Cobán et Campur), rapporté au Crétacé. Il s’agit d’un ensemble résistant qui donne les quelques belles corniches observées le long du parcours réalisé, ainsi que les gorges les plus profondes et les plus typiques lorsqu’il est incisé par le Chixoy (partie sud-est du secteur cartographié). On y observe des brèches tectoniques et surtout des versants rocheux à éboulis et des plateaux à karst.

  • Un deuxième ensemble sédimentaire plus tendre correspond surtout à la série Sacapulas (Carbonifère-Permien) composée de conglomérats, de grès arkosiques, d’argilolithes et de lutites. Il donne des versants raides à forte érosion.

  • Enfin, un dernier ensemble, parfois étendu, marque cette vallée du Chixoy, comme plus en aval : il s’agit des cendres et tufs volcaniques qui remblaient en particulier la terminaison nord du bassin de San Andrés Sajcabajá (Dollfus et Douzant 1975), tranché par la vallée du Chixoy près de Chusanyab-Ixcapuleu (partie centrale de la portion de la vallée cartographiée). Comme ces auteurs l’ont décrit et comme nous l’avions dit en 1979, ces grandes accumulations de cendres sont caractéristiques de ce que nous avions dénommé “les bassins intérieurs”, largement étendus au pied nord de la Sierra de Chuacús-Sacapulas où ils s’allongent selon une direction ouest-est, parallèle aux grands accidents tectoniques. Les cendres, en général litées, peuvent atteindre quelques dizaines de mètres d’épaisseur, et ont été datées du Tertiaire-Quaternaire sans plus de précision. Ces dépôts comprennent aussi des affleurements de volcanites et coulées andésitiques-basaltiques, ce qui ne peut que reposer le problème de l’origine des cendres (P. Usselmann, 1979). En particulier aux environs de Los Jocotales, nous avons pu noter en fond de vallée un affleurement de tufs volcaniques à structure prismatique qui n’a certainement pas pour origine une pluie de cendres venues de loin ; des observations semblables peuvent être faites sur le site de Los Tapezcos et à proximité. C’est la raison pour laquelle nous n’exclurons aucune origine locale pour ces dépôts, ou du moins une partie d’entre eux. Sur les versants dominant la vallée existent aussi des placages de cendres, restes peut-être d’une couverture plus importante. Ces placages sont peu étendus, peu épais et en général très ravinés par le ruissellement. Les terrasses et les cônes de fond de vallée contiennent une bonne quantité de cendres reprises des versants, ainsi que de très nombreuses pierres ponce qui encombrent par ailleurs le lit majeur du Chixoy.

4Nous n’avons pas pu nous appesantir sur l’évolution ancienne de cette vallée et des “bassins intérieurs” qu’elle borde vers le nord. Toutefois, apparaissent assez nettement dans le paysage, au-dessus du fond de vallée et vers 1200 m. d’altitude, des replats qui tronquent les affleurements rocheux sans avoir laissé des traces d’altération nettes. Ces replats semblent dominer légèrement les “bassins intérieurs” de Chusanyab-Ixcapuleu ou même s’y raccorder.

II – LES DIVERS SECTEURS DU FOND DE VALLEE CARTOGRAPHIE ET LA DYNAMIQUE ACTUELLE ET RECENTE

5II-1 – Le secteur Est depuis la confluence du Río Chibalám jusqu’en amont de Los Cimientos-Chimul : ce secteur est marqué par les gorges les plus profondes de l’ensemble du fond de vallée parcouru, en particulier en raison de la présence de bancs épais de calcaires et de dolomies. Les élargissements sont très rares et les corniches fréquentes. Ce n’est qu’à la confluence du Río Chibalám, puis dans quelques méandres comme celui de Los Cimientos-Chimul, qu’ont pu être conservés quelques restes de terrasses anciennes (niveaux 3) occupés par des sites préhistoriques. Les terrains de culture n’existent en effet qu’avec la présence de ces anciennes accumulations en fond de vallée et l’élévation de ces restes pouvait seule protéger ces sites des inondations catastrophiques du fond de vallée. En effet, et comme tout au long de la partie parcourue, le Chixoy est caractérisé par des crues très brutales du type laves torrentielles, dont les effets sont d’élever brusquement le niveau des eaux de quelques mètres alors que sont mobilisés des blocs pouvant atteindre et dépasser le mètre cube. L’examen du fond du lit et des versants montre que cette dynamique est ancienne, et donc qu’elle existait au moment où les implantations humaines préhistoriques (échelonnées irrégulièrement du Préclassique au Post-classique – c’est-à-dire d’environ 800 av. J.C. jusqu’à 1500 ap. J.C.) fonctionnaient. Quelques restes de cendres volcaniques et de tufs sur les versants ou sur des replats structuraux des calcaires offraient et offrent toujours quelques maigres terrains de culture, en général très facilement érodés par un fort ruissellement. Toutefois, comme on le voit encore et fréquemment aujourd’hui les cultures de maïs, de courges et de haricots se font aussi sur les formations superficielles peu épaisses et souvent grossières des versants à très fortes pentes ; ceci permet de nuancer l’idée que l’on peut avoir sur le degré de cultivabilité des terres.

6II-2 – Le secteur centre et ouest entre la confluence de la Quebrada Colorada et Sacapulas : bien que toujours très encaissé, ce long secteur de la vallée comporte davantage d’élargissements que le secteur précédent, dans lesquels se sont conservés des restes alluviaux. La vallée est toutefois marquée tout du long par de profondes gorges au fond desquelles les affluents se raccordent par des cascades ; c’est vers le haut des versants que la vallée s’élargit, en fonction de la lithologie représentée essentiellement ici par des granites et des roches métamorphiques à faciès variés : ces roches cristallines ont été vraisemblablement anciennement altérées et portent encore de nombreuses traces de replats nettement visibles vers 1200-1300 m d’altitude, c’est-à-dire à environ 350 m au-dessus du fond de la vallée. Ces paléoformes correspondent certainement à un stade antérieur d’enfoncement de la vallée du Chixoy, mais certainement aussi à des alvéoles d’altération anciens comparables à ceux notés par O. Dollfus et D. Douzant (1975), alignés, comme la vallée, préférentiellement selon les grandes directions tectoniques. C’est, semble-t-il, dans ces alvéoles – parfaitement comparables aussi à ce que nous notions pour les bassins de San Miguel Chicaj, Rabinal, Cubulco (1979) – qu’ont été piégées les grandes accumulations de cendres et de tufs volcaniques de Chusanyab et Ixcapuleu qui représentent la terminaison nord du bassin de San Andrés Sajcabajá. Ces accumulations de plusieurs dizaines de mètres d’épaisseur dominent l’entaille du Chixoy par d’imposants talus très raides, marqués par des effondrements et des glissements avec cheminées de fées et allure générale de bad-lands. L’origine de ces tufs volcaniques est, comme pour les bassins situés plus à l’est (P. Usselmann, 1979), rapportée aux éruptions des grands volcans du sud du fossé du Motagua. Toutefois, nous ne sommes pas entièrement satisfaits par cette hypothèse dont Mc Birney (1963) a été un des principaux inventeurs ; les quelques observations citées ci-dessus (par. I) et effectuées près de los Tapezcos et los Jocotales permettent d’avancer l’idée de sorties locales de laves et de matériel pyroclastique. Comme dans le secteur précédent, on note aussi sur les versants quelques accumulations de cendres perchées, en voie de démantèlement ; elles se poursuivent jusqu’à Sacapulas où elles prennent davantage d’extension dans ce bassin.

7C’est en effet dès l’aval de cette petite ville que la vallée s’élargit beaucoup pour se transformer en un ample bassin en amont où accumulations alluviales et volcaniques prennent une extension considérable. Ce bassin, qui a fait l’objet d’une excellente étude géologique détaillée (Forth D.R. 1968) a une origine typiquement tectonique, toujours liée aux grands décrochements Est-Ouest et aux accidents secondaires obliques qui leur sont rattachés. D.R. Forth estime en particulier dans son étude que les derniers mouvements tectoniques importants des blocs qui constituent et dominent ce bassin datent de la fin du Tertiaire et du début du Quaternaire puisque des cônes alluviaux quaternaires sont observés dans le fond de la vallée, en contrebas des accidents ; il remarque également que les cendres volcaniques sont souvent reprises sur les versants, remaniées et accumulées dans les fonds de vallée selon une évolution comparable à celle généralement observée (Mc Birney 1963, Dollfus et Douzant 1975, Usselmann 1979, etc....). Deux phases de dépôt de cendres pourraient être distinguées, la première, plus ancienne, correspondant à des cendres consolidées rouges (cf. études déjà citées) situées en haut des versants, la seconde correspondant à des cendres de couleur claire (crème à blanc) située dans les fonds de vallée et les bassins. Les dates de ces pluies de cendres et les processus d’origine restent encore très mal connus : les tufs consolidés, avec pierres ponce jusqu’à 25 cm de diamètre pourraient provenir des explosions des volcans situés au sud-ouest de la région étudiée (Williams 1960), mais ceci reste pour l’instant une hypothèse. Aucune datation absolue n’existe pour ces cendres dans la région : on observe dans les dépôts alluviaux quaternaires (terrasses et cônes latéraux) des lits de cendres interstratifiés qui montrent la contemporanéité de la mise en place de ces dépôts avec les pluies de cendres et vraisemblablement une tectonique active (d’après Forth 1968) qui aurait favorisé la fourniture du matériel repris dans les diverses accumulations.

8Le fond du lit est en général entaillé dans la roche en place qui forme des rapides dans lesquels viennent se bloquer les matériaux transportés lors des crues : on note de très nombreux blocs dépassant le mètre cube, qui sont ainsi remaniés lors des laves torrentielles caractéristiques de la dynamique du Río Chixoy. Une basse terrasse inondable borde le lit du fleuve, formant un liseré très étroit et peu utilisable. Par contre, les niveaux plus anciens peuvent dominer le fond du lit de quelques dizaines de mètres et former alors de petits replats bien protégés des crues et aptes à la culture. On en trouve assez fréquemment dans ce secteur de la vallée et ils atteignent des développements notables à proximité des principales confluences (Río Xabil, Arroyo San Luis, Quebrada Chichij, Río Blanco surtout). Ce sont sur ces accumulations du Quaternaire moyen à ancien que sont établis des sites préhistoriques. En amont de la confluence du Río Blanco, la vallée est établie au contact des granites de la Sierra de Sacapulas et de calcaires lutitiques au nord : on observe alors sur le versant nord de belles accumulations de travertins dues à l’importante dissolution des carbonates. Ils forment de véritables terrasses encroûtées au débouché des affluents de rive gauche, en particulier les Quebradas Turbalya et Pacuch. Ces accumulations de travertins se poursuivent actuellement mais existent depuis au moins le Quaternaire ; elles cimentent les cônes alluviaux mis en place à cette époque.

III – LES CONSEQUENCES POUR L’OCCUPATION HUMAINE DE CETTE VALLEE

9Par sa profondeur et son étroitesse, cette vallée n’a pas favorisé les établissements humains, ni anciennement, ni actuellement. Elle n’a jamais constitué non plus un lien de passage ouest-est pour les mêmes raisons ; c’est aussi ce que l’on remarque toujours aujourd’hui. L’étroitesse du fond de vallée est souvent telle qu’il est impossible de suivre le lit du fleuve ; aussi est-on obligé à faire de longs et pénibles détours en remontant sur les versants. Il semble bien que cette vallée ait été pour les hommes davantage un obstacle et une coupure entre les Cuchumatanes et la Sierra de Chuacús qu’un trait d’union. La vallée est traversée du sud vers le nord en trois endroits seulement par des chemins vraisemblablement anciens sur environ 65 km de distance entre Cubulco et Sacapulas (Chicruz, Palqui et Sacapulas). La circulation des hommes devait se faire, et se fait d’ailleurs toujours actuellement, au nord et au sud de la vallée, le long de chemins qui lui sont parallèles mais qui l’évitent soigneusement. Le vide humain observé actuellement correspond donc à une situation ancienne : quelques sites préhistoriques d’extension limitée doivent être liés à des endroits de traversée privilégiés.

10La faiblesse ancienne de cette occupation humaine ne peut aucunement être due à des raisons géologiques, pédologiques ou climatiques : ces conditions y sont tout à fait semblables à ce qu’elles sont dans les proches environs. Seule a joué la topographie dont le rôle de repoussoir est évident. Soulignons toutefois, une fois de plus, que des versants très pentus, aux formations superficielles très réduites, voire quasi inexistantes, pouvaient être cultivés avant la conquête espagnole comme ils le sont encore aujourd’hui assez fréquemment.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7848/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 294k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search