Version classiqueVersion mobile

Rabinal et la vallée moyenne du Rio Chixoy. Vol. 3

 | 
Nicole Percheron
, 
Michel Bertrand
, 
Marie-France Fauvet-Berthelot
, 
et al.

Chapitre 3. El Talpetate, site stratégique du "Grand Cauinal"

Marie-France Fauvet-Berthelot

Texte intégral

Fig. 1 – CAUINAL et les sites annexes.

Fig. 1 – CAUINAL et les sites annexes.

1Le site postclassique tardif de Cauinal, dans la vallée du río Calá, affluent du Chixoy, comprend un centre situé en fond de vallée, une série de sites secondaires qui jalonnent la vallée et assurent la protection du centre, et quelques sites “perchés” dont la fonction stratégique est évidente.

2En 1980, nous avons passé quinze jours à El Talpetate, l’un de ces sites de hauteur, afin de compléter le plan relevé en 1979 par A. Ichon. Cela nous a permis d’étudier l’organisation spatiale de ce petit site de garnison, isolé, et de pouvoir la comparer avec un autre type d’établissement en relation directe avec le centre civico-religieux, le groupe A’ de Cauinal, que nous avions précédemment étudié (cf. Ichon et al., 1980, pp. 63-88 et Fauvet-Berthelot, 1980, pp. 5-37).

3On a pu noter ainsi un certain nombre de points communs entre les deux types d’établissement, comme par exemple la constance du modèle de base des structures d’habitat, mais aussi, et surtout, des différences importantes au niveau des types de structures rencontrées (en particulier les autels) comme au niveau de l’organisation spatiale générale. On tentera d’expliquer ici ces différences fonctionnellement significatives.

LE SITE.

4El Talpetate (fig. 5) est situé sur le cerro du même nom, à 2 km à l’ouest-nord-ouest du centre de Cauinal, et domine le río Chixoy à une altitude de 1060 m. Il s’étend sur un plateau dénudé de tuf volcanique ou talpetate de 950 m de long sur 80 à 260 m de large, orienté nord-ouest/sud-est, bordé de ravins abrupts dans sa partie sud-est. Sa situation sur un promontoire lui donne une remarquable visibilité sur toute la vallée du Chixoy.

5Aucun point d’eau permanent n’existe sur les lieux ; à la saison sèche, l’eau n’est accessible qu’à une demi-heure de marche, dans les quebradas de Guaynep et Pasulup.

6On accède au site au sud-est par un étroit col et au nord-ouest, depuis la quebrada de Pasulup, par un sentier à flanc de coteau.

7Le plateau est utilisé aujourd’hui, à la saison des pluies, pour le pâturage du bétail des environs.

8El Talpetate comprend 147 structures réparties en cinq ensembles principaux (groupes A à E), nettement délimités du fait de la configuration même du terrain, et trois ensembles secondaires, chacun en relation avec un ensemble principal (groupes C’, D’et E’). Une vingtaine de ces structures ont été saccagées récemment à des degrés divers.

9Les structures orientées parallèlement ou perpendiculairement à la pente sont, pour leur grande majorité, des plates-formes rectangulaires (parfois en L) ; les autres structures, de petite taille, sont de plan ovale.

10Une érosion intense due en particulier au ruissellement des eaux de pluie se remarque sur tout le site, pratiquement déboisé à l’exception de quelques pins qui ont échappé aux machettes des utilisateurs d’ocote (bois résineux servant à allumer le feu) du hameau voisin de Pasulup. Elle explique la rareté et le mauvais état des vestiges rencontrés.

11Afin de pouvoir comparer ce type d’établissement au groupe A’ de Cauinal, nous étudierons, selon le plan établi pour ce groupe, les plates-formes (dimensions, types de construction, aménagement) puis les autres types de structures. Ensuite, nous analyserons l’organisation générale d’El Talpetate, en présentant les différents groupes qui le composent. Enfin, nous définirons l’originalité de ce site au sein du “Grand Cauinal”.

I. LES TYPES DE STRUCTURES.

1. Les plates-formes.

12Sur les 147 structures d’El Talpetate, 133 sont des plates-formes dont la grande majorité à fonction d’habitation. De plan généralement rectangulaire, elles peuvent être aussi en L (3 exemples) ou en U (un exemple).

Matériaux.

13Ils sont d’origine locale et peu variés. Le tuf volcanique ou talpetate qui affleure partout sur le site, est taillé soit en dalles de tailles diverses, utilisées avec un mortier, soit en blocs, et a servi à la construction de toutes les substructures et de 24 superstructures.

14L’argile, que l’on trouve dans des zones assez limitées sur le site (ouest des groupes D et D’, C’...) sert à la fabrication de murs de bahareque (torchis) qui forment soit toute la superstructure, soit complètent les superstructures de pierres qui ne paraissent pas avoir dépassé 0,80 à 1 m de hauteur. L’argile sert aussi pour les revêtements intérieur et extérieur des murs, et pour les banquettes, sols et foyers.

15Il est probable qu’il devait également y avoir des murs en tiges de maïs accolées.

Dimensions (cf. tableau 1).

16La majorité des plates-formes est de petite taille : de 4 à 6 m de longueur, 2,50 à 3 m de largeur, 30 à 60 cm de hauteur, correspondant à la catégorie A de Cauinal. Nombre d’ex. : 95 sur 133, soit 71, 42 %.

17Trente structures mesurent entre 6 et 8 m de longueur, avec une largeur et une hauteur comparables à celles du groupe précédent, soit 22,55 % de l’ensemble (catégorie B de Cauinal).

18Huit plates-formes seulement ont plus de 8 m de longueur, soit 6,01 % de l’ensemble (catégorie C de Cauinal).

On obtient ainsi :

CAUINAL

TALPETATE

A

24,85 %

71,85 %

B

50,28 %

22,55 %

C

18,07 %

6,01 %

19En comparant la dimension des plates-formes de Cauinal et d’El Talpetate, on remarque :

  • le fort pourcentage des plates-formes de petite taille à El Talpetate ;

  • un rapport longueur-largeur différent : les structures de El Talpetate sont proportionnellement plus étroites que celles de Cauinal ;

  • une hauteur très variable pour les plates-formes de petite taille. A Cauinal, elles ne dépassent pas 30 à 40 cm.

20De telles différences peuvent s’expliquer par la fonction même de ces deux types d’établissement. Le groupe A’ est en relation directe avec le centre civico-religieux. Il est habité par des familles entières exerçant un certain nombre d’activités plus ou moins spécialisées, tandis qu’El Talpetate, qui a une fonction stratégique, devait être habité par une garnison d’hommes seuls occupant les plates-formes de petite taille, accompagnés de quelques familles effectuant les tâches domestiques qui occupaient les plates-formes de taille moyenne.

Construction.

21On a classé ces plates-formes selon la typologie établie pour Cauinal. À El Talpetate, seuls apparaissent les types 1, 3 et 4.

22Le type 1 correspond à une substructure formée d’une ou deux rangées de blocs de tuf, posés de manière plus ou moins jointive, d’une hauteur de 30 à 40 cm. Ces blocs sont le plus souvent grossièrement façonnés.

23Le type 3, en blocs et dalles superposées, correspond exactement au type 3 de Cauinal, si ce n’est que l’assise de la substructure est en blocs de tuf et non de dolomite. Il est très peu représenté : 5 ex., soit 2,23 %.

24Le type 4 est entièrement en dalles de tuf. Il présente une variante (16 cas) où se mêlent quelques blocs de tuf aux dalles.

25Nombre d’ex. : 68, soit 50,74 % de l’ensemble.

26A ce dernier type, le plus élaboré, appartiennent les 24 plates-formes qui comportent une superstructure de pierres.

27Si l’on compare Cauinal et El Talpetate, on note :

Type

CAUINAL

EL TALPETATE

1

50,28 %

46,26 %

2

23,16 %

0

3

18,64 %

2,23 %

4

6,21 %

50,74 %

28On peut observer une moins grande variété des types à El Talpetate (peut-être due en partie à l’uniformité du matériau utilisé) et un fort pourcentage de structures d’un type considéré comme l’un des plus élaboré à Cauinal (type 4). Ce fait, et aussi l’existence d’un bon nombre de superstructures en pierres, donne au site d’El Talpetate un aspect plus raffiné que celui qu’on pouvait observer dans le groupe A’ de Cauinal.

Relation dimension/mode de construction (cf. tableau 2).

29Le point le plus marquant d’une comparaison entre la dimension des plates-formes et leur mode de construction est la proportion importante de substructures de type élaboré pour les plates-formes de petite taille (42 %). On verra plus loin les questions que soulèvent ces petites plates-formes bien construites.

Accès aux structures.

30La nature du terrain a facilité la tâche aux habitants du site. Très souvent, en effet, il leur a suffi de tailler directement dans le tuf en place pour former une ou deux marches d’accès aux plates-formes.

Superstructures.

31Tous les types de superstructures existant à Cauinal se retrouvent ici, à l’exception des murs d’adobe dont on n’a retrouvé aucun indice.

32Cependant, à Cauinal, les superstructures de pierres sont très rares sur les plates-formes d’habitation, tandis qu’ici près d’1/5 des plates-formes sont construites en pierres. La superstructure est en petites dalles de tuf, disposées horizontalement, de 0,30 à 0,50 m de largeur ; sa hauteur actuelle ne dépasse pas 0,80 m. On retrouve encore parfois les restes d’un revêtement d’argile à l’intérieur comme à l’extérieur. Ces murs ne semblent pas avoir été entièrement de pierres : leur partie supérieure devait être soit en bahareque, soit en matériau périssable.

33Le bahareque a couramment été employé sur le site, pour les structures les plus simples comme pour les plus élaborées.

34Le toit, comme ailleurs, devait être en chaume.

Aménagement intérieur.

– les banquettes

35Ce type d’aménagement intérieur existe à El Talpetate tout comme à Cauinal ou Pueblo Viejo-Chixoy, quoiqu’un peu moins fréquemment (un tiers des structures). Les banquettes de pierres, bien construites, de 1 m à 1,20 m de largeur, 0,10 à 0,20 m de hauteur, étaient recouvertes d’un revêtement d’argile cuite.

36On rencontre les types 1 (en L), 2 (en double L), et 5 (rectangulaire) de Cauinal. Il n’existe aucun exemple de type 3 et 4 (en L et I longitudinal ou transversal). Par contre, on rencontre à El Talpetate un type de banquette qui n’existe pas à Cauinal, en double I (type 6) correspondant à deux banquettes rectangulaires, symétriques par rapport à l’entrée et disposées parallèlement aux deux petits côtés de la plate-forme.

37Les types se répartissent ainsi (cf. tableau 3) :

  • type 1 : 4, soit 9,52 % de l’ensemble (42 structures avec banquettes),

  • type 2 : 3, soit 7,10 % de l’ensemble

  • type 5 : 24, soit 57,14 % de l’ensemble

  • type 6 : 11, soit 26,19 % de l’ensemble

38Il y a donc un fort pourcentage de banquettes rectangulaires simples qui s’explique sans doute par la petite taille des structures.

39Plus des 3/4 des plates-formes avec banquettes sont de petite dimension et la moitié est de construction simple.

– les autels.

40Aucun autel à l’intérieur des plates-formes d’habitation n’a été relevé. Ce témoin “négatif” est particulièrement intéressant parce qu’il nous donne des informations sur la composition de la “maisonnée”. Il ne s’agit probablement pas de familles pratiquant un culte domestique mais d’individus isolés de leur contexte familial.

41Seule la structure D10, longue plate-forme à fonction spécifique (cf. p. 110) comportait un autel de type dépendant entre deux banquettes en L.

– les foyers.

42Un seul type de foyer, fréquent à Cauinal, a été rencontré ; en argile cuite, il est constitué d’une cuvette de 0,55 m de diamètre (D18), de 0.50 m de diamètre (A16), mais ce vestige a disparu sur la majorité des structures, très érodées.

– les sols.

43Tout comme les foyers, ils sont rarement conservés. Ils étaient en argile cuite (D18, A2, A3...).

44L’aménagement intérieur des plates-formes d’El Talpetate est assez comparable à celui de Cauinal, si ce n’est l’absence totale d’autels domestiques.

Plates-formes en L.

45Au nombre de trois (B1, C’3 et C’9), elles appartiennent soit à la catégorie A (C’9), soit à la B (B1 et C’3). Pour ces deux dernières, une aile mineure a été ajoutée à l’aile majeure, tandis que C’9 a été construite “d’une seule pièce”.

Plate-forme en U.

46Unique (D9), de grande taille, elle possède deux ailes de longueur inégale, construites en même temps que le corps principal. Les trois pièces ne communiquent pas entre elles. Nous l’avons interprétée comme la résidence du dirigeant d’El Talpetate (cf. p.).

Les "longues" plates-formes.

47Parmi ces 133 plates-formes, 8 ont des dimensions trop exceptionnelles pour être des plates-formes d’habitation, particulièrement petites sur le site. On a noté dans le tableau 4 les dimensions, type de construction, aménagement de ces structures de catégorie C (plus de 8 m de long).

48Elles sont toutes situées dans les groupes principaux et se répartissent ainsi :

  • deux dans le groupe A : A12 en position centrale, A43 tout à fait excentrique ;

  • une dans le groupe C, en position centrale (C8) ;

  • trois dans le groupe D, toutes les trois regroupées au nord et isolées des plates-formes d’habitation (D9, D10 et D25) ;

  • deux dans le groupe E, à chaque extrémité de celui-ci : E4 à l’est, E9 à l’ouest (fig. 2).

49Ces longues plates-formes, dont les dimensions sont comprises entre 8m et 14m, ne sont pas toutes identiques et nous avons essayé de les classer en trois catégories correspondant probablement à trois fonctions différentes.

  • a) D10 (fig. 3) : elle mesure 10,90 x 3,50 m et est construite simplement ; sa superstructure était soit en bahareque soit en tiges de maïs. Son entrée est à l’ouest. C’est l’unique plate-forme du site qui soit aménagée avec une banquette en double L et un petit autel central de type dépendant, selon un plan tout à fait fréquent à Cauinal. Elle ne contenait pas de vestiges. Cette structure est située à proximité de deux autres longues structures (D9 et D25) et elle nous paraît assez bien correspondre aux “maisons du conseil” que l’on trouve dans chaque groupe important de Cauinal. C’est là que devaient se dérouler les activités administratives et religieuses de ce village de garnison. Il parait toutefois étonnant qu’étant donné son rôle, elle n’ait pas une superstructure de pierres.

  • b) D9 : en U, elle mesure 9,40 m de longueur, son aile ouest 5,10 m et son aile est 4,40 m. Son entrée principale est au sud-ouest. On a vu plus haut qu’elle forme un ensemble de trois pièces indépendantes. Le corps principal est plus élaboré que les deux ailes, comportant un mur de superstructure partiellement en pierres. Dans chaque aile, il y avait les restes d’une petite banquette et un peu de céramique domestique ainsi qu’un fragment d’encensoir. A proximité de l’angle sud-est de D9, il existe une petite plate-forme (D8) de 2,50 x 2,00 m et 0,25 m de hauteur, unique sur le site, construite en petites dalles de tuf avec un rebord d’une dizaine de cm de largeur et quelques tessons répartis sur le sol tapissé de petites dalles. Il semble qu’on puisse interpréter cette structure comme un autel ; elle est en effet assez comparable à l’autel A15 du groupe A de Cauinal. D9, plate-forme de plan unique, située au sein d’un petit ensemble formé de trois grandes plates-formes isolées des structures d’habitation communes, à proximité d’un autel, a une fonction privilégiée. Elle peut être la résidence du personnage le plus important du village, et former avec D8 et D9 (et peut-être D25) le centre des activités civiques et religieuses d’El Talpetate.

  • c) On peut regrouper dans une dernière catégorie les six autres longues plates-formes : A12, E9, A43, C8, D25 et E4. Elles présentent un certain nombre de caractères communs :

    1. une superstructure en bahareque ou matériau périssable (à l’exception de E9, mais on verra plus loin que ce groupe présente des particularités de construction) ;

    2. pas d’aménagement intérieur (sauf E4). A noter seulement la division centrale de deux d’entre elles (A12 et E9) ;

    3. pas de vestiges céramiques ou lithiques. Leur fonction est difficile à définir :

  • il peut s’agir des dortoirs des hommes seuls qui forment la garnison, quand ils ne sont pas en faction dans les petites plates-formes.

Fig. 2 – La structure E-9.

Fig. 2 – La structure E-9.

Fig. 3 – La structure D-10.

Fig. 3 – La structure D-10.

50L’existence de ce type de structure est attestée dans un certain nombre de documents ethnohistoriques (voir en particulier Miles, 1957).

51– il peut s’agir de tout autre type de structure à caractère communautaire.

52D’autre part, il est difficile d’affirmer que ces six plates-formes avaient la même fonction. On peut par exemple noter que les deux plus grandes, A12 et D25, sont situées à proximité de structures de type cérémoniel (les 3 autels A42, A37 et A41 pour A12 et D10 pour D25).

53Mais l’absence de vestiges significatifs qui pourraient différencier ces plates-formes ne nous permet pas d’émettre des hypothèses vraiment satisfaisantes.

Les petites plates-formes de pierres.

54Le problème posé par ces petites structures mérite qu’on s’y attarde.

55Nous avons noté dans le paragraphe sur les superstructures la présence à El Talpetate d’un certain nombre de plates-formes, généralement de petite taille, bien construites, avec un mur de superstructure en pierres et bahareque. D18, la mieux conservée d’entre elles, comprenait deux banquettes rectangulaires, ainsi qu’un foyer en cuvette situé près de l’une des banquettes (fig 4).

56On a regroupé dans le tableau 5 les 18 plates-formes présentant une superstructure des pierres (D9 et E9, déjà étudiées dans le cadre des longues plates-formes ne seront pas mentionnées ici), avec leurs dimensions, type de construction et de banquette, l’orientation de leur entrée et la présence(x) ou l’absence (0) de matériel céramique et lithique. Ce tableau a mis en relief un certain nombre de faits :

  1. sur les 18 plates-formes, 14 font partie des groupes C et D où elles sont regroupées vers le sud.

  2. la majorité d’entre elles mesure entre 4 et 5,50 m de long.

  3. elles ne dépassent jamais 3 m de largeur externe. Or, étant donné que les murs de la superstructure sont en léger retrait par rapport à la substructure et qu’ils mesurent entre 0,30 et 0,50 m d’épaisseur, l’espace intérieur est généralement bien inférieur à deux mètres de largeur, ce qui donne une surface habitable des plus réduite.

  4. toutes les substructures des plates-formes des groupes C et D sont de type 4, le plus élaboré.

  5. la grande majorité des plates-formes ont leur ouverture au sud/sud-ouest ou ouest, dominant ainsi la vallée du Chixoy et tournant le dos au village.

  6. environ la moitié contenait, généralement dans leur remblai extérieur, du matériel céramique de type domestique : fragments de comales et jarres de type courant (“bulleux”, “strié”, etc.). Mais on a déjà indiqué que le matériel céramique était rare et érodé sur le site. A noter, sur la banquette ouest de C6, cinq céramiques domestiques (jarres, marmites à oreilles) qui ont été écrasées par la chute de la partie en bahareque du mur de superstructure.

  7. le matériel lithique est bien représenté. Sur tout le site, il a été recueilli 12 fragments de molette et meule, en général de très petite taille : les 2/3 proviennent des remblais extérieurs des petites plates-formes en question. On avait envisagé que ces constructions pouvaient avoir été utilisées comme poste d’observation par les hommes de la garnison : leur petite taille et leur orientation paraissaient favoriser une telle hypothèse. Mais elle paraît difficile à soutenir dans la mesure où elles contiennent le même type de vestiges que n’importe quelle plate-forme d’habitation. Si on admet donc que ce sont des plates-formes d’habitation, il n’en demeure pas moins un certain nombre de questions à leur égard :

    1. quelle est la composition des occupants de ces plates-forme ? des hommes seuls ? une famille nucléaire ?

    2. sont-elles occupées par un groupe stable et permanent ou par des hommes de garnison régulièrement relevés et couchant dans les longues structures ?

    3. pourquoi sont-elles si élaborées alors que toutes les structures communautaires sont de type simple ?

    4. S’agit-il d’occupants de statut social élevé ? et quel est ce statut ?

Fig. 4 – La structure D-18.

Fig. 4 – La structure D-18.

57En conclusion, il apparaît difficile de définir avec précision la fonction de ces petites plates-formes bien construites. Elles apparaissent comme des habitations d’un type particulier, spécifiques de ce site.

58Les 133 plates-formes d’El Talpetate peuvent être classées en deux grandes catégories :

  • plates-formes à fonction d’habitation ;

  • plates-formes à fonction communautaire.

2. Les structures ovales.

59En plus des 133 plates-formes étudiées ci-dessus, le site d’El Talpetate comprend un certain nombre de structures de plan ovale, 11 au total.

60Elles se répartissent ainsi :

  • groupe A : au sud-est, A7 ; au centre, A37 ; 41 et 42, au nord-est A29, A40.

  • groupe D : au sud-est, D2 ; au sud-ouest, D15 et 33.

  • groupe E : à l’est, E0 (?).

  • groupe E’ : au nord, E’11.

61Toutes ces structures ne sont pas identiques et on peut les diviser en plusieurs groupes, d’après leur taille :

  • grandes structures : D2 (4 x 3,7 m).

  • structures moyennes : A7, A29, A40, D15, E’11 (2,80 – 3x2,20 – 2,40 m).

  • petites structures de tailles variées : A37, A41, A42, D33, E0 (les 2 dernières, saccagées, ne pourront être étudiées).

D2

62Cette structure, unique, est en très bon état de conservation. Située dans le groupe D, en bordure nord-est, elle est orientée nord-est/sud-ouest et mesure 4 m x 3,7 m. Son entrée de 0,75 m de large est à l’est.

63Posée directement sur le sol de tuf, elle est de plan ovale. Son mur, de 50 cm d’épaisseur, est construit en petites dalles de tuf, dont la face lisse se trouve à l’intérieur et devait être recouverte d’une couche d’argile cuite. Il a une hauteur actuelle de 1,05 m et ne paraît pas avoir été beaucoup plus haut, si on en juge par les rares pierres éboulées.

64Le sol est en dalles de tuf régulièrement taillées mais non jointives, posées sur la roche naturelle.

65Cette structure a été utilisée récemment comme lieu de culte.

66Elle contient peu de matériel : quelques tessons au fond à gauche de l’entrée, de céramique utilitaire, et une petite pointe de lance à retouches bifaciales (l’unique qui ait été trouvée sur le site) en obsidienne, également au fond, en face de l’entrée.

67Cette structure unique est difficile à interpréter, car elle contient peu de matériel. Bien construite, de grande taille et de bonne hauteur, elle ne correspond à aucun type de structure existant à Cauinal. Sa fonction est probablement domestique : grenier, réserve, magasin...

Les structures ovales de taille moyenne.

68Au nombre de 5, elles se répartissent ainsi :

  • A7, située sur une petite pointe, en bordure de ravin, au sud-est du groupe A ; orientée nord-sud ;

  • A29 et A40, situées dans la partie occidentale du groupe A ; orientée est-ouest ;

  • D15, en bordure sud-est du groupe D, orientée nord-sud ;

  • E’11, au nord-ouest du groupe E’ ; orientée nord-sud (fig. 8).

69Ces cinq structures sont construites assez grossièrement, en blocs et dalles de tuf de 0,40 à 0,60 cm de hauteur, posées verticalement ou horizontalement sur le sol de manière plus ou moins jointive, avec parfois un calage de petits blocs. Elles présentent un certain nombre de caractères communs :

  1. elles mesurent entre 2,80 et 3 m de longueur et 2,20 à 2,40 m de largeur ;

  2. leur entrée de 55 à 60 cm de large est limitée par deux blocs ou dalles dressés, en tuf, de 50 à 60 cm de hauteur ;

  3. elles contiennent une ou plusieurs petites jarres de type grossier ;

  4. elles présentent des traces de feu : charbon, terre brûlée, noir de fumée ;

  5. leur remblai intérieur est constitué de petits galets ronds ou ovoïdes, roses ou blancs, de taille régulière ;

  6. trois d’entre elles (A7, 29 et 40) utilisent un affleurement du tuf pour former leur côté nord.

A7.

70Cette structure, la plus complète et la moins détruite des 5 structures, présente tous les caractères énoncés ci-dessus. En outre, son intérieur est aménagé : une sorte de banquette est adossée au côté opposé à l’entrée, de 1 m de long, 0,80 m de large, 0,45 m de hauteur, formée de petits blocs de tuf bien taillés, légèrement espacés, sur laquelle est posée une dalle de tuf, formant ainsi une petite cavité complétement noircie de fumée. Sur cette banquette, cassée sur place par la chute de quelques pierres du mur nord, une petite jarre de type simple.

Interprétation.

  • 1 Information de Rómulo Cornelio Reyes, de l’aldea Pasulup.

71A7 est une construction assez fruste, en blocs et dalles de tuf. Son aménagement intérieur est tout à fait comparable aux petits autels modernes qu’on peut observer aujourd’hui, en particulier au sommet des montagnes. Elle comporte une petite cavité dans laquelle devait être allumées des bougies qui ont laissé d’abondantes traces de noir de fumée. Quant à la petite jarre déposée sur l’autel, elle pouvait servir à contenir de l’eau de purification, comme cela existe aujourd’hui encore sur les autels modernes1.

72La fonction cérémonielle de ces structures ovales de taille moyenne est vraisemblable, quoiqu’on n’y ait jamais trouvé de fragments d’encensoirs.

73Les autres structures de ce type sont dans l’ensemble moins bien conservées. En général, leur petit autel intérieur a été détruit par la chute des murs.

74D15 est particulièrement soignée, entièrement en dalles revêtues intérieurement d’une couche d’argile cuite ; son autel intérieur, également de style raffiné, était en grandes dalles de tuf, dont certaines étaient percées d’un petit trou (évacuation de la fumée ?).

75La répartition de ce type de structures est très variée : 3 sont en bordure sud du site, 2 en position centrale. Elles existent dans certains groupes principaux (mais pas dans tous) et aussi dans un groupe secondaire (E’). Il est difficile de percevoir une règle dans leur mode de répartition ; on peut seulement remarquer leur fréquence dans le groupe A.

Les petites structures ovales.

76Les structures D33 et EO ayant été complètement saccagées ne pourront être étudiées. Il reste donc 3 petites structures ovales : A37, 41 et 42. Elles sont toutes situées dans le groupe A, orientées nord-est/sud-ouest, voisines et disposées en ligne droite.

77A37 est une petite structure très simple, de 1,45 m x 1,30 m et 0,20 m de hauteur, sorte de petite plate-forme ovale en petites dalles de tuf, très pauvre en matériel.

78A41 et 42 (2,50 x 1 et 2,50 x 1,30 m respectivement) sont construites comme les structures ovales de taille moyenne, mais ne possèdent pas d’aménagement intérieur ; elles contiennent également des tessons de petites jarres et des traces charbonneuses.

79A37, unique en son genre, est trop petite et trop pauvre en vestiges pour avoir une fonction domestique. Il s’agit sans doute plus probablement d’un petit autel.

80A41 et 43, moins élaborées et plus petites que les autels ovales, devaient avoir une fonction identique, cérémonielle, et on peut les regrouper dans une même catégorie.

81Ces trois structures, alignées, devaient être étroitement liées.

82Les structures de plan ovale (à l’exception de D2, unique) sont donc très probablement des autels d’un type différent de ceux de Cauinal. Là-bas, en effet, existent à l’intérieur des zones résidentielles deux types d’autels : l’autel familial, à l’intérieur des maisons, et plus rarement un autel de construction très fruste, au centre de certains ensembles (A’26bis, B48...). Dans le centre civico-cérémoniel, les autels plus élaborés sont de plan presque carré.

83À El Talpetate, il n’existe aucun exemple d’autel familial, alors que ce type y est connu puisqu’on le trouve dans la longue plate-forme à fonction civico-religieuse, D10. Cette absence d’autel familial pose encore une fois le problème de la composition des maisonnées d’El Talpetate. Pourquoi, s’il s’agit de familles, n’ont-elles pas suivi la tradition de Cauinal ?

84Par contre il existe un type nouveau d’autel, ovale, avec un aménagement intérieur, dont les critères de répartition nous échappent puisqu’on peut aussi bien les trouver en position centrale, en bordure ou isolés. Correspondent-ils à un type d’activité religieuse particulier ? qui les utilisait ?

85Rappelons l’existence d’un autel carré près de la plate-forme D9 (cf. p. 112), zone que nous considérons comme le centre du village.

86Les différents types de structures d’El Talpetate mis en évidence, il nous est possible de faire une première comparaison avec le groupe A’ de Cauinal.

87Pour plus de commodité, nous avons regroupé dans le tableau ci-dessous les structures des deux établissements.

CAUINAL

Forme

Fonction

– Plate-forme rectangulaire

Habitation

– Grande plate-forme rectangulaire

“Maison du conseil”

– “En fer à cheval”

Annexe, cuisine

– Circulaire, petite

Grenier, magasin

– Circulaire, grande

Four à chaux

– Absidal

Autel extérieur

EL TALPETATE

Forme

Fonction

– Plate-forme rectangulaire

Habitation

– Grande plate-forme rectangulaire.

Communautaire (“maison du conseil”, dortoir ?

– Ovale, grande

Grenier ?

– Ovale, petite

Autel

– Carrée

Autel

88On remarque une grande similitude de fonctions entre les deux établissements, même si ces fonctions présentent parfois des variations au niveau de leur expression (forme), en particulier pour les autels.

89Il existe cependant quelques différences qui sont particulièrement intéressantes, car elles nous informent sur la spécificité de chacun de ces établissements :

  • dans le groupe A’, on a noté un type de structure particulier – le four à chaux – où se fabrique la chaux qui entre dans la composition du stuc qui revêt les principales constructions du centre. La fabrication de la chaux est une activité en relation directe avec la présence d’un centre important ; elle est ici l’indice des liens étroits qui existent entre cette zone d’habitat et le centre.

  • à El Talpetate, il y a un certain nombre de longues plates-formes qui pourraient être des dortoirs. Cela implique un type d’activité communautaire qui peut être ici liée à la fonction stratégique du site.

II. ORGANISATION SPATIALE.

90Ces différents types de structures s’organisent à El Talpetate à l’intérieur de plusieurs groupes assez personnalisés. On les présentera ici afin de comparer l’organisation spatiale de ce site isolé à celle d’une zone d’habitat en relation directe avec le centre, le groupe A’.

Le groupe A.

91Situé à l’est, à proximité de la principale entrée sur le site, le groupe A est le plus étendu. Il occupe un espace de 300 m de longueur qui monte en pente douce vers les autres groupes et est bordé au nord et au sud par des ravins.

92Il comprend 44 structures réparties en deux ensembles d’inégale importance, séparés par de larges affleurements de tuf. A l’est, le premier ensemble se regroupe autour de la longue plate-forme A12 ; à l’ouest, quelques structures sont disposées le long des courbes de niveau. Les plates-formes A43 et 44 sont tout à fait isolées au nord.

93Le groupe comprend une longue plate-forme, 37 plates-formes d’habitation et 6 autels.

94Les plates-formes sont pour leur grande majorité de petite taille (30 ex.) et de construction simple (31 ex.). Les plus élaborées (A4, A11, A21 et A23) sont regroupées au sud.

95Les superstructures sont généralement en bahareque. Seule A21 paraît avoir eu une superstructure de pierres. 6 seulement ont des banquettes, généralement rectangulaires.

96Le matériel est ici plus abondant que dans les autres groupes (mais celui-ci se trouve dans une zone relativement plane). La céramique domestique comprend des petites jarres, comales, etc... ; les fragments d’encensoirs sont nombreux, à manche (A10) et en sablier (A9, 10, 15 et 23).

97Le matériel lithique comprend seulement 2 fragments de molette en pierre verte et blanche, lourde (A16 et 32). Aucun fragment d’obsidienne, seulement un éclat de silex (A12).

98Ce groupe résidentiel comprend des plates-formes de construction et d’aménagement très simples, qui contrastent avec le nombre important d’autels et la présence de nombreux fragments d’encensoirs. 3 de ces autels sont particulièrement bien situés (A42, A37 et A41) sur le passage qui mène vers les autres groupes, et on peut se demander si la situation du groupe A, à l’entrée du site, ne lui confère pas une importance cérémonielle particulière.

Le groupe B.

99Situé au sud, ce petit groupe est construit sur une sorte d’éperon arrondi dominant la vallée du Chixoy. Il comprend 4 structures et un petit mur de soutènement (5, B2 et B3 ont été complètement saccagés). B1 et B2 sont situés à flanc de colline, B3 et B4 sur le mamelon. Toutes ces plates-formes semblent avoir eu fonction d’habitation, 3 sont de petite taille, 1 de taille moyenne et en L. B3 et B4 sont de construction simple, B1 et B2 plus élaborée.

100A flanc de colline, vers le nord, il existe un trou naturel dans le tuf dont le bord a été aménagé et qui devait servir de citerne (B6). Vers l’est, il y a une autre cavité de ce type, mais sans aménagement (B7). Ce sont les deux seules réserves d’eau possibles repérées sur le site.

101Le matériel, uniquement céramique, est utilitaire.

102Par sa situation exceptionnelle, ce groupe pouvait avoir une fonction particulière que le mauvais état de la majorité de ses structures ne permet plus d’entrevoir.

Le groupe C.

103Le groupe C occupe une position centrale à El Talpetate. Il est situé sur un espace plan de 65 m est-ouest et 50 m nord-sud où partout affleure le tuf. Celui-ci a d’ailleurs été fréquemment aménagé en larges gradins ou en petites terrasses autour des plates-formes (C12a et C12B).

104Il comprend 18 structures (C8, C9, C14 et C16 ont été saccagées), toutes plates-formes d’habitation, à l’exception de C8, longue plate-forme. Sans orientation préférentielle, ces petites plates-formes sont généralement de petite taille (14), parfois de taille moyenne (3). Leur type de construction est toujours élaboré, (à l’exception de C17, un peu excentrique) ; 10 comportent une superstructure de pierres, 8 ont des banquettes.

105La céramique recueillie est toujours domestique.

106L’unique lame de hache en pierre verte provient de ce groupe (remblai sud de C17). Les fragments de meules et de molettes sont assez abondants (cf. tableau 5). Quelques fragments d’obsidienne ont également été trouvés sur C3.

107Ce petit groupe bien situé, remarquablement bien construit, est le plus homogène. Il comporte, proportionnellement, le plus grand nombre de petites plates-formes en pierres, constructions qui soulèvent un certain nombre de problèmes que nous avons évoqués plus haut (cf. p. 116).

Le groupe C’.

108Situé en léger contrebas du groupe C, le groupe C’ occupe une petite terrasse qui borde le groupe C au nord et à l’est. Il comprend 9 plates-formes d’habitation, 7 rectangulaires et 2 en L (C’3 et C’9). 6 sont de petite dimension, 3 de taille moyenne. La majorité est de construction simple, seule C’6 présente une superstructure de pierres ; 4 sont aménagées avec des banquettes.

109Il y a peu de matériel céramique, très érodé, à l’exception d’un fragment de manche d’encensoir (C’2) ; un fragment de metate en pierre gris-vert (C3) et deux fragments de molette (C3, C6).

110Ce groupe forme avec le groupe C un tout. L’un est très bien construit, l’autre simple. Par sa situation périphérique en contrebas, son mode de construction, modeste, C’inscrit dans l’espace son type de relation avec C, qui devait être de dépendance.

Le groupe D.

111Séparé des groupes C et E par deux petites dépressions naturelles, le groupe D s’étend sur 150 m de longueur est-ouest et 100 m maximum de largeur nord-sud. A l’ouest, il est limité par un mamelon où affleure le tuf, au nord par un ravin, au sud par le groupe D’.

112Il comprend 34 structures (D33, 29, 24 et 23 ont été saccagées) : 27 plates-formes d’habitation, 3 longues structures (D9, D10 et D25), un petit autel carré (D8) et 3 structures ovales : un grenier ? (D2), un autel (D15) et une petite structure non classée (D33) parce que trop détruite.

113Au sud-ouest, un escalier de trois marches a été taillé à même le tuf.

114La majorité des plates-formes d’habitation sont disposées le long des courbes de niveau. A l’est, orientées nord-sud, ce sont D0, 1, 3, 4, 5, 6, 7, 11, 22, 28, 29. Au sud, orientées est-ouest, D14, 16, 18, 19, 21. Les autres plates-formes ne présentent pas d’orientation préférentielle.

115Parmi ces 27 structures, 15 sont de petite taille, 12 de taille moyenne. La grande majorité (24) est bien construite, dont 7 avec une superstructure de pierres essentiellement regroupées au sud (D14, 17, 18, 19, 20) et 2 à l’est (D5 et 7) ; 7 seulement ont des banquettes.

116Le matériel est rare, très érodé, domestique ; seulement deux fragments d’encensoir moulé dans le remblai ouest de D26. Pas de matériel lithique.

117Si le groupe D comporte, tout comme le groupe A, un grand nombre de structures, il est bien différent de celui-ci. Ses structures dans l’ensemble sont beaucoup mieux construites, plus grandes. Il dispose en outre d’un petit ensemble formé par trois longues plates-formes : maison du conseil, résidence du chef, structure communautaire, ainsi que la seule grande structure ovale du site. Ses fonctions paraissent plus différenciées que dans les autres groupes ; c’est là qu’est situé le centre civico-religieux du site, au nord.

Le groupe D’.

118Situé, tout comme C’, en contrebas d’un groupe principal (D), D’ s’étend sur une petite terrasse qui borde au sud et à l’ouest le groupe D.

119Il comprend 11 structures, toutes plates-formes d’habitation, disposées sans ordre préférentiel. Toutes sont de petite taille, à l’exception de D, de taille moyenne. 6 sont de construction simple, 5 élaborées, dont une avec superstructure de pierres. 5 ont des banquettes. On a retrouvé de nombreux fragments de bahareque dans les remblais extérieurs.

120Le matériel est plus abondant que dans le groupe D, il est uniquement domestique, à l’exception d’un fragment d’encensoir moulé dans le remblai sud de D9.

121Tout comme C’et C, D’ forme un tout avec le groupe D. On peut se demander si un lien privilégié existe entre les petites structures entièrement en pierres situées au sud du groupe D et les plates-formes simples du groupe D’, relativement proches.

Le groupe E.

122Situé à l’ouest, à l’une des extrémités du site, le groupe E s’étend au pied d’un mamelon de tuf. Il est bordé au nord par un ravin et au sud par le groupe E’.

123Il comprend 11 structures : 7 plates-formes d’habitation, 2 longues maisons (E4, E9), une structure ovale (EO) et une non définie trop incomplète (E3).

124Les plates-formes d’habitation sont de petite taille et de construction simple pour la plupart, 4 ont des banquettes.

125Le matériel, comme ailleurs, est rare et érodé, domestique. Deux fragments d’encensoir : un à manche, moulé (E6), l’autre en sablier (E11) ; aucun matériel lithique.

126Dans ce groupe, la majorité des structures sont grossièrement construites, en gros blocs mal taillés et non jointifs, ce qui lui donne un aspect assez particulier, décadent, un peu en contradiction avec le fait que s’y trouvent deux longues maisons dont l’une, d’un type unique, à deux pièces (E9). S’agit-il d’un groupe plus tardif que les autres ?

Le groupe E’.

127Situé en contrebas du groupe E, sur une petite terrasse qui forme une série de paliers, le groupe E’ s’étend à l’ouest du groupe E. Ce groupe secondaire comprend 11 structures (E’1, 9 et 10 ont été saccagées), toutes plates-formes d’habitation à l’exception de E’11, qui est un autel de plan ovale.

128Toutes les plates-formes sont de petite taille et de construction simple à l’exception de E’8, bien construite avec une marche et deux banquettes. 3 autres structures ont également des banquettes.

129Il y a de nombreux fragments de bahareque dans les remblais. Le matériel est semblable à celui des autres groupes. Pas de fragment d’encensoir.

130Ce groupe secondaire diffère un peu des autres groupes secondaires C’et D’, car il est le seul qui possède un autel ovale. Sa relation avec le groupe principal E est moins évidente.

Les groupes secondaires.

131Les trois groupes secondaires C’, D’ et E’ présentent un certain nombre de caractéristiques communes :

  • ils sont situés à la périphérie des groupes principaux, en contrebas de ceux-ci.

  • ils comprennent de 9 à 11 structures, toutes plates-formes d’habitation (à l’exception de E.11).

  • leurs structures sont plus simples que celles des groupes principaux dont ils dépendent.

  • parmi les plates-formes de chaque groupe, une est plus élaborée que les autres, située à une extrémité : C’6 et D’6 qui ont une superstructure de pierres, E’8 bien aménagée.

  • deux d’entre eux (C’ et D’) sont en relation directe avec un ensemble de structures de petite taille en pierres.

132Ces groupes secondaires devaient être occupés par des personnes de statut moins élevé que celles des groupes principaux. S’agit-il des serviteurs ? ou de membres de la famille des occupants des petites maisons de pierres ?

CONCLUSION.

133L’étude des différents groupes qui composent El Talpetate a permis de mettre en évidence son organisation spatiale. Cet établissement comprend :

  1. un petit centre civico-religieux, dans la partie nord du groupe D, centre assez informel car les structures qui le composent ne sont ni disposées autour d’une place, ni orientées les unes par rapport aux autres.

  2. à proximité de ce centre, trois groupes d’habitat (C, D et E) bien construits, chacun comportant dans sa périphérie une zone d’habitations plus rustiques. Ces trois groupes principaux possèdent des caractéristiques propres (grande proportion de structures bien construites pour le groupe C, variété fonctionnelle des structures du groupe D, mode de construction particulier du groupe E) qu’il est parfois difficile d’interpréter.

  3. à l’entrée du site et loin du centre, un groupe d’habitations isolées (A) comprenant un grand nombre de petits autels.

134On a noté également une forte concentration des structures vers le sud ; or cette direction est stratégiquement très importante, c’est celle de la vallée du Chixoy, et ce site de hauteur apparaît comme le complément des sites défensifs qui jalonnent la vallée jusqu’à Cauinal.

135Combien de personnes habitaient ce village ? qui étaient-elles ?

136Sur les 125 plates-formes d’habitation, 101 pouvaient abriter 5 personnes, les 24 autres, de petite taille, seulement 2 ; cela donne un total d’environ 550 personnes, soit une densité de 4.000h/km2. Cette densité assez forte peut paraître étonnante dans un lieu sans grand potentiel agricole et où n’existe aucun point d’eau permanent. Il y a bien deux citernes naturelles dans le groupe B, mais elles ne pouvaient servir de réserve à tout le village ; et si les formations de tuf dessinent quelques cuvettes naturelles, celles-ci sont également tout à fait insuffisantes. Il fallait donc aller chercher l’eau à plus d’une demi-heure de marche dans les quebradas voisines pendant la saison sèche. En saison des pluies, les sources sont proches.

137Ce fait n’est pas unique dans les hautes terres du Guatemala :

  • à Mixco Viejo par exemple, “ville” incomparablement plus grande que le petit village d’El Talpetate, il fallait également descendre dans les quebradas voisines pour s’approvisionner en eau. Cela n’a pas empêché les Pokomam de stuquer certaines de leurs structures.

  • aujourd’hui même, les habitants de l’aldea Belejú (San Miguel Uspantán, El Quiché) qui comprend plus de cent maisons doivent aller chercher leur eau à deux lieues (8 km) (information donnée par Alejandro Ruiz de l’aldea Chicruz).

  • enfin, nous avons appris récemment que des habitants de Pasulup avaient commencé à s’installer sur le site (ce qui n’est pas sans poser de problèmes, car l’endroit appartient aux gens d’une autre aldea, Chicruz).

138Bref, il nous semble que nous avons une vision trop “européocentriste” du problème de l’eau et que la situation du site était plus importante que ses ressources en eau. À El Talpetate, on a même fabriqué beaucoup de bahareque et de revêtement d’argile nécessitant d’importantes quantités d’eau. Mais il est sûr que, si les occupants de ce village étaient originaires de Cauinal, ils devaient être habitués à de grands travaux en regard desquels la “corvée” de l’eau devait leur paraître bien peu de chose.

139La situation d’El Talpetate paraît donc avoir été déterminante dans l’installation de cet établissement. Ce plateau est, nous l’avons dit, un poste d’observation incomparable. Il est relié à Cauinal par deux autres sites de hauteur, Pasulup au nord-est, vaste plateau sur lequel étaient installées des structures aujourd’hui très détruites qui devaient être comparables à celles d’El Talpetate ; et, plus près du centre, et en liaison directe avec lui, Mocotorro, colline qui domine Cauinal au sud, comprenant un petit centre cérémoniel et une quarantaine de plates-formes d’habitation.

140Il est probable qu’entre ces trois établissements de hauteur les liaisons étaient visuelles plutôt que sonores, car les vents soufflent très fort sur le plateau et dans toutes les directions.

141Ce site de hauteur est donc un excellent poste d’observation “longue distance” pour Cauinal, qui compense ainsi sa situation en fond de vallée. Fox (1968, p. 263) considère, dans le chapitre qu’il consacre au Quiché oriental, que Belej Tzak et Moxpan, deux autres petits établissements installés sur des collines, au sud du Chixoy, dans une région tempérée, pourraient également faire partie du “Grand Cauinal”. En fait, ils peuvent tout aussi bien dépendre de l’un ou de l’autre des centres importants de la région, Tzak Pokoma (Chuitinamit) ou Cahyup (ibid. p. 232) et c’est pourquoi il ne nous paraît pas possible de les inclure dans la sphère du “grand Cauinal”.

142Qui vivait dans ce village ? C’est le problème le plus difficile à résoudre. On a déjà évoqué certains de ses aspects. S’agit-il de familles installées de façon permanente ? Mais où enterraient-elles leurs morts ? (on n’a trouvé ni cimetières ni urnes à crémation autour des maisons). Ou bien d’hommes de garnisons régulièrement relevés ? Comment se faisait leur recrutement ? Appartenaient-ils à plusieurs lignages de Cauinal (correspondant aux groupes C, D et E) ? Qui était leur chef ?

143Il est peu probable que ce village ait produit sa nourriture : le plateau est aride et les terres proches peu fertiles. Il devait recevoir (de Cauinal ?) tous les produits nécessaires à sa survie, comme dans toutes les garnisons du monde.

144Si on compare le groupe A’ de Cauinal et ce village de garnison, on peut noter un certain nombre de points communs, mais surtout des différences.

145On trouve les mêmes types de structures sur les deux sites. Mais, à Cauinal, il existe en outre des structures qui témoignent de certaines activités artisanales qui ne sont pas pratiquées à El Talpetate : fours à chaux, réserves d’un type particulier, ateliers de débitage d’obsidienne. Quant aux autels, ils se présentent bien différemment.

146Le matériel céramique paraît identique dans les deux sites. Cependant, à El Talpetate, on n’a retrouvé aucun sceau. Même si l’on considère que les vestiges sont rares sur ce site, sur le pourcentage du matériel recueilli, on aurait dû avoir ce type d’objets. Cela veut-il signifier que la présence de sceaux est liée à une activité artisanale, cérémonielle (ou familiale) ?

147On doit remarquer aussi l’absence quasi totale de pointes d’obsidienne (un ex.) si courantes à Cauinal. Il semble donc que les guerriers aient été concentrés dans le centre – et probablement aussi dans les avant-postes de la vallée, et que El Talpetate ait bien été seulement un poste d’observation.

148Enfin, ces deux établissements ont une organisation interne bien différente. Le groupe A’ est homogène, composé d’ensembles comparables, tandis qu’El Talpetate présente une certaine hétérogénéité, celle d’un village éloigné de la ville, et qui assure une partie des fonctions de celle-ci.

149Effectuant une étude comparative entre deux types d’établissements, nous avons tenté d’appliquer la méthode définie par Paula Sabloff (cf. Sabloff and Rathje, 1975) pour les sites d’habitat de l’île de Cozumel occupés à une période récente (1847-1972). L’auteur, cherchant à établir les variables modifiant l’organisation spatiale, suggère d’étudier les sites d’habitat selon trois axes principaux :

  1. la distribution des habitations,

  2. la composition des maisonnées,

  3. l’accès aux ressources naturelles ou artificielles.

150Il nous a été possible de travailler dans sa direction pour les points 1 et 3 (la ressource principale du site, naturelle, étant sa situation) mais le point 2 reste pour nous très problématique, car la nature des vestiges n’est ni suffisante ni suffisamment différenciée pour que nous puissions affirmer avec certitude la composition des maisonnées. Il nous a semblé que l’absence d’autels familiaux et de lieux de sépulture, la taille réduite de certaines plates-formes d’habitation, la présence de possibles dortoirs pouvaient parler en faveur de l’occupation – à tout le moins partielle – du site par des hommes sans leur famille. Mais, contrairement à P. Sabloff qui dispose de solides documents d’archives, nous n’avons pu suffisamment étayer notre hypothèse.

151Peut-être l’auteur, qui est sociologue, en suggérant aux archéologues de suivre sa méthode, a-t-elle surestimé l’information que portent en eux-mêmes les documents archéologiques. Cependant sa direction de recherche nous a paru intéressante et c’est pourquoi nous l’avons testée.

TABLEAU 1 DIMENSION DES PLATES FORMES

TABLEAU 1 DIMENSION DES PLATES FORMES

TABLEAU 2 RELATION DIMENSION/TYPE DE CONSTRUCTION DES PLATES-FORMES

TABLEAU 2 RELATION DIMENSION/TYPE DE CONSTRUCTION DES PLATES-FORMES

TABLEAU 2 bis RELATION DIMENSION/TYPE DE CONSTRUCTION DES PLATES-FORMES

TABLEAU 2 bis RELATION DIMENSION/TYPE DE CONSTRUCTION DES PLATES-FORMES

TABLEAU 3 TYPES DE BANQUETTES DES PLATES -FORMES

TABLEAU 3 TYPES DE BANQUETTES DES PLATES -FORMES

TABLEAU 4 STRUCTURES DE TYPE C (plus de 8 m.)

STRUCTURE

DIMENSIONS

CONSTRUCTION

BANQUETTE

OBSERVATIONS

A 12

10,40 x 2,70

type 1

sans

séparation centrale

E 9

8,70 x 3,10

type 4

sans

deux pièces

A 43

8,00 x 3,50

type 1

sans

isolée

C 8

8,70 x 2,70

type 4

sans

D 25

14,00 x 3,45

type 4

sans

E 4

8,20 x 2,00

type 4

en double I

D 9

9,40 x 5,10 et 4,40

type 4

rectangulaires

en U

D 10

10,90 x 3,50

type 1

en double L

autel central

TABLEAU 5 PLATES -FORMES AVEC SUPERSTRUCTURE DE PIERRES

TABLEAU 5 PLATES -FORMES AVEC SUPERSTRUCTURE DE PIERRES

Fig. 5 – Plan de EL TALPETATE.

Fig. 5 – Plan de EL TALPETATE.

BIBLIOGRAPHIE

FAUVET-BERTHELOT, M. F. Taille de l’obsidienne et fabrication de la chaux : deux exemples d’activité artisanale à Cauinal. Cahiers No. 2 de la R.C.P. 500 – Guatemala. Piedra Santa. 1981.

FOX, J. N. Quiche conquest – Centralism and regionalism in Highland Guatemalan State development. Albuquerque – Univ. of Mexico Press. 1978.

ICHON, A., FAUVET-BERTHELOT, M. F. et al. Archéologie de sauvetage dans la vallée du río Chixoy. 2 – Cauinal Guatemala Ed. Piedra Santa. 1980.

MILES, S. W. Maya settlements patterns ; a problem for Ethnology and Archaeology.
Southwestern Journal of Anthropology, 1957, vol. 13, pp. 239-48.

SAB LOF F, P. L.W. Changing patterns of dwellings distribution (1847-1972) in A study of changing pre-columbian commercial Systems. Cambridge, Peabody Museum Monographs, No. 3, pp. 29-46.

Annexes

TABLE DES ILLUSTRATIONS

fig. 1 Cauinal et les sites annexes.

fig. 2 La structure E9.

fig. 3 La structure D10.

fig. 4 La structure D18.

fig. 5 Plan d’El Talpetate

À l’exception des fig. 1 (A. Ichon) et 5 (J. Goust), les plans sont de l’auteur.

TABLEAUX

Tab. 1 Dimension des plates-formes.

Tab. 2 Relation dimension/type de construction des plates-formes.

Tab. 3 Types de banquette.

Tab. 4 Structures de type C.

Tab. 5 Petites plates-formes à superstructure de pierres.

Notes

1 Information de Rómulo Cornelio Reyes, de l’aldea Pasulup.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – CAUINAL et les sites annexes.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7843/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Titre Fig. 2 – La structure E-9.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7843/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 3 – La structure D-10.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7843/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Fig. 4 – La structure D-18.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7843/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre TABLEAU 1 DIMENSION DES PLATES FORMES
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7843/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre TABLEAU 2 RELATION DIMENSION/TYPE DE CONSTRUCTION DES PLATES-FORMES
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7843/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre TABLEAU 2 bis RELATION DIMENSION/TYPE DE CONSTRUCTION DES PLATES-FORMES
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7843/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre TABLEAU 3 TYPES DE BANQUETTES DES PLATES -FORMES
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7843/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre TABLEAU 5 PLATES -FORMES AVEC SUPERSTRUCTURE DE PIERRES
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7843/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Fig. 5 – Plan de EL TALPETATE.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7843/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search