Version classiqueVersion mobile

Rabinal et la vallée moyenne du Rio Chixoy. Vol. 3

 | 
Nicole Percheron
, 
Michel Bertrand
, 
Marie-France Fauvet-Berthelot
, 
et al.

Chapitre I. Le pouvoir et les hommes : les caciques de Rabinal au 16ème siècle

Nicole Percheron

Texte intégral

  • 1 Cf. Carte No. 1 page 2.

1Lorsque les Espagnols conquirent le Guatemala en 1524, ils trouvèrent le pays partagé en de nombreux royaumes plus ou moins importants et rivaux dont l’organisation politique et sociale était déjà bien structurée. Le plus puissant était le royaume quiché de Kúmarcaaj-Utatlán qui dominait d’autres peuples (Uspantèques, Ixiles, Aguacatèques, Marnes, Pokomanes, Tzutujiles, et Cackchiqueles) (Fig. 1). Trois autres occupaient une place importante : le royaume Cackchiquel dont la capitale était à Iximché, le royaume Tzutujil d’Atitlán et celui de Rabinal dont le centre politique se trouvait à Zamaneb1. Ces quatre peuples avaient une origine mexicaine commune et avaient conquis le pays trois siècles plus tôt.

2Chacun était dirigé par un roi et une aristocratie de guerriers, les chefs des lignages. La société était divisée entre nobles, vassaux et esclaves. Après la conquête, la couronne espagnole unifia et centralisa le pouvoir mais conserva l’organisation politique locale, laissant aux caciques ou dirigeants indigènes et aux chefs de lignages leurs attributions et leurs pouvoirs. Les quatre grands caciques, quiché, cackchiquel, tzutujil et rabinaleb, reçurent même de nouveaux privilèges en récompense de leur collaboration dans le rôle d’intermédiaires qu’on leur demanda de jouer entre la couronne espagnole et leurs vassaux.

3Cependant, le système mis en place par la colonie espagnole modifia assez rapidement la situation antérieure. En effet, le pouvoir des caciques s’affaiblit peu à peu, car ils restèrent très contrôlés par les autorités espagnoles, même s’ils gardèrent, voire renforcèrent, une position sociale privilégiée. Le cas des caciques de Rabinal, pour lesquels nous disposons d’une documentation intéressante, illustre bien cette évolution de la classe dirigeante, de l’époque préhispanique à l’époque coloniale.

  • 2 Título de los señores de Totonicapán. Page 234. Edición de Adrián Recinos. Fondo de Cultura Económi (...)
  • 3 Idem.

4La tribu des “Rabinaleb”, associée à celle de Ilocab selon les documents ethnohistoriques2, était arrivée dans les hautes terres guatémaltèques après le déclin de Chichén-Itzá, vers 1187-1224, avec d’autres groupes de guerriers épi-toltèques. Les quichés formaient le groupe le plus important et dominaient les trois autres groupes Rabinaleb, Cackchiquel et Tzutujil. Les Rabinaleb furent soumis très tôt par les quichés, selon le título de Totonicapán3. Ils devaient porter leur équipage et marcher derrière eux.

  • 4 Cf. carte Fig. 1.

5Ces groupes arrivèrent ensemble et constituèrent la troisième et dernière vague d’invasion mexicaine dans cette région. Venus du Yucatán et de la côte du golfe, au Mexique, ils remontèrent le fleuve Usumacinta dans le but de dominer les hautes terres guatémaltèques et contrôler de là le fructueux commerce qui transitait par l’Usumacinta, en provenance du Río Chixoy ou Río Negro, cuivre, sel de Sacapulas et du Río Motagua, métaux et pierres précieuses des montagnes qui encadraient la vallée ; ainsi que de la région de la Verapaz, cacao, coton, plumes précieuses du quetzal4.

6Quand ils eurent pris pied dans ces régions, se maintenant au début dans des sites défensifs de montagnes, les chefs des tribus repartirent à Chichén-Itzá pour y recevoir leur investiture et les insignes de leurs fonctions :

  • 5 Popol Vuh page 142 Edición de Adrián Recinos. Fondo de Cultura Económica. México 1975.
    “Le dais, le (...)

“El dosel, el trono, las flautas de hueso, el cham-cham, cuentas amarillas, garras de león, garras de tigre, cabezas y patas de venado, palios, conchas de caracol, tabaco, calabacillas, plumas de papagayo, estandartes de pluma de garza real, tatam y caxcón. Todo esto trajeron los que vinieron, cuando fueron a recibir al otro lado del mar las pinturas de Tulán, las pinturas, como le llamaban a aquello en que ponían sus historias”.5

  • 6 Carmack : La fase formativa de los Quichés según la arqueología y etnología. Guatemala 1979.

7Revenus dans les hautes terres avec cette reconnaissance officielle de leur pouvoir, les chefs réunirent toutes les tribus dans la première grande cité qu’ils construisirent à Jakawitz, située dans la vallée de Chujuyup, près de l’actuel village de San Andrés Sajcabajá6 .

  • 7 Popol Vuh page 238.
  • 8 Memorial de Sololá et Título de Totonicapán.
    Anexo A : papel del origen de los señores, tomado de la
    (...)
  • 9 Carte Fig. 2.
  • 10 Cf. carte Fig. 2.
  • 11 Rabinal-Achí. Traducción de Luis Cardoza y Aragón Editorial Porrúa México 1975. Page 31.

8Puis, vers 1350, les tribus se remirent en marche dans une vaste entreprise d’extension territoriale7, chacune se fixant peu à peu dans une région particulière, là où les Espagnols les trouvèrent. La tribu de Rabinal, alliée aux quichés8, conquit progressivement une vaste région comprise entre le Río Chixoy, au nord, le Río Motagua, au sud, le Río Quilila, à l’est et les massifs montagneux de Joyabaj, à l’ouest9 (Fig. 2). Trois groupes de la tribu de Rabinal, apparentés et parlant à peu près la même langue, le quiché-achí, s’installèrent là peu à peu. Un groupe occupa le site de Cawinal, ou Nimal-Cubul, sur le Chixoy, un autre l’ancien site de Joyabaj, et le groupe principal des Rabinaleb s’installa à Zamaneb, dans les montagnes de la sierra de Chuacús10. Dans le ballet-drame d’origine préhispanique du Rabinal-Achí, le seigneur de Rabinal s’intitule chef des Chacachs, des Zaman11.

  • 12 Rabina-Achí, page 38.
  • 13 Popol Vuh. Pages 129-130.

9Les montagnes de Zamaneb dominaient de riches bassins situés plus à l’est, occupés par des tribus mayas établies depuis très longtemps, les Pokomanes et les Uxab12. Le contrôle de ces montagnes constitua une première étape avant la conquête des bassins. Déjà avant leur départ de Jakawitz, les tribus quichés avaient dû tenter de pénétrer dans la zone pokomane, et il en était résulté des conflits, comme semblent l’indiquer les sources ethnohistoriques qui parlent des premiers contacts, entre Cubulco et Joyabaj, au baño de Tobil, sources d’eau chaude où allaient se baigner les quichés13. Ces incursions sur leur territoire inquiétèrent les Pokomanes qui attaquèrent Jakawitz.

  • 14 Cf. carte 2.
  • 15 Information orale par le Père Tergua de Tactic.

10L’alliance entre les Quichés et les Rabinaleb permit aux Rabinaleb de s’emparer des deux grandes cités pokomanes qui dominaient le bassin de l’actuel village de Rabinal : Nim-Pokom, ou Chitinamit, et Cajyup, et de chasser les Pokomanes vers les montagnes de la Verapaz14. La tradition orale conserve encore le souvenir de cette fuite des Pokomanes, notamment chez leurs descendants du village de Tactic15.

Fig. 2 – Le territoire des QUICHE -ACHI.

Fig. 2 – Le territoire des QUICHE -ACHI.
  • 16 Rabinal-Achí.
  • 17 Rabinal-Achí pages 71-72.
  • 18 Rabinal-Achí page 55.

11Les Rabinaleb restèrent les vassaux des Quichés, à qui ils payaient un tribut de pierres et métaux précieux et d’habits finement tissés16. Rabinal tenta de secouer le joug, sans doute vers 1450. C’est le thème du ballet-drame du Rabinal-Achí qui raconte le conflit entre Rabinal et les Quichés. Plusieurs villages auraient été détruits dans la vallée de Rabinal et le seigneur de Rabinal enlevé au baño de Tohil17. Ce dernier fut délivré par son fils qui, pour se venger, fit prisonnier un seigneur quiché qui fut exécuté et offert en sacrifice aux dieux. Selon ce document, le conflit aurait duré le cycle rituel de 260 jours et 260 nuits18.

  • 19 Fray Francisco Ximénez, page 238 libro 1.
    Historia de la provincia de San Vicente de Chiapa y Guatem
    (...)

12La zone contrôlée par les Rabinaleb occupait une position stratégique de première importance, à cheval entre les deux grands fleuves qui relient les hautes terres guatémaltèques aux basses terres du Petén : le río Chixoy (puis Usumacinta) au nord et le Motagua au sud. La conquête et le contrôle de cette vaste région permit au seigneur de Rabinal de surveiller tout le trafic qui utilisait ces deux grands axes commerciaux. Le commerce semble avoir été une activité importante chez les peuples quichés, les marchands ayant un statut particulier et privilégié puisqu’ils étaient logés chez les caciques. Selon la tradition ce sont eux que les premiers missionnaires espagnols utilisèrent pour entrer en contact avec les autorités locales et les initier au christianisme en 153719.

13Les Rabinaleb s’étaient emparés d’une riche région :

“Que venga a tomar posesión de las bellas montañas de los bellos valles”.

  • 20 Rabinal-Achí page 41.
    “En bas se trouvent les ramages, les verts ramages, le cacao jaune (pour la mo (...)

14demande le seigneur de Rabinal à celui des quichés20 dans le Rabinal-Achí. Et les Pokomanes vantent la richesse de leurs vallées :

  • 21 Note à compléter

“Abajo están los ramajes, los verdes ramajes, el amarillo cacao (moneda), el amarillo cacao (fino), el oro, la plata, los bordados, la orfebrería, con mis niños, mis hijos... allí no hay para ellos sufrimiento total o parcial, para sostenerse; mientras duermen llega una carga de cacao..., porque ellos son bordados, orfebres del día a la aurora”21.

15Et le seigneur quiché s’émerveille en voyant de loin les riches cultures :

  • 22 Rabinal-Achí page 44.
    “Je descendis de là ensuite sur le versant de la rivière et je vis alors les t (...)

“De allí descendí en seguida a la pendiente del río y entonces vi las tierras nuevas, ancianas, las tierras de las amarillas espigas, de los amarillos frijoles, de los blancos frijoles, de los pájaros de garras”22.

  • 23 Título Nijaib IV.
    Carmack : Quichean civilization.
    Univ. of California Berkeley 1973 page 352. Docum (...)
  • 24 Rabinal-Achí page 36.
  • 25 Ximénez, page 214.
  • 26 A.G.I. Sección 2 contaduría general leg. 972.

16Le royaume de Rabinal fournissait d’une part des métaux et pierres précieuses, or, argent23 jade, serpentine, de la sierra de Chuacús et du Motagua, d’autre part de riches productions agricoles : maïs, haricots, base de l’alimentation, miel24, cacao cultivé dans la vallée de l’Urrán, actuel bassin de Rabinal, selon le chroniqueur dominicain Ximénez25 et le coton, grande richesse de Rabinal, encore attestée au 16ème siècle par les autorités espagnoles. En 1594, Juan de Pineda, dans sa description de la province de Guatemala, insiste beaucoup sur le coton dont Rabinal reste un des grands producteurs26.

  • 27 Título C’oyoi. Dans Carmack : Quichean civilization, page 290.
  • 28 Colección Muñoz (Real Academia de Historia. Madrid) Tome 66 A/111 fol. 110 Vo.

17La culture du coton remonte très loin puisque le título C’oyoi signale que, lors de leurs pérégrinations, les quichés s’arrêtèrent à Jumetaja Culba Cawinal, sur le Chixoy et durent payer un tribut de cotonnades richement tissées au seigneur des Ak’aab, peuple de langue quiché installé là auparavant27. L’artisanat était aussi prospère, celui du tissage des huipiles, ou robes indigènes, et des mantas, étoffes grossières (pour les sacs de cacao). En 1545, le tribut payé par les indiens de Rabinal à la couronne espagnole consistait en 250 mantas et huipiles et 14 charges muletières de cacao tous les 80 jours28 : le tribut reposait sur les deux principales productions de Rabinal. Les tissages étaient exécutés par les femmes. D’autre part, les orfèvres faisaient la réputation de Rabinal.

  • 29 Information demandée par les descendants de ces anciens lignages dans un document de 1610.
    A.G.C.A. (...)
  • 30 R. Carmack : Historia Social de los Quichés.
    Seminario de Integración Social. Guatemala 1979, page 6
    (...)

18Politiquement, le royaume de Rabinal était organisé comme tous les autres royaumes quichés. Le territoire était divisé en diverses parcialidades, sortes de hameaux appelés Amak en quiché et par la suite, dans les documents coloniaux, du nom mexicain, ou nahuatl, de calpul. Chaque parcialidad correspondait à une circonscription territoriale et politique, comportant des terres et regroupant un même lignage noble dont le chef, qui sera désigné, à l’époque coloniale, comme principal ou cabeza de calpul29, portait, à l’époque préhispanique le nom de ajaw30 en quiché et de Ahau en quiché-achí, dans le Rabinal-Achí.

  • 31 Idem. page 73.

19Dans chaque parcialidad vivaient des lignages vassaux, groupés en quartiers, ou chinamit31. Chaque parcialidad avait ses propres lieux de culte, le plus souvent situés au sommet d’une montagne, et honorait une idole particulière.

  • 32 Ximénez page 214.
  • 33 Rabinal-Achí page 25. Son nom pourrait correspondre au jour de sa naissance.

20Un roi, chef suprême contrôlait toutes ces parcialidades ; on l’appelait el Ajpop, en quiché et Rahaval en quiché-achí (dans le Rabinal-Achí), ce que les documents coloniaux ont traduit par le mot nahuatl de cacique. Lui et sa famille, ou Ac’animak, représentaient le lignage principal. Ce roi dirigeait une confédération réunissant tous les lignages, liés par des liens de parenté ou des liens culturels, par exemple pour rendre un culte au dieu principal des Rabinaleb, Huntoh. Au moment de la Conquête, les Dominicains réussirent à rassembler autour du cacique Don Gaspar, dernier roi préhispanique, dont nous ne connaissons que le nom chrétien, douze parcialidades, mais on sait que d’autres existaient, qui refusèrent la politique espagnole de regroupement des populations32. Le ballet-drame du Rabinal-Achí nous donne le nom d’un autre roi quiché-Achí, celui qui se révolta contre la suzeraineté des quichés : Hobtoh, ou “cinq pluies”33 .

  • 34 Fray Bartolomé de Las Casas, qui a pu observer les coutumes indigènes au moment de la conquête, déc (...)
  • 35 R. Carmack : Historia Social de los Quiches, page 72.

21Le système de succession des rois et des seigneurs se faisait par patrilignage, le fils aîné succédant à son père, comme le montre le Rabinal-Achí, où le fils de Hobtoh prend la place de son père quand celui-ci est fait prisonnier. A défaut du fils, c’était le parent le plus proche34. Ces patrilignages s’appelaient nimja en quiché, et casas grandes en espagnol35.

  • 36 Rabinal-Achí, page 31, note 22 du traducteur.
  • 37 Ximénez, pages 213-214.

22Le centre du royaume de Rabinal se trouvait dans la sierra de Chuacús, à près de huit lieues à l’ouest du village actuel de Rabinal, à Zamaneb, ou Tzamaneb, ou Tzamaniel. Il pourrait s’agir des ruines de Beleche Tzal, Beleche Qoxtun, ou “neuf murs” “neuf forteresses36. Zamaneb aurait donc été un centre important. Selon le Dominicain Ximénez, il y avait là les édifices politiques et religieux, notamment le temple de leur dieu, Huntoh (selon le Popol Vuh)37. Comme le précise le Père Ximénez, les gens de Rabinal avaient leurs champs, et plus précisément leurs plantations de cacao dans les grands bassins, à l’est de leur centre cérémoniel.

  • 38 Fuentes y Guzmán : Recordación florida. Tome III libro 13o. Biblioteca de autores españoles, tome X (...)

23Le Rahaval et les Ahau de Rabinal appartenaient à la noblesse locale, par opposition aux deux autres groupes sociaux, les vassaux ou macehuales, nom nahuatl, mexicain, par lequel les espagnols continuèrent à les désigner, en majorité paysans et artisans, et les esclaves. Ces nobles se distinguaient d’abord par la richesse de leur costume et de leurs ornements38 (Fig. 3) : ils étaient vêtus de fin coton blanc (produit dans les villages), tissé de couleurs vives où dominaient le bleu et le rouge ; chemise blanche aux manches longues serrées au coude, une sorte de caleçon long, blanc, transparent, terminé à mi-jambes par de grandes franges et recouvert en partie par un pantalon brodé ; à la taille une large ceinture de couleur, nouée par devant. Par-dessus ce costume, ils portaient une cape blanche, transparente, tissée et décorée de pumas et d’oiseaux. Aux pieds, des sandales. Leurs cheveux étaient longs, tressés dans le dos et retenus par un ruban bleu ou rouge. Leurs oreilles étaient ornées de boucles d’oreilles. Ils tenaient à la main l’insigne de leur fonction politique, judiciaire ou militaire, bâton de commandement, lance. Les vassaux ou macehuales portaient une simple tunique, les cheveux courts et allaient pieds nus. Selon Fuentes y Guzmán, le costume des principales, ou chefs nobles resta, à quelques détails près, le même à l’époque coloniale.

  • 39 Descripción de la provincia de Guatemala por el oidor Palacios Muñoz A/66 page 76 Vo.

24Le Rahaval de Rabinal était entouré d’un grand luxe et d’une grande vénération. Pour son intronisation, on organisait de grandes fêtes, des danses, des sacrifices. A sa mort, on observait un deuil, avec veillées, durant quatre jours et quatre nuits, pendant lesquels on chantait ses exploits et ses lignages39. Après cela, il était enterré dans sa maison avec ses biens et ses habits. Dans le Rabinal-Achí, le roi Hobtoh décrit ainsi le luxe de sa cour, de son mobilier royal, des boissons réservées aux chefs que l’on y boit, de ses magnifiques tentures, à son ennemi, un seigneur quiché qu’il a fait prisonnier :

Fig. 3 – Costume des nobles et des vassaux (selon Fuentes y Guzmán).

Fig. 3 – Costume des nobles et des vassaux (selon Fuentes y Guzmán).
  • 40 Rabinal-Achí page 57.
    “Il y a ici des bancs de métaux précieux, des sièges de métaux précieux ; il y (...)

“Aquí hay bancos de metales preciosos, asientos de metales preciosos; los hay en donde se está sentado, los hay en donde no se está sentado; tal vez ese Valiente, ese Varón, ha venido a sentarse. Aqui hay doce bebidas, doce licores embriagantes, llamados Ixtatzunun, dulces, frescos, jubilosos, agradables, apetitosos, que se beben antes de dormir, aqui en los grandes muros, en la gran fortaleza, bebida de jefes; tal vez ese Valiente ha venido a beber de ellas. Hay telas muy finas y bien tejidas, brillantes, resplandecientes, la obra de mi Madre, de mi señora, por el cual, tal vez, ese Valiente, ese Varón, ha venido para estrenar la fineza”40.

  • 41 F.B. de las Casas page 615.

25Le roi était élu par les autres chefs de lignage, selon des critères de sélection bien établis : il devait être âgé, et avoir gravi tous les échelons de la hiérarchie des charges, c’était donc un sage et un expert des affaires publiques et politiques. Si un roi se montrait tyrannique, il était destitué, tué lui et sa famille, afin que sa descendance soit exterminée et ne risque plus de nuire, sur l’initiative des autres seigneurs41.

  • 42 F.B. de las Casas pages 615-616.

26Le roi était entouré d’une sorte de conseil, que les espagnols comparèrent à la Royale Audience et à ses auditeurs, composé par les autres chefs des lignages. Leur rôle principal consistait à administrer le royaume, rendre la justice suprême, prélever les tributs sur les vassaux, décider de la guerre et de la paix et organiser le culte divin42. Pour les guerres, une caste de guerriers occupait auprès du roi une place de choix : ce sont les douze chevaliers-jaguars jaunes et les douze chevaliers-aigles jaunes, que nous montre le Rabinal-Achí, couverts de pierres précieuses sur leurs habits, leurs armes, en l’honneur de leurs exploits :

  • 43 Rabinal-Achí pages 56-57.
    “Voici ses douze grands frères, ses douze frères cadets, ceux qui portent (...)

“Aquí están sus doce hermanos mayores, sus doce hermanos menores, los de los metales preciosos, los de las piedras preciosas. Sus bocas, sus faces, no están aún cabales ; tal vez ha venido a completar su grupo en los grandes muros, en la gran fortaleza. Aquí hay doce Aguilas amarillas, doce Jaguares amarillos; sus bocas, sus faces, no están cabales”43.

  • 44 F.B. de las Casas page 623.

27Ces guerriers jouaient un rôle considérable dans cette société dominée par une aristocratie guerrière, vivant dans des forteresses situées sur des sites défensifs et abritées par de hauts remparts. La guerre avait une fonction à la fois politique et religieuse. Elle permit aux Rabinaleb de conquérir de nouvelles terres et de dominer d’autres populations, mais ces guerres étaient aussi destinées à satisfaire les dieux. Elles étaient très fréquentes et préparées dans le plus grand secret car il s’agissait d’attaquer par surprise les peuples ennemis afin de les faire prisonniers, de les garder comme esclaves avant de les sacrifier aux dieux44.

  • 45 F.B. de las Casas page 622.

28La religion était aussi entre les mains de la classe dirigeante, qui organisait le culte et les fêtes, et élisait parmi ses membres, toujours dans le même lignage, l’homme le plus apte et le plus sage comme grand prêtre45.

  • 46 L’auditeur Palacios, dans ses ordonnances, édictées en 1548, fait allusion à ces attributions des c (...)
  • 47 F.B. de las Casas, page 623.

29Pour l’administration du royaume, les membres du conseil veillaient surtout à ce que les indiens sèment les terres de la milpa (champ de maïs) de la communauté afin de pouvoir payer leur tribut46. Ils organisaient des marchés afin d’assurer l’approvisionnement des villages. Ces marchés se tenaient près des temples. Les échanges se faisaient par le système du troc. En général, on proposait des produits alimentaires, maïs, haricots, cacao, sel, poivre, piment, fruits, des produits de la chasse et de l’artisanat, étoffes de coton, haches de cuivre, des métaux et des pierres précieux, or, argent, émeraudes, turquoises, et des plumes47.

  • 48 20ême ordonnance de Palacios. A.G.I. 128.
  • 49 F.B. de las Casas, page 617.

30Le roi et son conseil intervenaient aussi dans la vie familiale de leurs vassaux, car les indiens ne se mariaient qu’avec leur accord et avec la personne choisie par eux48. Ainsi, les vassaux restaient attachés à leur parcialidad et pouvaient, par là, être mieux surveillés : à l’époque préhispanique, pas de gens errants hors des royaumes sans contrôle. Bartolomé de las Casas nous précise que ceux qui s’échappaient étaient rattrapés puis exécutés, leurs biens confisqués, leur famille réduite en esclavage49.

  • 50 R. Carmack : Historia Social de los Quichés, pages 76 à 78.
  • 51 F.B. de las Casas, page 616.

31Le roi, ses conseillers, le grand prêtre, les chevaliers aigles et jaguars représentaient les hauts dignitaires, ceux qui avaient les postes les plus élevés. Mais il y avait d’autres postes, moins importants dans la hiérarchie des charges, occupés aussi par la noblesse des ahau50. Dans un deuxième niveau, on trouvait les administrateurs des “ barrios”, ou quartiers, ceux des provinces, ceux chargés des fortifications des centres politiques ; et dans un troisième niveau, les fonctionnaires subalternes, aides et serviteurs du conseil, comptables, spécialistes des rites, artisans spécialisés (plumassiers, peintres, orfèvres). Dans cette dernière catégorie, on trouvait les jeunes nobles qui commençaient leur carrière et gravissaient les premiers échelons de la hiérarchie des charges. Las Casas précise que l’apprentissage débutait vers sept ou huit ans, et que ces jeunes enfants apportaient le bois pour allumer les braseros des temples51 .

  • 52 F.B. de las Casas, pages 622-623.

32Fray B. de las Casas admirait beaucoup le gouvernement indigène et l’efficacité du roi et de son conseil pour l’administration et la police du royaume. Il avait visité la zone quiché vers 1537 et observé le fonctionnement des institutions. Il décrivit un certain nombre de fonctions particulières : celle de sortes d’alguaciles, gardes ou policiers, chargés de convoquer les gens, ou d’annoncer les tributs à payer, les services exigés par le roi, ou qui servaient de messagers auprès des autres peuples. Des majordomes recueillaient le produit des récoltes de la milpa de communauté et répartissaient ce tribut entre le roi et les autres chefs de lignage. Dans la hiérarchie militaire, on trouvait des sortes de capitaines, sergents, des porte-étendards et des ministres chargés du ravitaillement52.

  • 53 Encomienda : village indien à la charge d’un espagnol, l’encomendero, qui prélevait un tribut et de (...)
  • 54 Accord Maldonado-Las Casas. A.G.I. Guatemala 393-2-136vo.

33Lorsque les espagnols arrivèrent sur ces terres guatémaltèques, ils décidèrent, dans un premier temps, de laisser en place ces institutions qui assuraient et garantissaient l’ordre et le calme dans les villages. Cependant, ceci ne put fonctionner qu’après avoir rempli une condition essentielle : rallier les caciques à la cause espagnole et s’assurer leur collaboration. Ils y employèrent les premières années qui suivirent la conquête, après avoir maté certaines révoltes, telle celle des Cackchiqueles en 1526. Les villages furent donnés en encomienda53 à des espagnols, ce qui permit de contrôler le pays et de commencer l’évangélisation. Il semble qu’au bout de treize ans, en 1537, le ralliement des caciques indigènes était à peu près acquis puisque le président de l’Audience, Maldonado, signa un accord avec B. de las Casas54 prévoyant la conquête pacifique de la région voisine de Rabinal, le Tezulutlán ou Tierra de Guerra, terre encore insoumise : or Las Casas avait prévu de se servir des quatre grands caciques, quiché, cackchiquel, tzutujil et rabinaleb, comme intermédiaires auprès des autres caciques du Tezulutlán. Il leur promit de nombreux avantages pour les convaincre, et obtint pour eux de l’Empereur de nombreux privilèges lors de son séjour en Espagne en 1542-43.

  • 55 Allusion à “deux espagnols" dans une lettre du dominicain P. de Angulo à l’empereur. 19 février 154 (...)
  • 56 M. Bataillon. Etudes sur B. de las Casas. Centre de Recherches de l’institut d’études préhispanique (...)

34Tant que la couronne eut besoin d’eux, elle ne remit pas en cause les institutions anciennes et laissa en place les caciques. Rabinal fut donné en encomienda à P. de Alvarado, le conquérant du Guatemala, jusqu’à la mort de celui-ci en 1541, puis il semble que pour peu de temps, jusqu’en 1543, deux nouveaux encomenderos se partagèrent le village55. Rabinal paya donc un tribut à ses encomenderos. Le village continua à être dirigé par son cacique Don Gaspar et ses conseillers. Cependant deux de leurs principales attributions, les fonctions militaires et religieuses, furent prises en mains par les espagnols : le système de l’encomienda les soumettait à la domination espagnole, – donc plus de guerres – et permettait l’approche des premiers missionnaires. M. Bataillon pense que Rabinal aurait pu être évangélisé vers 1529 par des Franciscains56, mais l’évangélisation ne fut vraiment effective qu’avec l’arrivée des Dominicains en 1537. Jusque-là, on peut dire que presque aucun espagnol n’avait pénétré vraiment dans le village. Mais à cette date, Rabinal devint un centre d’intérêt pour les Dominicains qui voulaient tenter la conquête pacifique du Tezulutlán : Rabinal servit de tête de pont pour cette entreprise.

35C’est alors que le cacique de Rabinal, connu sous le nom de Don Gaspar, joua un rôle très important auprès des premiers missionnaires dominicains, Fray Pedro de Angulo, Fray Diego Cáncer, Fray de Vico, Fray Juan Lucas, Fray Diego de Azcuña, qui évangélisèrent la région. Il reste associé pendant une dizaine d’années entre 1537 et 1547, à trois autres caciques, Don Miguel de Chichicastenango (Quiché), Don Jorge de Tecpán, ou Iximché, (Cackchiquel), Don Juan de Atitlán (Tzutujil).

  • 57 Ximénez. Livre I, page 214.
  • 58 A.G.C.A.A. 123 leg. 4575 fol. 51.

36Don Gaspar fut christianisé à une date jusqu’à présent imprécise, mais sans doute après 1537, époque de l’accord entre Fray Bartolomé de Las Casas et le président Maldonado sur la conquête pacifique, grâce à l’évangélisation, de la Tierra de Guerra, future Verapaz. Don Gaspar aida les Dominicains à regrouper une partie de ses parcialidades dispersées : douze d’entre elles formèrent le premier village, avec une centaine de familles. Les autres avaient fui vers San Juan Sacatepéquez ou dans les montagnes57. L’idée de ces regroupements des populations indigènes, indispensables pour un meilleur contrôle et une meilleure catéchisation, venait de Las Casas et de l’évêque Marroquín : la couronne espagnole demanda la formation systématique de villages de reducción, par une cédule royale, le 10 juin 154058.

  • 59 A.G.I. Guatemala 393 reg. 2 fol. 127 vo.
  • 60 F.B. de las Casas. Apologética histórica de las Indias page 619.
    “Ils affirmaient qu’il y avait des (...)

37Ensuite, sans doute après le retour d’Espagne des Dominicains en 1542, Don Gaspar accompagna les missionnaires dans la Tierra de Guerra, appelée aussi Tezulutlán, en nahuatl, “lieu des hiboux”. Il y avait auparavant envoyé des messagers, sans doute dès 1537, puisqu’une cédule royale du 17 octobre 1540 remercie les quatre caciques, Don Gaspar, Don Miguel, Don Juan, Don Jorge, pour leur action et leur collaboration, les encourageant à continuer à favoriser l’oeuvre des missionnaires, en les accompagnant lorsqu’ils auront à pénétrer dans les régions encore insoumises59. Don Gaspar pénétra en Tezulutlán en 1542 avec Fray Luis Cáncer, servant d’intermédiaire auprès des populations pokomanes et quecchís, aidant même à démystifier certains cultes préhispaniques, comme à Cobán60.

Afirmaban que había bocas de infierno y que una estaba en un pueblo de la Vera Paz, llamado Cobán, y que la había tapado aquel diablo llamado Exbalanquen, que arriba en el capítulo... dejimos haber introducido sacrificar hombres, y un religioso de los nuestros, por darles a entender ser aquello falso, fué al lugar donde afirmaban que estaba; llevan un señor de otra provincia consigo, muy buen cristiano, y otros principales, porque de los de la misma tierra no fueran alla ni tocaran en ello aunque los hicieran pedazos, creyendo que luego habían de reventar; llegado al lugar, halló un guijarro durísimo como un pilar, de cerca de un estado, metido cuasi todo en la tierra por entre unas raíces de un árbol que lo abrazaban, como había mucho tiempo que lo habían cercado, y hecho un cuerpo todo consigo; comenzáronlo a cavar y a cortar las raíces, y como era muy difícil de acabar, acordaba el religioso, por cosa de burla, dejarlo; pero el señor, llamado Don Gaspar, dijo al religioso: padre, no conviene por alguna manera dejarlo, porque será confirmar en su error a los naturales desta tierra, creyendo que tú y nosotros de miedo no osamos tocarlo, ó que comenzándolo à tocar nos lo defendió el diablo; déjanos, que nosotros poco a poco trabajaremos y con ayuda de Dios lo llegaremos al cabo. El religioso, visto el buen consejo del señor Don Gaspar, da priesa que lo caven y corten aquellas raíces, y asi cortaron el árbol y sacaron el mármol ó guijarro y quitóse luego el error y miedo que en aquella gente había el demonio engendrado.”

  • 61 A.G.I. Guatemala 168.
  • 62 Cédule royale du 1er mai 1543.
    A.G.I. Guatemala 393 reg. 2 fol, 193 r° – 194 v°.
  • 63 A.G.I. Guatemala 393 reg. 2 fol. 203 r° v°.

38Sur l’initiative de Las Casas, alors en Espagne, et de Fray Pedro de Angulo, qui demandait dans une lettre datée du 19 février 1542 que le village de Rabinal-Tecuçitlan soit placé sous la vassalité royale et que les caciques soient récompensés61, la couronne espagnole en 1543 remercia et encouragea les caciques dans la poursuite de leur action par toute une série de décrets les privilégiant, eux et leurs vassaux : les quatre villages furent placés sous la vassalité directe du roi d’Espagne, ce qui les délivrait ainsi du régime des encomiendas, et interdiction fut faite à tout espagnol de pénétrer dans ces territoires62. Le 30 juin 1543, des armes, un blason, furent octroyés aux caciques, ce qui revenait à les anoblir63.

  • 64 Cédule royale du 11 octobre 1547
    A.G.I. Guatemala 393 reg. 3 fol. 59 v° – 61 r°.
  • 65 Cédule royale du 29 déc. 1547.
    A.G.I. Guatemala 393 reg. 3 fol. 73 v°.

39Durant les quatre années qui suivirent, ces privilèges furent maintes fois rappelés, confirmés. En 1547, le Prince Philippe encourageait les caciques à continuer à donner le bon exemple64 et recommandait qu’ils soient protégés, bien traités et exemptés d’impôts65. Ce sont les dernières cédules royales concernant directement ces caciques. C’est entre 1537 et 1547 qu’ils furent particulièrement remarqués et protégés par les Dominicains et la couronne espagnole, lorsque leur collaboration était indispensable pour la pacification et la soumission du pays. Par la suite, plus aucun document ne parle d’eux.

40A partir de 1547, commence une nouvelle étape : celle du système colonial. C’est alors que les institutions anciennes furent modifiées et que le modèle espagnol fut imposé. Après le regroupement des populations, sans doute vers 1540 pour Rabinal, chaque village devait être désormais dirigé par un gouverneur, deux alcaldes et quatre regidores, sortes de conseillers, et des alguaciles pour le maintien de l’ordre, tous élus chaque année. Ces dirigeants municipaux dépendaient étroitement des autorités espagnoles, corregidor d’Acasaguastlán puis Alcalde May or de Verapaz, pour Rabinal ; au-dessus d’eux, les auditeurs de la royale audience de Guatemala, le conseil des Indes de Séville et le roi représentaient le pouvoir central.

  • 66 A.G.C.A.A. 1.23 leg. 4583 fol. 11 v°.

41Une cédule royale du 21 juin 1551 avait demandé une enquête sur le mode de nomination des anciens caciques, élection ou transmission par héritage de la charge, afin d’en tenir compte pour mieux adapter les structures anciennes aux structures coloniales, et, sans doute, s’assurer ainsi plus facilement le ralliement de l’ancienne classe dirigeante66. On conserva donc le système d’élection des caciques et représentants municipaux parmi les lignages nobles, c’est-à-dire les descendants des chefs de parcialidades.

  • 67 A.G.C.A A. 1.23 leg. 4583 fol. 1994 sep. 1551.
    et A.G.C.A.A. 1.23 leg. 4545 fol. 115 v°. 14 déc. 155
    (...)

42Le 4 septembre 1551, le roi demandait que soient organisées les premières municipalités, les indiens devant élire leurs propres dirigeants, et le 14 décembre il était précisé que l’Audience devait veiller à ce que les anciens caciques soient maintenus dans leurs charges, en leur demandant, en contrepartie, leur collaboration pour exiger que les indiens sèment leur maïs en vue du paiement du tribut67 .

  • 68 Remesal. Tome 3 livre 8 ch. XII page 1172.
    Historia General de las Indias Occidentales y Particular
    (...)

43Le 21 novembre 1558, le roi intervenait encore pour que les mêmes caciques conservent leurs charges et continuent à gouverner comme auparavant68. Les espagnols insistèrent donc beaucoup sur le maintien des caciques et de l’ancienne noblesse au pouvoir.

44On sait qu’à Rabinal, Don Gaspar continua à diriger le village, mais on ne sait jusqu’à quelle date, car on perd sa trace après 1547. Il faut attendre 1589 pour avoir des renseignements sur les principales de Rabinal.

  • 69 A.G.C.A. leg. 6001 exp. 52829.
  • 70 A.G.C.A. leg. 5452 exp. 46774 fol. 2.

En 158969, le gouverneur était :

Don Vicente Juárez

les 2 alcaldes :

Don Silvestre Sánchez

Don Domingo de Avila

regidor :

Gaspar López

En 1600, le gouverneur était :

Don Domingo de Avila

alcalde :

Don Silvestre Sánchez

regidores :

Martín de Villareal

Lucas Hernández

alguacil :

Jusepe de Mendoza

secretario :

Silvestre de Torres

En 161070, le gouverneur était :

Don Domingo de Avila

les 2 alcaldes :

Don Jusepe de Mendoza

Don Juan Juárez

les 4 regidores :

Diego Lucas

Pedro López

Baltazar López

Gaspar Velásquez

45Le même document de 1610 nous donne la liste de ceux qui furent alcaldes du village les années antérieures :

Domingo Gutiérrez
Silvestre Grave
Baltazar Rodríguez
Gaspar Rodríguez
Francisco Morales

46Ceux-ci demandent à la royale audience reconnaissance de leurs services et de leurs mérites. Leur servent de témoins d’autres anciens alcaldes :

Gerónimo Vásquez (70 ans, donc né à peu près au moment de la fondation de Rabinal, il a connu Don Gaspar)
Gaspar Roxas
Pedro de Vigo
Baltazar de Mendoza

47On peut remarquer, grâce à ces listes, l’ascension, dans la hiérarchie des charges, de certains d’entre eux, tel Domingo de Avila, arrivé au poste de gouverneur, de Jusepe de Mendoza. Certaines familles fournissent plusieurs fois des représentants municipaux : les López, les Juárez, les Mendoza, les Rodríguez. En effet, le document de 1610 nous apprend que ces représentants étaient toujours choisis dans les mêmes familles nobles, héritières des anciens caciques, et que tous étaient chefs de lignage. Selon un témoin, les cinq alcaldes qui demandent l’enquête sont :

  • 71 Idem. fol. 16 v°.
    “(Ce sont) des nobles, chefs de lignage et, en tant que tels, ils ont été élus alc (...)

“principales y cabezas de calpul y como tal han sido elegidos por alcaldes y regidores”.71

48Tous les témoignages confirment cette affirmation. Nous sommes donc là en présence des héritiers de Don Gaspar et de ses conseillers, les anciens chefs de lignage. Il s’agit même de leurs fils et petits-fils, comme le précise le document (hijos y nietos), c’est-à-dire seulement de la première et deuxième génération. L’aristocratie quiché-achí a donc pu se perpétuer et se maintenir, en s’adaptant au système espagnol, qui, il faut le constater, n’apportait guère de changements : mêmes élections annuelles des dirigeants, même hiérarchie des charges à respecter. Les titres de noblesse, cette fois espagnole, restèrent attachés aux charges municipales, puisque le titre de Don est conféré à partir du grade d’alcalde. D’autre part, la succession patrilinéaire fut respectée après la conquête, le titre de principal y cabeza de calpul continuant à se transmettre de père en fils ; les mêmes familles nobles conservèrent donc leurs privilèges et continuèrent à diriger les villages.

  • 72 A.G.I. Guatemala 393 reg., 2 fol. 128 r° – 129 r°.
    “Il est juste que Don Juan, Don Jorge, Don Miguel (...)

49Etant considérés comme des nobles espagnols, ils avaient le droit de monter à cheval, avec selle, mors, éperons, ainsi qu’au port de l’épée, aux habits espagnols, lorsqu’ils étaient gouverneurs. Ces privilèges honorifiques s’accompagnaient de privilèges matériels, et, tout d’abord, d’un traitement de faveur en ce qui concerne les tributs et services personnels. Une cédule royale du 17 octobre 1540 avait exempté Don Gaspar et les trois autres caciques des services personnels et tribut dus aux encomenderos72.

“Que los dichos Don Juan, Don Jorge, Don Miguel y Don Gaspar es justo que sean favorecidos y relevados de algunas cargas”.

50C’était en récompense des services rendus pour la conquête du Tezulutlán. Ils étaient aussi exemptés de l’impôt royal et de tout service personnel au sein de la communauté : travail sur la milpa de communauté, entretien des bâtiments municipaux, de l’église, de la maison du père dominicain. En 1609, les héritiers des grandes familles nobles de Rabinal défendent encore un de ces privilèges, celui de l’exemption des services personnels. Sans doute avait-il été remis en cause par les autorités espagnoles, ou dans le village même, mais le document ne le précise pas. Ils réussirent à unir dans une même protestation les alcaldes de l’époque, solidaires bien sûr avec eux, et le Dominicain fray Diego de Cantos, prêtre de Rabinal, qui avait auparavant fait une sorte de certificat sur leurs origines nobles, leurs privilèges et l’aide matérielle accordée par eux à l’église ; l’alcalde mayor de la Verapaz, Don Pedro Oliver, demande une información à ce sujet :

  • 73 A.G.C.A.A. 1.29.5 leg. 5452 exp. 46774.
    “Car jamais les autorités d’Acasacaztlan ni celles du villag (...)

porque en ningún tiempo por la justicia de esta provincia de Acasaguastlán y las del dicho su pueblo no se les pretenda hacer alguna vejación y molestia y posesión en que han estado de acudir a los servicios me pidieron e suplicaron les mandase dar mandamiento para que ningunas justicias, los alcaldes y gobernador del dicho su pueblo en ningún tiempo les ocupen en servicios personales a que solo acuden los macehuales y les guarden las preminencias de tales principales y posesión en que han estado y estuvieron sus padres”.73

  • 74 A.G.I. Guatemala 128 et 15.

51Il est bien précisé que selon la coutume seuls les vassaux étaient astreints aux services personnels et que les nobles en avaient toujours été exemptés (comme aux temps préhispaniques). Ces derniers tinrent à conserver leurs prérogatives et opposèrent une grande résistance lorsque les autorités espagnoles voulurent leur imposer le même traitement qu’aux autres. Au moment de la conquête, les caciques avaient été privilégiés, mais après, il ne devait pas être question que leurs descendants héritent de ces privilèges, qui n’étaient pas attachés spécifiquement à la noblesse, mais seulement aux fonctions municipales. Malgré cela, la coutume s’établit de transmettre les privilèges comme cela se faisait avant la Conquête, et il semble que la couronne espagnole resta impuissante devant la résistance de la noblesse indigène. En effet en 1548, le Licenciado Palacios avait déjà dû préciser que seuls les alcaldes en charge étaient exemptés des services personnels et qu’il leur était interdit d’étendre ce privilège à leurs famille et amis. Cet abus avait donc été très vite dénoncé, mais la coutume fut plus forte que la loi et la noblesse indigène refusa d’être rabaissée au rang des macehuales. En 1625, le visiteur général Juan Maldonado de Paz, après sa visite dans les provinces de Soconusco, Zapotitlán et Verapaz, édicta des ordonnances dans lesquelles il rappela notamment que seuls les alcaldes en fonction étaient exemptés des services personnels et que les anciens alcaldes devaient y être astreints comme les autres indiens74. Mais cette mention spéciale prouve bien que la couronne espagnole n’avait pu obtenir que les familles nobles renoncent à leurs privilèges acquis par la coutume, ce qui les aurait assimilées à leurs vassaux. L’ancienne distinction entre les catégories sociales fut maintenue par l’aristocratie quiché-achí, alors que la couronne espagnole aurait voulu l’effacer peu à peu.

52D’un autre côté, les caciques purent continuer à percevoir au 16ème siècle les impôts qu’ils prélevaient avant la conquête. Ce fut d’abord toléré puis institutionnalisé en Verapaz au moment où l’administration de la province fut organisée, sous le gouvernement d’un cacique indigène proposé par les Dominicains, Don Juan Arpobatz, cacique quecchí de San Juan Chamelco. Le roi, dans une lettre du 23 novembre 1561, approuve le paiement d’un tribut par les indiens en faveur de leur cacique :

y en la tasación que se hubiere de hacer de lo que los indios de la dicha provincia de la Verapaz hubieren de dar, tovereis que se guarde lo contenido en la cedula que con esta os mando enviar para la doctrina christiana y para las comunidades de los indios”.

  • 75 A.G.C.A.A. 1.23 leg. 1512 fol. 296.

53Une cédule du 5 mai 1561 avait accepté le versement d’une partie des tributs payés par les indiens de Verapaz à leurs caciques. Le roi joignait une lettre au président de l’Audience, le licenciado Landecho, lui demandant de veiller à bien conserver aux caciques leurs juridictions et leurs modes de gouvernement75.

  • 76 A.G.I. justicia 332.

54Quelques années après, en 1566, l’auditeur Briceño, lors d’une enquête en Verapaz, nous précise ce que recevaient les caciques : du maïs, pour leur nourriture, cultivé sur la milpa de communauté, une poule ; et, en dehors de ce tribut en nature, les indiens continuaient à être astreints à des services personnels, sortes de corvées, notamment pour l’entretien de leurs maisons76.

  • 77 A.G.I. Guatemala 11.

55En 1600, le fiscal de l’Audience visite le pays quiché et nous parle d’indiens nimacachies, descendants encore reconnus d’anciens esclaves faits prisonniers à l’époque préhispanique, puis affranchis à condition de cultiver la terre des caciques et de leur payer tribut. Cette institution s’était conservée77. Cependant, des liens de réciprocité, semblables à ceux qui existaient avant la conquête, les unissaient à leur communauté, qu’ils prenaient en charge dans certains cas.

56Ils contribuaient tous aux frais de l’église et de la municipalité :

  • 78 A.G.C.A.A. 1.29 5 leg. 5452 exp. 46774 fol. 8.
    “Ils pouvaient seulement participer aux services de l (...)

solo podían acudir a los servicios de la yglesia y comun de este pueblo pues es ya uso y costumbre que a ellas acuden todos los principales con el gobernador y alcaldes’’78.

  • 79 Idem fol. 12-13.

57Ainsi en témoigna Gaspar Rojas, ancien alcalde de Rabinal. D’autre témoins précisent qu’ils finançaient les travaux publics : entretien, réparation des bâtiments municipaux, des chemins et ponts, de l’église et la sacristie. Ils participaient aux frais du culte et des fêtes, car ils soutenaient les confréries religieuses. Il leur arrivait même de venir au secours des caisses de communauté déficitaires en leur prêtant de l’argent79.

58L’administration espagnole réglementa, par divers décrets et ordonnances, les attributions des caciques, qui ne conservèrent que les fonctions administratives et judiciaires locales. Ils devinrent de simples agents de l’Espagne, chargés de faire respecter les lois imposées par le gouvernement colonial qui se chargeait de la législation et de la justice suprême, civile ou criminelle.

  • 80 A.G.I. Guatemala 128.
    “Relación y forma quel licenciado Palacios oydor de la Real Audiencia de Guate (...)

59Les premières directives datent des années 1548-1550, lorsque le licenciado Palacios, auditeur de l’Audience, parcourut une partie du pays en vue d’établir la première taxation des indiens. Il rédigea un rapport très intéressant et édicta 28 ordonnances accompagnées de ses observations, qui, traduites en diverses langues indigènes, furent envoyées dans les villages et lues à haute voix dans toutes les municipalités80.

60On peut distinguer quatre domaines dans leurs attributions : administration, justice, religion, morale. Tout d’abord, il était prévu d’élire tous les ans les dirigeants municipaux chargés d’administrer le village et d’y rendre la justice. Ceux-ci devaient être choisis parmi les hommes donnant les meilleures preuves de moralité (5ème ordonnance). Leur première tâche (1ère et 2ème ord.) consistait à faire cultiver la milpa de communauté, comme autrefois, et de bien surveiller les cultures destinées au tribut royal qu’ils devaient prélever. Ils devaient faire faire de bons chemins et des ponts (ce qui n’existait pas auparavant, puisqu’on ne connaissait ni n’utilisait les bêtes de charge, les convois). Ils restaient chargés de l’organisation des marchés, mais devaient prévoir désormais la présence d’un juge espagnol pour éviter toute fraude envers les indiens lors des ventes de produits agricoles (27ème ord.). Les marchands ne devaient plus être logés chez les caciques et encore moins chez les indiens comme cela avait dû se pratiquer car Palacios dit que lorsqu’ils logent chez les indiens, ils s’emparent de leurs femmes. Il fallait donc les loger dans des maisons prévues à cet effet (23ème ord.). Le commerce du vin était interdit. Les femmes qui venaient au marché devaient être protégées (21ème ord.). Les voyageurs espagnols, de passage au village, devaient être bien traités (12ème ord.). Il fallait, enfin, faire construire une église, un bâtiment pour la municipalité, une prison, et veiller aux divers travaux publics (5ème ord.).

61Pour la justice, il est précisé qu’elle devait être rendue par le gouverneur, qui châtie lui-même, et non pas par les majordomes de l’église qui ont usurpé dans plusieurs cas ces fonctions autrefois imparties au cacique (25ème ord.).

62Les alcaldes devaient aussi faire respecter la nouvelle religion : veiller à ce que le prêtre soit bien honoré, que les indiens aillent au catéchisme, à la messe, mais aussi, qu’ils dénoncent les idolâtries, les cérémonies et coutumes anciennes, les sacrifices, les rites agraires, ou pour la pêche, la mort, et la sorcellerie. Le prêtre ou l’alcalde mayor devait en être informé (6ème et 10ème ord.).

63Enfin, les alcaldes devaient veiller à faire respecter une morale chrétienne et à prendre en charge les familles indiennes de façon très paternaliste ; que tout nouveau ménage ait sa maison propre, que les femmes vivent près de leurs maris et non chez les parents (pour imposer la famille nucléaire chrétienne et abolir la coutume des grandes familles). Ceci devait permettre de lutter contre les concubinages et les incestes (11ème, 12ème et 24ème ord.). Les indiens devaient construire de bonnes maisons, propres, avec des lits faits de nattes tendues sur quatre pieux, et élever des poules et des porcs. Les alcaldes étaient tenus de visiter les maisons et de punir ceux qui n’avaient pas fait ainsi (17ème ord.). Il fallait secourir les malades, les mourants, qui devaient être confessés afin de s’occuper des héritages, qui ne devaient plus être abandonnés aux frères selon la coutume ancienne (7ème, 8ème et 9eme ord.). Ceci, en effet, dépossédait les enfants ; car, autrefois, la veuve était toujours remariée à un frère de son mari.

  • 81 A.G.I. Guatemala 15 19 déc. 1625.
    “El licenciado Juan Maldonado de Paz, del Consejo de su Majestad y
    (...)

64Les caciques devaient faire appliquer ces ordonnances sous peine d’être punis. Ils servirent d’intermédiaires entre les autorités espagnoles et les indiens, des sortes de relais. En 1625, le licenciado Juan Maldonado de Paz, auditeur de l’Audience, visita les provinces de Soconusco, Zapotitlán et de Verapaz puis édicta 44 ordonnances pour leur bon gouvernement81. Il reprit pratiquement les mêmes que celles de 1548. Ce fut donc un rappel. Il n’ajouta que quelques précisions : les alcaldes doivent vendre eux-mêmes publiquement le maïs de la milpa de communauté et tenir les comptes. Il existe une caisse de communauté dont ils ont les clefs, mais ils ne peuvent dépenser l’argent sans l’autorisation du président de l’Audience. D’autre part, ils doivent visiter deux fois par an la milpa de la communauté, et tous les trois mois les maisons des indiens. Il précise aussi qu’il faut veiller à ce que les indiens ne mangent pas de terre ! Le licenciado Palacios remarquait déjà qu’ils mangeaient n’importe quoi et tombaient malades (3ème ord.).

65Il ressort de ces nouvelles dispositions que les caciques ont perdu tout pouvoir de décision et ne sont plus que des agents exécutifs de l’administration espagnole, même s’ils ont gardé la direction des villages.

66Les indiens macehuales se rendirent compte très vite que leurs caciques ne disposaient plus de la même autorité, que leur rôle se réduisait à celui de collecteurs d’impôts pour les Espagnols, et qu’ils profitaient des nouvelles institutions pour exercer sur eux un pouvoir despotique et les taxer de contributions excessives. Leur rôle était essentiellement répressif : prison et fouet pour ceux qui n’observaient pas les règles imposées.

  • 82 C.D.I.A. Colección de documentos inéditos relatives al descubrimiento, conquista y organización de (...)
  • 83 Colección Muñoz. Madrid. Tome A/113 fol. 50-59. 14 mars 1551.

67En 1545 déjà Fray Luis Cáncer s’inquiétait, dans une lettre à l’Empereur, que Don Gaspar, le protégé des Dominicains, dont l’aide était si précieuse, vivait misérablement s’il ne trafiquait pas et ne subsistait grâce à la charité des missionnaires82. En 1551, Fray Thomas de la Torre, autre dominicain ayant participé à l’évangélisation de la Verapaz, constate que les caciques ne sont plus obéis ni respectés et ne servent plus qu’à prélever les impôts au nom des Espagnols83. Autrefois les caciques étaient considérés comme des dieux, ce qui les faisait à la fois craindre et respecter.

68En 1552, les dirigeants de la ville de Guatemala adressèrent une protestation à l’Empereur, dans laquelle ils se plaignaient que le pays courait à sa ruine, les indiens n’obéissant plus à leurs caciques, ne s’adonnant plus au travail de la terre (ce qui dut correspondre à une forme de résistance passive, car peu de récoltes permettait de payer peu d’impôts) :

  • 84 Colección Muñoz A/113 fol. 154-156.
    “La province ne s’est jamais trouvée autant perdue, faute de jus (...)

Nunca ha estado tan perdida la tierra por falta de justicia i gobierno. Las grangerias acabadas, los indios de antes muy obedientes a sus sñores, aora sin obediencia a nadie, holgando i sin hacer sementeras, los ganados se acaban por falta de quien los guarde. Solo quedan a los españoles los tributos que se han tasado mui bajos”84

  • 85 Colección Muñoz A/111 fol. 110 v°.
    “Información hecha en el pueblo de Teculutlán en el 2 de julio de
    (...)
  • 86 A.G.I. Guatemala 128.

69Cette description dramatique de la situation de la province de Guatemala paraît peut-être un peu exagérée ; elle s’explique par la rancœur des espagnols possesseurs d’encomiendas, devant le peu de revenus qu’elles rapportaient. Il est intéressant de noter que ces espagnols en rendent directement responsables les caciques qui ne se font plus respecter, ce qui confirme l’idée que, en réalité, ces derniers avaient essentiellement comme rôle de faire travailler les indiens afin que ceux-ci paient leurs tributs. Si on prend le cas de Rabinal, on comprend combien la collaboration des caciques avec les Espagnols avait coûté cher au village. En 1545 Fray Angulo, au nom de Las Casas, envoie une information sur la lourdeur du tribut qui pèse sur Rabinal : tous les 80 jours, 250 mantas (étoffes) et huipiles (tuniques) et 14 charges de cacao, et dans les six premiers mois de 1545, 700 hommes réduits en esclavage, ce qui semble énorme85 : le recensement de Cerrato, vers 1548-50 donne 600 tributaires, soit 2 400 à 2 500 habitants86. Sans doute furent-ils déportés vers les plantations espagnoles des régions chaudes ou utilisés pour la conquête d’autres régions. Il n’est pas étonnant, dans ces conditions, que les indiens se soient révoltés contre leurs caciques. L’idée de conserver aux caciques leurs attributions, après la conquête, n’était donc pas si facile à appliquer et la réalité semble avoir été bien différente des prévisions. Les caciques n’ont pas pu exercer leur pouvoir comme les ordonnances royales l’avaient prescrit. Deux raisons, liées entre elles, peuvent expliquer qu’il n’y eut pas de continuité dans l’exercice de l’autorité des caciques : ils perdirent tout d’abord, le vrai pouvoir de commandement et de décision, donc furent, par là, rabaissés et entraînés par le système colonial dans la dégradation générale de la condition indigène ; et, d’autre part, leurs abus et leur corruption, prouvés par maints documents, achevèrent de les déconsidérer. Leur autorité était à la fois plus faible puisqu’une partie du pouvoir leur avait échappé, et plus despotique car ils tentèrent de se rattraper et de se distinguer de leurs vassaux en imitant, en quelque sorte, leurs maîtres espagnols, c’est-à-dire en exploitant la masse indigène des macehuales.

  • 87 A.G.I. Guatemala 128. 4ème ordonnance.

70Les abus des caciques, dont certains remontaient à l’époque préhispanique, avaient été combattus par les ordonnances de Palacios, qui accusait ceux-ci de sucer el sudor y el trabajo (la sueur et le travail) des macehuales87. Palacios les accusait surtout de deux choses : prélever à tout propos de l’argent et exiger des services personnels, ou corvées. Il prévoyait donc d’interdire de faire porter des charges aux macehuales contre leur gré, de les astreindre à des services personnels, de prélever des contributions extraordinaires ou trop fortes, de demander de l’argent, du cacao ou du maïs (selon l’ancienne coutume) pour rendre la justice, pour les marier. Les caciques ne devaient pas prendre les terres des vassaux, et ne devaient pas octroyer le privilège d’exemption de services personnels à leur famille ni à leurs amis.

71Mais cela resta lettre morte, car divers témoignages dénoncent leurs abus tout au long du siècle. En 1552, le licenciado Cerrato décrit à l’Empereur la corruption des caciques dans le prélèvement des impôts :

  • 88 C.D.I.A. Tome XXIV page 562.
    ‘‘La plupart d’entre eux se comporte encore avec tyrannie et, s’ils doi (...)

“Todavía usan de sus tiranías los más dellos y si han de repartir 10 maravedís de tributo reparten 20 y se los llevan los señores”88.

72L’évêque de Guatemala dénonce la même escroquerie dans la perception des impôts, en 1555. Il précise que les autorités espagnoles, après une longue enquête, avaient décidé de diminuer les tributs par rapport à ceux payés avant la conquête, mais que les caciques n’en ont pas avisé leurs vassaux, qui continuent à payer comme avant. Les caciques gardent donc pour eux la différence. D’autre part, ils trafiquent avec l’argent des caisses de communauté :

Donde han de sacar 100, sacan 1000 para sí mismo”.

73Et les Religieux eux-mêmes ont dit :

Los caciques i principales desean que los Frailes les pidan para, con color de ellos, echar derramas”.

74Et l’évêque conclut :

  • 89 Colección Muñoz A/115 fol. 26 v°. Lettre du 8 mai 1555.
    “Là où ils ont besoin de sortir 100 maravedi (...)

“los indios no son libres sino odutivos de los caciques e principales”89.

  • 90 A.G.I. Guatemala 15 28éme ordonnance de Maldonado de Paz.

75Une autre escroquerie consistait à faire payer les morts et les absents par les vivants et les présents, et les caciques gardaient le surplus ainsi versé90.

76Le visiteur Maldonado de Paz, dans ses ordonnances de 1625, dut encore rappeler que les caciques ne devaient pas imposer de contributions excessives aux macehuales, ni se faire payer en argent ou en marchandises pour permettre aux marchands de faire du commerce sur les marchés des villages, ni exiger des services personnels pour eux, comme par exemple faire venir des indiennes pour moudre le maïs chez eux. Les caciques continuèrent, par ailleurs, à réduire des indiens en esclavage pour leur service, malgré les interdictions répétées.

77En 1604, la couronne d’Espagne avait dû intervenir pour tenter d’obtenir une surveillance plus stricte des caciques afin d’empêcher les excès commis :

  • 91 A.G.C.A A. 123 leg. 1514 fol. 56.
    “Qu’on évite aux indiens les ennuis dont j’ai été informé et que l (...)

Que se escusen a los indios las molestias que he sido informado reciben de sus caciques, os mando que ordeneys a los oydores de esta Audiencia y demás personas que salieren a visitar su distrito que tengan particular cuidado de inquirir en el discurso de sus visitas el tratamiento de los caciques hacen a sus indios, y lo castiguen si averiguaren algunos excesos”91.

78Mais, en réalité, dans leurs villages, les caciques restent les maîtres et il est difficile de les contrôler. Car, s’ils sont soumis, en principe, aux autorités espagnoles qui détiennent désormais le pouvoir de décision, et s’ils ne sont plus que leurs agents dans les villages, chargés de faire appliquer une certaine politique et de faire respecter la législation espagnole, dans la mesure où ils ont pu conserver le contrôle des municipalités, ils en ont profité pour abuser de leur position et leur pouvoir apparaît donc, pour les macehuales, plus despotique. Les caciques réussirent, en effet, à garder, au 16ème siècle, un statut privilégié au sein des communautés indigènes.

79Par leur fortune, en biens fonciers et en espèces, et leur position sociale, ils dominent la société indigène. La couronne espagnole, en les favorisant afin de s’assurer leur loyauté et leur coopération, a accentué encore leur puissance au sein des villages. Leur richesse provient essentiellement de leurs biens fonciers. Lors de l’enquête menée en 1610 sur les caciques de Rabinal, les témoins s’accordent pour dire que :

‘‘son cabezas de calpul y son hombres ricos y hacendados"

80et l’alcalde mayor de Verapaz ajoute :

  • 92 A.G.C.A A 1.29.5 leg. 5452 exp. 46774 fol. 7 et 21.
    “Ce sont des chefs de lignage et des hommes rich (...)

“ser hombres que alcanzan algún posible y ser nobles".92

81Ils possèdent donc des terres et une certaine fortune. Ces terres sont l’héritage des domaines que les anciens caciques préhispaniques possédaient. B. de las Casas avait, en effet, constaté que les caciques avaient des propriétés terriennes :

  • 93 Las Casas. Page 222.
    “Les caciques avaient aussi leurs terres appelées royales, qu’ils louaient à de (...)

“Tenían también los señores sus tierras que llaman realengas que arrendaban a los que eran pobres por muy poca renta’’93.

  • 94 A.G.C.A A 1.23 leg. 4575 fol. 103 v°.

82Ces propriétés leur furent conservées après la conquête, comme le stipulèrent les cédules royales ; par exemple celle du 29 avril 1549 qui recommandait de respecter les droits des caciques sur leurs terres, et d’empêcher que les espagnols ne s’emparent des terres par des procédés malhonnêtes94.

83Divers documents, conservés aux archives de Guatemala, nous permettent de vérifier que les caciques de Rabinal, héritiers des grandes familles nobles, possédaient bien des haciendas, comme il est dit dans le document de 1610.

84Silvestre Sánchez, avait reçu en 1583 un titre de propriété au lieu dit Tocol et Pantzux, au nord-est de Rabinal, entre les terres communales et celles de l’hacienda dominicaine de San Nicolás, soit au nord de l’actuel village de San Miguel, qui était à l’époque coloniale une hacienda communale où étaient élevés les grands troupeaux des confréries religieuses de Rabinal.

  • 95 Estancia de ganado mayor = Hacienda de gros bétail.
    sitio = 38,77 caballerías.
    caballería = 45 he (...)
  • 96 Document dans : A.G.C.A.A 1.23 leg. 5997 exp. 52767.
  • 97 A.G C.A.A. 1.23 leg. 5938 exp. 51947.
  • 98 A.G.C.A.A. 1.23 leg. 5939 exp. 51951.

85Silvestre Grave, lui, avait trois haciendas. En septembre 1600, un sitio de estancia et une caballería95 furent mesurés pour lui à Santa María Magdalena, près du rio Tzalam-yc et du mont Tututepet dans le Valle de Urrán, au sud de Rabinal sur le versant nord du Motagua. Ces terres formèrent l’Hacienda Aguas Calientes. En 1591, il était déjà en possession de cette propriété ; il y faisait de l’élevage de gros bétail : 15 vaches et 20 juments96. En 1616 il reçut un autre titre de propriété, une estancia et 2 caballerías dans la plaine Tzaquichaja, au bord du río Tzejubal, sur le chemin de Cubulco à Guatemala97. Enfin, en 1623, un autre sitio de estancia et 3 caballerías furent mesurés à Chivaco, ou Sivaco, dans le valle de Chivac, au sud de Rabinal, près du Motagua98. Il s’agit là de terres de la couronne, vendues à Silvestre Grave. Ce dernier avait donc pu accroître ses terres et développer de grands élevages.

  • 99 A.G.C.A.A. 1.57 leg. 5935 exp. 51899.

86Domingo Dávila possédait aussi une hacienda d’élevage de gros bétail à huit kilomètres de Rabinal, dans les montagnes de Chac-perra et les collines de Quiej-Tzintun, près de la rivière Zaumo et des monts Tziahajun. Ces terres avaient été mesurées en 160099.

  • 100 A.G.C.A. archive de gobierno tierras paquete 2 exp. 6.

87On peut signaler, au passage, que des gouverneurs du village voisin de Cubulco possédaient des terres à Rabinal : le cacique Don Severino possédait plusieurs haciendas à Rabinal et Tequeatal. Juan García avait une hacienda de gros bétail à San Francisco Rabinala, à la suite d’une merced du 18 mars 1616. Il y élevait 12 vaches, 13 veaux, 20 juments et 14 poulains à l’époque100. En 1805 cette hacienda appartenait toujours aux héritiers de Juan García. Selon ce document, les terres auraient déjà appartenu au grand-père de Juan García, mais ce fut ce dernier qui obtint un titre officiel. Ceci peut nous faire penser que les autres haciendas appartenant à des caciques étaient des héritages anciens, sans doute de l’époque préhispanique, mais que la légalisation des titres de propriété ne fut réalisée que bien plus tard, vers la fin du 16ême siècle, peut-être parce que, à ce moment-là, les espagnols cherchèrent à s’installer dans la région et qu’un titre de terre représentait une garantie de propriété, et permettait de pouvoir vendre comme ce fut vite le cas.

  • 101 Baisse démographique estimée à 77 % de 1560 à 1594. Michel Bertrand : Communication au Congrès de D (...)
  • 102 AG. C.A.A 1.57 leg. 5939 exp. 51951 et leg. 5940 ex. 51972.
  • 103 AG. C.A.A. 1.23 leg. 4588 exp. 39541 fol. 142 v°.

88En effet, ces terres firent l’objet d’une spéculation à la fin du 16ème siècle. Les caciques furent sollicités par des espagnols qui commençaient à se presser aux portes du village. On note déjà leur présence dans les valles situés au sud de Rabinal, au-delà de la barrière des Chuacús, au nord du Motagua, valles de Urrán, Chivac, Saltán, laissés libres après 1540 par la politique de regroupement des populations à Rabinal, puis la dramatique baisse de la démographie101. On note la présence de Juan Ortiz, Delgado (qui possède l’hacienda Xiquin Tacarabaj à Urrán). López de Cordoña, Jerónimo de Soto installé à Urrán en 1608102. Il n’est pas précisé si ces espagnols avaient acheté des terres aux caciques ou s’il s’agissait de terres de la couronne (tierras realenguas). Ceci n’est signalé que pour Luis de Aceituno de Guzmán qui acheta en 1590 des terres de la couronne situées à l’est de Rabinal, aux confins du village voisin de Salamá. Il s’agissait d’une hacienda pour gros bétail103.

  • 104 A.G.C.A.A 1.23 leg. 6001 exp. 52829 fol. 172.

89Cependant, nous savons que certains caciques vendirent leurs terres à cette époque où des espagnols commencèrent à s’infiltrer dans la région. Silvestre Sánchez revendit ses terres de Tocol et Pantzuc, sept ans après avoir reçu son titre de propriété, à un espagnol, Marcos Larios, le 23 août 1590. Ce dernier n’était en réalité que le prête-nom des Dominicains de Cobán, propriétaires de la grande hacienda voisine de San Nicolás, qui acquirent le 29 août les terres du cacique qui furent rebaptisées San Francisco104. M. Larios avait servi d’intermédiaire car les octrois de terres aux caciques précisaient que toute revente à une église ou un couvent était interdite, ceci afin d’éviter l’appropriation et l’accumulation des terres indigènes entre les mains de l’Eglise. Plus tard, un conflit opposa Rabinal et les Dominicains, de 1746 à 1762, car le village réclamait ces terres comme communales, le cacique S. Sánchez ayant, selon Rabinal, disposé, en 1590, de terres communales pour les vendre. Il est difficile de prouver si le cacique a bien usurpé des terres communales, ou s’il s’agissait de terres privées héritées de l’époque préhispanique.

  • 105 A.G.C.A.A 1.23 leg. 5949 exp. 52105.

90Silvestre Grave revendit son hacienda d’Aguascalientes en 1627 à un autre cacique, Pedro Hernández, qui la revendit par la suite à un autre cacique, Sebastián García, qui lui-même la revendit en 1680 à un espagnol, Pablo Barrientos, déjà installé dans le valle de Urrán, Par la suite, ces terres restèrent entre les mains de familles espagnoles, la famille Ortiz au 18ème siècle105.

91Ces documents montrent, d’une part, que les espagnols entrèrent très tôt, plus tôt qu’on ne le croit, en contact avec Rabinal, pourtant protégé par les cédules royales qui avaient réservé l’exclusivité de la pénétration aux Dominicains qui voulaient préserver cette région, privilégiée par son rôle dans la conquête de la Verapaz, de toute influence extérieure. Ceci fut possible, encore une fois, grâce à l’intermédiaire des caciques qui permirent aux espagnols de s’installer aux confins des villages vers Salamá et San Miguel, et dans les valles de Urrán, Chivac, Saltán où ils possédaient des domaines qu’ils vendirent.

  • 106 A.G.C.A A. 1.29 5 leg. 5452 exp. 46774 page 15.
  • 107 Cf. M. Bertrand : La Terre et les hommes. Ch. 2 des présents Cahiers.

92D’autre part, les caciques montrent leur adaptation et leur participation au nouveau système économique en achetant des nouvelles terres pour augmenter leurs ressources, ou en les vendant, et en développant l’élevage, inconnu avant l’arrivée des espagnols, ce qui leur a permis de tirer d’énormes bénéfices de la vente des viandes, cuirs, fromages. Ces activités commerciales sont attestées en 1610 par un témoin des grands caciques de Rabinal, lors de l’enquête sur leur statut social : Domingo Rodríguez, indien macehual, dit en effet, que tous les caciques sont des marchands106. Les biens fonciers des caciques, hérités de leurs ancêtres préhispaniques, leur permirent de participer à ces nouvelles conditions économiques apportées par la conquête. Eux seuls ont pu en profiter et ils forment, dans le village, une classe dynamique et avisée qui continue à dominer, par ses ressources et ses revenus, la masse des macehuales, qui, eux continuent à pratiquer une économie de subsistance sur des parcelles communales de propriété collective107.

93Leur position est encore renforcée par le fait qu’ils contrôlent et dominent aussi la vie religieuse du village. Parmi eux en effet, étaient toujours choisis les majordomes des deux confréries religieuses du 16ème siècle, à Rabinal, celle du Rosario et celle de la Santa Cruz :

  • 108 A.G.C.A.A. 1.29 5 leg. 5452 exp – 46774 page 15.
    “Ce sont aussi des chefs de lignage, et certains d’ (...)

“son así mismo cabezas de calpul y han sido algunos de ellos alcaldes y regidores y siempre se han elegido por mayordomos de las cofradías del rosario y de la vera cruz porque los que sirven estos cargos se escogen que sean principales’’108.

  • 109 Sur le rôle des confréries religieuses à Rabinal, voir l’article de Nicole Percheron dans :
    Cahiers (...)
  • 110 Archivo general de la nación. México Ramo Inquisición 303 fol. 349 v°.

94Il leur revenait donc d’organiser les fêtes, les processions, le culte des saints, les danses. La couronne espagnole les chargeait, en contrepartie, de faire triompher le christianisme et de faire disparaître les souvenirs de la religion préhispanique, ce qui ne fut pas très évident, les confréries ayant plutôt permis sa survivance109. En 1620, l’inquisition dut menacer, par exemple, de punir de 200 coups de fouet et de trois ans d’exil les alcaldes qui danseraient ou laisseraient danser le Tum beleche, ballet-drame du Rabinal-achí qui rappelait les exploits des quichés-achís et les sacrifices à leurs anciens dieux110.

95Etant plus fortunée, l’aristocratie indigène apportait ses aumônes à l’église, faisait des dons pour acheter des images et statues des Saints, fort nombreuse dans l’église. En cas de dépenses imprévues et extraordinaires, elle prêtait même de l’argent aux caisses de confréries ou de communauté :

  • 111 A.G.C.A.A. 1.29 5 leg. 5452 exp. 46774 page 18 r°.
    “Comme ce sont des propriétaires terriens, ils on (...)

Como son hombres hacendados siempre han acudido con sus limosnas a la dicha iglesia y han dado algunas hechuras de santos de bulto a esta y prestado dineros a las dichas cofradías y caxa de comunidad”111.

96Ainsi s’expriment divers témoins des caciques en 1610, notamment Francisco Alvarez, indien macehual.

97Leur rôle, leur contribution dans la vie religieuse du village leur donnaient un certain prestige et une grande importance au sein de la communauté.

*
* *

98L’évolution du pouvoir des caciques au 16ème siècle, dans cette région quiché-achí de Rabinal, apparaît donc assez complexe. La conquête avait privilégié Don Gaspar et l’aristocratie locale, en récompense de leur collaboration dans la soumission et l’évangélisation de la région. Par la suite, leurs fils et petits-fils s’accrochèrent aux privilèges accordés à leurs pères et conservèrent l’ancienne coutume qui réservait à la noblesse le contrôle de l’administration politique, judiciaire et religieuse du village, empêchant par là toute promotion sociale des vassaux. Jusqu’au 17ème siècle, ils purent ainsi dominer la communauté.

99Mais on peut se demander s’il n’y eut pas remise en cause de cette coutume par la suite, car au 18ème siècle de nouveaux noms apparaissent dans les listes de dirigeants municipaux, qui, eux, avaient conservé leurs patronymes quichés (que les descendants des anciens caciques hispanisés avaient troqués pour des noms espagnols). En 1751, par exemple, les deux alcaldes sont : Gaspar Chem

100Diego Caguq

  • 112 A.G.C.A. leg. 5996 exp. 52744.
  • 113 A.G.C.A. leg. 6014 exp. 52981 fol. 16.

Les quatre regidores : Sebastián Gutiérrez
Pedro Sinol
Domingo Sandaliz
Francisco Sullen (ou Suyen)112
En 1767, les deux alcaldes : Juan Cuquch
Domingo Ramiro
Les quatre regidores : Domingo Sánchez
Francisco Tzullen (Sullen, sans doute le même qu’en 1751)
Jacinto Raxcaco
Gaspar Jon113

  • 114 R. Carmack. Historia social de los quichés. Pages 193-194.

101D’autre part, à la même époque, les anciens caciques, tel Silvestre Sánchez, sont accusés d’avoir autrefois usurpé des terres communales. Il semble donc que de nouvelles familles dirigent le village. Cette impression peut être rapprochée de ce qui s’est passé, par exemple, dans le village quiché de Tecpanaco, où R. Carmack a pu étudier comment les caciques héritiers de l’aristocratie préhispanique, qui avaient un grand pouvoir et une grande fortune, furent attaqués et rejetés au 17ème siècle114.

102L’autorité de ces caciques a été remise en cause et s’est affaiblie dès le 16ème siècle, parce qu’ils ont abusé du pouvoir que les espagnols leur ont laissé, et ont cherché surtout à profiter de leurs anciennes prérogatives, ainsi que des nouvelles, pour exploiter les macehuales et s’enrichir à leurs dépens. Ainsi ils achevèrent de se discréditer, et les indiens ne songèrent qu’à se soustraire à leurs obligations pour échapper aux tributs, aux services personnels exigés. Mais même s’ils réussirent, au moins pour un siècle, à se maintenir à la tête des villages, l’ancienne aristocratie et ses héritiers avaient perdu leur pouvoir réel et la société indigène se désagrégeait sous eux : la chute démographique, et les migrations des nombreux indiens qui partaient des villages (fait nouveau entraîné par la colonie) soit pour aller travailler sur les grandes plantations de la côte pacifique, ce qui leur permettait de gagner un peu d’argent notamment pour payer le tribut (versé en espèces : un tostón, à partir de 1572), soit pour fuir tout contrôle administratif ou religieux en se louant comme peón sur les haciendas des valles du Motagua, ont affaibli les liens communautaires et relâché ceux qui maintenaient les vassaux sous le contrôle des caciques.

103L’utilisation du pouvoir par les caciques, après l’arrivée des espagnols, eut pour effet de détacher la classe noble, privilégiée, des vassaux, d’accentuer les différences sociales, et, par là de déstructurer la société indigène, en brisant les liens complexes existant autrefois à l’intérieur des communautés.

NOTES ET REFERENCES

A.G.C.A. Archivo General de Centroamérica

A.G.I. Archivo de Indias, Séville

Notes de fin

1 Cf. Carte No. 1 page 2.

2 Título de los señores de Totonicapán. Page 234. Edición de Adrián Recinos. Fondo de Cultura Económica. México 1980. (Edité avec le Memorial de Sololá).

3 Idem.

4 Cf. carte Fig. 1.

5 Popol Vuh page 142 Edición de Adrián Recinos. Fondo de Cultura Económica. México 1975.
“Le dais, le trône, les flûtes en os, le cham-cham, les graines jaunes (= cacao), les griffes de puma, les griffes de jaguar, têtes et pattes de cerf, les capes, les conques d’escargots de mer, le tabac, les petites courges, les plumes de perroquet, les étendards de plumes du héron royal, le tatam, le caxcon. Ceux qui revinrent rapportèrent tout cela, lorsqu’ils allèrent recevoir de l’autre côté de la mer les peintures de Tulán, les peintures (= codex) comme on appelait ce qui leur servait à écrire leurs histoires”. Idem dans le Título de Totonicapán, pages 222-223.

6 Carmack : La fase formativa de los Quichés según la arqueología y etnología. Guatemala 1979.

7 Popol Vuh page 238.

8 Memorial de Sololá et Título de Totonicapán.
Anexo A : papel del origen de los señores, tomado de la descripción de Zapotitlán y Suchitepec por Juan de Estrada. Nov. 1579, page 246.

9 Carte Fig. 2.

10 Cf. carte Fig. 2.

11 Rabinal-Achí. Traducción de Luis Cardoza y Aragón Editorial Porrúa México 1975. Page 31.

12 Rabina-Achí, page 38.

13 Popol Vuh. Pages 129-130.

14 Cf. carte 2.

15 Information orale par le Père Tergua de Tactic.

16 Rabinal-Achí.

17 Rabinal-Achí pages 71-72.

18 Rabinal-Achí page 55.

19 Fray Francisco Ximénez, page 238 libro 1.
Historia de la provincia de San Vicente de Chiapa y Guatemala de la orden de predicadores.
Biblioteca Goathemala" volumen XXVIII. – Guatemala 1975.

20 Rabinal-Achí page 41.
“En bas se trouvent les ramages, les verts ramages, le cacao jaune (pour la monnaie), le cacao jaune (le fin), l’or, l’argent, les broderies, l’orfévrerie, avec mes enfants, mes fils... là, aucune souffrance, ni grande ni petite pour eux, pour les nourrir ; pendant qu’ils dorment une charge de cacao arrive... parce que ce sont des brodeurs, des orfèvres, travaillant tout le jour et jusqu’à l’aube”.

21 Note à compléter

22 Rabinal-Achí page 44.
“Je descendis de là ensuite sur le versant de la rivière et je vis alors les terres neuves, les anciennes, les terres aux épis jaunes, les haricots jaunes, les haricots blancs et les oiseaux”.

23 Título Nijaib IV.
Carmack : Quichean civilization.
Univ. of California Berkeley 1973 page 352. Document dans A.G.C.A.A. 1.18 leg. 6074 exp. 54884.

24 Rabinal-Achí page 36.

25 Ximénez, page 214.

26 A.G.I. Sección 2 contaduría general leg. 972.

27 Título C’oyoi. Dans Carmack : Quichean civilization, page 290.

28 Colección Muñoz (Real Academia de Historia. Madrid) Tome 66 A/111 fol. 110 Vo.

29 Information demandée par les descendants de ces anciens lignages dans un document de 1610.
A.G.C.A. A.L. 29.5 leg. 5452 exp. 46774.

30 R. Carmack : Historia Social de los Quichés.
Seminario de Integración Social. Guatemala 1979, page 65.

31 Idem. page 73.

32 Ximénez page 214.

33 Rabinal-Achí page 25. Son nom pourrait correspondre au jour de sa naissance.

34 Fray Bartolomé de Las Casas, qui a pu observer les coutumes indigènes au moment de la conquête, décrit les systèmes de succession dans :
Apologética histórica de las Indias. Nueva Biblioteca de autores españoles. Tome 13 Madrid 1909, page 616.

35 R. Carmack : Historia Social de los Quiches, page 72.

36 Rabinal-Achí, page 31, note 22 du traducteur.

37 Ximénez, pages 213-214.

38 Fuentes y Guzmán : Recordación florida. Tome III libro 13o. Biblioteca de autores españoles, tome XXLIX, Madrid 1972. Planche page 267. Cf. reproduction page 13.

39 Descripción de la provincia de Guatemala por el oidor Palacios Muñoz A/66 page 76 Vo.

40 Rabinal-Achí page 57.
“Il y a ici des bancs de métaux précieux, des sièges de métaux précieux ; il y en a là où vous êtes assis, il y en a là où vous n’êtes pas assis. Peut-être que ce vaillant guerrier, cet homme est venu s’asseoir. Ici il y a douze boissons, douze liqueurs enivrantes, appelées Ixtatzunun, douces, fraîches, joyeuses, agréables, appétissantes, qui se boivent avant de dormir, ici, entre les grands murs, dans la grande forteresse, une boisson que peut-être ce guerrier est venu boire. Il y a de très fines toiles, bien tissées, brillantes, resplendissantes, oeuvre de ma Mère, de ma Dame ; c’est peut-être pour ce travail resplendissant de ma Mère, de ma Dame, que ce vaillant guerrier, cet homme, est venu, afin d’en apprécier la finesse”.

41 F.B. de las Casas page 615.

42 F.B. de las Casas pages 615-616.

43 Rabinal-Achí pages 56-57.
“Voici ses douze grands frères, ses douze frères cadets, ceux qui portent des métaux précieux, ceux qui portent des pierres précieuses. Leurs bouches, leurs faces ne sont pas encore complètes ; peut-être est-il (le seigneur quiché) venu compléter leur groupe à l’intérieur des grands murs, de la grande forteresse. Ici il y a douze aigles jaunes, douze jaguars jaunes. Leurs bouches, leurs faces ne sont pas complètes.

44 F.B. de las Casas page 623.

45 F.B. de las Casas page 622.

46 L’auditeur Palacios, dans ses ordonnances, édictées en 1548, fait allusion à ces attributions des caciques :
A.G.I. 128, 1ère ordonnance.

47 F.B. de las Casas, page 623.

48 20ême ordonnance de Palacios. A.G.I. 128.

49 F.B. de las Casas, page 617.

50 R. Carmack : Historia Social de los Quichés, pages 76 à 78.

51 F.B. de las Casas, page 616.

52 F.B. de las Casas, pages 622-623.

53 Encomienda : village indien à la charge d’un espagnol, l’encomendero, qui prélevait un tribut et devait, en contrepartie, assurer la défense et la christianisation des habitants.

54 Accord Maldonado-Las Casas. A.G.I. Guatemala 393-2-136vo.

55 Allusion à “deux espagnols" dans une lettre du dominicain P. de Angulo à l’empereur. 19 février 1542. A.G.I. Guatemala 168.

56 M. Bataillon. Etudes sur B. de las Casas. Centre de Recherches de l’institut d’études préhispaniques. Paris 1966.

57 Ximénez. Livre I, page 214.

58 A.G.C.A.A. 123 leg. 4575 fol. 51.

59 A.G.I. Guatemala 393 reg. 2 fol. 127 vo.

60 F.B. de las Casas. Apologética histórica de las Indias page 619.
“Ils affirmaient qu’il y avait des bouches de l’enfer et que l’une d’elles était dans un village de Verapaz appelé Cobán, et qu’elle avait été bouchée par ce diable nommé “Exbalanquen”, qui, selon ce qui a été dit plus haut, y avait introduit des hommes et un de nos religieux pour les sacrifier. Afin de leur faire comprendre leur erreur, je fus à l’endroit où ils disaient que cela se trouvait ; ils vinrent avec un seigneur d’une autre province, très bon chrétien, et d’autres caciques. Car ceux de cette région n’iraient pas là-bas ni ne toucheraient à rien, même si on les mettait en pièces, car ils croient que cela les ferait mourir. Arrivé en ce lieu, je trouvai un caillou très dur comme un pilier, presque enterré entre les racines d’un arbre, qui l’entourait, car il y avait longtemps qu’elles l’avaient enveloppé et avaient fait corps avec lui. Ils commencèrent à creuser et à couper les racines, et, comme il était très difficile d’achever, le religieux, pour plaisanter décida de le laisser. Mais le cacique Don Gaspar dit au religieux : Il ne convient absolument pas de le laisser, car ce serait confirmer dans leur erreur les gens de cette région, car ils penseraient que toi et nous n’osons y toucher par crainte, ou que, ayant commencé à y toucher, le diable nous l’a défendu après. Laisse-nous y travailler peu à peu et achever, avec l’aide de Dieu. Le religieux, voyant le bon conseil du cacique Don Gaspar, se hâta de faire creuser et de couper ces racines. Ainsi ils coupèrent l’arbre et enlevèrent le marbre, ou pierre, et firent disparaître alors l’erreur et la peur que le diable avait engendrés chez ces gens.”

61 A.G.I. Guatemala 168.

62 Cédule royale du 1er mai 1543.
A.G.I. Guatemala 393 reg. 2 fol, 193 r° – 194 v°.

63 A.G.I. Guatemala 393 reg. 2 fol. 203 r° v°.

64 Cédule royale du 11 octobre 1547
A.G.I. Guatemala 393 reg. 3 fol. 59 v° – 61 r°.

65 Cédule royale du 29 déc. 1547.
A.G.I. Guatemala 393 reg. 3 fol. 73 v°.

66 A.G.C.A.A. 1.23 leg. 4583 fol. 11 v°.

67 A.G.C.A A. 1.23 leg. 4583 fol. 1994 sep. 1551.
et A.G.C.A.A. 1.23 leg. 4545 fol. 115 v°. 14 déc. 1551.

68 Remesal. Tome 3 livre 8 ch. XII page 1172.
Historia General de las Indias Occidentales y Particular de la Gobernación de Chiapas y Guatemala. Biblioteca de Autores Españoles. Madrid 1964.

69 A.G.C.A. leg. 6001 exp. 52829.

70 A.G.C.A. leg. 5452 exp. 46774 fol. 2.

71 Idem. fol. 16 v°.
“(Ce sont) des nobles, chefs de lignage et, en tant que tels, ils ont été élus alcaldes et officiers municipaux”.

72 A.G.I. Guatemala 393 reg., 2 fol. 128 r° – 129 r°.
“Il est juste que Don Juan, Don Jorge, Don Miguel et Don Gaspar soient privilégiés et exemptés de certaines charges”.

73 A.G.C.A.A. 1.29.5 leg. 5452 exp. 46774.
“Car jamais les autorités d’Acasacaztlan ni celles du village n’ont prétendu les humilier ni leur porter préjudice en ce qui concerne les services ; ils m’ont demandé et prié de donner l’ordre qu’aucun officier municipal, alcalde ou gouverneur du village ne puissent jamais leur imposer les services personnels auxquels sont astreints les vassaux et qu’il : conservent les privilèges attachés à ceux qui sont les premiers hommes du village, privilèges qu’ils détiennent et qu’ont détenus leurs ancêtres”.

74 A.G.I. Guatemala 128 et 15.

75 A.G.C.A.A. 1.23 leg. 1512 fol. 296.

76 A.G.I. justicia 332.

77 A.G.I. Guatemala 11.

78 A.G.C.A.A. 1.29 5 leg. 5452 exp. 46774 fol. 8.
“Ils pouvaient seulement participer aux services de l’église et de la communauté de ce village car c’est la coutume qu’y participent tous les nobles avec le gouverneur et les alcaldes”.

79 Idem fol. 12-13.

80 A.G.I. Guatemala 128.
“Relación y forma quel licenciado Palacios oydor de la Real Audiencia de Guatemala hizo para lo que se hubieren de visitar contar tasar y repartir en las provincias deste distrito”.

81 A.G.I. Guatemala 15 19 déc. 1625.
“El licenciado Juan Maldonado de Paz, del Consejo de su Majestad y su Oidor de la Real Audiencia de Guatemala visitador general de estas provincias de Soconusco, Capotitlán y Verapaz, mandó a los alcaldes y regidores de la ciudad de Cobán en la provincia de la Verapaz que son y adelante fueren y los vecinos del dicho pueblo guarden las ordenanzas siguientes”.

82 C.D.I.A. Colección de documentos inéditos relatives al descubrimiento, conquista y organización de las antiguas posesiones españolas de América y Oceanía, sacados de los Archivos del Reino, y muy especialmente del de Indias. Madrid 1864-84. Tome VII, page 234.

83 Colección Muñoz. Madrid. Tome A/113 fol. 50-59. 14 mars 1551.

84 Colección Muñoz A/113 fol. 154-156.
“La province ne s’est jamais trouvée autant perdue, faute de justice et de gouvernement. Les revenus des haciendas sont nuls, les indiens, très soumis auparavant à leurs chefs, n’obéissent plus maintenant à personne, oisifs et négligeant de semer ; les troupeaux diminuent car il n’y a personne pour les garder. Il ne reste aux espagnols que les tributs, qui ont été taxés très bas”.

85 Colección Muñoz A/111 fol. 110 v°.
“Información hecha en el pueblo de Teculutlán en el 2 de julio de 1545”.

86 A.G.I. Guatemala 128.

87 A.G.I. Guatemala 128. 4ème ordonnance.

88 C.D.I.A. Tome XXIV page 562.
‘‘La plupart d’entre eux se comporte encore avec tyrannie et, s’ils doivent répartir 10 maravedis de tribut, ils en répartissent 20, et la différence est pour les caciques”.

89 Colección Muñoz A/115 fol. 26 v°. Lettre du 8 mai 1555.
“Là où ils ont besoin de sortir 100 maravedis, ils en sortent 1000 pour eux”.
“Les caciques et les nobles sollicitent les Frères pour qu’ils leur demandent de l’argent, afin d’avoir ce prétexte pour imposer des contributions excessives”.
“Les indiens ne sont pas libres mais prisonniers des caciques et des nobles”.

90 A.G.I. Guatemala 15 28éme ordonnance de Maldonado de Paz.

91 A.G.C.A A. 123 leg. 1514 fol. 56.
“Qu’on évite aux indiens les ennuis dont j’ai été informé et que leur causent les caciques. Je vous demande d’ordonner aux auditeurs de cette Audience et aux autres personnes qui pourraient aller visiter leur district, de faire particulièrement attention, lors de leurs visites, à la façon dont les caciques traitent leurs indiens, et qu’ils soient punis s’ils apprennent quelques excès”. Cédule royale du 26 mai 1604.

92 A.G.C.A A 1.29.5 leg. 5452 exp. 46774 fol. 7 et 21.
“Ce sont des chefs de lignage et des hommes riches, propriétaires de terres”.
“Ce sont des nobles qui ont certains moyens”.

93 Las Casas. Page 222.
“Les caciques avaient aussi leurs terres appelées royales, qu’ils louaient à des pauvres pour une faible rente”.

94 A.G.C.A A 1.23 leg. 4575 fol. 103 v°.

95 Estancia de ganado mayor = Hacienda de gros bétail.
sitio = 38,77 caballerías.
caballería = 45 hec.
sitio fait environ 1744 hec., 65.

96 Document dans : A.G.C.A.A 1.23 leg. 5997 exp. 52767.

97 A.G C.A.A. 1.23 leg. 5938 exp. 51947.

98 A.G.C.A.A. 1.23 leg. 5939 exp. 51951.

99 A.G.C.A.A. 1.57 leg. 5935 exp. 51899.

100 A.G.C.A. archive de gobierno tierras paquete 2 exp. 6.

101 Baisse démographique estimée à 77 % de 1560 à 1594. Michel Bertrand : Communication au Congrès de Démographie. Université d’Albany 1979.

102 AG. C.A.A 1.57 leg. 5939 exp. 51951 et leg. 5940 ex. 51972.

103 AG. C.A.A. 1.23 leg. 4588 exp. 39541 fol. 142 v°.

104 A.G.C.A.A 1.23 leg. 6001 exp. 52829 fol. 172.

105 A.G.C.A.A 1.23 leg. 5949 exp. 52105.

106 A.G.C.A A. 1.29 5 leg. 5452 exp. 46774 page 15.

107 Cf. M. Bertrand : La Terre et les hommes. Ch. 2 des présents Cahiers.

108 A.G.C.A.A. 1.29 5 leg. 5452 exp – 46774 page 15.
“Ce sont aussi des chefs de lignage, et certains d’entre eux ont été alcaldes et conseillers municipaux, et ont toujours été élus majordomes des confréries religieuses du rosaire et de la croix, car ceux qui occupent ces charges sont choisis s’ils sont nobles”.

109 Sur le rôle des confréries religieuses à Rabinal, voir l’article de Nicole Percheron dans :
Cahiers de la R.C.P. 500 no. 1, 1979, C.N.R.S. Paris.

110 Archivo general de la nación. México Ramo Inquisición 303 fol. 349 v°.

111 A.G.C.A.A. 1.29 5 leg. 5452 exp. 46774 page 18 r°.
“Comme ce sont des propriétaires terriens, ils ont toujours secouru de leurs aumônes l’église et donné quelques statues de saints et prêté de l’argent aux confréries et à la caisse de communauté”.

112 A.G.C.A. leg. 5996 exp. 52744.

113 A.G.C.A. leg. 6014 exp. 52981 fol. 16.

114 R. Carmack. Historia social de los quichés. Pages 193-194.

Table des illustrations

Titre Fig. 2 – Le territoire des QUICHE -ACHI.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7833/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 3 – Costume des nobles et des vassaux (selon Fuentes y Guzmán).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7833/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 106k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search