Version classiqueVersion mobile

Rabinal et la vallée moyenne du Rio Chixoy. Vol. 3

 | 
Nicole Percheron
, 
Michel Bertrand
, 
Marie-France Fauvet-Berthelot
, 
et al.

Avant-propos

Alain Ichon

Texte intégral

Fig. 1 – Groupes indigènes occupant l’altiplano guatémaltèque à l’époque préhispanique.

Fig. 1 – Groupes indigènes occupant l’altiplano guatémaltèque à l’époque préhispanique.

1C’est essentiellement à l’histoire coloniale de Rabinal et de la Baja Verapaz que nous consacrons ce No. 3 des Cahiers de la R.C.P. 500. Les articles de Nicole Percheron et de Michel Bertrand nous paraissent en effet donner deux images complémentaires – “le Pouvoir et les Hommes”, “la Terre et les Hommes” – de l’évolution socio-économique de la région de Rabinal au cours des trois siècles qui ont suivi la conquête espagnole du Guatemala.

2Après un bref rappel de la fondation du “royaume Rabinaleb” et de son organisation interne, basé sur des documents ethnohistoriques (en particulier le ballet-drame du Rabinal-Achí), N. Percheron s’attache à décrire le rôle des caciques indigènes – Don Gaspar pour Rabinal – maintenus en place par la Couronne espagnole tant qu’ils purent servir ses desseins pour la conquête de la Tierra de Guerra, l’organisation des villages de réduction, enfin le fonctionnement, à l’échelon de la municipalité, d’un système colonial qui conserve encore beaucoup de traits du système antérieur, mais qui va se désagréger rapidement, l’ancienne aristocratie indigène contribuant, par ses abus, à sa propre déchéance dès la fin du XVIème siècle. On peut se demander dans quelle mesure cette attitude des caciques n’était pas ancrée dans une tradition préhispanique, devenue simplement moins supportable par les gens du commun à partir du moment où l’aristocratie perdait une grande partie de son charisme au profit de la nouvelle religion et de ses ministres dominicains.

3L’analyse de M. Bertrand embrasse une période plus longue (XVIème-XIXème siècles) et une autre composante de la société rurale coloniale : le ladino. Elle s’appuie sur les problèmes économiques, et avant tout sur celui de la terre. Après avoir décrit un système colonial en équilibre instable, où tout oppose les deux mondes indien et ladino – clivage géographique, économie, langue, administration civile et religieuse – l’auteur étudie sa déstructuration à partir du XVIIIème siècle, puis sa disparition en 1821, date de l’indépendance. Il nous intéresse spécialement de comprendre, dans cette évolution d’une société complexe dont l’auteur souligne la fluidité, l’attitude du monde indien qui est à la fois de refus de la soumission, de défense des valeurs traditionnelles, et d’adaptation aux fluctuations d’une politique allant d’une sorte d’apartheid à l’hispanisation, puis à l’assimilation.

4Marie-France Fauvet-Berthelot poursuit, dans son article sur le site archéologique d’El Talpetate, l’étude qu’elle a entreprise sur les ensembles non cérémoniels dépendant du grand centre postclassique de Cauinal. Son interprétation des divers types de structures et de l’organisation d’ensemble de ce site “perché”, bien que parfois discutable, a le mérite de dépasser la simple description et de souligner les différences significatives entre les divers ensembles constituant ce que nous avons appelé “le Grand Cauinal”.

5Pierre Usselmann, enfin, complète son étude géomorphologique de la vallée moyenne du Chixoy (Cahiers No. 1) en décrivant les milieux physiques entre la limite ouest de la zone de retenue du barrage (Chibalám) et le gros village de Sacapulas, 45 km. en amont. La reconnaissance de cette partie de la vallée devait nous permettre de vérifier l’hypothèse d’une occupation préhispanique comparable à celle relevée dans la zone de retenue, en particulier pendant la période du Postclassique tardif. Il n’en est rien : un vide humain presque parfait entre Chimul (limite des départements de Baja Verapaz et d’El Quiché) et Sacapulas ne peut s’expliquer, comme le souligne P. Usselmann, par des raisons géologiques, pédologiques ou climatiques. Il doit être rapproché de deux faits notés dans la région au nord de San Andrés Sajcabajá : d’une part la densité des sites archéologiques occupant le rebord des plateaux qui dominent la vallée encaissée ; d’autre part l’occupation ancienne de plusieurs de ces sites, qui datent du Classique ancien (200-600 ap. J.C.), période dont nous n’avons trouvé que des vestiges infimes plus en aval.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Groupes indigènes occupant l’altiplano guatémaltèque à l’époque préhispanique.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7828/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 58k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search