Version classiqueVersion mobile

Le Protoclassique à La Lagunita

 | 
Alain Ichon
, 
Marie Charlotte Arnauld

Annexes. Description des poteries entieres (Alain Ichon). Étude du materiel osseux et des coquillages (Véronique Gervais-Cloris, J. Arroyo et O. J. Polaco)

Annexe 5. Étude Anthropologique des Ossements Humains de la Str. A-7

Véronique Gervais-Cloris

Texte intégral

1Tous les ossements mis au jour sur le site de La Lagunita sont dans un état de conservation fort mauvais. La plupart d’entre eux se présentent sous forme de fragments ou de débris, de dimension réduite, généralement très érodés, ce qui dans bien des cas empêche toute identification. Les pièces les mieux conservées appartiennent au splanchnocrâne, et plus particulièrement à la mandibule, mais sont rarement complètes. D’une manière générale, les ossements appartenant au squelette post-crânien présentent un aspect gracile, alors que les fragments mandibulaires sont d’aspect plus robuste.

2L’étude ostéométrique se trouve par conséquent très réduite, et se rapproche plus, dans de nombreux cas, d’un inventaire.

1 – Fouille centrale (C-43)

C-71-72 (niveaux – 26 à +146)

3Se rapportant au squelette du pied, on trouve : a/ un fragment de talus droit dont la largeur antérieure de la trochlée est de 26 mm. b/ un deuxième métatarsien gauche d’aspect grêle, dont la longueur est de 66 mm et la largeur minimum 7 mm. c/ une phalange proximale dont la longueur est de 26 mm ; la facette articulaire basale est légèrement arthrosique.

4Le squelette crânien n’est représenté que par un fragment de maxillaire gauche (dans les deux tiers supérieurs de l’os).

5Quelques débris osseux de faune présentent un état de conservation des corticales meilleur que celui des ossements humains.

Sépulture d’enfant S-3

6Il s’agit d’un squelette d’enfant très incomplet, dont les éléments, en mauvais état de conservation, sont pris dans la gangue.

7Le squelette post-crânien est représenté par un fragment de pariétal droit et par plusieurs autres fragments de voûte. D’autre part, un bloc de gangue laisse apparaître un segment de corps mandibulaire et de maxillaire, l’ensemble étant écrasé latéralement.

8Sur la mandibule, les dents visibles sont 41,42,43, 44 et 31, 32, 34. Sur le maxillaire on peut voir les dents 11, 12, 14 et 24. Les germes de 15 et 25 sont visibles, l’os étant brisé d’aplomb et en avant de la paroi distale de leurs alvéoles.

9Il est à noter que les incisives 11 et 12 ont une morphologie dite “en pelle”

2 – Tombe C-44

a/ Remblai

Niveau 150-140

10Des fragments de dimension fort réduite se rapportent probablement a une mandibule adulte. Des dents isolées, d’enfants et d’adultes, ont été brisées post mortem. La seule dent intacte est une canine présentant une usure tabulaire oblique.

11256 : Parmi des fragments d’ossements de faune, on trouve un cunéiforme humain, une canine adulte et quatre molaires déciduales.

12282 : Un humérus gauche est représenté par les deux tiers inférieurs de l’os. Le diamètre maximum au milieu de la diaphyse peut être estimé à 19 mm, le diamètre minimum à 14 mm, ce qui donne comme indice diaphysaire 74 (platybrachie). Le périmètre minimum au milieu de la diaphyse est de 53 mm, la largeur de la palette humérale est de 51 mm, et la largeur de la trochlée de 36 mm.

13Le V deltoïdien est très peu marqué et il n’y a pas de perforation olécranienne.

14Parmi vingt-sept dents isolées d’adulte et d’enfant, on constate une usure tabulaire assez marquée sur deux molaires et sur une canine, et une carie périphérique sur une molaire.

15614 : Deux dents d’adulte, sur les trois trouvées à ce niveau, et appartenant au bloc incisif, sont fragmentées. La troisième porte une carie sur la face linguale.

16641-642 : Des fragments osseux d’adulte appartenant certainement au squelette crânien ne sont absolument pas mesurables, de même pour des fragments diaphysaires de squelette d’enfant.

17Une quinzaine de dents d’adultes et d’enfants on été retrouvées à ce niveau ; une des incisives présente une morphologie dite “en pelle”.

18662 : Une molaire déciduale présente des points d’usure sur les cuspides.

19677 : Un fragment mandibulaire d’aspect robuste comprend le corps, dont le bord inférieur est détruit, et un segment de la branche droite ; la forme de l’arcade alvéolaire est upsiloïde. Les incisives et les canines sont absentes ou brisées post mortem. Sur les molaires, on observe une très forte usure tabulaire.

20La branche perpendiculaire au corps a une largeur minimum de 36 mm. L’épaisseur en projection en PM2-M1 est de 15 mm, en M1-M2 de 17 mm, et en M2-M3 de 19 mm. Les épaisseurs réelles sont identiques, ce qui donne un indice d’obliquité de 100 (mandibule sensiblement verticale).

b/ Niveau du sarcophage

21702 : Des fragments d’os plats (côtes et scapulas) ne sont pas mesurables. 11 en est de même pour les quelques fragments diaphysaires non identifiables.

22711 : Quatre molaires présentent une légère usure tabulaire.

23721 : Parmi plusieurs dents d’adulte et quelques courts fragments mandibulaires, on remarque qu’un fragment comportant les trois molaires normales, dont deux portent une carie, a sur son bord lingual une dent surnuméraire, de dimension réduite, à l’aplomb d’un interstice.

Nord du sarcophage :

24Une molaire déciduale présente une petite carie sur la face occlusale. Un fragment d’incisive lactéale a été également trouvé à ce niveau.

25691 (squelette nord du sarcophage) : un fragment de corps mandibulaire, réduit à l’arcade alvéolaire (segment comportant les alvéoles de 31,32, 33 et de 41, 42, 43, 44, 45, 46) est porteur d’incisives “en pelle”, de canines dont une présente sur la face linguale trois stries en éventail ; 44 et 45 sont absentes post mortem et en 46 le germe est visible.

26Un fragment de pariétal d’enfant apparaît très érodé.

27Secteur A-4 (sud-est du sarcophage) : Hormis quelques fragments de côtes de hauteur variable, les débris osseux récupérés à ce niveau ne sont pas identifiables. Ils ont cependant tous la particularité de présenter des traces de couleur rouge.

28Une prémolaire isolée porte une carie périphérique.

29Dans 726. angle sud-ouest du sarcophage : dans cette poterie ont été recueillis quelques fragments d’os longs non identifiables, un fragment très réduit de rocher et quatre dents jugales isolées d’enfant.

30Angle sud-ouest du sarcophage : une mandibule d’enfant réduite au corps, dont la hauteur moyenne est de 22 mm, présente en 42, sur la face cutanée de l’os, un orifice ovalaire dont la hauteur est de 16 mm et la largeur de 8 mm, donnant accès dans une cavité péri-apicale paraissant consécutive à un kyste ou à un granulome (dent absente post mortem). En 44, la dent porte une carie périphérique. En outre, présence d’un certain nombre de fragments de dents déciduales.

31Dans le même secteur, une phalange proximale de main, dont la longueur est de 35 mm et la largeur minimum de 8 mm, est le seul os identifiable parmi une vingtaine de fragments osseux.

c/ Fond de la tombe autour du sarcophage

32A-1/2 (nord-est) : un fragment d’os zygomatique et cinq dents isolées sont assez détériorés.

33A-1/8 : Des fragments diaphysaires de fémurs non mesurables, présentent un aspect gracile : les corticales sont particulièrement minces.

34Dans poterie A-2/1 : parmi les cinq fragments recueillis, quatre ne sont pas identifiables ; le cinquième appartient à l’axis, et la hauteur de l’apophyse odontoïde est de 12 mm.

35Non localisé : un fragment mandibulaire réduit à la région mentonnière, dont les dents sont absentes post mortem, présente un aspect robuste. La hauteur symphysienne est de 48 mm et la largeur bi-mentale de 44 mm.

36Parmi trois molaires isolées, on note une légère usure tabulaire sur l’une d’elles.

37Deux fragments de métacarpiens ont un aspect gracile.

38Secteur A-4/6 (angle sud-est), dans le grand bassin de type Rabolio (fig. 9b et 76a) :

39Les ossements les plus intéressants se rapportent au squelette d’un individu jeune. Outre une épiphyse inférieure de fémur, une vertèbre et un premier métacarpien, non mesurables en raison de leur mauvais état de conservation, on trouve un coxal droit : entre l’ilion, l’ischion et le pubis il n’existe aucune synostose, ce qui permet de dire – d’après Martin – que le sujet a moins de seize ans. L’épaisseur acétabulo-sciatlque est d’environ 33 mm.

40Un fragment de tête fémorale et un fragment de côte ne sont pas mesurables, de même qu’un fragment de coxal (aile iliaque), une épiphyse inférieure de flbula gauche.

41Une tête fémorale isolée a un diamètre, sans considération de plan, de 38 mm. Malgré l’aspect érodé de l’os, il a été possible de prendre plusieurs mesures sur un talus droit : longueur 45 mm ; largeur 33 mm ; hauteur 23 mm ; longueur de la trochlée 26 mm ; indice de largeur : 0,73 ; indice de hauteur 0,51.

42Fémur-tibia-tarse : le seul élément mesurable est une tête fémorale, fragmentaire, dont le diamètre transversal est de 38 mm (sexe féminin probable). Quatre fragments très réduits peuvent être identifiés comme appartenant aux condyles fémoraux, au tibia et au calcanéum.

43Pelvis et vertèbres : des fragments de vertèbres et de manubrium ne sont pas mesurables. Un coxal droit, auquel il manque l’épine sciatique et la facette articulaire du pubis, a une épaisseur acétabulosciatique de 28 mm ; la hauteur est de 168 mm, la longueur iliaque de 85 mm, et la largeur minimum de l’ilion de 51 mm. D’autre part, l’angle de la grande échancrure sciatique étant d’environ 80°, il est possible de dire que ce coxal est féminin. Cette hypothèse peut être confirmée par la présence d’un sillon pré-auriculaire sur un fragment de coxal gauche, représenté par l’ilion dont la largeur minimum est de 51 mm, et la largeur de l’aile de 135 mm.

44Se rapportant au squelette crânien, on a un fragment d’occipital sur lequel la suture sphéno-occipitale, synostosée, permet de dire que le sujet est âgé de plus de dix-huit ans.

45Se rapportant à un squelette d’enfant, on trouve un fragment diaphysaire d’os long non identifiable, un fragment de côte, un fragment de métatarsien et deux corps vertébraux, à peu près identiques, dont le diamètre transversal est de 29 mm et le diamètre sagittal de 22 mm.

46Trois fragments osseux d’adulte non mesurables se rapportent au coxal, à un métatarsien et au crâne.

47A cela il faut ajouter la présence d’os de faune de taille très petite, et de charbon de bois.

d/ Intérieur du sarcophage

48Un grand fragment de calotte crânienne comporte les pariétaux unis par synostose, amputés en avant d’une bande étroite rétro-coronale et en arrière d’un segment pré-lambdatique impossible à préciser. La perte de substance postérieure est due à une cassure post mortem, tandis que l’antérieure résulte d’une section intentionnelle. A ce vestige bi pariétal sont appendus deux fragments (droit et gauche) de l’os frontal, la suture coronale qui les joint n’étant pas synostosée. Ces fragments ont une forme triangulaire, leur base antérieure parfaitement rectiligne prolongeant en dehors les deux extrémités de la section des pariétaux. Le fragment frontal gauche, plus étendu que le droit, porte la suture avec la grande aile du sphénoïde.

49La suture sagittale totalement synostosée, la suture coronale ne l’étant absolument pas, on pourrait estimer l’âge du sujet à environ quarante-cinq ans. Cependant sur les crânes déformés, il est à noter que la suture sagittale se synostose prématurément ; il est donc légitime d’évoquer la provenance de ce fragment à partir d’un crâne déformé intentionnellement.

50Cette pièce porte trois perforations intentionnelles coniques, l’une sur le fragment frontal gauche, les deux autres sur la suture coronale, symétriquement placés par rapport à la ligne médiane ; les trois perforations sont alignées parallèlement à la section antérieure. Les diamètres sont respectivement de droite à gauche de 5 mm, 5 mm, et 4,5 mm sur la face exocrânienne, et de 3,8 mm, 3,8 mm et 4,2 mm sur la face endocrânienne. Les orifices sont tout à fait semblables à ceux décrits plus loin sur certaines mandibules. L’ensemble porte des traces de couleur rouge.

51Deux autres fragments d’os crâniens peuvent être identifiés : l’un appartient au temporal, et est coloré de rouge, l’autre au rocher.

52Une mandibule brisée en son milieu et à laquelle manque l’extrémité des deux branches, portant des traces de couleur rouge, est d’aspect robuste (sexe masculin probable). Au ras de la cassure supérieure, chaque branche porte une perforation circulaire, à égale distance de chacun des bords ; elles sont de forme conique : sur la branche gauche, l’orifice externe a un diamètre de 4,2 mm ; celui de l’orifice interne est de 3,7 mm. L’absence complète de réaction osseuse permet d’affirmer que ces perforations ont été faites après la mort.

53Les mensurations mandibulaires sont : épaisseur réelle en PM2-M 1 : 13 mm ; épaisseur réelle en M1-M2 : 16 mm ; épaisseur en projection en PM2-M 1 : 18mm ; épaisseur en projection en M1-M2 : 21 mm ; indice d’obliquité : 77,1 (mandibule très oblique).

54La seule dent en place sur la mandibule est la 46 ; elle est affectée d’une usure tabulaire. Une vingtaine de dents isolées ont été trouvées à ce niveau, dont deux molaires qui présentent chacune une carie périphérique.

55Enfin trois fragments mandibulaires, deux droits et un gauche, teintés de couleur rouge, ont été recueillis à l’intérieur du sarcophage.

56Le fragment mandibulaire gauche comprend la région de l’angle goniaque, prolongée par environ la moitié de la branche et un segment du corps, correspondant aux deux dernières molaires, le bord inférieur étant détruit ainsi que le bord postérieur de la branche. L’incisure de l’artère faciale est présente. Le fragment mandibulaire droit (A) est réduit au gonion, avec deux prolongements effilés vers le haut et en avant.

57Le fragment mandibulaire droit (B) comprend le bord concave de l’angle goniaque, toute la zone périphérique étant détruite pratiquement jusqu’à la limite de l’incisure de l’artère faciale. Le segment de corps adjacent a pratiquement la même longueur que sur le fragment précédent. Par contre, le bord antérieur de la branche remonte jusqu’à l’apophyse coronoïde.

58Sur chacun des deux fragments mandibulaires droits, on trouve une perforation, de même nature que celles décrites ci-dessus sur la mandibule entière. Le diamètre de la perforation sur la mandibule (B) est de 4,5 mm : le siège est à la base de l’apophyse coronoïde, à 11 mm du bord antérieur. Sur le fragment mandibulaire (A), la perforation est incomplète, et représentée par une encoche au milieu de la cassure supérieure (à 8 mm du bord postérieur) ; son diamètre est apparemment le même que sur le fragment précédent.

59Sur les trois fragments, on relève la présence de cupules siégeant toutes sur la surface buccale de l’os : sur le fragment gauche, les deux cupules sont situées, l’une au centre de l’angle goniaque, la seconde à 8 mm au-dessus. Leurs diamètres sont respectivement de 10 et 9 mm. Leur surface est légèrement granuleuse et leur bord évasé. Sur le fragment (A), et en son centre, on a une cupule de 14 mm de diamètre à fond légèrement granuleux, et une deuxième de 8 mm de diamètre, adjacente à la première, au-dessous et en avant ; le fond et le bord sont identiques aux précédents. Sur le fragment (B), au centre de l’angle goniaque, on trouve une cupule de 13 mm de diamètre, à l’aspect plus évasé que les précédentes. Aucune réaction osseuse n’a été notée à la périphérie ou sur la face cutanée de l’os ; l’amincissement de celui-ci semble s’être fait surtout aux dépens de la corticale interne (la faible épaisseur du diploé en cette région explique l’amincissement jusqu’à 1 mm mesuré au fond d’une des cupules du fragment (A).

60Etant donné le siège des cupules – face interne de l’os dans la zone d’insertion du muscle ptéiygoïdien médial – il n’est pas possible de rapporter de telles excavations à une intervention humaine : elles sont donc de nature pathologique, qui sera à préciser ultérieurement.

61Des fragments de dents ont été également recueillis dans le sarcophage ; ils sont colorés en rouge et certains présentent une usure tabulaire oblique.

Conclusion :

62De l’étude des ossements de LA LAGUNITA, les conclusions ne peuvent être que très partielles : dans la mesure où les squelettes sont réduits à l’état de fragments, la plupart des mensurations sont impossibles à prendre.

63Sur le plan anthropologique, les remarques que l’on peut faire sont les suivantes :

  1. – L’ensemble des pièces osseuses appartient à des squelettes graciles ; les dimensions réduites de certaines épiphyses ne conduisent pas forcément au diagnostic de sexe féminin, en raison même de la petitesse des pièces du squelette.
  2. – Une exception cependant : la robustesse des mandibules qui contraste avec la gracilité générale, ce qui semble indiquer un développement important de l’appareil masticateur.
  3. – En ce qui concerne l’âge des individus, le seul cas où il aurait été possible de le déterminer ne peut être considéré comme valable en raison d’une synostose prématurée de la suture sagittale, qui au sein de cette population évoque la possibilité d’une déformation intentionnelle.

64Du point de vue pathologique, aucune lésion caractéristique n’a été relevée ; le seul cas qui pose un problème diagnostique est celui des cupules mandibulaires. L’hypothèse la plus vraisemblable est qu’elles pourraient avoir été imprimées dans l’os par des kystes parasitaires, mais aucune preuve ne peut en être apportée.

65Par ailleurs, il a été relevé quelques caries dentaires, ainsi qu’une cavité osseuse consécutive à un granulome ou à un kyste.

66On ne peut évidemment pas considérer comme pathologiques les perforations relevées sur quatre fragments mandibulaires, et sur une voûte crânienne de l’intérieur du sarcophage : ce sont, sans aucun doute possible, des artefacts pratiqués après la mort (trous de suspension).

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search