Version classiqueVersion mobile

Le Protoclassique à La Lagunita

 | 
Alain Ichon
, 
Marie Charlotte Arnauld

Annexes. Description des poteries entieres (Alain Ichon). Étude du materiel osseux et des coquillages (Véronique Gervais-Cloris, J. Arroyo et O. J. Polaco)

Annexe 2. Les Poteries de la Grotte C-48

Alain Ichon

Texte intégral

1La grotte artificielle contenait 297 objets de céramique complets ou presque complets, et quelques poteries incomplètes (non restaurées). L’une des douze poteries polychromes probablement importées du Petén a été dérobée au cours d’une incursion nocturne : il s’agit d’une jarre tétrapode à bec, qui avait été photographiée et localisée sur le plan de la grotte.

2C’est au total sur un ensemble de 290 poteries ou objets d’argile, décrits ci-dessous, que nous calculerons les pourcentages des types, groupes, etc.

A – Les encensoirs

3Simples : deux grands bols à base annulaire, décorés de deux rangs de pastilles sur le bord et la base annulaire (B-5/6 et B-5/8, fig. 82a). Diam. : 30 cm. Ils sont du type Rabolio Encensoir Simple.

4A piédestal (type Rabolio Encensoir à Piédestal) :

  • simple : deux fragments (B-6/8 et C-8/2) de la partie supérieure. Ce type, à piédestal peint en noir, non décoré ou à bord festonné, commun dans la grotte C-44, est peu représenté dans la grotte, de même que le type simple à dents.
  • à ornements : les deux exemplaires (E-4/1 et A-6/1, fig. 82d) identiques, n’étaient pas côte à côte. L’emplacement habituel du visage humain porte simplement une croix de Malte évidée, mais les oreilles, avec leur ornement discoïdal, sont présentes, et sur le front il y a une sorte de faisceau horizontal maintenu par un disque central. L’extérieur est engobé d’un blanc crayeux fugitif. H : 25 cm.
  • à effigie : deux encensoirs, dont un incomplet. B-8/31 (fig. 82b) a sur son piédestal le visage humain habituel (portant ici un ornement de nez en triple boule), aux yeux clos, à la bouche entrouverte laissant sortir la langue : il est surmonté d’un bec d’oiseau très stylisé. L’arrière du piédestal porte une échancrure en U renversé et 18 dents coniques. H : 16 cm.

5Sur A-3/3 (fig. 82c), réduit au piédestal, le motif est le même quoique plus fruste : la bouche, langue tirée, est surmontée d’une moustache. Le bec de l’oiseau a disparu mais ses yeux sont représentés par deux grosses pastilles incisées de part et d’autre du front du personnage.

6A manche-verseur : un seul exemplaire. A-5/1 (fig. 82e), vers le centre de la grotte. C’est un simple bol brun-rouge mat, à bord intérieur déprimé, doté d’un manche à section concave pouvant servir de canal-verseur : le bol étant horizontal, le liquide s’écoulera naturellement par le manche.

7Une pièce presque identique datée du Préclassique tardif se trouve au musée de Chalchuapa ; à Chiapa de Corzo, une poterie très semblable, datant de la phase Horcones, est illustrée par Lowe et Agrinier (1960 fig 64a).

8Vase à couvercle

9E-6/1 (fig. 82f) est un récipient cylindrique décoré de bandes rouges horizontales et verticales ; le couvercle doté d’une anse en ruban est percé dans sa partie centrale et porte quatre croix Kan évidées sur la paroi ; il est lui aussi décoré de bandes rouges. H. Totale : 11 + 7,6 cm.

10Deux couvercles scutiformes à anse (B-2/2, fig. 82g, et B-8/5) devaient avoir une fonction analogue. Le premier, peint en blanc mat, est décoré de pastilles et porte quatre trous ovales : on voit des traces de feu à l’intérieur. Diam. : 23,8 cm. Le second, plus petit (diam. : 13,2 cm) est de forme simple, sans pastilles ni perforations.

Fig. 82 – Encensoirs et poteries diverses de la grotte C-48. a/ grand bol à base annulaire décoré de pastilles (B.5/6 : Rabolio Encensoir Simple). b. c/ encensoirs-effigie à piédestal (B.8/31 et A.3/3). d/ encensoir à piédestal et adomos (E.4/1). e/ encensoir à manche verseur (A.5/1). f/ vase (encensoir ?) à couvercle (E.6/1). g/ couvercle scutiforme (B.2/12). h/ vase-support stuqué et peint (E.3/15). i/ “chandeliers” (E.2/20 et B.8/38).

B – Vases-support en sablier et “chandeliers”

11Dans le vase E-3/15 (fig. 82h), la partie rétrécie forme un bourrelet médian qui se prolonge par trois bandes verticales en relief. Ce vase-support, de type Nogaro Noir, a été recouvert de stuc puis peint en vert (bord et base), en rose (bourrelets médian et verticaux) et en rouge (le reste de l’extérieur et le bord intérieur). H : 15,3 cm.

12Etudiant la répartition de ce type de poterie en Amérique Centrale, Agrinier (1970 : 72) conclut qu’il se trouve surtout dans le sud de l’Amérique centrale durant le Protoclassique et le Classique ancien. Le décor plastique de notre vase-support est peu commun : on peut le rapprocher de celui du vase-support en gypse (A-3/1 fig. 34c), qui porte une sorte de nervure épaisse reliant le haut et le bas, et à l’opposé deux trous encadrant, comme des yeux, une partie épaissie ; à mi-hauteur un rebord aigu entoure la moitié du vase.

13Les deux “chandeliers” (B-2/10 et B-8/38, fig. 82i) diffèrent des objets habituellement baptisés candeleros : ils rappellent plutôt les vases-support très élancés de la province de Coclé, au Panama (Lothrop 1942 : fig. 225, 359, 360b). Ils sont engobés d’un rouge mat ou brun-rougeâtre foncé. H : 16,5 et 11,5 cm. Les deux chandeliers étaient disposés symétriquement aux deux extrémités de la grotte, chacun dans son bol à anse-panier, ce qui semble indiquer une sorte de relation entre ces deux types de poteries.

C – Ocarina

14Cette pièce unique, A-3/2 (fig. 83), a un double corps sphéroïde se prolongeant vers le haut pas une embouchure cylindrique qui supporte une tête d’animal monstrueux tenant de l’oiseau et du jaguar ; vers le bas par une queue en éventail et un double motif serpentiforme. L’argile brun-rougâtre était peinte de blanc mat ; la tête de l’animal porte des traces de rouge hématite.

15Le corps droit est percé de deux trous sur sa face supérieure et d’un trou plus petit sur sa face inférieure, ce qui permet d’obtenir cinq notes, sans compter deux harmoniques. Le corps gauche n’a qu’un trou sur sa face supérieure, permettant d’obtenir deux notes et deux harmoniques. Soit au total, avec les deux corps, une vingtaine de combinaisons possibles.

Fig. 83 – Ocarina (A.3/2).

Fig. 83 – Ocarina (A.3/2).

Fig. 84 – Poteries zoomorphes de la grotte. a/ vase stuqué. représentant un jaguar (? B.2/23). b/ bol tétrapode anthropo-zoomorphe (C.8/1). c. c’/ bol tripode en forme de chauve-souris (C.2/5). d/ vase-sabot (B.2/35). e/ pot-canard (B.2/51).

D – Vases zoomorphes

16Ces trois poteries doivent être distinguées de celles portant de simples attributs animaux ou humains appliqués.

17B-2/23 (fig. 84a) est un vase globulaire tripode doté d’une tète d’animal, creuse et contenant une bille, et d’une queue servant de bec verseur. Les supports sont courts, pleins, à épaulement. L’animal, représenté de façon peu réaliste, serait un jaguar, comme semblent le prouver la forme des oreilles, les crocs et les taches du pelage ; les membres sont figurés en relief sur la panse.

18L’engobe brun-rouge poli a été recouvert d’une mince pellicule de stuc, elle-même peinte en rouge pâle (oreilles et mufle, corps du vase, supports, intérieur du col), en vert (tête et queue) et en jaune (pourtour des yeux) ; sur chaque flanc se détache une croix Kan, sans doute primitivement peinte en vert comme le bord du vase. De fines lignes noires soulignent les contours et figurent les taches de la robe de l’animal.

19Cette poterie serait à rattacher au type Nogaro Noir. H. totale : 15,7 cm.

20C-8/1 (fig. 84b) : bol de forme ovale, tétrapode, por tant d’un côté une tête anthropo-zoomorphe caricaturale, de l’autre une queue bifide. Les membres sont figurés en léger relief. Une ou deux rangées de cercles incisés par impression de tube soulignent le raccord de la tête et de la queue. Engobe marron et traces de pigment rouge dans les profondes incisions de la tête et de la queue. Longueur : 30,2 cm.

21C-2/5 (fig. 84c) : bol tripode à bec verseur, décor appliqué et modelé représentant une chauve-souris. Les trois supports sont mammiformes ; le bol est ouvert d’un côté et se prolonge par un manche court à profil en V servant de verseur. A l’opposé est appliquée une tête de chauve-souris remarquablement réaliste ; le bord du bol ondulé et orné de pastilles représente les ailes. Sur le brun pâle naturel de l’argile, on note quelques traces de couleur rouge dans le fond du bol et le canal verseur. Longueur totale : 25 cm.

22Cette poterie est à rapprocher de l’encensoir à manche-verseur A-5/1 décrit plus haut. Des pièces comparables figurent dans les musées de Copan et de San Salvador (collection Soundy, préclassique).

E – Vase-sabot

23Cet exemplaire unique (B-2/35. fig. 84d), de grande taille (31 cm de long), est doté d’une anse en ruban ; à l’opposé la pointe porte un filet incisé et deux pastilles figurant peut-être les yeux d’un animal. Couleur naturelle de l’argile avec des traces d’un pigment rouge appliqué après la cuisson.

24La forme du vase sabot est commune du Mexique au Salvador, et cela du Préclassique au Postclassique et même à la période coloniale dans la région de Puebla (cf Sisson 1975 : 475) mais son utilisation reste problématique : on a supposé qu’il servait à chauffer un liquide ou à supporter le comal, mais les exemplaires mis au jour ne portent presque jamais de traces de feu. Le notre est cependant taché de suie, mais sur l’arrière... Son décor permet de le rapprocher des vases-sabot de Salcajá.

F – Pots-canard

25La grotte contenait quatre de ces poteries énigmatiques (B-2/51, A-3/8, A-3/10 et A-3/11, fig. 84d) dont trois groupées contre ou sous le bloc de talpetate à gauche de l’entrée. Ces objets sont ici nettement anthropo-ou zoomorphes : la tête aplatie et ponctuée pour figurer les yeux, parfois aussi le nez et la bouche, est reliée au corps par une anse en ruban ; les bras en relief sont repliés sur la poitrine. La base manque. Ces poteries ne sont pas engobées ; l’intérieur, mais non l’extérieur, est noirci par la fumée.

26Dans la typologie de Borhegyi (1952), nos pots-canard sont à classer dans le type Bb : creux, à base ouverte, zoomorphes ; les exemplaires les plus proches viennent de Zacualpa (phase Balam, Wauchope 1948 : 118), de Chichicastenango (collection Rossbach) et de Nebaj. Dans la région de Cotzal, selon Adams (1965) le pot-canard serait une invention du Classique ancien.

27On a supposé que les pots-canard servaient de supports pour les poteries culinaires, remplaçant les trois pierres du foyer, tenamaztle. Le fait que nous ayons trouvé trois de ces poteries groupées dans la grotte appuierait cette hypothèse ; cependant, l’intérieur seul porte des traces de feu, ils auraient donc plutôt servi de couvercles.

G – Pichets tripodes

28Les onze poteries de ce type peuvent être classées en deux catégories : forme simple, sans rebord labial (3 exemplaires), forme complexe avec rebord labial, anse, pieds zoomorphes (2 ex.) ou anthropomorphes (6 ex.).

29Forme simple (E-4/12, A-8/22, E-3/5, fig. 85a, b, c) : le corps est plus ou moins globulaire ou allongé, le bord éversé se termine en un méplat qui s’élargit et s’incurve sur un côté pour former le bec verseur. Il y a trois supports creux sur lesquels le motif zoomorphe – un animal à long museau, sans doute un coati – devient de plus en plus évident, avec la représentation des oreilles et des yeux. L’engobe rouge à brun-rouge irrégulièrement poli couvre l’extérieur mais non les supports. H : 14,6 à 15,1 cm. Un exemplaire porte à l’intérieur la trace d’un liquide.

30Forme complexe : l’exemplaire B-2/12 (fig. 85d) est caractéristique de la variété zoomorphe : corps allongé en forme de bourse, large rebord labial à rainure élargi d’un côté par le bec verseur, se raccordant de l’autre à une anse verticale faite de deux brins accolés (torsadés sur un autre pichet). Les supports représentent une tête de coati mundi Inasua narica) ; ils sont creux et font sonnaille. L’engobe rouge sombre poli est presque entièrement caché à l’extérieur par un dépôt charbonneux ; on note à l’intérieur la trace d’un liquide. H. totale : 18,5 cm.

Fig. 85 – Pichets tripodes. a-c/ forme simple (A.8/22. B.3/5. E.4/12). d/supports zoomorphes (B.2/12). e. f/ supports anthropomorphes (B.2/56. B.2/61). f/
pichet à base annulaire (cream-pitcher) (B.2/62).

31Les six derniers pichets, que nous avons trouvés imbriqués contre la paroi sud de la grotte, ont pour caractéristique un large rebord sous-labial qui se raccorde à l’anse verticale à deux brins torsadés, et trois supports décorés d’une face humaine grotesque ; une pastille, représentant semble-t-il une tête de singe, orne la partie supérieure de l’anse. Sur l’un des exemplaires, doté de trois anses, la représentation du singe avec sa queue recourbée est plus réaliste. L’exemplaire B-2/56 (fig. 85e) est le seul doté d’un rebord basal évoquant une carapace de tortue, auquel s’attachent les supports. Sur cinq exemplaires, la face humaine caricaturale semble émerger d’un grand bec d’oiseau stylisé : nous retrouvons le motif habituel des encensoirs à effigie.

32Ces pichets sont engobés de rouge, et beaucoup pourraient être rattachés au groupe Tupal ; aucun ne porte des traces de feu ou de liquide à l’intérieur. Dimensions moyennes : H = 11,3 (de 10,6 à 12,9 cm).

33Cette forme de pichet tripode, bien qu’on l’ait rapprochée des tripodes à hauts supports du Costa Rica, du Panama et du Nicaragua, n’est signalée, sauf erreur, que dans les Hautes Terres du Guatemala et du Salvador. A Zaculeu, il y avait deux pichets identiques aux nôtres dans la grande tombe (Woodbury et Trik 1953 ; fig. 240f, f) ; à Zacualpa (phase Balam) ils sont de type complexe à supports anthropo-zoomorphes (Wauchope 1948 : 99-100, 112, PI. 17e, f) ; on les trouve à Nebaj dans une cache et une tombe bouleversée (Smith et Kidder 1951 : 69 et fig. 73v, w, x), où ils sont plus proches du pichet de notre tombe C-44 ; à Kaminaljuyu (phase Esperanza) ; nous avons vu dans les réserves du musée de San Salvador deux pichets à hauts supports décorés de singes provenant de Huichapa, et Sharer signale aussi ce type plus simple à Chalchuapa (1978, vol. 3 : fig. 33j, k).

H – Pichet à piédestal bas (cream-pitcher)

34Bien qu’il ait été trouvé au milieu des précédents, le pichet B-2/62 (fig. 85g) en diffère aussi bien par sa forme et sa finesse que par la couleur de l’argile orange-rouge (2.5YR-5/6 à 5/8), non engobé, portant des traces parallèles de lissage. Le piédestal est bas, le bord direct, le bec verseur à l’opposé de l’anse torsadée. H : 11,1 cm.

35Des pièces identiques proviennent de Zaculeu – il y en avait deux dans la grande tombe – où ils auraient été importés de Kaminaljuyu selon Woodbuiy et Trik, qui les appellent Esperanza pitchers. A la différence des pichets tripodes, le cream-pitcher paraît bien être une importation de Teotihuacan (périodes II-III), peut-être via Kaminaljuyu. Dans ce dernier site, dix-huit de ces poteries proviennent des tombes de la phase Esperanza (Kidder, Jennings et Shook 1946 : fig. 187, 238) ; elles sont connues au Chiapas (cf Agrinier 1970 : 78 pour le site de Mirador), au Salvador (Tazumal), au Honduras (Copan) et pour les Basses Terres à Uaxactun, dans une tombe de la phase Tzakol, (Jennings et Shook 1946 : 187).

I – Poteries miniatures

36Nous classons dans cette catégorie une vingtaine de poteries de fonction visiblement très différente : six d’entre elles au moins (peut-être neuf) sont des accessoires de peinture sur stuc ; trois petites jarres contenaient des restes de tissu, cinq autres sont des vases-effigie ou à décor zoomorphe appliqué.

  • 1 Selon Pires Ferreira (1975 : 81), on appelle improprement hématite spéculaire de l’oxyde d’ocre rou (...)

37Le matériel de peinture (fig. 86a) était dispersé dans la partie sud-ouest de la grotte (à l’exception de la palette), accompagné d’un gros bloc d’hématite spéculaire brut1. Il comprend :

  • trois godets cylindriques (h : 6 cm) dont l’intérieur est recouvert d’une couche de chaux et contient quelques fragments peints en rouge, rose ou vert ;
  • deux vases miniatures : une jarre à côtes de melon remplie d’hématite spéculaire et une coupelle tripode dont l’intérieur est enduit d’un rouge vermillon, probablement du cinabre ;
  • une plaquette de 6,5 cm de côté, engobée de rouge et portant des traces de stuc ; la face supérieure, plane, présente une cupule centrale contenant des restes de chaux. Cet objet servait sans doute de palette ;
  • trois autres petits vases (fig. 86b-d) portent également des traces de pigments ou de stuc, mais leur fonction est moins nette ; un fin petit vase tétrapode à côtes de melon (E-3/18), partiellement enduit de cinabre ; un vase cylindrique tétrapode plus fruste (B-2/44) dont l’intérieur porte des traces de stuc et d’un pigment rose ; le petit vase A-5/29 en forme de salière pourrait être classé comme candelero.

38Le matériel de stucage de la grotte est uniquement destiné à la peinture après cuisson. La peinture sur stuc à La Lagunita était donc réalisée sur place, mais elle pouvait s’appliquer aussi bien à des poteries fabriquées localement qu’à des poteries importées, par exemple à l’une des poteries Ixcanrio Orange Polychrome de la grotte, ou aux bols tétrapodes à décor usulutan provenant de divers points du groupe A.

Fig. 86 – Poteries miniatures. a/ matériel de peinture sur stuc. b-d/ godets. e/ tête humaine. f/ coquillage. g. h/ jarres à décor zoomorphe appliqué.

39Trois jarres miniatures placées dans un grand bol noir de l’amas nord contenaient des restes abondants d’un fin tressage de fibre.

40Les trois vases-effigie miniatures représentent : une tête humaine peu réaliste (C-2/29, fig. 86e), peut-être émergeant elle aussi d’un bec monstrueux ; et deux coquillages gastéropodes (B-3/15 et 15’ ; fig. 86f), copies réduites des trompes marines déposées à l’ouest de la grotte. Ces représentations sont stuquées mais non peintes.

41Enfin quatre petites jarres (A-4/6, E-7/5, A-8/31 et A-8/32 ; fig. 86h) forment une série de taille décroissante (de 7,9 à 4 cm), la plus petite seule étant vraiment miniature. Leur panse porte une tête d’animal sommairement traitée et quatre pastilles figurant les membres ; l’animal représenté est sans doute un crapaud, et dans un cas une chauve-souris. A-8/32 porte le double motif.

42La plupart des poteries miniatures se trouvaient dans la partie sud de la grotte, beaucoup à l’intérieur d’une poterie normale ; le matériel de peinture reposait directement sur le sol.

J – Divers

43A-3/4 (fig. 87a) est une plaque triangulaire aux angles arrondis portant deux perforations sur un côté. Haute de 22,4 cm, son épaisseur augmente, de 0,7 à 1,2 cm, du côté perforé à la pointe opposée. Engobée sur ses deux faces d’un brun-rouge foncé, elle a ensuite été recouverte d’une couche de stuc irrégulière. Son utilisation comme pectoral est probable, mais il ne reste aucune trace de peinture ou d’incrustations.

44Rondelles : la plupart des six rondelles d’argile semblent avoir été découpées dans des panses de jarres, d’où leur forme légèrement convexe et l’aspect irrégulier du bord, amélioré par polissage ; la surface concave est brute, l’autre rouge poli ou mat, ou noir poli. Le diamètre varie de 8 à 12 cm, suggérant leur utilisation comme couvercles de jarres ou de vases à col étroit ; utilisation évidente dans un cas, la rondelle, brisée, étant tombée dans le fond du vase dont elle devait fermer l’orifice.

45Ornement d’oreille ? (B-3/14, fig. 87b) ; petit cylindre brun-noir présentant un rétrécissement intérieur et un côté légèrement évasé.

46Tesson découpé dans le fond plat d’une poterie (D- 1/1, 87c) : le décor intérieur est une spirale en relief. Ce décor, fait au doigt sur une surface plane, est très caractéristique du Classique ancien, mais nous n’avons jamais trouvé la poterie entière correspondante.

K – Les poteries du groupe Nogaro

47M.C. Arnauld décrit deux types engobés de noir (type simple, type incisé) et deux types engobés de brun. Ces couleurs sont souvent difficiles à distinguer, un engobe pouvant aller du brun au noir sur la même poterie ; la distinction est cependant pertinente puisque certaines formes, ou variétés, sont exclusives de l’un ou l’autre type.

Fig. 87 – a/ pectoral (?) d’argile (A.3/4). b/ ornement d’oreille ? (B.3/14). c/ tesson à décor digital.

Fig. 87 – a/ pectoral (?) d’argile (A.3/4). b/ ornement d’oreille ? (B.3/14). c/ tesson à décor digital.

Fig. 88 – Poteries de type Nogaro Noir (profil simple A1).a/ bol simple (E.2/3). b/ bol à décor incisé. variété B (D.2/1). c/ bol tripode (C.2/6). d/ bol tétrapode incisé (A.8/41). e/ bol tétrapode mammiforme (B.8/45). f/ bol tétrapode à supports tronconiques à épaulement (A.8/5).

Nogaro Noir (simple) et Nogaro Noir Incisé

48Ces deux types sont bien représentés dans la grotte : une soixantaine de poteries.

49Le vase-support décrit ci-dessus est Nogaro Noir ; en outre, les formes suivantes sont représentées :

50– Forme A1 : bols ouverts à base plane ou légèrement convexe, de profil simple. Ils peuvent être apodes, tripodes ou tétrapodes.

51Bols apodes : cette forme est représentée par trois exemplaires non décorés (par exemple E-2-/3. fig. 88a) et un décor incisé (D-2/1, fig. 88b).

52D-2/1 est du type Incisé, variété B, à décor géométrique complexe tracé avant engobage. Le bol est à base plane, parois divergentes légèrement concaves, bord direct et lèvre arrondie. Le motif, répété trois fois, est composé d’incisions verticales bordées de triangles hachurés. L’intérieur est taché d’hématite. Diam. : 23,3 cm. A Zacualpa, une pièce comparable est du type Black-Brown, phase Balam (Wauchope 1948 : fig. 28c).

53Le diamètre des bols apodes varie de 20 à 30 cm. Bols tripodes : un seul exemplaire, C-2/6 (fig. 88c), à supports tronconiques pleins. Le bord est légèrement éversé, formant un méplat oblique vers l’intérieur. Diam. : 21,3 cm.

54Bols tétrapodes : on peut distinguer selon les types de supports :

  • supports courts, pleins, tronconiques à épaulement (A-8/41, fig. 88d). Deux rainures horizontales sous la lèvre et une à la base (type Incisé, variété A). Diam. : 23,4 cm.
  • supports creux mammiformes (B-8/45, fig. 88e). Le bord intérieur est déprimé. Diam. ; 28 cm.
  • supports creux, hauts, coniques à épaulement (A- 8/5, fig. 880. Diam. : 26,9 cm.
  • Forme A2 : bols ouverts avec ressaut, moulure ou rebord basal.

55Apodes : bols à moulure basale simples, à décor incisé, parfois stuqués et peints (variété D).

56On peut distinguer les grands bols, de diamètre upérieur à 25 cm (2 ex.) et ceux de diamètre inférieur à 25 cm (9 ex.) ; un seul petit bol stuqué. D-2/5. La plupart ont une ou deux rainures extérieures sur le bord (type Incisé, variété A) ; le bord est généralement déprimé à l’intérieur, la base légèrement convexe, rarement plane : dans ce cas, la moulure basale peut servir de base annulaire (bol C-2/25, fig. 89a). mais normalement elle est inférieure à 1 cm et ne touche pas le sol.

57Un grand exemplaire (B-8/24, fig. 89c) a une sorte de rebord labial discontinu fait de quatre ensembles de trois pastilles appliquées sur la lèvre.

58D-2/5 (fig. 89d) est l’un des rares bols stuqués et peints dont le décor soit bien conservé. Le motif extérieur, en brun-jaunâtre (10YR 6/6) cerné de noir sur fond rouge (7.5YR 5/8), répété quatre fois, représente une main aux doigts étendus, pouce recourbé : les doigts semblent porter des bagues figurées par deux traits parallèles sur deux des motifs. Bord extérieur et moulure basale sont aussi jaunes, le bord intérieur rouge : la base n’est pas stuquée. Diam. : 18 cm. Le motif de la main rappelle le glyphe 713 (flat hand ; cf Thompson 1962 : 303).

59Tétrapodes (cette forme n’a pas de tripodes) :

  • à supports non mammiformes pleins, ressaut basal : C-2/4 (fig. 89e) ;
  • à supports mammiformes creux (tous les mammiformes sont creux), rebord ou moulure basale ; simples (1 ex.), ou incisés (4 ex. dont B-8/6, fig. 89g). Le rebord est parfois assez haut, entre basal et latéral.
  • à supports non mammiformes creux et zoomorphes (B-8/1, fig. 89f). Deux des supports opposés représentent une tête d’animal, les traits étant figurés par des trous et des filets ponctués ; les deux autres supports ont seulement une fente verticale à l’extérieur. Les supports font sonnaille. Diam. : 26,8 cm.
  • Forme A3 ; bols en calotte, de profil simple, apodes (le bol en calotte tétrapode n’existe qu’en Nogaro Brun) : 2 ex.
    Sur E-4/6 (fig. 90a), le bord est légèrement épaissi à l’extérieur. Type Nogaro Noir (simple). Diam. : 19 cm.
  • Forme H : bols (ou vases) fermés.

60Ils sont à bord rentrant direct (tecomates) ou se relevant à la verticale pour former un col large et court ; ils peuvent être tripodes ou à base annulaire.

61La forme en tecomate est représentée par deux exemplaires, tous deux stuqués et peints (variété D). E-3/7 (fig. 90b) a le bord en bourrelet, la lèvre amincie. Le décor, très détérioré, occupait la plus grande partie de la panse et le bord intérieur peint en rouge. Les motifs, répétés deux fois, se détachent en jaune pâle sur fond rouge : motif cruciforme à angles arrondis et tête monstrueuse de profil. Diam. max. : 21,9 cm.

62Deux exemplaires ont un corps globulaire plus ou moins “écrasé” ; un col vertical large et court (deux autres exemplaires, de même forme, ont un décor noir sur rouge : ils seront décrits dans le groupe Tupal). B-2/43 (fig. 90c) a le bord éversé ; le haut de la panse porte des séries de quatre ou six incisions verticales séparées par des pastilles simples ou doubles (à comparer au Black-Brown ware de Zacualpa, Wauchope 1948 : fig. 28gh). Diam. : 22,1 cm.

63Deux exemplaires sont tripodes (deux autres exemplaires jumeaux sont de type Tupal Graphite sur Rouge). B-2/9 (fig. 90d) a un col vertical rainuré, trois supports tronconiques pleins à épaulement. Diam. : 24,4 cm.

64Enfin B-8/44 (fig. 90e), presque miniature (diam. : 11,8 cm), est à base annulaire ; il est de type Incisé, variété A

Fig. 89 – Bols ouverts Nogaro Noir à ressaut. moulure ou rebord basal. a. b/ rebord basal en base annulaire (C.2/25. B.2/14). c/ lèvre décorée de pastilles (B.8/24). d/ décor stuqué et peint représentant une frise de mains (D.2/5). e/ tétrapode. ressaut basal (C.2/4). f/ supports zoomorphes moulure basale (B.8/1). g/ supports mammiformes. rebord basal (B.8/6).

Fig. 90 – Poteries Nogaro Noir. a/ bol en calotte (E.4/6). b/ bol de forme H à décor stuqué et peint (E.3/7). c/ vase à rainures et pastilles (B.2/43). d/ vase tripode (B.2/9). e/ base annulaire (B.8/44). f. g/ moulure sous-labiale. pastilles (A.8/39) ou décor stuqué (D.2/3). h/ piédestal. moulure sous-labiale (A.7/3). i/ tétrapode mammiforme modelé. décor représentant un canard (E.3/10).

Fig. 91 – Poteries Nogaro Noir. a-e/ bols. gobelets ou vases cylindriques (A.7/5. A.8/18. B.3/3. B.8/5. E.3/1). f/ bol à ressaut basal stuqué et peint (A.7/6). g/ bol tripode à rainures (C.2/7). h/ supports coniques à épaulement (E.3/2). i/ tétrapode à moulure basale arrondie (B.2/50). j/ jarre tétrapode à col haut. faceté (B.8/32).

65– Forme K : variété B du type Nogaro Noir, à moulure – ou rebord – sous-labiale ou latérale.

66Elle est représentée ici par neuf poteries : six bols en calotte apodes (dont deux stuqués), un bol à piédestal bas et deux tétrapodes mammiformes à rebord latéral décoré.

67K1 : ces six bols en calotte apodes présentent une forte moulure arrondie sous-labiale ou latérale haute, obtenue par renfoncement intérieur, et décorée de pastilles ; rainures horizontales au-dessus et au-dessous de la moulure.

68A-8/39 (fig. 90f) est légèrement ouvert, à lèvre aplatie ; la moulure n’est pas délimitée par des rainures. Diam. : 21 cm.

69D-2/3 (fig. 90g), de même forme, est stuqué et peint en jaune pâle, rouge et vert, en zones rectangulaires alternées sur l’intérieur et l’extérieur du bord. La moulure est décorée en panneaux verts et jaunes sur lesquels de fines lignes noires dessinent un guilloché ; deux des pastilles sont ponctuées. La partie basse de la panse est rouge.

70K2 : petit bol en calotte à piédestal bas A-7/3 (fig. 90h). Même forme que la précédente. Diam. : 15 cm.

71K3 : tétrapode mammiforme à rebord latéral décoré E-3/10 (fig. 90i). Le rebord est modelé pour former les ailes de l’oiseau – probablement un canard – dont la tête est figurée en relief sur le bord ; il est de plus incisé pour représenter le détail des pattes. Diam. : 20,9 cm.

72– Forme L : vases (ou bols) cylindriques ou à parois sub-verticales. Cette forme paraît exclusive du Nogaro Noir.

73L1 (apode) (fig. 91) : sur trois des six exemplaires, la base est plane, les parois verticales (A-7/5), légèrement évasées (A-8/18) ou légèrement rentrantes (B-3/3). Sur le bol B-8/5, la base est un peu convexe, les parois unpeu évasées.

74E-3/1 est un gobelet miniature.

75A-7/6 a la base convexe, le bord épaissi, un ressaut basal ; le bol est stuqué et peint en vert, rose, rouge (et jaune ?) ; les motifs, cernés de noir, sont aujourd’hui illisibles.

76L2 : tripodes à supports pleins tronconiques à épaulement (fig. 91 h).

77C-2/7 a un ressaut basal, trois groupes de sept rainures verticales. Diam. : 18,5 cm.

78Sur-E-3/2, la moulure basale, arrondie, est à peine marquée. H : 15 cm.

79L3 : tétrapode B-2/50 (fig. 9 li) à supports tronconiques pleins, moulure basale arrondie. H : 12,8 cm.

80– Forme N (divers) :

81Jarre à deux anses D-2/10 (non illustrée).

82Jarre tétrapode à col vertical haut décoré de facettes. B-8/37 (fig. 91J) forme paire avec B-8/32 Nogaro Brun. Les supports sont creux et faisant sonnaille, tronconiques à épaulement. H : 24,2 cm.

Nogaro Brun (simple) et Nogaro Brun Incisé

83Ces deux types sont moins bien représentés que le Nogaro Noir : une trentaine d’exemplaires. Les formes sont en général les mêmes.

84Le vase zoomorphe B-2/23 a déjà été décrit.

85Forme A1 : bol ouvert apode de profil simple (il n’y a ici ni tripode, ni tétrapode).

86Ex : B-8/17, E-3/13 (fig. 92ab), base convexe ou plane, bord éversé ou direct, bord intérieur déprimé. L’énorme bassin de l’amas de poteries sud de la grotte (B-8/12) a près de 60 cm de diamètre.

87E-3/13 est peint de rouge hématite ; un exemplaire (E-4/4) est stuqué.

88Forme A2 : moulure ou rebord basal.

89– apodes : deux petits bols à base convexe, moulure basale et bord intérieur déprimé. E-8/3 (fig. 92c) pourrait être classé dans le groupe Canuto.

90Deux grands bols, de même forme, sont stuqués et peints. A-8/2 (non illustré) est très détérioré. Le motif se répète sur quatre panneaux blancs séparés par des zones rouges : représentations linéaires noires sur fond blanc ou jaunâtre, d’une tête monstrueuse vue de profil, la gueule ouverte.

91B-8/19 (fig. 92d) est mieux conservé : le bord intérieur et extérieur est peint en vert. L’extérieur semble avoir été peint en rouge après cuisson, puis on a décoré la partie correspondant aux trois panneaux, stuqués, de motifs cernés de lignes incisées laissant paraître le fond rouge ou même l’engobe brun foncé ; il est possible que les zones blanches aient été peintes en vert à l’origine. Le motif, légèrement différent sur les trois panneaux, représente sans doute des têtes monstrueuses à l’aide de cercles ponctués et de volutes. Diam. : 24,5 cm.

92– tétrapodes (il n’y a pas de tripodes) :

93Supports pleins non mammiformes : C-2/33 (fig. 92e) a des supports cylindriques, un ressaut basal ; la lèvre est épaissie et rainurée. Les deux autres exemplaires ont un rebord basal bien marqué, des supports pleins à épaulement (B-8/47, fig. 92f). Diam. : 25 cm.

94Supports mammiformes : 5 ex., dont deux paires. B-8/7 et A-8/4 (fig. 92g) ont un rebord basal bien marqué auquel se rattachent les grands supports mammiformes faisant sonnaille. Une anse en ruban verticale relie la lèvre et le rebord basal ; celui-ci porte un décor appliqué et incisé représentant sans doute un crapaud. L’un des deux exemplaires semble avoir été stuqué et peint en rose. Diam. : T7 cm.

95Un troisième exemplaire est à base plane, rebord basal non décoré ; il est également doté d’une anse. B-8/3 et C-8/9 (fig. 92h), de grande taille -27,5 et 32 cm – ont un rebord basal décoré et sont de plus stuqués et peints. Sur C-8/9, le rebord large (2,5 cm) est décoré d’une tête de crapaud appliquée, les pattes repliées étant figurées en relief, séparées par des pastilles dont une représente la queue. Le stuc couvre le bord intérieur, peint en rose, le rebord basal et la partie supérieure des supports ; celle-ci est peinte en rose, le rebord basal en vert et rose. Une frise très élaborée couvre le haut du bol au-dessus du rebord : lignes obliques délimitant huit zones trapézoïdales occupées par un triangle scalaire, rose sur fond Jaune d’un côté, vert de l’autre. Des lignes noires très fines, en cercles ou spirales, soulignent les limites des zones peintes et certains détails de la tête de l’animal. A noter que l’engobe brun-rouge poli ne couvre que les parties stuquées et peintes : la poterie a été fabriquée et décorée sur place.

96– Forme A3 : bols en calotte.

97Un apode, B-2/17 (fig. 93a), qui fait paire avec un bol Tupal ; le bord est aminci.

98Un tétrapode (D-2/2, fig 93b) à corps hémisphérique, supports tronconiques pleins à épaulement, rainures sur le bord. Diam. : 24,8 cm.

99Un bol à anse-panier (B-2/19) est Tupal Orange-Rouge, mais l’anse décorée de pastilles est plutôt Nogaro Brun.

100– Forme H : n’existe pas en Nogaro Brun, non plus que la forme K (moulure latérale).

101– Forme L (cylindrique) : un bol incisé B-8/48 (fig. 93c). Groupes de trois rainures verticales et pastilles en rangées obliques. Diam. : 17,7 cm.

102– Forme N (divers) :

103Jarre tétrapode B-8/32, formant paire avec B-8/37 mais un peu moins haute (21,8 cm, fig. 93d).

104Jarres (ou vases) globulaires à col large, haut, vertical. B-8/32 fait partie de cet ensemble de cinq poteries dont la caractéristique est le corps globulaire “écrasé”, la base convexe (concave dans un cas), le col plus haut que la panse et se terminant par un bord éversé en crochet (fig. 93fh). Sur deux exemplaires, le col porte un décor incisé complexe de lignes et de chevrons obliques. Tous sont apodes, sauf B-8/32, tétrapode.

105Jarres tétrapodes à haut col à décor appliqué zoomorphe E-7/4 (fig. 93i) et A-7/4 formant paire. Le corps est globulaire, les pieds pleins à épaulement. Le décor appliqué sur le haut de la panse représente la tête du crapaud en haut relief, les membres et l’anus H : 15 cm.

106Jarre miniature (h : 8 cm), globulaire, à col large évasé (non illustrée).

107Enorme bol fermé à bord éversé, doté de quatre anses-ruban courtes partant du bord : A-7/1 (fig. 93e). Diam. : 48 cm.

Comparaison du Nogaro Noir et du Nogaro Brun :

108Formes communes : A1, A2 et A3 (avec cependant des différences : par exemple aucun support en Nogaro Brun dans la forme Al).

109Formes exclusives Nogaro Noir : K, L (un seul brun contre 9 noirs), H.

110Formes exclusives Nogaro Brun : jarres à col haut, incisé ou non (6 contre 0) ; jarres tétrapodes à col haut et décor zoomorphe (2 contre 0).

111Les supports mammiformes sont plus fréquents en Brun (5 contre 2).

L – Poteries du groupe Tupal

112Nous distinguerons surtout les trois types Tupal Orange-Rouge (qui peuvent être simple, incisé, noirci, craquelé, orange et beige), Tupal Graphite-sur-Rouge et Tupal Rouge-sur-Orange. Le groupe Tupal, avec environ 36 poteries, est le mieux représenté dans la grotte après le Nogaro.

Tupal Orange-Rouge

113Formes diverses : chandelier B-2/20 (?)

114pichets tripodes (voir plus haut).

115– Forme A1 : bols ouverts de profil simple.

116Apodes : trois exemplaires, dont A-8/40 (fig. 94a), sont des plats à base convexe, parois rectilignes évasées, bord direct et lèvre arrondie, sans rainure ou dépression intérieure. Le diamètre va de 22,3 à 27,4 cm.

117B-2/38 et C-2/40 (fig. 94b) sont plus hauts, en forme de “seau à glace” (ice bucket) et décorés de rainures circonférentielles. Diam. : 19,2 et 22,7 cm.

118Quatre autres exemplaires sont des grands bols ou bassins, dont le diamètre dépasse 25 cm et peut atteindre 34,5 cm. Les bases sont convexes ; un seul présente le bord intérieur déprimé.

119Tétrapodes (il n’y a pas de tripodes dans cette forme) : quatre exemplaires à supports creux non mammiformes, et deux à supports mammiformes.

120La forme du bol est la même que ci-dessus, bien que le raccord anguleux entre base et parois soit parfois à la limite du ressaut basal. Les grands supports creux et faisant sonnaille sont soit tronconiques à épaulement (E-2/4, fig. 94c), soit mammiformes (E-3/6, fig. 94d).

121– Forme A2 : bols ouverts à moulure ou rebord basal.

122Deux exemplaires sont tétrapodes mammiformes, le premier à ressaut basal, le second (A-8/8, fig. 94e) à rebord basal décoré du motif du crapaud et doté d’une anse. On peut hésiter à rattacher A-8/8 au groupe Nogaro (brun). Diam. : 22,7 et 22,5 cm.

123Un exemplaire (C-2/42, fig. 94f), tétrapode lui aussi, a des supports pleins tronconiques à épaulement, un ressaut basal à peine marqué, et des rainures extérieures. Diam. : 21,4 cm.

124– Forme D : bols en calotte.

125Un exemplaire, D-2/4, forme paire avec le Nogaro Brun B-2/17 (ci-dessus, fig. 93a). Le bord est aminci mais non rentrant.

Fig. 92 – Poteries Nogaro Brun. a. b/ bols simples (B.8/17. E.3/13). c/ ressaut basal et pastilles (E.8/3. Canuto Brun ?). d/ décor stuqué et peint (B.8/19). e/ moulure basale peu marquée. supports tronconiques pleins (CJ8/33). f/ tétrapode à rebord basal (B.8/47). g/ tétrapode mammiforme à anse-ruban. rebord décoré (A.8/4). h/ grand bol tétrapode mammiforme à rebord modelé. stuqué et peint (C.8/9).

Fig. 93 – Poteries Nogaro Brun. a, b/ bols en calotte, apode (B.2/17) ou tétrapode (D.2/2). c/ bol à parois verticales, rainures et pastilles (B.8/48). d/ jarre tétrapode à col faceté (B.8/32). e/ énorme bol fermé à quatre anses (A.7/1). f. g. h/ vases globulaires à col large et haut. simple (B.8/36) ou incisé (B.8/14. B.8/2). i/ jarre tétrapode à décor appliqué représentant un crapaud (A.7/6).

Fig. 94 – Poteries du groupe Tupal (orange-rouge). a/ plat simple (A.8/40). b/ bol ouvert à rainures (CJ2/40). c. d/ tétrapodes à supports creux (D.2/4). mammiformes (C.2/27). e/ tétrapode mammiforme à rebord basal décoré (A.8/8). f/ à supports coniques pleins. ressaut basal (C.2/42).

126Les quatre bols à anse-panier ont le bord qui se relève à la verticale ; l’anse est en ruban épais ou annulaire, portant dans un cas (B-2/19, fig. 95b) des pastilles qui forment deux rangées discontinues de 4-3-3-4 éléments d’un côté, et 3-3-3-3 de l’autre. Le type est intermédiaire, pour la couleur, entre Tupal et Nogaro Brun.

127– Forme H : bols à bord rentrant.

128C-2/27 (fig. 95d) est un bol globulaire à bord direct légèrement rentrant et lèvre amincie ; le bord extérieur est décoré de deux rainures circonférentielles. Diam. : 18 cm.

129B-2/21 (non illustré) est un grand bol (diam. : 41 cm) à bord fortement rentrant doté de quatre anses courtes en ruban épais partant du bord.

130– Forme K : le petit bol ouvert B-8/26 (fig. 95e), qui pourrait appartenir au groupe Orfeo, a une base plane, une moulure latérale décorée de pastilles et des rainures. Il est à rapprocher des bols à moulure sous-labiale Nogaro Noir du Préclassique (Viel 1984 : fig. 47h).

131– Forme N (divers) : un vase sphéroïde B-3/1 (fig. 95f) a un col large et court, vertical, décoré de deux rainures et de pastilles sur la panse. Diam. : 20,1 cm.

Fig. 95 – Poteries du groupe Tupal. a-b/ bols en calotte. anse-panier (E.8/5. B.2/19). c/ bord épaissi (D.2/4). d/ bol fermé à rainures (C.2/27). e/ bol à moulure latérale arrondie (B.8/26). f/ vase sphéroïde à rainures et pastilles (B.3/1).

Fig. 95 – Poteries du groupe Tupal. a-b/ bols en calotte. anse-panier (E.8/5. B.2/19). c/ bord épaissi (D.2/4). d/ bol fermé à rainures (C.2/27). e/ bol à moulure latérale arrondie (B.8/26). f/ vase sphéroïde à rainures et pastilles (B.3/1).

Tupal Rouge-sur-Orange

132Trois bols (ou plats) ouverts, apodes (B-2/24, A- 8/21 et A-8/27, fig. 96ab) ont toutes les caractéristiques du groupe Tupal mais portent un décor intérieur et extérieur se distinguant à peine en rouge plus foncé (10R 4/8) sur l’engobe rouge-orange (2. 5YR 5/8 à 1 OR 5/8). Ce type, absent de la tombe C-44, pourrait être rapproché du type Choton Orange-sur-Gris et serait un bon fossile directeur pour le début du Classique.

133Une bande rouge couvre le bord extérieur ; sur un exemplaire, un motif de volutes ou de crochets, répété quatre fois, y est suspendu. Le motif se reproduit sur les parois intérieures, avec une représentation de singe (atèle ?) stylisée au centre.

134L’exemplaire A-8/21 porte extérieurement un décor plus élaboré qui représente probablement un animal monstrueux à langue bifide, mais n’a pas de décor intérieur. B-2/24 est seulement décoré intérieurement du motif du singe. Diam. : 17,8 à 22,3 cm.

135Un bol de type Tupal Rouge-sur-Orange figure dans l’inventaire de la tombe de Los Cimientos-Chustum (voir plus loin) ; le motif en crochets “suspendus” se retrouve encore sur un bol du site de Sabaquiej, au nord de La Lagunita.

Fig.96 – Poteries de type Tupal Rouge-sur-Orange : a. b (A.8/27 et A.8/21). Type Tupal Graphite-sur-Rouge ; c.d (C.2/3. D.2/8).

Fig.96 – Poteries de type Tupal Rouge-sur-Orange : a. b (A.8/27 et A.8/21). Type Tupal Graphite-sur-Rouge ; c.d (C.2/3. D.2/8).

136A Zaculeu, le type correspondrait aux bols rouge-sur-orange à base annulaire de la phase Atzan portant des séries de lignes parallèles en rouge, peu visibles, sur l’engobe orange clair.

Type Tupal Graphite-sur-Rouge

137Il est représenté dans la grotte par quatre poteries formant deux paires ; seules C-2/3 et D-2/8 sont illustrées ici (fig. 96cd).

138C-2/3 et sa poterie jumelle sont des bols fermés dont le bord se relève à la verticale ; ils sont apodes, décorés de rainures horizontales, de trois groupes de trois rainures verticales et de trois pastilles. La rainure large à la base du col est soulignée de noir graphite. Diam. : 15,4 et 20,6 cm.

139D-2/8 et sa Jumelle sont tripodes, à supports tronconiques pleins à épaulement. La forme du bol est la même, mais les pastilles de la panse sont remplacées par une rainure horizontale, peinte en noir comme celle de la base du col ; des groupes de six ou quatre rainures verticales relient les deux rainures peintes en noir graphite. Diam. : 18,8 et 20 cm.

140Le type Tupal Graphite-sur Rouge, absent de la tombe C-44, dérive sans doute du type Utatlan Dichrome préclassique. C’est un fossile directeur important du Classique ancien, représenté dans la tombe de Los Cimientos-Chustum par treize bols tripodes. Il est certainement apparenté aux types Olomega et Copinula Graphite Painted du Salvador, qui disparaissent à la fin de la phase Caynac (Sharer 1978 : 125).

M – Poteries du groupe Ticon

141M.C. Arnauld a décrit ci-dessus la collection de la grotte, qui comprend dix-huit jarres – forme unique – auxquelles on peut ajouter deux jarres non engobées. Les types Ticon Orange Simple et Ticon Orange Décoré peuvent être distingués seulement sur les poteries entières ; tous nos exemplaires appartiennent à la variété A. décor plastique, avec dans un cas des bandes de peinture blanche.

Fig. 97 – Jarres du groupe Ticon. a-e/ simples à 4 anses (E.8/1). 6 anses (B.2/30). 2 anses basses (B.8/21). 3 anses et pastilles Ahau (B.3/2). 2 anses et pastilles (B.3/8). f. g/ décorées (C.2/14, C.2/10).

Fig. 98 – Poteries du groupe Saman. a/ grand bassin (E.4/11). b. d/ bols à base annulaire (B.5/4. B.6/2). c/ bol simple (A.5/2). e/ grand bassin de l’amas sud de la grotte (B.8/12). f. g/ grands bols ouverts. apode (B.8/42) ou tripode (B.5/2). h. i/ bols à bord intérieur déprimé (B.2/39. A.8/10).

142Type simple (non décoré) :

  • forme 1 : col court, deux ou quatre anses partant de la lèvre, panse carénée ou non. Huit exemplaires, dont E-8/1 (fig. 97a). Le col est vertical, concave, le bord éversé, la lèvre en méplat, parfois rainurée. La carène, quand elle existe, est marquée par une rainure ou un bourrelet. Diam. : 17 à 27 cm. Une jarre exceptionnellement grande mesure 48 cm de diamètre et 30 cm de hauteur.
  • forme 2 : col moyen (env. 5 cm), deux à six anses, parfois moulure à la base du col.
    Quatre exemplaires, plus un non engobé. B-2/30 (fig. 97b) est l’unique jarre dotée de quatre anses courtes partant de la lèvre et de deux anses sur la panse. Elle est aussi décorée de quatre séries de quatre bandes verticales blanches tracées maladroitement. Sur cette poterie très usée, noircie, l’engobe orange ne couvre ni le col, ni le bas de la panse.

143Type décoré : quatre jarres, plus une non engobée et une noir poli, ont un décor plastique simple à base de moulures, de rainures ou de pastilles ; deux autres ont un décor appliqué plus complexe.

144Les premières (dont B-8/21, fig. 97c) ont deux anses basses, une moulure à la base du col et trois rainures sur la panse ; la carène est légèrement marquée. B-3/2 (fig. 97d) est l’unique exemplaire doté de trois anses courtes, l’une allant de la lèvre à la base du col, les deux autres sur la panse ; à l’opposé de l’anse haute, est appliquée une pastille Ahau ; le diamètre maximum de la panse est souligné par deux rainures. H : 13,1 cm.

145B-3/8 (non illustré) a deux anses et quatre pastilles sur le haut de la panse, une moulure à la base du col.

146Les deux jarres à décor plus complexe sont C-2/14 et C-2/10 (fig. 97fg). La première a l’allure de deux vases superposés, celui du bas globulaire à carène marquée, celui du haut plus petit et supportant un col vertical à moulure basale, bord éversé et lèvre en méplat rainuré. Deux anses-ruban relient les corps superposés, qui sont tous deux décorés d’une face humaine stylisée grâce à des cordons ponctués et des pastilles figurant les yeux et la bouche. Hauteur totale : 22,7 cm.

147C-2/10 a un corps globulaire, un col plus haut et deux anses sur la panse. La pastille ponctuée sur le col et les deux bras appliqués sur la panse représentent probablement un singe. H : 23,6 cm.

N – Poteries du groupe Saman

148Treize poteries de la grotte pourraient être rattachées à ce groupe. Elles comprennent :

149– des grands bols et bassins ouverts, de diamètre supérieur à 25 cm : quatre exemplaires.

150E-4/10 et E-4/11 étaient superposés (fig. 98a). Ce sont de grands bols profonds, à parois concaves, bord direct, lèvre en méplat vertical rainuré sur le plus grand (diam. : 42 cm).

151Les deux autres exemplaires sont moins profonds, de diamètre moindre (29,5 et 37,6 cm). L’un d’eux ale bord intérieur déprimé.

152– des écuelles et plats, de diamètre très variable (de 13,5 à 31,7 cm). La forme commune est simple, sans supports ni moulure basale. Le bord est direct ou légèrement éversé, la rainure intérieure existe parfois. L’exemplaire B-5/4 (fig. 98b) est à base annulaire.

O – Poteries du groupe Mocbal

153Sept exemplaires (dont deux douteux), sans compter les deux bols de l’antichambre.

154La base est plane ou convexe, le bord éversé ou direct à lèvre aplatie (A-5/2, fig. 98c). Pas de support, sauf, dans un cas, une base annulaire (B-6/2, fig. 98d).

P – Poteries du groupe Canaba

155Une ou deux poteries : B-8/12 et B-8/42 (fig. 98ef). La première est l’énorme bassin du tas sud (diam. : 58,8 cm). La seconde, plus petite (27,5 cm), pourrait être Saman Lissé. Nous hésitons à classer en Canaba le grand bol tripode B-5/2 (fig. 98g) à supports tronconiques pleins.

Q – Poteries du groupe Canuto

156Environ 35 exemplaires, engobés de brun ou de brun-noir, parfois difficiles à distinguer des bols Nogaro Brun.

157Ce sont des plats, des écuelles ou des bols de forme simple, sans supports, d’un diamètre moyen de 20 cm mais pouvant atteindre 30 cm. Le bord intérieur déprimé est très général. Nous illustrons deux exemplaires typiques, l’un non décoré (B-2/39, fig. 98h), l’autre portant une série de pastilles sur la lèvre et une rainure à la base (A-8/10, fig. 98i).

R – Poteries du groupe Chitac

158Les quatorze poteries Chitac de la grotte sont de types divers : brun-noir mince, brun-noir et rouge, incisé, cannelé. Les formes représentées sont : le vase cylindrique tripode (3 ex.), le bol tripode à cannelures horizontales (3), le bol en calotte à base annulaire (5), le bol en calotte à décor peint ou incisé (3).

Vases cylindriques tripodes

159Les trois exemplaires, très semblables (C-2/23, fig. 99a), ne sont pas parfaitement cylindriques mais légèrement ouverts, à parois un peu concaves et bord direct ; ils sont environ deux fois plus larges que hauts. Le ressaut basal est marqué par une série de 17 à 19 pastilles “en grain de café” ; trois cannelures horizontales à la base et une sous le bord délimitent la zone décorée qui forme six panneaux : trois simplement décorés de rainures (ou fines cannelures) verticales, et trois d’un motif en écailles, peut-être phytomorphe. La poterie est entièrement engobée de marron foncé (5YR 3/3 ou 4/3) et bien polie ; l’extérieur a été stuqué et peint en rose (ou rouge pâle : 10R 6/8) et en deux rouges proches (7.5YR 5/8 et 5R/4/6). Des pigments différents ont visiblement été utilisés – hématite et cinabre ? – pour obtenir la trichromie.

160Les trois supports sont cylindriques, creux et forment sonnaille.

161Sur un exemplaire, les pieds ont été enduits d’hématite après cuisson ; il n’y a pas de motifs en écailles, les quatre zones étant alternativement lisses et cannelées. Diam. moyen : 27 cm. H. moyenne : 17,7 cm.

162La parenté de ces trois poteries et des vases cylindriques de la tombe C-44 est évidente. Il s’agit sans doute d’une adaptation locale du cylindre Teotihuacan, décorée, sinon fabriquée sur place. A Kaminaljuyu, ces vases sont souvent plus hauts et dotés de couvercle, mais certains exemplaires sont proches des nôtres (voir par exemple Kldder, Jennings et Shook 1946 : fig. 172a). A Zacualpa, ils seraient dotés de véritables supports slab (Wauchope 1948 : fig. 31b) ; la forme existe à Zaculeu, mais sans décor stuqué. Enfin à Cerro de las Mesas, on trouve au Classique ancien la forme et le décor, mais non le stuc.

Bols tripodes à cannelures horizontales

163Groupés au centre de la grotte, les trois exemplaires sont identiques (B-5/5, fig 99b). Ce sont des bols ouverts à ressaut basal, auxquels deux moulures horizontales donnent un aspect cannelé. Les supports sont pleins, tronconiques et légèrement courbes vers l’extérieur (cette forme annonce les supports zoomorphes plus tardifs). Diam. : 18,5 à 19 cm.

Fig. 99 – Poteries du groupe Chitac (brun-noir mince). a/ vase cylindrique tripode à décor modelé. stuqué et peint (C.2/23). b/ bol tripode à cannelures horizontales (B.5/5). c/ bol en calotte à base annulaire (B.2/29). d/ bol engobé d’hématite spéculaire (B.3/6). e. f/ bols à décor incisé (C.3/4). incisé et peint d’hématite (B.3/5).

Fig. 99 – Poteries du groupe Chitac (brun-noir mince). a/ vase cylindrique tripode à décor modelé. stuqué et peint (C.2/23). b/ bol tripode à cannelures horizontales (B.5/5). c/ bol en calotte à base annulaire (B.2/29). d/ bol engobé d’hématite spéculaire (B.3/6). e. f/ bols à décor incisé (C.3/4). incisé et peint d’hématite (B.3/5).

Bols en calotte à base annulaire

164Très semblables, formant même une paire (B-2/29, fig. 99c) leurs dimensions varient peu : de 25 à 30 cm de diamètre. La forme en calotte est très régulière. L’engobe marron à noir, qui ne couvre pas la base, est assez irrégulièrement poli. Pas de décor, sauf sur B-2/29 dont l’extérieur et le bord intérieur ont été enduits d’hématite spéculaire après cuisson. Il n’y a pas de stuc.

165Ce type correspond au ring-stand bowl, unflanged, du type Polished Black de Kaminaljuyu, phase Esperanza.

Petits bols en calotte apodes

166Très semblables par leur forme simple et leurs dimensions (diam. : 17,1 à 17,8 cm, h. 7,7 à 7,9 cm), ils ne diffèrent que par leur décor.

167B-3/6 (fig. 99d) a d’abord été engobé d’un rouge-orange à rouge pâle (2.5YR 5/8 à 6/8), puis recouvert après cuisson d’une mince pellicule rouge (7.5YR 5/6) d’hématite spéculaire d’aspect rosâtre : il n’y a pas de stuc. Bien que le décor soit mal conservé, on devine un motif de grecques scalaires et de points en rouge sur orange.

Fig. 100 – Diverses poteries de la grotte. a/ bol cylindrique tripode à décor négatif (C.3/8). b/ grand bol tripode à supports parallélépipédiques (C.2/1). c/ vase tétrapode à supports pseudo-mammiformes (B.8/35). d/ jarre globulaire (D.2/9). e/ jarre Esperanza Flesh Color (B.2/1).

168C-3/4 (fig. 99e) n’est pas engobé. Deux lignes circonférentielles délimitent la zone décorée par incision : frise d’un motif cruciforme répété 7 fois 1/2, par suite d’une erreur d’appréciation de l’artiste. Le motif est soumis à quelques variantes. Le décor est assez maladroitement tracé dans l’argile molle à l’aide d’un stylet émoussé.

169B-3/5 a utilisé les deux modes décoratifs précédents : les incisions, formant une frise d’éléments cruciformes de 6 cm de largeur, sont recouvertes après cuisson d’une mince couche d’hématite spéculaire débordant par endroits la zone incisée. Les motifs, isolés par des incisions verticales, sont variés : le plus fréquent est la croix latine au centre marqué d’un cercle, puis la croix de Saint André, un motif à quatre volutes, et deux motifs originaux qui se côtoient, l’un en chevrons, l’autre en triangles hachurés. Deux motifs identiques ne se suivent Jamais. L’ordre de succession est le suivant : 1-4-5-1-2-1-3-1 -2-3-2.

S – Poterie du type Zope Dichrome Négatif

170Une seule poterie à décor négatif : C-3/8 (fig. 100a). C’est un bol cylindrique tripode à parois légèrement concaves, sans ressaut basal. Les supports creux sont cylindriques. La poterie est engobée d’un beau rouge poli ; le décor resist très effacé est à base de bandes verticales et obliques délimitant des zones triangulaires semées de points qui se détachent en rouge sur fond noir.

T – Poteries non classées

171C-2/21 (fig. 100b) est un grand bol (diam. : 36 cm) à parois légèrement évasées et concaves, bord éversé ; les trois supports creux sont parallélépipédiques et portent deux incisions symétriques en U couché. La poterie a été peinte (après cuisson ?) en rouge hématite.

172B-8/35 (fig. 100c) est un gobelet tétrapode à fond convexe, dont le bord, éversé et convexe, forme une sorte de moulure large. Les supports ovoïdes creux, attachés très haut sur le corps, n’ont pas d’équivalents dans les mammiformes. L’argile brun-jaunâtre ne semble pas engobée. H : 17,6 cm.

173D-2/9 (fig. lOOd) : jarre à base plane, col large et court très évasé. Il n’y a pas d’anse. L’argile brun clair à gris-rosâtre paraît être celle du ware Flesh Color (7.5YR 7/2). On note les traces d’un décor en rouge fugitif ou gris-rosâtre et une bande brune écaillée sur le plus grand diamètre (23,7 cm).

174B-2/1 (fig. 100e) : jarre Esperanza Flesh Color sans doute importée de Kaminaljuyu. Le col est haut, vertical, étroit, la base marquée par un mince filet ponctué. La panse s’est déformée à la cuisson. Un engobe orange-rouge clair, couleur chair (2.5YR 6/8), couvre la panse et le bord intérieur ; il a été lissé au chiffon sur la pâte humide (M.C. Arnauld). H : 31 cm.

U – Poteries Polychromes importées

175Onze poteries appartiennent aux types Ixcanrio Orange Polychrome et Guacamallo Rouge sur Orange. Quatre formes sont représentées ; jarres à bec (2), petits vases sphéroïdes (4), bols à base annulaire et rebord basal (2), bols tétrapodes mammiformes (3).

176Jarres à bec

177C-2/15 (non illustrée : cette poterie a été volée dans la grotte) a un corps globulaire, un col vertical haut et large, un bord éversé ; les quatre supports sont pleins, tronconiques à épaulement. Le bec vertical est attaché au col par une anse-ruban. Décor rouge et noir sur orange, géométrique.

178C-2/20 (fig. 101a) : grande jarre sphéroïde à base concave, col moyen évasé, bord direct. Le bec vertical est relié au col par une anse en ruban épais. Décor trichrome sur le haut de la panse : motif serpentiforme rouge, répété cinq fois, et triangles noirs faits de lignes horizontales de longueur décroissante. Diam. : 28,5 cm.

179Petites jarres globulaires à col court

180Elles sont de dimensions voisines : diamètre de 13,6 à 19,3 cm, hauteur de 9,7 à 13,4 cm.

181C-2/27 (fig. 101b) a une base fortement concave, un col large et très évasé. Le décor complexe, en noir et rouge sur orange, qui semble avoir posé quelques problèmes à l’artiste, occupe le haut de la panse. Il y a deux frises superposées séparées par une ligne noire :

  • en haut, six éléments en volute rouge cernés de noir, soit trois motifs doubles, dont l’un est à demi escamoté faute de place ;
  • en bas, suspendus à la ligne noire, une succession de trois motifs répétés trois fois : l’un analogue à celui du haut, le second serpentiforme, le troisième en double volute symétrique. L’interprétation de l’ensemble est problématique.

182C-2/28 (fig. 101 c), la plus petite, à base annulaire, col vertical large et court. Le décor, très effacé, était simple : deux motifs répétés quatre fois, l’un serpentiforme en rouge, l’autre triangulaire en noir fait de lignes de longueur décroissante.

183E-4/8 (fig. 10 Id) est de type Guacamallo Rouge sur Orange. Onze cannelures verticales donnent au corps une forme en côtes de melon ; elles sont repoussées de l’intérieur. La partie supérieure de la panse est rouge, de même que le bord. La base annulaire est très usée, comme la lèvre.

184C-2/12 (fig. 101e) est aussi à base annulaire et côtes de melon, mais celles-ci sont moins marquées. Chaque rainure verticale est rouge, avec une ligne noire verticale ; le col est divisé en une série de rectangles, dont deux ont été ultérieurement stuqués et peints en vert. Il y a aussi des traces de vert sur la lèvre. La base du col, en moulure, porte une succession de huit rectangles alternativement rouges et noirs.

Fig. 101 – Poteries polychromes importées des types Ixcanrio Orange Polychrome et Guacamallo Rouge sur Orange. a/ grande jarre à bec (CJ2/20).b-d/petites jarres (B.2/27. C.2/28. E.4/8). e/ petite jarre à côtes de melon. col stuqué et peint (CJ2/12). f. g/ bols à base annulaire et rebord basal (B.2/11. B.2/26). h. i/ bol-tortue C.2/19. j. k/ bols tétrapodes mammiformes à ressaut basal (D.2/6. C.8/7).

185Bols à base annulaire et rebord latéral Ixcanrio Orange Polychrome

186B-2/11 (fig. 101 f) est un bol en calotte à rebord latéral tombant. Le décor en lignes noires et rouges couvre la partie supérieure du bol et le rebord. Celui-ci porte une série de six rectangles noirs et rouges alternés ; dans le haut, motif du monstre répété deux fois. On reconnaît ici nettement l’oeil de l’animal, sa mâchoire, son mufle et sa queue recourbée. Diam. : 24,2 cm.

187B-2/26 (fig. 101g) est un peu plus grand (diam. : 27 cm) et plus usé. Seule la partie supérieure est engobée. Le décor, comparable au précédent, est encore l’animal mythique, mais traité un peu différemment, de manière moins rigide, avec une série de points noirs le long du corps. On note derrière la queue recourbée un motif serpentiforme qui n’existe pas sur l’autre bol. Sur le rebord latéral, les rectangles rouges et noirs sont groupés par deux.

188Bols tétrapodes mammiformes Ixcanrio Orange Polychrome

189C-2/19, le bol-tortue contenant le matériel du lapidaire (fig. 101g). Le bol à ressaut basal bien marqué, repose sur quatre grands supports ovoïdes creux faisant sonnaille, percés de deux ouvertures triangulaires. L’engobe rouge-orange (10R 5/8) poli couvre toute la pièce à l’exception de la base des supports. Seule la tête de la tortue est appliquée, en haut relief, entre le bord et le ressaut basal ; elle est creuse, peinte en noir. A l’opposé la queue recourbée est représentée en noir et en pointillé, sur le ressaut, de même que le haut des pattes dont l’extrémité griffue déborde sur le haut des supports. Le décor peint en noir et rouge sur le haut du bol est la succession de deux motifs qui se répètent huit fois : le monstre stylisé en grecque scalaire et la carapace de tortue figurée par un rectangle quadrillé et ponctué. Sur la partie supérieure du ressaut basal, l’espace libre entre les pattes de la tortue est rempli par des motifs en U alternativement rouges et noirs. Diam. : 23,4 cm. La poterie porte des traces d’usure sur les supports, et aussi sur la lèvre, le bord du ressaut et le fond du bol.

190D-2/6 (fig. 101j) a un ressaut basal moins marqué, quatre supports énormes, aussi hauts que le bol, chacun percé de deux évents rectangulaires opposés et d’un troisième orifice circulaire vers l’intérieur. Deux des supports opposés font sonnaille grâce à une grosse bille d’argile. Diam. : 24 cm.

191Le décor est géométrique : lignes brisés et demi-cercles noirs – huit au total – tache circulaire rouge sur le haut des supports.

192C-8/7 (fig. 101k) : le bol à ressaut basal a été soigneusement amputé de ses supports. Le décor géométrique anguleux, répété quatre fois, représente deux monstres dont les têtes, l’une noire, l’autre rouge, sont imbriquées ; le corps unique, semé de points noirs, s’étend vers la gauche sous forme de deux volutes anguleuses. Le ressaut est décoré de deux lignes circonférentielles rouges, avec deux “yeux” en demi-cercle au-dessus de chaque support. Diam. : 24 cm.

193Bien qu’incomplète, l’état de la pièce est excellent, l’engobe hautement lustré. C-8/7 est la seule poterie polychrome importée trouvée dans le nord de la grotte.

Comparaisons avec les sites des Hautes Terres

194A Kaminaljuyu, des poteries analogues à nos bols à base annulaire proviennent des monticules A et B, phase Esperanza, mais le décor est extérieur et intérieur (Kidder, Jennings et Shook 1946).

195A Zaculeu, il y avait trois bols à base annulaire et rebord basal dans la grande tombe, dont un stuqué (Woodbury et Trik 1953 ; fig. 97,98), mais le décor est très différent et occupe parfois l’intérieur du bol.

196A Nebaj, seule existe la forme du bol à base annulaire et rebord basal (Becquelin 1969 : 61 et fig. 47) mais le décor est négatif ou noir et rouge sur beige avec des motifs géométriques simples (ibid : fig. 97-3).

197A Cotzal, le complexe Tuban comprend des bols polychromes à rebord basal comparables par le style à ceux du Petén (Adams 1965).

Conclusions sur les poteries de la grotte C-48

198En conservant les trois catégories utilisées pour le classement des poteries de la tombe C-44, mais en donnant à la troisième le contenu de “types nouveaux” plutôt que de “poteries non classées”, nous obtenons le tableau suivant :

1991 / Poteries du complexe Lilillâ 1 -2 (Protoclassique) :

2002/ Poteries du complexe Lilillâ 3 (transition Protoclassique-Classique ancien) :

2013/ Types nouveaux (complexe Tucunel, Classique ancien ?)

202La comparaison de ce tableau avec celui de C-44 ne semble pas à première vue confirmer notre hypothèse sur l’évolution du Protoclassique au Classique qui devrait se refléter dans les ensembles céramiques de C-44 et C-48. Bien plus, le matériel de la grotte nous apparaît comme plus conservateur dans la mesure où le pourcentage des poteries Lilillâ 1-2 est plus fort qu’en C-44 (66,6 % contre 56 %) et celui des poteries Lilillá 3 plus faible (23,4 % contre 37 %).

203Si l’on compare d’autre part l’importance relative des différents types dans chaque catégorie, il ressort que ce classement ne change guère de C-44 à C-48 pour les types Lilillá 3 (sauf pour le Mocbal fruste, plus important en C-44), alors qu’il est considérablement pertubé pour les types Lilillâ 1-2 : le groupe Rabolio passe ainsi du premier rang au dernier, et le groupe Canuto du dernier rang au second. Mais ces changements peuvent s’expliquer par la fonction rituelle des poteries de ces groupes, comme par le caractère funéraire de la tombe C-44 opposé au caractère de “cache” de la grotte : par ailleurs la place des trois groupes “profanes” Tupal, Saman et Ticon ne change que peu.

204On peut en conclure que les ensembles C-44 et C-48 ne diffèrent pas essentiellement quant à leur contenu protoclassique. Néanmoins, le changement est évident, il faut donc le chercher ailleurs : non seulement dans les 10 % de types nouveaux, mais aussi dans les innovations ou évolutions modales que notre tableau ne met pas en évidence. Ces évolutions concernent la forme des poteries (par exemple la base annulaire, qui passe de 2 à 13, c’est-à-dire double en proportion) ou le rebord basal, qui passe de 1 à 17 et s’applique maintenant aux bols tétrapodes du groupe Nogaro : elles concernent aussi les modes décoratifs, avec l’apparition du rebord basal décoré, de deux types dichromes dans le groupe Tupal, et T’explosion” de la peinture sur stuc, qui passe de 1 à 14 (4,8 % contre 1,1 %). Enfin s’affirment (en particulier par l’apparition du Flesh Color de Kaminaljuyu et du cream-pitcher de Teotihuacan, par la multiplication du polychrome du Petén qui passe de 2 à 11) des influences extérieures différentes de celles qui ont amené l’apparition du Protoclassique à La Lagunita.

Fig. 102 – Poteries de la fosse d’accès à la grotte (a-e) et fragment d’encensoir de la tranchée E représentant un personnage portant un bol à galets.

Notes de fin

1 Selon Pires Ferreira (1975 : 81), on appelle improprement hématite spéculaire de l’oxyde d’ocre rouge contenant des cristaux dfe fer.

Table des illustrations

Légende Fig. 82 – Encensoirs et poteries diverses de la grotte C-48. a/ grand bol à base annulaire décoré de pastilles (B.5/6 : Rabolio Encensoir Simple). b. c/ encensoirs-effigie à piédestal (B.8/31 et A.3/3). d/ encensoir à piédestal et adomos (E.4/1). e/ encensoir à manche verseur (A.5/1). f/ vase (encensoir ?) à couvercle (E.6/1). g/ couvercle scutiforme (B.2/12). h/ vase-support stuqué et peint (E.3/15). i/ “chandeliers” (E.2/20 et B.8/38).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7743/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre Fig. 83 – Ocarina (A.3/2).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7743/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Fig. 84 – Poteries zoomorphes de la grotte. a/ vase stuqué. représentant un jaguar (? B.2/23). b/ bol tétrapode anthropo-zoomorphe (C.8/1). c. c’/ bol tripode en forme de chauve-souris (C.2/5). d/ vase-sabot (B.2/35). e/ pot-canard (B.2/51).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7743/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 85 – Pichets tripodes. a-c/ forme simple (A.8/22. B.3/5. E.4/12). d/supports zoomorphes (B.2/12). e. f/ supports anthropomorphes (B.2/56. B.2/61). f/pichet à base annulaire (cream-pitcher) (B.2/62).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7743/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende Fig. 86 – Poteries miniatures. a/ matériel de peinture sur stuc. b-d/ godets. e/ tête humaine. f/ coquillage. g. h/ jarres à décor zoomorphe appliqué.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7743/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Fig. 87 – a/ pectoral (?) d’argile (A.3/4). b/ ornement d’oreille ? (B.3/14). c/ tesson à décor digital.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7743/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 88 – Poteries de type Nogaro Noir (profil simple A1).a/ bol simple (E.2/3). b/ bol à décor incisé. variété B (D.2/1). c/ bol tripode (C.2/6). d/ bol tétrapode incisé (A.8/41). e/ bol tétrapode mammiforme (B.8/45). f/ bol tétrapode à supports tronconiques à épaulement (A.8/5).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7743/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende Fig. 89 – Bols ouverts Nogaro Noir à ressaut. moulure ou rebord basal. a. b/ rebord basal en base annulaire (C.2/25. B.2/14). c/ lèvre décorée de pastilles (B.8/24). d/ décor stuqué et peint représentant une frise de mains (D.2/5). e/ tétrapode. ressaut basal (C.2/4). f/ supports zoomorphes moulure basale (B.8/1). g/ supports mammiformes. rebord basal (B.8/6).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7743/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende Fig. 90 – Poteries Nogaro Noir. a/ bol en calotte (E.4/6). b/ bol de forme H à décor stuqué et peint (E.3/7). c/ vase à rainures et pastilles (B.2/43). d/ vase tripode (B.2/9). e/ base annulaire (B.8/44). f. g/ moulure sous-labiale. pastilles (A.8/39) ou décor stuqué (D.2/3). h/ piédestal. moulure sous-labiale (A.7/3). i/ tétrapode mammiforme modelé. décor représentant un canard (E.3/10).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7743/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Légende Fig. 91 – Poteries Nogaro Noir. a-e/ bols. gobelets ou vases cylindriques (A.7/5. A.8/18. B.3/3. B.8/5. E.3/1). f/ bol à ressaut basal stuqué et peint (A.7/6). g/ bol tripode à rainures (C.2/7). h/ supports coniques à épaulement (E.3/2). i/ tétrapode à moulure basale arrondie (B.2/50). j/ jarre tétrapode à col haut. faceté (B.8/32).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7743/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Fig. 92 – Poteries Nogaro Brun. a. b/ bols simples (B.8/17. E.3/13). c/ ressaut basal et pastilles (E.8/3. Canuto Brun ?). d/ décor stuqué et peint (B.8/19). e/ moulure basale peu marquée. supports tronconiques pleins (CJ8/33). f/ tétrapode à rebord basal (B.8/47). g/ tétrapode mammiforme à anse-ruban. rebord décoré (A.8/4). h/ grand bol tétrapode mammiforme à rebord modelé. stuqué et peint (C.8/9).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7743/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende Fig. 93 – Poteries Nogaro Brun. a, b/ bols en calotte, apode (B.2/17) ou tétrapode (D.2/2). c/ bol à parois verticales, rainures et pastilles (B.8/48). d/ jarre tétrapode à col faceté (B.8/32). e/ énorme bol fermé à quatre anses (A.7/1). f. g. h/ vases globulaires à col large et haut. simple (B.8/36) ou incisé (B.8/14. B.8/2). i/ jarre tétrapode à décor appliqué représentant un crapaud (A.7/6).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7743/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 94 – Poteries du groupe Tupal (orange-rouge). a/ plat simple (A.8/40). b/ bol ouvert à rainures (CJ2/40). c. d/ tétrapodes à supports creux (D.2/4). mammiformes (C.2/27). e/ tétrapode mammiforme à rebord basal décoré (A.8/8). f/ à supports coniques pleins. ressaut basal (C.2/42).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7743/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Fig. 95 – Poteries du groupe Tupal. a-b/ bols en calotte. anse-panier (E.8/5. B.2/19). c/ bord épaissi (D.2/4). d/ bol fermé à rainures (C.2/27). e/ bol à moulure latérale arrondie (B.8/26). f/ vase sphéroïde à rainures et pastilles (B.3/1).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7743/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Fig.96 – Poteries de type Tupal Rouge-sur-Orange : a. b (A.8/27 et A.8/21). Type Tupal Graphite-sur-Rouge ; c.d (C.2/3. D.2/8).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7743/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende Fig. 97 – Jarres du groupe Ticon. a-e/ simples à 4 anses (E.8/1). 6 anses (B.2/30). 2 anses basses (B.8/21). 3 anses et pastilles Ahau (B.3/2). 2 anses et pastilles (B.3/8). f. g/ décorées (C.2/14, C.2/10).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7743/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Fig. 98 – Poteries du groupe Saman. a/ grand bassin (E.4/11). b. d/ bols à base annulaire (B.5/4. B.6/2). c/ bol simple (A.5/2). e/ grand bassin de l’amas sud de la grotte (B.8/12). f. g/ grands bols ouverts. apode (B.8/42) ou tripode (B.5/2). h. i/ bols à bord intérieur déprimé (B.2/39. A.8/10).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7743/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Fig. 99 – Poteries du groupe Chitac (brun-noir mince). a/ vase cylindrique tripode à décor modelé. stuqué et peint (C.2/23). b/ bol tripode à cannelures horizontales (B.5/5). c/ bol en calotte à base annulaire (B.2/29). d/ bol engobé d’hématite spéculaire (B.3/6). e. f/ bols à décor incisé (C.3/4). incisé et peint d’hématite (B.3/5).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7743/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende Fig. 100 – Diverses poteries de la grotte. a/ bol cylindrique tripode à décor négatif (C.3/8). b/ grand bol tripode à supports parallélépipédiques (C.2/1). c/ vase tétrapode à supports pseudo-mammiformes (B.8/35). d/ jarre globulaire (D.2/9). e/ jarre Esperanza Flesh Color (B.2/1).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7743/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7743/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Fig. 101 – Poteries polychromes importées des types Ixcanrio Orange Polychrome et Guacamallo Rouge sur Orange. a/ grande jarre à bec (CJ2/20).b-d/petites jarres (B.2/27. C.2/28. E.4/8). e/ petite jarre à côtes de melon. col stuqué et peint (CJ2/12). f. g/ bols à base annulaire et rebord basal (B.2/11. B.2/26). h. i/ bol-tortue C.2/19. j. k/ bols tétrapodes mammiformes à ressaut basal (D.2/6. C.8/7).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7743/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7743/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7743/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7743/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 8,6k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7743/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 102 – Poteries de la fosse d’accès à la grotte (a-e) et fragment d’encensoir de la tranchée E représentant un personnage portant un bol à galets.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7743/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 132k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search