Version classiqueVersion mobile

Le Protoclassique à La Lagunita

 | 
Alain Ichon
, 
Marie Charlotte Arnauld

2ème Partie. La céramique de la structure A-7 de la Lagunita

Chapitre IV. Conclusions

Le complexe protoclassique de La Lagunita au sein de l’aire maya méridionale

Marie Charlotte Arnauld

Texte intégral

1 / – Définition du complexe Lilillá de La Lagunita

2/ – Comparaisons inter-régionales

3/ – Interprétation et datation

4/ – Sphères et horizons céramiques dans les Hautes Terres du Guatemala au Préclassique final ou Protoclassique

1/ – Définition du complexe Lilillá de La Lagunita

  • 1 Indéniablement l’échantillon de tessons Lilillâ est faible, ce qui rend toutes nos conclusions asse (...)

1Le complexe Lilillá comporte 2314 tessons classés, dont 1511 appartiennent à l’aspect 3 final1. On donnera ici une définition synthétique de ce complexe et de ses aspects.

2Le complexe Lilillá correspond à un remplacement progressif des composants préclassiques des complexes Santizo et Noguta, remplacement qui est quasi-général au niveau typologique, mais plus sélectif au niveau modal. Ce complexe peut apparaître relativement intrusif dans la mesure où certains de ses composants typologiques se mettent en place assez brutalement au début de l’aspect Lilillâ 1, mais de nombreux modes hérités des complexes antérieurs témoignent pourtant d’une continuité avec la céramique préclassique.

3L’aspect Lilillâ 1 est marqué avant tout par l’apparition et le développement rapide de la céramique orange mate (ou peu brillante) des groupes Tupal et Ticon, qui tend à remplacer la céramique orange lustrée du groupe Orfeo, et polie brillante du groupe Cardumen. La tradition lustrée persiste cependant avec le groupe Roqueño qui atteint sa popularité maximum, et avec le groupe Nogaro qui se maintient au maximum de sa fréquence de Noguta 2 en Lilillâ 1 ; cependant le groupe Nogaro se diversifie en types noirs et bruns, et développe l’incision post-engobage, ainsi qu’une grande variété de modelages des bords. La plupart des autres composants préclassiques ne font que décliner, mais plusieurs variétés de Bedelio Rouge-sur-Beige, Foscopi Rouge, les groupes Stendal et Rapallo disparaissent. Le type Vitanza Noir-sur-Rouge tend à remplacer l’Utatlan Dichrome Incisé, et témoigne de la popularité croissante du décor positif dichrome à motifs complexes. Si ce mode, ainsi que l’incision post-engobage et les modelages des bords sont hérités de Noguta 2, par contre les plats tétrapodes à supports mammiformes débutent en Lilillá 1. Apparaissent aussi et se développent dans cet aspect les groupes Saman, Canuto, Canaba, Saquim, et le type Rabolio Encensoir à Piédestal, de telle sorte que le complexe Lilillá est presque complètement formé dès l’aspect 1.

4L’aspect Lilillá 2 se distingue de l’aspect 1 principalement par le déclin marqué des trois derniers composants préclassiques encore présents (les groupes Orfeo, Cardumen et Roqueno) à l’exception du groupe Nogaro, et par des changements de fréquence mineurs dans les composants Lilillá. C’est ainsi que le groupe Nogaro amorce une reprise et que Tupal Orange-Rouge simple et le groupe Canaba atteignent leur maximum. Apparaissent faiblement les types Ixcanrio Orange Polychrome et Choton Orange-sur-Gris qui continuent la tradition du décor dichrome ou polychrome à motifs complexes. Le décor usulutan, quoique présent antérieurement, se développe surtout en Lilillâ 2. D’autres modes caractéristiques de cet aspect 2 sont les supports coniques ou tronconiques, le bord déprimé, la moulure labiale rabattue en crochet, et le décor cannelé, modes hérités de Lilillâ 1. Des modes préclassiques comme le rebord labial et la rainure sur le bord intérieur disparaissent. En définitive, c’est surtout en Lilillá 2 que s’effectue le remplacement des éléments préclassiques par ceux du complexe protoclassique.

5L’aspect Lilillá 3 correspond à un léger affaiblissement du complexe protoclassique, dont seuls les groupes Nogaro et Canuto atteignent une plus grande popularité qu’en Lilillâ 2. De nouvelles variétés s’adjoignent au groupe Nogaro dont la vitalité s’affirme (cannelures, formes miniatures, peinture sur stuc). Simultanément, les composants de ce qui serait le futur complexe classique ancien apparaissent en petit nombre : groupes Mocbal, Pampar, Chitac, décor dichrome complexe – positif et négatif – représenté par les types Jelic Rouge-sur-Orange et Dichrome Négatif, ainsi que par Choton Orange-sur-Gris, et Vitanza Nolr-sur-Rouge hérité de Lilillá 1-2. Le décor usulutan persiste, avec l’adjonction d’un deuxième type importé, Sacluc Noir-sur-Orange. Des modes comme la forme cylindrique et le décor de protubérances ou boutons sont surtout caractéristiques de Lilillá 3, tandis que le rebord basal, la moulure basale, et la base annulaire, bien que peu représentés, annoncent nettement le Classique ancien. Enfin, Ixcanrio Orange Polychrome est surtout importé en Lilillá 3. Cet aspect final voit donc la diversification des tendances affirmées en Lilillâ 1-2, mais simultanément le complexe protoclassique tend à s’affaiblir et s’ouvre à des éléments nouveaux qui amorcent le complexe classique ancien.

2/ Comparaisons inter-régionales

6Les comparaisons visent à étudier le phénomène de la “période protoclassique” en relation avec L’“horizon céramique protoclassique”, à La Lagunita et dans les Hautes Terres environnantes. On se base principalement sur les séquences céramiques de Kaminaljuyu, de Chalchuapa, de Zacualpa, de Salcajâ-Momostenango-Quetzaltenango, de la vallée moyenne du Rio Chixoy, de l’Alta Verapaz et de la région de Cotzal (citées dans l’ordre de leur pertinence chronologique), avec des références aux com plexes protoclassiques et classiques anciens des Basses Terres mayas.

  • 1 Wetherington 1978 : 129-131 ; Sharer 1978 : 126 ; Rands et Smith 1965 : 125-126 ; Wauchope 1975 : 4 (...)
  • 2 Willey et al 1965 : 349 : Adams 1971 : 155-157.

7Lilillá est en fait un des rares complexes protoclassiques des Hautes Terres mayas qui soit doué d’une forte originalité vis-à-vis des complexes antérieurs locaux. A Kaminaljuyu et à Chalchuapa, les complexes contemporains de la période protoclassique ne font qu’élaborer et diversifier les éléments hérités des complexes préclassiques ; ailleurs, une transition graduelle et continue se produit du Préclassique récent au Classique ancien, marquée par quelques innovations que l’on attribue généralement à l’horizon protoclassique1. C’est donc essentiellement dans les Basses Terres que l’on assiste au développement d’un véritable horizon protoclassique, qui marque plusieurs complexes bien caractérisés de sites géographiquement éloignés les uns des autres, et que l’on relie assez volontiers à des intrusions de population2. En définitive, du point de vue tant de la géographie que de la taxonomie céramique, La Lagunita et son complexe protoclassique sont transitionnels entre les Hautes Terres méridionales (Guatemala) et les Basses Terres.

A – Kaminaljuyu, Chalchuapa et La Lagunita

  • 3 Sharer 1978 : 126.
  • 4 ibid : 129-131.

8Les relations céramiques entre Kaminaljuyu et Chalchuapa sont étroites dès le Préclassique moyen-récent et se maintiennent au Protoclassique3. Dans les deux sites, le passage des complexes Chul-Early Caynac à Late Caynac (pour Chalchuapa) et Miraflores-Verbena à Arenal (pour Kaminaljuyu) se caractérise par une diversification d’éléments préclassiques plutôt que par leur remplacement. Wetherington insiste sur le fait que la distinction entre les sous-phases Verbena et Arenal est ténue, limitée à quelques changements de fréquence4.

9Dans les deux séquences, les principaux composants diagnostiques des complexes Caynac et Arenal dérivent incontestablement de traditions préclassiques locales (toutes les études de l’horizon protoclassique maya soulignent ce fait). La céramique monochrome orange mate (groupe Aguacate Orange de Chalchuapa, ware Villalobos Red de Kaminaljuyu) apparaît en Early Caynac et en Providencia ; le décor usulutan orange hérite de la tradition usulutan crème (voir Sharer : 118, et Wetherington : 145) ; les supports mammiformes, qui débutent essentiellement en Late Caynac et en Arenal, dérivent des diverses formes de supports tripodes et tétrapodes présents dans les complexes antérieurs (Chul et Verbena) ; la peinture dichrome positive existe depuis les complexes Kal et Las Charcas, mais il est vrai qu’elle ne comporte de motifs complexes qu’en Late Caynac et en Arenal-Aurora. Enfin les modelages divers des bords correspondent pour la plupart à des modes préclassiques récents, en particulier dans la céramique brun-noir polie et lustrée dont la vitalité est manifeste jusqu’au Classique ancien (groupe Pinos, ware Miraflores Black-Brown).

10Monochromie orange mate, décor usulutan orange, supports mammiformes (et d’autres formes), dichromie positive complexe et modelages variés des bords constituent schématiquement les composants les plus diagnostiques des complexes Late Caynac et Arenal (voir Sharer : 126). Ces complexes comportent par ailleurs des composants typologiques anciens comme les types lustrés noirs et brun-noir, rouges (groupe Santa Tecla, ware Mirador Red) et oranges (groupe Olocuitla, ware Canales Orange). Les décors incisés reculent devant les décors peints.

  • 5 Sharer 1978 : 109-110, 126.

11Viel situe le complexe Noguta préclassique récent de La Lagunita à la périphérie de la sphère Miraflores-Verbena, à laquelle appartient sans conteste le complexe Early Caynac de Chalchuapa (p. 196). Indéniablement l’évolution à La Lagunita des complexes Noguta à Lilillá démontre la persistance des relations avec Kaminaljuyu et Chalchuapa, et même le renforcement de relations apparemment plus directes avec Chalchuapa, dont le complexe Late Caynac est plus fortement caractérisé et individualisé que le complexe Arenal5.

12Les similitudes entre les complexes Lilillá et Caynac sont frappantes. En l’un et l’autre la céramique monochrome lustrée persiste dans les couleurs orange, noir et rouge (groupes Orfeo et Olocuitla, Nogaro et Pinos, Roqueno et Santa Tecla), avec le développement caractéristique de l’incision après engobage (variétés C des types Nogaro incisés et Jorgia Coarse Incised, Roqueno Incisé et Tacuba Incised). La persistance du groupe Bedelio en Lilillá correspond à celle du groupe Nohualco en Caynac. Le décor usulutan orange débute avec Orfeo Orange Usulutan et Verbena Ivoire : Usulutan en Lilillá et le groupe Izalco en Caynac (nos tessons Verbena pourraient en fait appartenir au groupe Izalco, voir supra). Ceci dit, et cette différence est importante, le développement de l’usulutan a été beaucoup plus faible en Lilillá qu’en Caynac. Le groupe Tupal répond à l’apparition du groupe Aguacate à Chalchuapa, et le groupe Ticon à celle du groupe Soyapango. Les modelages des bords, les plats à supports mammiformes, les supports tronconiques, les grands bols et bassins, la dichromie positive et la peinture sur stuc sont les principaux modes diagnostiques que partagent Lilillá et Caynac. Par contre, ne sont pas représentés en Lilillá le dernier décor usulutan crème de Chalchuapa (groupe Tepecoyo), les encensoirs à trois dents (groupe Topozoco) et deux groupes locaux (Mizata et Finquita) qui entretiennent cependant des relations morphologiques avec les groupes Saman et Ticon de La Lagunita. Lilillâ ne comporte pas non plus le mode d’incision fine du groupe Pinos de Chalchuapa.

13En fait, le complexe Lilillá reproduit presque le complexe Caynac, mais avec un certain retard : seule la variété Torola du type Aguacate Orange est comparable au groupe Tupal, or elle date de l’aspect récent du complexe Caynac ; il en est de même du groupe Soyapango comparé au groupe Ticon ; le décor usulutan ne se développe à La Lagunita qu’en Lilillá 2 ; enfin le groupe Canuto pourrait être une version locale d’un type tardif du groupe Aguacate de Chalchuapa (Chichontepec Unslipped).

14Viennent confirmer le retard du complexe Lilillá les relations qu’il entretient avec le complexe Aurora de Kaminaljuyu, qui est postérieur à Arenal. En Aurora on assiste comme en Lilillá 2 à la fin de plusieurs composants préclassiques, en particulier le ware Canales Orange comparé au groupe Orfeo. Simultanément ont lieu la reprise et la croissance de composants Arenal, dont le ware Villalobos Red qui atteint son maximum de la même façon que le groupe Tupal de La Lagunita en Lilillâ 2. Le ware Miraflores Black-Brown, auquel est relié le groupe Nogaro de Noguta-Lilillâ, est encore très populaire. On compare aussi la croissance en Aurora du ware Baul Reddish-Brown Paste à celle du groupe Saman en Lilillâ 2, et à celle du groupe Mocbal en Lilillá 3. Un autre composant qui atteint son maximum en Aurora est le type Verbena Ivoire : Usulutan, qui a été importé à La Lagunita en Lilillâ 2-3. Le complexe Aurora comporte aussi les résultats de nouvelles techniques de cuisson, avec des essais de vitrification : le même phénomène se produit en Lilillá 3 dans le type Tupal Orange Craquelé, et peut-être dans une catégorie apparemment locale de tessons engobés oranges (Divers, Lilillâ IIA). La peinture sur stuc est aussi un mode qui relie Lilillá 3 à Aurora, tandis que les tessons Amatle Pâte Jaune de la collection C-44 (Lilillâ 3, ou complexe classique ancien) ont été importés de Kaminaljuyu, où le type débute en Aurora. Par contre les premiers bols Esperanza Flesh Color à base annulaire de la phase Aurora n’existent pas à La Lagunita, où le seul tesson à base annulaire appartient à un type importé des Basses Terres (Ixcanrio Orange Polychrome, Lilillâ 3).

B – La Lagunita et les Hautes Terres (au nord de Kaminaljuyu)

  • 6 Rands et Smith 1965 : 121.
  • 7 Wauchope 1950 ; Borhegyi 1956.

15Le complexe qui semble le plus comparable à Lilillá est celui de Salcajâ-Momostenango6 (Rands et Smith 1965 : 121). Il est malheureusement mal connu et sa division en deux aspects est controversée7. Il semble qu’on ait dans cette région occidentale la séquence de bols noirs lustrés à rebord labial, rainures, puis de bols ou écuelles tripodes, noirs lustrés, présentant différents modelages des bords et des incisions post-engobage complexes, enfin de nombreux bols et plats tétrapodes à supports mammiformes, de surface mate rouge ou noire. Cette séquence correspond grosso modo à celle des groupes Nogaro et Tupal au sein des complexes Noguta et Lilillá de La Lagunita. Par contre le décor usulutan serait moins distribué dans cette région que dans celle du lac Atitlan, apparemment en association avec de la céramique orange lustrée et rainurée, alors que cette dernière serait assez rare à Salcajá.

16Dans l’Alto Samalâ (région de Totonicapan-Quetzaltenango, Ciudad Ruiz s.d.), le complexe préclassique récent-protoclassique récemment défini témoigne d’une nette persistance des traditions préclassiques, en particulier de la céramique orange lustrée du groupe Cot. Ce complexe, comparé à Lilillá, ne comporte pas les innovations technologiques et décoratives représentées à La Lagunita par les groupes Tupal, Ticon et les types usulutan, bien qu’aient été introduits certains décors (gravure et stucage par exemple) et de nouvelles formes (les bols et plats à supports mammiformes). Selon l’auteur (Ibid. : 10), la région était alors en relation avant tout avec la dépression centrale du Chiapas.

  • 8 Wauchope 1975 : charte 1.
  • 9 ibid : 53.

17A Zacualpa, le site le plus proche de La Lagunita (17 km), le complexe Balam dans son aspect 1 est daté du Protoclassique par un nombre infime de supports mammiformes8. C’est, semble-t-il. le seul représentant local des marqueurs diagnostiques des complexes Caynac, Arenal-Aurora et Lilillá, puisque la céramique orange mate (difficile à isoler dans la description de Wauchope) paraît moins abondante que la céramique brun-noir, et que le décor usulutan et les modelages des bords sont absents ou rares. Wauchope insiste sur le fait que Balam 1 continue les traditions préclassiques récentes des Hautes Terres9.

18Cependant, pour la dichromie positive complexe de Lilillá, les meilleures comparaisons renvoient à des poteries peintes en noir sur rouge, en gris sur orange et en rouge sur orange, de Balam 1-2 de Zacualpa ; ceci suggère que ce mode décoratif est.au Protoclassique, à rattacher peut-être plus à une tradition locale des Hautes Terres centrales (débutant avec l’Utatlan Dichrome) qu’à celle de Chalchuapa et de Kaminaljuyu. De même, tandis qu’à Chalchuapa les encensoirs à trois dents persistent en Caynac, ceux-ci sont remplacés à La Lagunita par les encensoirs à piédestal et les encensoirs simples, dont on trouve presque les répliques tant à Zacualpa qu’à Zaculeu (complexes Balam et Atzan ; aussi en Esperanza à Kaminaljuyu). Enfin, les nombreux bols à offrandes des groupes Canuto et Nogaro (de ce dernier, ils sont surtout fréquents dans les collections C-44 et C-48 de poteries complètes) sont très comparables à des poteries Balam et Atzan de Zacualpa et Zaculeu.

19C’est dire que, en dépit de la forte emprise des influences de Kaminaljuyu et surtout de Chalchuapa sur le complexe Lilillá, La Lagunita entretient aussi des relations avec les régions environnantes des Hautes Terres : d’une part ce site leur emprunte des éléments nouveaux comme les décors dichromes complexes et des formes céramiques rituelles, ou bien participe à leur développement régional, d’autre part il a fort bien pu être le centre de diffusion des influences étrangères représentées par le décor usulutan, la monochromie orange mate, les supports mammiformes, les modelages des bords. Mais ce dernier point restera hypothétique tant que les séquences de Salcajâ, du lac Atitlan et de Zacualpa ne seront pas mieux connues.

  • 10 Ichon et Grignon 1981 ; Hatch 1982 ; Adams s.d. ; Arnauld 1984.
  • 11 Ichon 1982 : 152, fig. 81, 82.
  • 12 Hatch 1982 : 101, 103, 109.
  • 13 Ichon et Grignon 1981 : 76.
  • 14 Ichon et Grignon 1983 : 69, 87, 152, 155.

20Plus au nord, c’est-à-dire dans la vallée moyenne du Río Chixoy et dans les régions de Cotzal et de l’Alta Verapaz où ont été isolés des complexes datés de la période protoclassique10, l’évolution est sensiblement la même qu’à Zacualpa : persistance de traditions préclassiques jusqu’à l’orée du Classique ancien, avec pour seuls éléments nettement nouveaux, les supports mammiformes, et la dichromie positive (du moins à Cotzal). Cependant la céramique orange mate semble présente en Alta Verapaz et à Cotzal (partie du type Borayo Orange ; Joncab Brown-Orange ; voir aussi le ware Red de Chama 1, Butler 1940), et la polychromie apparaît précocement dans la région de Cotzal, probablement sous l’influence des Basses Terres. Dans la vallée du Rio Chixoy, de la céramique protoclassique à été isolée à Los Encuentros dans le mobilier des sépultures B/24 et B/3411 ; on y remarque la présence de la peinture sur stuc, de l’incision complexe post-engobe, de supports pleins pseudo-mammiformes, et du pastillage combiné aux rainures. Ce dernier décor, ainsi que le bol X/34 à large moulure renflée (forme fréquente dans la collection C-48 de La Lagunita), dateraient les deux sépultures de la fin du Protoclassique : Lilillá 3, ou début du complexe classique ancien. Hormis ces deux sépultures, M. Hatch n’assigne au Protoclassique que quelques formes du ware Corinthian Daub et des fragments de pichets tripodes12. A El Jocote, la cache V/2 comporte deux bols comparables à ceux du groupe Canuto de La Lagunita, et 12 récipients miniatures, éléments qui datent grossièrement cette cache de l’aspect Lilillá 313. Deux autres sites, Chicruz et Chirramos, ont livré une sépulture protoclassique (la dernière datée de 210 ± 80 ap. J.C.), mais de façon générale cette période est très peu représentée en dehors d’un contexte funéraire, sauf peut-être à Chirramos14.

21Pour la vallée de Salamá, proche des régions ci-dessus mentionnées, un complexe Quej préclassique final, contemporain de Lilillâ 1, vient d’être récemment défini (Sedat et Sharer s.p.) : il témoigne d’un appauvrissement des traditions préclassiques puisque seuls les groupes Cachil et Pinos y persistent (correspondant respectivement aux groupes Corinthian et Nogaro de La Lagunita), et d’innovations relativement limitées représentées par les groupes Chitucan et Chuacus, le premier engobé orange mat, le second engobé crème, et par les modes du support mammiforme, des rebords ou moulures, de la dichromie rouge sur crème (dans le groupe Chuacus) et du décor usulutan ; tous ces modes paraissent faibles en fréquence. Ce complexe Quej est apparemment moins diversifié et évolué que le complexe Lilillá.

C – La Lagunita et l’horizon Floral Park des Basses Terres mayas

  • 15 Willey et al 1965 : 349 ; Sharer et Gifford 1970 : 456 ; Adams 1971 : 93 ; Pring 1977 : 143,Table 1
  • 16 Willey et a/1965 : 349 ; Adams 1971 : 156-157 : Sharer et Gifford 1970 ; Sharer 1978 : 42-43.
  • 17 Adams 1971 : 93 ; 156-157.

22La céramique monochrome orange mate, le décor usulutan, la forme du plat à supports mammiformes, la dichromie positive complexe, certains modelages des bords et des liaisons du fond avec les parois, et la peinture sur stuc, sont les composants diagnostiques, non seulement des complexes Caynac, Arenal-Aurora et Lilillá des Hautes Terres, mais aussi de l’horizon Floral Park des Basses Terres15. Willey met en relief l’irruption à Barton Ramie du groupe Aguacate Orange, dont l’origine est certainement le Salvador, voire Chalchuapa même16. Adams insiste plutôt sur l’importance du décor usulutan, dont la diffusion depuis le Salvador a entraîné celle de modes comme le support mammiforme et la dichromie17 ; le fait est qu’à Altar, le type Aguila Orange du complexe protoclassique Salinas ne semble pas relié au groupe Aguacate, et ce serait donc la céramique à décor usulutan qui aurait servi de principal vecteur aux influences étrangères. Le même phénomène a d’ailleurs pu se produire dans les Hautes Terres car à Chalchuapa et à Kaminaljuyu, on trouve durant les phases du Préclassique moyen-récent le décor usulutan associé à divers supports, à la forme du plat, au décor stuqué, à la dichromie et aux cannelures : ce sont là autant de modes qui ont été reçus à La Lagunita, même si les potiers locaux n’ont Jamais fréquemment (ni correctement) exécuté le décor usulutan. Cette relation par l’usulutan des complexes protoclassiques du Salvador, de La Lagunita et d’Altar mérite d’autant plus d’être soulignée qu’un type usulutan d’Altar ou de la zone Pasión a été importé à La Lagunita en Lilillâ 3 (Sacluc Noir-sur-Orange).

  • 18 Willey et al 1965 : Adams 1971.

23Cependant, ni le décor usulutan ni le groupe Aguacate ne sont à l’origine de tous les composants de l’horizon Floral Park : la base annulaire, le rebord basal – assez tardif et peu répandu –, et la polychromie à motifs complexes se développent au Petén probablement à partir de traditions préclassiques locales, et se joignent aux créations d’origine étrangère pour former finalement les complexes classiques anciens18. On retrouve précisément des bols polychromes à rebord basal et à base annulaire dans les Hautes Terres du nord, à Zacualpa et à Kaminaljuyu, où ils sont considérés comme des importations des Basses Terres, diagnostiques du Classique ancien (ou du Protoclassique à Cotzal).

24A La Lagunita, les seuls tessons portant les modes de la base annulaire et du décor polychrome appartiennent au type Ixcanrio Orange Polychrome, importé des Basses Terres en Lilillâ 3 ; c’est là le principal lien unissant directement le complexe Lilillá (aspect tardif) à l’horizon Floral Park, hors des modes assimilés au décor usulutan. Mais la céramique polychrome est aussi rare en Lilillá que la céramique monochrome noire dans les complexes Salinas et Floral Park (les groupes Polvero et Balanza étant respectivement antérieur et postérieur). Les complexes protoclassiques des Hautes Terres et des Basses Terres montrent en fait des tendances bien différentes, bien qu’elles partagent des modes importants, pour la plupart associés à la céramique monochrome orange mate et au décor usulutan originaires du Salvador.

3/ Interprétation et datation

25Le complexe Lilillá de La Lagunita comporte les composants diagnostiques communs aux complexes protoclassiques des Hautes Terres et des Basses Terres, ainsi qu’un composant spécifique des Basses Terres (Ixcanrio Orange Polychrome). Il est fortement apparenté aux complexes Caynac de Chalchuapa et Arenal-Aurora de Kaminaljuyu. L’aspect 1 constitue la mise en place rapide des éléments reçus de ces deux sites, plus particulièrement de Chalchuapa : il est contemporain de l’aspect tardif de Caynac en raison des comparaisons spécifiques qui relient Tupal Orange-Rouge à Aguacate Orange : variété Torola, et Ticon Orange au groupe Soyapango. Durant l’aspect 2 se produisent le développement du décor usulutan, la popularité maximum du groupe Tupal et la fin des composants préclassiques : il correspond donc peut-être encore à Late Caynac, et certainement à Aurora. Enfin, l’apparition de quelques modes et types classiques anciens dans les couches culturelles assignées à Lilillá 3 rend cet aspect équivalent dans le temps aux complexes Aurora et Vec.

26Parallèlement, le complexe Lilillá participe à la formation dans les Hautes Terres centrales et occidentales de traditions appelées à durer au Classique, comme celle de la peinture dichrome positive à motifs complexes, et celles de formes d’encensoirs et d’autres poteries de fonctions rituelles. Le complexe Balam 1 semble un peu plus tardif que les aspects 1 et 2 de Lilillâ dans la mesure où il comporte quelques bases annulaires, des “pots-canard” et des poteries dichromes : il correspondrait à Lilillâ 3. Avec les complexes de Salcajâ-Momostenango et du lac Atitlan, la datation relative est quasiment impossible, ces complexes n’étant pas formellement définis. De la vallée moyenne du Río Chixoy, les poteries protoclassiques de Los Encuentros et de El Jocote nous semblent contemporaines de l’aspect tardif de Lilillá. Il n’est donc pas impossible que le complexe Lilillá, de par son antériorité relative, ait transmis les influences provenant des Hautes Terres du sud, du moins aux régions de Zacualpa et du Rio Chixoy.

27La relation chronologique du complexe Lilillá avec les complexes protoclassiques septentrionaux de Cotzal et d’Alta Verapaz est plus difficile à interpréter dans la mesure où ces régions ont reçu d’autres influences en provenance des Basses Terres voisines. Une étude des céramiques orange et noire locales serait nécessaire pour élucider ce point. Cependant, les bols Canuto Noir et Nogaro Noir, ainsi que le type Zope Dichrome, Négatif relient l’aspect Lilillá 3 et le début du complexe classique ancien de La Lagunita aux complexes classiques anciens de Zaculeu et Cotzal.

28Enfin, les aspects Lilillá 2 et 3 doivent être contemporains des complexes Floral Park et Salinas des Basses Terres, puisqu’ils incluent Ixcanrio Orange Polychrome, type importé ; mais il est curieux que Sacluc Noir-sur-Orange, type caractéristique du complexe Late Plancha préclassique récent (à Altar) n’ait été importé qu’en Lilillá 3. Il est possible que les poteries apportées des Basses Terres aient été conservées longuement à La Lagunita et réservées à des usages très spécifiques comme l’enterrement de la tombe C-44 (Lilillâ 3), ou bien ce sont seulement des productions tardives des Basses Terres qui ont été importées. Quoiqu’il en soit, la présence de ces deux types à La Lagunita complète l’image d’un complexe protoclassique remarquablement réceptif aux innovations extérieures, et par conséquent, probablement susceptible de stimuler l’adoption de ces innovations dans les centres environnants.

29Pour la datation absolue du complexe Lilillá, on dispose de plusieurs dates C-14 :

30Le sol Ib marquant le passage du complexe Noguta 2 au complexe Lilillá, l’aspect Lilillâ 1 débute quelques années après la date de la sépulture 2, c’est-à-dire aux alentours de 100 ap. J.C. Viel situe la fin du complexe Noguta 2 précisément en 100 (Tableau 10). La date de l’offrande du niveau C-43-1 est approximativement celle de la fin de l’aspect 2, soit environ 300 ap. J.C. ; en effet, on assigne à l’aspect Lilillá 3 plutôt qu’à l’aspect 2 les lots des niveaux supérieurs de la str. A-7 fouillés au-dessus de la couche C-43-1. Cette .occupation finale, qui comporte les phases de construction A-7-III, A-7-IV (et A-7-V) est grosso modo contemporaine de la tombe C-44 et de la grotte C-48, qui datent l’aspect Lilillá 3 de 320 à 400, 400 correspondant à la fin du complexe Lilillá car il est possible que la grotte soit un peu plus tardive que la sépulture, tant au plan de la céramique que de la stratigraphie (voir la charte chronologique. Tableau 17).

31Les datations des complexes céramiques et des phases architecturales de la str. A-7 s’établissent ainsi (voir Tableau 4) :

32Quant à la durée de l’aspect Lilillâ 1, seules les comparaisons inter régionales permettent de l’évaluer. Il a une durée de 100 ans si l’aspect 2 débute en 200, c’est-à-dire s’il est tout à fait synchronique des complexes Aurora et Vec : plusieurs comparaisons spécifiques relient effectivement Lilillá 2 à Aurora et la popularité maximum des supports mammiformes en cet aspect le rendrait bien contemporain de Vec ; par contre, Lilillá 2 voit le développement du décor usulutan, ce qui supposerait un certain chevauchement temporel entre Late Caynac et Lilillâ 2. Dans cette dernière hypothèse, Lilillá 2 débuterait avant 200 et Lilillâ 1 aurait une durée inférieure à un siècle, ce qui est fort peu pour la mise en place d’un complexe aussi innovateur, à moins que l’impact des influences extérieures n’ait été très déterminant aux alentours des années 100, accélérant la formation de Lilillá.

33Par ailleurs, ce que suggèrent les comparaisons entre l’aspect final de Lilillá et les complexes Aurora et Vec est donc bien confirmé par les datations absolues, à savoir que cet aspect Lilillâ 3 pénètre bien la période du Classique ancien, dans laquelle il maintient pourtant tous les caractères protoclassiques de Lilillâ 1-2, même si certains d’entre eux tendent à décliner. Lilillá 3, si l’on ne considère que les tessons, est en outre dénué de nombreux modes classiques anciens comme les cylindres tripodes, les bols hémisphériques, les véritables comals de grand diamètre, les “pots-canard”, les jarres engobées rouges mates, les cream-pitchers, les floreros, l’Orange Mince, l’Esperanza Hesh Color, les bols polychromes à rebord basal et base annulaire, l’incision post-engobe curvilinéaire (présente mais rare), sans même parler des influences stylistiques de Teotihuacan. Les composants considérés comme caractéristiques du complexe classique ancien provisoire constituent 5,1 % du total de la collection C-44 assignée à Lilillâ 3 (8,9 % des tessons C-44 classés).

34Notre brève analyse des collections C-44 et C-48 de poteries complètes, la première nécessairement contemporaine de Lilillá 3 et la seconde peut-être un peu plus tardive, nous a donné l’impression que les caractères protoclassiques y restent bien marqués, mais que les modes classiques anciens y sont mieux représentés que dans la collection de tessons C-44. Il est possible que les innovations du Classique ancien soient apparues sous forme de poteries importées ou localement fabriquées strictement à des fins rituelles (sépulture C-44, grotte C-48), tandis que pour l’essentiel le complexe protoclassique continuait d’être produit et utilisé ailleurs dans le site. Il est aussi possible que les remblais C-43, C-44 et E-101 -b donnent une image quelque peu fausse d’un complexe attardé, en raison de phénomènes de re-dépo6 sition.

35Quoiqu’il en soit, la persistance tardive des composants protoclassiques Lilillá peut fort bien s’expliquer par une certaine tendance locale au conservatisme : le centre de La Lagunita, alors au faîte de sa puissance, maintenait en usage un ensemble de techniques et de styles céramiques qu’il semble bien avoir eu le privilège de recevoir assez directement du Salvador et de Kaminaljuyu ; dans cette optique, le comportement conservateur d’un hypothétique segment de population immigré à La Lagunita au début de la période protoclassique doit être pris en considération.

  • 19 ibid : 349 ; ibid : 156-157.
  • 20 Sharer 1978 : 44.

36On touche ici au problème le plus délicat que pose le complexe Lilillá de La Lagunita, à savoir la signification et l’ampleur de ses caractères intrusifs. L’analyse de la séquence stratigraphique de la str. A 7 (puits C-43 central) en liaison avec celle de la fréquence typologique des groupes Tupal et Ticon, est plus suggestive d’une intrusion que d’un hiatus dans l’occupation. Les analyses typologiques et modales mènent à la conclusion que des influences extérieures directes ont été déterminantes dans la formation du complexe Lilillá, et ce sans doute dès la fin du Préclassique récent, conclusion cependant nuancée par le fait de la nette continuité typologique et modale qui unit les aspects Noguta 2 et Lilillâ 1. Les comparaisons inter-régionales mettent surtout en relief la remarquable similitude du complexe Lilillá avec le complexe Caynac de Chalchuapa, ainsi que les relations étroites de Lilillá avec la céramique Arenal-Aurora de Kaminaljuyu, à cette différence près que le décor usulutan n’a jamais atteint à La Lagunita la popularité dont il jouissait dans ces deux sites. Enfin, les datations relatives et absolues indiquent que l’aspect Lilillâ 1, au cours duquel le complexe protoclassique se met en place, pourrait avoir duré moins d’un siècle. On peut déduire de l’ensemble de ces constatations que, dans l’hypothèse la plus prudente, les relations culturelles entre La Lagunita et le Salvador – secondairement avec Kaminaljuyu – se sont très nettement intensifiées vers la fin du Préclassique récent, c’est-à-dire vers 100 après J.C., et dans l’hypothèse la plus audacieuse, qu’un groupe originaire du Salvador s’est installé à cette date à La Lagunita. Cette deuxième hypothèse équivaut à celle de Willey et Adams qui voient se produire au Protoclassique une intrusion de population à Barton Ramie et à Altar19. Dans ce cas comme dans celui de La Lagunita, il n’y aurait certainement pas eu déplacement complet de la population locale par suite de l’intrusion puisque, parallèlement à la formation du nouveau complexe, l’évolution céramique locale est continue du Préclassique au Protoclassique. La continuité est particulièrement nette à La Lagunita, où, par exemple, les groupes Tupal et Ticon (Lilillâ) pourraient paraître dérivés des groupes Orfeo, Roqueno et Cardumen (Santizo et Noguta) ; mais elle est logiquement due au fait que La Lagunita entretenait déjà des relations avec Chalchuapa au Préclassique récent (Viel p. 105), et elle ne nous semble pas aussi significative que les innovations technologiques (pâte et cuisson) et morphologiques qu’introduisent tant les groupes Tupal et Ticon que les autres composants du complexe Lilillâ vis-à-vis du complexe Noguta20.

37Il est impossible d’opter pour l’une ou l’autre des deux hypothèses – relations culturelles accentuées avec le Salvador, ou intrusion de population – sans discuter les données annexes autres que céramiques portant sur le site de La Lagunita et la région environnante ; or cette discussion dépasserait les limites de ce travail.

4/ Sphères et horizons céramiques dans les Hautes Terres du Guatemala au Préclassique final ou Protoclassique

  • 2 Charte reproduite schématiquement avec la permission de R. J. Sharer.

38Alors que le manuscrit de la présente étude était sous presse et au moment de rédiger cette dernière partie, nous est parvenu l’important article de Demarest et Sharer, non encore publié, qui traite des sphères céramiques préclassiques récentes dans les “Hautes Terres du sud-est” (Demarest et Sharer s.p.). Les auteurs ont effectué une révision analytique et comparative des collections céramiques d’un assez grand nombre de sites du Salvador et des Hautes Terres méridionales du Guatemala, plus particulièrement de Chalchuapa, Santa Leticla (Salvador) et Kaminaljuyu. Plusieurs résultats importants de cette étude doivent être pris en compte ici, ne serait-ce que dans l’ultime partie des conclusions.2

39Tout d’abord on note une modification dans la datation du complexe Caynac de Chalchuapa, revue à partir de la séquence de Santa Leticia (ibid : fig. 2) :

40Ce changement permet d’aligner avec Caynac Late Facet à la fois Lilillâ 1 et le début de Lilillá 2 de La Lagunita, sans pour autant réduire l’aspect 1 à une durée de moins de 100 ans.

41En second lieu, le groupe Aguacate de Chalchuapa est rebaptisé Atecozal, du nom de la première variété du type Aguacate Orange (ibid. : 6). Ce groupe céramique est considéré comme l’équivalent à Kaminaljuyu d’une partie du ware Villalobos Red, principalement de son type Arenal Red : Dull Variety (ibid. : 5). Or on a comparé le groupe Tupal de La Lagunita (complexe Lilillá) d’une part à la variété Torola de l’ex-Aguacate Orange plutôt qu’à la variété Atecozal, d’autre part au Arenal Red : Polished Variety plutôt qu’à la Dull Variety du ware Villalobos Red. Donc le groupe Tupal, majeur au sein de Lilillá, renvoie bien à des composants, non pas mineurs, mais apparemment secondaires et tardifs du groupe Atecozal défini pour Chalchuapa et Kaminaljuyu. Par ailleurs, on a proposé de rapprocher le type Canaba Orange (Lilillâ) de l’ex-variété Atecozal (Caynac) : donc un type mineur de Lilillá renverrait au groupe Atecozal, majeur au sein de Caynac, Verbena et Arenal. Ces comparaisons ainsi reformulées – mais non modifiées – tendent à affaiblir quelque peu la relation céramique Caynac-Lilillâ, du moins quant à l’ex-groupe Aguacate.

42Autre conséquence de ce changement taxonomique, les auteurs écartent maintenant la relation typologique qui unissait le groupe Atecozal au groupe Aguacate de Barton Ramie, ce dernier conservant donc l’exclusivité de son nom (ibid. : 6). Sur ce point, notre contribution est tout à fait secondaire, mais c’est un fait que le groupe Tupal et le type Canaba Orange n’ont pas réellement d’affinités notables avec le groupe Aguacate de Barton Ramie. C’est plutôt en raison des techniques du décor usulutan et du décor polychrome que l’on est tenté d’établir une relation céramique entre les complexes protoclassiques des Basses Terres et Lilillá, relation au demeurant peu déterminante, que manifeste essentiellement l’importation à La Lagunita de poteries usulutan et polychromes.

43D’une façon générale ces révisions donnent à réfléchir sur la validité des comparaisons céramiques : quand l’accès aux collections est trop difficile, on croit pouvoir faire confiance au système Type-Variété et se borner à faire les comparaisons à partir des descriptons, et ce avec d’autant plus d’assurance que, dans les cas de Chalchuapa et de La Lagunita, la logique taxonomique et le mode de comptage utilisés sont les mêmes à peu de détails près. Et cependant, la comparaison tessons en main serait certainement indispensable, par exemple pour les groupes Atecozal, Tupal et Canaba. A l’inverse, si nous avons eu accès à un échantillonnage, d’ailleurs trop réduit, de la typologie de Wetherington pour Kaminaljuyu, les différences d’ordre taxonomique avec la classification de La Lagunita sont telles que les comparaisons d’unité à unité sont difficiles (Demarest et Sharer évoquent la même difficulté, ibid. : 2,4). Il est donc nécessaire de rappeler que nos comparaisons céramiques, bien que sans doute valides parce que beaucoup d’entre elles se recoupent d’une monographie à l’autre, restent en bonne logique provisoires. Ajoutons que la collection de La Lagunita ici traitée n’est pas très abondante.

44La principale contribution de l’article de Demarest et Sharer réside en la définition de deux sphères préclassiques pour les Hautes Terres du sud-est (ibid. : 10, fig. 1, 4, 5), qui s’étendent approximativement – et selon les auteurs provisoirement- de Santa Leticia et Chalchuapa au Salvador, jusqu’à Monte Alto, Kaminaljuyu et la bordure sud de la vallée de Salamá au Guatemala. La Lagunita se situe hors de cet espace, à 75 Km au nord-ouest de Kaminaljuyu (à vol d’oiseau). Il s’agit de la sphère Providertcia : 400-100 av. J.C. ; complexes Chul du Salvador et Providencia de la vallée de Guatemala ; et de la sphère Mirqflores : 100 av. J.C. – 250 ap. J.C. ; complexes Caynac, Verbena et Arenal. Pour La Lagunita, les aspects 1 et 2 du complexe céramique Lilillá sont donc contemporains de la deuxième moitié de la sphère Miraflores.

45Viel avait eu connaissance de la définition de ces sphères :

“L’horizon Providencia se propage, atteint Chalchuapa à l’est et La Lagunita au nord ouest : les complexes céramiques Chul et Noguta 1 marquent cet influx de Providencia. La nouvelle [entendons “postérieure“) sphère céramique (Miraflores) est centrée sur Kaminaljuyu et reste exclusive des Hautes Terres. Si les complexes céramiques Chul et Caynac entrent de plain pied dans les sphères Providencia et Miraflores, le complexe céramique Noguta reste à la périphérie de ces sphères [Noguta 1 – Providencia. Noguta 2 – Miraflores] et développe une physionomie qui lui est propre même s’il emprunte beaucoup à Miraflores.“(p. 77)

46Dans la mesure où, selon Viel, Noguta 2 reste à la périphérie de la sphère Miraflores telle que la définissent Demarest et Sharer, il est logique que Lilillâ 1 et 2 se situent de la même façon hors de la sphère Miraflores : à moins que les influences en provenance du Salvador et de Kaminaljuyu qui caractérisent le complexe Lilillá n’aient déterminé la réinsertion de La Lagunita dans la sphère Miraflores tout à fait à la fin du Préclassique (ou Protoclassique). Puisque les auteurs donnent une définition typologique précise de la sphère Miraflores (ibid. : fig. 5), on doit’tenter de l’appliquer au complexe Lilillâ 1-2 afin de résoudre cette question, ne serait-ce que provisoirement.

47On trouve donc en Lilillâ 1-2 des correspondances pour huit seulement des quatorze éléments de la sphère Miraflores. En outre, les types usulutan sont mineurs et peu variés en Lilillá. Enfin cette charte comparative est loin d’épuiser la diversité du complexe Lilillá (voir ci-après). Il est clair que, comme le complexe Noguta 2, Lilillâ 1 -2 se situe “dans l’orbite” mais bien “à la périphérie” de la sphère Miraflores (Viel : 77).

48Reste à tenter d’évaluer les impacts des influences respectives du Salvador et de Kaminaljuyu sur le complexe céramique Lilillâ. Demarest et Sharer décèlent quelques variations spatiales “intra-sphères“qui différencient le Salvador de Kaminaljuyu (ibid. : 12) : ils manifestent principalement des différences quantitatives dans les types engobés crème et peints en pourpre, dans le type Verbena Ivoire : Usulutan, dans les types à incisions fines et les types usulutan. Selon ces critères La Lagunita est plus proche de Kaminaljuyu que du Salvador. Pourtant l’incision fine y est très rare (ou inexistante) comme au Salvador, alors qu’elle est importante à Kaminaljuyu. Et si l’on étend les comparaisons aux éléments exclus de la définition de la sphère Miraflores, on trouve en Lilillâ 1-2 des correspondances supplémentaires avec le complexe Caynac du Salvador, mais pas avec les complexes Verbena et Arenal de Kaminaljuyu :

49Il semble que les influences en provenance du Salvador aient fourni une plus grande impulsion créatrice en Lilillá que Kaminaljuyu. Ce fait, qui reste hypothétique dans la mesure où les comparaisons avec les complexes de Kaminaljuyu sont quelque peu difficiles à préciser, serait à relier à la richesse exceptionnelle du complexe Caynac :

“In terms of its constituents. the Caynac Comptes represents the most varied. diverse, and numerous ceramic complex for any time period at Chalchuapa.“(Sharer 1978 : 126).

  • 21 Wetherington 1978 : 125-131.

50Par contre les complexes Verbena et Arenal ne manifestent pas une telle diversité par rapport au complexe Providencia antérieur, et se différencient faiblement l’un de l’autre, du moins selon Wetherington21.

51Les conclusions préliminaires de l’analyse par activation neutronique de tessons provenant de plusieurs sites inclus dans les sphères Providencia et Miraflores sont que ces sites partageaient un certain nombre d’idées stylistiques et technologiques, plutôt qu’ils n’échangeaient leurs productions céramiques (ibid : 23-24). Bien que de telles analyses n’aient pas été faites dans le cas des complexes de La Lagunita, notre étude du matériel Lilillá mène à une hypothèse analogue : les innovations ne semblent pas avoir été introduites à La Lagunita par simple Importation de produits finis, mais par adoption locale de modes technologiques, morphologiques et décoratifs, peut-être en partie grâce à des contacts directs entre potiers locaux et étrangers.

52Pour conclure, on tentera de démontrer que la position du complexe céramique Lilillâ 1 -2 vis-à-vis de la sphère Miraflores, ainsi que celle d’autres complexes des Hautes Terres du nord-ouest et du nord, justifient la validité du vieux concept d’“horizon protoclassique”.

53Donc, vers 100 après J.C., sont introduites à La Lagunita des innovations technologiques et stylistiques dont les sources premières sont le Salvador occidental et la vallée de Guatemala, peut-être plus la première région que la seconde. Certaines de ces innovations étaient déjà apparues dans le complexe antérieur Noguta 2, mais le phénomène est quantitativement beaucoup plus marqué en Lilillá 1. Ce processus n’a pourtant pas inversé la tendance qui, depuis Noguta 2, écartait La Lagunita de la sphère céramique Miraflores, puisque Lilillá se trouve hors de cette sphère, bien que très proche. Il a essentiellement fourni une impulsion créatrice vigoureuse à ce qui n’était initialement à La Lagunita qu’un développement régional, continu et conservateur, de traditions préclassiques déjà anciennes. C’est l’existence de cette impulsion qui. à notre avis, donne un sens au concept d’horizon protoclassique dans les Hautes Terres du nord-ouest du Guatemala, horizon qui ne peut s’appliquer logiquement qu’aux complexes céramiques situés hors de la sphère Miraflores, bien que certains de leurs constituants en proviennent.

54Cet horizon devrait comporter d’une part le complexe formellement défini qu’est Lilillá, d’autre part les assemblages céramiques du Préclassique final du plateau de Chiboy (immédiatement au nord de La Lagunita), de Salcajâ-Momostenango et du lac Atitlan (Salcajâ 2 et Chukumuk 2), bien que, pour ces deux dernières zones, la relation avec la sphère Miraflores soit à revoir de près. Enfin s’y rattachent des complexes contemporains qui comportent quelques marqueurs protoclassiques : celui de l’Alto Salamâ, Balam 1 de Zacualpa, Tuban de la région de Cotzal, Carcha de l’Alta Verapaz, ainsi que Chama 1A et la céramique protoclassique de la vallée du Río Chixoy, enfin le complexe Quej de la vallée de Salamá (Demarest et Sharer placent la céramique préclassique récente de cette vallée à la limite nord des sphères Miraflores et Providencia, ou près de cette limite : ibid : 15-16).

55On aurait ainsi défini spatialement une sphère protoclassique des Hautes Terres septentrionales, grosso modo contemporaine mais distincte de la sphère Miraflores. Elle reste cependant provisoire car il manque encore un travail comparatif équivalent à celui qui sous-tend la formulation de la sphère Miraflores. Posons du moins de façon préliminaire que cette nouvelle sphère céramique comporterait trois ensembles typologiques et modaux :

  1. l’ensemble hérité du Préclassique moyen-récent, qui est à rapprocher du contenu des sphères Providencia et Miraflores, mais qui tend à s’en écarter au Préclassique récent (essentiellement les types monochromes oranges, noirs et rouges, et décors associés) ;

  2. l’ensemble des marqueurs protoclassiques, eux aussi présents dans la sphère Miraflores, qui manifestent dans chaque complexe l’impulsion innovatrice du Préclassique final ;

  3. l’ensemble des types et modes spécifiques des Hautes Terres du nord-ouest et du nord, qui paraissent se développer surtout à la fin de la période et au début du Classique ancien.

56Cette définition tripartite s’applique au complexe Lilillá de la façon suivante (type marginaux et types importés des Basses Terres exclus) :

  1. Groupes Orfeo, Nogaro, Roqueno. Cardumen, Bedelio, Utatlan.
    Modes du rebord labial et sous-labial, du décor rainuré, de l’incision simple, de la peinture noir graphite et rouge hématite.

  2. Groupes Tupal, Ticon, Canaba, type Nogaro Brun, variété C des types Nogaro incisés, Orfeo Orange Usulutan, Verbena Ivoire : Usulutan.
    Modes des divers modelages des bords et des parois, des diverses formes de supports, du décor usulutan et de l’incision complexe.

  3. Groupes Saman, Canuto, Rabolio, Mocbal, Pampar (qui forment le sous-complexe rituel), Jelic, Chitac, types Choton Orange-sur-Gris, Zope Dichrome Négatif, Nogaro Noir simple : variétés C et D, et variété E des types Nogaro incisés. Modes de la moulure basale, de la base annulaire, de la peinture dichrome complexe (mode appartenant aussi à l’ensemble 2) ; mais l’origine de ces modes est en fait mal connue.

57Cette définition de la sphère protoclassique des Hautes Terres du nord “couvre” beaucoup mieux la diversité du complexe Lilillá que celle de la sphère Miraflores, qui n’intéresse qu’une partie des ensembles 1 et 2, à condition d’admettre que la première ne se termine pas en 250 après J.C. comme la seconde. Une telle définition provisoire doit pouvoir servir de cadre de référence pour une revue comparative précise des différents complexes et assemblages céramiques inclus provisoirement dans l’horizon protoclassique des Hautes Terres du nord : il s’agira en particulier de confirmer le fait que, dans chaque évolution locale, l’ensemble 2 apparaisse comme une semi-rupture et une réelle innovation vis-à-vis de l’ensemble 1. En effet, ce fait différencie la nouvelle sphère ici proposée de la sphère Miraflores, où précisément il est impossible d’isoler les ensembles 1 et 2. L’idée-clé pour la sphère protoclassique est l’innovation, tandis que pour la sphère Miraflores c’est L’intensification” d’éléments déjà en place (Sharer 1978 : 126).

  • 3 Validité qui n’entraîne pas automatiquement la rétention du concept de “période protoclassique“ ; c (...)

58Que l’on insiste sur la validité du concept d’horizon protoclassique3 dans les Hautes Terres du nord du Guatemala ne signifie pas nécessairement qu’on attribue à cet horizon une grande portée à long terme dans les évolutions céramiques locales ou régionales. Il n’est pas évident que l’ensemble 3 de la sphère proposée soit le résultat direct des innovations de l’ensemble 2, et d’une façon générale, le rôle de l’horizon protoclassique dans la formation des traditions classiques reste à étudier dans les Hautes Terres de l’ouest et du nord, ainsi d’ailleurs que sa véritable signification culturelle, au-delà du do maine de la céramique. Quoiqu’il en soit, le concept doit demeurer utile, non seulement dans certains contextes de l’Altiplano du Guatemala, mais aussi parce qu’un certain événement protoclassique s’est bien produit dans l’évolution céramique de plusieurs sites des Basses Terres, même si la question de l’Aguacate Orange perd ici sa pertinence. Les situations sont certainement assez différentes à la fin du Préclassique dans les Hautes Terres et les Basses Terres mayas, mais il n’y a pas lieu pour autant de négliger la contribution que les Hautes Terres peuvent apporter à ce qui reste le problème du Protoclassique.

Notes

1 Wetherington 1978 : 129-131 ; Sharer 1978 : 126 ; Rands et Smith 1965 : 125-126 ; Wauchope 1975 : 49-50, 53 ; Adams s.d. ; Arnauld 1984 :

2 Willey et al 1965 : 349 : Adams 1971 : 155-157.

3 Sharer 1978 : 126.

4 ibid : 129-131.

5 Sharer 1978 : 109-110, 126.

6 Rands et Smith 1965 : 121.

7 Wauchope 1950 ; Borhegyi 1956.

8 Wauchope 1975 : charte 1.

9 ibid : 53.

10 Ichon et Grignon 1981 ; Hatch 1982 ; Adams s.d. ; Arnauld 1984.

11 Ichon 1982 : 152, fig. 81, 82.

12 Hatch 1982 : 101, 103, 109.

13 Ichon et Grignon 1981 : 76.

14 Ichon et Grignon 1983 : 69, 87, 152, 155.

15 Willey et al 1965 : 349 ; Sharer et Gifford 1970 : 456 ; Adams 1971 : 93 ; Pring 1977 : 143,Table 1.

16 Willey et a/1965 : 349 ; Adams 1971 : 156-157 : Sharer et Gifford 1970 ; Sharer 1978 : 42-43.

17 Adams 1971 : 93 ; 156-157.

18 Willey et al 1965 : Adams 1971.

19 ibid : 349 ; ibid : 156-157.

20 Sharer 1978 : 44.

21 Wetherington 1978 : 125-131.

Notes de fin

1 Indéniablement l’échantillon de tessons Lilillâ est faible, ce qui rend toutes nos conclusions assez fragiles. Mais le fait que les collections proviennent de deux structures différentes du site atténue cette difficulté.

2 Charte reproduite schématiquement avec la permission de R. J. Sharer.

3 Validité qui n’entraîne pas automatiquement la rétention du concept de “période protoclassique“ ; celui de “Préclassique final” convient aussi bien, et est même probablement moins équivoque.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search