Version classiqueVersion mobile

Le Protoclassique à La Lagunita

 | 
Alain Ichon
, 
Marie Charlotte Arnauld

2ème Partie. La céramique de la structure A-7 de la Lagunita

Chapitre III. La séquence céramique

Marie Charlotte Arnauld

Texte intégral

1/ – Construction par sériation de la séquence typologique.

2/ – Analyse de la séquence typologique.

3/ – Analyse de la séquence modale.

4/ – Composition du complexe Lilillá.

5/ – Traditions céramiques.

1/ – Construction par sériation de la séquence typologique

1La séquence stratigraphique des 22 niveaux du puits central C-43 de la str. A-7 fournit à elle seule la succession des complexes préclassique récent et protoclassique. Il est cependant utile d’y ajouter par sériation graphique la séquence de la str. A-6 construite par Viel (Tableau 6), de façon à coordonner les séquences préclassiques des str. A-6 et A-7. Cette sériation démontre la position chronologique des couches inférieures de C-43 au sein du complexe Noguta défini par Viel.

2D’autre part, la collection C-44 (tessons) de la str. A-7 peut être placée au-dessus de la couche supérieure de C-43 car elle correspond dans la str. A-7 à la phase IV, postérieure aux phases représentées en C-43 (voir Tableau 4). Cette collection C-44 constitue dans la séquence l’aspect final du complexe Lilillá, aspect absent dans les couches C-43.

3Enfin, on a tenté de placer par sériation les couches de l’opération E-101-b (str. 12 du terrain de jeu de balle) dans la séquence A-6 – C-43 – C-44. On parvient sans difficulté majeure à sérier ces couches au niveau des couches C-43 supérieures, et on les intègre donc dans la séquence : en effet, elles confirment et rendent plus significative l’évolution typologique produite par les couches C-43 au sein du complexe Lilillá.

4En résumé, la séquence typologique comporte la succession stratigraphique des couches C-43 et C-44, et l’insertion par sériation graphique des couches de la str. A-6 et de l’opération E-101 -b. Dans cette séquence sont représentées les couches de trois structures de La Lagunita. str. A-6, str. A-7 et str. A-12. On peut donc considérer que cette séquence est valable pour tout le site.

5Les conditions qu’exige le montage de toute sériation graphique ont été respectées, à ceci près que la plupart des couches sériées correspondent à des remblais dont les durées temporelles respectives ne sont pas nécessairement équivalentes (voir en particulier Cowgill 1972).

A – Les couches stratigraphiques du puits C-43 central (str. A-7, fig. 4)

6Patricia Carot a effectué la fouille : d’après ses notes, on résumera ici la stratification en commençant par le niveau inférieur. Le niveau 22 correspond à une strate peu épaisse d’occupation qui couvrait le talpetate stérile ; elle est antérieure à la phase A-7-I. Au-dessus de cette strate vient une série de remblais superposés fouillés dans les niveaux 21 à 10 ; l’un d’entre eux, au niveau 16, comporte de nombreuses traces de terre brûlée qui témoignent peut-être d’une construction (sol ou autre). D’autre part, du niveau 10 au niveau 20, la succession des remblais est recoupée par la fosse postérieure de la sépulture 2 ; or cette fosse n’a pas été entièrement isolée des remblais en fouille, de telle sorte que la plupart des niveaux comportent une certaine quantité de matériel provenant de la fosse. Tant les remblais que la fosse sont en fait scellés par les sols la et Ib, dont le plus récent résulte de la réfection de l’ancien après fermeture de la fosse ; les deux sols étant superposés l’un sur l’autre, l’écart temporel entre la fosse et les remblais associés au sol la est certainement minime, et tous les remblais correspondent à la phase A-7-I. Donc cet écart temporel faible et la stratigraphie quelque peu imprécise des niveaux 10 à 20 ne Justifiaient pas que l’on fasse des distinctions fines au sein de la série des remblais en opérant les regroupements de niveaux en couches.

7Ces regroupements sont nécessaires parce que les lots par niveaux totalisent peu de tessons. On a cependant pu isoler le niveau 22 antérieur à la phase I parce qu’il totalise 103 tessons : il constitue la couche C-43-10. On isole de même en couche C-43-9 le niveau 21 (94 tessons) qui correspond au remblai le plus profond. Mais ensuite, les couches C-43-7, C-43-6 et C-43-5 regroupent les niveaux 18 à 10, en respectant grossièrement les différents remblais, dont celui qui comporte les traces de terre brûlée. On écarte de la séquence typologique la couche C-43-8 parce qu’elle inclut les niveaux 19 et 20 – lots de 55 tessons seulement – dans lesquels a été fouillée la sépulture 2 proprement dite.

8Une deuxième difficulté stratigraphique se présente pour la couche C-43-5 située immédiatement sous le sol Ia : elle regroupe les niveaux 10 à 13 dans lesquels ont été fouillés non seulement le remblai supportant le sol et le haut de la fosse-sépulture 2, mais aussi la sépulture 1. Or si le remblai et la sépulture 2 appartiennent tous deux à la phase A-7-I et peuvent être considérés comme grossièrement contemporains, par contre la sépulture 1 est intrusive sous les sols Ia-Ib et date de la phase A-7-II. Au vu de la fréquence typologique, la couche C-43-5 comporte cependant peu de matériel tardif et, en dépit de ce “mélange” stratigraphique, on n’a pas jugé utile d’exclure la couche C-43-5 de la sériation.

9Les sols la et Ib qui couvrent la couche C-43-5 (sauf donc du côté de la sépulture 1) constituent la principale rupture stratigraphique du puits C-43 : ils marquent le passage de la phase A-7-I à la phase A-7-II et, déjà en cours de classement, les différences entre les lots inférieurs et supérieurs aux sols étaient remarquables.

10La première strate du remblai qui couvre le sol Ib correspond à la couche C-43-4 qui regroupe les niveaux 9 à 6. Une deuxième strate de remblai correspond à la couche C-43-3 (niveaux 5 à 3). Puis la couche C-43-2 isole le niveau 2 fouillé sous le sol IIa, niveau qui contenait plusieurs offrandes de poteries. Enfin la couche C-43-1 isole le niveau 1 dans lequel ont été dégagés les sols IIa et IIb et les offrandes de poteries situées entre les sols. Ces deux sols appartiennent à la phase A-7-II.

11Les niveaux supérieurs à la couche C-43-1 sont trop perturbés par les déblais d’anciennes fouilles clandestines (partie supérieure de la str. A-7) pour être mis en séquence. On a aussi exclu les lots provenant de la fouille C-43 ouest dont la stratigraphie est moins sûre que celle du puits central.

B – La couche culturelle du puits C-44

12Les 12 niveaux du puits C-44, au fond duquel a été dégagée la sépulture C-44 (au niveau 12), ne sont pas stratifiés puisqu’ils ont tous été fouillés dans le même remblai homogène de fermeture de la sépulture ; on a pu ajuster des tessons provenant de différentes profondeurs. La couche C-44 regroupe donc les niveaux et c’est la fréquence moyenne des catégories typologiques qui a été calculée sur le total des tessons. On a cependant jugé préférable d’exclure de la couche C-44 les niveaux perturbés par leboulement et la fouille clandestine, ainsi que les lots provenant des déblais de cette fouille, et le niveau 1 supérieur où la céramique postclassique est relativement abondante. Ne sont donc retenus en couche C-44 que les niveaux 2 et 3, et 7 à 12 (total : 1274 tessons).

C – Les couches stratigraphiques de l’opération E-101-b (fig. 51)

13Douze niveaux ont été fouillés sous le sol de l’allée du terrain de jeu de balle dans le puits E-101-b, produisant 10 lots d’abondance moyenne (les niveaux 3 et 7 ont fourni très peu de tessons et n’ont pas été classés). La stratification comporte de bas en haut le talpetate (niveau 12), puis une épaisse strate de remblai sableux (niveaux 11 à 3), enfin un remblai supérieur argilo-sableux (niveaux 2 et 1). Cette stratification assez simple laisse une certaine latitude dans le choix des regroupements des niveaux en couches : ceux qui produisent l’évolution la plus marquée de la fréquence typologique placent les niveaux 12 et 11 en couche E-V, les niveaux 10 et 9 en couche E-IV, les niveaux 8 et 6 en couche E-III et les niveaux 2 et 1 en couche E-I. Les niveaux 4 et 5 (couche E-II) ont fourni peu de tessons et sont exclus de la séquence sériée. Ces regroupements respectent la seule rupture stratigraphique vraiment nette du puits E-101-b, à savoir le passage du remblai argilo-sableux (niveaux 1 et 2) au remblai sableux (niveaux 4à 11).

D – Les catégories typologiques incluses en séquence sériée

14On a tenté d’inclure le maximum de catégories de façon a obtenir la séquence la plus précise. Les groupes, types et variétés mis en séquence par Viel ont été repris tels quels, sauf lorsque leur évolution chronologique se révèle moins nette dans le complexe Lilillá que dans le complexe Noguta défini par Viel : ceci vaut principalement pour les groupes Bedelio, Nogaro et Utatlan, dont il faut présenter séparément plusieurs types ou variétés supplémentaires pour obtenir des courbes régulières. A l’inverse, il n’y a pas lieu de maintenir la subdivision du groupe Roqueño en ses deux types dans la séquence.

15Dans la mesure où la plupart des couches sériées représentent des remblais, on peut supposer que des “chutes” ou des “remontées” de tessons se sont produites. Dans ces conditions, les catégories typologiques de distribution large mais statistiquement faible n’ont qu’une signification chronologique grossière, ce pourquoi les groupes Quiludi, Jocote, Trovador, Orico et Deldongo ont été écartés de la sériation.

16Par ailleurs, certaines catégories sont diagnostiques parce que restreintes à quelques couches, mais elles sont trop faiblement représentées : elles apparaîtront plus significatives en séquence modale, tels les types à décor usulutan, et les variétés cannelées des groupes Nogaro et Tupal.

17Enfin, pour éviter les déformations manifestes qu’introduit en sériation le facteur des contextes fonctionnels différents, on a écarté les groupes d’encensoirs Rabolio et Pampar, et le type Saman Lissé. Deux composants du sous-complexe rituel de Lilillá sont cependant conservés, les groupes Mocbal et Canuto.

18– Evaluation de la sériation typologique (Tableau 15)

19La séquence typologique construite n’est une sériation que partiellement puisque les couches C-43 et C-44 se placent suivant l’ordre stratigraphique (principalement des phases architecturales de la str. A-7). En fait, pour les autres couches – A-6 et E-101-b –, la latitude de placement était très limitée et en ce sens, la pratique de la sériation ne posait guère de difficultés.

20En effet, le placement respecte logiquement, outre l’ordre stratigraphique intérieur de chaque opération, celui des catégories déjà mises en séquence par Viel, et celui des occurrences des maxima de fréquence pour chaque catégorie typologique. L’ordre des maxima exige que soient contiguës les couches de différentes opérations dans lesquelles une même catégorie typologique atteint son maximum. Cette règle s’applique aisément aux catégories fortement représentées, mais moins facilement aux catégories faibles dont la position du maximum présente une marge d’incertitude, l’absence ou la présence d’un tesson suffisant à l’affecter en raison des totaux de tessons peu élevés dans les couches C-43 et E-101-b. Cette marge d’incertitude pour certaines catégories faibles justifie le respect de l’ordre chronologique (gauche-droite) des catégories typologiques de la séquence de Viel, puisque les maxima de cette séquence sont statistiquement plus fiables que certains des nôtres (les totaux des couches A-6 étant supérieurs à ceux des couches C-43 et E-101-b). C’est ainsi que Bedelio Rouge-sur-Beige : variété A se situe à l’extrême gauche, suivi de Foscopi Rouge, de Corinthian Daub, puis d’Orfeo Orange, et ainsi de suite comme dans la séquence de Viel (Tableaux 7 et 16).

  • 1 Voir la discussion des courbes de Nogaro Noir et du groupe Roqueno dans cet exposé pp. 126, 132.

21Dans la majorité des cas, cet ordre n’introduit pas de déformation au sein de la séquence, en d’autres termes il s’applique tout à fait à la séquence de la str. A-7, qui en confirme donc la valeur chronologique. Cependant, pour les catégories peu représentées comme Foscopi Rouge, Corinthian Daub, Rapallo Lissé : variété A et Vitanza Noir-sur-Rouge, les maxima atteints en couche A-6 et en couche C-43 ne jouxtent pas, provoquant une bimodalité plus ou moins nette sur leurs courbes respectives. Ceci tend à indiquer que ces catégories sont un peu plus persistantes, ou tardives, que ne le montre la séquence de Viel : tel est sans aucun doute le cas de Corinthian Daub, de Rapallo Lissé : variété A et de Vitanza Noir-sur-Rouge, à en juger par leur distribution persistante dans les couches supérieures, mais le cas de Foscopi Rouge est plus problématique. Par contre, pour les catégories fortement représentées, les maxima en couche A-6 et en couche C-43 apparaissent correctement regroupés : ceci vaut pour le deuxième maximum d’Orfeo Orange simple (couches A-6-III et C-43-6, voir Viel p. 64 concernant la bimodalité de ce type dans la séquence de la str. A-6, et cet exposé p. 115), pour Cardumen Orange-Brun (couches A-6-IV et C-43-9) et pour Nogaro Noir simple : variété A (toutes couches de A-6-III à E IV).1

22A la droite des catégories typologiques définies par Viel viennent les catégories que nous avons établies et qui définissent le complexe Lilillá. Les courbes des types fortement représentés sont régulières, la sériation des couches E-101-b n’introduisant pas de déformation. Les courbes des catégories faibles sont aussi régulières que le permet la marge d’incertitude des pourcentages. Seul le type Tupal Orange-Rouge Incisé ne présente pas de maximum net, et on le place à la droite du type Tupal Orange-Rouge simple dont il est à peu près synchronique.

23Ayant explicité les conditions de la construction de la séquence typologique et ayant évalué ses mérites et défauts, on analysera à la suite quelle est sa signification chronologique.

2/ Analyse de la séquence typologique (Tableau 15)

  • 2 et aussi à une modification du classement des tessons Orfeo Orange et Roqueno Rouge, voir p. 132.

24La séquence, on vient de le voir, présente indéniablement des irrégularités, qui tiennent pour la plupart à la faiblesse des totaux de tessons par couches, mais aussi à des particularités dans l’évolution de certains types (Orfeo Orange, Nogaro Noir)2. Malgré ces irrégularités, l’ensemble de la séquence démontre une évolution typologique remarquablement nette et cohérente, compte tenu du fait qu’elle regroupe des couches de remblais de provenances différentes dans le site.

25La principale rupture se situe de façon évidente au niveau des couches A-6-I et C-43-5. Cette dernière couche correspond au remblai qui supporte le sol I, qui est lui-même la principale rupture stratigraphique du puits C-43, délimitant les phases A-7-I et A-7-II. La rupture en séquence eût été encore plus nette si la sépulture 1 n’avait pas été fouillée dans les niveaux de la couche C-43-5 : on peut en effet admettre que les catégories de droite, présentes en couche C-43-5 mais absentes dans la couche contiguë A-6-I, proviennent précisément de la fouille de la sépulture 1 (principalement les tessons des types Tupal, Saman Rouge, et de la variété C des types Nogaro incisés). Cette rupture au niveau des couches C-43-5 et A-6-I marque le passage du complexe Noguta préclassique récent défini par Viel, au complexe Lilillá protoclassique.

26En séquence sériée, le changement apparaît relativement continu entre les couches C-43-5 et C-43-4 en raison de l’insertion entre elles des couches E-V et E IV. Mais dans la seule séquence des couches C-43 de la str. A-7 (Tableau 12), le changement est brutal : le groupe Roqueho varie de 2,6 à 5 %, Ticon Orange de 0,9 à 4,5 %, et Tupal Orange-Rouge simple de 1,8 à 7 %. Il s’agit là d’un phénomène soit d’hiatus, soit d’intrusion dans la séquence de la str. A-7 au niveau du sol I ; on reviendra sur ce point au cours de cette partie.

27L’évolution dans les couches inférieures à C-43-5 (sous le sol I de la str. A-7) suit essentiellement le patron de la séquence de la str. A-6, et les subdivisions adoptées par Viel entre les complexes préclassiques Santizo et Noguta restent inchangées. Nous avons sérié la couche C-43-10 à la limite des complexes Santizo et Noguta : la fréquence de Foscopi Rouge et d’Orfeo Orange en C-43-10 placerait la couche en Santizo mais celle de Cardumen Orange-Brun est caractéristique de Noguta 1 ; la couche C-43-10 constitue un niveau d’occupation isolé alors que les couches A-6-VIII à -VI correspondent à des séries de remblais et de sols d’occupation (Viel p. 99), et cette différence de contexte peut expliquer les déformations que la couche C-43-10 introduit dans la séquence de la str. A-6. Quoiqu’il en soit. Quiludi Brun et le groupe Trovador sont absents en C-43-10, ce qui appuie le placement de cette couche en Noguta 1.

28L’évolution dans les couches supérieures à C-43-5 (au-dessus du sol I de la str. A-7) indique d’une part un changement au niveau des couches E-III/C-43-3, et d’autre part la singularité de la couche C-44. Ces phénomènes permettent de subdiviser le complexe Lilillá en trois aspects (“facettes”). L’aspect 1 voit la disparition progressive des catégories Santizo-Noguta comme le groupe Rapallo, les types Bedelio ․ Rouge-sur-Beige : variété B et C, Nogaro Noir Incisé : variété B et Utatlan Dichrome Incisé, tandis que Nogaro Noir simple : variété A se maintient. Simultanément, l’aspect 1 voit l’apparition (à l’exception de quelques chutes dans des couches inférieures) et l’augmentation rapide de la variété C des types Nogaro incisés et de la variété B des types Nogaro simples, du groupe Ticon Orange, ainsi que des types Tupal, Saman Rouge et Nogaro Brun. Les groupes Canaba et Canuto ne font que débuter.

29L’aspect Lilillá 2 ne conserve du complexe Noguta que la variété A de Bedelio Rouge-sur-Beige, et les groupes Orfeo, Cardumen et Roqueño, tandis que Nogaro Noir simple : variété A accuse une certaine reprise. Vitanza Noir-sur-Rouge est assez bien distribué : il appartient au complexe Lilillâ bien qu’il prenne racine en Noguta. Il en est de même pour la variété E de Bedelio Rouge-sur-Beige. La plupart des catégories Lilillá restent stables par rapport à Lilillá 1, mais Tupal Orange-Rouge simple et le groupe Canaba atteignent leur maximum.

30L’aspect Lilillá 3 comporte un certain nombre de catégories Noguta très faiblement représentées, peut-être par suite de chutes ou re-dépositions au sein du remblai C-44. L’aspect 3 se caractérise avant tout par le deuxième maximum de Nogaro Noir simple : variété A, les maxima des groupes Canuto et Mocbal, et la présence de nouveaux types dichromes et polychromes. Les divers types et variétés du groupe Nogaro persistent, mais les groupes Ticon et Tupal s’affaiblissent légèrement.

31Le caractère transitionnel continu des pourcentages entre les complexes Noguta 2 et Lilillâ 1 nous semble en grande partie artificiel dans la mesure où les couches constituant la transition correspondent à des remblais plus ou moins mélangés (C-43-5, E-V et E-IV) et à un niveau superficiel (A-6-I, voir Viel pp. 83 et 99). Il est plus réaliste de prendre en considération avant tout l’opposition brutale déjà signalée entre les couches C-43-5 et C-43-4, qui indique un passage assez franc et rapide de Noguta en Lilillá, voire l’existence d’un hiatus ou d’une intrusion au niveau du sol I de la str. A-7.

32A l’encontre de l’hypothèse d’un hiatus va le fait que, hormis celle des groupes Roqueho, Ticon et Tupal (voir supra), la fréquence typologique varie assez peu de la couche C-43-5 à la couche C-43-4. Le dépôt du plat 524 (fig. 74c) en offrande sur le sol Ib, donc immédiatement après la fermeture de la fosse de la sépulture 2, n’est pas non plus favorable à l’hypothèse de l’hiatus. Cette offrande tendrait plutôt à indiquer une intrusion puisque nous classons le plat 524 en Tupal Orange-Rouge – un des types dont la fréquence augmente brutalement au-dessus du sol 1 – alors que le mobilier de la sépulture 2 est constitué de 10 poteries Orfeo et d’une poterie Nogaro ; les poteries Orfeo de la sépulture 2 (datée de 80 ± 90 ap. J.C.) sont caractéristiques du complexe Noguta, alors que la poterie 524 est un plat tétrapode à supports mammiformes qui appartient nettement au complexe Lilillá.

33L’hypothèse d’une intrusion de céramique étrangère (groupes Tupal et Ticon) est d’autant plus séduisante que des données annexes concernant l’occupation protoclassique régionale indiquent une forte augmentation de population sur le plateau de Chiboy (voir supra, 1ère partie, ch. VI). Cependant, pour qui a classé la céramique de la str. A-7, cette hypothèse est difficile à admettre sous sa forme la plus simple car il est évident que les groupes Tupal et Ticon entretiennent des relations morphologiques et décoratives avec des groupes locaux des complexes Noguta et Santizo. On peut en dire de même pour le type Nogaro Brun qui apparaît dans le complexe Lilillá, aspect 1.

  • 3 Voir la pâte du groupe Nogaro et les différentes cuissons du groupe Tupal. Le même phénomène a été (...)

34Si au niveau typologique l’hypothèse de l’intrusion est difficile à soutenir, au niveau modal plusieurs changements sont remarquables (voir l’analyse modale ci-après), dont on ne traitera ici que ceux qui concernent les attributs technologiques : une analyse technologique précise devrait en effet pouvoir démontrer que, des groupes Orfeo et Roqueho au groupe Tupal, de même pour les types Nogaro Noir et Nogaro Brun, et pour les jarres Ticon vis-à-vis des jarres Cardumen et Rapallo, le principal changement se situe au niveau des techniques de composition de la pâte et de cuisson3, avec pour conséquences l’amincissement des parois, l’exécution de nouvelles formes complexes (dont les supports mammiformes, difficiles à modeler), et enfin l’uniformité de la couleur de la surface, ou au contraire les effets voulus de couleurs contrastées (intérieur/extérieur, bord/parois à l’intérieur, dans les groupes Tupal, Canaba, Canuto et Rabolio). Or, si des modes morphologiques et décoratifs ont pu être importés par simples relations commerciales ou autres, les modifications technologiques qui, àLaLagunita, ont permis l’exécution des nouvelles formes et décorations indiquent que les potiers locaux ont été en contact avec des artisans étrangers. Des contacts se sont sans doute produits dès l’époque du complexe Noguta 2, puisque les groupes Ticon et Tupal apparaissent sporadiquement dans des couches C-43 inférieures, et que quelques nouvelles formes et un essai de vitrification se sont produits en Orfeo orange ; mais ils se sont nettement intensifiés au début du complexe Lilillá, avec la fabrication brusquement abondante des groupes Ticon et Tupal. Il est difficile d’aller au-delà de ces simples constatations en ce qui concerne l’hypothèse de l’intrusion, du moins au niveau de l’analyse typologique.

35Quant à l’aspect final du complexe Lilillá, représenté par la couche C-44, il y a lieu de penser qu’il constitue la transition entre le complexe protoclassique et un complexe classique ancien : ce dernier pourrait comporter les composants exclusifs de Lilillá 3, c’est-à-dire, en séquence typologique, les groupes Mocbal et Chitac, ainsi que les types Choton Orange-sur-Gris, Dichrome Négatif, Jelic Rouge-sur-Orange, Amatle Pâte Jaune. Mais ces groupes et types sont quantitativement beaucoup moins importants en Lilillá 3 que les composants hérités de Lilillâ 1-2.

3/ Analyse de la séquence modale (Tableaux 13,14 et 16)

36La séquence modale reprend toutes les couches de la séquence typologique dans le même ordre ; on y ajoute la couche C-43-8, les lots C-44 et la couche E-II qui avaient été écartés de la sériation typologique : la distribution statistique des modes étant par nature moins précise que celle des catégories typologiques, l’inclusion de ces lots est plus une source d’informations que de perturbations. L’ordre chronologique des modes M1 à M12 et D1 à D4 établi par Viel (Tableaux 8 et 9) a été repris.

37On retrouve en séquence modale les mêmes ruptures qu’en séquence typologique. La principale se situe au niveau des couches C-43-5 et A-6-I, avec un changement déjà nettement amorcé dans les couches A-6-III et A-6-II : on note l’apparition, puis la continuité dans les couches supérieures, des modes M6, M7, M8, D4, D5, M9, D6, D7, M14, M10 et M11 ; cependant les modes anciens M3, M4, M13, D2 et D3 ne disparaissent pas mais persistent nettement. Seul le mode M1 cesse pratiquement d’exister dès la couche A-6-IV. Le mode M5 est marginal.

38La deuxième rupture se situe au niveau des couches E-III, E-II et C-43-3, marquée par l’affaiblissement des modes anciens M3, M4 et M13, et par le début d’une distribution relativement continue pour les modes récents M10, M11 et M15 ; les modes D6, D7 et M14 sont aussi particulièrement bien distribués à partir de ces trois couches.

39Enfin, la singularité de la couche C-44 s’affirme surtout par la présence des modes M12, M16, M17, M 18, M19, D8, D9 et D10, qui sont exclusifs ou presque exclusifs de cette couche.

40La première rupture marque le passage du complexe Noguta au complexe Lilillá, la seconde définit les aspects 1 et 2 du complexe Lilillá. La couche C-44 représente l’aspect 3 final de Lilillá.

41Le changement au niveau de la couche C-43-5 correspond à la transition brutale entre les complexes Noguta et Lilillá, que l’on a discutée au cours de l’analyse typologique. En séquence modale, cette transition est marquée par les nettes augmentations de fréquence, depuis la couche C-43-5 jusqu’à la couche C-43-4, des modes M 13, M6, M9, D6 et M1 1 (en fait absents de C-43-5), ainsi que de M7, M8 et D4. Les variations de fréquence ne sont par contre pas significatives pour les modes anciens M4, D2 et D3. L’analyse modale confirme donc le caractère marqué du changement de la couche C-43-5 à la couche C-43-4 : d’une part, des modes ayant pris racine dans le complexe Noguta comme la rainure sur le bord intérieur (M13), la moulure ou rebord sous-labial ou médian (M6) et la forme du plat (M7) deviennent importants en Lilillâ 1 ; d’autre part, le ressaut basal (M8), l’incision post-engobage (D4), le bord épaissi en bourrelet (M9), le support mammiforme (Mil) et le décor usulutan (D6) deviennent rapidement populaires en Lilillâ 1, bien qu’ils soient peu distribués, voire absents en Noguta 2.

42Ce changement ainsi caractérisé ne démontre pas en lui-même l’hypothèse de l’intrusion d’idées ou d’une céramique étrangères : tous les modelages sous forme de ressaut, moulure, épaississement du bord peuvent dériver localement des rebords labiaux du complexe Noguta (M3, M4), et l’incision post-engobage peut fort bien n’être qu’une modification technique locale de la rainure. Par contre le décor usulutan et les supports mammiformes témoignent d’idées importées, et ces deux modes sont précisément présents dans trois types importés des Hautes Terres et des Basses Terres (entre autres types).

43En définitive, la conclusion à laquelle mène l’analyse de la séquence typologique reste valable au niveau modal : à partir de la couche C-43-4 (Lilillâ 1 ; au-dessus du sol I de la str. A-7), s’est probablement produite une intrusion d’idées nouvelles, tant au niveau des techniques de composition de pâte et de cuisson qu’au niveau de certaines formes et d’au moins un style de décoration, l’usulutan. Ces idées auraient été communiquées aux potiers de La Lagunita par des artisans étrangers, en même temps que les techniques d’exécution.

44Dans un article récent consacré à l’usulutan, Demarest et Sharer concluent : “Because of its appeal, the design modes (perhaps in some cases the actual techniques) spread rapidly by trade, imitation and stimulus diffusion. Although a few additional ceramic éléments may hâve accompanied this dispersai, there is no reason to assume that population moverpents or even unusually intense interaction caused the spread of usulutan décoration and related features”. (1982 : 820).

45Cette conclusion vaut pour Lilillá en ce sens que les diverses manifestations de l’usulutan dans ce complexe, toutes quantitativement faibles, sont plus suggestives à elles seules de relations commerciales avec les Hautes Terres du sud et les Basses Terres, que d’une intrusion de population. Mais elle sous-estime l’importance quantitative et la pertinence – à La Lagunita – des “quelques éléments céramiques additionnels” ayant accompagné l’adoption locale de l’usulutan : ces éléments, on vient de le voir, tendent précisément à indiquer que des “interactions intenses” liaient les potiers de La Lagunita et des artisans étrangers.

46Quant au caractère transitionnel de Lilillâ 3, il est essentiellement marqué par l’apparition des modes du rebord basal (aussi présent dans la couche supérieure de la str. A-6), de la moulure basale, de la base annulaire et du décor négatif, modes que les comparaisons datent exclusivement du Classique ancien (voir l’analyse modale). Ils sont cependant fort peu représentés dans l’aspect Lilillá 3. L’étude modale des poteries complètes de la collection C-44 devrait permettre de préciser dans quelle mesure Lilillá 3 amorce réellement le complexe classique ancien.

4/ Composition du complexe Lilillá

47Viel a donné du complexe Lilillá une définition préliminaire (p. 107), que l’on est maintenant en mesure de préciser et de compléter.

48Lilillá est principalement défini par ses composants exclusifs ou quasi-exclusifs (plus de 90 % représentés en Lilillâ) ; on énonce d’abord les composants typologiques, puis les modes, en ordre approximatif d’abondance :

  • groupes Tupal, Saman, Canuto, Ticon et Canaba

  • types Rabolio Encensoir à Piédestal et Rabolio Encensoir Simple

  • types Nogaro Brun et Nogaro Brun Incisé : variétés A et C

  • types Nogaro Noir Incisé : variété C, et Nogaro Noir : variété B

  • type Ixcanrio Orange Polychrome et groupe Saquim

  • types Orfeo Orange Usulutan et Verbena Ivoire : Usulutan

  • Bord déprimé sur la face interne (M14)

  • Supports mammiformes (Mil)

  • Bord épaissi en bourrelet triangulaire extérieur (M9)

  • Supports coniques ou tronconiques pleins (M15)

  • Peinture positive dichrome complexe (D7)

  • Décor usulutan (D6)

  • Moulure labiale rabattue en crochet (M10)

49Les composants caractéristiques de l’aspect Lilillá 1 sont les groupes Ticon et Roqueño, les types Nogaro Noir simple : variété A (aussi caractéristique du complexe Noguta) et variété B, Nogaro Noir Incisé et Nogaro Brun Incisé : variété C, Nogaro Brun simple : variétés A et B, Tupal Orange-Rouge Noirci, Vitanza Noir-sur-Rouge, Saman Rouge et le groupe Saquim.

  • 4 Ce mode est probablement présent dans les couches Noguta de la str. A-6, mais il est rare.

50La plupart des modes Lilillá sont hérités du complexe Noguta mais leur popularité s’accentue nettement. Apparaissent cependant en Lilillâ 1 la peinture positive dichrome complexe4, le bord déprimé, la moulure labiale rabattue en crochet, les supports mammiformes et les supports pleins (D7, M14, M10, Mil etM15).

51Les composants caractéristiques de l’aspect Lilillá 2 sont le type Tupal Orange-Rouge simple, le type Saman Lissé et le groupe Canaba. Les modes apparus en Lilillâ 1 se développent de façon continue : en particulier, le décor usulutan (D6) est caractéristique de Lilillâ 2.

52Certains des composants caractéristiques de Lilillá 1 ont pris racine dans le complexe Noguta : la variété A normale de Nogaro Noir simple atteint son maximum en séquence A-6 dès l’aspect Noguta 1, et maintient sa popularité jusqu’en Lilillâ 1, puis décline et accuse finalement une reprise en Lilillâ 3 ; le groupe Roqueho et le type Vitanza Noir-sur-Rouge ne prennent vraiment racine qu’en Noguta 2 ; les modes que partagent Noguta et Lilillá sont les plats (M7), le ressaut basal (M8), le décor cannelé (D5, principalement en Lilillâ 2-3), l’incision post-engobage (D4, avec un premier maximum en Noguta 2), et la moulure ou rebord sous-labial ou médian (M6).

53Des composants caractéristiques des complexes Santizo et Noguta persistent en Lilillá (pour la plupart seulement en Lilillâ 1) :

  • Orfeo Orange simple et Orfeo Orange à Rainures

  • Cardumen Orange-Brun et Bedelio Rouge-sur-Beige : variété A

  • Nogaro Noir Incisé : variétés A et B

  • Corinthian Daub, et Rapallo Lissé : variété A

  • Utatlan Dichrome Incisé

  • les modes du rouge hématite (D2), du noir graphite (D3), du rebord labial large ou étroit (M3, M4) et de la rainure sur le bord intérieur (M13).

54Enfin on peut citer quelques composants marginaux du complexe Lilillá :

  • types Tupal Orange-Rouge Incisé et Saman Blanc

  • Nogaro Noir Incisé : variété D, et Nogaro Brun Incisé : variété B

  • Bedelio Rouge-sur-Beige : variété E

  • mode du ressaut ou de la moulure à facettes (M5).

55L’aspect Lilillâ 3 est considéré comme transitionnel entre le complexe Lilillá et un complexe classique ancien. Les composants exclusifs ou quasiment exclusifs de la collection C-44 sont :

  1. – quelques types appartenant à des groupes représentés dans les aspects Lilillâ 1 et 2 (pour la plupart caractéristiques de Lilillá 1-2), Canuto Brun, Tupal Orange Craquelé et Tupal Orange-et-Beige, les variétés C et D de Nogaro Noir simple ainsi que les variétés E des types Nogaro incisés, Saman Micacé et Rabolio Encensoir à Manche ;

  2. – des groupes et types absents en Lilillâ 1-2, groupes Mocbal, Pampar, Jelic et Chitac, types Choton Orange-sur-Gris, Zope Dichrome Négatif, Sacluc Noir-sv r-Orange et Amatle Pâte Jaune ;

  3. – les modes abondants que sont les formes miniatures, les formes cylindrinques, le décor de protubérances ou boutons et la peinture sur stuc (M17, M16, D9, D8) ;

  4. – les modes rares que sont le rebord basal, la moulure basale, la base annulaire et la peinture négative complexe (M12, M18, M19, D10).

56On peut ébaucher provisoirement le complexe classique ancien sur la base des composants exclusifs 2/ et 4/ de la collection C-44 de tessons ; ce sont les seuls composants exclusifs de C-44 que les comparaisons inter-régionales datent principalement ou strictement du Classique ancien (à l’exception de Sacluc Noir-sur-Orange, type préclassique récent à Altar). Ils totalisent 137 tessons, soit 5,1 % de la collection C-44. Il s’agit donc, en ordre d’abondance, du groupe Mocbal, du type Choton Orange-sur-Gris, du groupe Pampar, du type Dichrome Négatif, des groupes Jelic et Chitac et du type Amatle Pâte Jaune ; les modes sont ceux du rebord basal, de la moulure basale, de la base annulaire et du décor négatif complexe (M12, M18, M19, D10). Par ailleurs, on peut supposer que les modes 3/ de la collection C-44 persistent ou se développent au Classique ancien.

57Enfin, Viel a défini provisoirement un complexe de phase ‘‘La Lagunita-Postclassique ancien“(p. 101). Dans nos collections, 26 tessons peuvent être assignés à ce complexe : bols ouverts concaves incisés, céramique grossière à inclusions cristalomorphes, et céramique Micacée, qui sont typologiquement et modalement caractéristiques du Postclassique ancien, encore que la céramique Micacée soit mieux connue au Postclassique récent.

5/ Les traditions céramiques

58Si on considère l’évolution générale à La Lagunita de deux complexes préclassiques et d’un complexe protoclassique dont l’aspect final amorce un complexe classique ancien, il n’est pas inutile d’étudier brièvement le comportement de quelques traditions, dont celles que Viel a définies (p. 101 : traditions 1 à 4).

591 – La tradition monochrome polie lustrée ne se maintient dans le complexe Lilillá qu’au travers des groupes Santizo et Noguta qui persistent (Orfeo, Nogaro, Roqueno). Le seul groupe lustré de Lilillá est le groupe Saquim. La surface des groupes Tupal, Ticon, Canaba, Canuto n’est pas lustrée, et même les tessons Nogaro de la collection C-44 n’ont plus la qualité lustrée.

602 – La tradition de l’engobe beige persiste à travers le groupe Bedelio, le groupe Utatlan, et les types Tupal Orange-et-Beige et Zope Dichrome Négatif, toutes catégories faiblement représentées.

613 – La tradition du pigment rouge hématite (mode D2) persiste en Lilillá. Encore au Classique ancien, la céramique rouge hématite est relativement populaire dans les Hautes Terres.

624 – La tradition graphite-et-rouge persiste en Lilillá dans le type Vitanza Noir-sur-Rouge, qui est le dernier représentant du groupe Utatlan.

635 – La tradition monochrome brun-noir classique semble débuter en Lilillá avec les types Nogaro Brun et Chitac Brun-Noir Mince. Cette céramique est généralement moins polie (non lustrée) que la céramique monochrome préclassique ; les formes en sont aussi différentes.

646 – La tradition classique des formes domestiques des bassins, grands bols (apaxtes) et cornais est déjà bien présente en Lilillá dans les groupes Saman et Canaba.

657 – La tradition des décors dichrome et polychrome à motifs complexes (mode D7 dichrome) est esquissée en Noguta et débute vraiment en Lilillá avec les types Vitanza Noir-sur-Rouge, Jelic Rouge-sur-Orange (peut-être classique ancien) et Ixcanrio Orange Polychrome (importé).

668 – La tradition du décor curvilinéaire complexe incisé après engobage (partie du mode D4) est amorcée en Lilillá, mais l’incision rectilinéaire est plus fréquente.

679 – La tradition du décor combinant les cannelures, l’incision et l’application de pastilles est à peine ébauchée en Lilillá 3 (modes D5, D4 et D9).

6810 – La tradition de la peinture négative classique (Classic reslst) débute apparemment tout à fait à la fin du complexe Lilillá (complexe classique ancien provisoirement défini. ModeDIO).

6911 – La tradition du bol à rebord basal ou moulure basale, tripode ou à base annulaire (modes M12, M 15, M 18, M19) est à peine représentée dans la collection de tessons C-44 (Lilillâ 3 et complexe classique ancien).

70Le complexe Lilillá protoclassique est, par nature, bien spécifique : deux des quatre traditions préclassiques tendent à s’y épuiser, tandis que les traditions classiques y sont seulement amorcées pour la plupart. On ne traite évidemment pas comme traditions des modes comme les nombreux modelages des bords, le support mammiforme, la forme du plat et le décor usulutan, qui sont des marqueurs de T’horizon” protoclassique, modes auxquels on peut d’ailleurs ajouter la céramique orange mate des groupes Tupal et Ticon, ainsi que le décor dichrome complexe et la peinture sur stuc, bien que ces deux derniers se développent aussi au Classique ancien.

71La spécificité du complexe Lilillá témoigne de la remarquable créativité des artisans de La Lagunita au Protoclassique, ou bien de leur réceptivité à des influences étrangères vigoureuses.

Notes de fin

1 Voir la discussion des courbes de Nogaro Noir et du groupe Roqueno dans cet exposé pp. 126, 132.

2 et aussi à une modification du classement des tessons Orfeo Orange et Roqueno Rouge, voir p. 132.

3 Voir la pâte du groupe Nogaro et les différentes cuissons du groupe Tupal. Le même phénomène a été noté à Barton Ramie concernant le groupe Aguacate du complexe Floral Park (Willey ef al. 1965 : 349).

4 Ce mode est probablement présent dans les couches Noguta de la str. A-6, mais il est rare.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search