Version classiqueVersion mobile

Le Protoclassique à La Lagunita

 | 
Alain Ichon
, 
Marie Charlotte Arnauld

2ème Partie. La céramique de la structure A-7 de la Lagunita

Chapitre II. L’analyse modale

Marie Charlotte Arnauld

Texte intégral

1On ne répètera pas ici les objectifs et les procédures de l’analyse modale puisqu’ils on été exposés par Viel (p. 15). La majorité des modes morphologiques et décoratifs qu’il a étudiés (pp. 56-62) ont été repris et tabulés en séquence modale (tableaux 13, 14 et 16). On y ajoute 13 modes, qui ont été sélectionnés pour leur pertinence chronologique dans la mesure où ils complètent la définition du complexe Lilillá ébauchée par Viel.

2Les modes trop spécifiques des groupes Rabolio et Pampar d’encensoirs n’ont pas été traités.

Modes morphologiques

3Un seul des modes définis par Viel n’a pas été analysé en détail, la jarre à col ouvert éversé (mode M2) parce qu’il ne semble pas aussi signifiant que l’indique Viel ; la distribution générale en est cependant donnée (voir ci-après). Parmi les formes générales, les nouveaux modes établis isolent le bol cylindrique et le récipient miniature (M16, M17). On n’a pas retenu la forme du grand bol ou bassin, bien qu’elle soit représentée essentiellement dans le complexe Lilillá, parce qu’elle constitue un critère de définition des groupes Saman et Canaba. Deux autres formes caractéristiques du complexe Lilillá, et assez bien distribuées dans divers groupes et types, n’ont pas non plus été isolées parce qu’elles sont peu représentées : les bols fermés à bord redressé à la verticale, et les bols en calotte.

4Deux profils de bord s’ajoutent à ceux retenus par Viel, le bord rainuré et le bord déprimé à l’intérieur (M13, M14) ; avec les modes M3, M4, M6, M9 et M10 analysés par Viel, ce sont donc sept différents modelages de bord qui ont été isolés, principalement pour les complexes Noguta 2 et Lilillá ; et ces modes n’épuisent pourtant pas la remarquable diversité des épaississements, inflexions et décors rainurés que l’on a décrits dans les groupes de Lilillá. Par ailleurs, outre le support mammiforme (M11 de Viel), le support conique ou tronconique plein (M15) constitue un mode pertinent ; les supports creux de cette forme sont plus rares (ils sont postérieurs), et de même les supports en bouton ou nubbin (ils sont antérieurs à Lilillâ). On retient enfin la moulure basale (M 18) qui est plus étroite que le rebord basal (M-12 de Viel), et la base annulaire (M 19).

5MI – Bol globulaire fermé à bord rentrant direct et à ouverture étroite (Viel p. 95).

6Complexe Santizo. Forme quasiment absente dans les couches analysées.

7M2 – Jarre à col court éversé (Viel p. 95).

8Complexes Noguta et Lilillá (groupes Rapallo, Corinthian Daub, Cardumen, Jocote et Ticon). La distribution de cette forme dans les couches C-43 et C-44 indique sa persistance jusqu’en Lilillâ 3 ; elle est plus récente cependant que lajarre à col moyen-haut de bord éversé.

9M3 – Bord d’écuelle ou de bol éversé à l’horizontale : rebord large (plus de 2 cm) (Viel p. 96).

10Complexes Santizo, Noguta et Lilillâ (Orfeo Orange à Rainures, Tupal Orange-Rouge Incisé, Nogaro Noir Incisé, Nogaro Brun Incisé, Verbena Ivoire : Usulutan). Ce mode a dans notre séquence une distribution assez générale mais plus irrégulière que dans la séquence modale de la str. A-6 (Tableaux 8 et 9).

11M4-Bord d’écuelle ou de bol éversé à l’horizontale : rebord étroit (moins de 2 cm) (Viel p. 96).

12Complexes Noguta 2 et Lilillâ 1 (Orfeo Orange simple, Tupal Orange-Rouge simple, Nogaro Noir simple, Roqueño Rouge Incisé, Saquim Brun Lustré).

13M5 – Ressaut ou moulure à facettes (Viel p. 96).

14Mode marginal des complexes Noguta 2 et Lilillâ 1 (Deldongo Rouge).

15M6 – Moulure ou rebord sous-labial ou médian (Viel p. 96).

16Complexes Noguta 2 et Lilillá (groupes Trovador, Orfeo, Bedelio, Tupal, Nogaro et Saquim). Dans nos collections il s’agit très généralement de moulures (voir en description la position chronologique des variétés B des types Nogaro simples).

17M7 – Plats (Viel p. 96)

18Complexes Noguta et Lilillá (groupes Orfeo et Tupal, type Ixcanrio Orange Polychrome).

19M8 – Ressaut basal (Viel p. 96)

20Complexes Noguta 2 et Lilillá (groupes Bedelio, Orfeo, Nogaro, Deldongo, Roqueno, Tupal, Saquim et Canuto ; type Vitanza Noir-sur-Rouge). La définition est un peu différente de celle de Viel puisqu’il s’agit toujours d’un ressaut, et non pas d’une moulure ; de plus, les ressauts véritablement angulaires sont plus rares que les ressauts plus ou moins arrondis. On assimile aussi à ce mode quelques ressauts du type Bedelio Rouge-sur-Beige, dont la position paraît plus médiane que basale.

21M9 – Bord épaissi en bourrelet triangulaire extérieur (Viel p. 97)

  • 1 Rands et Smith 1965 : fig. 9f.

22Complexes Noguta 2 et Lilillá (groupes Bedelio, Nogaro, Tupal, Ticon et Saquim). Selon Pring, c’est aussi un mode caractéristique du Protoclassique dans les Basses Terres (1977 : Table 1). Pour les Hautes Terres, Rands et Smith illustrent un bol noir incisé de Salcajâ qui porte ce mode1.

23M10 – Moulure labiale rabattue en crochet vers l’extérieur (Viel p. 97, fig. 59b, d)

  • 2 Pring 1977 : Table 1.

24Complexe Lilillá (groupes Orfeo, Nogaro et Ticon). Selon Pring, c’est bien un mode caractéristique du Protoclassique dans les Basses Terres2.

25M11 – Support mammiforme (Viel, p. 97).

26Complexe Lilillá (groupes Orfeo, Nogaro, Tupal ; type Ixcanrio Orange Polychrome).

  • 3 Sharer 1978 : 98, 100, 110, 126.

27A Chalchuapa ce mode apparaît surtout en Late Caynac, et se développe en Vec3.

28M12 – Rebord basal (Viel p. 97)

  • 4 Pring 1977 : 147.
  • 5 Rands et Smith 1965 : 127.

29Un seul exemplaire a été trouvé en couche C-44, de Lilillá 3 ou du complexe classique ancien (groupe Chitac) ; ce mode est présent dans la collection C-44, sur un seul bol à base annulaire Ixcanrio (ou Actuncan) Orange Polychrome et sur le bol tripode à supports slab B.3/5, (fig. 79a). Le rebord basal (à distinguer du ressaut ou de la moulure angulaires) est en fait plus diagnostique du Classique ancien que du Protoclassique dans les Basses Terres4. A Kaminaljuyu, il est associé à des bols tétrapodes en phase Aurora5.

30M13 – Rainure circonférentielle simple ou double sur la lèvre ou le bord intérieur.

31Complexes Noguta et Lilillâ 1 (groupes Orfeo, Nogaro, Roqueno, Tupal ; type Sacluc Noir-sur-Orange). Ce mode relève plus de la forme que de la décoration (voir Viel p. 62, type Orfeo Orange simple). Il préfigure peut-être celui du bord déprimé. Viel ne l’ayant pas tabulé, on n’en connaît pas sa distribution dans les couches de la str. A-6.

  • 6 Coe 1961 : 76, fig. 32, 36s ; Baudez et Becquelin 1973 : 111 ; Sharer 1978 : 99, mode B 40 ; voir a (...)

32Dans les Hautes Terres, ce mode est daté du Préclassique récent et du Protoclassique6.

33M14 – Bord déprimé sur la face interne.

34Complexe Lilillá (principalement groupe Canuto, mais aussi groupes Orfeo, Nogaro, Tupal, Canaba, Saman, Saquim et Mocbal).

35Viel date ce mode du Protoclassique et du Classique ancien (p. 96). Ichon le date du Classique ancien au Quiché et en Baja Verapaz (s.d. : 8).

36M15 – Support conique ou tronconique plein.

37Complexe Lilillá (groupes Nogaro, Tupal, Canuto, Mocbal ; type Choton Orange-sur-Gris). Certains supports sont à épaulement. Cette forme existe sur les récipients tripodes et tétrapodes.

  • 7 Shook et Kidder 1952 : fig. 42, Wetherington 1978 : fig. 15 ; Sharer 1978 : 98-99.

38A Kaminaljuyu et à Chalchuapa, ces supports existent dès le Préclassique récent ; ils sont souvent associés au décor usulutan7.

39M16 – Bol cylindrique.

40Complexe Lilillá, surtout dans son aspect tardif (principalement groupes Nogaro et Chitac). Aucun cylindre n’est tripode.

41Un bol cylindrique Orfeo Orange à Rainures (1984 : fig. 16a) provient de la sépulture 2 de la str. A-7, datée Noguta 2. D’autre part, des cylindres tripodes existent dans les collections C-44 et C-48 de poteries complètes.

  • 8 Shook et Kidder 1952 : 119-120.
  • 9 Wauchope 1975 : charte 1 et p. 95 ; Rands et Smith 1965 : fig. 4 et pp. 123, 127 ; voir aussi des c (...)

42Les bols cylindriques engobés noirs ou brun-noir, décorés de moulures et d’incisions ou de rainures, et parfois munis de supports mammiformes, sont présents dès le Préclassique récent à Kaminaljuyu8, mais seulement au Protoclassique à Zacualpa et à Salcajâ9.

43M 17 – Récipient miniature

44Complexe Lilillâ, aspect tardif (principalement groupe Nogaro). Il existe cependant une forme miniature grossière du type Nogaro Noir dans la sépulture 2 de la str. A-7, datée Noguta 2.

  • 10 Shook et Kidder 1952 : 119-120.
  • 11 Kidder, Jennings et Shook 1946 : 204-205.

45Les récipients miniatures sont très rares dans les deux tombes Miraflores de Kaminaljuyu fouillées par Shook et Kidder10. Ce type de forme semble pourtant assez répandu dans au moins sept wares du Préclassique et du Classique ancien définis par Wetherington (1978). Il y a par contre plusieurs miniatures en phase Esperanza11.

46M18 – Moulure basale

47Complexe Lilillá 3 (groupes Nogaro et Roqueño ; type Zope Dichrome Négatif). C’est un mode rare si on s’en tient à une définition stricte de la moulure (sa face supérieure fait un angle avec la paroi, sa face inférieure avec le fond). La moulure basale est un mode caractéristique du Classique ancien et récent dans les Hautes Terres.

48M 1 9 – Base annulaire

49Complexe Lilillâ 3 (Ixcanrio Orange Polychrome, 4 ex.).

  • 12 Sharer 1978 : 127 ; Wauchope 1975 : charte 1 ; Willey et al 1965 : 349 ; Pring 1977 : Table 1.

50C’est un mode strictement classique ancien à Chalchuapa et à Zacualpa, mais il apparaît au Protoclassique dans les Basses Terres12.

Modes décoratifs

51Viel a analysé la distribution de quatre modes décoratifs D1 à D4 (p. 97) dont seul l’engobe beige, crème ou blanc (mode D1) n’a pas été repris car il n’apporte rien à la définition du complexe Lilillá vis-à-vis des complexes préclassiques : on le trouve dans les groupes Bedelio et dans le type Tupal Orange-et-Beige principalement.

52On ajoute aux modes de Viel les cannelures (D5), le décor usulutan (D6), la dichromie positive de motifs complexes (D7), la peinture sur stuc (D8), les boutons ou protubérances (D9) et la dichromie négative (non usulutan, D10). On a renoncé à analyser des modes dont la distribution reproduit celle de variétés, comme la ponctuation (Chiclo Orange-Brun : variété B, Noguta 2 ; Ticon Orange : variété A, Lilillâ), les cordons dentés (Chiclo Orange-Brun : variété A, Noguta 2 ; Orico Brun, Noguta 1 ; et Ticon Orange : variété A, Lilillâ), l’engobe en bandes sur surface naturelle (Arenal Mat : variété A et Ticon Orange : variété B, tous complexes). Il aurait peut-être été utile d’isoler le décor de rainures larges de plus de 2 mm puisque les comparaisons avec des poteries des collections C-44 et C-48 semblent indiquer que c’est le décor rainuré prépondérant en Lilillá 3 et postérieurement ; mais il est difficile à distinguer des cannelures.

53D2 – Rouge hématite (Viel p. 97)

54Mode présent dans tous les complexes, mais il s’affaiblit en Lilillâ 2-3 (groupes Stendal, Rapallo, Utatlan, Deldongo).

55D3 – Graphite (Viel p. 98)

56Tous complexes, mais le mode s’affaiblit en Lilillá (groupes Stendal et Utatlan).

57D4 – Incisions après engobage sur une surface monochrome polie (Viel p. 98)

58Complexes Noguta et Lilillá, avec la popularité la plus forte en Noguta 2 et Lilillâ 1 (Orfeo Orange Incisé, Nogaro Noir Incisé, Nogaro Brun Incisé, Tupal Orange-Rouge Incisé, une des variétés de ces types seulement).

  • 13 Shook et Kidder 1952 : fig. 45f.
  • 14 Sharer 1978 : 99, mode B 48, complexes Caynac, Vec et Xocco.
  • 15 Wauchope 1975 : charte 1.
  • 16 Ichon et Grignon 1981 : fig. 81c, 83b, 84a.

59D5 – Cannelures sur les parois de bols ou de plats. Complexes Noguta et Lilillá, surtout dans les aspects 2 et 3 de Lilillá (groupes Bedelio, Nogaro, Roqueno, Tupal). Les cannelures sur la panse de jarres existent tant dans le groupe Cardumen (Noguta) que dans le groupe Ticon (Lilillâ). Le décor cannelé, souvent appeléfluting en anglais, n’est pas toujours bien illustré, ce qui n’aide pas à le différencier des rainures parallèles. Il semble bien être associé au décor usulutan dès la phase Miraflores à Kaminaljuyu13. A Chalchuapa il n’apparaît qu’au Protoclassique et se développe au Classique ancien14. C’est aussi un mode du complexe Balam 1 de Zacualpa15. A El Jocote, plusieurs poteries préclassiques récentes sont cannelées16.

60D6 – Décor usulutan

61Ce mode est peut-être présent dans les couches A-6- VI et A-6-VII du complexe Santizo (voir Viel p. 64, Orfeo Orange Usulutan) mais sa distribution n’est continue que dans les couches assignées aux aspects 2 et 3 de Lilillá. Il est aussi présent sporadiquement dans quelques couches Noguta et Lilillá (Orfeo Orange Usulutan, Ticon Orange : variété C, Verbena Ivoire : Usulutan, Sacluc Noir-sur-Orange, et un tesson assimilé au type Ixcanrio Orange Polychrome).

  • 17 Sharer 1978 : 118.
  • 18 Rands et Smith 1965 : 121.

62Le décor usulutan n’est pas aussi populaire à La Lagunita qu’à Kaminaljuyu et à Chalchuapa. Au Salvador, il s’agit d’une tradition qui remonte au Préclassique moyen (usulutan crème, groupe Puxtla)17, et persiste au Préclassique récent et au Protoclassique (usulutan orange, groupe Izalco). Dans les Hautes Terres du Guatemala (hors de Kaminaljuyu), il semble surtout représenté dans la zone du lac Atitlan, en association avec une céramique orange rainurée18. Ce décor n’ajamais atteint une réelle popularité dans le Quiché, les Hautes Terres du nord et la Verapaz.

63D7 – Peinture positive dichrome de motifs complexes sur surface engobée

64Complexe Lilillá, surtout dans ses aspects 2 et 3 (Trovador Rouge-sur-Blanc, Vitanza Noir-sur-Rouge : variété B, Ticon Orange : variété A [2 ex.], Jelic Rouge-sur Orange, Choton Orange-sur-Gris). Viel n’a pas isolé ce mode, qui dans la str. A-6, n’est représenté que par de rares tessons Vitanza Noir-sur-Rouge et Trovador Rouge-sur-Blanc (pp. 79 et 66).

  • 19 Sharer 1978 : 45 ; Alcina Franch 1980 ; Adams s.d.

65Les débuts de ce décor, appelé à se développer au Classique, sont marqués par l’apparition du type Cutuco Rouge-sur-Crème : variété Cutuco des complexes Late Caynac et Vec de Chalchuapa, du groupe Jelic au Protoclassique à Zacualpa et à Salcajâ, et des types Sinmal Rouge-sur-Crème et Sinmal Rouge-sur-Rose du complexe Tuban dans la région de Cotzal19.

66D8 – Peinture sur stucage

  • 20 Shook et Kidder 1952 : 103-106.

67Complexe Lilillâ 2-3 (principalement Nogaro Noir). Les plus anciennes poteries stuquées sont probablement celles de la phase Miraflores de Kaminaljuyu, dont une est à décor usulutan20.

  • 21 Sharer 1978 : 126 ; Early Caynac ; Willey et al 1965 : 349.

68A Chalchuapa et dans les Basses Terres, le décor stuqué ne commence qu’au Protoclassique21. Mais il se développe surtout au Classique ancien, tant à Kaminaljuyu et à Zaculeu que dans les Basses Terres, fréquemment en association avec la céramique noire et brun-noir.

69D9 – Protubérances ou boutons (appliqués ou modelés)

70Complexe Lilillâ 2-3 (groupes Nogaro, Tupal, Canuto). Dans la collection de la str. A-6, ce décor ne semble exister que sur les rebords labiaux larges (M3). Dans nos collections, cette association n’existe pas et la plupart des boutons sont appliqués ou modelés à la lèvre de bords simples ou de moulures. D10 – Dichromie négative (Classic resist)

  • 22 voir Woodbury et Trik 1953 : 197 ; Rands et Smith 1965 : 127.

71Ce mode, qui reproduit en fait la distribution du type Zope Dichrome Négatif en C-44 (Lilillâ 3), a été cependant retenu car il est nettement diagnostique du Classique ancien (et aussi récent) dans les Hautes Terres du nord22.

72En conclusion de cette analyse modale, il faut souligner le fait que, de tous les modes exclusifs ou quasiment exclusifs de l’aspect 3 tardif du complexe Lilillâ (M16, M17, M18, M19, D8, D9 et D10) -modes tous importants au Classique ancien –, seuls les modes de la moulure basale, de la base annulaire et de la dichromie négative n’existent pas dans les complexes préclassiques récents et/ou protoclassiques des Hautes Terres (modes M18, M19 et D10). Or ce sont tous trois des modes rares dans la collection de tessons C-44. Les autres modes débutent avant le Classique ancien, principalement à Chalchuapa, à Kaminaljuyu et dans les Basses Terres, et il n’est pas anormal qu’ils n’apparaissent à La Lagunita qu’à la fin du Protoclassique dans l’aspect 3 de Lilillá. Seuls trois modes faiblement représentés indiquent que cet aspect amorce la période classique.

Notes

1 Rands et Smith 1965 : fig. 9f.

2 Pring 1977 : Table 1.

3 Sharer 1978 : 98, 100, 110, 126.

4 Pring 1977 : 147.

5 Rands et Smith 1965 : 127.

6 Coe 1961 : 76, fig. 32, 36s ; Baudez et Becquelin 1973 : 111 ; Sharer 1978 : 99, mode B 40 ; voir aussi Shook et Kidder 1952 : fig. 18a, 19aj, 27m, 34.

7 Shook et Kidder 1952 : fig. 42, Wetherington 1978 : fig. 15 ; Sharer 1978 : 98-99.

8 Shook et Kidder 1952 : 119-120.

9 Wauchope 1975 : charte 1 et p. 95 ; Rands et Smith 1965 : fig. 4 et pp. 123, 127 ; voir aussi des cylindres préclassiques à El Jocote, Ichon et Grignon 1981 : fig. 81ab, 82b.

10 Shook et Kidder 1952 : 119-120.

11 Kidder, Jennings et Shook 1946 : 204-205.

12 Sharer 1978 : 127 ; Wauchope 1975 : charte 1 ; Willey et al 1965 : 349 ; Pring 1977 : Table 1.

13 Shook et Kidder 1952 : fig. 45f.

14 Sharer 1978 : 99, mode B 48, complexes Caynac, Vec et Xocco.

15 Wauchope 1975 : charte 1.

16 Ichon et Grignon 1981 : fig. 81c, 83b, 84a.

17 Sharer 1978 : 118.

18 Rands et Smith 1965 : 121.

19 Sharer 1978 : 45 ; Alcina Franch 1980 ; Adams s.d.

20 Shook et Kidder 1952 : 103-106.

21 Sharer 1978 : 126 ; Early Caynac ; Willey et al 1965 : 349.

22 voir Woodbury et Trik 1953 : 197 ; Rands et Smith 1965 : 127.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search