Version classiqueVersion mobile

Le Protoclassique à La Lagunita

 | 
Alain Ichon
, 
Marie Charlotte Arnauld

2ème Partie. La céramique de la structure A-7 de la Lagunita

Chapitre I. Description Typologique

Marie Charlotte Arnauld

Texte intégral

Remarques concernant la typologie (Tableau 8)

1Conformément à la version du système Type-Variété utilisée par Viel, nous avons établi des groupes céramiques, à l’intérieur desquels les types sont distingués sur la base de critères relevant de la décoration. Certains types comportent de plus des variétés, isolées en général sur la base d’un seul mode décoratif, ou parfois morphologique, jugé pertinent au plan chronologique. Groupes, types et variétés sont nommés suivant les principes utilisés par Viel.

2Nous n’avons cependant pas appliqué strictement cette version du système Type-Variété à quelques catégories statistiquement faibles, quasiment exclusives de la collection C-44, dont la plupart représentent les débuts de types généralement connus dans les Hautes Terres au Classique ancien. Pour ces catégories, on se borne à reprendre la dénomination du type déjà nommé dans d’autres analyses, voire celle du groupe ou du ware s’il a été établi, ou bien à nommer le type plutôt que le groupe, en considérant qu’un échantillonnage plus vaste que le nôtre permettrait d’établir le groupe ; dans ce cas, la nomenclature groupe-type-variété reste incomplète et ouverte ; la classification des poteries complètes devrait en principe permettre de la compléter, du moins pour certaines catégories.

3Pour la partie la plus ancienne du matériel de l’opération C-43, l’analyse consistait à appliquer la typologie de Viel. On disposait pour cela de la description typologique rédigée de la céramique de la str. A-6, et des échantillons typologiques constitués par Viel. Il n’est pas inutile de préciser que la classification selon les catégories de Viel a été dans la pratique relativement aisée, et n’a pas posé de problèmes. Des exceptions concernent cependant trois groupes :

  • groupes Quiludi et Orico : ils sont très faiblement représentés dans les collections traitées, ce qui ne facilite pas l’appréciation des critères de définition, en eux-mêmes peu “spectaculaires” ; l’échantillonnage de référence laissé par Viel est de plus limité à trois ou quatre tessons ; la formation de ces deux groupes est donc sujette à caution dans cette analyse ;

  • groupe Roqueño : nous avons volontairement classé les tessons Roqueho en modifiant le critère de la couleur rouge défini par Viel. En effet, les groupes Roqueho et Orfeo sont difficiles à distinguer (Viel p. 65), la couleur du premier étant à peine plus rouge que celle du second. Or dans nos collections, la difficulté augmentait avec l’apparition du groupe Tupal (complexe Lilillâ), lui-même à peine plus rouge qu’Orfeo. On a donc décidé de classer dans le groupe Orfeo les tessons oranges, dans le groupe Tupal les tessons orange-rouge, et dans le groupe Roqueho les tessons vraiment rouges (nuance Munsell 7.5R 4/8 ; la couleur n’est cependant pas le seul critère distinguant le groupe Tupal des groupes Orfeo et Roqueho). Ce faisant on “chargeait” indéniablement le groupe Orfeo aux dépens du groupe Roqueño, mais la formation du groupe Tupal, caractéristique du complexe Lilillá, en était facilitée.

Remarques concernant les conventions de présentation

4Les groupes et types céramiques sont présentés dans leur ordre chronologique approximatif, et décrits selon le système de rubriques utilisé par Viel. Pour les groupes définis et décrits par ce dernier, on répète textuellement les critères de définition de chaque groupe, type et variété, et on reprend le même code pour les variétés et les formes ; les variétés absentes dans nos collections sont mentionnées telles ; les formes absentes ne sont pas mentionnées ; les formes présentes dans nos collections et absentes dans celles de Viel sont codées à la suite de celles de Viel (lettres majuscules, ordre alphabétique) ; il en est de même des nouvelles variétés. Pour les groupes que nous établissons, le code des formes ne vaut qu’à l’intérieur d’un même groupe.

5La terminologie de description des formes employées par Viel est ici reprise (nous employons comme Viel les termes “bord direct” au sens de “bord non infléchi”). On y apporte deux modifications mineures :

  • dans les dimensions, le diamètre est presque toujours celui de l’ouverture (lèvre comprise) et ce point n’est pas spécifié ; s’il s’agit du diamètre d’une autre partie du récipient, cette dernière est alors spécifiée ;

  • les ressauts étant très généralement en saillie par rapport à la partie supérieure de la paroi, ce point n’est pas spécifié.

6Pour chaque groupe (ou type si le groupe n’est pas établi), la rubrique comparative comporte les sections suivantes :

  1. Comparaisons avec d’autres groupes de La Lagunita.

  2. Comparaisons avec des poteries des collections C-43, C-44 et C-48 de La Lagunita (si nécessaires).

  3. Comparaisons inter-régionales : Hautes Terres mayas.

  4. Comparaisons inter-régionales : Basses Terres mayas.

7Enfin, il est bon de préciser que les pâtes et certains détails de décoration ont été examinés à la loupe binoculaire. Les couleurs sont décrites suivant le code Munsell (édition 1973).

Groupe céramique Quiludi

8Type Quiludi Gris-Brun (Viel p. 57)

9Illustrations : non illustré.

10Echantillonnage : 2 tessons (C-43 : 1 ; E-101-b ; 1)

11Non inclus en sériation.

12Critères – “Pâte fine. Surface gris-brun micacée.

13Parois fines”.

14Formes – Deux parois de 0,3 cm d’épaisseur.

15Distribution stratigraphique et position chronologique – Le type Quiludi Gris-Brun est quasiment exclusif du complexe Santizo (Viel p. 100). Sa présence en couche C-43-9 (Noguta 1) et en couche E-III (Lilillâ 1) est due à des phénomènes de re-déposition dans les remblais.

16Comparaisons – Voir Viel p. 57.

17Remarque : le classement de ces deux tessons en Quiludi Gris-Brun est sujet à caution (voir supra).

Fig. 52 – Le groupe céramique Bedelio.

Groupe céramique Bedelio

18Types Bedelio Rouge-sur-Beige et Foscopi Rouge.

19Illustrations : fig. 52 (Viel fig. 37 et 38).

20Echantillonnage : 55 tessons (C43 : 37 ; C-44 : 7 ; E-101-b : 11)

21Inclus en sériation : 49 tessons.

22Type Bedelio Rouge-sur-Beige (fig. 52) (Viel p. 57).

23Echantillonnage : 42 tessons (C-43 : 25 ; C-44 : 6 ; E-101-b : 11)

24Inclus en sériation : 36 tessons.

25Critères : – “Engobe beige, visible surtout à l’intérieur. Peinture rouge sur la lèvre et souvent sur la partie supérieure du bord extérieur”.

26Pâte – Equivalente à celle décrite par Viel, à ceci près qu’elle paraît moyenne plutôt que fine, avec des inclusions de quartz de 0,5-1 mm. La pâte de Bedelio Rouge-sur-Beige : variété E est plus compacte et homogène encore que celle des autres variétés, d’aspect vitreux, avec une forte densité d’inclusions.

27Formes (Viel p. 58 : formes A à E)

28A/ Ecuelle à base plate de parois divergentes rectilignes ou légèrement convexes (25 ex.). Diamètre : 16-24 cm, 24-30 cm ; épaisseur des parois : 0,6-0,8 cm, et pour 7 ex., 1 à 1,2 cm. Le bord est :

  1. direct, de lèvre arrondie ou convexe. Un bord porte un ressaut latéral arrondi (fig. 52a). Trois bords sont fortement épaissis à l’extérieur en bourrelet arrondi.

  2. relevé vers la verticale ; un bord présente une dépression de la paroi extérieure.

29B/ Bol fermé globulaire à ouverture large (1 ex.).

30C/ Bol fermé à parois convexes divergentes, bord infléchi vers l’intérieur, lèvre aplatie (3 ex.).

31F/ Bol en calotte de bord direct (9 ex.). Diamètre : 12 cm-20 cm ; épaisseur des parois : 0,5-0,8 cm. Le bord est épaissi à l’extérieur, puis aminci vers le haut, avec une lèvre amincie, ou il est épaissi en bourrelet triangulaire extérieur peu marqué, avec une lèvre arrondie.

321 – Quatre bords portent un ressaut en retrait ou en saillie à 2 cm sous la lèvre à l’extérieur (fig. 52b).

332 – Trois bords présentent une moulure latérale saillante aiguë de 0,8 cm (fig. 52c).

34Décoration

35I/ Peinture rouge (Viel p. 58 : variétés A à D)

36Variété A (13 ex.) : sur la lèvre et parfois sur le bord extérieur.

37Variété B (10 ex.) : sur la lèvre seulement.

38Variété C (7 ex.) : sur la lèvre et sur la paroi extérieure.

39Variété E (11 ex.) : peinture orange (2.5 YR 4/8), polie et brillante, sur la lèvre et le bord extérieur d’un fragment de forme C et des 9 fragments de forme F ; sur les tessons de formes Fl et F2, la moulure ou le ressaut limitent la zone peinte.

40II/ Incisions – Deux tessons de formes A et B présentent une rainure circonférentielle sur le bord extérieur, large de 2 mm. Le tesson A est de plus décoré de cannelures digitales obliques peu marquées (Viel p. 58 : forme D, 1 ex. cannelé).

41Type Foscopi rouge (Viel p. 58)

42Illustrations : non illustré (Viel, fig. 38)

43Echantillonnage : 13 tessons (C-43 : 12 ; C-44 : 1)

44Inclus en sériation : 13 tessons.

45Critères – ‘‘Surface rouge polie. Pâte orange clair semblable à celle de Bedelio”.

46Formes (Viel p. 58 : formes Al, A2, B).

47A1/ Cols de Jarres concaves parallèles ou faiblement divergents, bord direct, lèvre arrondie épaissie en bourrelet à l’extérieur (5 ex.). Diamètre : 14 cm, 18 cm, 20 cm.

48A2/ Bords de parois concaves parallèles ou faiblement divergentes, de lèvre arrondie ou aplatie. Diamètre : 14 cm, 30 cm, 32 cm ; hauteur du col : 3 cm (1 ex.). Certains de ces bords appartiennent à des récipients ouverts plutôt qu’à des Jarres.

49B/ Deux tessons de panse de jarre classés en raison du fait qu’ils sont décorés.

50Décoration – Un col et une paroi de panse décorés d’un cordon appliqué horizontal grossièrement ponctué.

51– Un fragment de panse de jarre carénée portant sur la partie supérieure des cannelures verticales peu marquées, écrasées par les traces de polissage (de la couche C-43-5).

52Distribution stratigraphique et position chronologique – La sériation typologique confirme les positions chronologiques de Bedelio Rouge-sur-Beige : variétés A B, C (Viel p. 58) : la variété A date de Santizo, et se maintient en Noguta et Lilillá ; la variété B date de Noguta 1, et disparaît en Lilillâ 1 ; la variété C débute en Santizo mais atteint son maximum en Noguta 1 pour disparaître progressivement en Lilillá. De la variété D, un seul tesson provient de la couche C-43-4 (Lilillá 1). Enfin la variété E débute en Noguta et atteint son maximum en Lilillá 2 (couche E-1).

53Le type Foscopi Rouge connaît son maximum en couche VIII de la str. A-6 et Viel le date du complexe Santizo. Mais en structure A-7, il atteint son maximum en couche C-43-10 (début de Noguta 1), et il disparaît en Lilillâ 1.

54Du groupe Bedelio ne persiste dans le complexe Lilillá que le type Bedelio Rouge-sur-Beige : variétés A et E.

55Comparaisons – (Viel p. 59). 1 – A La Lagunita, le type Tupal Orange-et-Beige, qui n’est distribué que dans la couche C-44 (Lilillâ 3), est certainement dérivé de Bedelio Rouge-sur-Beige : variété E. La comparaison avec le ware Otoño de Los Encuentros (Hatch 1982 : 99) notée par Viel, s’applique bien à cette variété E et au type Tupal Orange-et-Beige.

  • 1 Sharer 1978 : 31-32.

563 – A Chalchuapa. le groupe Nohualco des complexes Chul et Caynac comprend un type de jarres rouges polies (Nohualco Red)1 et un type de bols peints en rouge sur beige (Tecana Red-on-Cream). Ils sont assez comparables aux types Foscopi Rouge et Bedelio Rouge-sur-Beige.

  • 2 Arnauld 1984 :

57En Alta Verapaz, des tessons classés dans le type Anona Rouge Spéculalre, du site de Sulín, sont comparables à Bedelio Rouge-sur-Beige : variété C. Ils sont datés du Préclassique Ancien-Moyen2.

58Le groupe Guaymango existe aussi dans la vallée de Salamâ (Sedat et Sharer s.p.) : de ce groupe, le type Pasubir Red-on-Buff : variété Pasubir est le plus comparable au Corinthian Daub, auquel renvoient aussi les groupes Chicaja et Cachil de la même région. Ces trois groupes de Salamá apparaissent au Préclassique moyen ou moyen-récent, mais seul le groupe Cachil persiste jusque durant la période protoclassique (complexe Quej, Préclassique final).

Groupe céramique Corinthian Daub

59Type Arenal Mat (équivalant au groupe défini par Viel p. 60, qui n’a pas nommé de type).

60Illustrations : non illustré.

61Echantillonnage : 16 tessons (C-43 : 9 ; C-44 : 3 ; E-101-b : 4)

62Inclus en sériation : 14 tessons.

63Critères – “Peinture rouge pourpre sur une surface généralement non engobée et simplement lissée”.

64Surface : deux tessons sont probablement engobés beige sous la peinture.

65Formes – (Viel p. 60 : formes A à D)

66A/ Jarres à col court éversé, équivalent au bord, de lèvre arrondie (1 ex.).

67B/ Un bord de forme A porte une anse de section elliptique attachée à la lèvre, large de 3,3 cm.

68E/ Elément de forme : un fragment d’anse de section presque circulaire, attachée sous la lèvre, large de 2,5 cm.

69F/ Fragments de panses de jarres peintes en zones.

70Décoration – (Viel n’a pas défini de variétés)

71Variété A (14 ex.) : peinture rouge pourpre mate en bandes horizontales sur le col intérieur.la lèvre et le bord extérieur (forme A), et en bandes parallèles sans doute obliques, larges de 1 à 4 cm et plus, sur la panse. Les anses sont entièrement peintes.

72Variété B (2 ex.) : lignes incisées en séries parallèles ou rayonnantes sur la peinture pourpre de la panse. L’incision est superficielle, post-engobe.

73Distribution stratigraphique et position chronologique – Le groupe Corinthian Daub est faiblement et irrégulièrement représenté tout au long de la séquence, avec un maximum en couche C-43-6. Il est de même omniprésent dans la séquence de la str. A-6 (Viel p. 60), avec un maximum en couche VIII. Il date donc du complexe Santizo, mais il persiste certainement dans les complexes Noguta et Lllillá.

  • 3 Ichon et Grignon 1981 : fig. 79.
  • 4 Arnauld 1984 : fig. 128.
  • 5 Wetherington 1978 : 74.
  • 6 Ichon.s.d. : 5.
  • 7 Sharer 1978 : 27. fig. 13ef.

74Comparaisons – Corinthian Daub est un bon exemple de la façon parfois confuse dont on applique la nomenclature du système Type-Variété à différentes collections. M. Hatch a établi le ware Corinthian Daub à Los Encuentros ; il est connu sous ce nom dans des sites de la vallée moyenne du Rio Chixoy3. En Alta Verapaz, où il appartient au complexe Carcha protoclassique, il a été nommé Berro Rouge Sombre sur Naturel en tant que type4. Mais c’est Wetherington qui a le premier établi à Kaminaljuyu le type Arenal Mat : variété peinte pourpre, du ware Velarde Buff Paste5. Les ware, groupe et type ci-dessus mentionnés, dont le groupe de La Lagunita établi par Viel, se classent aisément dans le type de Wetherington, ce pourquoi on propose de conserver le nom “Arenal Mat”, à l’intérieur du “ware Corinthian Daub” puisque ce dernier a été étudié en détail par M. Hatch. A Kaminaljuyu, le ware Velarde Buff Paste atteint son maximum au Préclassique moyen-récent et persiste postérieurement jusqu’au Classique. On note que Ichon compare aussi le groupe ou ware Corinthian Daub au type Arenal Mat6, ainsi qu’au type Guaymango Red-on-Buff du groupe Guaymango de Chalchuapa où il est daté des complexes Kal et Chul7.

Groupe céramique Orfeo

75Types Orfeo Orange (simple), Orfeo Orange à Rainures. Orfeo Orange Incisé, Orfeo Orange Usulutan (Viel p. 60).

76Illustrations : fig. 53 (Viel, fig. 39, 40, 54 b, c).

77Echantillonnage : 180 tessons (C-43 : 93 ; C-44 : 49 ; E-101-b : 38)

78Inclus en sériation : 138 tessons.

79Critères – “Surface engobée orange, bien polie. Pâte fine à moyenne, dure, avec un coeur noir fréquent”. Pour rendre l’ensemble des critères plus discriminant vis-à-vis du groupe Tupal, nous ajoutons les critères suivants : “engobe fin, bien poli, souvent lustré, de couleur orange (2.5 YR 4/8) à orange foncé. Les taches de cuisson brunes et noires ne sont pas rares”.

80Pâte – Equivalente à celle décrite par Viel, à ceci près que les tessons de pâte fine sont beaucoup plus rares que les tessons de pâte moyenne, voire grossière ; les inclusions blanches atteignent parfois 1 mm de diamètre. De plus, la texture est granulaire, et la pâte est parfois un peu friable.

81Surface – On a noté la fréquence des taches ou marbrures sombres et claires dues à la cuisson, et sur 3 ou 4 tessons, un début de vitrification.

82Formes générales – Comme l’indique Viel’fp. 60), les récipients ouverts à fond plat ou convexe sont les plus courants, et des modes fréquents sont en effet le bord éversé, le rebord labial avec rainure circonférentielle, et les ressauts basais (qui ne sont jamais à proprement parler des moulures). Des traces de supports mammiformes existent sur les plats.

Fig. 53 – Le groupe céramique Orfeo : types Orfeo Orange (simple) a-e. à rainures (f-i). usulutan (j).

83On reprend ici la subdivision du groupe Orfeo en types et variétés établie par Viel sans faire d’ajout. Mais on n’a pas jugé utile d’isoler la variété B : “chocolat” (Viel p. 62) du type Orfeo Orange, car sa distribution dans les couches de la sériation n’est pas significative. De plus un grand fragment d’écuelle ou de plat de la couche C-43-10 est en partie orange et en partie chocolat, donc le critère de la couleur chocolat n’est sans doute pas pertinent.

84Type Orfeo orange (simple) (Viel p. 60)

85Illustrations : fig. 53 a-e (Viel, fig. 39 a-h)

86Echantillonnage : 130 tessons (C-43 : 70 ; C-44 : 33 ; E-101-b : 27)

87Inclus en sériation : 109 tessons.

88Critères – “Absence de décor. La présence d’une rainure sur le bord intérieur n’est pas considérée comme un décor”.

89Variété A : variété normale (101 ex.)

90Formes – (Viel p. 60 : formes 1 à 3).

911 / Ecuelles ou bols ouverts à fond plat ou convexe et parois latérales divergentes, de bord le plus souvent direct, parfois éversé en rebord labial large de 1 à 1,5 cm, avec une lèvre arrondie (46 ex. ; fig. 53 abc). Diamètre : 14 cm, 24-26 cm, 31 cm ; épaisseur des parois : 0,8 cm (22 ex.), 0,5 cm (12 ex.). 18 bords présentent une rainure circonférentielle sur l’intérieur. Un bord est déprimé sur sa face interne. Un autre porte un ressaut angulaire.

922/ Bol de profil sinueux : un bord provenant d’un lot de quelques tessons du niveau C-44-12, non compté ; il est rainuré sur l’intérieur, et porte sur l’extérieur ce qui semble être une bande de stuc blanche horizontale.

933/ Forme 3 absente.

944/ Bol de parois divergentes et de bord redressé à la verticale, la liaison extérieure étant angulaire (1 ex. ; fig. 53d).

955/ Parois.

96Variété B : “Chocolat”. Non isolée.

97Variété C : “Bord épais” (17 ex.). Les bords ont de 0,9 à 1,3 cm d’épaisseur.

98Formes – Bols ou plats ouverts de parois rectilignes ou concaves. Le bord est :

  • direct, parfois épaissi, de lèvre arrondie,

  • direct, de lèvre aplatie (rare),

  • direct en biseau (rare).

99Un bord de plat est rainuré à l’intérieur (fig. 53e). Un autre bord présente une perforation unipolaire de 4 mm de diamètre, située à 2 cm sous la lèvre, faite sans doute pour réparer le récipient.

100Variété D : “Plats” (12 ex.)

101Formes – Il s’agit du profil décrit par Viel (p. 62) : les parois sont très divergentes, rectilignes ou légèrement concaves, dotées d’un ressaut basal ou latéral arrondi ; le bord est direct, progressivement épaissi, avec une lèvre arrondie. Deux fragments portent la trace de ce qui semble être un support mammiforme creux attaché sur le ressaut. Diamètre : 32 cm.

102Comme le remarque Viel, la couleur tire sur le rouge (7 ex.). Un fragment est orange à l’intérieur et rougeâtre à l’extérieur.

103Remarque : du groupe Orfeo, Orfeo Orange : variété D est le composant le plus proche du type Tupal Orange-Rouge, tant par la forme que par la couleur. De plus, l’intérieur noirci que présentent deux fragments est caractéristique du type Tupal Orange-Rouge Noirci.

104Type Orfeo Orange à Rainures (Viel p. 62)

105Illustrations : fig. 53 f-i (Viel, fig. 39 i-n, 40 a-i)

106Echantillonnage : 39 tessons (C-43 : 20 ; C-44 : 10 ; E-101-b ; 9)

107Inclus en sériation : 29 tessons.

108Critères – “Rainures (à profil en U) pratiquées avant l’engobage sur les parois de la poterie. Les bords de ces rainures, d’au moins 2 mm de large, sont réguliers et assouplis”. Cependant, les rainures sont parfois moins larges (3 ex.) et mal exécutées (3 ex.).

109Variété A : “Rainures circonférentielles simples“(27 ex.)

110Formes – (Viel p. 62 : formes 1 à 4). 1/ Ecuelles ou bols ouverts, dont trois fragments sont carénés. Le bord est généralement direct, rarement épaissi, parfois en biseau, mais jamais éversé. Deux bords portent deux lignes incisées circonférentielles sur l’intérieur.

1113/ Bol ouvert de bord relevé à la verticale : 1 ex. doté d’un rebord médian ou latéral (fig. 53f).

1125/ Plats à ressaut arrondi basal (3 ex.).

113Décoration – Elle a été décrite par Viel. En outre, on note que sur deux tessons de forme 5 les rainures forment en fait de véritables cannelures horizontales sur le bord extérieur.

114Variété B : “Rainures complexes” (3 ex.)

115Forme : un bord direct de bol ouvert.

116Décoration : les motifs sont différents de ceux décrits par Viel puisque un tesson porte un treillis en panneau limité par des lignes doubles (fig. 53g), et deux autres des lignes courbes parallèles.

117Variété C : “Rebords labiaux à rainures” (9 ex.)

118Formes – Plats ou bols ouverts, de bord éversé en rebord labial (largeur : 2 à 3,5 cm). Diamètre : 22-32 cm ; épaisseur des parois : 0,8-0,9 cm. La liaison intérieure du rebord avec la paroi est généralement anguleuse.

119On a classé dans la variété C un fragment doté d’un rebord sous-labial, large de 1,3 cm.

120Décoration – La classification de Viel par motifs et par largeurs des rebords ne s’applique pas à nos tessons. Ceux-ci présentent :

  • une série de rainures circonférentielles parallèles sur des rebords de 2 cm et plus ;

  • une rainure circonférentielle au milieu, et une série d’incisions verticales du côté extérieur sur un rebord de 2,5 cm ;

  • une rainure circonférentielle du côté intérieur, une autre du côté extérieur, cette dernière étant interrompue là où le rebord est modelé (élargi) et décoré de rainures obliques ; ces rebords ont 2,5 cm de largeur (fig. 53h) ;

  • trois rainures circonférentielles toutes interrompues, dont l’intérieur se termine en crochet (fig. 53i).

121Type Orfeo Orange Incisé (Viel p. 64)

122Illustrations : non illustré (Viel, fig. 40 ik).

123Echantillonnage : 2 tessons (C-44 : 2)

124Non inclus en sériation.

125Critères – “Incisions pratiquées après l’engobage... de bords... irréguliers et anguleux. La couleur de la surface tire souvent vers le rouge”.

126Nos tessons sont plutôt orange-brun.

127Formes – Deux rebords labiaux larges de 2,5 cm, rabattus en crochet.

128Décoration : série de demi-cercles incisés sur les rebords, bordée de deux larges rainures pré-engobage circonférentielles, du côté intérieur. L’incision est irrégulière, large de 1 à 1,5 mm.

129Type Orfeo Orange Usulutan (Viel p. 64)

130Illustrations : fig. 53j (Viel, fig. 39o)

131Echantillonnage : 9 tessons (C-43 : 3 ; C-44 : 4 ; E-101- b : 2)

132Non inclus en sériation.

133Critères – “Lignes ou taches qui apparaissent en négatif (clair sur fond sombre). Elles suggèrent un décor usulutan”. Nos tessons présentent par contre un véritable décor usulutan, uniquement fait de lignes.

134Pâte : elle est fine, sans coeur noir.

135Surface – La couleur orange varie d’un tesson à l’autre. La finition est parfois moins bonne que celle du groupe Orfeo (4 ex.).

136Formes – 1 / Bols ouverts de parois divergentes ; de bord direct, parfois épaissi, avec une lèvre arrondie ou amincie. Diamètre : 28-32 cm ; épaisseur des parois : 0,4-0,8 cm.

1372/ Une paroi porte un ressaut basal arrondi (fig. 53j).

138Décoration – Elle consiste en lignes verticales parallèles :

  1. une bande et une ligne à l’extérieur (1 ex.)

  2. lignes à l’intérieur, visibles parce que non polies et mates (2 ex.)

    • 8 Smith et Kidder 1952 : 97-100.

    lignes à l’intérieur (3 ex.) ou à l’extérieur (1 ex.) qui paraissent bien avoir été produites par la technique resist8. Mais les traces de polissage semblent avoir effacé en partie les contours.

  3. lignes peintes en rouge sombre mat sur orange, à l’intérieur (1 ex.) ou à l’extérieur (1 ex.), produisant l’effet d’un décor négatif usulutan.

  4. le tesson de forme 2/, portant à l’intérieur un décor usulutan probablement resist, est stuqué à l’extérieur (couche E-II).

139Remarque – L’échantillonnage étant limité et les fragments assez petits, il est difficile d’affirmer que tous appartiennent vraiment au groupe Orfeo plutôt qu’au groupe Tupal. C’est en raison de cette incertitude qu’on a analysé le décor usulutan au niveau modal plutôt que typologique dans la construction de la séquence (voir Tableaux 15 et 17).

140Distribution stratigraphique et position chronologique (voir Viel p. 64)

141Le groupe Orfeo est présent dans toutes les couches C-43, C-44 et E-101-b qui ont été sériées. On retrouve la bimodalité de la courbe d’Orfeo Orange (simple) déjà présente dans la séquence de la str. A-6 : un premier maximum se situe en couche C-43-10, il correspond au maximum de la couche A-6-VII de Viel ; un second maximum plus marqué se situe en couche C-43-6, il correspond au maximum de la couche A-6-III de Viel. Orfeo Orange augmente à nouveau dans les couches supérieures E-V, E-III et C-43-3, mais cette fréquence anormale s’explique par le fait qu’on a classé des tessons Roqueho en Orfeo (voir supra) : les forts pourcentages d’Orfeo correspondent à des pourcentages trop faibles du groupe Roqueno.

142Du type Orfeo Orange, la variété A est la mieux distribuée ; sa courbe est bimodale. La variété C, moins distribuée, suit le même patron. La variété D – plats- n’apparaît qu’en couches supérieures (C- 43-5 et E-IV) et persiste jusqu’en couche C-44.

143Les autres variétés sont faiblement distribuées, en particulier dans les couches C-43.

144Le type Orfeo orange Incisé n’existe qu’en couche C-44. Le type Orfeo Orange Usulutan est mieux distribué puisqu’il est présent dans six des couches C-43, C-44 et E-101-b.

145En définitive, les conclusions de Viel restent valables, mais il faut les compléter. Le groupe Orfeo connaît sa popularité maximum dans le complexe Santizo, mais il accuse une forte reprise en Noguta 1, et persiste encore en Noguta 2 et en Lilillà. Orfeo Orange : variété D (plats) est effectivement caractéristique du complexe Lilillà. Orfeo Orange à Rainures suit le patron d’évolution du groupe ; il persiste en Lilillà mais ses variétés B et C disparaissent virtuellement. Orfeo Orange incisé est marginal. Orfeo Orange Usulutan apparaît caractéristique des aspects 2 et 3 de Lilillà, bien qu’il ait débuté en Santizo 2.

146Nous ne sommes pas en mesure de confirmer les placements chronologiques donnés par Viel pour les bords épais (largement distribués), les rebords labiaux de 2 cm (rares) et l’incision après engobage (marginale).

147Comparaisons – (voir Viel p. 64)

148a – A La Lagunita, le groupe Orfeo entretient des relations modales étroites avec le groupe Tupal qui lui est postérieur : engobe orange, formes des bols ouverts simples et des plats à supports, décor de rainures circonférentielles.

  • 9 Ichon et Viel 1984 : 17 22.

149b – A La Lagunita, la sépulture 2 de la str. A-7, en couche C-43-8, contenait 10 poteries engobées oranges9 que l’on peut classer dans le groupe Orfeo :

  • type Orfeo orange à Rainures : variété A, jarre à haut col et à bec verseur tubulaire (Ichon et Viel 1984 ; fig. 16f) ;

  • Orfeo Orange à Rainures : variété B, bol cylindrique à rainures verticales ; petit bol fermé à moulure latérale et rainures courbes ; grand bol fermé à rainures et à modelage sur la paroi (ibid fig. 16 a, b, h) ;

  • Orfeo Orange à Rainures : variété C, écuelle à rebord sous-labial décoré de rainures, ainsi que les deux écuelles à rebord labial décoré de rainures et d’une figuration modelée de grenouille (ibid fig. 16 i, j). Le décor de ces deux poteries correspond au “décor complexe” sur rebords de plus de 3 cm de largeur que Viel a décrit (p. 62).

  • Orfeo Orange à Rainures : variété non établie, rainures et applications, jarre à haut col et bec verseur tubulaire, avec la tête d’un félin et ses quatre pattes-supports appliquées, et un décor de rainures et de ponctuation (ibid fig. 16g) ;

  • Orfeo Orange Incisé : écuelle à rebord sous-labial incisé après engobage, modelé et perforé, figurant un oiseau ; ce décor “en tête d’oiseau” est signalé par Viel dans la variété C d’Orfeo Orange à Rainures, motif 3/ des rebords de 3 cm ;

  • Type Orfeo Orange-Effigie, non établi : récipient “fermé”, façonné et modelé de façon à former un crâne (ibid fig. e).

150Ces offrandes funéraires sont assez exceptionnelles dans la mesure où elles manifestent certains modes qui sont très rares ou absents du groupe Orfeo des collections des str. A-6 et A-7 : la forme cylindrique, le bol fermé de bord rentrant, la jarre à bec verseur tubulaire, les décors de rainures courbes, par ponctuation, par modelages exécutés sur la paroi ou le rebord labial et par applications d’effigies.

151Une des offrandes a fourni la date C-14 : 80 ± 90 ap. J.C. Stratigraphiquement, la sépulture 2 est assignée à la fin du complexe Noguta 2 puisque sa fosse est scellée par le sol IIb qui sépare, dans la séquence du puits C-43 central, les couches Noguta des couches Lilillá, au niveau des couches C-43-5 et C-43-4. Typologiquement, le rapport de dix poteries Orfeo pour une poterie Nogaro dans le mobilier de la sépulture est plutôt à rapprocher de celui de la couche C-43-6 (13 pour 1 tesson sur un total de 100), qui est assigné au complexe Noguta 1. Mais au niveau modal, des modes comme le rebord sous-labial et l’incision post-engobe datent certainement la sépulture de Noguta 2 (voir les modes M6 et D4, Viel pp. 96 et 98 et la présente étude : analyse modale).

  • 10 Sharer 1978 : 98-100.
  • 11 Rands et Smith 1965 : fig. 14f.

152Les récipients à bec tubulaire verseur forment une tradition assez répandue dans les Hautes Terres ; elle remonte au Préclassique moyen, en particulier à Chalchuapa10. Une jarre rouge à bec verseur et à effigie comparable a été trouvée à Salcajâ11.

153Hors de cette sépulture 2, aucune poterie des collections C-43, C-44 et C-48 ne semble pouvoir se classer dans le groupe Orfeo. Mais plusieurs poteries usulutan stuquées incomplètes ont été trouvées hors de la str. A-7 et de la grotte C-48 à La Lagunita, par exemple dans une sépulture pillée au pied de la str. A-6.

  • 12 Museo Nacional : 70 7, K77. K78.
  • 13 Arnauld 1984 : fig. 130.

1543 – Hautes Terres mayas (voir Viel p. 64) – Dans la région de l’Alto Samalâ a été défini récemment un groupe Cot Naranja (Ciudad Ruiz s.d.), daté du Préclassique récent-Protoclassique. Il est bien comparable au groupe Orfeo, à ceci près que les formes protoclassiques y semblent beaucoup mieux représentées. Des céramiques oranges lustrées sont connues au Préclassique récent et au Protoclassique à Cambote (Huehuetenango)12, et en Alta Verapaz (certains tessons polis du type Borayo orange)13.

155De Salamâ (Sedat et Sharer s.p.), groupe Chopen, du Préclassique moyen au Préclassique récent (complexes Max, Tol et Uc) :

156Chopen Orange : Chopen variety = Orfeo Orange Simple : variété A

157Chopen Orange : Thick-wall variety = Orfeo Orange Simple : variété C

158Chopen Orange : Salamá and Smudged-Resist varieties = Orfeo Orange Usulutan

159Chicuxtin Usulutan : Chicuxtin variety = Orfeo Orange Usulutan

160Mojon Grooved-Incised = Orfeo Orange à Rainures et Orfeo Orange Incisé (noter l’antériorité de la variété Rumpan du type Mojon par rapport à la variété Mojon, la première étant surtout rainurée et la seconde rainurée et incisée ; le type Orfeo à rainures est de même antérieur au type Orfeo Incisé).

  • 14 Smith et Kider 1951 : 103.

161Des poteries oranges usulutan stuquées apparaissent à Kaminaljuyu dès la phase Miraflores14, mais elles sont plus nombreuses en phases Aurora et Esperanza. Nous n’avons pas trouvé de comparaison spécifique pour les tessons à lignes peintes en rouge du type Orfeo Orange Usulutan (pour la distribution et la datation du décor usulutan en général, voir plus loin le mode D6).

Groupe céramique Jocote

162Type Chiclo Orange-Brun (Viel p. 65)

163Illustrations : fig. 54d.

164Echantillonnage : 10 tessons (C-43 : 10)

165Non inclus en sériation.

166Critères – “Surface non engobée. Cordons appliqués ou incisions grossières”.

167Formes – 1 / Un bord de jarre à col très court évasé (fig. 54d). La lèvre est amincie. La liaison intérieure du col à la paroi convergente est angulaire et épaissie. Diamètre : 12 cm.

1682/ Tessons de panses de jarres décorées.

169Décoration – (Viel p. 65 : variétés A et B)

170Variété A (3 ex.) : cordon denté appliqué ou modelé.

171Variété B (7 ex.) : lignes incisées parallèles, ou séries de traits incisés parallèles, ou ponctuations en zones limitées par des lignes incisées courbes ou en zigzag. Les zones non incisées sont généralement polies.

172Outre le décor ponctué et incisé, et le polissage en zone, le tesson de forme 1 / (fig. 54d) a le col intérieur peint en rouge (10R 4/6), ainsi que la lèvre et le bord extérieur sur 4 mm. La peinture rouge est polie et brillante.

173Remarque : on a, comme Viel, écarté de la classification les tessons de panses non décorés.

174Distribution stratigraphique et position chronologique – Chiclo Orange-Brun : variété A n’est présente que dans les couches C-43-5 et C-43-6 (complexe Noguta). La variété B est présente dans les couches C-43-5, C-43-6, C-43-8, C-43-9 et C-43-10 (Noguta). L’échantillonnage ne permet pas de vérifier l’ancienneté de la variété A par rapport à la variété B.

175Comparaisons : voir Viel p. 65.

Groupe céramique Trovador

176Types Trovador Blanc, Trovador Rouge-sur-Blanc, Trovador Dichrome incisé (Viel, fig. 41).

177Illustrations : non illustré (Viel, fig. 41)

178Echantillonnage : 7 tessons (C-43 : 4 ; C-44 : 2 ; E-101- b : 1)

Fig. 54 – Groupes Cardumen (a-c) et Chiclo (d).

179Non Inclus en sériation.

180Critères – “Pâte très fine de couleur blanc-crème. Surface polie de même couleur”.

181Pâte : deux tessons ont une pâte atypique, fine à moyenne, brune ; un tesson a une pâte fine mais noire (voir Viel p. 66, Remarque).

182Type Trovador Blanc (Viel p. 66 : la description du type Trovador Blanc concerne en réalité le type Trovador Rouge-sur-Blanc. Il fallait lire pour le Trovador Blanc (str. A-6) :

183Illustrations : fig. 41 a, b, c.

184Echantillonnage : 14 tessons dans la structure A-6.

185Critères : monochrome blanc-crème.

186Formes : A, B, C, D, E.

187Décoration : le bord D et un tesson de corps portent une rainure de 1 mm de large. Sur le bord D, il s’agit d’une rainure circonférentielle située à 1 cm environ de la lèvre.

188Pour la str. A-7 :

189Echantillonnage : 2 tessons (C-43).

190Critère – “Monochrome blanc-crème”.

191Formes – Parois.

192Type Trovador Rouge-sur-Blanc

193Echantillonnage : 3 tessons (C-43, C-44 et E-101 b).

194Critères – “Décor dichrome rouge-sur-blanc”.

195Formes – (Viel p. 66 : formes A, B, C)

196A/ Ecuelle ou bol ouvert de parois divergentes convexes à rebord sous-labial (1 ex.) ; bord direct et lèvre arrondie. Diamètre : 15 cm.

197D/ Un bord de bol fermé fortement infléchi vers l’intérieur, épaissi puis aminci vers la lèvre. Diamètre : 10 cm.

198Décoration – La peinture rouge couvre la lèvre du tesson A, et le rebord est décoré de quelques traits verticaux rouges (voir la même association forme-décor, Viel p. 66, tessons A et B). Le tesson D est peint en rouge-brun à l’extérieur et engobé en gris à l’intérieur. Enfin un bord petit est peint en rouge sur la lèvre et le bord intérieur et extérieur (sur 1 cm).

199Type Trovador Dichrome Incisé (Viel p. 66)

200Echantillonnage : 2 tessons (C-43, C-44)

201Critères – “Dichrome en zones limitées par des incisions”.

202Formes – Un bord rentrant, ou infléchi vers la verticale, de bol sans doute ouvert. Diamètre : 22 cm. Un fragment de paroi.

203Décoration – Le bord présente à l’extérieur une rainure circonférentielle de 2 mm de largeur à 2 cm sous la lèvre, limitant une zone inférieure peinte en rouge. Le fragment de paroi est décoré d’une rainure limitant une zone rouge. Contrairement aux tessons décrits par Viel, la peinture n’est pas rouge hématite, et les incisions sont en fait des rainures larges.

204Distribution stratigraphique et position chronologique – Le groupe Trovador est représenté par 7 tessons distribués dans les trois collections, probablement en raison de mélanges dans les remblais (re-déposition). Viel assigne Trovador au complexe Santizo 2. On note cependant que 4 des 7 tessons sont groupés dans les couches C-43-7 et C-43-8 (Noguta 1).

205Comparaisons : voir Viel pp. 66-68.

Groupe céramique Rapallo

206Types Rapallo Lissé et Colero Lissé (Viel p. 68).

207Illustrations : non illustré (Viel, fig. 42).

208Echantillonnage : 25 tessons (C-43 : 20 : C-44 : 1 ; E- 101-b : 4)

209Inclus en sériation : 18 tessons.

210Critères – “Cols de jarres polis à l’intérieur, simplement lissés à l’extérieur”.

211Formes – (Viel p. 68 : formes A et B). Jarres de formes A et B.

212Type Rapallo Lissé

213Echantillonnage : 19 tessons (C-43 : 16 ; E-101-b : 3)

214Inclus en sériation : 18 tessons.

215Critères – “Forme A”. Couleur et emplacement de l’engobe.

216Viel a défini les variétés A et B.

217Variété A (13 ex.) : “l’intérieur du col barbouillé d’engobe orange à orange-brun et irrégulièrement poli”.

218Formes – A1 / Cols de jarres rectilignes parallèles, avec un bord éversé large de 1 cm (2,5 cm pour 1 ex.) et une lèvre aplatie ou convexe (9 ex.). Diamètre : 18-20 cm ; Hauteur du col : 3,5 cm (2 ex.).

219B1/ Cols de jarres courts rectilignes éversés à 45° ou plus, de lèvre convexe (4 ex.). Le bord, ou col, est large de 1 à 2 cm. La liaison du bord avec la panse est angulaire à l’intérieur. Diamètre : 12 cm, 18 cm, 20 cm.

220Décoration – Un bord de forme Al est incisé de trois lignes circonférentielles à l’intérieur.

221Variété B (6 ex.) : “intérieur du col barbouillé d’un engobe rouge hématite souvent spéculaire”.

222Formes – A1/ 5 ex. Diamètre : 18-24 cm.

223B1/ 1 ex. Diamètre : 16 cm.

224Remarque : la seule forme A n’est pas un critère du type Rapallo Lissé de nos collections puisque la forme B est aussi présente. La forme B est distribuée seulement dans les couches supérieures (couches Nogutà : 1 ex. ; couches Lilillà : 4 ex.).

225Type Colero Lissé (Viel p. 68)

226Echantillonnage : 6 tessons (C-43 : 4 ; C-44 : 1 ; E-101-b : 1)

227Non inclus en sériation.

228Critères – “Forme B”. Engobe rouge poli (10R 3/6). Surface : deux tessons sont atypiques puisque l’extérieur du col et l’intérieur du bord sont engobés. Leur classement dans le type Colero Lissé plutôt que dans le type Foscopi Rouge est peut-être discutable.

229Formes : tous les tessons semblent être des fragments de jarres de forme A, avec un bord éversé large de 2-2,5 cm. Diamètre : 18 cm, 20 cm.

230Remarque : la forme B n’est pas un critère du type Colero Lissé de nos collections.

231Distribution stratigraphique et position chronologique – Le type Rapallo Lissé est relativement bien distribué dans les couches inférieures jusqu’à la couche E-IV, avec un maximum en couche C-43-6, c’est-à-dire en Noguta 1, alors que dans la séquence de la str. A-6 il se situe en Santizo 2 (Viel p. 68). La variété B disparaît dès la couche C-43-5, donc au début du complexe Lilillá, mais la variété A persiste en Lilillà 1.

232La distribution du type Colero Lissé n’est pas significative (6 tessons). Dans la séquence de la str. A-6, il est caractéristique du complexe Noguta.

233La forme B de la jarre à col ouvert éversé est plus récente que la forme A de la jarre à col de parois parallèles (voir aussi ces formes dans le groupe Cardumen).

  • 15 Arnauld 1984 :

234Comparaisons – 3- Hautes Terres. En Alta Verapaz, des jarres de formes A et B à engobe orange sur le col intérieur, classées dans le type Borayo Orange du complexe Carcha, sont comparables aux jarres de Rapallo Lissé : variété A15.

Groupe céramique Stendal

235Types Stendal Rouge-et-Noir, Stendal Rouge-et-Blanc (Viel p. 68)

236Illustrations : non illustré (Viel, fig. 43, 44)

237Echantillonnage : 16 tessons (C-43 : 9 ; C-44 : 7)

238Inclus en sériation : 8 tessons.

239Critères – “Dichromie avec les couleurs rouge hématite spéculaire et noire ou blanche. Emplacement des couleurs. Pâte très fine”.

240Type Stendal Rouge-et-Noir (Viel pp. 68-70)

241Echantillonnage : 12 tessons (C-43 : 8 ; C-44 : 4)

242Inclus en sériation : 8 tessons.

243Critères – “La surface est noire graphite à l’intérieur, essentiellement rouge hématite spéculaire à l’extérieur. Pâte très fine”.

244Formes – (Vielp. 70 : formes A1, A2, A3, B1 àB5, Cet D).

245A2/ Jarre à ouverture large, de col concave faiblement divergent et de bord direct à lèvre convexe (2 ex.). Diamètre : 18 cm.

246E/ Formes diverses : 1 – Deux bords de bols ouverts de parois divergentes rectilignes très proches de la verticale ; de bord direct et lèvre aplatie. Diamètre : 18 cm ; épaisseur des parois : 0,5-0,8 cm.

2472 – Un bord concave.

2483 – Une paroi de jarre convexe, de 10 cm de diamètre maximum, avec un bord sans doute redressé.

2494 – Un petit fragment de col concave doté d’un cordon circonférentiel.

250Les formes fermées semblent effectivement les plus courantes (Viel p. 70).

251Décoration

252I/ Peinture. Viel a défini les variétés A, B et C.

253Variété A (5 ex.) : “... tous les tessons dont l’extérieur est uniformément rouge”.

254Formes : A2

255Variété B (7 ex.) : “l’extérieur des récipients manifeste un décor dichrome en zones rouges et noires”.

256Formes : A2

257Variété C : non représentée.

258II/ Altération de la surface – En variété A, deux rainures circonférentielles sur la paroi extérieure d’un fragment de forme A1.

259– En variété B, deux rainures circonférentielles sur le bord et une autre verticale sur la paroi d’un fragment de forme E1.

260Sur deux de ces quatre tessons, au moins une rainure sépare les zones noire et rouge ; Viel signale deux cas identiques (p. 70).

261Type Stendal Rouge-et-Blanc (Viel p. 71)

262Echantillonnage : 4 tessons (C-43 : 1 ; C-44 : 3)

263Non inclus en sériation.

264Critères – “... l’engobe blanc remplace l’engobe noir graphite”.

265Formes – (Viel p. 71 : formes A1, A2, B)

266Al/ Récipient fermé de parois convexes parallèles, de bord direct (1 ex.). Diamètre : 20 cm.

267C/ Deux bords petits évasés pouvant appartenir à un récipient fermé.

268Un bord concave.

269Décoration –

270I/ Peinture. Viel définit les variétés A et B

271Variété A (1 ex.) : “l’extérieur est uniformément rouge hématite”.

272Variété B (3 ex.) : “dichromie en zones rouge et blanche”.

273II/ Altération de la surface : non représentée.

274Distribution stratigraphique et position chronologique – Des 16 tessons du groupe Stendal, 7 sont distribués dans les couches C-43-10 à C-43-5 assignées au complexe Noguta. Dans la séquence de la str. A-6, Stendal est caractéristique de Santizo 2 mais il se maintient en Noguta 1 (Viel p. 71). Le type Stendal Rouge-et-Blanc est effectivement plus tardif que le type rouge et noir puisqu’il n’est présent que dans les couches C-43-1 et C-44 (Lilillâ) ; mais Viel signale aussi l’association de ce type avec le complexe Santizo 2. Les 7 tessons Stendal présents dans la couche C-44 (Lilillâ 3) ont peut-être été re-déposés dans les remblais. Le groupe Stendal n’est pas représenté dans les couches E-101-b (Lilillâ). Comparaisons : voir Viel p. 71.

Groupe céramique Cardumen

275Type Cardumen Orange-Brun (Viel p. 71)

276Illustrations : fig. 54 a-c (Viel, fig. 45).

277Echantillonnage : 58 tessons (C-43 : 43 ; C-44 : 7 ; E- 101-b : 8)

278Inclus en sériation : 53 tessons.

279Critères – Viel précise que le polissage est irrégulier et le plus souvent mat. En fait, les traces de polissage sont souvent plus brillantes que mates (mais elles ne couvrent pas toute la surface), ce qui aide à distinguer les tessons Cardumen de ceux du groupe Ticon. Formes – (Viel p. 72 : formes A1, A2, B, C)

280Al / Cols de jarres de parois rectilignes parallèles ou faiblement concaves (27 ex.). Le bord, souvent épaissi, est évasé ou éversé sur 1,5 à 3 cm de largeur ; la lèvre est arrondie. Diamètre : 20-26 cm, 34 cm ; hauteur du col : 5-6 cm (1 ex.), 7-8 cm (1 ex. ; fig. 54a). Les fragments de diamètre 34 cm proviennent de récipients ouverts plutôt que de jarres (Viel, forme C).

281A2/ Même que forme A1, avec un col cannelé horizontalement (7 ex.).

282B/ Jarres à col court éversé (13 ex.). Diamètre : 18- 24 cm, 30 cm.

283Un fragment est doté d’une petite anse en ruban large de 3 cm, attachée à la lèvre et au haut de panse (fig. 54b).

284C/ Récipients ouverts, voir ci-dessus forme A1.

285D/ Un bord de bol globulaire fermé, redressé à la verticale, puis évasé, de lèvre arrondie. La liaison du bord avec la panse est en ressaut arrondi peu marqué. Diamètre : 13 cm.

286Décoration – 1 – Cannelures mal exécutées ondulant le col (Viel p. 72).

2872 – Un cordon denté appliqué ou modelé à la base du col d’une jarre B (fig. 54c).

288Distribution stratigraphique et position chronologique – Le groupe Cardumen est distribué dans toutes les couches, à l’exception de la couche C-43-1 supérieure. Il connaît son maximum en couche C-43-9, c’est-à-dire en Noguta 1. Il en est de même dans la séquence de la str. A-6 (Viel p. 72).

289La forme B des jarres à col ouvert éversé est sans doute plus récente que la forme A à col haut : 10 des 13 fragments B proviennent des couches E-101 -b et C-44 (Lilillâ), qui ne fournissent par ailleurs que 3 fragments A (voir aussi ces formes dans le groupe Rapallo ; et voir Viel p. 95, le mode M2 daté du complexe Noguta ; ce mode persiste en fait en Lilillâ).

  • 16 ibid fig. 129af.

290Comparaisons – 3 – Hautes Terres. Les jarres Cardumen à col court ou haut de bord éversé sont à rapprocher de jarres du type Borayo Orange d’Alta Verapaz, du complexe Carcha protoclassique16.

291Remarque : les fragments de panses de jarres n’ont pas été classés.

Groupe céramique Orico

292Type Orico Brun (Viel p. 72)

293Echantillonnage : 1 tesson (C-43). Non inclus en sériation.

294Critères – “Pâte fine et légère. Surface brune lissée. Formes fermées”. L’unique tesson est de pâte moyenne. C’est un fragment de paroi non décoré, épais de 0,6 cm. Il provient de la couche C-43-7 (Noguta 1). Dans la séquence de la str. A-6, le type Orico brun est caractéristique du complexe Noguta 1.

295Remarque : le classement de ce tesson dans le groupe Orico est sujet à caution (voir ci-dessus). Dans nos collections, les panses de jarres brunes de pâte fine et légère abondent, mais elles sont engobées et polies.

Fig. 55 – Groupe Nogaro : type Nogaro Noir (simple).

Fig. 55 – Groupe Nogaro : type Nogaro Noir (simple).

TABLEAU 5. Subdivision du groupe Nogaro en types et en variétés

TABLEAU 5. Subdivision du groupe Nogaro en types et en variétés

* : types et variétés définis par Viel.

Groupe céramique Nogaro

296Types Nogaro Noir (simple), Nogaro Noir Incisé (Viel p. 72).

297Types Nogaron Brun (simple), Nogaro Brun Incisé. Illustrations : fig. 55 à 57 (Viel, fig. 46 et 47)

298Echantillonnage : 432 tessons (C-43 : 63 ; C-44 : 297 ; E-101-b : 72)

299Inclus en sériation : 392 tessons.

300Critères – “Surface engobée noire bien polie. Pâte fine à moyenne, dure, avec un coeur noir fréquent”. Nous ajoutons le critère de la couleur brune.

301Pâte – Equivalente à celle décrite par Viel, à ceci près qu’il existe une variation de la pâte compacte normale à une pâte plus compacte encore, très serrée, dont les nombreux éléments d’aspect vitreux apparaissent densément agglomérés. Cette pâte très compacte est particulièrement caractéristique des deux types Nogaro Brun.

302Surface – La couleur est noire, brun-noir ou brune (brun : 5 YR 5/6, 4/6 et 2.5 YR 5/6 4/6). Comme l’indique Viel, le polissage est régulier et bien brillant, mais la qualité lustrée n’est pas générale. De même, le lissage avant engobage est variable : les surfaces sont tantôt douces au toucher, tantôt irrégulières.

303Formes générales – Des formes A à J décrites par Viel (pp. 72-74) n’existent quasiment dans notre échantillonnage que les formes A et B que nous regroupons sous le code A (écuelles ou bols ouverts, parfois dotés d’un ressaut basal et de supports), et la forme H (bols fermés).

304Nous ajoutons les nouvelles formes :

305– K/ Ecuelles ou bols ouverts à bords

K1

dotés d’une moulure sous-labiale (Viel note que ce mode est rare dans son échantillonnage, voir forme E2, fig. 46j).

K2

épaissis en bourrelet triangulaire à l’extérieur (voir Viel, forme A2, probablement rare).

K3

dotés d’une moulure latérale haute.

306– L/ Bols ou vases cylindriques, ou pseudo-cylindriques.

307– M/ Formes miniatures.

308– N/ Formes diverses.

309Tous les supports fragmentaires (rares dans le groupe Nogaro décrit par Viel) sont regroupés dans les rubriques O/ Eléments de formes.

310Les formes K et M déterminent la formation des variétés B et C des types Nogaro simples en raison de leur pertinence chronologique.

Fig. 56 – Groupe Nogaro Noir : type Nogaro Noir simple (a-e) et incisé (f-n).

311Type Nogaro Noir (simple) (Viel p. 74)

312Illustrations : fig. 55, 56 (Viel, fig. 46 a-i)

313Echantillonnage : 255 tessons (C-43 : 32 ; C-44 : 191 ; E-101-b : 32)

314Inclus en sériation : 134 tessons.

315Critère – “Absence de décor”

316Formes – (Viel n’a défini qu’une variété normale)

317Variété A (169 ex.) : normale.

318Inclus en sériation : 114 tessons.

319A/ Bols ouverts ou écuelles de base plane ou convexe, de parois divergentes généralement rectilignes (40 ex.). Diamètre : 22-27 cm, 26-34 cm ; épaisseur des parois : 0,6-0,8 cm ; épaisseur du bord : 0,6 à 1 cm. Le bord est (Viel p. 74) :

3201 – direct à lèvre arrondie (6ex.), à lèvre aplatie (1 ex.) ; un bord est déprimé sur sa face intérieure ; un autre porte deux rainures circonférentielles sur sa face interne ; un autre est souligné d’une légère cannelure à l’extérieur.

3212 – voir forme K2, variété B.

3225 – évasé et souvent épaissi (8 ex.), ou éversé en rebord labial de 1,4 à 1,8 cm de largeur (3 ex. fig. 55 ab) ; la lèvre est amincie, aplatie ou arrondie ; la liaison du bord avec la paroi est parfois angulaire à l’intérieur ; un bord est rainuré et un autre est déprimé, sur la face interne ; ce dernier porte un bouton appliqué à la lèvre.

3236 – direct et épaissi en bandeau à l’extérieur, de lèvre aplatie (1 ex.).

324Ces bols ou écuelles A ont une liaison paroi-fond angulaire simple, ou bien marquée d’un ressaut basal plus ou moins angulaire (voir la forme B de Viel, p. 74). Les fragments portant un ressaut sont dotés de supports tronconiques pleins ; la base est alors convexe (fig. 55ac).

325H/ Deux fragments de parois convexes de courbure moyenne appartiennent peut-être à des récipients fermés.

326L/ Bols ou vases cylindriques ou pseudo-cylindriques (16 ex. fig. 55 h, i, j). Les parois sont verticales ou à peine divergentes, rectilignes ou légèrement convexes. Le bord est direct, parfois un peu épaissi, rarement déprimé sur sa face interne ; la lèvre est arrondie ou amincie. La base est plate, de liaison épaissie et angulaire avec les parois ; elle est parfois soulignée d’une rainure circonférentielle sur la paroi, qui transforme la liaison en ressaut arrondi à peine marqué. Diamètre de l’ouverture : 14-18 cm ; diamètre de la base : 12-16 cm. Le façonnage de cette forme L est médiocre comparé à celui des bols A et K.

327N/ Formes diverses : trois fragments appartenant probablement à des jarres petites (fig. 55k ; voir forme I de Viel, p. 74) ; le bord est évasé et la lèvre arrondie ; la liaison du bord à la paroi est marquée d’une moulure petite.

328O/ Eléments de formes : supports.

3291 – supports creux mammiformes (6 ex.), tous très fragmentaires. Le diamètre maximum serait de 4-5 cm. Un support est doté d’un téton cylindrique plein, haut de 1,5 cm et épais de 2,3 cm.

3302 – support creux tronconique, asymétrique à épaulement (1 ex. fig. 55 1) ; les parois sont épaisses ; il est perforé sur sa face intérieure.

3313 – support plein en bouton (nubbin, 1 ex.), de moins de 1 cm de hauteur et de 2 cm de diamètre ; la liaison de la base avec la paroi est en ressaut peu marqué (forme A).

3324 – supports pleins tronconiques (2 ex. fig. 55m) ; diamètre maximum : 2,7 cm ; diamètre minimum ; 1,7 cm, 1,9 cm ; hauteur : 2,4 cm, 2,9 cm.

3335 – supports pleins tronconiques, asymétriques à épaulement (3 ex. fig. 55j). Diamètre maximum ; 3,5 cm, 4 cm ; diamètre minimum : 2,3-3 cm ; hauteur : 3-4 cm.

3346 – supports pleins, pseudo-rectangulaires (slab feet), de section en fait elliptique, à face extérieure convexe (2 ex. fig. 55a) ; largeur maximum : 3,5 cm, 4,5 cm ; hauteur : 3 cm, 5 cm ; épaisseur maximum : 2,5 cm, 3 cm. Les deux fragments sont attachés au ressaut qui marque la liaison du fond avec la paroi (forme A).

335Les supports appartiennent à la forme A, et probablement aussi à la forme K1 (variété B ; voir fig. 56j). D’autre part on note la diversité des supports alors que le groupe Nogaro de la str. A-6 ne comporte qu’un seul support en bouton (Viel p. 74, Eléments de forme J/).

336Variété B (27 ex.) : modelages des bords en bourrelet triangulaire, ou en moulure sous-labiale ou latérale.

337Inclus en sériation : 20 tessons.

338Forme K/ Bols ouverts ou écuelles de parois divergentes rectilignes, de base probablement plane. Diamètre : 20-24 cm. Le bord est :

  1. direct, doté d’une moulure sous-labiale de moins d’1 cm de largeur, de section asymétrique, relevée vers le haut (6 ex.). Une des moulures est modelée en festons. Un bord est déprimé sur sa face interne. La lèvre est amincie.

  2. direct, épaissi en bourrelet triangulaire à l’extérieur, généralement arrondi (12 ex. ; fig. 55ef). Epaisseur : 0,9 cm (1 ex.), 1,1 à 1,3 cm (11 ex.) ; largeur : 1 à 2,5 cm. La lèvre est amincie.

  3. direct, doté d’une moulure latérale haute, placée à 2 cm sous la lèvre (8 ex. ; fig. 55g). La moulure est large de moins de 0,5 cm, de section symétrique, d’arête arrondie, voire aplatie. La lèvre du bord est arrondie.

339Forme H/ Un fragment de bol fermé, de bord direct épaissi en bourrelet triangulaire à l’extérieur. Diamètre : 10 cm.

340Variété C (46 ex., bords et fonds) : /ormes miniatures. Non incluse en sériation.

341Formes M/ Le façonnage de toutes ces formes est de facture variable.

3421 – Bols ouverts (3 ex. ; fig. 56a). La base est plane ou convexe, le bord est direct. Diamètre : 6-8 cm environ.

3432 – Gobelet cylindrique (1 ex. ; fig. 56b). Diamètre : 6 cm.

  • 17 Ichon et Grignon 1981 : 76

3443 – Bols fermés (12 ex. ; fig. 56 cd). Le bord est direct, ou évasé sur 0,5 cm de largeur. Un des fragments présente sur le flanc la trace circulaire de l’attache de ce qui pourrait être un deuxième bol, communiquant avec le premier par un orifice petit, grossièrement percé dans la paroi au milieu de la trace de l’attache. 11 s’agirait d’une forme miniature double. Remarque – La surface des récipients miniatures est parfois plus grise que noire, rappelant la couleur de l’extérieur des bols du type Canuto Noir. Ce critère de la couleur grise, qui n’est pas générale, ne Justifie cependant pas le classement des récipients miniatures dans le groupe Canuto plutôt que dans le groupe Nogaro. Ceci étant dit, les miniatures avaient peut-être la même fonction rituelle que les bols à offrandes du groupe Canuto (voir la cache V/2 de la str. A-5 du site de El Jocote dans la vallée du Rio Chixoy17).

345Variété D (13 ex.) : bols carénés stuqués (les fragments reconstituent partiellement deux bols identiques). Cette variété n’a pas été incluse en sériation.

346Forme – Bols ouverts de parois concaves verticales parallèles et de base convexe, avec une carène à la liaison de la base avec les parois (approximativement la forme C de Viel, p. 74). Il n’y a pas de trace de supports. Le bord est épaissi en bandeau à l’extérieur et la lèvre est arrondie. Diamètre : 22 cm (fig. 56e).

347Décoration – Le bord intérieur et tout l’extérieur sont stuqués. Du décor peint sur le stuc, il reste des traces de peinture vert pâle et orange-rouge. Sous le stuc la surface bien brillante est en bon état de conservation : les poteries ont donc pu être stuquées à l’état neuf.

348Remarque – Dans la collection C-48 de récipients complets, le décor stuqué est associé à des poteries typologiquement et morphologiquement diverses (voir plus loin). Il ne nous paraît pas nécessaire d’établir un type Nogaro Noir Stuqué, cette technique de décoration semblant occasionnelle.

349Type Nogaro Noir Incisé (Viel p. 74).

350Illustrations : fig. 56 (Viel, fig. 461-n, 47).

351Echantillonnage : 83 tessons (C-43 : 11 ; C-44 : 56 ; E-101-b : 16)

352Inclus en sériation : 31 tessons.

353Critères – “Incisions sur la paroi”. Nous ajoutons le mode décoratif des cannelures.

354Décoration – Viel a établi les variétés A et B.

355Variété A (11 ex., dont 6 sont inclus en sériation) :

356“Incisions peu profondes en rainures simples”. Incision exécutée avant engobage.

357Formes – Al (2ex.), K2 (4ex.), H(4ex.). Pour la forme H des bols fermés, le bord est soit légèrement rentrant, soit redressé à la verticale.

358Décoration – Une à trois rainures circonférentielles, larges de 1 à 3 mm, placées sur le bord (fig. 56 gh).

359Cette décoration diffère de celle de la variété A établie par Viel en ce qu’elle comporte parfois plus d’une rainure, et que ces rainures sont larges de plus d’ 1 mm (à l’exception d’un exemplaire).

360Variété B (19 ex., dont 3 inclus en sériation) : “Incisions géométriques complexes”. Nous ajoutons les critères de la largeur des lignes, à savoir 2-3 mm, et du profil en U peu profond. L’incision a probablement été exécutée avant l’engobage (rainures).

361Formes – L (1 ex.), K1 (2 ex.). Pour la forme K1, il s’agit d’un bol ouvert à fond plat sans supports, doté d’une moulure labiale ornée de boutons, et d’un ressaut basal angulaire (fig. 55 i) ; l’autre fragment K1 provient d’un bol ouvert à moulure sous-labiale modelée en festons, à base convexe, et à supports pleins tronconiques à épaulement, attachés à la liaison arrondie de la base avec la paroi.

362Décoration – Lignes circonférentielles sur le bord et au-dessus de la liaison paroi-base, et lignes verticales ou obliques en séries de 2, 6 ou 7 (fig. 56 ij). Les rainures sont mal exécutées. Les bords en sont atténués par l’engobage. Ce décor de lignes horizontales, et verticales ou obliques est semblable aux motifs les plus simples décrits pas Viel (p. 74) pour la variété B. Il est parfois combiné avec le festonnage ou l’application de boutons sur les moulures (forme K1). Variété C (29 ex. dont 22 sont inclus en sériation) : incisions géométriques complexes, fines, probablement exécutées après l’engobage ; largeur : 0,7 à 1,5 mm.

363Formes – A1 (7 ex.), A2 (1 ex.), A3 (2 ex., à rebord labial de plus de 2 cm de largeur) et M3 ; de plus, deux bords redressés à la verticale, voire légèrement rentrants, et des fragments de corps.

364Décoration (fig. 56 k-n) – Le motif le plus fréquent s’apparente à celui de la variété B : deux lignes circonférentielles recoupent une double ligne oblique. Il y a d’autre part des motifs en L, en treillis et en arêtes de poisson. Trois tessons présentent des lignes courbes. Un seul est ponctué.

365L’incision a de 0,7 à 1,5 mm de largeur. Elle est de profondeur variable et de profil en U ou en V. Elle est régulière. Les bords n’en sont pas aplatis. D’autre part, un fragment de forme M porte un bouton appliqué ou modelé à la lèvre.

366Variété D (3 ex., non inclus en sériation) : gravure sur surface engobée sèche ou cuite.

367Formes : trois fragments de parois.

368Décoration – Séries de lignes obliques, ou bien séries de lignes croisées. L’exécution est médiocre. L’incision a écaillé l’engobe.

369Variété E (21 ex., non inclus en sériation : la plupart proviennent de C-44) : cannelures sur la paroi convexe.

370Formes – Bol fermé à panse globulaire aplatie, de bord-redressé à la verticale et légèrement épaissi ; la lèvre est arrondie ; diamètre : 19-20 cm (fig. 56a).

371Décoration – Les cannelures sont verticales. Il s’agit soit de cannelures digitales larges de 1,3 à 1,5 cm, soit de rainures larges de 0,8 mm. En outre, des rainures circonférentielles ornent le bord extérieur.

372Type Nogaro Brun (simple)

373Illustrations : fig. 57 a-e.

374Echantillonnage : 63 tessons (C-43 : 13 ; C-44 : 34 ; E-101-b : 16)

375Inclus en sériation : 52 tessons.

376Critères – Couleur brune. Pâte fine à moyenne, très compacte.

377Pâte – Elle est plus compacte que celle des types Nogaro Noir.

378Surface – Elle est engobée et polie, brillante, de couleur brune (5 YR 5/6 4/6 ; 2.5 YR 5/6 4/6), tachée de noir, mais il est rare que la surface intérieure ou extérieure soit entièrement noire.

379Formes –

380Variété A (47 ex., dont 37 sont inclus en sériation) : normale.

381Forme A1/ Bols ouverts de base plane ou convexe, de bord direct (6 ex.) ; la lèvre est arrondie ou aplatie, le bord est parfois légèrement épaissi puis aminci vers la lèvre, qui est amincie. Un bord est rainuré sur sa face interne.

382A5/ Même que A1 mais le bord est évasé et la lèvre arrondie (2 ex.). Un bord est déprimé sur sa face interne.

383A7/ Même que Al mais le bord est redressé à la verticale, sa liaison avec la paroi étant angulaire (1 ex.) ; la lèvre est arrondie.

384Pour les fragments de forme A, la liaison des parois avec la base est angulaire simple. Dans un cas elle est marquée d’une cannelure digitale circonférentielle à l’intérieur. Diamètre : 18-26 cm ; épaisseur des parois : 0,6-0,8 cm.

385D/ (Viel p. 74) Bols ouverts de profil sinueux, avec un épaulement ou une carène arrondie haut placée (3 ex. ; fig. 57d). Le bord est évasé, de lèvre arrondie. Diamètre : 18 cm.

386O/ Eléments de formes – Un support plein tronconique attaché à 2 cm de la liaison parois-base qui est angulaire simple (forme A, fig. 56e) ; et un fragment d’anse-panier.

387Variété B (16 ex., dont 15 sont inclus en sériation) : modelage des bords en bourrelet triangulaire, ou en moulure sous-labiale ou latérale.

388Formes K/ Bols ouverts ou écuelles, voir Nogaro Noir : variété B.

389K1 – bord direct à moulure sous-labiale (1 ex., fig. 57a).

390K2 – bord direct épaissi en bourrelet triangulaire à l’extérieur, arrondi, rarement angulaire (9 ex.) ; épaisseur : 0,7 à 1,3 cm.

391K3 – bord direct à moulure latérale haut placée (4 ex., fig. 57c).

392K4 – un bord direct, épaissi en bourrelet triangu laire, doté de plus d’une moulure basale haut placée, modelée en festons (fig. 57b).

Fig. 57 – Groupe Nogaro : type Nogaro Brun simple (a-e) et incisé (f-j).

393Forme H/ Un bord légèrement rentrant de bol fermé, épaissi en bourrelet triangulaire arrondi de section asymétrique.

394Les variétés C et D du type Nogaro Noir ne sont pas représentées en Nogaro Brun.

395Type Nogaro Brun Incisé

396Illustrations : fig. 57 f-j.

397Echantillonnage : 31 tessons (C-43 : 7 ; C-44 : 16 ; E-101-b : 8).

398Inclus en sériation : 15 tessons.

399Critères – Incisions ou cannelures sur la paroi.

400Décoration –

401Variété A (11 ex., dont 7 sont inclus en sériation) ; incisions peu profondes en rainures simples, exécutées avant l’engobage.

402Formes – Al (2 ex., dont une lèvre ornée d’un bouton), A6 (1 ex.), K1 (1 ex.) à rebord sous-labial de 1 cm de largeur, asymétrique relevé vers le haut, enfin K2 (5 ex.).

403Décoration – Une à quatre rainures circonférentielles, larges de 2 mm, placées sur le bord extérieur, le rebord, ou la paroi (fig. 57 fg).

404Variété B (2 ex., dont un est inclus en sériation) : incisions géométriques complexes en lignes larges de 2-3 mm, peu profondes, probablement exécutées avant l’engobage (rainures).

405Formes – A5/ Un bord éversé en rebord labial de 2,1 cm de largeur.

406L/ Un bord de bol cylindrique.

407Décoration – Sur le rebord labial A5, une rainure circonférentielle et deux rainures verticales. Sur le bord L, une rainure circonférentielle et deux rainures obliques.

408Variété C (12 ex., dont 7 sont inclus en sériation) ; incisions géométriques complexes fines (0,3 à 1,5 mm), probablement exécutées après l’engobage.

409Formes – A1/ (2 ex.).

410A5/ (2 ex.) à rebord labial, l’un large de 2,5 cm, l’autre large de 1,5 cm et rabattu en crochet vers l’extérieur (fig. 57 i).

411K2/ (1 ex. ; fig. 57h).

412O/ Trois fragments de parois carénées.

413Décoration – Les motifs consistent en séries de lignes parallèles verticales ou obliques, qui parfois se rejoignent (fig. 57h), en lignes brisées scalaires délimitant des zones ponctuées (fig. 57j), ou en lignes courbes sur les rebords labiaux (fig. 57i).

414L’exécution est de facture variable mais généralement régulière. Les bords des incisions sont rarement écrasés. Les lignes les plus larges sont profondes, avec un profil en V ; les lignes de largeur moyenne sont peu profondes, avec un profil en U. Les lignes les plus fines sont très superficielles.

415La variété D (gravure) de Nogaro Noir Incisé ne semble pas représentée en Nogaro Brun Incisé.

416Variété E (6 tessons, non inclus en sériation) : cannelures sur la paroi convexe.

417Formes – Bol ouvert en calotte à base annulaire haute (3 ex., du même récipient). Le bord est direct, de lèvre amincie. Les parois de la base annulaire sont concaves divergentes (fig. 58a). Diamètre à l’ouverture : 20 cm ; de la base annulaire : 13 cm.

418D’autre part, trois fragments de parois convexes.

419Décoration – Sur les fragments du bol en calotte, une rainure circonférentielle sur le bord extérieur et deux cannelures circonférentielles au-dessus de la base annulaire délimitent une série de cannelures verticales qui ondulent les parois. Les parois de la base annulaire sont ornées de pastilles appliquées, elles-mêmes ponctuées.

420Les fragments de parois convexes sont décorés de cannelures digitales verticales peu marquées.

421Distribution stratigraphique et position chronologique du groupe Nogaro.

422Le groupe Nogaro est distribué dans toutes les couches, à l’exception de la couche C-43-9, mais il n’est véritablement populaire qu’à partir de la couche C-43-5, c’est-à-dire en Noguta 2 et en Lilillá. Pour l’ensemble du groupe, la courbe de fréquence dans les couches supérieures (à partir de C-43-5) n’est pas significative : il faut traiter séparément les différents types, et même plusieurs de leurs variétés, pour obtenir des courbes régulières (voir tableau ci-joint, et tableau 15).

423C’est ainsi que le type Nogaro Noir simple ne présente une courbe régulière que pour sa variété A normale. Elle comporte cependant une bimodalité, avec un premier maximum en couche C-43-5 (au niveau des couches supérieures de la str. A-6 où Nogaro Noir connaît aussi son maximum dans la séquence de Viel), et un deuxième maximum en couche C-44 ; le type est donc très populaire en Noguta et en Lilillâ 1, puis il décline, et enfin accuse une reprise en Lilillâ 3. Ni l’adjonction à Nogaro Noir simple : variété A de ses autres variétés, ou des autres types Nogaro, ni la soustraction de cette variété A de ses formes les plus tardives comme les bols cylindriques, ne réduisent véritablement le deuxième maximum. Ce dernier est probablement dû à l’apparition d’un nouveau type Nogaro tardif, dont les critères sont, dans les collections ici traitées, difficiles à utiliser de façon objective : pâte plus compacte, façonnage, lissage et polissage de factures plus médiocres (attributs particulièrement présents dans les composants les plus tardifs du groupe Nogaro, comme les bols cylindriques de Nogaro Noir : variété A, et les types Nogaro Brun et Nogaro Brun Incisé). Ceci dit, la céramique noire et brun-noir étant très populaire dans les Hautes Terres au Classique ancien, un regain de popularité du Nogaro Noir simple à la fin du Protoclassique (Lilillâ 3) n’est pas en soi anormale.

TABLEAU 6. Positions chronologiques des composants du groupe Nogaro (N)

TABLEAU 6. Positions chronologiques des composants du groupe Nogaro (N)

424Les positions chronologiques des autres composants du groupe Nogaro, d’après leur distribution stratigraphique, sont présentées dans le tableau 6.

425Le tableau 6 démontre la remarquable diversification des modes morphologiques et décoratifs que subit le groupe Nogaro au sein du complexe Lilillá. On pourrait encore y ajouter des modes morphologiques qui n’ont pas tous été isolés en variétés de façon à ne pas surcharger la subdivision interne du groupe déjà assez complexe : les bols cylindriques, les bols en calotte et les nombreux modelages des bords (voir l’analyse modale). De ces derniers, on a regroupé au sein des variétés B des types Nogaro Noir et Nogaro Brun les bords épaissis en bourrelet triangulaire et les bords à moulure sous-labiale ou latérale ; il s’agit des modes M9 (épaississement) et M6 (rebord-moulure) définis par Viel, qui les date respectivement de Noguta 2 – Lilillá et de Noguta (pp. 96-97). Le mode M6 paraît le plus récent dans notre séquence, sans doute parce qu’il comporte beaucoup plus de moulures que de rebords : M6-rebords daterait de Noguta 2, et M6-moulures de Lilillá. On note d’autre part la rareté inexpliquée des deux variétés B dans les couches supérieures de C-43 par rapport aux couches E-101-b et C-44, tant dans les types Nogaro simples que dans les types incisés.

426Comparaisons (voir Viel, p. 74)

4271 – A La Lagunita, le groupe Nogaro entretient des liens technologiques et morphologiques avec le type Canuto Noir. Les relations notées par Viel entre le groupe Nogaro et les groupes Orfeo et Roqueño sont analogues à celles qui unissent les composants les plus tardifs de Nogaro au groupe Tupal (pâte très compacte, façonnage et lissage moyens, polissage peu brillant). Malgré tout, le polissage lustré, caractéristique des complexes Santizo et Noguta, persiste mieux en Lilillá dans le groupe Nogaro que dans le groupe Tupal.

4282 – A La Lagunita, les poteries complètes que l’on peut classer dans le groupe Nogaro sont nombreuses dans les collections C-43, C-44 et C-48. On ne prétend pas en faire ici une revue complète mais certaines poteries méritent d’être mentionnées en relation avec la description ici donnée des différents composants du groupe Nogaro.

429Collection C-43 (puits central de la str. A-7) – Un gobelet cylindrique presque miniature de la sépulture 2, où il est associé à 10 poteries du groupe Orfeo. Parmi les offrandes associées aux sols II une seule poterie nous semble appartenir au groupe Nogaro : il s’agit du plat 509 (fig. 74d) de forme A1, à ressaut basal arrondi peu marqué et à supports mammiformes, sans décor ; il provient de la couche C-43-2 (Lilillâ 2). Enfin, dans la sépulture 1 (phase A-7-II, Lilillâ 2) a été trouvé le bol 535 (fig. 74a) dont les parois convexes presque verticales sont décorées d’incisions verticales et de boutons (Nogaro Noir Incisé : variété B ou C). De la sépulture 1 provient aussi le bol 534 (fig. 74b) â supports pseudo-mammiformes, dont le bord est épaissi en bourrelet arrondi, mode qui classe cette poterie en Nogaro Noir simple : variété B (forme K2, rare en C-43).

Fig. 58 – Groupe Nogaro (Brun). a/ tombe C-44. b/ fosse C-46. c/ tranchée E.

430Peu de poteries en C-44 semblent devoir être classées en Nogaro Brun ou Nogaro Brun Incisé. On a noté que trois bols à supports tronconiques aplatis (A.2/2, Nfl7 et 222, fig. 80a) ont une surface brun-noir et un façonnage de facture plus médiocre que ceux du groupe Nogaro. Il s’agit peut-être d’un type brun-noir épigone tardif. Outre un bol miniature Nogaro Noir (111), on peut classer en Nogaro Brun un bol tétrapode mammiforme (B.8/45) et un bol tripode à ressaut basal et supports parallélépipédiques creux.

431Collection C-48 – Parmi les poteries que l’on peut classer en Nogaro Noir, les formes des bols ouverts ou écuelles sont les plus courantes (formes A) ; ils sont dotés de supports mammiformes, plus rarement de supports pleins tronconiques : les ressauts ou rebords basals sont assez fréquents, tant sur les récipients à supports que sur ceux à base simple (voir entre autres les poteries C.2/4 (fig. 89e), C.2/25 (fig. 89a), B.8/45 (fig. 88e), E.3/10 (fig. 90i), mais cette dernière est décorée de rainures). Par contre les modelages des bords en bourrelets ou en moulures (variété B) semblent inexistants. Les formes miniatures (variété C) et les bols stuqués (variété D) sont bien représentés.

432Pour le type Nogaro Noir Incisé, le décor le plus fréquent renvoie à la variété A puisqu’il consiste en rainures circonférentielles simples sur les bords de bols de forme A (A8/41 (fig. 88d), B.2/14 (fig. 89b), B.8/6 (fig. 89g), B.8/24 (fig. 89c) : la variété A n’aurait donc pas disparu en Lilillá 3 comme l’indique notre séquence (tableau 6), à moins que les rainures généralement très larges des poteries C-48 ne constituent en fait une nouvelle variété tardive ; elles tendent à se rapprocher d’un décor cannelé. Quant aux incisions complexes fines de la variété C, elles paraissent relativement rares. Un seul bol est gravé et correspondrait à la variété D (D.2/1, fig. 88b).

433Les formes des types Nogaro Noir et Nogaro Noir Incisé sont variées outre les miniatures, on a noté une diversité de vases ou jarres á haut col, et de bols ou vases cylindriques : A.7/5, A.8/18, B.3/3, B.8/5 (fig. 91) ; certains sont dotés de trois supports pleins (E.3/2, fig. 91g). Il y a de plus des bols globulaires tripodes (B.2/9, fig. 90d) et de nombreux bols en calotte à renflement formant moulure décorée de protubérances (A.7/3, A8/39, fig. 90). Toutes ces formes sont quasiment absentes des collections de tessons. Cependant, les bols ouverts à ressaut ou rebord basal n’ont pas disparu (C.2/25, B.8/24, fig. 89ac). On remarque la présence du mode du rebord basal dans la collection C-48 et sa rareté dans les collections de tessons C-43 et C-44.

434En C-48 les poteries que l’on peut rapprocher des types Nogaro Brun semblent plus nombreuses qu’en C-44, mais certaines ont plutôt la finition du groupe Chitac (B.8/47, fig. 92f).

435Les décors incisés consistent le plus souvent en deux rainures circonférentielles larges sur le bord (voir entre autres C.2/33, fig. 92e, et D.2/2, fig. 93b) ; on retrouve ici la variété à rainures très larges. La variété C des incisions verticales, généralement peu complexes, est représentée par quelques cylindres (B.8/48, fig. 93c) ; un vase à col haut, tétrapode, est cannelé verticalement (B.8/32, fig. 93d).

436L’essentiel des tendances évolutives dégagées par la comparaison des tessons et des poteries complètes des collections C-43, C-44 et C-48 peut se résumer ainsi :

  • élaboration croissante des formes, avec augmentation des formes cylindriques, des jarres et des bols à parois convexes ;

  • disparition des bords modelés, remplacés par les modelages en rebord ou en ressaut des liaisons des parois avec la base ;

  • simplification du décor incisé, qui se réduit le plus souvent à des rainures circonférentielles larges ; mais la combinaison sur les parois du décor incisé et des protubérances est probablement plus fréquente sur les poteries C-44 et C-48 que dans nos collections de tessons ;

  • modification des attributs de traitement de surface : la facture des poteries Nogaro C-44 et C-48 est plus médiocre que celle du groupe établi par Viel ; une évolution semble se faire vers le groupe Chitac, et peut-être vers un type Nogaro épigone tardif.

4373 – Dans les Hautes Terres, la céramique noire et brun-noir est répandue tant au Protoclassique qu’au Classique ancien.

  • 18 Wetherington 1978 : 133, 143
  • 19 ibid : 62. 67
  • 20 ibid : voir aussi Smith et Kidder 1952 : 86 87. fig. 33.

438A Kaminaljuyu, le type Verbena Black-Brown : unincised variety (ware Miraflores Black-Brown) atteint sa popularité maximum en Verbena et persiste jusqu’en Aurora18 (voir Viel p. 76). Plusieurs types du ware Miraflores Black-Brown connaissent un premier maximum en Verbena puis un second en Aurora, et présentent donc une bimodalité semblable à celle de Nogaro Noir en Noguta 2-Lilillâ 1 et en Lilillá 3 (ceci dit, plusieurs autres wares de Kaminaljuyu présentent la même bimodalité). Le type Verbena Black-Brown Fine-Incised n’est pas représenté dans nos collections, la variété C des types Nogaro incisés étant plus grossière et plus simple. Les types Nogaro incisés se comparent plutôt au Verbena Black-Brown Coarse Incised, et au Verbena Black Coarse Incised (ware Miraflores Polished Black)19, qui comportent des plats, des bols à ressaut ou à rebord, des miniatures et un décor incisé à motifs complexes semblables à ceux des variétés C des types Nogaro. Ces types sont aussi populaires en Verbena qu’en Arenal-Aurora20.

  • 21 Wauchope 1975.

439A Zacualpa, la céramique brun-noir semble dominer dans le complexe Balam21. On y note de nombreux bols ouverts ou écuelles (shallow bowls), à double rainure circonférentielle sur le bord, un mode fréquent dans les collections de poteries C-44 et C-48 de La Lagunita, ainsi que des cylindres et bols verticaux, et des décors complexes incisés après engobage. Par contre les modelages des bords et des liaisons parois-base sont rares. Balam 1 correspondrait à Lilillâ 3.

440Dans la région de l’Alto Samalâ, Ciudad Ruiz (s.d.), a défini récemment un groupe Chabal Negro Marron, daté du Préclassique récent-Protoclassique : il comporte entre autres modes ceux du ressaut, de la moulure basale, des décors cannelés, incisés, gravés, ou peints sur stuc.

  • 22 Sharer 1978 : 36,38.

441A Chalchuapa, le groupe Pinos, que Sharer relie aux types Verbena Black-Brown de Kaminaljuyu, appartient aux complexes Chul et Caynac. Les modelages des bords et des liaisons parois-base y sont présents22, ainsi que les formes miniatures, les bols verticaux et le décor cannelé. L’incision complexe post-engobe est caractéristique du type Jorgia Coarse Incised (groupe Pinos), qui fait partie de Chul et surtout de Caynac.

  • 23 Woodbury et Trik 1953 : 119.

442A Zaculeu le Polished Black est un peu plus ancien que le Polished Brown (complexe Atzan) ; sept poteries Polished Black sont stuquées23.

  • 24 Museo Nacional : 70-7, K77, K78.
  • 25 ibid : H-14.
  • 26 Arnauld 1984 : fig. 127.
  • 27 Sedat et Sharer s.p.
  • 28 Adams 1971 : 24 et charte 3, complexe Plancha, formes 2a-c et 3cd, ces dernières avec rebord sous-l (...)
  • 29 Willey et al 1965 : 351.

443Enfin, le groupe Nogaro peut être comparé à des tessons noirs polis de Cambote (Huehuetenango, Préclassique récent. Protoclassique),24 à des bols noirs dotés de moulures sous-labiales provenant d’Uspantan (non datés)25, au type Berro Noir Incisé d’Alta Verapaz, complexe Carcha26, enfin au groupe Pinos représenté dans la vallée de Salamá en Baja Verapaz, complexe Quej du Préclassique terminal27. 4 – Dans les Basses Terres, le type Polvero Black défini à Uaxactun et présent à Altar est à rapprocher du groupe Nogaro. Il est daté du Préclassique récent28. Les complexes protoclassiques Salinas et Floral Park ne comportent pas de céramique noire. On note d’autre part qu’au Classique ancien, la peinture sur stuc est surtout associée aux poteries noires du groupe Balanza29.

Groupe céramique Deldongo

444Type Deldongo Rouge (Viel p. 76)

445Non illustré.

446Echantillonnage : 16 tessons (C-43 : 5 : C-44 : 3 ; E-101-b : 8)

447Non inclus en sériation.

448Critères – “Peinture rouge hématite à l’extérieur. Formes”.

449Surface – Plusieurs tessons sont atypiques : un tesson est engobé rouge clair à l’extérieur, un autre est brun à l’extérieur et rouge hématite spéculaire à l’intérieur. Enfin deux tessons ne présentent pas le polissage caractéristique de Deldongo Rouge.

450Formes – Les quelques petits fragments de bords appartiennent sans doute à l’unique forme décrite par Viel : écuelle ou bol ouvert de parois rectilignes ou concaves divergentes, doté d’un ressaut basal, parois a facettes (2 ex.).

451Décoration –

452I/ – Peinture : l’extérieur, et le bord intérieur sont peints d’un enduit rouge hématite, parfois spéculaire ; la bande rouge du bord intérieur est plus large que sur les tessons du type défini par Viel (même variation notée en Vitanza Noir-sur-Rouge du groupe Utatlan).

453II/ Modelage : deux moulures ou ressauts à facettes.

454Distribution stratigraphique et position chronologique – Des 16 tessons Deldongo Rouge, 14 sont distribués dans les couches supérieures de C-43, C-44 et E-101-b (les deux tessons restants proviennent de la couche inférieure C-43-9 et sont atypiques). Le type, daté par Viel du complexe Noguta, semble donc persister en Lilillá, atteignant même en Lilillâ 1 un maximum supérieur à celui de la séquence de la str. A-6.

455Comparaisons : voir Viel p. 76.

Groupe céramique Utatlan

456Types Utatlan Dichrome Incisé et Vitanza Noir-sur-Rouge (Viel p. 77). Les types Utatlan Trichrome Incisé et Otero Noir-et-Rouge (Viel p. 79) ne sont pas représentés.

457Non illustré.

458Echantillonnage : 29 tessons (C-43 : 13 ; C-44 : 10 ; E-101-b : 6)

459Inclus en sériation : 22 tessons.

460Critères – “Dichromie linéaire noir sur rouge, ou en zones noires et rouges le plus souvent limitées par des incisions. [...] Intérieur brun. Pâte fine à moyenne. Formes ouvertes de préférence”.

461Forme la plus courante : écuelle à base plane (Viel p. 77).

462Type Utatlan Dichrome Incisé (Viel p. 77, fig. 49 a-f).

463Echantillonnage : 5 tessons (C-43 : 2 ; C-44 : 1 ; E-101- b : 2).

464Inclus en sériation : 5 tessons.

465Critères – “Dichromie rouge et noire en zones délimitées par des incisions larges et profondes”.

466Formes – 1/ Un bord decuelle ou de bol ouvert, direct de lèvre aplatie.

4672/ Un bord épaissi, redressé à la verticale et concave semble appartenir à un récipient fermé ; la lèvre est aplatie. Diamètre : 14 cm ; épaisseur du bord : 0,6 cm. 3/ Un petit bord concave.

468Décoration – Viel a établi la variété rouge-et-noir et la variété rouge-et-brun. Seule la première est représentée. Le rouge est problement hématite et le noir, graphite. Sur le fragment 2/, la lèvre et la paroi sont rouges, le bord est noir. Sur les autres tessons, le patron n’est pas net : le rouge et le noir tendent à se chevaucher à la limite des zones peintes, et le rouge apparaît parfois noirci à la cuisson.

469Un seul tesson est en fait incisé.

470Type Vitanza Noir-sur-Rouge (Viel p. 79, fig. 49 g-j) Echantillonnage : 24 tessons (C-43 : 11 ; C-44 : 9 ; E- 101 -b : 4)

471Inclus en sériation : 17 tessons.

472Critères – “Dichromie linéaire noire sur rouge (rarement larges zones). Des incisions très fines limitent parfois les bandes noires. Intérieur brun”. Formes (Viel p. 79 : formes A, Bl, B2, C et D).

473A/ Ecuelles de base plane et de parois divergentes rectilignes (20 ex.)

4741 – le bord est direct, la lèvre aplatie. Diamètre : 23-24 cm ; épaisseur des parois : 0,5-0,7 cm.

4752 – le bord est un peu évasé et la lèvre est arrondie (2 ex.). Diamètre : 26 cm.

4763 – un fragment de base à ressaut arrondi peu marqué à la liaison du fond avec les parois divergentes rectilignes, et à support tronconique plein à épaulement.

477C/ Un bord direct, de lèvre convexe, de récipient fermé. Diamètre : 12 cm.

478On note qu’un fragment A2 et le tesson A3 sont peints de couleur rouge clair atypique.

479Décoration – Viel décrit des décors peints (variétés A, B, C), un décor incisé et des moulures.

480I/ Peinture – Dichromie noir sur rouge à l’extérieur.

481Variété A (1 ex.) : “une seule bande noire horizontale” à l’extérieur.

482Variété B (22 ex.) : “dessin linéaire géométrique complexe”.

483Variété C : non représentée (Viel : un seul exemplaire.

484Variété D : le tesson A3 est noir graphite à l’intérieur, avec le bord intérieur peint en rouge sur 2 cm, et rouge à l’extérieur avec de vagues traces de noir graphite.

485La bande rouge sur le bord intérieur est plus fréquente et plus large que sur les tessons Vitanza de Viel.

486II/ Incision – “Une incision fine (0,5 mm de largeur) en U souligne souvent le contour des bandes noires”. Cependant sur 4 tessons, l’incision est large d’1 mm. Et 4 autres tessons ne sont pas incisés, dont le tesson A3.

487Distribution stratigraphique et position chronologique – Le type Utatlan Dichrome Incisé n’est que faiblement représenté dans les couches supérieures C-43-5, C-43-4, E-IV et C-44 : il persiste donc en Lilillá 1, mais il est caractéristique du complexe Noguta 2 (Viel p. 80). Le type Vitanza Noir-sur-Rouge est mieux distribué dans la plupart des couches supérieures, avec un maximum en couche C-43-4. C’est donc le seul type du groupe Utatlan à conserver une certaine popularité en Lilillá. Dans ce complexe, l’idée de dichromie en zones a quasiment disparu.

488Comparaisons : voir Viel p. 80.

489De Salamá, le type Chanai Graphite-Painted : Chanai variety, bien qu’il semble plus ancien (complexe Tol, Préclassique moyen-récent). Il appartient au groupe Xinacati.

Fig. 59 – Groupe Roqueno : types Roqueno Rouge simple (a-d) et incisé(e).

Fig. 59 – Groupe Roqueno : types Roqueno Rouge simple (a-d) et incisé(e).

Groupe céramique Roqueño

490Types Roqueño Rouge (simple) et Roqueño Rouge Incisé (Viel p. 80).

491Illustrations : fig. 59 (Viel, fig. 50).

492Echantillonnage : 51 tessons (C-43 : 24 ; C-44 : 16 ; E- 101-b : 11)

493Inclus en sériation : 40 tessons.

494Critères : “Surface rouge engobée, bien polie. Pâte fine à moyenne dure, avec un coeur noir fréquent”. Nous précisons ici le critère de la couleur : uniquement rouge 7.5 R 4/8.

495Surface : Concernant la couleur, Viel note les nuances rouges de 7.5 R 4/8 à 1 OR 3/3. La première est exclusive du groupe Roqueño tel que nous l’avons formé. La deuxième est très rare. Une troisième, 10R 4/8, vue dans l’échantillon de référence contitué par Viel, n’a pas été retenue pour Roqueño car elle est caractéristique du groupe Tupal. Quant aux tessons de nuance rouge-orange, ils ont été classés dans le groupe Orfeo.

496D’autre part, l’engobe est poli mais la finition est moins bonne que celle du groupe Roqueño formé par Viel. L’érosion est fréquente.

497Formes générales – Selon Viel, la forme la plus courante (A) est un bol ouvert de parois divergentes, rectilignes ou légèrement concaves. C’est aussi la plus courante dans notre échantillon, mais le bord est fréquemment épaissi à l’intérieur, avec une liaison angulaire à la paroi ; la lèvre est arrondie, parfois aplatie. Diamètre : 20-34 cm (fig. 59 a-c). L’épaisseur du bord est de 0,7 à 1,3 cm.

498Type Roqueño Rouge (simple) (Viel p. 80).

499Illustrations : fig. 59 a-d (Viel : sans illustration).

500Echantillonnage : 39 tessons (C-43 : 21 ; C-44 : 12 : E-101-b : 6)

501Inclus en sériation : 30 tessons.

502Critère – “Absence de décor”.

503Formes – (Viel ne décrit pas de formes spécifiques).

504A/ Bol ouvert (24 ex., fig. 59 a-c). Cinq fragments portent une ligne incisée près de la lèvre à l’intérieur. Deux ont la lèvre ondulée. Et deux présentent un cordon latéral circonférentiel (voir Viel, p. 80 Formes).

505B/ Un bord de lèvre amincie est redressé à la verticale ; les parois sont divergentes convexes et la liaison avec le bord est en carène à l’extérieur (fig. 59d).

506C/ Eléments de forme ; une paroi est dotée d’un ressaut arrondi, de position indéterminée.

507Type Roqueño Rouge Incisé (Viel p. 80)

508Illustrations : fig. 59e (Viel, fig. 50)

509Echantillonnage : 12 tessons (C-43 : 3 ; C-44 : 4 ; E- 101-b : 5)

510Inclus en sériation : 10 tessons.

511Crifères – “Rainures incisées (le plus souvent irrégulières) sur la paroi extérieure. Elles ont des bords irréguliers, écrasés par les traces de polissage”. Du moins pour notre échantillon, il s’agit généralement d’une incision exécutée après l’engobage (et non pas de rainures).

512Viel a défini les variétés A, B et C.

513Variété A (5 ex.) : “Incisions simples circonférentielles sur la paroi extérieure”.

514Formes – A/ Trois bords directs, à la lèvre aplatie ou arrondie, de bol ouvert ou écuelle. Un fragment est doté d’un cordon circonférentiel sur la paroi, et un autre, d’un ressaut arrondi.

515C/ Eléments de forme : deux petits fragments de rebord labial de 2 cm de largeur.

516Les formes décrites par Viel en variété A sont A/, et B/bol caréné.

517Décoration – Plusieurs lignes circonférentielles se distribuent sur la paroi de part et d’autre du cordon, au-dessus du ressaut, sur le rebord labial, ou bien encore sur le bord extérieur. Elles ont de 1 à 1,5 mm de largeur, et, contrairement au décor de rainures décrit par Viel, elles semblent avoir été exécutées après l’engobage, bien que cela ne soit pas général. Variété B (5 ex.) : “Incisions verticales ou obliques par séries de 3”.

518Formes (Viel décrit la forme A) – A/ Bols ouverts ou écuelles ; deux fragments sont dotés du cordon circonférentiel que décrit Viel (p. 80).

519Décoration – Deux à trois lignes obliques ou verticales ornent les parois, en plus de lignes horizontales de part et d’autre du cordon, et d’une rainure sur le bord intérieur (cette dernière présente sur 1 ex.). La facture est médiocre.

520Variété C (2 ex.) : “incisions complexes”.

521Un petit fragment de paroi à ressaut arrondi est décoré de lignes croisées mal exécutées. Un autre fragment présente trois lignes courbes parallèles. Les bords de l’incision sont écrasés par le polissage ou l’engobage.

522Variété D (2 ex.) : cannelures.

5231 – Un fragment de paroi convexe (de récipient fermé ?) décoré de cannelures digitales verticales, peu marquées.

5242 – Un fragment de bol ouvert à parois divergentes concaves, avec une moulure basale arrondie : le bord est direct, de lèvre arrondie.

525Diamètre : 24 cm (fig. 59e). Trois cannelures digitales horizontales ornent la paroi entre la lèvre et la moulure. Ce tesson est atypique en ce que l’intérieur est engobé rouge clair ; l’engobe rouge foncé 7.5 R 4/8 couvre l’extérieur et le bord intérieur sur 2 cm.

526Distribution stratigraphique et position chronologique – Le groupe Roqueño n’est distribué de façon continue que dans les couches supérieures : C-43-5 à C-43-2 et E-V à E-III, avec un maximum en couche C-43-4. Il est caractéristique des complexes Noguta 2 et Lilillâ 1-2, comme dans la séquence de la str. A-6 (Viel p. 82). Sa courbe montre cependant des irrégularités, qui résultent du classement des tessons de nuance orange-rouge dans le groupe Orfeo : dans les couches où Roqueño est anormalement faible, Orfeo est sur-représenté (Tableau 15). Comparaisons (voir Viel p. 82) – Le groupe Roqueño est non seulement relié aux groupes Nogaro et Orfeo, mais aussi au groupe Tupal de La Lagunita. On peut considérer qu’il fait la transition entre les groupes Orfeo et Tupal (par la variation de la couleur et de la finition) car sa popularité semble avoir été de courte durée.

527A notre connaissance, aucune poterie complète des collections C-43, C-44 et C-48 de La Lagunita ne peut être classée dans ce groupe.

  • 30 Arnauld 1984 : fig. 150. 206bce.
  • 31 Complexe Tuban. Adams s.d.

528Le tesson 2 de la variété D cannelée de Roqueño Rouge Incisé (fig. 59e), qui provient de la couche C-44 assignée à l’aspect tardif du complexe Lilillá, est comparable à des céramiques engobées rouge à rouge sombre (parfois à l’hématite spéculaire) assez répandues dans les Hautes Terres au Classique ancien (voir le type Chipilin Rouge d’Alta Verapaz, complexe Coban 1)30. Plusieurs bols cannelés, peints en rouge sombre sur orange-brun, proviennent de Tzicuay (Cotzal), où ils sont datés du Protoclassique-Classique ancien31. Dans l’Alto Samalâ, Ciudad Ruiz (s.d.) souligne aussi la persistance au Protoclassique et au Classique ancien du groupe Xlc Rojo Fino, qui est comparable au ware Fine Red de Kaminaljuyu et au groupe Roqueño de La Lagunita.

529De Salamá, groupe Xinacati, du Préclassique moyen-récent (complexe Tol), qui ne persiste cependant pas jusqu’au Préclassique final (ou Protoclassique) comme le groupe Roqueno :

530Xinacati Red : Xinacati variety = Roqueno Rouge simple.

531Chelac Grooved-Incised : Chelac variety = Roqueno Rouge Incisé.

Groupe céramique Ticon

532Type Ticon Orange.

533Illustrations : fig. 60.

534Echantillonnage : 183 tessons (C-43 : 59 ; C-44 : 72 ; E-101-b : 52)

535Inclus en sériation : 121 tessons.

536Critères – Surface engobée orange, généralement mate. Formes des cols de jarres. Décorations diverses fréquentes sur les panses.

537Pâte – Moyenne à grossière, avec une forte densité d’inclusions blanches translucides, et une densité moyenne d’inclusions noires et de grains d’hématite. Elle est plus ou moins homogène, mais toujours compacte. La couleur est généralement brune. (5 YR 6/6).

538Surface – Les faces intérieure et extérieure du col, ainsi que la panse au moins jusqu’à la carène latérale, sont engobées de couleur orange (10R 5/8) à orange-rouge (10R 4/8). L’engobe micacé, les traces de polissage et une véritable brillance sont très rares, ce qui distingue les jarres Ticon des jarres Cardumen. Les traces de lissage avant engobage sont sensibles au toucher.

Fig. 60 – Groupe Ticon.

Fig. 60 – Groupe Ticon.

539Formes – A/ Jarres de panse globulaire ou ovoïde, généralement carénée au niveau du grand diamètre ou légèrement au-dessus. Le col est :

5401 – très court, équivalant au bord évasé ou éversé (9 ex. ; fig. 60a-d ; il s’agit de la forme B des groupes Rapallo et Cardumen). La liaison de la panse au col est angulaire à l’intérieur, et généralement épaissie. La lèvre est aplatie ou arrondie, et le bord est parfois déprimé sur sa face interne. Diamètre : environ 16 cm ; largeur du bord (ou col) : 0,8 à 1,9 cm.

541Trois bords sont dotés d’une anse en ruban attachée à la lèvre ; largeur du ruban : 2 à 5 cm.

5422 – moyen (haut de 2-3 cm), vertical ou à peine convergent, de bord évasé ou éversé (6 ex. ; fig. 60e). Diamètre : environ 12 cm ; largeur du bord : moins de 1.5 cm. Les anses sont attachées à la lèvre (1 ex.).

5433 – moyen, voire haut (hauteur inconnue), vertical ou légèrement convergent, parfois vertical puis évasé vers la lèvre (fig. 60gh ; 28 ex.). Le bord est éversé à l’horizontale, ou même tombant en crochet : il est épaissi de section triangulaire à lèvre arrondie, parfois de section rectangulaire à lèvre aplatie. Une moulure circonférentielle parcourt le col de 6 fragments. Les anses sont attachées à la lèvre. Diamètre : 11-12 cm ; largeur du bord : 1 à 2 cm, et 2,5 cm pour un exemplaire.

5444 – moyen ou haut, vertical concave, de bord évasé épaissi à l’extérieur en bourrelet triangulaire angulaire (14 ex. ; fig. 60e) ; la lèvre est arrondie ou amincie. Diamètre : 14 cm.

5455 – moyen (4-6 cm de hauteur), vertical ou légèrement convergent, de parois concaves, avec un bord évasé et une lèvre arrondie (2 ex.) ; épaisseur du col : 1,2 à 1,4 cm.

546B/ Eléments de formes de jarres :

  1. Fragments de cols moyens dotés d’une moulure horizontale aiguë 7 ex.).

  2. Fragments de panses marquées d’une carène (20 ex.) : il s’agit soit d’un angle avec épaississement de la paroi, soit d’une petite moulure angulaire, ou bien encore d’un ressaut.

  3. Fragments d’anses attachées au plus grand diamètre de la panse ou, sur les fragments, carénés, à la carène elle-même (29 ex.). Ils s’agit d’anses en ruban, la section étant rarement elliptique. Corde : 2.6 à 6,2 cm ; diamètre de l’anse : 2,6 à 4,6 cm ; largeur : 1.7 à 2,7 cm.

547Décoration. –

548Remarque : il était impossible d’isoler un type Ticon Orange Décoré d’un type Ticon Orange Simple puisque seules les panses portent le décor ; or les panses non décorées, difficiles à distinguer des panses du groupe Cardumen, n’ont pas été classées. Variété A (54 fragments de panses décorées) : décoration par altération de la surface, combinant souvent plusieurs techniques ; parfois peinture blanche mate ajoutée.

5491 – Deux à quatre cannelures circonférentielles ornent le haut de la panse au-dessus de la carène (31 ex.) ; ou bien, une simple rainure large de 0,5-0,6 cm (3 ex.).

5502 – Des ponctuations profondes (9 ex.) ou des traits courts incisés (1 ex.), ou les deux décors combinés (1 ex.) ornent la carène même.

5513 – Des ponctuations en semis limité par une rainure courbe décorent le haut de la panse (2 ex. fig. 60j).

5524 – Un cordon ponctué ou incisé de traits verticaux est appliqué : il est circonférentiel à la base du col (1 ex.), ou bien courbe et simple ou double sur la panse (3 ex.) ; sur un fragment de panse le cordon figure un bras et une main. D’autre part, un fragment de panse porte une pastille et une rainure.

5535 – Un fragment de panse combine la ponctuation sur la panse et sur la carène, avec une cannelure au-dessus de la carène et une bande en zig zag peinte en blanc mat. Un autre fragment est décoré de ponctuations et de taches de peinture blanche mate.

554Variété B (10 ex. de panses décorées) : bandes oranges mates peintes sur la surface naturelle brune de la panse.

555Variété C (4 ex.) : décor usulutan.

556Formes : jarres Al et un fragment de panse.

557Des lignes blanches parallèles obliques sont peintes par séries de trois sur la face interne du bord et peut-être du col ; ou bien par séries de quatre sur la panse ; ces dernières sont interrompues. Elles produisent l’effet d’un décor usulutan.

558Un seul fragment semble présenter un véritable décor en peinture négative resist orange clair sur orange foncé.

559Distribution stratigraphique et position chronologique – Le groupe Ticon est distribué dans toutes les couches supérieures de la séquence à partir de la couche C-43-6. Il atteint son maximum en E-IV et sa courbe régulière manifeste, au-dessus de ce maximum, une popularité à peine décroissante à travers toutes les couches supérieures. Il est donc diagnostique du complexe Lilillá, avec un maximum en Lilillá 1. Les variétés B et C, non incluses en sériation, sont marginales ; mais on a noté que la variété C usulutan est synchronique avec les types usulutan (Orfeo Orange Usulutan, Sacluc Noir-sur-Orange et Verbena Ivoire : Usulutan. Voir l’analyse modale).

560Il est intéressant de remarquer que le maximum du groupe Ticon est atteint brutalement dans la seule séquence stratigraphique de C-43, de la couche 5 à la couche 4 ; le phénomène est encore plus marqué si on calcule la fréquence sur le total, non pas de chaque couche, mais de chaque niveau stratigraphique : 0 à 3,7 % dans les niveaux 9 à 6 au-dessus du sol I. On a là l’indication soit d’un hiatus dans l’occupation après la construction du sol I, hiatus dont la fréquence des autres groupes ne témoigne pourtant pas (voir cependant le groupe Tupal), soit de l’intrusion du groupe Ticon en tant que céramique nouvelle. Cependant ce groupe a plus d’un mode en commun avec les jarres des complexes Santizo et Noguta.

561Comparaisons

5621 – A La Lagunita, le groupe Ticon est à relier au groupe Cardumen par les modes de l’engobe orange, de la jarre à col court éversé et des cannelures horizontales. De plus le groupe Ticon semble avoir hérité des groupes Foscopi, Jocote et Orico les cordons dentés et les décors ponctués, et du groupe Corinthian, la peinture en bandes sur surface naturelle. Par contre la diversification des modelages des bords (formes A3 et A4) est une nouveauté introduite par le groupe Ticon, du moins pour les formes de Jarres, car le même phénomène se produit aussi dans le groupe Nogaro en Lilillá. La combinaison de plusieurs techniques de décoration est aussi une innovation du groupe Ticon. Par ailleurs, les groupes contemporains de Ticon et Tupal entretiennent des relations au niveau des traitements de surface.

5632 – A La Lagunita encore, plusieurs jarres Ticon Orange proviennent des collections de poteries complètes.

564– Collection C-43 : la jarre 587 (fig. 75), trouvée dans une fosse dégagée en C-43 ouest où elle était posée à côté d’un lit de galets (phase A-7-II ou III), est de forme Al ; dotée de quatre anses attachées à la lèvre, elle combine sur la panse les décors de la carène ponctuée, des cannelures, des semis de ponctuations limités par des rainures courbes, et de l’application de pastilles figurant le motif ahau sur les anses.

565– Collection C-44 : les deux jarres à 4 anses et pastilles ahau A.4/4, et A.4/5 ne sont pas typiquement Ticon (fig. 81b).

566– Collection C-48 : la combinaison des décors de la jarre 587 n’est pas représentée. On a noté plutôt les associations suivantes (17 jarres étudiées) :

  1. jarres à col court, 4 anses à la lèvre, panse carénée ou non (E.8/1, fig. 97a).

  2. jarres à col moyen, 2 anses attachées à la panse, moulure sur le col, décor par applications de cordons courbes et de pastilles ahau, parfois de cannelures (en particulier, jarres B.3/2 etC.2/10, fig. 97dg).

  3. une seule jarre semble présenter le décor peint blanc, en coups de pinceaux verticaux (B.2/30, fig. 97b) ; elle est dotée de 4 anses attachées au col qui est haut et vertical, et de 2 anses attachées à la panse.

567Les décors peints en zones, ou en style usulutan (Ticon Orange : variété B et C) ne sont pas représentés.

  • 32 Wauchope 1975 : fig. 66.

5683 – Dans les Hautes Terres, la meilleure comparaison pour les jarres Ticon renvoie à des jarres du complexe Balam 2 de Zacualpa32 (aucune jarre n’a été trouvée en Balam 1) : jarres engobées rouges, carénées, à col très court, dotées de 4 anses, décorées par altération de surface.

  • 33 Sharer 1978 : 44, fig. 19g.

569A Chalchuapa, le groupe Soyapango du complexe Late Caynac comporte des jarres dont le col et le bord sont similaires à ceux de la forme A-3 du groupe Ticon33 ; de plus la peinture blanche mate “postcuisson” est typique des jarres Soyapango ; Sharer note que ce décor ne semble pas exister hors de Chalchuapa et il est vrai qu’il est très peu représenté dans la variété A de Ticon Orange.

  • 34 Arnauld 1984 : fig. 129a.
  • 35 ibid : 129ace, 131gh.
  • 36 ibid : forme de jarre A-1, fig. 124a.

570En Alta Verapaz, le complexe Carcha protoclassique inclut des jarres engobées orange ou orange-rouge ; certaines jarres du type Borayo Orange sont décorées de rainures ou de cordons courbes34. Les moulures ornant les cols de jarres, quoique présentes en Borayo Orange, caractérisent plutôt les jarres classiques anciennes du type Mostaza Rouge sur Naturel35. Les cols courts éversés datent du Protoclassique et du Classique ancien, et disparaissent postérieurement36.

571Dans la vallée de Salamá, des jarres engobées orange, avec un décor d’un cordon imprimé à l’épaulement, existent dans le type Chitucan Orange : Impressed variety (groupe Chitucan), qui est restreint au complexe Quej du Préclassique final, contemporain de Lilillâ 1 (Sedat et Sharer s.p.).

  • 37 ibid : fig. 131e, 132g, 207 ; Wauchope 1975 : 171, 183.
  • 38 Museo Nacional : E 196 88 5.

572Le motif des pastilles appliquées sur jarres, figurant un visage humain (motif ahau) est caractéristique des jarres de Verapaz durant tout le Classique37. Enfin l’engobe orange en zones existe sur des jarres datées du Préclassique, du Protoclassique et du Classique ancien, de Chukumuk38.

Groupe céramique Tupal

573Types Tupal Orange-Rouge (simple), Tupal Orange-Rouge Noirci, Tupal Orange-Rouge Incisé, Tupal Orange Craquelé, Tupal Orange-et-Beige.

574Illustrations : fig. 61

575Echantillonnage : 585 tessons (C-43 : 101 ; C-44 : 422 ; E-101-b : 62)

576Inclus en sériation ; 229 tessons.

577Critères – Surface engobée orange-rouge (10R 4/6 4/8,2.5 YR 4/8), polie mais peu brillante à mate. Pâte très compacte et serrée, de couleur beige-orange.

578Pâte – Fine à moyenne, avec une densité moyenne à forte d’inclusions très diverses. Elle est très compacte et serrée, présentant souvent une texture en feuillets, d’aspect vitreux. Elle est assez uniformément beige, ou beige-orange, sans coeur noir.

579Surface – Le lissage avant l’engobage est imparfait, les traces en sont sensibles au toucher, surtout à l’extérieur des récipients. La surface est entièrement engobée, de couleur orange-rouge uniforme, généralement sans les taches de cuisson et les marbrures claires et foncées qui sont caractéristiques du groupe Orfeo. Il existe probablement une nuance orange-brune quasiment impossible à isoler, qui paraît bien représentée surtout en C-44 et en E-101 -b. Les traces de polissage sont visibles mais la brillance est moyenne à mate ; elle n’atteint jamais la qualité lustrée du groupe Orfeo. L’engobe s’érode assez facilement en s’écaillant.

Fig. 61 – Groupe Tupal (orange-rouge).

580Formes Générales – A/ Bols ouverts et écuelles de parois divergentes à 45°, ou plus proches de la verticale, rectilignes ou à peine convexes, de base plane ou convexe. Diamètre : 22-32 cm ; hauteur : 7-10 cm. Le bord est :

  1. direct, parfois un peu épaissi, de lèvre arrondie (fig. 61a).

  2. à peine évasé, généralement épaissi (fig. 61b).

  3. évasé, ou même éversé formant alors un rebord labial large de 1 à 2 cm (fig. 61c).

581B/ Plats tétrapodes de parois divergentes à 45° rectilignes, de liaison avec la base convexe en ressaut arrondi auquel sont attachés les supports mammiformes (fig. 61efg). Le bord est direct et épaissi à l’intérieur. Diamètre : 24-28 cm ; hauteur : 5-6 cm (supports non compris). La lèvre est arrondie.

582C/ Plats tétrapodes à parois divergentes à 45° concaves, de liaison angulaire simple avec la base plate, à supports mammiformes ou bulbeux (fig. 61 hij). Le bord est direct et épaissi formant biseau vers l’extérieur, et la lèvre est arrondie. Diamètre : 28-32 cm ; hauteur : 5-6,5 cm.

583Type Tupal Orange-Rouge (simple)

584Illustrations : fig. 61

585Echantillonnage : 400 tessons (C-43 : 71 ; C-44 : 284 ; E-101-b : 45)

586Inclus en sériation : 208 tessons.

587Critères – Surface entièrement orange-rouge. Absence de décor.

588Formes – A/ Bols ouverts et écuelles (45 ex. bords) :

589Al – de bord direct (29 ex. ; fig. 61a) ; un bord est déprimé sur sa face interne.

590A2 – de bord évasé (6 ex. ; fig. 61b) ; cinq bords sont déprimés et un bord porte une rainure sur la face interne.

591A3 – à rebord labial de 1,3 à 1,7 cm de largeur (4 ex. ; fig. 61c).

592A4 – de bord épaissi en bourrelet triangulaire à l’extérieur (1 ex. ; fig. 61d) et de bord doté d’une moulure sous-labiale (1 ex.).

593B/ Plats tétrapodes à ressaut basal (40 ex. ; fig. 61e). 13 bords sont rainurés sur leur face interne. Un bord est doté d’une moulure sous-labiale asymétrique relevée (fig. 61f). Six fragments ont le ressaut souligné d’une rainure large de 3 mm (fig. 61g). Une rainure marque parfois aussi la liaison intérieure base-parois. Quatre bords portent la trace d’un support mammiforme creux attaché au ressaut ; diamètre à l’attache ; 6 à 7 cm.

594C/ Plats tétrapodes de parois concaves (27 ex. de C-44, appartenant probablement à 5 ou 6 récipients ; fig. 61hi). Un seul bord est déprimé sur sa face interne. La liaison intérieure base-parois est souvent marquée d’une cannelure digitale. Les supports creux, attachés au bord externe du fond, sont mammiformes en demi-sphère, avec ou sans téton cylindrique ; ils sont percés d’un orifice et font sonnaille ; diamètre maximum des supports : 5-6 cm ; hauteur : 2,5 cm.

595D/ Bols ouverts en calotte, à bord redressé à la verticale, ou direct vertical (7 ex. ; fig. 61j). Diamètre : 16 cm, 22 cm.

596E/ Formes diverses – 1/ Un bord de grand bol en calotte avec l’attache à la lèvre d’une anse-panier.

5972/ Une petite jarre probablement miniature ; le col vertical est haut de 3,5 cm.

598F/ Eléments de formes – 1/ Supports creux mammiformes (30 ex ; fig. 61 kl) ; ils sont dotés ou non d’un téton plein ou creux de formes diverses. La plupart sont perforés.

5992/ Supports pleins coniques (8 ex.) :

  • coniques bas, presque en bouton (6 ex. ; fig. 6lq) : 1,6 à 2,4 cm de haut.

  • coniques hauts de 3,3 à 4 cm (2 ex. ; fig. 61 r).

600Les supports mammiformes appartiennent aux formes B et C, les supports pleins coniques appartiennent sans doute à la forme A

6013/ Deux parois à ressaut basal angulaire (de forme A probablement).

6024/ Un fragment d’anse-panier de section elliptique.

603Type Tupal Orange-Rouge Noirci

604Illustrations : fig. 62a-d

605Echantillonnage : 121 tessons (C-43 : 27 ; C-44 : 80 ; E-101-b ; 14).

606Inclus en sériation : 70 tessons.

607Critères – Surface orange-rouge noircie à la cuisson à l’intérieur des récipients. Absence de décor.

608Pâte – Une bande noire sur le bord interne de la fracture est présente.

609Surface – La surface intérieure est brun noire, ou brun-orange taché de noir. Le bord et le fond intérieur sont parfois plus clairs ; sur cinq tessons il est manifeste que la couleur orange du bord intérieur a été préservée (sur 0,5 à 3 cm de largeur). Le polissage est toujours plus brillant à l’intérieur qu’à l’extérieur. A l’extérieur, les taches de cuisson sont rares, sauf sur le fond.

610Formes – A1 / 21 ex. (fig. 62a). Un bord est déprimé et un autre rainuré à l’intérieur. Diamètre : 30-34 cm à l’ouverture, et 18-20 cm à la base.

611A2/ 10 ex. (fig. 62b). Le bord est évasé de lèvre amincie, ou évasé épaissi, parfois en biseau, de lèvre arrondie. Diamètre : 28-32 cm.

Fig. 62 – Groupe Tupal : types simples (a-d). incisé (e-h). orange et beige (ij). noirci (k).

612B/ 5 ex. Un bord est rainuré sur sa face interne. Un bord porte la trace d’un support mammiforme attaché au ressaut basal.

613C/ 25 ex. La forme ne semble pas tétrapode ici, et le bord n’est pas toujours en biseau. Diamètre : 25 cm ; hauteur : 5,5 cm.

614E/ Eléments de formes : 7 ex. de supports pleins tronconiques bas (1,6 à 2,2 cm), appartenant probablement à des formes A (fig. 61c).

615Type Tupal Orange-Rouge Incisé

616Illustrations : fig. 62ef

617Echantillonnage : 44 tessons (C-43 : 3 ; C-44 : 38 : E-101b : 3)

618Inclus en sériation : 21 tessons.

619Critères – Rainures, ou incisions, ou cannelures sur les parois.

620Variété A (10 ex.) : rainures larges (1,5 à 4 mm) et régulières, exécutées avant l’engobage.

621Surface – Un fragment est de surface intérieure caractéristique du groupe Orfeo et de surface extérieure caractéristique du groupe Tupal.

622Formes – A1/ 1 ex.

623A3/ 1 ex. à rebord labial large de 2,1 cm.

624A4/ 1 ex. à bord épaissi en bourrelet triangulaire (fig. 62a).

625B/1 ex

626Décoration – Une à quatre rainures circonférentielles parallèles sur la paroi, sur le bord extérieur (ou intérieur, 1 ex.) ou sur le rebord labial intérieur (fig. 62a). Elles sont nettes, les bords n’en sont pas écrasés.

627Variété B (4 ex.) : lignes fines (moins d’ 1 mm) irrégulières, exécutées sur les bords avant l’engobage.

628Formes – A2/ 1 ex.

629A3/ Un bord en rebord labial : un cordon circonférentiel orne la paroi.

630E/ Un bord de bol fermé globulaire redressé mais cependant rentrant, à la lèvre arrondie (fig. 62b).

631Décoration – Deux lignes circonférentielles parallèles, avec de plus sur le bord A3, une ligne circonférentielle sur le rebord intérieur, et sur le bord E, des lignes verticales espacées sur la paroi (fig. 62b).

632Le bord A2 semble avoir été entièrement stuqué ; des traces de peinture rose sont visibles à l’intérieur.

633Variété C (5 ex.) : lignes irrégulièrement incisées après l’engobage.

634Formes – A1 / Deux bords de bol ouvert, dont un est doté d’un cordon circonférentiel sur la paroi.

635Décoration – Incisions rectilinéaires parallèles obliques, se joignant parfois à angle droit, ou curvilinéaires. Sur trois tessons, elles sont combinées avec des rainures pré-engobage circonférentielles. L’incision est superficielle ou profonde, de profil en U, large de 0,4 à 1 mm.

636Un bord est décoré d’une pastille appliquée sous la lèvre : elle est ponctuée de deux trous (figurant les yeux ?).

637Remarque – En comparaison avec l’importance des décors rainurés et incisés dans les groupes Orfeo, Roqueño et Nogaro, le groupe Tupal est très peu décoré. Le mode des rainures pré-engobage, mais plus larges que celles d’Orfeo, persiste mieux en Tupal que l’incision post-engobage, qui est marginale et de facture variable. On a noté les mêmes phénomènes concernant les collections C-44 et C-48 de poteries complètes dans la rubrique comparative de Nogaro ; les rainures larges pourraient être liées au développement du décor cannelé sur bols.

638Variété D (25 ex.) : cannelures.

639Formes – B/ Plats tétrapodes à ressaut basal (16 ex. ; fig. 62g). Deux supports sont piriformes, et perforés d’une fente et d’un orifice ; ils forment sonnaille.

640D/ Bols ouverts hémisphériques à bord vertical (8 ex., bords et corps ; fig. 62h). Diamètre : 22-24 cm. La lèvre est amincie.

641Décoration – Généralement trois cannelures horizontales sur le bord extérieur des plats B (fig. 62a). Sur les bols D/, séries de trois cannelures verticales limitées en haut et en bas des parois par une rainure large ; deux ou trois rainures circonférentielles larges ondulent aussi le bord extérieur (fig. 62b). De plus, un fragment cannelé de forme B/ est orné de protubérances appliquées sur le ressaut.

642Type Tupal Orange Craquelé

643Non illustré.

644Echantillonnage : 13 tessons (C-44 : 13)

645Non inclus en sériation.

646Critères – Pâte et surface. Minceur des parois.

647Pâte – Elle se distingue de celle du groupe par l’abondance des particules noires et par l’existence de fines bandes noires extérieures. Elle indique sans doute une cuisson à haute température.

648Surface – Elle est engobée orange, tachée de brun-noir, craquelée sur l’intérieur et l’extérieur, ou bien sur l’une des faces, l’autre étant alors typique du groupe. La brillance à reflets métalliques verdâtres est due plus à la vitrification légère produite par la cuisson qu’au polissage.

649Formes – Un bord d’orientation indéterminée, un fragment de paroi présentant un renflement horizontal et une moulure ou ressaut, et quatre petits fragments de supports mammiformes.

650L’épaisseur des parois (0,2 à 0,5 cm) est nettement inférieure à celle des parois du groupe Tupal.

651Décoration – L’unique bord est décoré de trois cannelures circonférentielles.

652Remarque – L’existence de ce type craquelé, légèrement vitrifié, confirme le fait que plusieurs des attributs du groupe Tupal sont le résultat d’une cuisson différente de celle des récipients Orfeo et Roqueno. On a noté la texture de la pâte du groupe Tupal, différente de celle d’Orfeo, de texture plus compacte, non pas granulaire mais en feuillets, et sans coeur noir. De plus, l’uniformité de la couleur de la surface est typique du groupe Tupal, et rare dans le groupe Orfeo. A l’intérieur du groupe Tupal, les types Tupal Orange-Rouge Noirci et Tupal Orange Craquelé témoignent de nouveaux essais de cuisson. 11 est cependant à noter que des essais de vitrification ont été tentés dans le groupe Orfeo.

653Type Tupal Orange-et-Beige

654Illustrations : fig. 62ij

655Echantillonnage : 7 tessons (C-44 : 7)

656Non inclus en sériation.

657Critères – Engobe orange 2.5 YR 4/8 à l’extérieur des récipients, et beige à l’intérieur. Forme.

658Pâte – Elle est un peu moins compacte et serrée que celle du groupe Tupal.

659Surface – La surface extérieure est identique à celle des autres types. A l’intérieur, un pigment orange a été ajouté à l’engobe beige, laissant de fines traînées oranges (mode du type Bedelio Rouge-sur-Beige, Viel p. 58). Le polissage est mat. L’engobe orange couvre aussi la lèvre et le haut du bord intérieur.

660Formes – 1/ Bol ouvert en calotte de bord direct vertical et de lèvre arrondie ou convexe (2 ex.). Diamètre : 11 et 18 cm : épaisseur des parois : 0,6-0,8 cm (fig. 62i).

6612/ Bol ouvert de profil sinueux (4 ex. ; fig. 62j) : partie supérieure verticale concave, partie inférieure divergente convexe : la liaison est en carène angulaire. Le bord est direct, de lèvre arrondie ou convexe. Diamètre : 25 cm.

6623/ Bol ouvert de partie supérieure divergente rectiligne, de partie inférieure convexe, avec une liaison angulaire atténuée (1 ex.). Diamètre : 24 cm.

663Décoration – Un des bords 1/ porte une rainure circonférentielle mal faite sur le bord extérieur.

664Six fragments d’un bol de forme 2/, de surface typique, ont été vus dans un lot non classé provenant des déblais de la partie supérieure du puits C-43 central. Le bord de ce bol est épaissi en petit bourrelet triangulaire. Diamètre : 22 cm.

665Distribution stratigraphique et position chronologique

666Le type Tupal Orange-Rouge (simple) est distribué dans toutes les couches supérieures à partir de la couche C-43-7. Il connaît son maximum en couche C-43-1 : il est diagnostique du complexe Lilillá et caractéristique de son aspect 2.

667Le type Tupal Orange-Rouge Noirci n’apparaît qu’en couche C-43-5 mais atteint son maximum dès la couche C-43-4 ; il est caractéristique de l’aspect Lilillâ 1.

668Le type Tupal Orange-Rouge Incisé apparaît en couche E-V, est peu distribué dans les couches supérieures et serait donc marginal. Les types Tupal Orange Craquelé et Tupal Orange-et-Beige sont exclusifs de la couche C-44, et donc de l’aspect Lilillá 3.

669On note, comme pour le groupe Ticon, une augmentation relativement brutale de fréquence pour l’ensemble du groupe Tupal dans la séquence C-43, de la couche C-43-5 à la couche C-43-4, c’est-à-dire sous et sur le sol I : de 2,6 % à 11,6 %. L’évolution dans les niveaux stratigraphiques est aussi assez éloquente, encore que les tessons issus de la fosse intrusive de la sépulture 1 tardive sous le sol I déforment probablement la courbe de fréquence :

670* Niveau 14 effectué hors de la fosse de la sépulture 2.

671Comme pour le groupe Ticon, l’interprétation de cette anomalie est difficile : on est en présence soit d’un hiatus, que les courbes de fréquence des autres groupes n’indiquent pourtant pas, soit de l’intrusion du groupe Tupal en tant que céramique étrangère ; or Tupal est présent dans les niveaux inférieurs au sol I, et de plus, entretient des relations modales évidentes avec les groupes locaux Orfeo et Roqueño des complexes Santizo et Noguta.

672Comparaisons

6731 – A La Lagunita, le groupe Tupal est donc à rapprocher des groupes Orfeo et Roqueno. Tupal et Roqueño sont difficiles à distinguer par le seul critère de la couleur, et ont en commun la variation des techniques de leurs décors incisés, souvent mal exécutés. Mais les relations sont surtout nettes entre Orfeo Orange : variété D – plats –, et les plats de forme B de Tupal Orange-Rouge ; il en est de même des variétés A – rainures simples – d’Orfeo Orange à Rainures et de Tupal Orange-Rouge Incisé. De plus, Tupal Orange-Rouge Noirci présente des surfaces tachées à la cuisson, mode caractéristique du groupe Orfeo. Il semble que, s’il y a eu une évolution progressive des groupes Orfeo et Roqueño pour aboutir au groupe Tupal, celle-ci a consisté essentiellement en des modifications techniques et morphologiques : nature de la pâte, technique de cuisson, et formes ; à ce niveau, l’impact d’influences extérieures à La Lagunita a pu être déterminant.

674D’autre part, le type Tupal Orange-et-Beige est à relier à Bedelio Rouge-sur-Beige.

6752 – A La Lagunita encore, de nombreuses poteries des collections C-43, C-44 et C-48 peuvent être classées dans le groupe Tupal.

676– Collection C-43 – Le plat 524 à ressaut basal et à supports mammiformes (fig. 74c), posé sur le sol Ib à la base de la couche C-43-4, peut être assigné soit à Orfeo Orange : variété D, soit à Tupal Orange-Rouge, forme B. Le traitement de sa surface le rapproche cependant plus du type Tupal. L’écuelle 517, et le bol 523 à petits supports coniques pleins (fig. 74h), provenant de la couche C-43-2, appartiennent à Tupal Orange-Rouge simple, forme A.

677– Collection C-44 – Le bol 183 à petits supports tronconiques (fig. 80d) ainsi que deux autres bols semblables et le bol 163, tripode mammiforme de profil simple, se classent aussi dans le type Tupal simple ou dans le type noirci (forme A). Le bol 275, décoré de boutons et d’incisions verticales (fig. 80b) semble être le seul représentant en C-44 de Tupal Orange-Rouge Incisé : variété B.

678– Collection C-48 – Les formes du type Tupal simple sont beaucoup plus variées dans cette collection : bols à anse-panier (E.8/5. fig 95a), nombreux pichets tripodes, grand bol de 40 cm de diamètre à quatre anses petites attachées à la lèvre (B.2/21, non illustré), bol hémisphérique D.2/4 (fig. 95c).

679Cependant les bols ouverts de forme A, généralement non supportés, et les plats tétrapodes des formes B et C sont aussi représentés (entre autres : A.8/40, A.8/8 et C.2/42, fig. 94) : deux grands bols ouverts de profil simple (A.8/25. et D.2/12, non illustrés) seraient à classer en Tupal Orange-Rouge Noirci.

680Tupal Orange-Rouge Incisé est représenté par au moins deux écuelles à parois subverticales (B.2/38 et C. 2/40. fig. 94b), des plats tétrapodes de forme B à bord incisé ou cannelé (E.2/4, E.3/6, fig. 94cd), et des bols à bord vertical, dont certains sont fermés, décorés d’incisions, ou de cannelures verticales (D.3/ 1 et C.2/27, fig. 95d) et sont incisés. C.2/3 et D. 2/8 (fig. 96) sont cannelés et à rapprocher des bols à forme D de Tupal Orange-Rouge Incisé : variété D ; ils sont de plus décorés d’une bande noir – graphite peinte au bord.

681Le type Tupal incisé paraît donc un peu mieux représenté dans les collections de poteries que dans celles de tessons, surtout dans ses variétés A, B et D, l’incision post-engobage de la variété C étant rare.

6823 – Dans les Hautes Terres, on relève pour le groupe Tupal les comparaisons suivantes :

  • 39 Wetherington 1978 : 80 et 131-132.
  • 40 ibid : 145-146.

683– A Kaminaljuyu, type Arenal Red : Polished variety, du ware Villalobos Red ; ce ware augmente fortement en phases Arenal et Aurora39 ; mais c’est surtout Arenal Red : Dull variety (du même ware) qui est diagnostique de Aurora40 ; les tessons de ce type vus au Musée sont cependant moins comparables à ceux du groupe Tupal que les tessons de la variété polie. Il est intéressant de noter que Viel a comparé quelques tessons tardifs du groupe Roqueño au ware Villalobos Red (p. 82).

  • 41 Sharer 1978 : 42 et 126.

684– A Chalchuapa, groupe Aguacate, type Aguacate Orange : variété Atecozal et variété Torola ; le groupe Aguacate est diagnostique du complexe Caynac41 ; les plats tétrapodes à supports mammiformes n’apparaissent que dans la variété Torola, qui est caractéristique de Late Caynac ; de plus, le traitement de surface du groupe Tupal est plus comparable à celui de Torola qu’à celui d’Atecozal.

685– A Zacualpa, il existe des poteries oranges dans le complexe Balam, mais il est difficile d’en isoler les caractéristiques précises dans la description de Wauchope (1975) ; nous avons vu au Musée des fragments de bols ouverts non supportés, à l’engobe orange comparable à celui du groupe Tupal, quoique érodé ;

  • 42 Rands et Smith 1965 : fig. 9g.

686– De Salcajâ, des bols ou plats tétrapodes rouges rainurés, à supports mammiformes, de la forme B du groupe Tupal42.

687De la région proche de Salcajâ, l’Alto Samalâ, le groupe Cot Naranja récemment défini (Ciudad Ruiz s.d.), daté du Préclassique récent-Protoclassique, est plus comparable au groupe Orfeo qu’au groupe Tupal. Pourtant il comporte comme Tupal les formes de plats ou bols à ressaut et supports mammiformes. Il semble que dans cette région, les innovations protoclassiques se soient limitées aux modes morphologiques, sans introduction des modes technologiques qui ont amené à La Lagunita la production du groupe Tupal différent du groupe Orfeo.

688– Alfa Verapaz, type Borayo Orange du complexe Carcha (Arnauld 1984) ; les tessons Borayo à engobe orange-rouge mince et fréquemment érodé peuvent être rapprochés du groupe Tupal, tandis que les tessons Borayo lustrés sont comparables au groupe Orfeo.

  • 43 Hatch 1982 : 132.

689– A Los Encuentros, le ware Otoño Rouge, daté du Préclassique récent et du Classique, est comparable au type Tupal Orange-et-Beige43

690– “Dans la vallée de Salamá, le type Chitucan Orange : Chitucan variety (groupe Chitucan), engobe orange mat, est restreint au complexe Quej du Préclassique final, contemporain de Lilillâ 1 (Sedat et Sharer s.p.)”.

  • 44 Willey et al 1965 : 343, 345, 349.
  • 45 ibid : fig. 205.

6914 – Dans les Basses Terres, c’est l’apparition du groupe Aguacate, ware Holmul Orange, dans le complexe Floral Park, qui correspond à celle du groupe Tupal dans le complexe Lilillâ44. On trouve dans la variété Privaccion du type Aguacate Orange, des plats tétrapodes semblables à la forme C du groupe Tupal45.

Fig. 63 – Groupe Saman.

Fig. 63 – Groupe Saman.

Groupe céramique Saman

692Types Saman Lissé, Saman Rouge, Saman Blanc, et Saman Micacé.

693Illustrations : fig. 63a-f

694Echantillonnage : 208 tessons (C-43 : 98 ; C-44 : 101 ; E-101-b : 9).

695Inclus en sériation : 17 tessons (type Saman Rouge seulement).

696Critères – Lissage de la surface avec fines traces horizontales. Ecuelles, grands bols et bassins (apaxtes). Pâte grossière beige.

697Pâte – Grossière, avec une forte densité de particules noires et blanches d’environ 0,5 mm de diamètre, et une faible densité de particules noires et rouges de plus de 1 mm. Elle est assez homogène et bien compacte, de couleur beige uniforme (7.5 YR 7/4), parfois rouge (10R 5/8) ; le coeur ou les bandes externes sont rarement noires.

698Surface – Elle a été lissée régulièrement avec un matériau fibreux passé sur l’argile humide, qui a laissé de fines traces horizontales. La finition est généralement meilleure à l’intérieur des récipients. La couleur est celle de la pâte, donc beige, ou rarement rouge, avec fort peu de taches de cuisson. La surface a parfois été barbouillée ou engobée de rouge ou de blanc.

699Formes générales – A/ Grands bols et bassins de parois divergentes à 45°, rectilignes ou généralement concaves, et de base plane. Le bord direct est souvent épaissi, de lèvre arrondie. Diamètre à l’ouverture : 26-50 cm ; à la base : 20-26 cm, 32 cm ; hauteur : 7-14 cm ; épaisseur du bord : 1 à 1,8 cm ; épaisseur des parois : 0,8 à 1,3 cm, 1,6 cm.

700B/ Ecuelles et plats de parois divergentes assez proches de l’horizontale, convexes, de base convexe. Le bord direct est légèrement épaissi, de lèvre arrondie. Diamètre : 18 cm, 28-30 cm ; hauteur : 4-6 cm ; épaisseur du bord : 0,6 à 1 cm ; épaisseur des parois : 0,4 à 0,7 cm.

701Type Saman Lissé

702Illustrations : fig. 63a-g

703Echantillonnage : 166 tessons (C-43 : 75 ; C-44 : 89 ; E-101-b ; 2).

704Critères – Surface seulement lissée.

705Formes – A/ Bassins et grands bols. On peut peut-être distinguer les bassins des grands bols d’après leurs dimensions :

706A1/ hauteur : 8 à 13 cm, voire plus ; diamètre : 38-50 cm ; épaisseur du bord : plus de 1 cm (au total, 31 bords et 17 bases ; fig. 63ab).

707A2/ hauteur : 7 à 9 cm ; diamètre : 26-35 cm ; épaisseur du bord et des parois : 0,8 à 1 cm (23 ex. ; fig. 63c).

708Deux bords (formes 1 et 2) sont déprimés sur leur face interne.

709B/ Ecuelles et plats (35 ex. ; fig. 63de). Le bord est :

  1. direct, nor épaissi ou à peine épaissi.

  2. direct épaissi.

  3. direct, progressivement aminci vers la lèvre.

710On note que le lissage de la forme B est meilleur que celui de la forme A

711C/ Miniatures (2 ex.), bol fermé. Diamètre : 8 cm ; hauteur : 5,3 cm (1 ex.).

712Décoration – Le bord extérieur d’une écuelle est irrégulièrement incisé d’une ou deux lignes circonférentielles profondes (fig. 63f)

713Type Saman Rouge

714Illustrations : fig. 63g-l

715Echantillonnage : 19 tessons (C-43 : 9 ; C-44 : 5 ; E- 101-b : 5).

716Inclus en sériation : 17 tessons.

717Critères – Surface barbouillée d’un engobe orange-rouge (10 R 4/8).

718Surface – L’engobe couvre en général toute la surface. Il ne masque pas les traces de lissage, est mat et parfois taché de noir.

719Formes – A2/ 3 ex. (fig. 63g).

720B/ 17 ex. (fig. 63hi). Deux fragments sont atypiques : les parois sont rectilignes et proches de la verticale, avec une liaison parois-base angulaire et épaissie ; l’un des deux porte une anse horizontale attachée à la lèvre (fig. 63jk) ; diamètre de la base : 32 cm.

721D/ Eléments de formes : une anse horizontale attachée à la lèvre (fig. 63 1).

722Type Saman Blanc

723Non illustré.

724Echantillonnage : 16 tessons (C-43 : 14 ; E-101-b : 2). Critères – Surface engobée blanche mate.

725Surface – L’engobe est blanc, mat et crayeux, inégalement réparti sur toute la surface. Il semble parfois couvrir un engobe rouge barbouillé.

726Formes – A1/ 2 ex., B/ 1 ex., des fragments de jarres et deux fragments d’anses.

Fig. 64 – Type Saman Micacé.

727Type Saman Micacé

728Illustrations : fig. 64

729Echantillonnage : tessons, tous de C-44.

730Critères – Surface plus ou moins bien lissée, parsemée de mica en densité faible à moyenne.

731Pâte – Elle est de couleur noire.

732Formes – C/ Un gobelet miniature de parois verticales convexes, et de lèvre aplatie. Diamètre : 8 cm ; hauteur : 7,3 cm.

733E/ Bols fermés (6 ex. ; fig. 64ab). Les parois sont convergentes proches de la verticale, le bord est direct ou infléchi rentrant, souvent épaissi en bourrelet, de lèvre arrondie ou amincie. Diamètre : 8 cm, 10 cm, 15 cm.

734Distribution stratigraphique et position chronologique

735Le groupe Saman est pratiquement présent dans toutes les couches supérieures à partir de la couche C-43-5 (complexe Lilillâ). Le type Saman Lissé atteint un maximum de 37,3 % en couche C-43-1 (Lilillâ 2) mais sa courbe est irrégulière en raison sans doute de différences de contextes fonctionnels entre les couches C-43, C-44 et E-101-b : les grands bols et bassins de Saman Lissé ont probablement servi à des fins rituelles dans les couches C-43-2 et C-43-1 (31 % et 37,3 %) qui sont associées au sol II, ainsi que dans la couche C-44 associée à la sépulture C-44 (moyenne de 3,3 %) ; par contre le type est quasiment absent des couches de remblai E-101-b. Or cette distribution est semblable à celle du groupe Rabolio des encensoirs. On a donc renoncé à sérier le type Saman Lissé.

736Saman Rouge est mieux distribué dans presque toutes les couches supérieures, avec un maximum en couches C-43-4 et E-III (Lilillâ 1). Saman Blanc est marginal et Saman micacé est exclusif de la couche C-44 (Lilillâ 3).

737Comparaisons

7381 – A La Lagunita, les grands bols et bassins du groupe Saman ressemblent aux récipients du type Rabolio Encensoir à Piédestal, dont la finition est cependant meilleure. L’engobe blanc crayeux est un mode fréquemment associé aux encensoirs. Le groupe Saman entretient aussi des liens morphologiques avec le groupe Canaba.

7392 – A La Lagunita encore, le groupe Saman est représenté dans les collections C-43, C-44 et C-48 de récipients complets.

740– En couche C-43-2, la présence parmi les offrandes de bols du groupe Canuto, des écuelles 516 et 522 (fig. 74e) ainsi que des grands bols 514 et 515 (fig. 74g), confirme la fonction au moins en partie rituelle du type Saman Lissé dans lequel ces quatre poteries peuvent être classées.

741– En C-44, au moins un grand bol à fond plat (217, fig. 80e) et des bols cylindriques à lèvre amincie (290, fig. 80f), forme E de Saman Micacé, appartiennent à Saman Lissé, tandis que le grand bol 617 représenterait Saman Rouge (non illustré).

742– En C-48, des grands bols de type Saman Lissé (E.4/10. fig. 98b), Saman Rouge et Saman Blanc sont présents ; l’écuelle à base annulaire B.5/4 (fig. 98c) pourrait appartenir à Saman Lissé.

  • 46 Sharer 1978 : 28-29.

7433 – Dans les Hautes Terres, l’utilisation à des fins domestiques, et parfois rituelles, de grands récipients ouverts lissés, et d’écuelles, plats ou comals lissés, est connue au moins dès le début du Classique ancien, bien que la tradition en semble amorcée au Préclassique moyen à Chalchuapa avec le groupe Cara Sucia, qui persiste dans les complexes Chul et Caynac46. On peut citer :

    • 47 Hatch 1982 : 138-139.

    dans la vallée du Rio Chixoy, le ware Chixoy Fruste, Formes B et C, et le ware Apricot Paste, forme A47.

    • 48 Wauchope 1975 : fig. 176kmn, 118 120.

    à Zacualpa, bassins et comals du complexe Balam48.

    • 49 Wetherington 1978 : 93, 95. 124, 133.

    à Kaminaljuyu, écuelles à 2 ou 4 anses (diamètre : 22 24 cm) et bassins des types Felicidad White Washed : variété Felicidad, et Fuego Bright Micaceous : variété Fuego, du ware Baul Reddish-Brown Paste dont la fréquence augmente nettement en phase Aurora49.

    • 50 Smith et Kidder 1943 : 139, fig. 20.

    dans la vallée moyenne du Rio Motagua, “coarse ware bowls”50.

    • 51 Arnauld 1984 : fig. 135ac, 140-142, 144.

    en Alfa Verapaz, bassins et comals des types Chatillas Lissé et Mostaza Rouge sur Naturel, qui apparaissent dans le complexe Carcha protoclassique51.

Fig. 65 – Groupe Saquim.

Fig. 65 – Groupe Saquim.
  • 52 Wauchope 1975 : fig. 61 ; Arnauld 1984 : fig. 134a.

744Les comals ou écuelles à bord haut et à anses horizontales datent du Classique ancien à Zacualpa et en Alfa Verapaz52.

Groupe céramique Saquim

745Types Saquim Brun Lustré, Saquim Orange Lustré. Illustrations : fig. 65

746Echantillonnage : 15 tessons (C-43 : 1 ; C-44 : 11 ; E- 101-b : 3).

747Inclus en sériation : 14 tessons.

748Critères – Surface engobée brune ou orange, lustrée, à très fines traces de polissage. Pâte fine noire. Bols composites de parois minces.

749Pâte – Fine, bien qu’elle contienne parfois des particules de 1 mm de diamètre en densité faible. Elle est moyennement compacte, de couleur noire ou grise.

750Surface – La finition avant l’engobage est excellente. L’engobe est général, mince, souvent parsemé de mica en densité moyenne. Le toucher est doux et lisse. Le polissage a laissé des traces horizontales extrêmement fines et serrées, dont résulte une brillance lustrée, ou satinée, qui est tout à fait particulière. Ce traitement de surface est remarquable pour des poteries de parois minces.

751Formes – A/ Bol ouvert de profil sinueux, à bord concave évasé, ou même éversé, et à base convexe (3 ex. ; fig. 65a). La liaison externe du bord avec la paroi est soulignée d’un léger ressaut. La lèvre est arrondie. Diamètre : 20 cm ; épaisseur des parois : 0,3 cm. B/ Fragments de bols ouverts. Diamètre : 26-28 cm ; épaisseur des parois ; 0,5 cm. Le bord est :

  1. éversé formant rebord labial large de 1,3 cm, à la liaison interne angulaire avec la paroi ; ce fragment est aussi doté d’un ressaut basal angulaire haut placé ; la base est convexe (fig. 65b).

  2. évasé et épaissi en biseau, de lèvre arrondie ; ce fragment est aussi doté d’une moulure basale (ou ressaut ; fig. 65c).

  3. divergent, de lèvre arrondie, déprimé sur sa face interne.

752C/ Deux fragments de bols fermés à bord redressé à la verticale et épaissi en bourrelet, de lèvre amincie (fig. 65d). Diamètre : 10 cm, 13 cm ; épaisseur des parois : 0,2-0,3 cm.

753Type Saquim Brun Lustré

754Illustrations : fig. 65ab

755Echantillonnage : 13 tessons (C-44 : 11 ; E-101-b : 2). Inclus en sériation : 12 tessons.

756Critères – Surface engobée brune.

757Formes – A Bl, B3, C.

758Eléments de formes : une base plate de parois divergentes, avec un léger ressaut arrondi à la liaison extérieure.

759Type Saquim Orange Lustré

760Illustrations : fig. 65cd

761Echantillonnage : 2 tessons (C-43 : 1 ; E-101-b : 1), tous deux sériés.

762Critères – Surface engobée orange.

763Formes – B2, C.

764Décoration : la moulure du bord B2 est ponctuée.

765Distribution stratigraphique et position chronologique – Le groupe Saquim apparaît en couche E-IV, et est présent dans trois des couches supérieures, dont C-44. C’est un groupe marginal du complexe Lilillá.

766Comparaison – Au moins à La Lagunita, aucun groupe n’a la pâte ni la qualité de finition du groupe Saquim. Ce pourrait être un groupe importé.

Groupe céramique Canaba

767Types Canaba Noir, Canaba Orange.

768Illustrations : fig. 66

769Echantillonnage : 98 tessons (C-43 : 21 ; C-44 : 68 ; E- 101-b ; 9).

770Inclus en sériation : 57 tessons.

771Critères – Surface engobée et polie, peu brillante. Pâte moyenne à grossière très compacte. Grands bols et bassins.

772Pâte – Moyenne à grossière, avec une densité moyenne de petites inclusions beiges, blanches et noires, et quelques grosses particules brunes ou blanches. Elle est très compacte, et de couleur uniforme brun-beige, avec parfois un coeur noir.

773Surface – Elle est entièrement engobée et polie, d’une brillance moyenne. Les traces de lissage pré-engobage sont sensibles au toucher, et la finition est meilleure sur la surface intérieure. La couleur est noire, ou brun noir, ou orange.

774Formes générales – A/ Grands bols et bassins de parois divergentes à 45°, rectilignes ou à peine concaves. Le bord direct est souvent épaissi, de lèvre arrondie. La base est plate (fig. 66). Le diamètre à l’ouverture est de 31 à 38 cm, et de 51 cm pour 1 ex. ; à la base il est de 20 à 24 cm ; hauteur : 7,5 cm, 18-20 cm ; épaisseur du bord : 1 à 1,4 cm ; épaisseur des parois : 0,5 à 1,3 cm.

775Type Canaba Noir

776Illustrations : fig. 66ab

777Echantillonnage : 55 tessons (C-43 : 10 ; C-44 : 44 ; E-101-b : 1)

778Inclus en sériation : 26 tessons.

779Critères – Surface noire.

780Surface – La couleur est tantôt noire, parfois marbrée de brun clair, tantôt grise. La surface est généralement engobée ; cela est douteux pour quelques tessons dont la fracture présente deux bandes externes noires.

781Formes – A/31 bords et bases (fig. 66ab). Six bords sont épaissis puis amincis en méplat sur l’intérieur (fig. 66b).

782B/ Bols à parois proches de la verticale, de bord direct peu épaissi, et de lèvre aplatie (3 ex.). Diamètre : 16 cm (1 ex.).

783Type Canaba Orange

784Illustrations : fig. 66c

785Echantillonnage : 43 tessons (C-43 : 11 ; C-44 : 24 ; E-101-b : 8).

786Inclus en sériation : 31 tessons.

787Critères – Tout ou partie de la surface engobé orange.

788Surface

789Variété A (25 ex., non tabulés par lots) : la surface intérieure est engobée brun-rougeâtre et moyennement polie avec des traces de polissage visibles ; la surface extérieure est engobée orange (2.5 YR 5/8) et mate.

790Formes – A/ 13 ex. Un fragment a le bord déprimé à l’intérieur et la lèvre aplatie.

791Variété B (18 ex.) : toute la surface est engobée orange, non polie.

Fig. 66 – Groupe Canaba : types noir (ab) et orange (c).

Fig. 66 – Groupe Canaba : types noir (ab) et orange (c).

792Formes – A/ 6 ex. Un fragment est doté d’une moulure latérale aiguë. Un autre présente une cannelure digitale à la liaison intérieure des parois à la base.

793Décoration – Un fragment est décoré de 4 rainures circonférentielles, larges de 4 mm, espacées sur la paroi.

794Distribution stratigraphique et position chronologique – Le type Canaba Orange est présent dès la couche C-43-6 (Noguta 1), mais il peut s’agir d’une chute dans les remblais : il est surtout bien distribué dans les couches supérieures à partir de la couche E-IV, avec un maximum en C-43-1 (Lilillâ 2). Le type Canaba Noir ne débute qu’en couche C-43-4, et est irrégulièrement distribué dans les couches supérieures, avec un maximum en couche C-43-1 (Lilillâ 2). On peut considérer les deux types comme étant synchroniques.

795Comparaisons

7961 – A La Lagunita, le groupe Canaba entretient des relations morphologiques avec le groupe Saman. Les formes Canaba sont d’autre part assez semblables aux récipients noirs des encensoirs à piédestal du groupe Rabolio. Le groupe Canaba a peut-être une fonction en partie rituelle, ce qui expliquerait le maximum qu’il connaît en couche C-43-1 (sol II). On note de plus pour ce groupe une division typologique analogue à celle du groupe Canuto, lui-même de fonction rituelle : surfaces noires, surfaces oranges ou brunes.

7972 – A La Lagunita, le groupe Canaba paraît peu représenté dans les collections de poteries C-43, C-44 et C-48. On a noté un bol ouvert tripode en C-48 (B.5/2, fig. 98g) dont la surface orange paraît plus caractéristique du groupe Canaba que du groupe Tupal. Le bassin noir B.8/12 pourrait être classé en Canaba noir (fig. 98e).

  • 53 Sharer 1978 : 42.

7983 – Dans les Hautes Terres, à Chalchuapa, les grands bols du type Aguacate Orange : variété Atecozal sont peut-être à rapprocher du type Canaba Orange53. Ils appartiennent au complexe Caynac.

799Les comparaisons données pour les formes des grands bols et bassins du groupe Saman sont valables pour le groupe Canaba.

Fig. 67 – (a-c) – Le type Canuto Brun.

Fig. 67 – (a-c) – Le type Canuto Brun.

Fig. 67-A – (d-f) – Le type Canuto Noir.

Groupe céramique Canuto

800Types Canuto Brun (Viel p. 82), et Canuto Noir.

801Illustrations : fig. 67 (Viel, fig. 51).

802Echantillonnage ; 196 tessons (C-43 : 18 ; C-44 : 176 ; E-101-b : 2).

803Inclus en sériation : 63 tessons.

804Critères – “Forme et pâte”.

805Pâte – Elle est équivalente à celle décrite par Viel, à ceci près qu’elle est fine à moyenne plutôt que fine. Surface – Comme l’indique Viel, il y a deux types, l’un de surface brune lissée, l’autre de surface noire polie. L’engobe est effectivement difficile à discerner sur les tessons bruns, qui peuvent n’être qu’“auto-engobés” ; il est plus évident sur les tessons noirs. Il y a de plus, comme le dit Viel, un type engobé orange, mais les tessons en sont généralement impossibles à distinguer de ceux du type brun en raison des dépôts noirs qui salissent les fragments de C-44.

806Forme quasiment exclusive : A./ bol ouvert ou écuelle de base plane, de parois divergentes rectilignes ou légèrement concaves (fig. 67a). Le bord direct est presque toujours déprimé sur sa face interne, et la lèvre est arrondie. Diamètre : en moyenne 15-18 cm ; hauteur : 4-5 cm ; épaisseur des parois : 0,6-0,8 cm.

807Type Canuto Brun

808Illustrations : fig. 67a-c

809Echantillonnage : 113 tessons (C-44 : 113)

810Inclus en sériation : 34 tessons.

811Critères – Surface engobée ou “auto-engobée” de couleur brun-gris à brun-orange, mate.

812Surface – En général la surface est de la couleur brune de la pâte, souvent noircie, et mate. Sur environ 26 tessons, un engobe est net : d’une couleur mate variant du brun au gris-rose, il a été appliqué à grands coups de pinceau laissant des traînées horizontales bien visibles. Environ 13 tessons sont sans doute engobé orange mat (5 YR 7/6, 6/6), ou orange-rose mat.

813Formes – A/ Ecuelles ou bols, généralement à bord intérieur déprimé (fig. 67ab). Deux fragments sont dotés d’un ressaut basal arrondi.

814Type Canuto Noir

815Illustrations : fig. 67d-f

816Echantillonnage : 83 tessons (C-43 : 18 ; C-44 : 63 ; E-101-b : 2).

817Inclus en sériation : 29 tessons.

818Critères – Surface engobée noire polie et brillante à l’intérieur, noire mate et marbrée de gris-rose à l’extérieur.

819Pâte – Elle est plus fine et plus compacte que celle de Canuto Brun. On note parfois une bande noire au bord de la fracture.

820Formes – A/ 33 ex. (fig. 67de). La liaison des parois avec la base est parfois marquée par un ressaut (4 ex.). Un fragment est doté d’un support plein tronconique, renflé vers l’extérieur, haut de 1,6 cm (fig. 67f).

821B/ Grand bol ouvert de parois divergentes légèrement convexes (16 ex.). Le bord est direct, de lèvre amincie. Diamètre : 21 cm, 34 cm ; hauteur : 12 cm ; épaisseur des parois : 0,6-0,8 cm.

822C/ Un fragment de bol ouvert de profil sinueux, à bord déprimé. Diamètre : 20 cm.

823Décoration – Sur les formes A : des protubérances sont parfois espacées sur la paroi (4 ex.) ; et deux rainures circonférentielles décorent le bord extérieur d’un bol à ressaut basal (fig. 67e ; 1 ex.). Sur la forme B : un fragment est rose à l’intérieur et noir sur le bord intérieur par suite d’une cuisson différentielle (ce mode est présent dans le groupe Rabolio). Sur la forme C : une protubérance orne la paroi.

824Distribution stratigraphique et position chronologique – Le groupe Canuto apparaît en couche C-43- 5 et est assez peu distribué dans les couches supérieures ; il n’est vraiment abondant que dans la couche C-44. Il est caractéristique du complexe Lilillá (voir Viel p. 82), et diagnostique de l’aspect 3. Le type Canuto Noir serait plus ancien que Canuto Brun car il est mieux distribué en C-43 et en E-101 -b ; il est moins abondant que Canuto Brun en C-44 (2,3 % et 4,2 % sur l’ensemble des lots).

825Comparaisons

8261 – A La Lagunita, le groupe Canuto est de fonction exclusivement rituelle : les bols ou écuelles à bord déprimé ont servi à contenir des offrandes ; disposés deux par deux, l’un formait le récipient et l’autre le couvercle, les bords déprimés assurant l’ajustement. En raison de cette fonction, il est assez logique que les types Canuto entretiennent des relations avec les encensoirs à piédestal du groupe Rabolio (traitement de surface des récipients, bords déprimés). D’autre part, le groupe Canuto est à rapprocher des groupes Canaba et Nogaro. Vis-à-vis de ce dernier, seules les formes et la surface extérieure gris-rose mate distinguent le type Canuto Noir.

8272 – Dans les collections C-43, C-44 et C-48 de récipients complets de La Lagunita, les bols à offrandes du groupe Canuto sont très nombreux.

828– En C-43, deux bols Canuto Noir ont été trouvés dans la sépulture 1 (phase A-7-II, Lilillâ 2). Sous le sol II, les couches C-43-2 et C-43-1 contenaient 12 bols du groupe Canuto – en majorité du type brun –, disposés par paires ; deux d’entre elles contenaient chacune 9 galets. Enfin une paire de bols a été trouvéejuste à l’ouest de la sépulture 1. On note que les bols Canuto ne sont pas les seuls à avoir été utilisés pour les offrandes puisque trois autres paires de la couche C-43-2 sont ainsi constituées : deux bols du groupe Saman, bols Saman et Tupal, bols Saman et Tupal.

829– En C-44 et C-48, les bols Canuto abondent ; le ressaut basal, les rainures circonférentielles au bord extérieur, le décor de boutons sur les parois sont des modes relativement fréquents sur ces bols, tandis que ceux des supports tripodes et du modelage de la lèvre paraissent plus rares.

  • 54 ibid : 43, fig. 36Jk ; voir Viel p. 82.

8303 – Dans les Hautes Terres, Viel (p. 82) note une comparaison avec le type Chichontepec Unslipped de Chalchuapa (groupe Aguacate, complexes Caynac et Vec)54.

  • 55 Wauchope 1975 : 82, 96, fig. 35, 36, 56e.
  • 56 Woodbury et Trik 1953 : 118, fig. 56, 57, 234j-q. 236a-1.

831A Zacualpa, les “shallow bowls” engobés brun-noir, de base plate, souvent décorés d’une double rainure sur le bord, et parfois de boutons ou protubérances sur la paroi, appartiennent au complexe Balam 1-255. A Zaculeu, le complexe Atzan comporte des bols à intérieur noir poli et à extérieur brun et/ou gris peu poli assez semblables à ceux de Canuto Noir56.

Fig. 68 – Type Choton Orange-sur-Gris : tranchée E (a. c). et déblais (b).

Fig. 68 – Type Choton Orange-sur-Gris : tranchée E (a. c). et déblais (b).

Type Choton Orange-sur-Gris

832Groupe céramique : non établi.

833Illustrations : fig. 68

834Echantillonnage : 32 tessons (31 fragments de deux poteries identiques provenant de C-44, et un tesson deE-101-b).

835Inclus en sériation : 7 tessons.

836Critères – Surface engobée grise. Peinture orange et rainures.

837Pâte – Fine, de texture très serrée et compacte, d’aspect vitreux. Peu d’inclusions sont perceptibles. Elle est de couleur orange à orange-brun uniforme. Surface – L’engobe gris est taché de rose ou de beige, et est parfois craquelé. Il couvre toute la poterie. Le polissage est brillant à l’extérieur, plutôt mat à l’intérieur.

838Formes – A/ 31 fragments de deux bols fermés globulaires tripodes (fig. 68a). Le bord est redressé à la verticale et épaissi, de lèvre amincie. Le fond est convexe et épaissi. Les supports sont pleins, tronconiques à épaulement. Diamètre à l’ouverture : 19 cm et 21 cm ; diamètre maximum de la panse : 25 cm ; épaisseur des parois : 0,5-0,6 cm.

839B/ Un fragment de bol ouvert de parois divergentes légèrement concaves. Le bord direct est épaissi, de lèvre arrondie. Diamètre : 24 cm ; épaisseur : 0,4-0,6 cm.

840Décoration – I/ Peinture – Sur la forme A bandes oranges (2.5 YR 5/8 4/8) larges, horizontales et verticales sur le bord intérieur et extérieur et sur les parois extérieures (fig. 68ab) ; traces oranges sur les supports.

841Sur la forme B, une bande verticale large sur l’extérieur, et une bande large oblique bordée de gros pois sur l’intérieur.

842II/ Rainures – Sur la forme A seulement : une rainure circonférentielle large de 2-3 mm sur le bord extérieur, et une autre au milieu de la bande orange horizontale située au milieu de la paroi.

843Un grand fragment Choton Orange-sur-Gris (fig. 68b) a été vu dans un lot non classé provenant des déblais de la partie supérieure du puits C-43 central. Il s’agit d’un plat tétrapode à supports mammiformes, de parois rectilignes divergentes dotées d’un ressaut basal arrondi large de 0,8 cm. Le bord direct est déprimé sur sa face interne. Diamètre : 26 cm ; hauteur : 4,5 cm. Il est entièrement engobé de gris-rose, avec un pigment qui le rend gris-orange surtout à l’extérieur. Des bandes oranges larges couvrent le bord intérieur et extérieur, le bas de la paroi extérieure et le ressaut, et le fond extérieur autour des supports.

844Distribution stratigraphique et position chronologique – Le type Choton Orange-sur-Gris est présent seulement dans la couche E-I et dans la couche C-44 : on peut le considérer comme diagnostique de Lilillá 3, ou du complexe classique ancien.

845Comparaisons

8461 – A La Lagunita, le type Choton Orange-sur-Gris ne peut être rapproché que du groupe Tupal, d’une part en raison de la peinture orange du premier semblable à l’engobe orange du second, d’autre part en raison de la ressemblance entre la forme A de Choton et les poteries de C-48 : C.8/5, et D.2/8, (voir supra) que nous classons dans le groupe Tupal ; ces dernières sont de plus à décor dichrome, mais en bande noire sur orange.

  • 1 Dans la tranchée E, au pied de la stèle, un bol apode de profil simple (fig. 68c).

8472 – Dans les collections C-44 et C-48, aucune poterie ne semble devoir être classée dans le type Choton.1

  • 57 Ichon et Viel 1984 : fig. 30b.
  • 58 Wauchope 1975 : 29, 89, 92.

8483 – De San Andrés Sajcabajâ, un bol ouvert doté de petits supports est semblable par la forme et le décor de bandes larges et pois oranges sur engobe gris au tesson B du type Choton57. AZacualpa, deux poteries à décor dichrome, l’une rouge sur gris, l’autre orange sur orange-rose, appartiennent au complexe Balam 1, qui nous paraît correspondre chronologiquement à Lilillâ 358 ; l’une des deux poteries est de plus rainurée et cannelée.

Groupe céramique Mocbal

849Type Mocbal Fruste

850Illustrations : fig. 69

851Echantillonnage : 65 tessons, tous de C-44.

852Inclus en séquence sériée : 35 tessons.

853Critères – Surface raclée. Forme.

854Pâte – Grossière, avec une forte densité d’éléments blancs translucides, de mica et de particules noires.

855Elle est peu homogène mais assez compacte. La couleur est beige à orange (5 YR 7/6 5/6) uniforme. Surface – Elle est simplement raclée, irrégulière, avec des cavités et des traînées laissées par les inclusions dures de la pâte lors du raclage. La surface extérieure est parfois lissée grossièrement. La couleur est celle de la pâte, parfois plus foncée (2.5 YR 5/4). Un tesson présente à l’intérieur une coulée d’un enduit orange clair mat, et un autre, une tache de peinture rouge sombre.

856Formes – A/ La forme quasiment exclusive est celle d’un bol ou écuelle de parois divergentes rectilignes ou légèrement convexes, de base convexe (39 ex. ; fig. 69ab). La liaison des parois avec la base est angulai re ou arrondie. Le bord est direct, épaissi à l’intérieur sur une faible hauteur, avec une liaison angulaire ou arrondie à la paroi. La lèvre est arrondie. Diamètre : 15-20 cm ; hauteur : 5,5 à 7 cm ; épaisseur du bord : 0,8 à 1,3 cm ; épaisseur des parois : 0,4-0,6 cm.

Fig. 69 – Groupe Mocbal (fruste).

857B/ Un fragment de bol à bord déprimé. Diamètre : 16 cm ; hauteur : 4,3 cm.

858C/ Eléments de formes : un support tronconique plein, haut de 2 cm.

859Distribution stratigraphique et position chronologique – Le groupe Mocbal n’apparaît qu’en couche C-44. Il est diagnostique du complexe Lilillá dans son aspect final, ou bien du complexe classique ancien.

860Comparaisons – 2 – A La Lagunita, les collections C-44 et C-48 contiennent quelques bols Mocbal complets (entre autres, en C-48 : A.5/2, B.6/2. fig. 98cd). Les bols Mocbal de la collection C-48 paraissent avoir la meilleure finition de surface.

  • 59 Wetherington 1978 : 91.
  • 60 ibid : 91 ; voir aussi Kidder, Jennings et Shook 1946 : 205, fig. 68tv, coarse brown bowls

8613 – Dans les Hautes Terres, à Kaminaljuyu les bols du type Esperanza Mud, du ware Baul Reddish-Brown Paste, sont comparables à ceux du groupe Mocbal59. Ce ware augmente nettement durant la phase Aurora : beaucoup de ces bols ont été trouvés dans des tombes de phase Esperanza60.

Fig. 70 – Type Zope Dichrome Négatif (tranchée E).

Fig. 70 – (d.e) – Poteries de type Zope Dichrome Négatif trouvées au pied de la str. A-5.

Type Zope Dichrome négatif

862Groupe céramique : non établi.

863Echantillonnage : 7 tessons, tous de C-44, dont 4 sont inclus en sériation.

864Illustrations : fig. 70

865Critères – Surface engobée beige à l’intérieur et rouge à l’extérieur. Décor en peinture négative, en brun sur beige ou rouge.

866Pâte – Très fine, avec des inclusions diverses en densité moyenne. La texture est très serrée et compacte. La couleur est orange ou beige-brune, uniforme.

867Surface – Elle a été bien lissée avant l’engobage à l’intérieur, médiocrement lissée à l’extérieur. L’engobe complet est épais, de couleur beige à l’intérieur (10 YR 7/4), rouge à l’extérieur (10R 4/8). La lèvre est rouge. Un tesson est beige et rouge à l’extérieur, en deux bandes horizontales. Le polissage est mat à l’intérieur, légèrement brillant à l’extérieur. Seul le fond extérieur n’est pas engobé. Formes – Tous les fragments proviennent de différents bols en calotte à moulure basale (fig. 70b). Le bord est direct, de lèvre arrondie ou amincie. La moulure est aiguë et inclinée vers le bas. Diamètre : 20 à 30 cm ; épaisseur des parois : 0,5 à 0,7 cm.

868Décoration – Sur 6 tessons, les motifs sont exécutés en peinture négative, en brun sur beige à l’intérieur et en brun sur rouge à l’extérieur. A l’intérieur : séries horizontales de motifs en U, et en forme de fleurs, et de cacahuètes. A l’extérieur : séries de grands V alternant avec de gros pois. Sur un tesson, les motifs apparaissent en brun sur beige à l’intérieur, et sur la bande beige extérieure qui occupe la partie supérieure des parois (la partie inférieure étant rouge ; fig. 70c) ; à l’intérieur : motifs d’arabesques ; à l’extérieur : une bande verticale et un semis de pois.

869Les contours des motifs sont tantôt nets, tantôt légèrement flous. La technique de peinture négative employée serait celle dite resist

870Distribution stratigraphique et position chronologique – Le type Zope Dichrome Négatif est exclusif de la couche C-44. Il appartient au complexe classique ancien.

871Comparaisons – 2 – A La Lagunita, deux poteries décorées en négatif proviennent des collections C-44 (225, fig. 79d) et C-48 (C.3/8, fig. 100a). La première est un bol en calotte à moulure latérale et à base annulaire ; le motif de L imbriqués en série horizon tale est rendu en orange sur une bande noire peinte sur le fond orange. La seconde est un bol tripode ouvert de parois concaves ; le motif est celui des V avec pois, rendu en rouge et noir.

872D’autre part un bol hémisphérique et un bol cylindrique décorés en peinture négative à motifs complexes proviennent d’une sépulture violée au pied de la str. A-5 ; deux bols à base annulaire du type Zope accompagnaient, entre autres poteries, la sépulture (détruite) au pied de la stèle (monument 31) mise au jour dans la tranchée nord-sud au centre de la place (fig. 70ab).

  • 61 Woodbury et Trik 1953 : 197-205, fig. 100 ; 101, Zaculeu Resist Painted ; Smith et Kidder 1951 : fi (...)

8733 – Dans les Hautes Terres, le décor négatif à motifs complexes, dit Classic Resist, se développe au Classique ancien surtout dans les sites septentrionaux comme Zaculeu, Nebaj et ceux de la région de Cotzal61. La forme la plus fréquente est celle du bol à moulure ou rebord basal. Outre cette forme, les poteries du Zaculeu Resist Painted ont en commun avec le type de La Lagunita la combinaison du rouge et du brun, ainsi que les motifs des V, des gros pois et des fleurs. Mais le Zaculeu Resist Painted n’a été trouvé à Zaculeu que dans des tombes Atzan tardif et Chinaq, et serait donc postérieur au Zope Dichrome Négatif de La Lagunita.

Groupe céramique Jelic

874Type Jelic Rouge-sur-Orange

875Illustrations : fig. 71ab

876Echantillonnage : 4 tessons, tous de C-44, et tous inclus en sériation.

877Critères – Surface engobée orange. Peinture de motifs curvilinéaires en rouge. Parois minces.

878Pâte – Fine, moyennement compacte et même quelque peu friable, et de couleur brun-orange. Un seul tesson est de pâte fine, très compacte et dure, contenant beaucoup d’inclusions vitreuses, de couleur brune ; cette pâte paraît plus locale que celle des trois autres tessons.

879Surface – Les trois tessons de pâte peu compacte sont érodés mais des traces d’engobe orange sont visibles. Le tesson de pâte compacte est engobé en gris-rouge à l’intérieur, et en gris-orange à l’extérieur ; il est poli et brillant.

880Formes – A/ Bol en calotte, à bord direct épaissi puis aminci vers la lèvre, elle-même amincie (3 ex. ; fig. 71ab). Le fond doit être convexe. Diamètre : 11 cm, 18 cm ; hauteur du bol le plus petit : 5,5 cm ; épaisseur du bord : 0,5 cm ; épaisseur des parois : 0,3 cm.

881B/ Un fragment de fond à peine convexe, épais de 0,4 cm.

882Décoration – Peinture de bandes rouges circonférentielles sur le bord et la paroi extérieurs, ainsi que d’ovales concentriques en série horizontale sur le bord (fig. 71ab). Sur le fragment B/, le décor de bandes rouges est intérieur.

883Distribution stratigraphique et position chronologique – Les 4 tessons de Jelic Rouge-sur-Orange proviennent de C-44 (Lilillâ 3 ou complexe classique ancien).

884Comparaisons – 2 – Dans la collection C-48 de La Lagunita, les poteries à décor peint rouge sur orange (fig. 96ab) présentent des motifs différents de ceux de Jelic Rouge-sur-Orange ; nous préférons les rattacher au groupe Tupal.

Fig. 71 – Groupes divers : Jelic (ab). Verbena Ivoire Usulutan(e). Chitac (c). Sacluc (df).

  • 62 voir Alcina Franch 1980 et lchon s.d. : 8. Ils’agit du Lacquer Ware de Lothrop 1936
  • 63 Wauchope 1975 ; 132, fig. 77g ; Alcina Franch 1980 : 479, fig. 3 et 4.
  • 64 Wauchope 1975 : fig. 94hk, 95ed ; Becquelin 1969 : 162, fig. 50-6, type Cotzol Rouge-sur-Beige ; vo (...)

8853 – Dans les Hautes Terres, la céramique rouge sur orange est particulièrement distribuée au Classique dans une zone comprise entre Zaculeu, Zacualpa et Totonicapan62. Le groupe Jelic a été établi par Ciudad Ruiz à Agua Tibia, Totonicapan (1982). Le motif des cercles concentriques semble être très courant dans ce groupe, qui débute probablement au Protoclassique (Salcajá, Balam 1), mais se constitue et diffuse surtout à partir du Classique ancien ou de la fin du Classique ancien63. Il est important au Classique récent et postérieurement64.

886Remarque – Il est possible que les trois tessons érodés de pâte peu compacte aient en fait été importés à La Lagunita. De plus, qu’ils soient classiques récents ne peut pas être exclu puisque le remblai du puits C-44 contient un tesson certainement classique récent, unique il est vrai (voir Divers, rubrique Classique récent). Ces trois tessons Jelic et l’unique tesson classique récent proviennent des niveaux supérieurs de C-44.

Groupe céramique Chitac

887Type Chitac Brun-Noir Mince

888Illustrations : fig. 71c

889Echantillonnage : 3 tessons, tous de C-44, et tous inclus en sériation.

890Remarque – Le groupe Chitac est établi sur la base de poteries complètes des collections C-44 et C-48 (voir plus loin) plutôtque sur celle des trois tessons de C-44.

891Critères – Surface de couleur brun-noir peu brillante, à traces de polissage. Parois minces.

892Pâte – Pour les tessons, elle varie de fine à moyenne, de compacte et dure à moyennement compacte, et pour la couleur, du brun à l’orange.

893Surface – Elle est probablement engobée, mais en fait un simple bain (ou “auto-engobe”), le polissage et la cuisson ont pu ensemble produire la couleur brun-noir (7.5 YR 3/2) ou brun-rougeâtre (2.5 YR 4/4). Les traces de polissage horizontales, minces mais couvrantes, sont très visibles et sensibles au toucher. La surface est peu brillante.

894Sur le tesson de forme A, la surface du fond extérieur n’est que lissée, et peinte d’une bande circonférentielle rouge hématite située sous le rebord.

895Formes – A/ Bol en calotte à rebord basal et à supports creux (1 ex. ; fig. 71c). Le bord est direct, de lèvre amincie. Le rebord est haut placé et pourrait être latéral plutôt que basal ; il présente une échancrure en V. Le fond convexe porte la trace d’un support circulaire creux, de 4 à 5 cm de diamètre. Diamètre : 20 cm ; épaisseur des parois : 0,5 cm.

896B/ Bol cylindrique ou gobelet, de lèvre amincie (1 ex.). Diamètre : 16 cm ; épaisseur : 0,5 cm.

897Distribution stratigraphique et position chronologique : les trois tessons du groupe Chitac proviennent de la couche C-44 (Lilillâ 3 ou complexe classique ancien).

898Comparaisons – 1 – A La Lagunita, le groupe Chitac est, en dépit de sa couleur, bien différent du groupe Nogaro par les techniques de traitement et l’aspect de sa surface.

8992 – A La Lagunita, le groupe Chitac est représenté :

900– en collection C-44, par des bols cylindriques tripodes (A.2/6, fig. 81d), dont l’intérieur est brun-noir, et l’extérieur rouge sombre ;

901– en collection C-48, par a) des bols cylindriques tripodes (C.2/23, fig. 99a) ; b) des bols tripodes à cannelures horizontales sur la paroi (B.5/5, fig. 99b) ; c) des bols en calotte à base annulaire de parois un peu plus épaisses (0,6-0,9 cm), (B.3/6. C.3/4, fig. 99de). Deux de ces bols sont décorés d’un motif incisé en bande circonférentielle ; l’incision paraît avoir été exécutée après l’engobage. Sur l’un des deux bols incisés, la zone incisée est couverte d’une bande rouge hématite spéculaire.

902Il semble donc que, dans ces deux collections, existent non seulement le type Chitac Brun-Noir Mince (simple), mais aussi un type Chitac brun-noir et rouge (incluant les cylindres tripodes), un type Chitac incisé et un type Chitac cannelé. Le groupe Chitac ne paraît vraiment constitué qu’à l’époque de la grotte C-48, qui est l’élément le plus tardif associé à la str. A-7.

9033 – Dans les Hautes Terres, les relations spécifiques entre la céramique noire et brun-noir de tradition préclassique (représentée à La Lagunita par le groupe Nogaro), et la céramique brun-noir classique qui est très répandue (à La Lagunita il s’agirait du groupe Chitac), n’ont pas été étudiées à notre connaissance. On peut du moins dire que la seconde n’est généralement pas lustrée, et qu’elle se présente sous les formes courantes de bols tripodes ou à base annulaire, souvent munis d’une moulure ou d’un rebord basal, ainsi que de bols cylindriques supportés ou de base plate, toutes formes généralement absentes de la tradition préclassique. Les techniques de décoration associées sont l’incision post-engobage, les cannelures, et le pastillage05.

904Ces techniques de décoration sont déjà présentes dans le groupe Nogaro du complexe Lilillá, et il n’est pas impossible que le groupe Chitac dérive de Nogaro : en effet, les poteries de C-48 nous ont paru assez transitionnelles entre les groupes Nogaro et Chitac, bien que nous les classions plutôt en Chitac. On note que beaucoup de ces poteries ont une base annulaire, un mode classique ancien absent du groupe Nogaro. La minceur des parois est aussi un critère distinctif du groupe Chitac vis-à-vis du groupe Nogaro.

Types importes à La Lagunita

905Types Verbena Ivoire : Usulutan, Ixcanrio Orange Polychrome, Sacluc Noir-sur-Orange, et Amatle Pâte Dure.

906Remarque – On ne prétend pas que seuls ces quatre types ont été importés à La Lagunita (ce pourrait être aussi le cas de trois tessons du groupe Jelic, et c’est le cas de quelques tessons Divers). Mais seuls ces quatre types présentent des critères fort différents de ceux des groupes vraisemblablement locaux, critères de plus isolés et décrits dans d’autres sites. On donne donc à ces types les noms des types étrangers les plus semblables, dont nous avons pu voir des échantillons au Musée de Guatemala.

907Type Verbena Ivoire : Usulutan (types provisoires 161 et 164 de Wetherington).

908Ware : Miraflores White

909Illustrations : fig. 71e

910Echantillonnage : 8 tessons (C-43 : 5 ; C-44 : 3)

911Critères – Décor usulutan en gris ou brun clair sur orange, de technique apparemment resist Pâte très fine, compacte, crème ou rose.

912Pâte – Très fine, avec une faible densité de particules blanches translucides. La texture est très compacte et la pâte est dure et légère. Elle est de couleur crème, avec un coeur rose, ou l’inverse.

913Surface – Elle est engobée, de couleur rouge orange clair (7.5 YR 7/6). Les traces de polissage sont visibles mais la surface est mate.

914Formes – A/ Bols ouverts de parois divergentes rectilignes, et de bord direct épaissi en biseau vers l’intérieur, à lèvre arrondie (1 ex. ; fig. 71e). Diamètre inconnu ; épaisseur des parois et du bord : 0,6 cm, 1,3 cm.

915b/ Eléments de formes : deux bords éversés en rebord labial large de 2,2 cm, rainurés sur l’intérieur. Décoration – Des lignes parallèles verticales ondulées décorent l’intérieur et l’extérieur (5 ex.) ou l’intérieur seulement. Les lignes apparaissent en orange sur fond gris ou brun clair ; elles sont de largeur variable (1,5 à 3 mm). Quelques taches claires sont dues probablement à l’étalement accidentel de l’enduit qui a servi à protéger l’engobe orange lors de l’application de la peinture grise ou brune ; il s’agit là de la technique resist Le contour très flou et irrégulier des lignes confirme l’emploi de cette technique.

916Distribution stratigraphique et position chronologique – Les 8 tessons du type Verbena Ivoire : Usulutan proviennent de la couche C-43-3, de la fouille C-43 ouest (phase A-7-II ou III) et de la couche C-44. Le type a donc été importé durant les aspects 2 et 3 du complexe Lilillá.

917Comparaisons – 1 – A La Lagunita, il y a deux types usulutan importés, Verbena Ivoire et Sacluc Noir-sur-Orange ; le type apparemment local Orfeo Orange Usulutan est certainement plus comparable au premier qu’au second, encore qu’il soit de facture plus médiocre et variable que celle du type Verbena. Celui-ci semble avoir été importé à La Lagunita avant le type Sacluc, ce dernier n’apparaissant qu’en Lilillá 3.

  • 65 Shook et Kidder 1952 : 95 ; Wetherington 1978 : 107.
  • 66 ibid : 95 ; ibid : 144.
  • 67 Sharer 1978 : 39-40, fig. 18ab, et 118, 126.

9183 – C’est à Kaminaljuyu que le type Verbena Ivoire : Usulutan a été établi par Shook et par Wetherington65. Il atteint son maximum en phase Aurora, après s’être développé en Miraflores-Verbena et en Arenal66. Les tessons de ce type vus au Musée nous ont paru semblables à ceux de La Lagunita, cependant Wetherington décrit un décor usulutan réalisé par enlèvement du deuxième engobe. Par contre, c’est un décor de technique resist que Sharer décrit pour le type Izalco Usulutan de Chalchuapa, qui marque dans ce site l’apparition dans le complexe Early Caynac de la tradition usulutan orange récente67. A la seule lecture de la description de Sharer, qui signale d’ailleurs des tessons semblabes à Izalco dans les collections de Kaminaljuyu, nous jugeons que les tessons de La Lagunita pourraient appartenir au type Izalco.

919Type Ixcanrio Orange Polychrome

920Groupe céramique Aguacate

921Ware Holmul Orange

922Illustrations : les tessons ne sont pas illustrés ; se reporter à la fig. 101, poteries entières.

923Echantillonnage : 27 tessons (C-43 : 2 ; C-44 : 25)

924Inclus en sériation : 16 tessons.

925Critères – Pâte et surface. Décor peint en rouge et noir sur orange.

926Pâte – Moyenne, avec une forte densité de particules blanc-gris, peu compacte et poreuse ; les surfaces érodées dont l’engobe a disparu sont parsemées de minuscules cavités. La pâte est très légère, de couleur rose et crème en bandes. Cependant deux tessons ont une pâte très fine, avec une forte densité de particules blanches (coquillage écrasé ?), de couleur orange. Et un tesson est de pâte très fine, dense et compacte, de couleur rose.

927Surface – Elle est entièrement engobée, sauf l’intérieur des tessons de forme C. L’engobe, souvent érodé, est de couleur orange (5 YR 6/8), ou beige-jaune sur l’extérieur de quatre tessons (10 YR 7/6).

928Les deux tessons de pâte fine orange ont un double engobe. orange sur crème rose (de formes B et C).

929La surface engobée est bien lissée et très brillante (glossy) sans aucune trace de polissage. La surface non engobée est régulièrement lissée.

930Formes – A/ Plats ou bols tétrapodes à ressaut basal angulaire très marqué (angle Z), et à supports mammiformes (6 ex., probablement de deux poteries seulement ; voir fig. 101 j, k). Le bord est direct, de lèvre arrondie. Un ressaut en retrait peu marqué souligne la liaison intérieure des parois avec le fond. Des supports, il ne reste sur le bol C.8/7 que la trace située à 0,7 cm du ressaut extérieur. Diamètre à l’ouverture ; 20 cm, 22 cm ; diamètre maximum des supports : 8 cm ; épaisseur du bord : 0,7 cm ; épaisseur de l’angle Z : 1,3 cm ; épaisseur du fond : 0,8 cm ; hauteur sans supports : environ 5 cm.

931B/ Trois bords de bol ou plat. Ils sont directs non épaissis, ou directs épaissis en biseau vers l’intérieur, de lèvre arrondie. Diamètre : 34 cm.

932C/ Jarres (7 ex., bords et parois). Le col est de parois rectilignes à peine divergentes, avec un bord direct et une lèvre convexe. Diamètre à l’ouverture : 7 cm ; épaisseur des parois : 0,4 à 0,7 cm.

933D/ Eléments de formes – 1/ Trois fragments de supports mammiformes de parois épaisses de 0,3 à 0,5 cm ; deux sont engobés beige.

9342/ Un fond de bol en calotte à base annulaire ; l’extérieur est engobé beige et l’intérieur est érodé.

935Décoration –

9361/ Peinture de motifs complexes en rouge et noir sur orange

937– Forme A : deux bandes rouges circonférentielles sur le bord intérieur, lèvre rouge, deux lignes noires et une ligne rouge sur le bord extérieur ; sur la paroi une ligne noire horizontale ondulée, et sur la face supérieure de l’angle Z, une ligne noire à lajonction de la paroi et une série de demi-cercles noirs ; sur les supports, un demi-cercle rouge.

938– Forme B : le bord à double engobe présente des lignes rouges et noires sur l’intérieur et l’extérieur, et des lignes noires se joignant perpendiculairement sur la paroi extérieure.

939– Forme C : sur le bord, même motif que sur la forme A avec, soit sur le col un motif serpentiforme et des traits parallèles, soit sur le haut de panse un motif scalaire complexe.

940II/ Peinture usulutan

941Une paroi engobée beige à l’extérieur présente à l’intérieur des lignes parallèles courbes en orange foncé ou rouge, sur orange clair (très érodé).

942Distribution stratigraphique et position chronologique – Ixcanrio Orange Polychrome est présent en couche C-43-2 (un tesson), dans le niveau supérieur de la fouille C-43 ouest (un tesson : phase A-7-II) et dans le puits C-44 (25 tessons). Il a donc été importé dès Lilillâ 2, mais surtout durant l’aspect final Lilillá 3.

943Comparaisons

9442 – A La Lagunita, la collection C-44 de poteries complètes ne comporte qu’un exemplaire (bol à base annulaire) Ixcanrio (ou Actuncan ? fig. 79e), alors que C-48 en comporte onze, de types Ixcanrio Orange Polychrome et Guacamallo Rouge sur Orange :

  • plats tétrapodes mammiformes D.2/6 et C.8/7. (fig. 101 j, k) de même décor que nos tessons de forme A et B ; et C.2/19, qui représente une tortue (fig. 101 h) ;

  • jarres C.2/20, B.2/27, C.2/28. E.4/8 (fig. lOla-e) ; le motif serpentiforme est présent sur les jarres C. 2/12 et C.2/28. mais il est situé sur la panse et non pas sur le col ; la jarre C.2/20. est à bec ;

  • bols en calotte à rebord basal ou latéral, base annulaire B.2/11 et B.2/26, fig. 101 fg) ;

  • un vase tétrapode à bec, C.2/15 (perdu).

945Il est important de noter que l’échantillon de tessons Ixcanrio ne comporte aucun véritable rebord basal ou latéral. Ce mode est par contre présent dans la collection C-48.

946D’autre part, le tesson D2 est l’unique représentant, dans les collections de tessons, du mode de la base annulaire (couche C-44). Il est mieu représenté dans la collection C-48. Or ces deux modes, rebord basal et base annulaire, sont diagnostiques du Classique ancien, quoiqu’ils débutent au Protoclassique dans les Basses Terres. Leur quasi-absence dans la collection de tessons C-44 tend à confirmer la datation protoclassique de l’aspect final du complexe Lilillá.

  • 68 Willey et al 1965 : 337.
  • 69 Adams 1971 : 36.
  • 70 ibid : 36.
  • 71 Willey et al 1965 : 350.
  • 72 Adams 1971 : fig. 26d ; et forme 2b de la charte 4, Salinas.
  • 73 ibid : fig. 26dl-6.

9474 – Le type Ixcanrio Orange Polychrome : variété Ixcanrio, a été défini à Barton Ramie où il appartient au complexe Floral Park68. A Altar, il fait partie du complexe Salinas ; selon la description qu’en donne Adams69, il est de pâte grise ou rose non poreuse ; la pâte poreuse est plutôt caractéristique du type Actuncan Orange Polychrome : variété Carmonate, ware Petén Gloss70, type défini à Barton Ramie, complexe Hermitage71 ; or Actuncan appartient au complexe Ayn d’Altar, daté apparemment de la fin du Protoclassique, et du Classique ancien. Ceci étant dit, les tessons Ixcanrio d’Altar consultés au Musée nous ont paru tout à fait identiques aux tessons de La Lagunita. De plus, la forme A des bols tétrapodes à angle Z est caractéristique du type Ixcanrio de Altar72, et le décor polychrome de cette forme A est identique à celui de la même forme d’Altar73.

  • 74 ibid : 29, forme 1f de la charte 4, Salinas.
  • 75 WiUeyet al 1965 : 157.

948Par contre, la forme C des jarres n’existe pas à Altar en Ixcanrio Orange Polychrome, mais en Guacamallo Rouge-sur-Orange : variété Segura74 ; Guacamallo appartient comme Ixcanrio au groupe Aguacate ; il a été défini à Barton Ramie, complexe Floral Park75. Les motifs des jarres Guacamallo sont plus simples que ceux d’Ixcanrio. On a donc à La Lagunita une combinaison d’une forme Guacamallo avec une décoration Ixcanrio.

  • 76 Adams 1971 : 28 et 36.
  • 2 On espère que les échantillons conservent leur ordre original dans les tiroirs.
  • 77 ibid : 93.

949Quant au décor usulutan du tesson à extérieur engobé beige, la comparaison renverrait au type Caramba Rouge-sur-Rouge : variété Caramba, du complexe Late Plancha, ou au type Mojara Polychrome : variété Mojara, du complexe Salinas76. On l’a pourtant classé en Ixcanrio Orange Polychrome, d’une part parce que certains tessons Ixcanrio de l’échantillon d’Altar au Musée portent cet engobe beige2, d’autre part parce que le type Ixcanrio est relié aux modes usulutan77.

950On signalera enfin que le double engobe orange sur crème de deux de nos tessons est considéré comme un trait caractéristique du groupe Aguacate de Barton Ramie (Pring 1977) ; il est aussi présent dans le type Actuncan Orange Polychrome d’Altar.

951En définitive, la plupart des comparaisons renvoient indéniablement aux complexes protoclassiques des Basses Terres, et tendent à indiquer que l’origine des tessons importés à La Lagunita est la zone Pasiôn.

952Type Sacluc Noir-sur-Orange

953Illustrations : fig. 71 df.

954Echantillonnage : 4 tessons, tous de C-44, non inclus en sériation typologique.

955Critères – décor usulutan en noir sur orange, réalisé par enlèvement de l’engobe noir. Pâte poreuse légère. Pâte – Même que celle d’Ixcanrio Orange Polychrome, mais le coeur est gris.

956Surface – Elle est engobée orange (2.5 YR 6/8 5/8) et peu brillante. Les traces de polissage forment des traînées claires et foncées. La surface est parsemée de petites cavités dues à la texture poreuse de la pâte. Formes – Trois fragments de grands bols ouverts (ou plats), de parois rectilignes divergentes à 45° (fig. 71d) ; le bord est épaissi en bandeau sur 1 cm de hauteur. La lèvre est aplatie et rainurée.

957Diamètre : 43 cm.

958Décoration (fig. 71 df) – Les lignes parallèles sont rectilignes ou sinueuses. Elles apparaissent très nettement, en orange sur fond noir, ou en orange clair sur orange foncé (1 ex.), tantôt sur les deux faces du récipient, tantôt à l’intérieur seulement. On note de plus des traînées noires faites au pinceau près de la lèvre, à l’intérieur ou à l’extérieur. L’application de la peinture noire a été exécutée rapidement et sans soin. Cette peinture a été essuyée avant séchage pour produire le décor usulutan, dont les contours sont très nets.

959Distribution stratigraphique et position chronologique – Les tessons Sacluc Noir-sur-Orange proviennent tous du puits C-44 : des récipients Sacluc n’ont donc été importés que durant l’aspect 3 du complexe Lilillá.

  • 78 Adams 1971 : 29, fig. 21a-f.
  • 79 ibid : charte 4, forme 2c.

960Comparaisons – Le type Sacluc Black-on-Orange : Sacluc variety a été formé par Adams à Altar, où il fait partie du complexe Late Plancha78. Les tessons de La Lagunita sont identiques à ceux du type Sacluc vus au Musée. Le mode du bord épaissi en bandeau correspond à Altar à un plat tétrapode du complexe Salinas79.

961Bien qu’Adams semble situer l’origine du type Sacluc d’Altar au Salvador (par importation directe ou imitation locale ?), nous pensons que les poteries Sacluc de La Lagunita ont été importées de la zone Pasiôn, simultanément aux poteries Ixcanrio Orange Polychrome. Il est intéressant de noter que, des quatre types porteurs d’un décor usulutan à La Lagunita, deux sont importés, l’un de Kaminaljuyu ou du Salvador (Verbena Ivoire : Usulutan), l’autre des Basses Terres (Sacluc Noir-sur-Orange), le premier étant le plus ancien à La Lagunita.

962Type Amatle Páte Jaune : variété Amatle (type provisoire 395 de Wetherington) :

963Ware : Pantaleon Hard

964Non illustré

965Echantillonnage : 3 tessons de C-44

966Critères – Pâte blanche dure et légère. Surface crème avec des traînées rouges.

967Pâte – Moyenne, avec une faible densité de particules blanches (0,3 mm) réparties régulièrement. La texture est en feuillets, assez serrée en dépit de la présence de minuscules cavités longitudinales. La couleur est blanc-crème, avec un coeur noir.

968Surface – De couleur crème à orange très pâle, elle semble avoir été polie en même temps qu’était appliqué un pigment rouge, de telle sorte que les traces de polissage forment des traînées horizontales rouges, peu couvrantes. La surface est néanmoins mate. La finition est meilleure à l’intérieur des récipients.

969Formes – 1/ Un fragment de bol ouvert de parois convexes dont le bord direct est vertical, de lèvre amincie. Diamètre : 13 cm ; épaisseur de la paroi : 0,6 cm.

9702/ Deux fragments de parois convexes épaisses de 0,4 cm.

971Décoration – Les deux parois 2/ sont incisées d’une ligne circonférentielle, superficielle.

972Distribution stratigraphique et position chronologique – Les trois tessons Amatle Pâte Jaune proviennent du puits C-44 (Lilillâ 3 ou complexe classique ancien).

973Comparaisons – Le type Amatle YellowPaste : Amatle variety a été établi par Wetherington à Kaminaljuyu, où il débute en Aurora pour se développer au Classique ancien et moyen.

Encensoirs

Groupe céramique Rabolio

974Viel a établi le groupe Rabolio, type Rabolio Lissé, pour des fragments d’encensoirs à couronne (et à trois dents ; voir Vielp. 83). Dans nos collections les formes d’encensoirs sont plus variées, tandis que les critères de pâte, de surface et de décoration sont généralement peu discriminants à l’intérieur de la catégorie générale des encensoirs (mais évidemment, ils discriminent cette catégorie vis-à-vis des autres groupes). On fait cependant deux exceptions : le critère de la pâte orange distingue le groupe Pampar du groupe Rabolio, et celui de la pâte friable renvoie un unique fragment d’encensoir dans la catégorie Divers (voir Divers Lilillâ IC). A ces deux exceptions près, on classe donc les fragments d’encensoirs dans le groupe Rabolio, dont les subdivisions internes sont justifiées par les formes.

975Types Rabolio Encensoir à Couronne (type Rabolio Lissé de Viel, p. 83), Rabolio Encensoir à Piédestal, Rabolio Encensoir Simple, Rabolio Encensoir à Manche, et Rabolio Encensoirs Divers.

976Illustrations : fig. 76, 82.

977Echantillonnage : 130 tessons (C-43 : 51 ; C-44 : 78 ; E-101-b : 1).

978Non inclus en sériation, en raison des différences de contexte fonctionnel entre les trois collections.

979Critères – Viel retient la surface non engobée et les formes. En fait certaines formes de nos collections sont au moins en partie engobées. La couleur de la pâte (brune), les traitements de surface, les formes, l’épaisseur des parois et les décors par altération grossière de la surface, par modelage et application constituent schématiquement les critères du groupe Rabolio.

980Pâte – “Variable, généralement de moyenne à grossière et de couleur brun-rouge à brun foncé”.

981Surface – Elle est pour notre échantillon, brune et lissée, ou engobée noire et polie, ou blanche et mate. On note parfois des traces d’un enduit fugace rouge hématite, spéculaire ou non, appliqué après la cuisson.

982Type Rabolio Encensoir à Couronne (Type Rabolio Lissé de Viel, p. 83)

983Illustrations : non illustré

984Echantillonnage : 84 tessons (C-43 : 33 ; C-44 : 50 ; E-101-b ; 1)

985Critère – Forme.

986Forme – La forme globale est celle d’un bassin (récipient) appliqué sur le fond d’un cylindre (piédestal) posé à l’envers. Le récipient est de parois divergentes rectilignes ou légèrement concaves, à bord direct ou un peu évasé, rarement éversé, de lèvre arrondie, aplatie ou convexe. Diamètre : 28-39 cm ; épaisseur des parois : 1,1 à 1,5 cm.

987Le piédestal est de parois légèrement concaves, avec à la base inférieure un bord évasé assurant la stabilité de l’ensemble. Les parois sont souvent perforées de “fenêtres” circulaires (1 à 2 cm de diamètre). Diamètre de l’ouverture à la base : 30-48 cm ; diamètre à la liaison avec le récipient ; 24-30 cm ; épaisseur des parois : 1,3 à 2 cm.

988La liaison du piédestal au récipient est épaisse de 1 à 3 cm. Un rebord large de 1,5 à 3 cm orne souvent la liaison, ainsi que le bord inférieur du piédestal.

989Surface – Celle du récipient est :

  1. lissée, de couleur brun-gris (3 ex.)

  2. engobée noire et polie à l’intérieur, engobée gris-rose mat à l’extérieur (9 ex.). Cette opposition se retrouve dans le type Canuto Noir, ainsi, d’ailleurs que le bord déprimé des récipients.

  3. engobée grise à l’intérieur, lissée à l’extérieur (2 ex.)

  4. engobée blanche mate à l’intérieur et à l’extérieur (5 ex.)

  5. engobée noire à l’intérieur avec le bord blanc ou rose sur 3-5 cm de hauteur, et engobée gris-rose à l’extérieur (10 ex.). On retrouve ici le traitement de surface et le bord déprimé de Canuto Noir. La surface du piédestal est lissée à l’extérieur, l’intérieur n’étant pas traité.

990Décoration – 1/ Application et modelage

9911 – Sur l’extérieur des récipients, protubérances espacées sur toute la paroi ou en une série circonférentielle au bord, ou bien pâtons pincés disposés de même, ou bien rebord labial ondulé (1 ex.).

9922 – A la liaison du récipient avec le piédestal, rebord décoré de pastilles parfois incisées, de protubérances courbes et pointues portant parfois une pastille, de langues courbes et pendantes ou rectilignes, incisées.

9933 – Sur l’extérieur du piédestal, application d’une tête humaine prise dans le bec d’un oiseau (voir les encensoirs complets C-44 237, 221, fig. 76 fg), ou bien d’une tête d’oiseau, ou bien d’un bras et d’une main ; ces éléments ont au minimum 10 cm de largeur ou de longueur. Ou bien applications de protubérances ou pastilles, rondes ou pincées, ou encore de cordons larges, incisés.

994II/ Incisions sur les parois du piédestal : lignes parallèles profondes (voir les encensoirs C-44 ci-dessus, et en C-48, A.3/3 et B.8/31, fig. 82cb).

995Type Rabolio Encensoir Simple

996Illustrations : voir les pièces entières, fig. 76 et 82.

997Echantillonnage : 29 tessons (C-43 : 8 ; C-44 : 21 ; E-101-b : aucun)

998Critère – Forme.

999Surface – Elle est soit lissée de couleur brun-gris très noircie, soit engobée blanche mate, de couleur tantôt uniforme et claire, tantôt “sale”. L’érosion est fréquente.

1000Formes – A/ 20 ex. de bols ouverts ou écuelles, de parois divergentes rectilignes, à ressaut basal angulaire plus ou moins équivalent à une moulure basale, voire à une base annulaire supportant le récipient. Le bord est direct, ou bien à peine évasé et épaissi, de liaison angulaire intérieure avec la paroi (mode du groupe Mocbal) ; il peut être encore direct et déprimé à l’intérieur (mode du groupe Canuto). Diamètre à l’ouverture : 15-21 cm, 31 cm ; diamètre de la base : 16-26 cm ; hauteur : 6,5 cm, 8,5 cm ; épaisseur du bord : 0,5-1,5 cm, des parois : 0,5-1,7 cm, et du fond : 0,5-1,2 cm.

1001B/ Grands plats de base plane et de parois divergentes (2 ex.). Diamètre : 60 cm.

1002C/ Fragments de bols de parois convexes et légèrement convergentes (4 ex.). Diamètre de la base : 24-32 cm : hauteur conservée : 10 cm : épaisseur des parois : 0,9 à 2,5 cm.

1003D/ Eléments de formes – Trois supports pleins de forme plus ou moins tronconique, hauts de 2,5 à 3,6 cm, et épais de 4 à 5 cm à l’attache.

1004Décoration – Applications (toujours à l’extérieur) de :

  1. protubérances ou pâtons pincés sur la paroi

  2. protubérances pointues à la lèvre

  3. un cordon incisé au bord.

1005Type Rabolio Encensoir à Manche

1006Illustrations : non illustré

1007Echantillonnage : 2 tessons (C-43 : 1 ; C-44 : 1)

1008Critère – Forme.

1009Surface : érodée.

1010Forme – Deux fragments de manches pleins, dont un a l’extrémité aplatie et concave “en cuiller“. Diamètre moyen de la section : 2,8 cm, 3 cm ; longueur maximum conservée : 17,5 cm. La forme du récipient est inconnue.

1011Décoration – Traits incisés profonds à l’attache (1 ex.).

1012Remarque : un fragment d’encensoir à manche creux, de pâte friable, a été renvoyé en Divers (Lilillá IC).

1013Type Rabolio Encensoirs Divers

1014Ce type regroupe des fragments dont la forme est difficile à identifier.

1015Illustrations : non illustré

1016Echantillonnage : 10 tessons (C-43 : 5 ; C-44 : 5)

1017Surface : lissée, ou érodée.

1018Formes et décoration – Fragments de couvercles simples, ou de pieds annulaires, décorés de protubérances et cordons appliqués.

1019– Une paroi décorée d’un cordon appliqué, une autre d’un visage humain dont ne restent que les lèvres engobées rouges, et peut-être une moustache.

1020Distribution stratigraphique et position chronologique – Le groupe Rabolio n’est quasiment distribué que dans les couches C-43 et C-44, en association avec les groupes Saman et Canuto.

1021Le type Rabolio Encensoir à Couronne est restreint aux couches C-43-7, C-43-9 et C-43-10 (complexe Noguta, voir Viel p. 83).

1022Le type Rabolio Encensoir à Piédestal apparaît en couche C-43-5, et est irrégulièrement distribué dans les couches supérieures. Il appartient au complexe Lilillá exclusivement.

1023Le type Rabolio Encensoir Simple n’existe pas dans les couches C-43, à l’exception de la poterie 525 (voir ci-après) ; étant restreint à la couche C-44, il serait diagnostique de l’aspect final de Lilillá. Il en est de même pour le type Rabolio Encensoir à Manche, dont un tesson provient des déblais de la fouille C-43 supérieure, et un de C-44. Le type Rabolio Encensoirs Divers n’a pas de distribution significative.

Fig. 72 – Groupe Pampar (encensoirs).

1024On a donc en ordre chronologique : les encensoirs à couronne en Noguta, puis les encensoirs à piédestal en Lilillá, enfin les encensoirs simples et les encensoirs à manche plein en Lilillá 3.

1025Comparaisons – 1 – A La Lagunita, le groupe Rabolio partage quelques modes spécifiques de forme et de traitement de surface avec les groupes Saman, Canaba, Canuto et Mocbal. Si on ajoute le groupe Pampar des encensoirs de pâte orange, on a là grosso modo le sous-complexe rituel de Lilillá (bien que les groupes Saman et Canaba aient probablement eu aussi des fonctions domestiques).

10262 – A La Lagunita encore, la plupart des nombreux encensoirs complets des collections C-43, C-44 et C-48 se répartissent entre les types Rabolio Encensoir à piédéstal. et Encensoir Simple.

1027– Collection C-43 : un encensoir simple a été trouvé au-dessus de la sépulture 1 (phase A-7-II, Lilillâ 2). Ce type d’encensoir pourrait donc débuter avant l’aspect final de Lilillá.

  • 80 Museo Nacional : 2387b.

1028– Collections C-44 et C-48 : on a mentionné dans la description du groupe Rabolio quelques encensoirs à piédestal complets dont des modes décoratifs et morphologiques sont présents sur des tessons ; on citera ici les applications diverses, principalement sur les piédestaux, des encensoirs C-44 (221,237, fig. 76) et C-48 (voir plus haut), et la forme d’un récipient à rebord labial ondulé et à piédestal orné d’un large rebord (fig. 76d)80.

1029Plusieurs poteries complètes permettent de mieux connaître les formes du type Rabolio Encensoir Simple.

1030Forme A/ Bol tripode C-44 (A.4/10. fig. 76b) et bol à base annulaire C-48 (B.5/6. fig. 82a).

1031Forme B/ Plat C-44 (A.4/6, fig. 76a), à pastilles appliquées, haut de 11 cm pour un diamètre de 50 cm à l’ouverture.

  • 81 Rands et Smith 1965 : fig. 6 : les auteurs illustrent à la fig. 20a un encensoir de Zaculeu, phase (...)

1032Forme C/ Grand récipient en forme de tonneau de C-44 (215, fig. 77a), avec une effigie anthropomorphe appliquée sur le couvercle, et les bras sur les parois. 3 – Dans les Hautes Terres, les encensoirs à couvercle et à trois dents sont datés du Préclassique récent (voir Viel p. 83). Les encensoirs à piédestal, appelés two-chambers ou hourglas, sont datés du Classique ancien et récent81.

  • 82 Wauchope 1948 : 117 ; Rands et Smith 1965 : fig. 6, 7, p. 127.

1033Les encensoirs simples, souvent tripodes ou à base annulaire, décorés de protubérances ou pointes, apparaissent dès la phase Aurora à Kaminaljuyu, et au Classique ancien dans les Hautes Terres du nord82.

  • 83 Wetherington 1978 : 133 ; Wauchope 1975 : charte 1.

1034Les encensoirs à manche, plein ou creux, existent à Kaminaljuyu dès la phase Aurora, et à Zacualpa en Balam 283.

  • 84 Rends et Smith 1965 : fig. 7.

1035La peinture blanche ou rouge mate sur les encensoirs constitue une tradition qui remonte apparemment au Préclassique moyen84.

Groupe céramique Pampar

1036Type Pampar Encensoir Simple

1037Illustrations : fig. 72

1038Echantillonnage : 24 tessons, tous de C-44, et non inclus en sériation.

1039Critères – Pâte grossière et légère de couleur orange. Surface rugueuse. Décor uniquement par application.

1040Pâte – Elle contient des inclusions de quartz et de mica en forte densité. La texture varie de compacte à friable. La pâte est d’une légèreté caractéristique. Elle est orange (2.5 YR 5/8 4/8).

1041Surface – Elle est plus ou moins bien lissée, rugueuse, de la couleur de la pâte, et légèrement micacée. Il y a parfois un engobe blanc mat, épais mais peu couvrant.

1042Formes – A/ Bols ou écuelles à fond plat, de parois divergentes rectilignes (12 ex.). Le bord est éversé sur 1,5 à 2,2 cm de largeur. Un tesson est doté d’un rebord latéral appliqué. Diamètre : environ 40 cm. B/ Bol ouvert à bord déprimé (1 ex.). Diamètre : 35 cm.

1043Décoration – Application de :

  • pastilles rondes ou pétales en série horizontale sous le contour externe du bord éversé (7 ex. ; fig. 72b)

  • cordons, pastilles, de position indéterminée (4 ex.).

1044Distribution stratigraphique et position chronologique – Le groupe Pampar est restreint à la couche C-44 (Lilillâ 3 ou complexe classique ancien).

1045Comparaisons – Les formes de Pampar Encensoir Simple correspondent à la forme B du type Rabolio Encensoir Simple de La Lagunita ; la décoration est analogue. Le groupe Pampar est sans doute marginal, car à notre connaissance, un seul encensoir le représente dans la collection C-44, et il n’y en a aucun en C-48.

Fig. 73 – Types divers. a/ tecomate. b/ support parallélépipédique (slab). c/ engobe orange. d/ blanc incisé.

Fig. 73 – Types divers. a/ tecomate. b/ support parallélépipédique (slab). c/ engobe orange. d/ blanc incisé.

Tessons divers

1046Tessons divers des complexes Santizo et Noguta

10471/ Tecomate (1 ex. ; fig. 73)

1048Le bord est très épaissi (1,5 cm). La surface est mal lissée, parsemée de mica, avec les traces d’un engobe orange mat. Diamètre : 10 cm.

1049Il provient du puits C-44 (lot de la fouille clandestine).

1050Comparaisons – La forme du tecomate est caractéristique du Préclassique ancien-moyen dans les Hautes Terres mayas (voir Viel p. 95, mode M1, complexe Santizo).

1051II/ Tessons blancs

1052A/ Rebord labial engobé blanc (7.5 l’R 8/2), poli et brillant

1053La pâte est moyenne, de couleur orange. L’engobe est épais. Le rebord est large de 3 cm, et épais de 1,2 cm (diamètre à l’ouverture supérieur à 20 cm). Il est rainuré sur sa face interne (rainure large de 3 mm). Il provient du puits C-44 (lot 6-7).

  • 85 Wetherington 1978 : 69, 143.

1054Comparaisons – Ce tesson pourrait appartenir au type Verbena White : Incfsed variety (Ware Miraflores Red Paste) de Kaminaljuyu, type diagnostique de la phase Verbena, bien qu’il persiste en Arenal et en Aurora85.

1055B/ Miniatures blanches, engobées ou simplement polies, brillantes (3 ex.)

1056La pâte est fine, très compacte et dure, de couleur rose. La surface est parsemée de traces d’un pigment orange ou rouge. Il s’agirait de jarres miniatures à bord éversé (diamètre : 8 cm).

1057Les fragments proviennent du puits C-44 (divers lots).

  • 86 Shook et Kidder 1952 : fig. 76g.

1058Comparaisons : miniatures engobées blanches, Verbena White, phase Miraflores-Verbena, Kaminaljuyu86.

1059C/ Grand bol lissé, de couleur blanc-crème (1 ex.) Pâte moyenne, très compacte, blanc-crème. Epaisseur de la paroi : 0,8 cm.

1060Le fragment provient de la couche E-I.

1061III/ Jarre à engobe rouge hématite poli, en zones sur naturel (1 ex.)

1062Pâte moyenne, très compacte, orange. Il s’agit d’un fragment de haut de panse, décoré de panneaux bombés engobés à l’hématite spéculaire, brillante, et séparés par des lignes verticales incisées dans l’argile humide. L’intérieur du col devait être engobé de même. Epaisseur : 0,8 cm.

1063Il provient de la couche C-43-7 (Noguta 2).

1064Comparaisons – Ce tesson combine des modes du type Rapallo Lissé : variété B, et du type Deldongo Rouge.

1065Tessons Divers du complexe Lilillá

10661/ Tessons de formes spéciales

1067A/ Pichets tripodes à supports hauts (4 ex.)

1068Il s’agit de fragments d’un bec verseur formé par l’élargissement cannelé du rebord labial, d’une anse torsadée, d’une petite figurine (chien ?) probablement appliquée sur un couvercle de pichet, et d’un support creux, piriforme haut, décoré de deux perforations figurant les yeux et d’applications figurant les sourcils ou les oreilles (visage d’animal probablement ; hauteur : 9,1 cm ; largeur maximum : 4,8 cm). La surface du bec verseur est engobée gris-rose et polie, celle de l’anse est engobée brun-clair, celle de la figurine est noircie, celle du support est engobée orange-brun.

1069Les fragments proviennent des couches E-I, E-III et C-44 (Lilillâ 1,2 et 3).

  • 87 Rands et Smith 1965 : fig. 5 ; Sharer 1978 : fig. 33jk.

1070Comparaisons – On attribue ces fragments à des pichets tripodes des collections C-44 et C-48. Cette forme est connue probablement dès le Préclassique récent à Kaminaljuyu et à Salcajâ, mais elle est généralement datée du Protoclassique et du Classique ancien à Chalchuapa, à Zacualpa et à Chama87. B/ Ecuelle à fond intérieur décoré de cannelures digitales courbes (1 ex.). Grotte (fig. 87c).

1071L’extérieur est mal lissé, de couleur brune. L’intérieur est engobé rouge pourpre mat. Les cannelures sont peu profondes, larges de 1 cm. Le fragment provient du puits C-44 (lot 6). Lilillâ 3. Un autre de la grotte C-48.

  • 88 Adams s.d. ; Arnauld s.d. : 10.

1072Comparaisons – A Kaminaljuyu et dans les Hautes Terres du nord, les cornais engobés rouges et cannelés en spirale datent du Protoclassique et du Classique ancien88.

1073C/ Encensoir en calotte à manche tubulaire creux (1 ex.)

1074Pâte brune très friable. Engobe rouge érodé. Diamètre à l’ouverture : 16 cm ; diamètre du manche : 5 cm.

1075Il provient de la couche C-43-3 (Lilillâ 2).

1076Comparaisons – Voir les comparaisons du type Rabolio Encensoir à Manche. Ce fragment de pâte atypique est soit importé, soit postérieur au complexe Lilillá.

1077D/ Support rectangulaire creux ajouré (1 ex. ; fig. 73b)

1078Il est partiellement engobé de rouge hématite spéculaire mat, ajouré de trois triangles sur une face, et contient une boulette formant sonnaille. L’intérieur du récipient est engobé orange taché de gris, et poli. Il provient de la couche C-44 (lot 2-6) Lilillâ 3.

1079Comparaisons – Le plat C-44 B.3/5 (fig. 79a), à rebord basal échancré et incisé, est doté de trois supports ajourés semblables.

1080II/ Divers tessons engobés oranges

1081A/ Parois minces, de pâtefine, dure et légère (6 ex. ; fig. 73c)

1082La pâte contient du quartz, du mica, et des inclusions noires et blanches ; on discerne aussi de minuscules cavités ; elle est orange. La surface orange (2.5 YR 5/8, 10R 4/8) est polie et brillante. Un bord redressé à la verticale appartient à une petite jarre (diamètre : 11 cm ; épaisseur : 0,4 cm). Une paroi est dotée d’un petit ressaut arrondie. Une base convexe porte la trace d’un support assez grand. Les 6 tessons proviennent des couches C-44 (Lilillâ 3) et appartiennent à trois poteries différentes.

1083Comparaisons – Ces poteries ont probablement été importées à La Lagunita. La comparaison avec l’Orange Mince de Kaminaljuyu (phase Esperanza) est négative.

1084B/ De pâte fine vitreuse, à engobe barbouillé (2 ex.) La pâte est très compacte, de couleurs beige et gris (1 ex.), ou beige et rose (1 ex.). La surface est mate. Il s’agit d’un bord de bol en calotte à moulure latérale, et d’un fond plat.

1085Les deux tessons proviennent des couches E-I et C-44 (Lilillâ 2-3).

1086III/ Bol cylindrique engobé brun-noir à l’intérieur et rouge à l’extérieur (2 ex.)

1087La pâte est friable, micacée, de couleur brune. La surface est assez érodée. Il s’agit de fragments d’une base plate à liaison angulaire avec la paroi presque verticale ; diamètre à la base ; 13 cm.

1088Ils proviennent d’un lot classé de C-43 au-dessus du sol II.

1089Comparaisons – Ces fragments appartiennent peut-être à un bol cylindrique tripode brun-noir et rouge comme ceux de la collection C-44, que l’on classerait dans le groupe Chitac (A.2/6, fig. 811).

1090IV/ Dichromes

1091A/ Bande blanche sur engobe brun clair (2 ex.)

1092Pâte moyenne brune ou orange. Surface très bien lissée, engobée, polie, de brillance moyenne. La bande blanche horizontale est située sur le bord extérieur. Il s’agit d’un bord divergent concave, et d’une paroi.

1093Ils proviennent des couches E-I et E-1V (Lilillâ 1-2).

1094B/ Bande rouge sur engobe crème (1 ex.)

1095Pâte fine, friable, blanche. Surface intérieure érodée, surface extérieure engobée brillante, craquelée. Paroi.

1096Le fragment provient du puits C-44 (Lilillâ 3).

1097Comparaisons – Voir ie groupe Jelic.

1098V/ Fragments modelés (3 ex.)

1099– Un cylindre plein, de section piano-convexe, sans fracture d’application nette (diamètre maximum : 5 cm ; longueur conservée : 10 cm)

1100– une figurine (?) pleine, représentant une tête d’animal (coati ?) avec un bandeau incisé sur le front.

1101– une figurine (?) pleine, représentant un visage humain, fragmentaire, de joues bouffies, lèvres épaisses entrouvertes, menton court. Ils proviennent respectivement des couches C-43-10, C-43-3 et C-43-3 (Noguta et Lilillâ).

1102Tesson du Classique récent

1103Bol hémisphérique engobé crème et orange, à incisions post-engobage (1 ex. fig. 73d).

1104Pâte très fine orange à coeur noir. Surface crème brillante à l’extérieur, orange brillante à l’intérieur. La lèvre est amincie (diamètre : 17 cm ; épaisseur : 0,3 cm). Incision fine de motifs courbes complexes, bien exécutée, qui traverse l’engobe et laisse voir la pâte orange.

1105Ce fragment provient du niveau supérieur du puits C-44.

  • 89 Adams 1971 : 44, fig. 46bc, et charte 8 du complexe Chixoy, forme 3e.
  • 90 Smith 1952 : fig. 15 : Arnauld 1984 : fig. 160- 161, complexe Coban 2.

1106Comparaisons – Type Ojo de Agua Incised, de Altar, Mikado ware de Uaxactun89. Des Hautes Terres, types Cream-on-Mikado-Brown Incised et Nispero Blanc Incisé d’Alta Verapaz90.

Céramique postclassique

1107Tous les tessons proviennent du niveau supérieur du puits C-44, à l’exception de trois tessons trouvés dans la fouille C-43-ouest.

1108A/ Bols ouverts concaves, incisés (2 ex. C-44)

1109Pâte moyenne friable orange à coeur noir. Surface engobée crème très érodée. Bord épaissi de bol (diamètre : 19 cm ; épaisseur du bord : 0,8-1 cm ; épaisseur des parois : 0,4-0,6 cm). La décoration comporte une bande peinte en rouge de part et d’autre de la lèvre, elle-même rouge, et des motifs géométriques incisés, voire excisés, formant un panneau circonférentiel à l’extérieur.

  • 91 Woodbury et Trik 1953 : 155.

1110Comparaisons – Ce décor incisé ou excisé sur des bols ouverts concaves à supports moulés zoomorphes est très répandu dans les Hautes Terres au Postclassique ancien, et aussi récent (voir, entre autres descriptions, celle des effigy-head tripod bowls des complexes Qankyak et Xinabahul de Zacaleu)91.

1111B/ Parois de jarres à nombreuses inclusions cristalomorphes (4 ex. C-43 et C-44).

1112Les inclusions brunes et translucides, ainsi que le mica, abondent dans la pâte et rendent la surface rugueuse. Un des tessons porte une impression de textile.

  • 92 Arnauld 1984 : type potentiel imprimé.

1113Comparaisons – Types Jabilla Grossier et Linaza Grossier du complexe Samac postclassique ancien d’Alta Verapaz. Les impressions de textiles ou de nattes sont plutôt caractéristiques du Postclassique récent92.

1114C/ Tessons de surface lissée micacée (20 ex. C-44) Le mica est en densité moyenne à forte. Un seul tesson est engobé brun-orange.

1115Formes – 1 / Jarres de col vertical concave, haut de 5-7 cm.

11162/ Fonds de jarres épais à zone centrale déprimée à l’extérieur, formant un bombement à l’intérieur (diamètre de la dépression : 4-6 cm ; épaisseur du fond : 1,1 à 1,3 cm).

11173/ Bols ouverts (diamètre : 18 cm, 22 cm, 24 cm : hauteur : 10 cm, 12 cm).

11184/ Ecuelle de parois convexes et de lèvre aplatie (diamètre : 18 cm).

11195/ Une petite anse en ruban attachée à la panse d’une jarre.

1120Le façonnage et la finition de la surface sont médiocres.

  • 93 Navarrete 1962 : 17-19.

1121Comparaisons – Céramique Micacée du Postclassique récent93.

Notes

1 Sharer 1978 : 31-32.

2 Arnauld 1984 :

3 Ichon et Grignon 1981 : fig. 79.

4 Arnauld 1984 : fig. 128.

5 Wetherington 1978 : 74.

6 Ichon.s.d. : 5.

7 Sharer 1978 : 27. fig. 13ef.

8 Smith et Kidder 1952 : 97-100.

9 Ichon et Viel 1984 : 17 22.

10 Sharer 1978 : 98-100.

11 Rands et Smith 1965 : fig. 14f.

12 Museo Nacional : 70 7, K77. K78.

13 Arnauld 1984 : fig. 130.

14 Smith et Kider 1951 : 103.

15 Arnauld 1984 :

16 ibid fig. 129af.

17 Ichon et Grignon 1981 : 76

18 Wetherington 1978 : 133, 143

19 ibid : 62. 67

20 ibid : voir aussi Smith et Kidder 1952 : 86 87. fig. 33.

21 Wauchope 1975.

22 Sharer 1978 : 36,38.

23 Woodbury et Trik 1953 : 119.

24 Museo Nacional : 70-7, K77, K78.

25 ibid : H-14.

26 Arnauld 1984 : fig. 127.

27 Sedat et Sharer s.p.

28 Adams 1971 : 24 et charte 3, complexe Plancha, formes 2a-c et 3cd, ces dernières avec rebord sous-labial.

29 Willey et al 1965 : 351.

30 Arnauld 1984 : fig. 150. 206bce.

31 Complexe Tuban. Adams s.d.

32 Wauchope 1975 : fig. 66.

33 Sharer 1978 : 44, fig. 19g.

34 Arnauld 1984 : fig. 129a.

35 ibid : 129ace, 131gh.

36 ibid : forme de jarre A-1, fig. 124a.

37 ibid : fig. 131e, 132g, 207 ; Wauchope 1975 : 171, 183.

38 Museo Nacional : E 196 88 5.

39 Wetherington 1978 : 80 et 131-132.

40 ibid : 145-146.

41 Sharer 1978 : 42 et 126.

42 Rands et Smith 1965 : fig. 9g.

43 Hatch 1982 : 132.

44 Willey et al 1965 : 343, 345, 349.

45 ibid : fig. 205.

46 Sharer 1978 : 28-29.

47 Hatch 1982 : 138-139.

48 Wauchope 1975 : fig. 176kmn, 118 120.

49 Wetherington 1978 : 93, 95. 124, 133.

50 Smith et Kidder 1943 : 139, fig. 20.

51 Arnauld 1984 : fig. 135ac, 140-142, 144.

52 Wauchope 1975 : fig. 61 ; Arnauld 1984 : fig. 134a.

53 Sharer 1978 : 42.

54 ibid : 43, fig. 36Jk ; voir Viel p. 82.

55 Wauchope 1975 : 82, 96, fig. 35, 36, 56e.

56 Woodbury et Trik 1953 : 118, fig. 56, 57, 234j-q. 236a-1.

57 Ichon et Viel 1984 : fig. 30b.

58 Wauchope 1975 : 29, 89, 92.

59 Wetherington 1978 : 91.

60 ibid : 91 ; voir aussi Kidder, Jennings et Shook 1946 : 205, fig. 68tv, coarse brown bowls

61 Woodbury et Trik 1953 : 197-205, fig. 100 ; 101, Zaculeu Resist Painted ; Smith et Kidder 1951 : fig. 75c-e, 8lcd ; Adams s.d. : type Poxla Resist ; cf Arnauld s.d. : 9.

62 voir Alcina Franch 1980 et lchon s.d. : 8. Ils’agit du Lacquer Ware de Lothrop 1936

63 Wauchope 1975 ; 132, fig. 77g ; Alcina Franch 1980 : 479, fig. 3 et 4.

64 Wauchope 1975 : fig. 94hk, 95ed ; Becquelin 1969 : 162, fig. 50-6, type Cotzol Rouge-sur-Beige ; voir aussi à Zaculeu en phase Atzan classique ancienne, Woodbury et Trik 1953 : 285, fig. 263a.

65 Shook et Kidder 1952 : 95 ; Wetherington 1978 : 107.

66 ibid : 95 ; ibid : 144.

67 Sharer 1978 : 39-40, fig. 18ab, et 118, 126.

68 Willey et al 1965 : 337.

69 Adams 1971 : 36.

70 ibid : 36.

71 Willey et al 1965 : 350.

72 Adams 1971 : fig. 26d ; et forme 2b de la charte 4, Salinas.

73 ibid : fig. 26dl-6.

74 ibid : 29, forme 1f de la charte 4, Salinas.

75 WiUeyet al 1965 : 157.

76 Adams 1971 : 28 et 36.

77 ibid : 93.

78 Adams 1971 : 29, fig. 21a-f.

79 ibid : charte 4, forme 2c.

80 Museo Nacional : 2387b.

81 Rands et Smith 1965 : fig. 6 : les auteurs illustrent à la fig. 20a un encensoir de Zaculeu, phase Atzan, très semblable à ceux de La Lagunita ; voir aussi Kidder, Jennings et Shook 1946 : fig. 85a, 86, 201g ; Wauchope 1975 : charte 1 et fig. 57af ; Hatch 1982 : 139, fig. 770.

82 Wauchope 1948 : 117 ; Rands et Smith 1965 : fig. 6, 7, p. 127.

83 Wetherington 1978 : 133 ; Wauchope 1975 : charte 1.

84 Rends et Smith 1965 : fig. 7.

85 Wetherington 1978 : 69, 143.

86 Shook et Kidder 1952 : fig. 76g.

87 Rands et Smith 1965 : fig. 5 ; Sharer 1978 : fig. 33jk.

88 Adams s.d. ; Arnauld s.d. : 10.

89 Adams 1971 : 44, fig. 46bc, et charte 8 du complexe Chixoy, forme 3e.

90 Smith 1952 : fig. 15 : Arnauld 1984 : fig. 160- 161, complexe Coban 2.

91 Woodbury et Trik 1953 : 155.

92 Arnauld 1984 : type potentiel imprimé.

93 Navarrete 1962 : 17-19.

Notes de fin

1 Dans la tranchée E, au pied de la stèle, un bol apode de profil simple (fig. 68c).

2 On espère que les échantillons conservent leur ordre original dans les tiroirs.

Table des illustrations

Légende Fig. 52 – Le groupe céramique Bedelio.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7708/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Fig. 53 – Le groupe céramique Orfeo : types Orfeo Orange (simple) a-e. à rainures (f-i). usulutan (j).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7708/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Fig. 54 – Groupes Cardumen (a-c) et Chiclo (d).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7708/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Fig. 55 – Groupe Nogaro : type Nogaro Noir (simple).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7708/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre TABLEAU 5. Subdivision du groupe Nogaro en types et en variétés
Légende * : types et variétés définis par Viel.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7708/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Fig. 56 – Groupe Nogaro Noir : type Nogaro Noir simple (a-e) et incisé (f-n).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7708/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 57 – Groupe Nogaro : type Nogaro Brun simple (a-e) et incisé (f-j).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7708/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre TABLEAU 6. Positions chronologiques des composants du groupe Nogaro (N)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7708/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Fig. 58 – Groupe Nogaro (Brun). a/ tombe C-44. b/ fosse C-46. c/ tranchée E.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7708/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Fig. 59 – Groupe Roqueno : types Roqueno Rouge simple (a-d) et incisé(e).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7708/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Fig. 60 – Groupe Ticon.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7708/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende Fig. 61 – Groupe Tupal (orange-rouge).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7708/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Fig. 62 – Groupe Tupal : types simples (a-d). incisé (e-h). orange et beige (ij). noirci (k).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7708/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7708/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Titre Fig. 63 – Groupe Saman.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7708/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 64 – Type Saman Micacé.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7708/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Titre Fig. 65 – Groupe Saquim.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7708/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Fig. 66 – Groupe Canaba : types noir (ab) et orange (c).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7708/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 67 – (a-c) – Le type Canuto Brun.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7708/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Fig. 67-A – (d-f) – Le type Canuto Noir.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7708/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Fig. 68 – Type Choton Orange-sur-Gris : tranchée E (a. c). et déblais (b).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7708/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Fig. 69 – Groupe Mocbal (fruste).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7708/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 6,4k
Légende Fig. 70 – Type Zope Dichrome Négatif (tranchée E).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7708/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Fig. 70 – (d.e) – Poteries de type Zope Dichrome Négatif trouvées au pied de la str. A-5.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7708/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Légende Fig. 71 – Groupes divers : Jelic (ab). Verbena Ivoire Usulutan(e). Chitac (c). Sacluc (df).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7708/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Fig. 72 – Groupe Pampar (encensoirs).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7708/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Fig. 73 – Types divers. a/ tecomate. b/ support parallélépipédique (slab). c/ engobe orange. d/ blanc incisé.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7708/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 62k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search