Version classiqueVersion mobile

Le Protoclassique à La Lagunita

 | 
Alain Ichon
, 
Marie Charlotte Arnauld

2ème Partie. La céramique de la structure A-7 de la Lagunita

Introduction

Marie Charlotte Arnauld

Texte intégral

Je tiens à remercier Alain Ichon, Rita Grignon, Dora Guerra de Gonzalez et Robert J. Sharer pour l’aide, les commentaires et les documents qu’ils ont eu la gentillesse de me fournir. René Viel, dont le travail sur la céramique préclassique de La Lagunita a constitué la base et la référence pour l’étude dont j’ai été chargée, se trouvait hors d’Europe et d’Amérique pendant toute la durée de mon travail. Je n’ai donc jamais été en mesure de le consulter de façon profitable, mais la clarté et la cohérence de son analyse ont contribué à ce que nos typologies et nos conclusions s’harmonisent sans difficultés majeures.

1Cette étude fait suite à celle de la céramique de la str. A-6 de La Lagunita analysée par R. Vlel (1984 : 53-115). La céramique de la str. A-6 constitue la séquence des complexes préclassiques, tandis que celle de la str. A-7, à laquelle est consacré le présent exposé, fournit la séquence des complexes préclassique récent et protoclassique, en incluant la transition protoclassique-classique ancien. Puisque nous avons eu à analyser un matériel en partie contemporain de celui de Viel, et afin de préserver l’unité générale des analyses et de la monographie qui en résulte, nous avons jugé bon d’utiliser la méthode, les procédures et les conventions de présentation de Viel, tant pour l’analyse typologique que pour l’analyse modale.

Les collections céramiques étudiées

2La fouille de la str. A-7 a comporté deux opérations principales, codées C-43 et C-44.

3La première, C-43, a consisté en un puits effectué au sommet de la structure pyramidale (fig. 4), fouille en niveaux stratigraphiques de 20 à 10 cm d’épaisseur à partir de l’hypsométrie +582, c’est-à-dire à 2,25m sous le niveau du sommet – toute la partie supérieure de la structure étant perturbée par une fouille clandestine – et ce jusque dans le talpetate stérile à l’hypsométrie – 1,20m. La fouille, effectuée par Patricia Carot, a été décrite ci-dessus. Les 22 niveaux ainsi fouillés ont donné 1.230 tessons, et 39 poteries complètes ainsi réparties :

11

poteries associées à la sépulture 2 (niveaux 19-20),

5

poteries associées à la sépulture 1 (niveaux 12 et 13, et

3

poteries situées à proximité de cette sépulture (niveaux 11 et 7),

20

poteries déposées sous et sur les deux sols d’occupation IIa et IIb (niveaux 9, 2 et 1).

4D’autre part, le puits C-43 a été étendu vers l’ouest, après dégagement de la partie supérieure perturbée par les fouilles clandestines. Dans ce secteur ouest la fouille a procédé en deux niveaux correspondant en stratigraphie aux niveaux 8 et 9 du puits central. Cette fouille ouest a produit 119 tessons, et une jarre complète trouvée dans une fosse à proximité d’un lit de galets.

5Enfin, le nettoyage des parois de la fouille clandestine au sommet du puits central a donné 79 tessons.

6On fait donc référence à trois séries de lots céramiques : les lots du puits central C-43, les lots de l’extension C-43 ouest et les lots du sommet de la str. A-7.

7L’opération C-44 constitue, du côté ouest de la str. A-7, la fouille de la partie la plus récente de l’édifice : le puits, commencé à l’hypsométrie + 120 sur le flanc ouest a permis de dégager à – 250 le sarcophage de la sépulture C-44. Les 12 niveaux ont produit 1.742 tessons (opération C-88 annexe incluse), et environ 90 récipients plus ou moins complets dans le remblai, ou associés à la sépulture. En outre, 950 tessons proviennent des niveaux 2 à 6 du même puits et des abords immédiats perturbés par une excavation clandestine et l’éboulement d’une des parois du puits en cours de fouille.

8Enfin, pour confirmer la séquence céramique de la str. A-7, on a étudié les 579 tessons provenant des 12 niveaux de l’opération E-101-b, effectuée sous le sol du terrain de jeu de balle (str. A-12).

Tableau 4 Corrélation des phases architecturales de la str. A-7 et des collections céramiques

Tableau 4 Corrélation des phases architecturales de la str. A-7 et des collections céramiques

La séquence architecturale de la structure A-7

9Le puits C-44 ne présente aucune stratigraphie : il a traversé le remblai de fermeture de la fosse faite pour la sépulture C-44, et on a constaté que des tessons de différents niveaux s’ajustent parfaitement. Tous les lots C-44 sont contemporains de la phase de construction finale de la str. A-7, y compris ceux qui résultent de la fouille clandestine et de l’éboulement.

10Par contre, l’opération C-43 a fourni une série de niveaux d’occupation, de sols, de remblais et de sépultures (Nos 1 et 2, intrusives sous les sols I et II) dont résulte une partie de la séquence architecturale de la str. A-7. Elle a été partiellement datée avant l’analyse des tessons au vu des poteries complètes et sur la base de dates C-14 :

– pré-phase I :

Préclassique moyen ou récent ; niveau d’occupation 22 sur le talpetate, antérieur à la str. A-7 (+006 à 0) ;

– phase I :

Préclassique récent ; remblais des niveaux 21 à 10, sépulture 2 (datée de 80 ± 90 ap. J.C.) dont la fosse est scellée par les sols Ia-Ib construits (+376) ; le sol Ib est la réfection du sol la, probablement après la réalisation de la sépulture ;

– phase II :

Protoclassique ; remblais des niveaux 9 à 1 (+376 à +560) jusqu’aux sols Ila-IIb construits ; une offrande située juste sous le sol IIa a donné la date de 310 ± 90 ap. J.C. ; la sépulture 1, dont la fosse semble scellée par le sol IIb et qui est

intrusive sous le sol I, ainsi que les éléments fouillés dans l’extension
C-43 ouest, appartiennent à la phase II ;

– phase III ;

Protoclassique : sol III construit (+582) et murs fouillés dans la partie supérieure perturbée par la fouille clandestine ;

– phases IV et V :

Protoclassique et début du Classique ancien ; sol IV construit (+646) dégagé dans la partie supérieure du puits C-43. De la phase IV datent les éléments architecturaux de la façade ouest, et la sépulture C-44 pour laquelle on dispose de deux dates : 320 ± 90 et 470 ± 90 ap. J.C.

11Enfin, la grotte artificielle fouillée au cours de l’opération C-48, qui est située sous la place du côté ouest de la str. A-7 et donc à proximité de la sépulture C-44, a produit cinq dates C-14 échelonnées de 300 ± 80 à 445 ±100 ap. J.C., et une date de 600 ± 90 ap. J.C. probablement trop tardive. La “grotte” C-48 est apparemment contemporaine de la sépulture C- 44 ou un peu plus tardive, et donc de la phase V de la structure A-7. Elle contenait plus de 300 poteries complètes, entre autres objets.

12En résumé, les collections de tessons provenant de contextes stratigraphiquement contrôlés, à savoir les lots du puits C-43 central et ceux du puits C-44, correspondent aux phases :

13pré-I, Préclassique moyen ou récent.

14I, Préclassique récent,

15II, Protoclassique,

16IV et V, Protoclassique et début du Classique ancien.

17Le matériel issu de niveaux perturbés correspondant à la phase III, protoclassique, ne constitue qu’un lot de 79 tessons (sommet de la str. A-7). Il est cependant possible qu’une partie des éléments fouillés dans l’extension C-43 ouest date de la phase III.

18Le tableau 4 présente la corrélation entre les phases de la str. A-7 et les différentes collections céramiques.

Procédures d’analyse

19On a tout d’abord classé la collection de tessons devant produire la séquence du Préclassique au Protoclassique, c’est-à-dire celle des 22 niveaux du puits C-43 central. On a procédé de la même façon que Viel en écartant les fragments non identifiables. Le total des tessons classés a été de 579 sur 1.230 tessons, soit 47 % de la collection.

Fig. 51 – Stratigraphie du jeu de balle. fouille E-101-b. paroi nord (d’après JA. Valdés).

Fig. 51 – Stratigraphie du jeu de balle. fouille E-101-b. paroi nord (d’après JA. Valdés).

20Ont été aussi classés les lots du sommet de la str. A-7 et les deux lots de l’extension C-43 ouest (119 tessons classés sur 198, soit 60 %).

21Puis on a traité tous les lots de l’opération C-44, c’est-à-dire ceux des 12 niveaux du puits et ceux provenant de l’éboulement et de la fouille clandestine ; pour la majeure partie de ce dernier qui totalise 628 tessons, seuls les bords et les fragments de formes ont été classés. Le total des tessons classés a été de 1.541 sur 2.692 tessons, soit 57,2 % de la collection.

22D’autre part, les collections C-43, C-44 et C-48 de poteries complètes ont été brièvement analysées avant la classification des tessons, puis revues après cette opération. Elles ont été étudiées et décrites par A. Ichon. Ce dernier avait effectué une classification préliminaire des poteries de la “grotte” C-48 avant que nous commencions celle des collections de tessons. Nous avons donc tenu compte de cette classification au cours de l’analyse des tessons, et avons ultérieurement proposé les quelques modifications que la typologie des tessons nous paraissait justifier. C’est cette classification modifiée que nous avons tenté d’appliquer aux collections C-43 et C-44 de poteries complètes ; elle équivaut à la typologie des tessons, ce pourquoi nous avons jugé utile d’inclure, dans la rubrique comparative des groupes céramiques établis, les références aux poteries de C-43, C-44 et C-48 les plus représentatives de chaque groupe (ceci concerne principalement les groupes Orfeo, Nogaro, Ticon, Tupal et Rabolio). Mais le présent exposé n’inclut pas la description détaillée des poteries complètes.

23Enfin, la collection de tessons provenant de l’opération E-101-b effectuée sous le sol du terrain de jeu de balle (str. A-12) a été analysée afin de confirmer la séquence céramique de la str. A-7 (fig. 51). Elle comporte 10 lots correspondant à 10 des 12 niveaux stratigraphiques fouillés depuis l’hypsométrie +287, au niveau du sol, jusqu’à -20 dans le talpetate stérile. Elle totalise 579 tessons, dont 309 ont été classés (53,4 %). La collection E-101-b était censée reproduire le même patron d’évolution que celle de l’opération C-43 de la str. A-7, mais il est vite apparu à l’examen des tessons que les complexes préclassiques définis par Viel en sont absents, et que seul le complexe protoclassique correspondant à la phase II de la str. A-7 est représenté.

La séquence chronologique

24Le détail de la séquence céramique sera présenté après la description typologique et l’analyse modale. Elle est basée sur la sériation graphique des couches de la str. A-6, qui forment la séquence préclassique établie par Viel, des couches C-43 et C-44 de la str. A-7, et de celles de l’opération E-101 -b (tableaux 16 et 17 ; voir aussi le tableau 7 de Viel).

25Les 22 niveaux du puits C-43 central ont en effet été regroupés en dix couches culturelles qui respectent les principales lignes de rupture visibles en stratigraphie. Ces couches C-43-1 à 10 produisent la séquence stratigraphique et céramique de base, qui correspond aux phases pré-I, I et II de la str. A-7. On ajoute, au-dessus de la couche C-43-1 supérieure, la couche C-44 qui regroupe les niveaux sélectionnés de l’opération C-44 dénuée de stratigraphie ; la couche C-44 correspond aux phases A-7-IV et V. La phase A-7-III n’est pas représentée en séquence. Enfin, 8 niveaux sélectionnés de l’opération E-101-b constituent quatre couches culturelles (E-I à E-V, E-II étant exclue de la sériation typologique) ; elles ont été sériées au niveau des couches C-43-1 à C-43-5 qui représentent la phase A-7-II.

26Par comparaison avec la séquence céramique de la str. A-6 construite par Viel et avec d’autres séquences des Hautes Terres mayas, la séquence de la str. A-7 (C-43-C-44) comporte deux complexes céramiques successifs :

  • le complexe céramique Noguta défini par Viel, correspond à la période du Préclassique récent et, dans la séquence architecturale de la str. A-7, aux phases A-7-pré-I et A-7-I ; la division en deux aspects 1 et 2, établie par Viel, sépare la couche C-43-6 de la couche C-43-5, bien que cette dernière ne soit pas exempte de matériel postérieur (provenant de la fouille de la sépulture 1 au même niveau) ;

  • le complexe céramique Lilillá, défini provisoirement par Viel sur la base d’une partie du matériel de la couche I de la str. A-6, correspond à la période du Protoclassique, et aux phases A-7-II à A-7-V ; il est divisé en trois aspects 1,2 et 3, dont le plus ancien est représenté en str. A-7 par la couche C-43-4 qui couvre le sol I, l’aspect 2 intermédiaire par les couches C-43-3, C-43-2 et C-43-1 situées sous et entre les sols Ila-IIb (phase A-7-II), et l’aspect 3 final par la couche C-44 qui équivaut à la sépulture C-44 et aux phases A-7-IV et V ; l’aspect 3 comporte quelques types et modes que les comparaisons inter régionales datent du Classique ancien.

Table des illustrations

Titre Tableau 4 Corrélation des phases architecturales de la str. A-7 et des collections céramiques
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7698/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Fig. 51 – Stratigraphie du jeu de balle. fouille E-101-b. paroi nord (d’après JA. Valdés).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7698/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search