Version classiqueVersion mobile

Le Protoclassique à La Lagunita

 | 
Alain Ichon
, 
Marie Charlotte Arnauld

1ère Partie. La fouille du groupe A de La Lagunita (période protoclassique)

Chapitre VI. Les sites protoclassiques du Quiche méridional

Alain Ichon

Texte intégral

Fig. 43 – Les sites du Protoclassique ancien des municipios de San Andrés Sajcabajá et Canillá. 1-E1 Potrero. 2-Briqueterie. 3-E1 Rincon 3. 4-Canillá 1. 5-Canillá 2. 6-E1 Cementerio (Canillá). 7-E1 Rincon 5. 8-Poza San Pedro. 9-Sajcabajá. 10-Chiboy 2.11-Chilukay. 12-Parbalché. 13-Los Tapezcos. 14-Chimus

1Dans notre publication de 1984 sur le Préclassique, nous avons dressé une liste des sites archéologiques des municipios de San Andrés Sajcabajâ, Canillá et San Bartolomé Jocotenango (pp. 32-33) ; plusieurs sites mineurs n’y sont pas mentionnés. Le tableau 3 ci-dessous donne une liste plus exhaustive pour la période du Protoclassique-Classique ancien, en répartissant les sites par grands compartiments naturels : les plateaux de Canillá, de San Andrés Sajcabajâ, de Chiboy, de Chinanton-Mixcolaja, le massif d’El Achiote, enfin la vallée même du Chixoy (carte fig. 43).

2En dehors de ceux en italiques, ces sites ont été datés par une simple récolte de tessons en surface ou quelques sondages superficiels, méthode assez peu satisfaisante comme nous avons pu le constater par exemple pour La Lagunita : le groupe A avait été daté du Postclassique à la suite de la reconnaissance de A. L. Smith. En tout état de cause, elle n’indique que rarement la succession des diverses phases d’occupation, quand elles existent. Il était difficile d’autre part de distinguer Protoclassique et Classique ancien compte tenu de la grande continuité céramique entre ces deux périodes et du fait que le complexe céramique de la seconde n’a pas encore été nettement défini ; il paraît cependant probable que la quasi-totalité des sites protoclassiques ont continué à être occupés au Classique ancien.

1 – Plano de Canillá

3Cette étendue de 7 ou 8 km2, parfaitement plane et entièrement exploitée autour du chef-lieu du municipio, est limitée sur trois côtés par des rivières encaissées – Chisakic, Chimistan et El Rincôn – et au sud par une ligne de hauteurs descendant de la Montana Chichaj. Nous avons pu l’explorer minutieusement dans les parties cultivées en milpas ; pour celles en jachère ou en pâturage, la détection des tessons en surface est plus difficile, sinon impossible.

  • 1 Ichon et Viel 1984 : 45-46.
  • 2 cf par exemple Shook et Kldder 1952

4Treize sites au total ont été relevés, dont un déjà connu au Préclassique : le petit centre cérémoniel de Chimistan1. Un autre site, El Rincôn 9, date peut-être lui aussi du Préclassique : petit centre situé sur les hauteurs dominant le plateau au sud, dont les structures, très détruites, utilisent les affleurements rocheux. Le matériel de surface est typiquement protoclassique mais comprend aussi des types plus anciens, en particulier des fragments de cuspidors brun-noir poli à décor finement incisé : le motif des “spirales successives” (joined scrolls) est typique de Kaminaljuyu durant la phase Miraflores du Préclassique tardif2. Il est vrai qu’un autre motif commun, celui du “quadrupède” stylisé, qui pourrait représenter une grenouille, est associé dans notre région à une poterie polychrome nettement protoclassique provenant du site de Chiboy (fig. 104j). La datation préclassique d’El Rincôn 9 n’est donc pas certaine.

5Un troisième petit centre cérémoniel, Potosi, n’est pas situé sur le plateau mais sur la ligne de crête dominant d’une centaine de mètres, au sud, le grand centre classique tardif de Los Cerritos-Chijoj, et qui est empruntée par la piste de Canillá à Cubulco. Il comprend deux structures assez hautes (environ 4 m), distantes d’une cinquantaine de mètres ; la mieux conservée, à peu près carrée, (une quinzaine de m de côté), se trouve au milieu d’une terrasse aménagée ; elle est construite de blocs de schiste. Le matériel céramique comprend quelques types protoclassiques, et sans doute surtout du Classique ancien.

6Les dix autres sites reconnus sont par contre des sites d’habitation et se trouvent sur le plateau.

7Au nord du village de Canillá, nous savons que les monticules de Chimlstan, édifiés au Préclassique tardif, ont continué à être utilisés au Protoclassique, et furent abandonnés au Classique tardif, sans doute au profit de Los Cerritos-Chijoj ; 500 m plus à l’ouest, la zone d’habitat d’El Potrero, séparée de Chimlstan par un petit affluent du rio du même nom, date de la même période mais sans aucune trace d’occupation préclassique. On peut ainsi penser que tout le rebord nord du plateau était densément occupé au Protoclassique.

8Dans la partie nord-est du plateau, irriguée par le rio El Rincón et deux affluents coulant d’est en ouest, nous avons décelé du matériel protoclassique en trois endroits : à la Briqueterie (ou auraient été découvertes des urnes funéraires), à Los Cerritos-Chijoj (à un niveau inférieur aux constructions classiques du groupe A) et plus à l’est, au pied de la colline de Papur, où une fosse ayant toute l’apparence d’un chultun a sans doute servi de dépotoir.

9Dans la partie du plateau s’étendant au sud du village, l’unique centre cérémoniel, doté d’un jeu de balle en I, El Rincôn 1, est postclassique. Sur la rive opposée de la quebrada El Rincón, le site d’El Rincôn 2 était certainement occupé au Classique ancien avant de devenir, au Classique tardif, un petit centre cérémoniel et funéraire : on y a mis au jour des sépultures en ciste et des vases polychromes.

10Des concentrations plus ou moins denses de tessons signalent pour le moins cinq autres zones d’habitation : Canillâ 1, Canillá 2, El Rincón 8, El Cementerio (au pied de la butte occupée par le cimetière moderne, qui aurait lui-même livré des sépultures anciennes), et plus au sud El Rincón 5, au pied de la colline et proche du centre cérémoniel d’El Rincón 9.

11Sur le versant sud de la même colline, donc en dehors du plateau proprement dit, plusieurs sépultures contenant des plats tétrapodes à supports mammiformes ont été mis au jour durant la construction du canal d’irrigation : nous avons baptisé ce site Sajcab, du nom du río qui deviendra plus en aval le Chisakic, puis le Cacuj.

12En résumé, si l’occupation du plateau de Canillá nous paraît spécialement dense, c’est que sa configuration se prêtait exceptionnellement à l’habitat, et aussi sans doute parce qu’elle nous a permis une reconnaissance très pousseé en terrain plat et découvert.

13L’occupation protoclassique-classique ancien peut-être schématisée de la façon suivante :

  1. deux petits centres cérémoniels, Chimlstan et El Rincôn 9, excentriques puisque le premier occupe la bordure nord du plateau et le second les pentes montagneuses qui le limitent au sud – tous deux sans doute occupés dès le Préclassique tardif (ceci n’est certain que pour Chimistan). Sur les hauteurs à l’est du village actuel, un troisième petit centre, Potosi, surveillait peut-être l’une des voies d’accès au plateau.

  2. sur le plateau même, une dizaine de zones d’occupation signalées par une plus grande densité de tessons, mais non par des plates-formes d’habitation, celles-ci ayant été détruites par la culture ; ces hameaux étaient pour la plupart situés à proximité des cours d’eau ou des quebradas descendant de la montagne.

14On note sur le tableau 3 que tous les sites de cette période semblent avoir été abandonnés au Classique tardif, à l’exception de deux d’entre eux qui allaient devenir des centres cérémoniels : El Rincón 2 et Los Cerritos-Chijoj.

2 – Plano de San Andrés Sajcabajá

  • 3 Ichon et Viel 1984 : 35-44.

15Ce plateau, moins régulier que le précédent et découpé par des barrancos vifs, est limité par trois massifs montagneux : El Achiote, Sajmajil etXabaj, et le cours des rios Agua Caliente (le Tucunel plus en aval), Las Casas, Lilillá et Sabaquiej. Nous y avons relevé, pour la période qui nous intéresse, treize sites, dont trois, datant du Préclassique, ont déjà été décrits : San Andrés Sajcabajâ, Xolja Bajo et Tzapinip3.

  • 4 ibid : fig. 25.
  • 5 ibid : fig. 30ab.

16Pour le premier, l’unique monticule, dont la première phase date du Préclassique moyen, a été agrandi plusieurs fois ; la dernière surélévation pourrait être protoclassique (une datation C-14 de 200 ap. J.C. a été obtenue), ainsi que les vases cylindriques noirs trouvés à ce niveau, qui appartiennent au groupe céramique Nogaro4. On trouve encore des tessons protoclassiques en surface, et un bol tripode à décor orange sur gris (type Choton) proviendrait d’une sépulture en ciste pillée, non loin du monticule5.

17Le petit centre cérémoniel de Xolja Bajo date probablement du Classique tardif, mais le matériel de surface prouve que le site était déjà occupé au Préclassique, au Protoclassique et au Classique ancien. C’était peut-être aussi le cas de Xolja Alto, situé un peu plus haut sur les pentes d’El Achiote, mais le matériel récolté est insuffisant pour l’affirmer.

18Tzapinip, plus en aval sur le rio Agua Caliente, était un simple centre d’habitation, de même que Tzitzima, sur une colline proche.

19Dans la vallé du rio Agua Caliente, nous datons de cette période les sites suivants :

20– Pajquiej, sur le petit affluent du même nom, centre d’habitation avec des structures basses et des sépultures ;

21– Sajcabaja, à l’entrée du village de San Andrés ; on pourrait penser qu’il s’agit là de l’ancien centre postclassique, transféré à San Andrés lors des réductions coloniales, mais le site n’a livré aucun matériel postclassique, et il n’y a pas de trace de constructions importantes. Le site d’habitation est classique (ancien et tardif) ;

22– El Llano, à la sortie de San Andrés sur la piste d’Uspantan. C’était probablement un site important, avec des édifices en dur dont les pierres ont pu être réutilisées pour la construction du village colonial. Bien qu’effectivement occupé au Postclassique tardif, comme le prouvent les vestiges céramiques, il est douteux qu’il s’agisse de l’ancien Sajcabajá, grand centre civico-religieux comprenant des pyramides qui n’ont pu disparaître sans laisser de traces.

23La première occupation d’El Llano date du Protoclassique : le matériel trouvé en profondeur est identique à celui de la grotte de La Lagunita, mais sans supports mammiformes. El Llano fut ensuite abandonné jusqu’à sa réoccupation au Postclassique.

24– le lieudit Poza San Pedro comprend une petite colline, utilisée encore de nos jours pour le culte traditionnel, et une zone d’habitation s’étendant sur les deux rives du rio (Classique ancien et surtout tardif) ;

25– citons encore, dans les environs immédiats du village, Pachalum (ou Tecrus), petit site d’habitation sur la rive sud du rio Las Casas.

  • 6 AL. Smith 1955 : 40.

26Dans la partie nord-est du plateau, nous trouvons un site d’habitation, Potrero Grande, et deux petits centres cérémoniels probables : Sabaquiej, sur la rive gauche du rio du même nom, doté d’au moins une grande plate-forme (7 x 15 m) et d’où proviennent une dizaine de poteries entières typiquement protoclassiques ; et Chinilla, le plus important, mais dont le centre cérémoniel de quatre structures – l’une dépasse 4 m de hauteur – est peut-être plus tardif. La vallée du Sabaquiej et le plateau dénudé qui s’étend au nord, tombant à pic sur le lit du Tucunel et du Sabaquiej, étaient certainement occupés dès le Classique ancien : le grand site postclassique de Patzac 1, reconnu par A L. Smith6, a été construit sur le rebord de ce plateau, face à Los Cimientos-Chustum – les deux sites n’en faisaient sans doute qu’un – à un endroit déjà occupé au Classique ancien, puis tardif. Il ne semble pas que les premières constructions cérémonielles soient antérieures à cette dernière période.

27En résumé, pour la région de San Andrés Sajcabajâ, on note une occupation assez dense autour du village actuel, dans les fonds de vallée et dans la partie nord-est du compartiment de terrain ; les centres cérémoniels sont peu nombreux et de faible importance, avec rarement plus d’une structure de grande dimension, utilisant, au moins dans un cas, un monticule préclassique. Plusieurs des sites que nous avons baptisés cérémoniels n’étaient peut-être en fait que des sites d’habitation, dont certains monticules étaient utilisés pour les sépultures.

28La moitié environ des sites continueront à être occupés et deviendront des centres cérémoniels au Classique tardif.

3 – Le plano de Chiboy

29Ce compartiment de terrain a la forme d’une cuvette faiblement concave dont les bords se relèvent avant de tomber sur les vallées profondément encaissées à l’ouest (rio Chilil), à l’est (Sabaquiej) et au nord (Chixoy). Le plano est entièrement cultivé en milpas à l’exception de quelques endroits où le talpetate stérile affleure ; notre reconnaissance a donc pu être assez systématique.

30Nous avons relevé, toujours pour le Protoclassique-Classique ancien, une douzaine de sites, parmi lesquels se détache un centre cérémoniel Chiboy 1.

31Chiboy 1 est un ensemble d’au moins cinq structures (d’autres ont pu être détruites) occupant la partie nord de la cuvette ; les maisons du hameau de Chiboy sont dispersées sur les collines dominant le site au nord et à l’est. Bien que la plupart des structures soient réduites à des tas de pierres, nous croyons utile de reproduire ici le plan du site : c’est l’un des rares petits centres cérémoniels, de datation protoclassique certaine, qui soit à peu près conservé (fig. 44). Il y a une seule construction importante, A-4, haute de 4 à 5 m et qui mesurait environ 10 x 20 m ; les autres structures, dont la hauteur ne devait pas dépasser 2 m, sont cependant trop importantes pour avoir supporté de simples habitations. Les murs de soutènement étaient faits de blocs de tuf taillés, ce qui explique leur démantèlement pour les besoins du hameau voisin. L’ensemble A couvre un peu moins d’un hectare ; il n’y a pas de plan net et l’orientation des structures, dans la mesure où elle peut-être calculée, est très variable. Nous avons relevé deux autres plates-formes, le groupe B, à une centaine de métres à l’est du groupe A

32Sondages et récolte de surface à Chiboy 1 ont livré un abondant matériel, complété par une dizaine de poteries entières provenant de fouilles clandestines. Ceci nous a permis d’établir une première typologie céramique du Protoclassique, qui devait être vérifiée et complétée quelques années plus tard à La Lagunita. Les poteries, comprenant des polychromes importés du Petén, sont très proches de celles de la grotte C-48 et appartiendraient donc soit au complexe Lilillâ 3 – dernier aspect du Protoclassique – soit au tout début du Classique. Nous avons pu en outre photographier à Santa Cruz del Quiché une sculpture qui proviendrait de Chiboy 1 (fig. 45) : elle est à tenon et représente une face humaine dans la gueule d’un jaguar. Ce type de monument est généralement daté du Classique moyen.

Fig. 44 – Plan du site de Chiboy 1.

Fig. 44 – Plan du site de Chiboy 1.

TABLEAU 3. Les sites du Protoclassique-Classique ancien des municipios de Canillà et San Andrés Sajcabajà.

TABLEAU 3. Les sites du Protoclassique-Classique ancien des municipios de Canillà et San Andrés Sajcabajà.
  • 7 Recinos 1950 : 217
  • 8 A.L. Smith 1955 : 42.

33Un second site probablement cérémoniel est Chixpach. Ce nom est mentionné dans le Titulo de Totonicapân comme l’un des établissements temporaires de la nation quichée : venant de Carchaj (San Pedro Carchâ ?), les Quichés y auraient construit des édifices de pierre avant de poursuivre leur route vers Chi-Quiché (notre cerro El Achiote), puis Jacawitz, où ils devaient fonder leur première capitale7. Selon R. Carmack (com. pers.), Chixpach ne serait autre que Patzak’, c’est-à-dire l’ancien Sajcabajâ : notre site de Los Cimientos-Chustum. On peut observer cependant que l’actuel hameau de Chixpach est situé sur la rive droite du rio Chilil, donc 3 km à l’ouest ; et que le site archéologique construit à promixité sur un piton imprenable n’a rien de postclassique. Sur ce plateau exigu auquel on accède par un unique sentier escarpé, il y a un ensemble résidentiel bien conservé, avec d’abondants vestiges domestiques, et une structure cérémonielle isolée, de dimensions réduites (une dizaine de mètres de côté, 2 m de haut).8

  • 9 Ichon 1975 : 147-150.

34Deux sites d’habitation, Pixtup et Chustum 1, pourraient avoir été dotés d’une (ou de plusieurs) structure cérémonielle comparable à celle de Chixpach. Pixtup est sur le rebord nord de la cuvette de Chiboy. Chustum 1, à 1 km de Chiboy, est un petit centre cérémoniel du Classique tardif, bien orienté avec son jeu de balle ouvert et une structure principale placée à angle droit. A l’intérieur de celle-ci, nous avons mis au jour une construction plus ancienne, faite de blocs de tuf avec un revêtement d’argile ; les tessons du remblai sont protoclassiques, certains peut-être même préclassiques. Compte tenu du caractère élaboré de cette structure ancienne, on peut penser que le site, au Protoclassique, n’était déjà plus uniquement résidentiel.9

35La tombe du Classique ancien mise au jour à Los Cimientos-Chustum a été décrite plus haut. Il s’agit du centre postclassique majeur de la région, surtout si on le considère comme formant un complexe unique avec Patzac 1, dont il n’est séparé que par la coupure du rio Tucunel. Néanmoins la tombe est témoin d’une occupation bien antérieure, et compte tenu de sa richesse, il est peu probable qu’il se soit agi d’un simple site d’habitation : le centre cérémoniel classique ancien, détruit par la suite, aurait ainsi occupé la rive nord du Tucunel, tandis que la zone d’habitation s’étendait sur la rive sud, à l’emplacement du centre postclassique de Patzac 1.

Fig. 45 – Sculpture à tenon qui proviendrait de Chiboy 1.

36L’abondance des tessons protoclassiques trouvés en surface prouve que toute cette partie nord et est du plateau de Chiboy était densément occupée ; elle est particulièrement notable à Chustum 2 – un centre cérémoniel postclassique lui aussi – et à Ixcapuleu, le site le plus septentrional.

37Le pourtour du plano de Chiboy n’était pas la seule zone occupée ; on trouve des traces d’activités domestiques sur au moins trois points de la zone centrale : La Iglesia, Chuantix et Chiboy 2.

38Chuantix et Chiboy 2 étaient au Classique tardif des hameaux de 10 à 20 maisons construites sur des plates-formes rectangulaires, à des emplacements déjà occupés au Classique ancien ; nos renseignements sur le tracé et le nombre d’habitations de ces hameaux ne concernent malheureusement que l’occupation tardive.

39La Iglesia est un centre cérémoniel postclassique décrit par A.L. Smith®, mais nos sondages dans les groupes A et B, et dans un troisième groupe C découvert plus à l’ouest, prouvent que ces deux derniers ensembles datent du Classique tardif, et que toute cette zone du plateau, s’étendant vers le sud jusqu’au lieudit Chiboy Chiquito, était déjà peuplée au Protoclassique.

40L’occupation du plano de Chiboy au Protoclassique-Classique ancien est en somme assez comparable à celle du plano de Canillá ; c’est durant les périodes suivantes que ces deux zones vont diverger, Canillâ prenant l’avantage au Classique tardif avec le grand centre de Los Cerritos-Chijoj, et Chiboy au Postclassique avec l’ensemble Los Cimientos-Patzac.

41Nous observons dans le plano de Chiboy, pour la période qui nous intéresse, une densité de peuplement relativement forte et à peu près également distribuée :

  • zones d’habitation sur tout le pourtour de la cuvette, avec une densité maximale sur les rebords nord et est, et en divers points de la zone centrale ;

  • un centre cérémoniel relativement important (mais sans commune mesure avec La Lagunita) en terrain totalement découvert, dans la partie nord de la cuvette : Chiboy 1 ;

  • des centres cérémoniels mineurs, ou plutôt, comme nous l’avons dit plus haut pour San Andrés Sajcabajâ, des sites d’habitation dans lesquels une ou plusieurs structures plus élaborées, ou de plus grande dimension que les plates-formes communes, avaient sans doute une fonction spécialisée, généralement funéraire. Ces sites se trouvent sur les collines périphériques : Chixpach, Pixtup, Chustum 1, Los Cimientos.

4 – Les planos de Chinanton et Mixcolaja

42Cette zone de plateaux, entaillés par les affluents du rio Chilil coulant d’ouest en est, s’étend entre les massifs de Sacapulas et d’El Achiote. Par suite du relief tourmenté, notre reconnaissance n’a pu être aussi complète que dans les zones précédentes : elle a abouti à localiser une dizaine de sites, dont un seul centre cérémoniel digne de ce nom : Pacagüix 3. En parcourant la zone d’est en ouest :

  • sur la rive gauche du rio Chilil, deux sites d’habitation distants d’1 km, Chilil 1 et Chilil 2. Une seule plate-forme est préservée dans le premier site. alors que Chilil 2 est doté d’un beau monticule de 3 m de hauteur mesurant environ 10 x 16 m, grand axe ouest-est. Le matériel de surface date apparemment du Classique ancien :

  • un peu à l’intérieur du plateau, Chinanton rappelle beaucoup Chustum 1 : le petit centre cérémoniel classique tardif, comprenant quatre structures dont un jeu de balle ouvert, disposées orthogonalement et orientées à 15° à l’est du nord magnétique, a été construit sur l’emplacement du site d’habitation protoclassique ou classique ancien. Le matériel céramique est un mélange des deux périodes :

  • Chilukay est situé sur une crête étroite dominant au sud le rio Chusanyab. L’endroit est aménagé pour former plusieurs places encloses de murs. Il y a une seule structure notable : plate-forme de 8,50 x 11 m, ne dépassant pas 1 m de hauteur, dotée de deux escaliers séparés par un bloc central sur sa face ouest, et soigneusement construite de tuf et de schiste ; elle est encore utilisée pour les costumbres. Deux autres lieux de culte, qui correspondent sans doute eux aussi à des sites archéologiques, nous ont été signalés : Chiuxut del Pom, petite colline au sommet aplati, et Chupilij, le point culminant de la sierra de Sacapulas (sans doute le point coté 1847) : les ladinos de Mixcolaja y organisent chaque année une chasse au cerf. Le site archéologique serait comparable à celui d’El Achiote ;

  • Chu’ij est un abri sous roche à peintures rupestres, le seul à ma connaissance dans une région où les grottes sont rares. Ce lieu sacré fait toujours l’objet d’un culte vivace, mais son utilisation ancienne est difficile à dater. Le rebord du plateau s’est effondré à cet endroit en un éboulis de forte pente descendant vers le rio Chusanyab ; le bas de la falaise forme un abri sous roche peu profond, haut de 7 m et long d’une vingtaine de m. La plupart des pétroglyphes sont localisés dans une niche haut placée, d’environ 1 x 2 m ; à un niveau inférieur, une autre niche moins profonde contient encore deux peintures, dont une croix potencée, et des cupules creusées dans le rocher et soulignées de rouge.

Fig. 46 – Abri sous roche et peintures rupestres de Chu’ij.

Fig. 46 – Abri sous roche et peintures rupestres de Chu’ij.

43Les couleurs utilisées dans la niche principale sont le rouge et le blanc. Il y a sept motifs, représentant selon notre guide : le soleil (’ij), la lune (ik’), le serpent (cumatz), la croix (lacrus) et l’échelle (’am), le cerf (kiej, msat), l’aigle (xik). Ces motifs sont en fait reconnaissables, à une exception près : la lune, que l’on s’attendrait à voir sous la forme d’un croissant (fig. 46-3). Ceci pourrait être une preuve de l’ancienneté des pétroglyphes, leur interprétation actuelle étant visiblement influencée, pour l’échelle et la croix tout au moins, par le catholicisme.

44Comme il est normal, la datation des peintures de Chu’ij pose un problème. Mon impression est qu’elles pourraient être postclassiques : le rouge et le blanc sont les couleurs de la céramique décorée la plus commune au Postclassique, le Forteresse Blanc sur Rouge. De plus les rochers ou dalles portant des cupules, naturelles ou plus souvent artificielles, font l’objet d’un culte très général au Postclassique, comme nous l’avons noté sur plusieurs sites : Pueblo Viejo-Chichaj’, Los Cerritos-Chijoj, Cahyup (la piedra baleada) ; sur le plano même de Chiboy, près du site de La Iglesia, il existe deux rochers isolés portant des cavités artificielles et des cupules. Quoi qu’il en soit, il est peu probable que les pétroglyphes de Chu’ij soient antérieurs au Postclassique. Par contre, le matériel récolté à proximité de l’abri et sur le plateau immédiatement au-dessus est certainement classique et pourrait dater en partie du Classique ancien.

45Plusieurs sites archéologiques ont été reconnus sur le plano désertique de Mixcolaja. Deux d’entre eux, Mixcolaja 2 et Mixcolaja 3, dateraient du Classique ancien. Le premier, cérémoniel, a deux structures assez imposantes, de 2,50 et 4 m de hauteur, très abîmées.

  • 10 Lehmann et Ichon 1973 : 43.

46Le site de Pacagüix 3 marque le point extrême vers l’ouest de notre reconnaissance. Ce centre cérémoniel, tout proche de la quebrada Pacamanchaj, est le plus important de la zone, mais j’hésite à le dater car le matériel récolté est très hétérogène, allant du classique au postclassique. L’ordonnance des sept structures, entourées d’une enceinte rectangulaire et rigoureusement orientées à 12° à l’est du nord magnétique, rappelle le groupe B de La Lagunita (sans toutefois ses jeux de balle) et pourrait être un trait classique tardif ; mais les deux monticules principaux, hauts de plus de 5 m, évoquent plutôt ceux du groupe A de La Lagunita, et la preuve indiscutable de l’occupation protoclassique est le caisson monolithique, identique aux sarcophages non décorés de La Lagunita, qui se trouvait lors de notre passage entre les str. 2 et 3 (fig. 47, 48c ; ce monument a été décrit par ailleurs10). On peut penser en définitive que le centre cérémoniel date du Classique tardif mais qu’un centre déjà important, comprenant au moins deux grandes pyramides et abritant sans doute une ou plusieurs tombes à sarcophage, l’avait précédé au Protoclassique. Il est évident que, sous sa forme actuelle, on ne peut considérer Pacagüix 3 comme un “modèle” de centre cérémoniel protoclassique.

Fig. 47 – Plan du site de Pacagüix 3.

Fig. 47 – Plan du site de Pacagüix 3.

47Pacagüix 4 enfin, à 400 m de Pacagüix 3, est un autre petit centre cérémoniel de trois structures, la plus haute pouvant avoir 3 m. Le matériel est apparemment classique, ancien et tardif.

5 – Le massif d’EI Achiote

48Ce rameau de la sierra de Chuacus s’étend sur une quinzaine de km à l’est de San Bartolomé Jocotenango ; ses derniers contreforts séparent les planos de San Andrés Sajcabajâ et de Chiboy.

49Le point culminant, à 2054 m d’altitude, est le cerro El Achiote. Ce nom recouvre en fait l’ensemble du site archéologique occupant la ligne de crête entre deux points distants d’environ 200 m : le Chu- Chikché, ou Chi-Quiché à l’est, et le Chu-Chikxob (nom quiché de l’achiote, Bixa Orillana) à l’ouest.

Fig. 48 – a/ le piano de Chiboy. b et c/ les deux monticules principaux et la pila de Pacagüix 3.

Fig. 48 – a/ le piano de Chiboy. b et c/ les deux monticules principaux et la pila de Pacagüix 3.

50L’orientation générale de la ligne de crête, dont la largeur ne dépasse pas une vingtaine de mètres, est sud-est – nord-ouest. Chi-Quiché désigne le noyau du centre cérémoniel qui comprend deux terrasses successives, puis une troisième occupée par la pyramide principale (str. 1) et deux plates-formes qui se font face (str. 2 et 3). La str. 1, haute de 4 à 5 m, très détériorée par les fouilleurs clandestins, repose sur une plate-forme occupant toute la largeur de la crête ; elle était probablement dotée d’un escalier sur sa face ouest, occupée aujourd’hui par deux autels de costumbre. Les str. 2 et 3 sont des plates-formes basses, parallèles, mesurant 3 x 7,40 m et distantes de 7 m ; il ne peut s’agir d’un jeu de balle.

51Vers l’ouest, la crête s’abaisse par une série de terrasses aménagées, puis remonte légèrement pour supporter une dernière structure de faible hauteur au lieudit Chu-Chikxob ; sur le côté sud de cette str. 4, complètement éventrée, nous avons découvert une grande quantité de poteries sans doute rituellement brisées : ce sont presque exclusivement des bols à trois supports coniques pleins, de couleur orange-rouge (groupe Tupal), brun-noir (groupe Nogaro) ou gris-rosé (type Choton), avec parfois une rainure intérieure, mais sans rebord basal ni supports mammiformes ; on trouve aussi quelques encensoirs à dents de forme simple. Ce matériel, comme les tessons provenant de l’ensemble cérémoniel, est typique du Protoclassique final ou du Classique ancien. Nous n’avons pas trouvé un seul tesson postclassique.

  • 11 Carmack, Fox et Stewart 1975 : 30.

52Cette datation très ancienne du site d’El Achiote est inattendue. Les recherches sur les migrations des premiers groupes quichés, basées sur les documents ethnohistoriques les plus anciens – Popol Vuh, Titulo de los Senores de Totonicapân, Ti.tu.lo C’oyoi – permettent en effet de retracer, entre leur arrivée en Verapaz et leur premier établissement à Jacawitz (non loin de Santa Cruz del Quiché), un itinéraire jalonné par les noms des sommets sur lesquels les Quichés avaient coutume de célébrer leur “cérémonie de l’aube” (sakiribal) en attendant le lever de la planète Vénus11. Les sommets ainsi mentionnés après leur passage à Chixpach sont le Chi-Quiché, le Chui-Pixab et le Mamaj. Le premier est notre Achiote ; les deux autres, quelques km plus à l’ouest sur la même crête, ne se signalent aujourd’hui que par une ou plusieurs plates-formes bouleversées par les chercheurs de trésor et difficiles à dater car les tessons y sont peu caractéristiques. La situation est très semblable dans la chaîne du Chuacus qui domine San Andrés Sajcabajâ au sud, avec les sommets du Xabaj et du Chuiscarbal (Sakiribal ?), qui ne semblent pas postérieurs à l’Epiclassique. Ceci ne remet pas en cause les identifications de Carmack, mais prouve que tous ces sommets ont été le siège d’un culte bien antérieur à l’arrivée des Quichés dans la région. Le site d’El Achiote nous permet de dater les premières manifestations de ce culte du début du Classique ancien, vers 400 ap. J.C.

53La crête d’El Achiote était évidemment trop étroite pour servir aussi de zone résidentielle. Nous n’avons pu explorer tout le massif, qui est encore très boisé, surtout sur sa face nord, et profondément raviné ; néanmoins la montée par la face sud, et la descente par la crête en direction de l’est, nous ont permis de relever plusieurs ensembles de plates-formes indiquant l’existence de hameaux (dont on peut s’étonner qu’ils se soient établis à une telle distance des points d’eau), qui étaient peut-être des stations intermédiaires pour les pélerins faisant l’ascension du Chi-Quiché. Une ligne sud-nord partant du rio Agua Caliente traverserait ainsi les sites de Xolja Bajo et Xolja Alto (déjà mentionnés), Xusajpec, Xepom (centre cérémoniel postclassique), puis au moins trois ensembles d’une dizaine de plates-formes régulièrement installées sur des terrasses aménagées entre 1500 et 1900 m d’altitude. Entre le sommet d’El Achiote et le col donnant accès au plano de Chiboy, on note aussi tout le long de la crête des sites peu importants : Parbalché est à 1 km du sommet, encore dans la chênaie ; sur le versant râclé, à Picol, nous avons recueilli dans un petit monticule éventré une poterie presque entière de type Nogaro Noir Incisé datant du Préclassique tardif ou du Protoclassique ; plus bas encore vers 1500 m, Chumus est, selon A. Breton (com. pers.) un lieu de culte encore fréquenté par les habitants de la vallée du Tucunel ; le nom de Chimus, ou Chimumus, commun pour désigner ce genre de sites haut perchés, est une déformation du mot nahuatl momoztle (autel rond).

Fig. 49 – Plan du site d’El Achiote (culte des sommets).

Fig. 49 – Plan du site d’El Achiote (culte des sommets).

54Nous avons trouvé en résumé dans ce massif d’El Achiote, entre 1300 et 2000 m d’altitude, une structure de l’habitat particulière et d’une densité étonnante compte tenu du relief et de l’absence d’eau ; habitat très ancien puisqu’il remonte au moins au Protoclassique, et orienté vers un culte des sommets que le centre cérémoniel de Chi-Quiché matérialise sur le point culminant du massif.

6 – Vallée du Chixoy

55Notre reconnaissance dans la vallée même du Chixoy, très encaissée entre Sacapulas et le barrage de PuebloViejo-Quixal (BajaVerapaz), nousapermis de relever une occupation protoclassique ou classique ancienne dans les sites suivants :

    • 12 A.L. Smith 1955 : 27 et fig. 79b.

    Xecataloj, sur la rive gauche, à 1 km en aval de Sacapulas. Le centre cérémoniel s’est beaucoup dégradé depuis le passage de A.L. Smith en 194512 : il y voyait quatre structures, dont un jeu de balle ouvert, trait qui prouverait plutôt une datation du Classique tardif. Cependant la très belle céramique que nous avons récoltée dans les déblais de la str. 1 en cours de destruction est préclassique, protoclassique et sans doute aussi du Classique ancien.

  • Rio Blanco 2, sur la même rive à 10 km en aval, à ne pas confondre avec le site préclassique de Rio Blanco, 5 km en amont de Sacapulas. Il s’agit d’un petit site d’habitation.

  • Los Tapezcos, sur la rive nord au confluent du Chixoy et du Sabaquiej : site d’habitat sur lequel on observe cependant une très longue plate-forme.

56Plus en aval, dans la zone de retenue du barrage hydroélectrique, j’ai déjà signalé les sépultures protoclassiques mises au jour dans les sites, aujourd’hui noyés, de Chirramos, Chicruz et Los Encuentros. La période du Protoclassique-Classique ancien est dans l’ensemble très peu représentée dans cette partie de la vallée, occupée pourtant dès le Préclassique moyen et densément peuplée à partir du Classique tardif.

Fig. 50 – Schéma du peuplement protoclassique-classique ancien dans la région étudiée.

57De façon générale, quels renseignements tirer de notre reconnaissance sur le territoire des deux municipios quant à la structure du peuplement protoclassique-classique ancien dans cette région ?

58Le total des sites relevés pour chaque compartiment de terrain est le suivant :

  • plano de Canillá : quatorze sites, sans compter un site excentrique, Sajcab ; trois centres cérémoniels probables : Chimistan, El Rincón 9 et Tonosi ;

  • plano de San Andrés Sajcabaj â : treize sites ; deux ou trois centres cérémoniels : San Andrés Sajcabajâ, Sabaquiej, Chinilla (?) ;

  • plano de Chiboy : dix sites ; principal centre cérémoniel : Chiboy 1 ; petits centres secondaires : Chixpach, Pixtup, Chustum 1, Los Cimientos-Chustum (?) ;

  • planos de Chinanton, Chusanyab, Mixcolaja : neuf sites, dont un centre cérémoniel, Pacagüix 3, et trois petits centres probables : Chilil 2, Chilukay et Pacagüix 4 ;

  • massif d’El Achiote : quatre sites, dont le centre cérémoniel d’El Achiote ;

  • divers : La Lagunita, groupe A.

59Soit au total 53 sites, un peu moins sans doute si l’on tient compte de quelques datations douteuses (mais certainement classiques). Ce nombre, confronté à celui des sept sites préclassiques, révèle une spectaculaire augmentation de la population d’une période à l’autre.

60L’étude du matériel céramique de La Lagunita a montré qu’il existe des relations étroites entre le complexe protoclassique Lilillâ, défini par Marie Charlotte Arnauld (voir 2ème Partie) et, d’une part le complexe Arenal-Verbena de Kaminaljuyu, d’autre part (et surtout) le complexe Caynac – plus précisément Late Caynac – de Chalchuapa, au Salvador, défini par R. Sharer (1978). L’apparition à La Lagunita vers 100 ap. J.C. de techniques céramiques nouvelles – sans qu’il y ait pour autant rupture avec la tradition préclassique – pourrait être attribuée à de simples influences originaires du Salvador ; cependant la soudaine poussée démographique dans notre région semble indiquer d’importants mouvements de populations plutôt que de simples contacts commerciaux ou des emprunts techniques. Cette hypothèse appuierait celle de P. Sheets sur l’exode de populations salvadoriennes à la suite de l’éruption catastrophique du volcan Ilopango, exode auquel il faudrait aussi attribuer l’apparition des traits protoclassiques au Belice et dans le Petén (complexes Floral Park et Salinas). Elle n’est cependant pas sans soulever un problème, celui de la poterie décorée selon la technique négative dite Usulutan, si riche au Salvador, dont elle est sans doute originaire ; mais si pauvrement représentée chez nous : sur quatre sites seulement !

61La répartition des sites par grands compartiments géographiques est assez uniforme, les différences étant sans doute dues au caractère imparfait de notre reconnaissance.

62Un premier fait notable (nous l’avons déjà souligné pour la céramique) est que les sept sites occupés au Préclassique continuent à l’être à la période suivante ; de plus les centres cérémoniels préclassiques continuent apparemment à remplir cette fonction, comme il est évident non seulement à La Lagunita, mais aussi à Chimistan et à San Andrés Sajcabajâ. Cette continuité entre Préclassique et Protoclassique a déjà été soulignée pour la céramique.

63Un deuxième fait, illustré par la carte d’implantation des sites durant les deux périodes, est une nette expansion de la population protoclassique vers le nord jusqu’au rio Chixoy – et sans doute au-delà – avec l’occupation des planos de Chiboy, Chinanton, etc., sur lesquels nous n’avons décelé aucune trace d’un peuplement antérieur (sauf peut-être à Chustum 1).

64Un troisième fait, déjà mentionné, est la naissance probable au Protoclassique d’un culte des sommets, évident pour le moins sur le cerro El Achiote, mais qu’il n’y a pas de raison de supposer réservé à ce seul site. Culte qui allait faire preuve par la suite d’une extraordinaire vitalité puisqu’il a été adopté par les occupants successifs de la région et a même survécu à l’imposition du catholicisme : les ministres de la religion nouvelle, dans l’impossibilité de le supprimer, ont dû l’intégrer dans leurs pratiques et célébrer la messe sur les hauteurs.

65Est-il possible de préciser la nature de ce peuplement protoclassique ? La notion de “centre cérémoniel” nous paraît ici encore très inadéquate ; il semble préférable de distinguer une hiérarchie à quatre niveaux entre les sites :

661 / les ensembles d’habitation simples, les maisons étant construites à même le sol ou sur des plates-formes rudimentaires ;

  • 13 Ichon et Hatch 1982 : 73-85.

672/ les ensembles d’habitation dotés en outre d’une – ou rarement plusieurs – structure plus importante par ses dimensions et sa technique de construction (pierres taillés, revêtement d’argile, escalier, gradins, etc.). Il ne s’agit pas cependant de centres cérémoniels à proprement parler, mais de structures à fonction précise – habitation du chef de clan ou de lignage, monticule funéraire... – intégrées à l’ensemble résidentiel. Un exemple d’une telle organisation a été donné pour la vallée du Chixoy : le groupe C de Los Encuentros13 ; il date il est vrai du Classique tardif ; 3/ les centres cérémoniels mineurs : plusieurs structures à fonction spécialisée, dont certaines visiblement non résidentielles, forment un ensemble plus ou moins organisé et distinct de la zone simplement résidentielle.

68Ce degré d’organisation semble encore faible au Protoclassique, comme il appert à Chiboy 1 : structures peu nombreuses, pas de terrain de jeu de balle, orientation floue... Tous ces traits (ou plutôt leur contraire) qui caractériseront les centres les plus modestes du Classique tardif, sont cependant présents au degré supérieur, à La Lagunita.

694/ les centres cérémoniels majeurs : il n’y en a qu’un dans notre zone, c’est le groupe A de La Lagunita. Certains de ses carac tères se retrouvent cependant à Pacagüix 3 : hauteurdes pyramides, importance de l’orientation, tombe à sarcophage, existence de plates-formes jumelles (les str. 7 et 8 de Pacagüix peuvent être comparées aux str. 11 a et b de La Lagunita, qui nous ont suggéré une organisation dualiste ; la même disposition existe à El Achiote).

70Si l’on accepte cette hiérarchie des sites, le schéma du peuplement pourrait être le suivant (fig. 50).

71Dresser le tableau du Protoclassique dans l’ensemble des Hautes Terres serait prématuré. A l’heure actuelle, la recherche archéologique dans l’altiplano est essentiellement axée sur les grands centres protohistoriques (sans doute parce que leur interprétation est facilitée par l’existence de documents ethnohistoriques) et les réponses aux questions posées par le Protoclassique ne peuvent guère provenir que de la comparaison des collections céramiques recueillies dans les différentes régions. M.C. Arnauld, dans la 2ème partie de cet ouvrage, se charge de comparer les composants de notre complexe Lilillá avec ceux des autres complexes protoclassiques – il sont rares – ou qui du moins comprennent des éléments considérés comme protoclassiques et plus ou moins contemporains du nôtre.

  • 14 Smith et Kldder 1951 : fig. 35.

72En dehors de ces données souvent imprécises sur la céramique, la description des sites et du déroulement des fouilles n’apporte que rarement des éléments permettant de mieux définir, dans ses autres aspects, le phénomène protoclassique. Les données architecturales, entre autres, sont généralement trop minces ou absentes, les constructions de cette période, quand elles existaient, ayant été détruites ou recouvertes par des constructions plus tardives. Une exception pourrait être le groupe A de Nebaj, dont plusieurs traits rappellent le groupe A de La Lagunita14 : orientation générale, 26 monuments aniconiques dessinant des axes significatifs, autel central, disposition des pyramides principales 1 et 2 se faisant face avec leur plate-forme en saillie recouvrant une grande tombe (mais celle-ci voûtée). Si l’existence de ces tombes voûtées et leur mobilier permettent de dater le site du Classique moyen, la présence d’au moins deux sarcophages monolithiques brisés et incomplets dans le remblai de la str. A-2 prouve que cet important centre cérémoniel était occupé antérieurement et que des pratiques funéraires identiques à celles de La Lagunita devaient s’y dérouler au Protoclassique.

  • 15 Wauchope 1948 : 90.

73AZacualpa, des sépultures protoclassiques ont été découvertes par hasard en dehors du centre cérémoniel ; elles sont à même le sol et on ne peut les comparer à celles de La Lagunita sinon par le culte des crânes que révèlent certaines d’entre elles (les sépultures 9, 10 et 11)15. On ignore, reconnaît Wauchope, si les Indiens de Zacualpa ont jamais construit la moindre structure de grande dimension durant la phase Balam.

  • 16 M.C. Arnauld 1984 :

74Dans l’Alta Verapaz, les travaux de M.C. Arnauld apportent quelque lumière sur l’évolution de l’habitat : elle observe, de la fin du Préclassique récent au début du Classique ancien (200 av. à 400 ap. J.C.), le développement d’un réseau de centres cérémoniels de faible importance, situés dans les fonds plats ou en bordure (9 sites datés) ; le plus important par son étendue et les dimensions de ses deux structures pyramidales est Carchâ, situé dans une dépression de la zone nord16. Cette description pourrait s’appliquer, mutatts mutandi, à La Lagunita et aux petits centres des planos de Canillá et de San Andrés Sajcabajá.

  • 17 Agrinier 1970 : 38.
  • 18 Lowe 1962 : 10.
  • 1 M.C. Arnauld nous fait cependant remarquer que le site d’Aquiles Cerdan (Chiapas) aurait livré des (...)

75Au Chiapas, région des Hautes Terres extérieure au Guatemala que M.C. Arnauld n’a pas incluse dans son étude comparative, la séquence de Chiapa de Corzo établie par la New World Archaeological Foundation, avec ses complexes Horcones, Istmo et Jiquipilas, reproduit notre complexe Lilillá et ses aspects successifs, avec cependant un décalage d’un siècle : les premiers traits protoclassiques apparaissent plus tôt au Chiapas, ainsi la vogue des tétrapodes mammiformes qui date de la phase Chiapa VI (100 av. à 1 ap. J.C.) et du complexe Horcones correspondant à La Lagunita au complexe Noguta 2 du Préclassique tardif. Si l’architecture des deux sites n’est pas comparable (rien n’approche à La Lagunita le degré d’élaboration du “palais” de Chiapa de Corzo), on peut découvrir des traits communs dans les pratiques religieuses et funéraires : caches de galets (Istmo), culte des grottes (il apparaît au Classique ancien : Chiapa VII), offrandes d’obsidienne verte (phase Laguna à Mirador17), offrandes massives de poteries, parfois plusieurs centaines, déposées sur le sol des chambres (Chiapa de Corzo, complexe Horcones). Lowe note également que le Protoclassique a vu, dans l’ouest du Chiapas, une recrudescence des importations des Basses Terres mayas sous forme de poteries de style Holmul I ou Floral Park, sans pour cela qu’ait été compromise une tradition très conservatrice, l’influence principale venant, depuis la fin du Préclassique et le Protoclassique, des Hautes Terres occidentales et sud-orientales18. Malgré le décalage chronologique, il n’est pas impossible que La Lagunita ait joué un rôle dans la diffusion de certains traits protoclassiques vers le Chiapas via la région de Quetzaltenango et Totonicapân.1

  • 19 Arnauld s.d. : 5.

76Ce rôle de relais est en tout cas plus que probable en ce qui concerne les sites de la Verapaz et surtout du Quiché au sud et au nord du rio Chixoy. Dans la région de Tzicuay (Cuchumatanes), M.C. Arnauld note que la majorité du matériel protoclassique, malgré la présence de pièces importées du Petén, est nettement orientée vers les Hautes Terres19. Le complexe Tuban d’Adams est à raprocher des complexes Balam, Miraflores et Lilillá.

77On peut se demander néanmoins dans quelle mesure les résultats obtenus à La Lagunita et l’évolution de la structure du peuplement contemporain dans les municipios de Canillá et San Andrés Sajcabajá sont valables pour les autres régions de l’altiplano. Quels ont été la place et le rôle de La Lagunita dans cette phase de l’histoire préhispanique des Hautes Terres ? Les anciens occupants du groupe A considéraient, semble-t-il, leur grotte artificielle comme le centre du monde. N’adoptons-nous pas la même attitude en considérant La Lagunita comme l’un des grands centres régionaux et en lui attribuant un rôle de premier plan pour la diffusion des traits protoclassiques dans les Hautes Terres...? Les fouilles à venir sur d’autres sites comparables – je pense par exemple à Chiché pour le département d’El Quiché – nous amèneront sans doute à une plus juste appréciation de l’importance de notre site dans cette période cruciale de transition entre Préclassique et Classique.

Notes

1 Ichon et Viel 1984 : 45-46.

2 cf par exemple Shook et Kldder 1952

3 Ichon et Viel 1984 : 35-44.

4 ibid : fig. 25.

5 ibid : fig. 30ab.

6 AL. Smith 1955 : 40.

7 Recinos 1950 : 217

8 A.L. Smith 1955 : 42.

9 Ichon 1975 : 147-150.

10 Lehmann et Ichon 1973 : 43.

11 Carmack, Fox et Stewart 1975 : 30.

12 A.L. Smith 1955 : 27 et fig. 79b.

13 Ichon et Hatch 1982 : 73-85.

14 Smith et Kldder 1951 : fig. 35.

15 Wauchope 1948 : 90.

16 M.C. Arnauld 1984 :

17 Agrinier 1970 : 38.

18 Lowe 1962 : 10.

19 Arnauld s.d. : 5.

Notes de fin

1 M.C. Arnauld nous fait cependant remarquer que le site d’Aquiles Cerdan (Chiapas) aurait livré des supports mammiformes datant du Préclassique ancien (C. Navarrete, corn, pers.).

Table des illustrations

Légende Fig. 43 – Les sites du Protoclassique ancien des municipios de San Andrés Sajcabajá et Canillá. 1-E1 Potrero. 2-Briqueterie. 3-E1 Rincon 3. 4-Canillá 1. 5-Canillá 2. 6-E1 Cementerio (Canillá). 7-E1 Rincon 5. 8-Poza San Pedro. 9-Sajcabajá. 10-Chiboy 2.11-Chilukay. 12-Parbalché. 13-Los Tapezcos. 14-Chimus
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7688/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Fig. 44 – Plan du site de Chiboy 1.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7688/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Titre TABLEAU 3. Les sites du Protoclassique-Classique ancien des municipios de Canillà et San Andrés Sajcabajà.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7688/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Fig. 45 – Sculpture à tenon qui proviendrait de Chiboy 1.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7688/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 46 – Abri sous roche et peintures rupestres de Chu’ij.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7688/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Fig. 47 – Plan du site de Pacagüix 3.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7688/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Fig. 48 – a/ le piano de Chiboy. b et c/ les deux monticules principaux et la pila de Pacagüix 3.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7688/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Fig. 49 – Plan du site d’El Achiote (culte des sommets).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7688/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende Fig. 50 – Schéma du peuplement protoclassique-classique ancien dans la région étudiée.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7688/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 34k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search