Version classiqueVersion mobile

Le Protoclassique à La Lagunita

 | 
Alain Ichon
, 
Marie Charlotte Arnauld

1ère Partie. La fouille du groupe A de La Lagunita (période protoclassique)

Chapitre V. Le groupe A de La Lagunita au Protoclassique

Alain Ichon

Texte intégral

  • 1 Ichon 1977 : 5-7 ; Ichon et Viel 1984 : 27-29.

1L’organisation générale du groupe A et ses différentes structures ont déjà été décrites dans nos deux publications antérieures1 : langue de plateau isolée par des barrancos, unique accès par le sud, orientation générale des constructions proche de 9° à l’est du Nord magnétique (d’ailleurs dictée par la configuration du terrain). Deux ensembles majeurs : les quatre grandes pyramides dessinant une croix au centre : au nord, l’ensemble en L du jeu de balle “en palanganca“et de la terrasse surélevée A-11 supportant deux plates-formes qui se font face. En outre, six structures plus modestes réparties par groupes de deux :

2– Au sud, A-3 et A-4, deux monticules presque carrés de 3 m de hauteur, dont seul le premier a été fouillé : il n’a pas livré de superpositions nettes, bien que les vestiges d’une construction précédente aient été mis au jour dans le remblai. La datation est protoclassique, comme le prouvent les offrandes de galets au pied des murs nord et sud, ainsi que le matériel céramique appartenant aux complexes Noguta et Lilillá ; il y a de plus quelques tessons épiclassiques.

3La nature cérémonielle des str. A-3 et A-4 n’est pas douteuse, mais il ne s’agit pas de monticules funéraires : on peut supposer qu’elles étaient destinées à l’exécution de certains rites conditionnant l’accès au centre cérémoniel proprement dit.

4– L’espace plan qui s’étend à l’est entre le rebord du plateau et les pyramides A-7 et A-10 supporte deux petites structures aujourd’hui complètement détruites. Il s’agit probablement de structures funéraires car l’une d’entre elles (A-8) montre encore une tombe voutée béante, tandis que l’autre (A-9) aurait livré des poteries épiclassiques intactes : il n’est d’ailleurs pas exclu que ces structures soient plus tardives que le reste du groupe A

5– Les str. A-13 et A-14, au nord-est, sont les seules plates-formes d’habitation construites sur le plateau même ; il y en avait d’autres, peu nombreuses, occupant des terrasses aménagées sur les pentes moins abruptes au nord et à l’est du groupe A

6On note enfin une plate-forme basse allongée (A-2) au sud du plateau, trop longue pour avoir supporté une simple habitation ; et un monticule isolé, A-1, à l’extérieur du plateau, surveillant l’entrée.

7Nos fouilles, on le sait, ont porté essentiellement sur les quatre pyramides centrales et sur l’ensemble nord. Elles ont prouvé que la partie septentrionale du plateau devait être inoccupée au Préclassique et que le jeu de balle (str. A-12). avec sa “dépendance” A-11, date entièrement du Protoclassique. Notre puits stratigraphique au centre du terrain de jeu de balle (opération E-101-b), dont le matériel a été étudié et mis en sériation avec celui de la pyramide A-7 par M.C. Arnauld (voir 2ème partie), date cette structure de la phase Lilillâ 1-2 et indique que le court a été comblé, sans doute au Classique tardif, pour être transformé en un vaste terre-plein dont la fonction reste inexpliquée. La fouille E-101-b a mis au jour, en outre, le marqueur central – une dalle de schiste rectangulaire de 77 x 85 cm – et, dans le remblai tardif, une cache contenant deux boules de tuf de 28 cm de diamètre qui représentent sans doute la balle (de caoutchouc) du jeu. A noter enfin, au sujet de ce terrain de jeu de balle, exceptionnel tant par sa date que par ses dimensions et son architecture, que les murs latéraux du court, faits de blocs de tuf taillés, présentent une double pente, d’abord faible (20°), puis très forte (65°) : cette dernière partie, haute de 1,50 m, n’est pas plane mais nettement bombée (Fig. 42). Nous ne connaissons pas d’autre exemple de banquette de jeu de balle à profil convexe.

Fig. 41 – Carte des principaux sites mentionnés (Mexique et nord de l’Amérique Centrale). 1-Zacualpa. 2-Los Encuentros. 3-San Gerônimo 4-San Agustin
Acasaguastlán.

8La disposition des structures centrales en croix date probablement du Préclassique tardif, bien que je ne sois pas absolument certain que la première phase de construction de la pyramide A-5, au sud de la place, soit préclassique : le centre cérémoniel, d’abord constitué d’une seule structure (A-6), a adopté au Préclassique tardif une disposition soit triangulaire (par la construction des str. A-6, A-10 et A-7), soit rectangulaire ou plutôt en croix (les mêmes structures, plus A-5). Il est certain en tous cas que le plan d’ensemble de tout le groupe A tel que nous le voyons à l’heure actuelle, date de la fin du Protoclassique ou du début du Classique et reflète les conceptions religieuses et architecturales des occupants de La Lagunita vers 300-400 ap. J.C.

9Sur le plan architectural, la diversité des structures, dans l’espace relativement limité que constitue le centre cérémoniel, est notable : elles vont des grandes pyramides, à fonction rituelle et funéraire, aux simples plates-formes d’habitation.

10La str. A-7, dans ses deux phases tardives (d et e), peut-être considérée comme caractéristique du style architectural protoclassique (final). Les murs de soutènement utilisent la pierre locale, tuf, schiste et quartz, en blocs bruts ou plus ou moins bien taillés. assemblés par un liant argileux ; ils portaient sans doute un revêtement d’argile durcie, rarement conservé, qui pouvait être peint en rouge, d’où le nom de Kiakja : la maison rouge, donné communément aujourd’hui à ces centres préhispaniques. Les pyramides-temple avaient un nombre réduit – trois ou quatre – de gradins superposés, ceux du bas en talus de forte pente (sans tablero vertical), le plus haut vertical, ultérieurement recouvert d’un dallage incliné ; la plate-forme supérieure supportait un temple, qui semble avoir été en dur, fait de “colonnes” naturelles et de blocs de tuf taillés. Un grand escalier à rampes, donnant sur la place, était supporté dans sa partie basse par une avancée rectangulaire abritant les tombes importantes.

  • 2 Taladoire 1981 : 335.

11Le grand jeu de balle en palangana a été décrit ailleurs. Bien que selon E. Taladoire il y ait eu dans l’ensemble de la Mésoamérique évolution générale des types ouverts vers les types fermés2, je pense que la forme en palangana précède, dans les Hautes Terres du Guatemala, la forme ouverte, et qu’elle est typique du Protoclassique et du Classique ancien. Les deux terrains ouverts du groupe B, occupé postérieurement au groupe A en sont une confirmation. Il resterait à expliquer la fonction de l’enclos rectangulaire accolé à la face ouest de la pyramide A-5, que rien ne permet de considérer comme un jeu de balle.

12La str. A-12 communique directement par une sorte de passage surélevé avec un ensemble de deux plates-formes qui se font face sur une terrasse massive surplombant de 5 m la place. L’existence d’un foyer avec encensoir trouvé in situ au centre de cette terrasse donne un caractère rituel à l’ensemble, mais il est très possible que les deux plates-formes aient supporté les habitations de personnages de haut rang, par exemple les capitaines des deux équipes qui devaient s’affronter au jeu de balle... et qui n’étaient peut-être autres que les propres dirigeants du centre ?

Fig. 42 – Le mur est du terrain de jeu de balle (str. A-12).

Fig. 42 – Le mur est du terrain de jeu de balle (str. A-12).

13Cette disposition symétrique pourrait en effet révéler l’un des aspects de l’organisation politico-religieuse de La Lagunita. Nous avons vu plus haut que la présence de deux occupants dans le sarcophage de la tombe principale pose le problème de savoir s’il s’agit d’un couple – le plus haut dirigeant et son épouse – ou de deux dirigeants dont le décès aurait été, accidentellement ou volontairement, simultané. La deuxième hypothèse pourrait être la bonne, comme semble l’indiquer le bas-relief de la face ouest du sarcophage : il représente, dans une attitude hiératique, deux personnages se faisant face que rien ne permet de distinguer quant au sexe ou au statut social. L’existence d’un pouvoir bicéphale éclairerait aussi le dispositif par paires des structures du centre cérémoniel : deux str. (A-3 et A-4) pour les rites préparatoires (?), deux fois deux pyramides en croix (associées deux par deux sur des axes rectangulaires), deux structures funéraires secondaires (A-8 et A-9), deux habitations nobles (A-13 et A-14), et les deux plates-formes A-11 associées au jeu de balle, ce dernier impliquant lui-même par définition une organisation dualiste. Celle-ci se refléterait jusque dans le domaine de la céramique rituelle puisque nous avons vu que, tant dans la tombe au sarcophage que dans la grotte artificielle, les offrandes de poteries vont presque toujours par paires.

14Cette organistion dualiste pourrait encore expliquer l’importance des deux axes nord-sud et est-ouest que nous ont révélée les fouilles de la place cérémonielle, disposition liée à l’orientation générale des constructions : environ 9° à l’est du Nord magnétique (c’est celle de l’Avenue des Morts de Teotihuacan). Le plan de la place centrale est ainsi défini par :

  • un axe principal nord-sud : entre les points extrêmes que sont le sarcophage de la pyramide A-2, et la sépulture (en ciste ?) de la face nord de A-5, un alignement de trois (ou quatre) stèles lisses, puis d’offrandes de camahuiles, de perles et de galets amenant au point central marqué par l’autel ovale ;

  • un axe principal est-ouest : même point central, extrémités marquées à l’est par l’avancée de A-7 contenant les sarcophages, à l’ouest par la sépulture (en ciste ?) de A-6, alignement d’offrandes entre l’autel central et l’avancée ;

  • un axe secondaire est-ouest : à mi-distance entre l’autel central et la pyramide A-10, alignement de foyers rituels, dont le centre (sur l’axe nord-sud) est marqué par une stèle et une riche sépulture.

15Le coeur du centre cérémoniel est évidemment, au niveau de l’espace rituel l’autel central, et au niveau mythique de l’inframonde la grotte artificielle située au nadir, la jonction entre les deux mondes étant assurée par le groupe de 13 camahuiles – les 13 divinités des strates supérieures ? – placé directement sous l’autel.

16Si nous adoptons le schéma dualiste, les deux dirigeants politiques, qui seraient en même temps les grands prêtres, se répartiraient également ces deux pôles, l’un incarnant le grand dieu solaire, donc responsable de l’axe est-ouest avec les pyramides A-7 et A-6 ; l’autre incarnant la grande déité souterraine et nocturne, le jaguar, et responsable de l’axe nord-sud ; à moins qu’il ne faille attribuer au premier les sarcophages (str. A-7 et 10), au second les sépultures (en ciste ou protégées par des dalles au pied des str. A-5 et A-6)...? Quoi qu’il en soit cette dualité religieuse se manifeste, dans les offrandes de la tombe au sarcophage, par les deux paires de grandes urnes à effigie, comme par les vestiges osseux des deux principales espèces animales représentées : la tortue (ici liée au monde d’en-haut ?) et le jaguar.

17Les autres types d’offrandes nous donnent quelques indications sur les croyances, ou tout au moins les pratiques religieuses protoclassiques. En écartant les objets de parure, dont le caractère précieux tient à la pierre utilisée ou au travail investi par le lapidaire, trois types d’offrandes sont surtout caractéristiques : les galets de quartz, les camahuiles et les plaques à mosaïque.

  • 3 Sharer 1978 : 183.

18Nous avons vu que les ensembles de galets, à même le sol ou dans une poterie, sont assez communs au Préclassique tardif et au Protoclassique, dans une région s’étendant du Salvador au Chiapas, et que la forme souvent plus ou moins ovoïde de ces pierres peut évoquer l’idée d’une offrande alimentaire : pour la cache 12 de Chalchuapa par exemple, Sharer décrit les 33 galets comme des pierres ovales, lisses et blanches, et les compare aux 16 pierres en forme d’“oeufs de pigeon” de la tombe II du Monticule E III-3 de Kaminaljuyu3. S’agissant des galets de quartz roulés de La Lagunita, le symbolisme de l’eau pourrait également avoir joué. Enfin le quartz est proche du cristal de roche, dont l’utilisation divinatoire est bien connue.

19Déposés à même le sol, en dallage ou en poches, le nombre de galets peut atteindre plusieurs centaines. Quand ils sont placés dans une poterie (généralement un bol simple recouvert d’un autre bol) leur nombre est variable, de trois à quatorze, bien qu’on note parfois une certaine constante : ainsi cinq des huit bols de la fouille centrale de la pyramide A-7 contenaient neuf galets.

20Les statuettes de pierre verte ou blanche dites camahuües mériteraient une étude à part ; la similitude de certains traits dans l’utilisation des camahuiles et des galets est frappante, ce qui ne prouve pas que leur signification soit la même. Plusieurs données ressortent déjà de nos fouilles :

  • c’est d’abord le caractère non spécifiquement funéraire de ces statuettes : si l’on en trouve quelques-unes, d’ailleurs peu nombreuses, dans la tombe au sarcophage, et un nombre limité (28) dans la grotte, ces quantités ne sont en rien comparables aux quelque 1000 camahuiles de la tranchée E ;

  • les camahuiles sont souvent associés à des bols de galets, par exemple dans la cache centrale. Néanmoins il semble que ces derniers soient un peu antérieurs : aucun camahuil dans la fouille centrale de A-7 (phases b, c et d) ; les premiers apparaissent dans le remblai de la tombe C-44 qui date de la dernière phase du Protoclassique (complexe céramique Lilillá 3), mais ils sont surtout abondants dans la tranchée E, qui serait encore un peu plus tardive, du début du Classique ancien.

21L’association de camahuiles et de perles diverses dans un même bol est aussi fréquente :

  • en général (les exceptions sont nombreuses), les camahuiles sont déposés entiers dans les caches ou les bols, mais fetés, brisés et incomplets, dans les remblais. Dans les deux cas, la signification de l’objet, intact ou “tué”, ne doit pas être la même ;

    • 4 Wauchope 1975 : 42.

    le nombre des camahuiles groupés est très variable, de deux à plusieurs centaines, et il ne semble que rarement significatif : il y avait pourtant 13 camahuiles dans la cache centrale, 13 camahuiles dans l’antichambre de la grotte de La Lagunita ; 9 camahuiles dans une cache de Zacualpa décrite par Wauchope4. Il est tentant de rapprocher ces chiffres de ceux des divinités du panthéon maya.

22Il semble d’autre part qu’un certain choix détermine la couleur de la pierre – schiste ou calcaire surtout, donc deux couleurs dominantes : gris-vert et blanc – et aussi la taille des statuettes, dont l’ensemble forme parfois une série de dimension régulièrement décroissante qui ne peut être due au hasard (le fait est également noté par Wauchope pour les camahuiles de Zacualpa).

23Par contre, les détails d’élaboration – coiffure, ceinture, pieds et mains – ne semblent pas significatifs et aucun ne peut être interprété comme un trait de dimorphisme sexuel.

  • 5 Carmack 1971 : 319.
  • 6 Saenz de Santamaria 1964 : 79.

24La signification et le rôle rituel des camahuiles nous sont pour l’instant hermétiques. Le mot, vulgarisé aujourd’hui pour désigner toutes sortes d’objets archéologiques, vient du terme maya quiché c’abawil qui désignait selon Carmack les idoles de bois, de pierre ou d’argile représentant les dieux5, ou mieux peut-être le “paquet” d’objets rituels, soigneusement dissimulés aux yeux des profanes, constituant le trésor sacré de la nation quiché, garantie de sa cohésion et de sa suprématie militaire. Il a pris après la conquête le sens plus restreint d’idole, et l’on se souvient des discussions entre évangélisateurs dominicains et franciscains pour savoir si le terme devait être adopté tel quel pour traduire le mot espagnol Dios, ou remplacé par le mot espagnol lui-même, qui “apportait un nouveau contenu intellectuel”6.

25Si les camahuiles protoclassiques pourraient bien représenter (dans certains cas) des divinités, on peut s’étonner que certains au moins des attributs qui caractérisent celles-ci ne soient jamais figurés – à moins que leur nombre seul soit signifiant. En tout état de cause, il faut souligner trois faits : 1/ les statuettes préclassiques, dont la fonction reste d’ailleurs tout aussi mystérieuse, ont totalement disparu au Protoclassique, sans être remplacées par un autre type de figurines d’argile ; 2/ contrairement aux statuettes préclassiques, les camahuiles ne se trouvent jamais dans un contexte résidentiel : 3/ leur diffusion est restreinte, aussi bien dans l’espace – la région de Santa Cruz del Quiché- que dans le temps : je pense en effet, contrairement à Wauchope, que les camahuiles véritables (et non les grossières copies élaborées par la suite) découverts dans un contexte classique tardif sont des objets protoclassiques réutilisés.

  • 7 Furst in Bell 1971 : 720.
  • 8 Shook et Kldder 1952.

26Comme les camahuiles, les plaques à incrustations de pyrite apparaissent pour la première fois à La Lagunita dans la tombe C-44, c’est-à-dire à la fin du Protoclassique, vers 300 ap. J.C. : il n’y en a pas dans la sépulture 1 de la fouille centrale de A-7. Dans l’aire de diffusion de ce type d’objet, qui s’étend du Panama au Nouveau Mexique, nos plaques seraient parmi les plus anciennes, avec celles trouvées dans les tombes à puits du Michoacan et datées de 100 à 200 ap. J.C. par Furst7. Cependant, à Kaminaljuyu, Shook et Kidder signalent des plaques incrustées dans les tombes du Monticule E-III-3 datant du Préclassique tardif8.

27Le fait le plus notable à La Lagunita est que les petits polygones de pyrite qui forment habituellement la mosaïque incrustée sur un support d’ardoise ou d’argile, sont souvent remplacés ici par des polygones de schiste, les deux matériaux pouvant être utilisés sur le même support. Les plaques sont généralement circulaires, mais elles peuvent être carrées ou rectangulaires. Les exemplaires les plus intéressants sont : le collier de 13 plaquettes carrées du sarcophage 4, et la plaque carrée ou rectangulaire de la grotte, fragmentaire mais exceptionnellement bien conservée, d’un fini remarquable.

  • 9 Kldder, Jennlngs et Shook 1946 : 127.

28Les disques sont souvent faits de deux segments accolés par leur face rectiligne biseautée : il ne peut s’agir ici d’une fracture secondaire, comme l’ont supposé Kidder, Jennings et Shook9, mais bien d’une technique de fabrication tenant compte de la fragilité de l’ardoise. Ils sont toujours perforés près du bord ; le système à double perforation sur le dos de la plaque permettant de dissimuler le fil d’attache, que l’on trouve à Nebaj (mais non à Kaminaljuyu) serait plus tardif : il n’existe pas à La Lagunita.

29Objets de parure, probablement cousus aux vêtements, les plaques incrustées de pyrite étaient aussi l’une des offrandes funéraires les plus appréciées : on les trouve brisées dans le remblai, tapissant le fond de la tombe C-44, associées aux deux squelettes du sarcophage et à l’un des accompagnants. C’est un disque à pyrite de diamètre exceptionnel (24 cm) qui marque le centre de la grotte, véritable “nombril” de l’ensemble cérémoniel.

  • 10 Linares 1977 : 70.

30Je laisserai en suspens le problème de l’interprétation des représentations symboliques sur les poteries ou les objets de parure, déjà abordé à l’occasion de la description du matériel de la grotte C-48. A la différence d’autres régions d’Amérique Centrale, où les communautés indiennes ont été balayées par la conquête espagnole, nous disposons pour la région maya de sources assez variées, aussi bien anciennes que récentes et même actuelles, pour reconstituer les mythes et les croyances religieuses des populations pré-colombiennes ; l’analyse des représentations symboliques sur le matériel ancien vient donc s’inscrire ici dans un système relativement accessible, qui permet une tentative d’interprétation en même temps qu’elle peut éclairer utilement certains aspects de ce système. A La Lagunita, il est probable que les espèces animales représentées, dont la variété se prêterait mal à exprimer métaphoriquement un concept unique (tel que celui d’agression : voir à ce sujet, pour les poteries de Coclé au Panama, l’étude d’Olga Linares, 197710), et l’existence, presque aussi importante, de représentations humaines ou non figuratives, ne reflètent pas – ou pas seulement – un système d’organisation socio-politique, mais bien plutôt un système mythique et religieux dont il reste l’une des manifestations les plus tangibles.

31Les motifs des objets décorés sont essentiellement anthropo-zoomorphes ou non figuratifs, utilisant alors certains motifs dont le sens peut parfois être déduit par rapprochements : si nous comparons par exemple deux types de grands encensoirs, l’un à effigie anthropomorphe (tête humaine dans un bec d’oiseau monstrueux), l’autre simplement décoré d’ornements appliqués et d’une croix de Malte évidée sur le piédestal (fig. 82d), on s’aperçoit que la croix se substitue au visage humain, qu’elle représente peut-être symboliquement. De même le motif scalaire, ou de la grecque scalaire, comparé sur plusieurs poteries polychromes, peut être interprété comme le corps d’un animal monstrueux, ou parfois d’une tortue, cet animal ayant peut-être le même rôle mythique que le monstre chtonien, le Cipactli aztèque. Il n’est pas exclu toutefois que certains motifs géométriques aient eu une valeur purement esthétique, la couleur étant par ailleurs une valeur symbolique supplémentaire.

  • 11 Thompson 1962 : 303.

32Les glyphes sont tout à fait absents de La Lagunita : seule la frise de mains représentée sur le bol stuqué D-2/5 de la grotte (fig. 89d) rappelle le glyphe 713 (fiat hand) de Thompson11.

33Nous avons classé dans les tableaux 1 et 2 les motifs décoratifs relevés sur les objets en céramique de la tombe C-44 et de la grotte. Ce classement est évidemment discutable dans la mesure où il est parfois difficile d’attribuer une figuration animale à telle ou telle espèce déterminée (voir par exemple, dans la grotte, les poteries C-8/1 et B-2/23, fig. 84ba). D’autre part, la comparaison entre les deux ensembles de poteries de C-44 et C-48 est un peu artificielle puisque les échantillons sont très inégaux (16 poteries décorées contre 81) et le contexte différent : funéraire dans un cas (C-44) et non dans l’autre (C-48). Enfin notre comparaison ne porte que sur la céramique, il faudrait la compléter par les objets de pierre et de coquillage.

34Malgré ces limitations, la comparaison des tableaux 1 et 2 apporte quelques indications intéressantes :

  • le pourcentage des poteries décorées passe de 19 % (C-44) à 27 % (C-48) : il est vrai que ceci peut être dû en partie au fait que beaucoup de poteries de C-44 servaient de récipients à offrandes ;

  • la proportion entre décor peint et décor plastique ne change guère, malgré l’évolution qu’on pourrait attendre de l’introduction de la polychromie : 25 % et 27 % respectivement de l’ensemble des poteries décorées ;

  • la proportion des motifs anthropomorphes, zoomorphes et non figuratifs évolue par contre : de 31 %, 38 % et 31 % en C-44, elle passe à 14 %, 60 % et 26 % en C-48. Faible différence dans le non figuratif, mais une nette diminution des anthropomorphes au profit des zoomorphes en C-48 ;

  • les motifs zoomorphes sont en gros les mêmes, avec dans l’ordre d’importance le singe, le crapaud ou la tortue (ces derniers, souvent difficiles à distinguer, pourraient être interchangeables, tous deux relevant du domaine aquatique), le jaguar.

35Le binôme tortue-jaguar, qui nous a paru le plus important au Protoclassique et le plus marqué symboliquement, représente en C-44 : 20 % des poteries décorées et 50 % des décors zoomorphes ; en C-48 : 60 % et 10 % respectivement, soit une diminution spectaculaire de la popularité de ce complexe symbolique en passant de la tombe à la grotte.

36Par contre, le motif du “monstre” stylisé -uniquement peint – apparaît dans la grotte sur les poteries polychromes importées du Petén et les poteries stuquées, fabriquées (ou du moins décorées) sur place, et leur style est nettement “mexicain”, avec prédominance de la grecque scalaire représentant un monstre reptilien.

TABLEAU 1. Poteries décorées de la tombe C-44

TABLEAU 1. Poteries décorées de la tombe C-44

N-B – 1 – couvercle du même pichet a supports décorés de visages humains.
2 – perroquets.
3 – croix Kan évidées sur supports parallélépipédiques.

TABLEAU 2. Poteries décorées de la grotte C-48

TABLEAU 2. Poteries décorées de la grotte C-48

1 – Tête humaine dans bec d’oiseau monstrueux.
2 – Têtes humaines (grotesques) sur les supports.
3 – Double visage, sur le col et la panse.
4 – Tête de singe stylisée sur 5 exemplaires, réaliste sur le 6éme.
5 – Têtes de tortue ou de chauve-souris.
6 – identification du jaguar douteuse.
7 – créature composite a tete humaine (?) et queue de poisson.
8 – décor négatif de points et de chevrons.

37De façon plus générale, on peut constater que les représentations humaines et animales respectent en général dans la tombe C-44 un certain réalisme, alors que dans la grotte triomphent les créatures non identifiables, hybrides (humain-animal), les animaux composites, ou encore un motif double sur la même poterie : le singe et l’homme sur les pichets tripodes (B-2/56...), le crapaud et la chauve-souris sur les vases miniatures (fig. 86h), etc.

38Il semblerait donc que l’ambiguïté mystique entre l’homme et l’animal, ou entre deux espèces animales que l’univers symbolique place dans un rapport de conjonction ou d’opposition, ambiguïté qui est matérialisée dans la tombe par la juxtaposition (dans le remblai et dans le sarcophage) de poteries représentant l’homme ou l’animal de façon unique et plus ou moins réaliste, soit matérialisée dans la grotte par l’intégration des deux motifs – humain-animal, ou animal terrestre-animal chtonien par exemple – sur une même poterie.

39Si nous admettons la datation un peu plus tardive de la grotte C-48, cette évolution dans la forme et le contenu symbolique des poteries décorées pourrait être l’un des aspects du passage du Protoclassique final au début du Classique ancien, et une preuve de l’évolution des croyances religieuses qui nous échappent (car il ne peut encore s’agir de l’univers mythique du Popol-Vuh) d’une période à l’autre.

40Sur le plan des pratiques funéraires, les données dont nous aurions pu disposer pour La Lagunita ont été considérablement réduites par les destructions antérieures à notre arrivée. Restaient intactes les sépultures S-1 et S-3 dans le remblai de la pyramide A-7, toutes deux datant du Protoclassique 1, et la tombe au sarcophage C-44, plus tardive (Protoclassique final) : les trois autres sarcophages avaient été déplacés, et l’un d’entre eux gravement mutilé. En outre, quelques détails sur les deux tombes pillées au pied des str. A-5 et A-6 nous sont accessibles par les vestiges du mobilier et les dalles de schiste qui devaient les protéger sur un côté (à moins qu’il ne s’agisse de cistes). Enfin deux tombes construites en maçonnerie, dans la petite str. A-8 et dans l’unique structure du groupe C, montraient encore des vestiges d’un voûte en encorbellement.

41La sépulture type du Protoclassique nous paraît être un enterrement à même le remblai, en position de decubitus dorsal, le corps protégé sur un côté par une rangée de cinq ou six dalles plantées verticalement ; l’orientation est nord-sud à La Lagunita, mais sud-nord dans d’autres sites. Les offrandes – poteries, objets de parure – sont disposées près du corps ou au-dessus de lui. Il est fréquent que les poteries soient superposées et elles présentent généralement une usure marquée de la base ou des supports. La sépulture d’enfant S-3 ne nous donne guère de renseignements supplémentaires.

  • 12 Ichon et Hatch 1982 : 31-32.
  • 13 Ichon et Grignon 1983 : 154-155.
  • 14 ibid : 69.

42Ce modèle basé sur la sépulture S-1 de La Lagunita est confirmé par celles de la vallée du Chixoy que nous avons pu attribuer au Protoclassique, à Los Encuentros12, Chicruz13 et Chirramos14. Toutefois, dans ce dernier site, la sépulture datée de 210 ± 80 ap. J.C. n’avait pas de dalles et la position du corps était “en grenouille”, rappelant celle d’un accompagnant de la tombe C-44.

  • 15 Kldder, Jennlngs et Shook 1946 : 46-82.

43L’unique tombe que nous ayons mise aujour dans le groupe A est la grande tombe au sarcophage C-44 de la pyramide A-7, qui est à n’en pas douter la plus importante jamais construite à La Lagunita. Par le fait même, et aussi par sa datation tardive dans le Protoclassique, on ne peut la considérer comme absolument caractéristique de cette période. C’est une chambre rectangulaire creusée dans le sol dur à plusieurs mètre de profondeur sous l’avancée de la pyramide, dotée de murs en maçonnerie revêtus d’argile, et d’un escalier à rampes lui aussi taillé dans le talpetate. Il est difficile d’imaginer qu’une construction aussi élaborée n’ait pas été isolée par un toit reposant sur des poutres horizontales : c’est le cas de toutes les tombes de la phase Esperanza mises au jour dans les monticules A et B de Kaminaljuyu15, qui rappellent par beaucoup de traits la nôtre. Nous n’avons trouvé cependant aucune trace de trous de poteaux, et tout semble prouver que la tombe C-44 a été remblayée aussitôt après que le sarcophage contenant les défunts royaux, leurs accompagnants et le mobilier y aient été déposés ; opération accompagnée de cérémonies comportant l’érection de stèles lisses contre la paroi, le dépôt de nombreuses offrandes dans le remblai et la construction d’un mur destiné à maintenir verticale une rangée de grandes dalles, sorte de barrière interdisant un accès hypothétique à la tombe (c’est un trait commun à la sépulture S-1 et à la grotte).

  • 16 Ichon 1977 : 47-60.

44Si la tombe C-44 rappelle les tombes un peu plus tardives de Kaminaljuyu, le fait original ici est la présence du sarcophage monolithique sculpté abritant les deux personnages principaux. Les sarcophages de La Lagunita ont été décrits en détail et illustrés dans notre publication de 197716, et des rapprochements suggérés avec les autres sites à sarcophages connus : pour l’altiplano guatémaltèque, La Iglesia, Pacaguix, Chalchitan et Nebaj ; pour le Mexique, Très Zapotes, La Venta, San Lorenzo et Palenque. Il ne paraît pas douteux que, le premier mis à part – La Iglesia est certainement postclassique – les sites de Pacaguix, Chalchitan et Nebaj aient été occupés au Protoclassique, la parenté des sarcophages étant évidente. Elle est beaucoup plus lointaine pour les sarcophages mexicains, auxquels je voudrais ajouter maintenant ceux de Tonina (Chiapas) et de la région de Tlaxcala-Puebla.

  • 17 Becquelin et Baudez 1979 : 138, 160 et fig. 72.

45A Tonina, le tombeau IV-1 daté du Classique tardif, particulièrement élaboré mais qui avait été violé, contenait un sarcophage monolithique à couvercle de dalles. Becquelin et Baudez le comparent, en plus modeste, à celui de Palenque17.

  • 18 Noguera 1964.
  • 19 Spranz 1970.

46Deux sarcophages ou “réservoirs” de pierre proviennent de la région de Puebla. L’un, trouvé à Tlalancaleca dans des conditions douteuses, a été décrit par Noguera18, qui le date du Postclassique (culture Mixteca-Puebla). C’est un monolithe de basalte, de forme ellipsoïdale et de profil semi-circulaire, long de 2,50 m et large de 1,80 m. L’autre, découvert in situ par la Mission Allemande au Mexique dans l’un des monticules de Totimehuacan19, serait plus ancien que les sarcophages de La Lagunita : une datation moyenne de 545 av. J.C. a été obtenue. De forme arrondie, l’une des faces est décorée de quatre grenouilles sculptées en bas-relief : ce symbolisme aquatique, et le fait que ce monolithe soit considéré par ses inventeurs comme un réservoir, permettent de le rapprocher des sarcophages de La Lagunita et de la région, qui tous présentent à la base un orifice d’écoulement prouvant qu’ils étaient destinés à contenir quelque liquide avant d’être utilisés à des fins funéraires, d’où le nom de pila ou de tina qu’on leur donne communément.

  • 20 Ichon 1977 : 66.

47On note que tous les “sarcophages” mexicains sont soit plus tardifs (Tonina, Palenque, Tlalancaleca), soit au contraire plus anciens que ceux de La Lagunita : La Venta, Très Zapotes et San Lorenzo sont des sites olmèques, qui auraient aussi fortement influencé Totimehuacan. Cerro de las Mesas, un site plus tardif mais comparable à La Lagunita par l’importance du Protoclassique et le style des monuments sculptés, est remarquable selon M. Coe par les influences post-olmèques qui s’y manifestent20.

  • 1 Si la conception de la tombe à sarcophage est d’origine olmèque, on peut s’étonner qu’elle ne se so (...)
  • 21 Viel 1984 : 105.
  • 22 M.D. Coe 1968 : 63.
  • 23 Drucker, Heizer et Squier 1959 : 137.

48Ceci nous amène à envisager l’hypothèse, a priori surprenante, de fortes survivances olmèques à La Lagunita jusqu’au début de la période classique, dont l’existence des sarcophages ne serait pas le seul indice1 : le complexe céramique Santizo 1 du Préclassique moyen ancien, défini par Viel grâce au matériel des niveaux les plus anciens de la pyramide A-6, appartient indéniablement à un horizon olmèque (s’étendant d’ailleurs à la plus grande partie de la Mésoamérique) : “Le type Quiludi Gris-Brun et surtout le vase G/73 [noir poli à décor incisé] indiquent des influences olmèques (ou olmécoïdes), influences encore attestées par la sculpture 12 (Ichon 1977, p. 34) qui doit sans doute dater de la même phase”21. Ces influences n’auraient pas entièrement disparu à la fin du Préclassique : l’importance de l’orientation et des axes nord-sud et est-ouest dans les grands centres olmèques de la Côte du Golfe a été soulignée par tous les auteurs ; comme à La Lagunita, ces axes sont matérialisés par les offrandes et les sépultures les plus riches (à La Venta) ou par des sculptures enterrées (à Tres Zapotes). A La Venta, selon M. Coe, la plupart des offrandes “are either placed exactly in the center line running through the site, or in relation to it, and the offerings themselves are often laid on so that their own axis conforms with this center Une orientation”22. Ces caches contiennent généralement des haches de jade et de serpentine, en petit nombre (6 par exemple) ou au nombre de plusieurs centaines : 258 dans l’offrande 223 ; dans un cas, celui de l’offrande 4, l’ensemble des 16 statuettes et des 6 haches représenterait une scène ritueUe. Le rapprochement avec notre “cache aux camahuiles” de l’escalier menant à la grotte C-48, et avec les groupes de camahuiles jalonnant l’axe nord-sud du groupe A, est d’autant plus tentant que ces camahuiles pourraient bien dériver à la fois des statuettes et des haches rituelles olmèques.

49On pourrait relever d’autres traits communs, tels que la coutume de répandre un pigment rouge dans les tombes (c’est à La Lagunita de l’hématite spéculaire) ; les colonnes de basalte dressées à La Venta pour délimiter la tombe nord ou la place cérémonielle rappellent nos barrières de dalles de schiste verticales...

  • 24 Sharer 1978 : 122.
  • 25 ibid : 183.
  • 26 ibid : 166-167

50Ce conservatisme dans certains aspects de la culture olmèque mérite d’autant plus d’être souligné que, sur le plan de la céramique, notre site apparaît au contraire comme particulièrement ouvert aux influences extérieures et semble avoir joué un rôle important dans la diffusion, au moins régionale, d’un nouveau complexe protoclassique élaboré sur place à partir d’éléments, certains venus de l’extérieur, d’autres de son propre fonds préclassique. Ces éléments nouveaux, surtout notables dans les techniques et les modes céramiques, et qui sont pour nous les “marqueurs d’horizon” les plus évidents du Protoclassique pourraient être originaires du Salvador, comme l’expose plus loin M.C. Arnauld en comparant terme à terme les complexes Lilillá de La Lagunita et Caynac de Chalchuapa, et aussi de Kaminaljuyu. Dans tous les autres domaines, on assiste à La Lagunita à de profonds bouleversements qui ne semblent plus provenir des Hautes Terres sud-orientales. Dans les pratiques funéraires par exemple, la comparaison des sépulture S-1 et S-2, à deux niveaux de la pyramide A-7, est une preuve spectaculaire de cette évolution ; malheureusement nous ne savons rien des pratiques funéraires protoclassiques à Chalchuapa. En architecture, d’après Sharer24, le complexe Ean, de 0 à 300 ap. J.C., continue le complexe préclassique Ney, et ce n’est que plus tard, après l’éruption de l’Ilopango, qu’apparaîtrait une version simplifiée du talud-tablero sous forme de gradins alternativement en talus et verticaux, ainsi que l’escalier à rampes. Sur le plan rituel, on a trouvé à Chalchuapa une seule cache contenant des galets – elle date du Préclassique tardif25 – mais ni camahuiles, ni disques incrustés : l’aire de répartition des offrandes de galets ne plaide pas en faveur d’une origine salvadorienne de ce trait. Quant aux monuments sculptés, les seuls rapprochements possibles, et ce uniquement pour le Préclassique, concernent les sculptures olmécoïdes (encore que le rocher de Las Victorias à Chalchuapa et notre sculpture 12 diffèrent à bien des égards), la destruction rituelle de ces monuments sur les deux sites, et peut-être la disposition alignée des monuments sur un axe nord-sud : six sculptures sur la face sud du monticule E 3-1 d’El Trapiche. Mais on ne peut parler en aucun cas d’une parenté de style entre Chalchuapa et La Lagunita26.

  • 27 Viel 1984 : 107.

51Il faut admettre que, si l’influence du Salvador a pu être déterminante pour l’introduction à La Lagunita de nouvelles formes et de nouvelles techniques céramiques, si même elle explique l’augmentation de la densité du peuplement dans la région vers le IIème siècle ap. J.C., notre site subissait en même temps, ou allait subir peu après des influences presque aussi importantes venant d’autres régions : haut plateau central, Petén, Mexique. Dès le Préclassique moyen, La Lagunita a pu être rattaché aux sphères céramiques Providencia, puis Miraflores de Kaminaljuyu, bien que Viel note que, déjà “le complexe céramique Noguta reste à la périphérie de ces sphères et développe une physionomie qui lui est propre”27 ; particularisme régional confirmé dans d’autres domaines comme la sculpture. Au Protoclassique, selon M.C. Arnauld, La Lagunita serait fortement apparenté à Chalchuapa (complexe céramique Caynac), mais aussi à Kaminaljuyu (complexes Arenal-Aurora). Peut-on en dire autant dans les domaines autres que la céramique ?

  • 28 Cheek 1978 : 132
  • 29 ibid : 124.

52D’après Cheek28, les édifices publics de Kaminaljuyu, au Préclassique terminal et au Classique ancien, ont encore des gradins verticaux ; cependant la plateforme en saillie sur la façade principale de la pyramide, et le patio fermé rappellent des structures analogues de La Lagunita. Le seul terrain de jeu de balle de Kaminaljuyu dont nous connaissons précisément les caractéristiques, celui du groupe C-II-4, est en palangana, orienté ouest-est et mesure 42 x 14 m, dimensions proches de celles du terrain de La Lagunita ; mais il est daté par Cheek de la fin du Classique moyen ou même du Classique tardif29. L’évolution dans l’architecture de Kaminaljuyu est sans conteste liée aux influence – ou à l’intrusion – de la culture de Teotihuacan, mais elle nous semble postérieure d’au moins un siècle à une évolution parallèle (encore qu’à moindre échelle) dans le groupe A de La Lagunita. C’est l’ensemble de poteries de la grotte C-48 qui contient le plus grand nombre d’exemplaires de types connus à Teotihuacan ou à Kaminaljuyu durant la phase Esperanza ; or cet ensemble est daté de 350-400 ap. J.C., ce qui correspond à peu près au Classique moyen de Kaminaljuyu. Quant à la tombe au sarcophage C-44, elle rappelle à la fois par sa disposition, son mobilier et ses accompagnants, la tombe II du monticule EIII-3 de Kaminaljuyu (celle-ci bien sûr sans sarcophage) et, par sa céramique, les tombes plus tardives de la phase Esperanza.

  • 30 Miles 1965 : 264.

53La sculpture de Kaminaljuyu, qui présentait au Préclassique des traits communs, dans le style maya, avec celle de La Lagunita, évolue ensuite, sans doute sous l’influence de Teotihuacan : c’est la division 4 de Miles30. A La Lagunita, les stèles décorées et les zoomorphes font place aux sarcophages décorés, puis non décorés, et aux stèles aniconiques, mais aucun monument de cette période n’est comparable à ceux de Kaminaljuyu.

54En résumé, l’influence de Kaminaljuyu sur La Lagunita durant la phase Arenal-Aurora paraît limitée à la céramique et à certains rites funéraires – offrandes de galets dans les poteries, plaques incrustées de pyrite... – alors qu’apparaissent déjà à La Lagunita, dans l’architecture par exemple avec le talus incliné, des influences mexicaines qui ne seront évidentes qu’un siècle plus tard à Kaminaljuyu.

  • 31 Hammond 1977 : 72.

55Il y eut certainement à La Lagunita au Protoclassique d’autres influences occidentales que celles de Kaminaljuyu : je pense au style des bas-reliefs des sarcophages, eux-même rappelant le “réservoir” de Totimehuacan, à la disposition de la grotte C-48 évoquant les tombes à puits du Mexique occidental... Il faudrait préciser toutes ces relations, mais elles prouvent en tout cas qu’au Protoclassique final, La Lagunita est autant tourné vers le Mexique que vers le Salvador ou Kaminaljuyu. Ce n’est pas tout : dans la grotte, qui daterait du tout début du Classique, et déjà dans la tombe au sarcophage (Protoclassique 3) apparaissent des poteries polychromes de fabrication non locale : la plupart appartiennent, selon M.C. Arnauld, au type Ixcanrio Orange Polychrome et auraient été importées de la région du rio La Pasión, dans le Petén. Les complexes protoclassiques des Hautes Terres (Lilillâ) et des Basses Terres (Floral Park, Holmul I, Salinas) seraient ainsi indirectement apparentés, d’une part par une origine commune – le complexe Caynac de Chalchuapa – d’autre part par des contacts commerciaux utilisant la vallée du Salinas-Chixoy et responsables de l’introduction à La Lagunita de modes nouveaux tels que la polychromie, un certain style de décor, et peut-être le rebord basal et la base annulaire. N. Hammond suppose que certains modes du complexe Floral Park pourraient être originaires du département d’El Quiché31 ; en fait, la circulation des objets somptuaires entre Hautes et Basses Terres, tout au moins pour le Protoclassique et à La Lagunita, semble plutôt aller en sens contraire.

56Pour conclure, l’élément “déclencheur” de l’évolution protoclassique à La Lagunita a pu être l’arrivée de petits groupes venus du Salvador au IIème siècle de notre ère. Cet apport a été décisif dans le domaine technique de la céramique, mais les liens entretenus depuis toujours avec Kaminaljuyu n’ont pas été rompus pour autant : ce sont eux à leur tour qui furent prépondérants, avec d’autres influences venues des Basses Terres mayas, de Teotihuacan (peut-être par l’intermédiaire de Kaminaljuyu) et du Mexique en général, pour le passage progressif du Protoclassique au Classique.

57On a voulu insister sur l’ambiguïté du terme Protoclassique – à la fois complexe matériel, période chronologique et phase culturelle – et certains ont même conseillé l’abandon de ce terme. Nous avons cherché à prouver au contraire grâce aux conditions exceptionnelles que fournissait le groupe A de La Lagunita, que le Protoclassique n’est pas, dans cette région de l’altiplano, une notion abstraite, mais qu’il peut être défini de façon assez précise sous ses trois aspects :

  • matériel : le complexe céramique Lilillá, et d’autres traits, sculpture, architecture, pratiques funéraires, etc. dont l’origine est plus difficile à cerner ;

  • chronologique : période d’environ deux siècles, de 100 à 350 ap. J.C. ;

    • 32 P. Rice s.d. : Problems with the Protoclassic : a proposal for radical surgery.

    culturel : phase de transition au cours de laquelle cette région des Hautes Terres, jusqu’ici très conservatrice, entre brusquement dans une phase d’accélération de l’histoire, due sans doute, comme le pense P. Rice32, à une intensification des contacts à longue distance, et aussi à des mouvements de population.

58Dans la séquence générale de La Lagunita (groupe A), le complexe Lilillá caractériserait donc une phase Protoclassique + transition Classique ancien ; le tableau provisoire de notre première publication sur La Lagunita (1977 : 70) devrait être modifié en conséquence :

  • phase LA LAGUNITA 1 (Préclassique moyen) : 900-300 av. J.C. Complexes céramiques Santizo 1, puis Santizo 2 ;

  • phase LA LAGUNITA 2 (Préclassique tardif ou récent) : 300 av. – 100 ap. J.C. Complexes céramiques Noguta 1, puis Noguta 2 ;

  • phase LA LAGUNITA 3 (Protoclassique) : 100-350 ap. J.C. Complexes céramiques Lilillâ 1, puis Lilillâ 2, puis Lilillá 3 marquant la transition avec le Classique ancien ;

  • phase LA LAGUNITA4 (Classique ancien) : 350 –... ap. J.C. Complexes céramiques Lilillá 3, puis Tucunel.

59Dans le cours même de la phase 3, protoclassique, l’évolution, qui se reflète par exemple dans les trois aspects successifs du complexe céramique Lilillá, révèle une oscillation entre les influences venues de l’est et celles venues de l’ouest et du nord. Pour rester dans le domaine des faits prouvés par nos fouilles de La Lagunita, les premières sont matérialisées par le plat tétrapode mammiforme de type Tupal Orange-Rouge déposé au centre de la plate-forme préclassique de la str. A-7 ; les secondes par les trois-cents poteries de la grotte, avec lesquelles La Lagunita entre de plain-pied dans la période classique.

Notes

1 Ichon 1977 : 5-7 ; Ichon et Viel 1984 : 27-29.

2 Taladoire 1981 : 335.

3 Sharer 1978 : 183.

4 Wauchope 1975 : 42.

5 Carmack 1971 : 319.

6 Saenz de Santamaria 1964 : 79.

7 Furst in Bell 1971 : 720.

8 Shook et Kldder 1952.

9 Kldder, Jennlngs et Shook 1946 : 127.

10 Linares 1977 : 70.

11 Thompson 1962 : 303.

12 Ichon et Hatch 1982 : 31-32.

13 Ichon et Grignon 1983 : 154-155.

14 ibid : 69.

15 Kldder, Jennlngs et Shook 1946 : 46-82.

16 Ichon 1977 : 47-60.

17 Becquelin et Baudez 1979 : 138, 160 et fig. 72.

18 Noguera 1964.

19 Spranz 1970.

20 Ichon 1977 : 66.

21 Viel 1984 : 105.

22 M.D. Coe 1968 : 63.

23 Drucker, Heizer et Squier 1959 : 137.

24 Sharer 1978 : 122.

25 ibid : 183.

26 ibid : 166-167

27 Viel 1984 : 107.

28 Cheek 1978 : 132

29 ibid : 124.

30 Miles 1965 : 264.

31 Hammond 1977 : 72.

32 P. Rice s.d. : Problems with the Protoclassic : a proposal for radical surgery.

Notes de fin

1 Si la conception de la tombe à sarcophage est d’origine olmèque, on peut s’étonner qu’elle ne se soit pas matérialisée plus tót à La Lagunita : aucun des quatre sarcophages mis au jour n’est préclassique.

Table des illustrations

Légende Fig. 41 – Carte des principaux sites mentionnés (Mexique et nord de l’Amérique Centrale). 1-Zacualpa. 2-Los Encuentros. 3-San Gerônimo 4-San AgustinAcasaguastlán.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7683/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Fig. 42 – Le mur est du terrain de jeu de balle (str. A-12).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7683/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre TABLEAU 1. Poteries décorées de la tombe C-44
Légende N-B – 1 – couvercle du même pichet a supports décorés de visages humains.2 – perroquets.3 – croix Kan évidées sur supports parallélépipédiques.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7683/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre TABLEAU 2. Poteries décorées de la grotte C-48
Légende 1 – Tête humaine dans bec d’oiseau monstrueux.2 – Têtes humaines (grotesques) sur les supports.3 – Double visage, sur le col et la panse.4 – Tête de singe stylisée sur 5 exemplaires, réaliste sur le 6éme.5 – Têtes de tortue ou de chauve-souris.6 – identification du jaguar douteuse.7 – créature composite a tete humaine (?) et queue de poisson.8 – décor négatif de points et de chevrons.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7683/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 107k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search