Version classiqueVersion mobile

Le Protoclassique à La Lagunita

 | 
Alain Ichon
, 
Marie Charlotte Arnauld

1ère Partie. La fouille du groupe A de La Lagunita (période protoclassique)

Chapitre IV. La tranchée centrale dans l’axe nord-sud de la place

Alain Ichon

Texte intégral

  • 1 AL. Smith 1955 : 36 et fig. 24b, 90.

1Dans sa description du site de La Lagunita, Ledyard Smith signale, face à l’escalier de la str. A-10, une stèle lisse de 3,05 m de hauteur, couchée, le monument a (au pied de laquelle on a mis au jour un cristal de roche et un camahuil), et deux autres pierres de moindre dimension, b et c, probablement des stèles, alignées avec la première entre les str. A-6 et A-7. Sur son plan assez imprécis, la stèle a se trouverait à une dizaine de mètres, et la stèle b à une vingtaines de mètres de A-10 ; quant à la stèle c, elle serait exactement au centre de la place1.

2Lors de notre première reconnaissance de La Lagunita en 1971, il n’y avait plus trace des trois stèles, probablement déplacées par le propriétaire pour faciliter la culture. Néanmoins l’hypothèse d’un axe nord-sud passant par le centre de la place et jalonné par les trois stèles semblait corroborée par les découvertes du fouilleur clandestin : un sarcophage sculpté sur la face sud de A-10, une sépulture (en ciste ?) au pied de A-5 et diverses offrandes alignées au nord de celle-ci. D’autre part, l’importance attribuée par les bâtisseurs de La Lagunita à l’orientation et au dispositif en croix des pyramides avait été confirmée par la mise au jour du monument central – autel et stèle – et de la grotte artificielle, précisant l’axe ouest-est qui va de la sépulture de A-6 aux sarcophages de A-7. Restait à vérifier l’importance rituelle de l’axe nord-sud : ce fut l’objet de l’opération E, tranchée de 2 m de largeur à l’origine, partant de l’autel central en direction du centre de A-10, soit un azimut magnétique de 13°.

3La tranchée E allait révéler l’existence d’une zone cérémonielle marquée par des offrandes, une stèle et un alignement de foyers, zone commençant à 13 m de l’autel et s’étendant sur une dizaine de m vers le nord (fig. 39 : carrés UK-13 à 22). Au-delà, l’axe nord-sud n’est plus indiqué que par une petite dalle de micaschiste, longue de 1 m, dans le carré 26.

4Tous les vestiges anciens sont apparus vers le niveau – 80 correspondant au sol d’occupation protoclassique ; le talpetate est atteint à – 120.

5La zone cérémonielle comprend, du sud au nord, une succession d’offrandes de pierres et de camahuiles aboutissant au pied d’une stèle couchée, elle-même au centre d’une rangée de sept foyers alignés d’ouest en est.

6L’offrande la plus au sud était dissimulée sous des pierres formant une sorte de muret nord-sud de 80 cm de longueur : un bol fruste contenant 6 galets, recouvrant un collier de 12 perles et des plaquettes de mica ; au sud du bol et à différents niveaux, des amas de camahuiles et de perles mélangés, au total environ 43 camahuiles et 57 perles ou pendentifs et une douzaine de petites pierres brutes d’un vert micacé.

7La deuxième offrande (carrés IJK-15), une cinquantaine de camahuiles et quelques perles ou pierres brutes, était protégée par deux dallettes de schiste placées de champ – ébauche d’un caisson ?

8Dans les carrés immédiatement au nord (IJK-16), trois bols superposés contenant des galets, des perles et des camahuiles, avaient été recouverts d’une dalle de schiste ronde supportant elle-même un groupe de plus de 100 camahuiles, avec quelques perles, contre lequel s’appuyait un dernier bol à galets. On trouve au total dans cet ensemble plus de 300 camahuiles (dont les 2/3 entiers) et une douzaine de perles, certaines de jadéite joliment travaillée (fig. 40c). Les bols contiennent 3 galets, sauf celui placé sous la dalle, qui en contient 8, avec quelques ossements humains.

9 Sous cet ensemble, au niveau du sol stérile, un échantillon de charbon a été daté de 50 ± 90 ap. J.C. (GIF-4556), datation trop ancienne pour les offrandes, qui ne peuvent être antérieures au Protoclassique : elle correspondrait plutôt à l’occupation préclassique tardive de la place.

10A l’ouest de l’ensemble, la tranchée a été élargie pour dégager un autre bol contenant 5 galets, et un collier de 19 perles de stéatite.

11Poursuivant vers le nord, le carré J-17 est occupé par un caisson de dalles de 45 cm de côté, dont la base repose sur le talpetate, qui contient une vingtaine de galets ; à l’ouest, une dalle semi-circulaire supporte encore une dizaine de galets, et il y en d’autres sous la dalle et contre les parois du caisson. Les camahuiles sont eux aussi nombreux tout autour : on en a compté plus de 300. L’ensemble UK-17 comprendrait au total 556 camahuiles et 9 perles ou pendentifs.

12Cet ensemble marque la limite nord de la zone d’offrandes, qui s’étend sur environ 6 m2 et a livré un nombre impressionnant de camahuiles – près de 1000 – une centaine de perles, pendentifs divers et pierres brutes, sans compter les galets de quartz contenus dans les bols à offrande ou les caissons de pierre. La plupart des camahuiles (75 %) sontentiers, bien que parfois brisés. Les sept bols contiennent un nombre variable de galets, de 3 à 8, apparemment peu significatif. En dehors de cette zone, le nombre de camahuiles et de perles isolés mis au Jour par l’opération E est infime : 7 camahuiles (dont 4 incomplets) et une perle.

13La stèle des carrés JK-18-19 se trouve à l’intersection du grand axe nord-sud et d’un axe secondaire ouest-est marqué par un alignement de foyers rituels. Il n’y a plus d’offrandes, mais seulement un dépôt de poteries au pied de la stèle.

Fig. 39 – Plan de la tranchée E (D. Legrand).

Fig. 39 – Plan de la tranchée E (D. Legrand).

Fig. 40 – La tranchée E. a/ vue générale à partir de la pyramide A-10. b/ la stèle 31. c/ offrande de camahuiles sur une dalle de schiste.

14La stèle lisse (monument 31) s’est affaissée vers le sud. Ses dimensions (1 = 2,04 m, largeur = 0,60 m) correspondent exactement à celles de la stèle de A.L. Smith, qu’il situe au centre de la place ; il est cependant peu probable que cette stèle ait été déplacée de 20 m vers le nord et réenterrée. D’ailleurs le mon. 31 est in situ, comme le prouvent les offrandes mises au jour à sa base. Si donc A.L. Smith a bien vu cette stèle, on peut penser qu’il a interverti sur son plan les pierres b et c.

15La base de la stèle est entourée de pierres en désordre qui devaient la maintenir en place, mêlées à d’abondants fragments de poteries et à des vestiges osseux : il s’agit visiblement d’une sépulture d’adulte, enterrée à faible profondeur au pied de la stèle avec son mobilier, et qui a été bouleversée par la charrue. Le style des tessons, provenant de plus de 50 poteries, toutes brisées et incomplètes, permet de la dater de la fin du Protoclassique ou plutôt du début du Classique.

  • 2 Ichon et Viel 1984 : 23.

16L’extension latérale de la tranchée E de part et d’autre de la stèle a mis au jour sept foyers grossièrement alignés d’ouest en est. Ils sont identiques aux foyers découverts sur la face nord de la pyramide A-52 : puits cylindriques de 30 à 50 cm de diamètre, 15 à 25 cm de profondeur, dont la base atteint le talpetate, remplis de cendre, de charbon et de petites pierres brûlées. L’ensemble, qui couvre 12 m de longueur, ne semble pas s’étendre au-delà vers l’est ni vers l’ouest. Il n’y a aucune offrande associée, mais seulement quelques débris de comales et autres poteries utilitaires.

17Pour conclure, l’opération E a confirmé notre hypothèse d’un axe rituel nord-sud allant du centre de la place à la pyramide A-10, et révélé l’existence, à mi-distance de ces deux points, d’un axe secondaire ouest-est marqué par une stèle lisse de 2 m de haut, une sépulture associée, et un alignement d’au moins sept foyers rituels. L’axe nord-sud était ainsi matérialisé par une succession de stèles (au moins trois) et des offrandes de camahuiles, de galets et d’objets de parure parfois contenus dans des bols frustes ou des caissons de pierre. Ces offrandes, et la sépulture de la stèle, sont contemporaines de la grotte C-48, c’est-à-dire de la fin du Protoclassique (complexe Lilillâ 3), ou du début du Classique (complexe Tucunel) : nous retrouverons plusieurs des types céramiques représentés au Classique tardif dans la vallée du Chixoy.

Notes

1 AL. Smith 1955 : 36 et fig. 24b, 90.

2 Ichon et Viel 1984 : 23.

Table des illustrations

Titre Fig. 39 – Plan de la tranchée E (D. Legrand).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7678/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Fig. 40 – La tranchée E. a/ vue générale à partir de la pyramide A-10. b/ la stèle 31. c/ offrande de camahuiles sur une dalle de schiste.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7678/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 225k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search