Version classiqueVersion mobile

Le Protoclassique à La Lagunita

 | 
Alain Ichon
, 
Marie Charlotte Arnauld

1ère Partie. La fouille du groupe A de La Lagunita (période protoclassique)

Chapitre III. La fouille du centre de la place cérémonielle

Alain Ichon

Texte intégral

1Etant donné le souci évident des constructeurs de La Lagunita pour l’orientation et la disposition cruciforme des quatre pyramides principales, l’importance du centre de la place cérémonielle comme point focal de l’ensemble allait de soi. Pour explorer cette zone, nous avons décidé de tracer une tranchée ouest-est entre les str. A-6 et A-7 selon la médiatrice de la face ouest de cette dernière, donc en tenant compte de la déviation normale d’environ 10° à l’est du nord magnétique. Nos calculs se révélèrent exacts au-delà de toute attente, confirmant du même coup la rigueur des méthodes utilisées par les anciens architectes : la paroi sud de notre tranchée, large de 2 m, coïncidait à quelques centimètres près avec celle de la fosse creusée par eux au centre de la place pour accèder à la grotte artificielle, et le premier carré fouillé mit au jour un autel monolithique recouvrant l’escalier d’accès à la grotte, et matérialisant le fameux “point focal” du groupe A.

2Notre tranchée, longue de 20 m, a été divisée en plusieurs segments suivant l’évolution de la fouille : partant du pied de la str. A-6, l’opération C-45 concerne les cinq premiers mètres ; C-42 va de la première opération à l’autel central (mètres 6 à 11), et C-46 de l’autel à la str. A-7, plus précisément au sarcophage 3 (mètres 12 à 19) ; la tranchée se poursuit à l’intérieur de la pyramide (C-44).

1 – Fouille au pied de la pyramide A-6

3Il ne reste rien de la partie centrale de cette pyramide, détruite par la fouille clandestine. Il devait y avoir là une avancée, analogue à celle de A-7, abritant une sépulture importante dont nous avons mis au jour quelques vestiges (négligés par les pillards car sans valeur marchande) : c’était probablement une tombe en ciste, ou simplement protégée par six grandes dalles de schiste dressées, comme c’est le cas pour les sarcophages. L’importance du défunt est attestée par la richesse des poteries, réduites à des tessons épars : bols polychromes importés, supports de vase en sablier stuqués et peints, bols tétrapodes à décor négatif usulutan, etc.

  • 1 Ichon 1977 : 33 et 35.

4Plus bas, nous devions mettre au jour la base du mur (de l’avancée ?) et deux sculptures, les monuments 11 et 131, réenterrés par leur inventeur, donc non in situ.

5La tombe de la pyramide A-6 rappelle celle trouvée au pied de la str. A-5 et pillée elle aussi. Il est certain par contre que la face ouest de A-6 n’a pas livré de sarcophage. Nous avons ainsi la preuve d’une disposition asymétrique du centre cérémoniel : dans l’axe ouest-est, sépulture à l’ouest et sarcophage(s) à l’est ; dans l’axe sud-nord, sépulture au sud et sarcophage au nord.

2 – Fouille de la partie est de la place

6La stratigraphie révélée par notre fouille est la suivante : sous 60 à 80 cm de déblais provenant des fouilles clandestines, couche de 5 à 25 cm de terre sablonneuse brun-jaunâtre dessinant les umules récents (buttes au pied des plants de maïs), couche de culture brun foncé, puis première couche non perturbée argilo-sableuse noire mélangée à de petites pierres ponces, devenant progressivement plus jaune et argileuse. C’est ce dernier niveau qui correspond au sol d’occupation (niveau 0) et à la base des murs de la pyramide A-7. La couche se poursuit normalement sur une vingtaine de cm d’épaisseur jusqu’au talpetate stérile, qui se situe en moyenne à 80 ou 100 cm sous le niveau de la place.

Fig. 16 – Plan et profil de la fouille C-46 au centre de la place.

7Notre puits central de 4 m2 met au jour, au niveau +46, un monolithe de schiste massif, long de 1,80 m et grossièrement cylindrique (diam. – 40 cm), couché selon un axe nord-sud ; plus à l’ouest, placée horizontalement au pied de ce premier monument, une dalle de schiste ovale, de 90 x 120 cm (grand axe nord-sud), épaisse de 10 cm. L’ensemble de ces deux pierres peut être rapproché de l’ensemble classique stèle-autel, bien qu’ici la “stèle”, plutôt cylindrique, soit horizontale et non verticale.

8La base de l’autel se trouve au niveau 0, celui de la place ancienne. La grande stèle couchée limitait à l’ouest une plateforme, bordée de blocs de tuf taillés, longue de 9 m et dallée, qui conduisait à l’escalier central de la pyramide A-7 ; seule la partie ouest de cette plate-forme est conservée.

  • 2 ibid : 37.

9La fouille de la plate-forme jusqu’au niveau du talpetate prouve que la couche supérieure a été perturbée : on y trouve quelques ossements humains, un bol à offrande abandonné et une pierre sculptée, le monument 152. Plus bas, le remblai intact contenait des camahuiles brisés, des ornements d’oreille, pendentifs et perles de pierres diverses, une dalle de schiste à cupules et rainures, soit au total une cinquantaine d’objets ; et, au niveau du talpetate ( – 50), un alignement de cinq bols à offrande, avec ou sans couvercle, l’un vide, les autres contenant des galets de quartz en nombre variable (14, 6, 11 et 9) ; ces bols sont d’un type fruste (groupe Mocbal ou Canuto), à l’exception du dernier, un bol tripode orange à supports coniques pleins.

10On observe sur la fig. 16 que, mis à part les bols à galets qui dessinent un axe ouest-est, les offrandes sont particulièrement denses à l’ouest, près de la stèle – endroit qui correspond au sommet de l’escalier d’accès à la grotte – et à l’est au pied de l’avancée. Le mur de celle-ci, détruit dans sa partie centrale, est conservé au sud, ainsi qu’un petit caisson de pierre qui lui est accolé ; cette cache, profonde de 30 cm, était vide.

11La base du sarcophage 3 se trouve au niveau de la plate-forme, ce qui prouverait qu’il a été mis en place lors de sa construction après le comblement de la grotte, et qu’il date de la dernière période d’occupation.

3 – Fouille de la partie ouest de la place

  • 1 La trace des outils utlisés pour le creusement est nettement visible sur les parois de la fosse, do (...)

12L’opération C-42 porte sur la partie de la tranchée située à l’ouest de la stèle, après que l’autel ovale ait été déplacé. Elle a permis de retrouver les limites d’une fosse rectangulaire, large de 2,70 m et longue de 3,20 m, creusée dans le talpetate1. On y descendait par un escalier de onze marches taillées elles mêmes dans le talpetate, et débouchant vers le haut sous la stèle horizontale et la plate-forme. La première marche, artificielle, faite de pierres et de blocs de talpetate, est dans l’alignement du bord est de la stèle ; la troisième à l’aplomb du bord ouest et 1 m au-dessous. Les deux premières marches ont 30 cm de haut et 27 de large. Les suivantes ont la même largeur, mais leur hauteur augmente régulièrement de 5 cm vers le bas, et cela jusqu’à la neuvième marche, qui est moins haute. Ace niveau, le talpetate devient sablonneux, donc instable, ce qui pourrait expliquer la rupture d’une progression arithmétique apparemment calculée. La dixième marche, plus dure, n’est plus qu’à 90 cm de la paroi ouest de la fosse ; la onzième est réduite à deux banquettes latérales, ou rampes. Deux dalles, qui semblent avoir glissé pendant le remblaiement, s’appuyaient aux cinquième, sixième et septième marches.

Fig. 17 – La fouille centrale et la descente à la grotte (l’autel ovale a été enlevé).

13Le fond de la fosse est atteint à – 492, soit environ 5 m au-dessous de l’autel ; à ce niveau, elle n’a plus que 2 m de largeur. On note que la paroi ouest n’est pas exactement perpendiculaire à l’axe de la fosse, mais plus proche du nord, comme pour compenser la déviation standard des structures du centre cérémoniel. Cette rectification était-elle délibérée ou accidentelle ? La nouvelle orientation, proche du nord géographique, semble en tout cas avoir déterminé celles de l’antichambre (est-ouest) et de l’axe principal de la grotte (nord-sud).

14A mi-hauteur de la fosse est apparue contre la paroi ouest une grande dalle horizontale occupant presque toute sa largeur ; elle protège des infiltrations du remblai un ensemble d’une douzaine de dalles verticales qui obturent l’entrée de la grotte. Peu régulières, ces dalles laissent entre elles des interstices qui ont été bouchés tant bien que mal par des pierres plus petites et des galets. Bien que rudimentaire, cette organisation a assuré l’étanchéité de la grotte pendant le remblaiement de la fosse qui a suivi sa fermeture.

15Des offrandes, comparables à celles de l’opération C-46, étaient jetées dans le remblai au fur et à mesure du comblement. Dans le fond de la fosse, elles sont peu nombreuses : une perle, une molaire humaine, un pendentif et un bol contenant cinq galets contre les dalles de l’entrée. Elles restent rares dans les trois mètres inférieurs du remblai. A – 120, on trouve une cache contenant deux perles de pierre verte et cinq poteries – une petite jarre orange, deux bols et deux vases cylindriques- caractéristiques du complexe Lilillá terminal ou du Classique ancien : les deux bols (fig. 102b, c), l’un brun-rouge à rainures, l’autre rouge hématite sur brun, annoncent en fait des types qui resteront populaires jusqu’à la fin du Classique (les groupes céramiques Rio Negro et Ruano définis par Marion Hatch à Los Encuentros). Le remblai contient des tessons assez abondants, essentiellement protoclassiques, avec peu de matériel préclassique et rien de postclassique.

16Dans les niveaux supérieurs, les offrandes de camahuiles – la plupart brisés et incomplets –, de perles, de pierres en cours de façonnage, se font plus nombreuses. Au niveau – 60 – 80, un alignement ouest-est de galets bruts aboutit à une cache qui se trouve directement à l’aplomb du centre de la stèle, au-dessus de la troisième marche : caisson rudimentaire limité par de petites dalles de tuf posées de champ. Le côté est, ouvert, est occupé par treize camahuiles. Ces statuettes, debout et faisant face à l’ouest, forment un groupe compact ; à leur pied, un bol fruste contenant six galets de quartz. Bol et camahuiles étaient recouverts par les dernières pierres de l’alignement ouest-est.

17Les camahuiles sont de taille exceptionnelle (de 20 à 25 cm), ou moyenne (de 9 à 15 cm) ; leur degré d’élaboration (certains détails : coiffure, collier, ceinture, doigts des mains et des pieds, peuvent être représentés ou non) ne paraît pas lié à la position plus ou moins importante de la statuette dans le groupe. Celui-ci semble bien représenter une scène : placé au sommet de l’escalier, face à l’entrée de la grotte, il matérialiserait les gardiens surnaturels de celle-ci. Les deux grandes statuettes centrales, dont une assise (position très rare) seraient les “maîtres”, entourés et protégés par des assistants.

Fig. 18 – Coupe ouest-est de la fosse et de l’escalier d’accès à la grotte.

  • 3 Soustelle 1979 : 49.
  • 4 Ichon et Viel 1984 : 105.

18Notre “cache aux camahuiles” n’est pas sans rappeler la fameuse offrande N° 4 de La Venta, composée de 16 statuettes de jade et de serpentine et de 6 haches, que l’on s’accorde à considérer comme figurant une scène rituelle3. La coïncidence même des nombres est troublante si l’on ajoute à nos 13 camahuiles groupés trois autres statuettes (incomplètes) mises au jour à proximité immédiate ; ainsi les 16 statuettes olmèques correspondraient aux 16 camahuiles, et les 6 haches olmèques aux 6 galets de notre cache. Compte tenu d’un hiatus de plusieurs siècles, ce rapprochement peut sembler quelque peu hasardeux, mais il ne faut pas oublier que l’influence olmèque est certaine à La Lagunita au Préclassique moyen4. Je reviendrai plus loin sur ce problème.

19Environ 20 cm au-dessus de la cache, une autre rangée de galets bruts s’étend sur 1,50 m à l’ouest de la stèle, sans pénétrer sous elle ; des fragments de perles et de camahuiles sont mêlés aux pierres. Pour l’ensemble du remblai, on a compté 31 perles diverses, 37 camahuiles (dont 7 entiers non compris ceux de la cache), 9 pendentifs et un fragment d’ornement d’oreille, une hache de schiste incomplète, 4 lames d’obsidienne (dont une verte) et 13 perles en cours de fabrication.

Fig. 19 – a/ l’entrée de l’antichambre barrée par des dalles. b/ un alignement de galets aboutit à la “cache aux camahuiles”. c/ la cache.

Fig. 20 – Plan général de la grotte et de l’escalier d’accès.

4 – Fouille de la grotte

20Un couloir orienté vers l’ouest géographique constitue l’antichambre de la grotte ; il a 1,80 à 2,20 m de largeur et le plafond est à 1,50 m du sol ; nous avons trouvé celui-ci jonché de pierres et de blocs de talpetate tombés du plafond.

21Le couloir est barré, à 3 m de l’entrée, par six grandes dalles dressées atteignant presque le plafond, dont la base est maintenue par deux murets de maçonnerie rudimentaire. Au pied du muret extérieur, on a déposé une molette usée et quatre poteries : un vase cylindrique noir contenant une pierre, deux bols frustes superposés, le plus haut contenant huit galets, et un bol recouvert d’une dalle de schiste contenant 13 camahuiles, 13 perles ou pendentifs, un morceau de disque d’ardoise et une pierre verte en cours de perforation. Les camahuiles peuvent être classés en deux groupes de taille décroissante : 9 de schiste (9 à 2,7 cm) et 4 de calcaire cristallin (5,6 à 3,4 cm).

22A 5 m de l’entrée, le couloir s’élargit et débouche dans la grotte.

Fig. 21 – a/ l’entrée de la grotte. b/ offrande de 13 camahuiles.

23La grotte, creusée de main d’homme, est ellipsoïdale (5,30 x 6,70 m), son grand axe presque exactement orienté vers le nord géographique. A ce niveau – environ 4 m sous la place – les parois se présentent comme une succession de cinq à sept couches de sable blanc d’épaisseur variable (10 à 50 cm) alternant avec des couches de talpetate brun très dur. De gros blocs se sont détachés du plafond, recouvrant presque entièrement le sol ; si l’on se base sur l’état des poteries brisées par leur chute, cet accident est sans doute récent : il pourrait être dû au violent séisme de 1976 qui a ravagé le Guatemala central.

24Le sol de la grotte n’est pas horizontal : il descend légèrement d’est en ouest, la hauteur du plafond augmentant ainsi de 1,50 m à 2 m. Le plan n’est pas parfaitement ellipsoïdal : la paroi sud forme une niche, profonde de 60 cm et abritant un amas de poteries (un détail analogue a été noté dans la grande tombe de Zaculeu, comparable à bien des égards à la nôtre).

25La grotte, scellée il y a 15 siècles, est restée presque parfaitement sèche, ce qui explique l’état de conservation du matériel, y compris de certaines fibres. Ce fait permet d’exclure l’hypothèse d’ossements humains qui se seraient entièrement désintégrés. Un autre élément positif est que, si la chute partielle du plafond a entraîné la destruction des poteries dans le centre de la grotte, celles placées le long des parois – et qui constituent la majorité – ont été épargnées. Il faut reconnaître néanmoins que le relevé des objets divers a été moins précis (et peut-être moins complet, malgré le tamisage des déblais) dans cette partie centrale. Pour ce relevé nous avons quadrillé la grotte selon deux axes nord-sud (carrés 1 à 8) et ouest-est (carrés A à E), chaque objet étant désigné par les coordonnées de son carré et un N° d’ordre.

Disposition intérieure

26Sur le sol ont été placés horizontalement trois ensembles de dalles de schiste orientés nord-ouest – sud-est. Le premier, proche de la paroi ouest, en face de l’entrée, comprend deux dalles dont la plus au sud supporte deux strombes ; elle est aussi la seule à recouvrir une offrande.

27Le deuxième ensemble, au nord, comprend deux dalles longitudinales et une transversale formant une sorte de dallage long de 2,35 m. C’est aussi le cas du troisième ensemble de quatre dalles, non loin du centre de la grotte. Les interstices entre les dalles sont bourrés de petites pierres, qui servent aussi de coins pour les maintenir horizontales.

28On trouve en outre quelques petites dalles appuyées à la paroi au nord et à l’ouest, et quatre pierres plates alignées entre la paroi ouest et le bord du premier ensemble. A gauche de l’entrée, un bloc de talpetate de 1 m de long a pu tomber du plafond (ou être placé là) avant la fermeture de la grotte : il supporte en effet plusieurs objets de pierre et de céramique.

29On a suggéré que les trois ensembles de dalles devaient supporter des sépultures. Si c’était là leur fonction, il faut souligner que les inhumations prévues n’ont jamais eu lieu. En effet, les seuls vestiges humains sont les suivants :

  • sous la dalle sud de l’ensemble 1, deux dents d’enfant avec des os d’animaux (tortue ?) et quelques objets de jade et de coquillage. La même dalle, visiblement importante par sa position à l’extrémité de l’axe est-ouest de la grotte, supportait les deux trompes marines ;

  • des restes osseux difficilement identifiables (dont une tête de fémur d’enfant ?), étaient contenus dans deux bols, l’un au nord, l’autre au sud. Le premier contenait aussi des os d’animaux, dont un bois de cerf ;

  • 45 dents, dont la répartition est donnée sur la fig. 24a. On distingue deux groupes, l’un de 9, l’autre de 13 dents ayant appartenu à deux individus adultes. La plupart des dents isolées sont des molaires d’adulte ; elles sont généralement réduites à leur couronne, et d’une couleur brune, comme brûlées. Le Dr. O. Cifuentes Aguirre, de la Faculté d’Odontologie de l’Université de San Carlos de Guatemala, qui a bien voulu se charger de l’étude de ce matériel, pense que les dents ont été volontairement sectionnées au niveau de la couronne après avoir été soumises à une température élevée ; il rapproche ce fait d’une coutume, qui existerait encore de nos jours chez les Indiens du Guatemala, consistant en l’évulsion d’une dent malade par éclatement sous l’action de la chaux vive. Cependant, les dents de la grotte paraissent saines dans leur ensemble. On peut penser à une mutilation sur les individus vivants et au dépôt de ces dents comme offrandes ; explication peu satisfaisante pour les ensembles de 9 et 13 dents, mais il faut souligner en tout cas que ceux-ci ne sont pas associés aux dalles et ne peuvent donc provenir d’un squelette désintégré. Plusieurs dents sont placées dans des poteries : encensoir à manche A-5/1, bols B-5/33 et C-8/3.

  • 5 Flannery 1975 : 335.

30D’autres vestiges osseux, non identifiés mais certainement animaux, sont répartis aux quatre coins de la grotte : au nord, de nombreux fragments de carapace de tortue peints en rouge jonchant le sol, ou contenus dans six des poteries entassées dans cette partie de la grotte. Si l’on admet que les carapaces servaient de tambours (ou de raclettes), le bois de cerf du bol A-8/21 pourrait avoir été utilisé comme baguette : l’association bois de cerf-carapace de tortue comme instrument musical est signalée par Flannery dans la région d’Oaxaca5 et figure dans les fresques de Bonampak.

Fig. 22 – Plan de la grotte C-48 avec les principales offrandes.

Fig. 23 – La grotte C-48. a/ angle sud-est et bloc de talpetate. b/ amas de poteries sud. c/ paroi ouest et angle sud-ouest. d/ amas nord-est.

Fig. 24 – La grotte C-48. a/ vestiges humains et animaux. b/ répartition des poteries cérémonielles. c/ paires ou triades de jarres. d/ répartition des bols
tétrapodes.

La céramique

31La plupart des poteries sont couvertes d’une concrétion jaunâtre et de taches d’un noir métallique (probablement des lichens) masquant la couleur primitive. Certaines ont conservé leur brillant : c’est le cas des poteries polychromes importées, ce qui implique un traitement différent de leur surface.

32La quasi totalité des poteries ont été déposées dans la grotte intactes : il n’y a pas de bris rituel, ni de poteries “tuées” (sauf un cas douteux). Certaines pièces ont cependant été partiellement amputées : un bol tétrapode polychrome de ses supports, deux encensoirs à effigie en sablier de leur partie inférieure ou supérieure. On note, comme c’est le cas général pour les poteries protoclassiques trouvées en contexte rituel, une forte usure de la base ou des supports.

33A première vue, la disposition des poteries – quelque 300 objets au total – donne une impression de désordre, avec deux entassements spectaculaires au nord-nord-est et au sud ; mais elle mérite d’être étudiée de plus près.

34Dans l’angle nord-est de la grotte et occupant la moitié du mur nord, un ensemble de 93 poteries entassées ; contre le mur sud et dans la niche, l’ensemble le plus important : 108 poteries ; le long des murs sud-ouest et ouest jusqu’à l’ensemble de dalles 1, une rangée de 50 poteries, rarement superposées. De plus, au nord-ouest, un petit ensemble de 12 poteries et d’un encensoir à couvercle ; au sud-est, un autre petit ensemble de 9 poteries “spécialisées” (encensoir, pots-canard, ocarina, pectoral) accompagnées d’objets de pierre : metate, bol-crapaud, support de gypse. Enfin l’ensemble central comprenant 25 à 30 poteries très endommagées, placées les unes à côté des autres en position normale ; beaucoup sont des bols à offrande ou des encensoirs communs.

35La disposition de ces ensembles est telle qu’un itinéraire giratoire s’impose autour du groupe central, permettant de parcourir la grotte sans risque de piétiner les offrandes.

36Dans les deux ensembles principaux, les poteries sont superposées en désordre, parfois sur huit ou neuf épaisseurs ; les grands bassins au nord et au sud contiennent jusqu’à douze poteries plus petites. On n’observe aucun souci de mettre en valeur les plus élaborées ; d’ailleurs une étude stratigraphique de ces ensembles est sans objet : la seule évidence d’un certain laps de temps qui aurait pu s’écouler entre les premières et les dernières offrandes est l’existence de poteries sous et sur le bloc de talpetate à gauche de l’entrée ; il est douteux toutefois qu’il ait été très long (nous reviendrons sur ce point).

37Si la plupart des poteries sont des offrandes en elles-mêmes, beaucoup servent aussi de récipient pour les objets déposés en offrandes. Outre les bols à offrande spécialisés qui sont généralement frustes, tous les types de poteries peuvent être utilisés à cet effet ; ils contiennent soit des galets de quartz, soit du charbon, de l’argile ou des blocs d’hématite, des objets de parure en pierre ou en coquillage, des camahuiles, des vestiges osseux ; dans un cas, une poterie miniature et une grande pointe biface de silex. Dans l’ensemble sud, le bol tétrapode mammiforme C-2/31, de type Ixcanrio Orange Polychrome (fig. 25a) contenait, dans une écuelle fruste, 172 objets de parure achevés ou en cours d’élaboration provenant apparemment de l’atelier d’un lapidaire. Deux poteries de l’ensemble nord contenaient, l’une des débris d’une fine natte de fibre et trois vases miniatures ; l’autre les traces de minces objets en matériau périssable (écorce ?), stuqués et peints en rouge et vert. C’est uniquement dans cet ensemble que se trouvent les restes de fibres et les traces d’un tissu appliqué sur les poteries.

38Il est probable que certaines poteries contenaient aussi des offrandes alimentaires, mais nous n’en avons pas de preuve certaine, en dehors des traces laissées par un liquide dans quelques récipients.

Datation

39Les poteries de l’ensemble nord reposent sur un véritable lit de charbon mélangé au sable de la grotte. Six poteries – bols, encensoirs ou bassins – contenaient du charbon en quantité suffisante pour une analyse C-14. Les dates obtenues sont les suivantes :

40– 300 ± 80 (GIF-4555)

41– 310 ± 80 (GIF-4554)

42– 340 ± 80 (GIF-4553)

43– 420 ± 80 (UCLA-2138)

44– 445 ± 100 (Teledyne 1-10,011)

45– 600 ± 90 (GIF-4727)

46Si l’on néglige la dernière, visiblement trop tardive, on obtient une moyenne de 350 ± 80 ap. J.C. ; cette moyenne est de 400 ± 80 si l’on en tient compte. Nous retiendrons pour la grotte une date de 350 à 400 ap. J.C., période généralement considérée comme appartenant au Classique ancien, mais qui pourrait ici correspondre à la sous-phase finale du Protoclassique (Lilillâ 3).

Essai de classification fonctionnelle des poteries de la grotte

47Réservant l’étude typologique des quelque 300 poteries pour un chapitre ultérieur, je m’attacherai ici à une analyse modale et fonctionnelle permettant de tirer quelques conclusions sur leur répartition dans les différents ensembles de la grotte.

48Toute tentative de classification basée sur la fonction est vouée à rester hypothétique puisque une classe de poteries peut remplir plusieurs fonctions, et inversement. Entre les poteries à fonction rituelle évidente et celles dont la fonction domestique est également probable, il en existe toute une gamme qui pourraient aussi bien être attribuées à l’une ou à l’autre catégorie. Ma tentative de classement est donc discutable, mais elle est nécessaire pour rechercher s’il existe certaines règles, une certaine logique dans la disposition des offrandes de la grotte. Je propose les catégories suivantes :

Fig. 25 – La grotte C-48. a/ le bol-tortue C-2/31 contenant le matériel du lapidaire. b/ la paroi ouest face à l’entrée. c/ détail de l’amas sud. d/ le bloc de talpetate à gauche de l’entrée. c/ détail de l’amas nord. f/ l’angle nord-ouest

491/ poteries à fonction rituelle : bols à offrande spécialisés (en général de type Mocbal Fruste), encensoirs, vases-support et “chandeliers”, instruments musicaux. Elles représentent environ 9 % du total ;

502a/ poteries à fonction rituelle probable par leur forme et/ou leur décoration à valeur symbolique : poteries à effigie, poteries décorées de motifs anthropo-zoomorphes ou symboliques (18 %) ;

512b/ poteries (décorées) importées d’une autre région, dans lesquelles la valeur “exotique” s’ajoute à la valeur symbolique (3 %) ;

523a/ poteries de forme spécialisée à fonction problématique : pichets, pots-canard, vase-soulier (6 %) ; 3b/ poteries spécialisées à fonction technique connue : poteries miniatures pour la peinture sur stuc, jarres contenant de l’argile à poterie ou de l’ocre rouge (3 %) ;

534a/ poteries de service, probablement domestiques mais relativement élaborées par leur forme, leur décor (27 %) ;

544b/ poteries domestiques servant au transport, à la conservation ou à la préparation des aliments (31 %).

55La frontière (floue) du rituel et de l’utilitaire passerait donc entre les catégories 2 et 3a ou 3b. On voit que, grosso modo, la grotte contiendrait 60 % de poteries utilitaires et 40 % de poteries rituelles. Celles-ci sont les accessoires des cérémonies qui se sont déroulées à l’extérieur et dans la grotte ; celles-là, sans valeur intrinsèque, ne sont que le prolongement des personnes qui les ont utilisées, des sortes d’“appartenances”, imprégnées d’une charge vitale par les contacts quotidiens avec leur propriétaire.

Répartition des catégories fonctionnelles de poteries

56La plupart des catégories de poteries sont représentées par une ou plusieurs paires d’objets identiques, ou tout au moins assez semblables pour que leur association ne soit pas douteuse ; moins souvent par une triade, exceptionnellement par un ensemble de six poteries (les pichets tripodes). Ce fait, déjà signalé pour la tombe au sarcophage, est évident ici pour les poteries rituelles ; il est plus difficile à prouver pour les poteries domestiques, qui sont souvent de forme simple et interchangeables.

57Donner le détail des paires et des triades serait fastidieux ; les fig. 24b, c, d en illustrent quelques exemples. L’un des plus frappant est le binôme : bol à anse de panier + chandelier (contenu dans le bol), dont on trouve un exemplaire dans l’ensemble nord et un autre dans l’ensemble sud.

58Les poteries sont réparties de préférence entre les “points chauds” de la grotte : centre, angles, extrémités des axes nord-sud et est- (centre)-ouest ; et les éléments de chaque paire sont, soit proches, soit au contraire le plus éloignés possible. Observation valable pour les triades, mais selon un dispositif triangulaire et non plus axial ; valable aussi pour certains objets non céramiques, par exemple les instruments musicaux : ocarina, trompes, tortue (fig. 24b). Il semble que l’on ait voulu créer ainsi un réseau complexe de correspondances reliant les “points chauds”, où le sacré est spécialement dense. L’espace général de la grotte est une sorte de microcosme, orienté selon le grand axe nord-sud, matérialisé par les deux grands ensembles de poteries, et l’axe est-ouest matérialisé par l’entrée de la grotte et les offrandes exceptionnelles – strombes, obsidienne verte, ossements recouverts par une dalle – de l’extrémité ouest. L’origine de cet axe est-ouest est mise “entre parenthèses” car l’entrée doit rester libre pour les visiteurs, donc désacralisée ; elle est remplacée par le centre, où se trouvent les objets les plus précieux.

59Indépendamment de cette répartition des poteries par paires ou triades, la composition même des ensembles exclut l’idée d’une distribution aléatoire. Ainsi :

  • les poteries importées, polychromes (du Petén) ou monochromes (de Kaminaljuyû), sont toutes dans la partie sud de la grotte, sans d’ailleurs que les paires ou triades soient évidentes dans cette catégorie ; le bol tétrapode du lapidaire, en forme de tortue, se trouve – coïncidence ? – à l’extrémité sud du grand axe dont l’extrémité nord est occupée par la carapace de tortue ;

  • les 14 poteries du groupe céramique Chitac (brun-noir mince), de fabrication locale, sont réparties en deux groupes : au centre (une paire, une triade) et au sud (une paire, deux triades) ; il n’y en a pas au nord ;

  • les poteries à fonction technique connue (contenant matériel de peinture, argile, matériel du lapidaire) sont toutes au sud, de même qu’un bloc massif d’hématite ;

  • toutes les jarres sont au sud. Les bols tétrapodes, à supports mammiformes ou autres, presque toujours par paires, sont groupés dans l’ensemble nord (à exception de deux paires, au sud et au sud-ouest).

60Chaque ensemble aurait ainsi certaines caractéristiques le distinguant des autres :

  1. l’ensemble central diffère par sa composition et sa disposition étalée. Les offrandes autres que les poteries sont nombreuses : galets, camahuiles, collier de perles de pierre verte, amas de cristaux verts d’actynolite ; et au centre exact de la grotte, un unique disque d’ardoise de dimension exceptionnelle ;

  2. l’ensemble nord : charbon abondant, fibres et tissus, 93 poteries entassées dont 76 % domestiques et 24 % rituelles. Pas de types importés, ni de Jarres à quatre anses, ni de bols en calotte, mais des types exclusifs ou quasi exclusifs : jarres tétrapodes à col en facettes (deux paires), pots globulaires à col haut (deux paires), bols à rebord basal arrondi et pastilles (cinq poteries sur six), supports mammiformes (14 poteries sur 21) ;

  3. l’ensemble sud, dans la niche et en débordant : nettement le plus riche en poteries rituelles (36 %), a l’exclusivité des pièces importées, des bols en calotte, pichets et pots-canard ;

  4. le bloc de talpetate au sud-est : poteries et objets de pierre à fonction rituelle ou problématique.

Fig. 26 – Répartition des offrandes dans le grotte. a/ lithique. b/ pyrite et hématite. c/ objets de parure. d/ coquillages.

61Les autres ensembles, sud-ouest et nord-ouest, sont plus lâches et moins bien caractérisés.

62Nos observations sur la répartition des différentes catégories de poteries doivent être confrontées à celle des autres objets de pierre, de coquillage et d’os, avant de tenter d’en dégager quelques hypothèses sur l’organisation d’ensemble de la grotte.

Le matériel lithique

63Nous le décrirons dans l’ordre suivant : 1/ dalles, pierres brutes et galets de quartz ; 2/ camahuiles ; 3/ metates et molettes ; 4/ lames et pointes bifaces d’obsidienne, de silex ; 5/ objets de parure (ornements d’oreille, pendentifs, perles, disques d’ardoise, mosaïque, miroirs) ; 6/divers.

1/ Pierres brutes (dont galets de quartz) (fig. 26a)

64Le caractère rituel des offrandes de pierres brutes à La Lagunita est bien connu.

65Les trois ensembles de grandes dalles ont été décrits plus haut. Il y a dix autres pierres non travaillées : dalles de schiste horizontales ou verticales et galets isolés. Ces pierres sont pour la plupart à l’extrémité de l’axe est-ouest : cinq contre la paroi (au pied desquelles on note des restes de fibres abondants) et un galet entre les ensembles de dalles 1 et 2, avec quatre grands couteaux d’obsidienne ; contre la paroi nord, deux petites dalles horizontales couvertes de cendre et de fragments de carapace de tortue. Les dalles de schiste, horizontales ou verticales, évoquent en petit le complexe stèle-autel ; ce sont ici des endroits privilégiés pour certains rites, dont nous voyons les vestiges.

66Le symbolisme des galets de quartz a déjà été évoqué : leur forme, souvent ovoïde, leur surface émoussée permettent de les associer á l’idée de nourriture, ou à celle de l’eau. On a signalé des caches ou des poteries contenant des galets dans plusieurs sites du Guatemala, du Salvador et du Chiapas (voir par exemple dans Cheek 1977 : 185) ; elles sont toujours datées du Protoclassique, ou plutôt d’une période allant du Préclassique tardif au Classique ancien. A La Lagunita, ces offrandes de galets se présentent sous quatre formes : en poches de plusieurs centaines dans le remblai des pyramides (str. A-7 : poches intrusives dans le niveau préclassique tardif) ; formant une sorte de dallage en limite d’une plate-forme plus ancienne (str. A-7, A-3) ; en alignement orienté aboutissant à une cache (fouille centrale, sous l’autel) ; enfin contenues dans des bols, généralement de forme simple et recouverts d’un autre bol servant de couvercle : c’est le cas le plus fréquent.

Fig. 27 – Objets de pierre. a/ meule gravée représentant un crapaud. b/ bol gravé.

Fig. 27 – Objets de pierre. a/ meule gravée représentant un crapaud. b/ bol gravé.

67Il n’y avait dans la grotte que deux bols à galets, sans couvercle, l’un posé sur le bloc de talpetate, contenant sept galets, l’autre dans le centre, écrasé (le nombre de galets n’a pu être déterminé).

2/ Camahuiles

68Les 28 camahuiles de la grotte représentent un nombre relativement faible de ces statuettes, qui sont trouvées ailleurs par centaines. La plupart étaient près de l’entrée et au centre ; il y en avait de plus 2 au nord-est et 3 au sud. Tous sont entiers, bien que parfois brisés, contrairement à ceux du remblai de la fosse.

69Dans le centre, les camahuiles formaient trois groupes de 7,6 et 3 éléments de taille décroissante, chaque groupe ayant utilisé une pierre différente : schiste, stéatite et calcaire.

Fig. 28 – Silex et obsidienne. a/ grand couteau. et b/ pointe bilace d’obsidienne noire. c-f/ pointes bifaces d’obsidienne dorée (c). ou verte (d-f). g/ grande pointe biface de silex.

Fig. 28 – Silex et obsidienne. a/ grand couteau. et b/ pointe bilace d’obsidienne noire. c-f/ pointes bifaces d’obsidienne dorée (c). ou verte (d-f). g/ grande pointe biface de silex.

3/ Meules, molettes, bol

70Ces objets – 7 meules, 13 molettes, 1 bol – sont tous dans la partie sud-est et sud, en limite de l’amas de poteries (à l’exception de deux molettes dans l’axe est-ouest, dont une sous la dalle centrale). Le fait peut surprendre, puisque nous avons vu que le matériel domestique est prédominant dans l’ensemble nord. En réalité, plusieurs des meules, ainsi que le bol, devaient avoir une fonction rituelle : ils sont zoomorphes (tortue, crapaud) ou dotés d’un rebord et d’une cavité pouvant servir de réservoir. Le bol-crapaud, posé sur le bloc de talpetate, était plein de charbon.

71Meules et molettes reposaient sur le sol, sans orientation précise ; dans deux cas, la molette était posée sur sa meule. La pierre utilisée est variée : schiste micacé, basalte, quartzite, conglomérat, amphibolite, rhyolite. Les metates sont bipodes, tripodes ou apodes ; deux d’entre eux sont zoomorphes, un est à cuvette.

4/ Lames et pointes bifaces

72Le silex n’est représenté que par une grande pointe biface (1 = 16 cm) brune, portant des traces d’hématite, placée dans un vase tétrapode à décor appliqué représentant un crapaud, dans l’angle nord-ouest.

73L’obsidienne noire translucide : 7 lames prismatiques dispersées, un groupe de 14 lamelles courbes et une macrolame au sud, à même le sol ; 4 macrolames (1 moyenne : 20 cm) au nord-ouest, entre les ensembles de dalles 1 et 2.

74Cinq pointes bifaces étaient fichées à mi-hauteur dans la paroi ouest ; certaines, avec leur pédoncule arrondi, avaient ainsi l’air de petits personnages réduits à leur buste. L’une est d’obsidienne noire, trois autres d’obsidienne verte translucide, la dernière d’obsidienne dorée ; toutes, sauf la première, étaient amputées de leur pointe ; elles proviennent sans doute du Cerro de las Navajas ou du Cerro del Tecolote, près de Pachuca. L’importance de cette offrande est soulignée, d’une part par sa position dominante à une certaine hauteur de la paroi, à l’extrémité de l’axe est-ouest, d’autre part par les contacts à longue distance qu’elle révèle.

5/ Objets de parure

75La jadéite semble plutôt réservée aux ornements d’oreille et aux pendentifs tandis que la stéatite, verte ou brune, et la zoïsite verte et micacée, pierres plus communes, sont les plus utilisées. Les disques sont d’ardoise, rarement d’argile.

  • 6 Smith et Kidder 1951 : 38.

76Il y a au total 12 ornements d’oreille en forme de pavillon circulaire ou rectangulaire. Selon Smith et Kldder6, ce type serait composé de trois parties : pavillon externe et rondelle interne reliés par un élément tubulaire. Trois de nos exemplaires pourraient être des rondelles internes, et trois objets classés comme grandes perles tubulaires des éléments de liaison ; dans un seul cas les deux éléments – interne et externe – ont été trouvés côte à côte.

77Trois des ornements d’oreille avaient été brisés et leurs fragments déposés dans les coins opposés de la grotte (fait qui confirme nos observations sur la distribution spatiale des poteries) ; dans deux cas, au sud et au nord, l’objet était dans un bol.

78Quant aux autres objets de parure, ils ont été délibérément éparpillés dans toute la grotte, bien qu’on note une densité plus forte au centre.

  • 7 ibid : fig. 53a, 89, 90.

79Sur les 17 pendentifs élaborés, 6 étaient contenus dans le bol-tortue C-2/31. Ce sont des représentations animales ou humaines, rarement réalistes, d’interprétation parfois difficile. La tête seule est figurée, de face ou de profil, sur un côté ; la perforation est toujours bipolaire. A signaler, entre autres, deux profils humains, l’un de vieillard (à rapprocher du motif de certaines haches totonaques), l’autre au nez retroussé (Ek Chuah ? voir les jades de Nebaj7) ; une tête de mort, une silhouette découpée de singe. Des pendentifs plus simples sont en forme de tête de canard, ou de croc ; abondants au centre et à l’ouest de la grotte, il n’y en a aucun au nord.

80Dans les quelque 1040 perles de la grotte, on peut distinguer les perles tubulaires, les grosses perles sphériques, les petites perles discoïdales, et les formes diverses. Les premières sont rares : une vingtaines au total, dont cinq grandes. Quatre des six perles sphériques étaient dans un bol au centre de la grotte.

Fig. 29 – Ornements d’oreille.

Fig. 30 – a/ ornements d’oreille. b-i/ pendentifs divers.

Fig. 31 – a. b/ perles cylindriques. c/ ornement d’oreille. d-j pendentifs.

Fig. 31 – a. b/ perles cylindriques. c/ ornement d’oreille. d-j pendentifs.

Fig. 32 – Colliers. a/ perles “en gains de maïs”. b/ perles de stéatite.

Fig. 33 – Perles de pierre. a-g/ diverses.

Fig. 33 – Perles de pierre. a-g/ diverses.

Fig. 33 – a’-e’/ en cours de fabrication.

81Les perles discoïdales sont généralement de stéatite ; 37 d’entre elles étaient contenues dans un bol reposant sur l’une des dalles de l’ensemble 3, proche du centre ; les 38 autres faisaient peut-être partie d’un collier de 75 perles (long de 50 cm) placé non loin du centre de la grotte. Une autre forme, discoïdale épaisse ou en tonneau, est surtout représentée dans le bol-tortue.

82Les petites perles vertes “en grains de mais” sont les plus communes : elles formaient au moins deux colliers vers le centre, l’un de 163, l’autre de 168 éléments environ, nombre qui permet de les rapprocher du collier de la tombe au sarcophage comprenant 168 perles groupées (et 17 dispersées) ; la longueur d’un tel collier est d’environ 90 cm.

83Parmi les objets de parure divers, citons une minuscule perle décorée de trois encoches, un petit croissant de jadéite (sous la dalle à l’ouest de la grotte), et un nodule de pierre verte perforée. Ce dernier nous amène aux objets de pierre, brute ou en cours d’élaboration, qui proviennent presque exclusivement du bol-tortue C-2/31. Outre 106 objets achevés (perles, pendentifs), cette poterie en contenait 26 en cours de fabrication, plus 20 fragments de pierre brute et une vingtaine d éclats, probablement des déchets de taille. Il s’agit bien du matériel d’un lapidaire, illustrant les phases de son travail sur des pierres plus ou moins dures, de la jadéite au talc. Les objets de parure étalent donc fabriqués sur place. Sur les 26 objets non achevés, 18 sont en pierre verte tendre et 8 en jadéite ; sur les fragments bruts, la proportion est de 16 pour 4. Néanmoins, dans l’ensemble de la grotte, le pourcentage des objets de jadéite est certainement inférieur à 20 % : cette pierre provenait sans doute de la vallée moyenne du Motagua, alors que les autres se trouvent dans la région même.

84Importants par leur position, mentionnons un cristal de roche sur la dalle de l’ensemble ouest, et un amas de petits cristaux de pierre verte en paillettes (actynolite) sur la dalle la plus centrale, avec de nombreux objets : camahuiles et perles.

85Les disques d’ardoise incrustés de pyrite ou de schiste sont peu nombreux. Le plus grand (d = 24 cm), entier, a été déposé au centre exact de la grotte. Les autres sont réduits à des fragments provenant de deux ou trois disques. On trouve aussi quelques plaquettes de forme carrée ou rectangulaire, sans doute éléments de mosaïque de schiste.

86Provenant de trois endroits de la grotte – bloc de talpetate, centre et nord – quatre ou cinq plaquettes rondes très minces, de 3 cm de diamètre, naturellement polies mais trop petites pour servir de miroirs, sont d’hématite spéculaire ; elles portent une unique perforation centrale. Selon les géologues, ce minerai proviendrait d’Aguacatan ou de Quetzaltenango.

Fig. 34- – a/ disque d’ardoise au centre de la grotte. b/ petit “miroir” d’hématite. c/ Vase-support de gypse. d/ mosaïque de pyrite.

87Des fragments importants d’une plaque à incrustations de pyrite ont été trouvés dans l’angle sud-ouest de la grotte : une vingtaine de petits éléments polyédriques, de 1 à 4 mm de côté, parfaitement ajustés, forment des plaquettes carrées ou rectangulaires de 1 à 2 cm de côté, elles-mêmes assemblées pour former la plaque complète, qui était donc elle aussi carrée ou rectangulaire. Le support est un noyau d’argile recouvert de stuc sur ses deux faces. L’effet esthétique de cet objet, parfaitement fini, est dû à la forme variée des polyèdres (arrondis sur le bord de la plaque) et au jeu des couleurs métalliques allant du doré à l’orange et au vert. Un fait difficilement explicable est le parfait état de conservation de la pyrite alors que celle-ci, sur les disques d’ardoise, est toujours décomposée sous forme d’une poudrejaune de jarosite. Faut-il alors supposer qu’il s’agit dans ce dernier cas non de pyrite mais de marcasite, dont la décomposition est plus rapide ? Ou que le résidu jaunâtre est en réalité une colle résineuse supportant la mosaïque, très souvent de schiste ?

  • 8 Marshack 1975 : 342 et Pl. 1.

88La mosaïque de pyrite de la grotte C-48 rappelle étrangement un pendentif de mosaïque trouvé sur le site olmèque de Las Bocas, à l’ouest de Puebla, et daté de 1000 av. J.C., dont on a supposé qu’il représentait un calendrier lunaire par le nombre total de ses éléments polygonaux (354) et leur arrangement en sections de 128, 128 et 98 éléments, ces sections étant elles-mêmes subdivisées en 16 ensembles de 8 éléments chacun8. Si cette interprétation est discutable, on ne peut qu’être frappé par la similitude des deux objets.

6/ Divers

89Un vase-support en sablier, de gypse, reposait sur le sol contre le bloc de talpetate. Sa forme diffère peu de celle du vase-support de céramique occupant une position symétrique par rapport à l’axe est-ouest, près de la paroi ouest.

Fig. 35 – Grande valve gravée représentant une tortue.

Fig. 36 – Objets de coquillage. a/ collier d’Olivae. b-d/ perles diverses. e/ fragments de valves à incrustations. a’-d’/ divers.

90Une pierre ponce taillée de forme tronconique servait peut-être de bouchon (encore qu’on ne voie pas bien pour quelle poterie). Une plaquette carrée de pierre tendre, de 9 cm de côté, déprimée en son centre et revêtue de stuc, est à classer avec le petit matériel destiné à la peinture sur stuc : elle servait sans doute de palette.

91Pour résumer nos observations sur la répartition des objets lithiques dans la grotte :

  • meules, molettes et bol occupent la partie sud, ce qui peut s’expliquer par leur utilisation rituelle ;

  • objets d’obsidienne et de silex se trouvent face à l’entrée, à l’extrémité de l’axe est-ouest ;

  • les camahuiles, comme la plupart des objets de parure, souvent contenus dans des poteries, occupent surtout la partie centrale, formant un vague alignement, une traînée de l’entrée à l’ensemble de dalles ouest ; le grand disque d’ardoise marque le centre exact de cet axe, et de toute la grotte.

92Enfin, la dispersion voulue des fragments d’ornements d’oreille confirme nos observations précédentes sur la répartition des poteries selon des figures bipolaires ou triangulaires.

Le matériel de coquillage

93La comparaison des fig. 26bc et 26d montre que la répartition des objets de pierre et de coquillage est très semblable : ces objets, en majorité utilisés pour la parure, devaient être étroitement associés.

94Les deux strombes, identiques à celles de la tombe C-44 (Pleuroploca gigantea) reposaient sur la dalle-ouest ; elles servaient de trompes. Toutes deux portent des traces d’hématite ; une seule présente des trous de suspension et des incisions circulaires soulignant les treize protubérances ; elle contenait une plaquette de coquillage perforé.

  • 9 Recinos 1952 : 90.
  • 10 Estrada Monroy 1973 : 100.
  • 11 Edmonson 1971 : 124.

95Les coquilles bivalves sont représentées par quelques exemplaires taillés en plaquettes (à bord parfois ondulé), en rondelles perforées ou en pendentifs. Les deux plus grandes étaient décorées selon des méthodes différentes : l’une sans doute par incrustations dans les zones excisées de formes géométriques, en rectangles, en U, en spirales ; l’autre (C-3/14), une valve intacte, était retournée, décor vers le bas, au sud de la grotte. Le décor finement gravé utilise la forme et les irrégularités naturelles du coquillage pour représenter une tortue “écartelée”, dont la carapace, stylisée en quadrillage, occupe la partie centrale ; une langue démesurée, terminée en volute, sort de la bouche de l’animal, dont la tête est de profil ; placé symétriquement à celle-ci, un visage humain caricatural indique peut-être qu’il s’agit d’une créature mythique, anthropo-zoomorphe. Les motifs secondaires, dans la partie supérieure de la valve, sont peu lisibles. Il y a sept perforations, dont plusieurs intégrées au décor (centre de la carapace, oeil du personnage...), les autres indiquant que cet objet pouvait être porté en pectoral. Nous avons pensé trouver dans le grand mythe maya-quiché du Popol Vuh une explication du motif double homme-tortue, dans un épisode de la geste des jumeaux civilisateurs Ixbalanqué et Hunahpu. Selon la traduction de Recinos9, l’un des jumeaux ayant été décapité au cours des épreuves subies dans la Maison des Chauves-souris, c’est le corps de la tortue, Coc, qui va être utilisé pour façonner une copie fidèle de la tête d’Hunahpu et tromper ainsi les Seigneurs de l’Enfer afin de récupérer la vraie tête du héros, placée par eux dans le jeu de balle. Mais cette version, adoptéee à peu de choses près par Estrada Monroy10 (pour qui la tortue est d’abord changée en calebasse) est contredite par Edmonson : pour ce dernier, c’est bien une calebasse (chilacayote) apportée par le coati, qui sera transformée en tête humaine11. Plusieurs détails rendent cette version plus vraisemblable : il y aurait eu confusion des traducteurs entre les mots kok : tortue, et q’oq’ : calebasse. L’interprétation de notre tortue anthropo-zoomorphe reste pour l’instant inaccessible.

9624 petits coquillages gastéropodes (du genre Oliva), tronqués et perforés, sont des éléments de collier ; 16 d’entre eux étaient groupés près du bloc de talpetate, avec l’un des trois ornements d’oreille, les deux autres étant sur l’axe est-ouest.

97Les perles de coquillage -une cinquantaine au total – petites, de forme discoïdale ou tubulaire, sont généralement groupées par 4, 5 ou 6, ce qui est insuffisant pour un collier : peut-être altemait-on dans le même collier perles de pierre et de coquillage ? Plusieurs de ces petites perles ont été trouvées encore accolées. Sur la dalle ouest, il y avait cinq perles tubulaires de longueur décroissante.

98On peut classer dans les objets divers deux petits “boutons” non perforés, quatre bords de gastéropodes épais taillés en forme de crocs (un seul est perforé pour servir de pendentif), vers le centre, et quelques coquillages non travaillés. Certains coquillages étaient placés dans une poterie : le bol-tortue contenait quatre perles et un pendentif.

99Les quelque 90 objets de coquillage travaillé sont répartis un peu partout dans la grotte, mais de façon non uniforme : il y a visiblement une forte concentration à l’entrée de la grotte et dans la partie centrale, un ensemble moins important sous la dalle ouest (c’est-à-dire sous les strombes), un autre près de la grande valve décorée.

Conclusions

100Dans cet espace d’environ 30 m2, de plan ellipsoïdal, l’importance des axes sud-nord et est-ouest est soulignée par l’orientation de la grotte et par la disposition des offrandes. Pourquoi n’avoir pas choisi un plan circulaire ? Notons simplement que l’autel recouvrant l’escalier d’accès à la grotte est ovale, et que, dans le plan même de la place cérémonielle, l’axe nord-sud, entre les str. A-5 et A-10, est beaucoup plus long que l’axe est-ouest (entre A-7 et A-6).

101Les deux axes principaux de la grotte sont matérialisés, le premier par la niche au sud, et la carapace de tortue au nord ; le second par l’entrée de la grotte, et les dalles de la paroi ouest avec leurs offrandes. Ils se coupent au centre, point marqué par le grand disque d’ardoise, l’amas de cristaux d’actynolite et divers objets précieux.

102Schématiquement, la répartition des offrandes est la suivante : au centre, la majorité des objets de parure et des poteries surtout rituelles, ou utilisées comme récipients à offrandes, en position normale et non entassées. Au nord-est et au sud, les amas de poteries les plus importants. Les autres points hautement sacralisés sont l’extrémité ouest de l’axe transversal (dalles, strombes, pointes d’obsidienne...) et dans une moindre mesure le bloc de talpetate à gauche de l’entréee. L’ensemble sud contient les poteries les plus élaborées, polychromes ou peintes sur stuc, dont beaucoup ont dû être importées, de même que les offrandes, à caractère technique, du lapidaire, du potier, du peintre sur stuc ; il contient aussi la plupart des instruments de pierre (rituels ?). En face de cet ensemble, l’amas nord-est donne une impression plus profane, avec une majorité de poteries domestiques et beaucoup de charbon. Il existe apparemment entre le sud et le nord d’une part, entre le sud, l’ouest et le nord d’autre part, un réseau de relation axiales ou triangulaires matérialisées par la présence, aux extrémités de ces axes, d’objets de parure, d’instruments musicaux, et surtout de poteries formant des paires, parfois des triades. La répartition des poteries par paires, dont les éléments sont proches ou au contraire très éloignés, semble être la règle.

  • 12 Borhegyi 1961 : 499.

103Sur les quelque 300 poteries, beaucoup sont certainement domestiques, mais une forte proportion – environ 40 % – semblent de nature rituelle soit par leur forme, soit par leur décor, faisant appel au symbolisme de représentations humaines ou animales réalistes ou plus ou moins stylisées. Les thèmes les plus fréquents sont les animaux : singe, crapaud, tortue, chauve-souris, jaguar, coati, poisson, canard (?), “monstre”, auxquels il faudrait ajouter ces mêmes représentations sur les objets de parure en pierre ou en coquillage. Au total, un bestiaire qui ne semble pas spécialement lié au monde souterrain... Il est vrai que l’inframonde pourrait reproduire, en l’inversant, le monde réel ; d’après Borhegyi12, les neuf seigneurs de la nuit et de l’enfer sont des animaux : tous, à l’exception du cerf et du lapin, sont représentés sur quelque objet de notre grotte.

104Le problème de la fonction, réelle et symbolique, de la grotte C-48 reste ainsi posé. La présence des trois ensembles de dalles est difficilement explicable, sinon pour des raisons funéraires ; mais larareté et la nature des vestiges humains permet d’écarter cette interprétation ; dans l’immense cache que constitue la grotte lors de son abandon, ils auraient eux-mêmes le caractère d’offrandes.

105Considérée dans l’ensemble du groupe A de La Lagunita, la grotte C-48 peut alors être interprétée de trois façon différentes :

  1. elle serait en relation avec la sépulture mise au jour au pied de la str. A-6, qui se trouve exactement au-dessus, bien que sans communication avec elle, et jouerait alors le rôle de “cache” associée à cette sépulture ;

  2. elle aurait été destinée à abriter une ou plusieurs sépultures, mais le dépôt des corps n’aurait pas eu lieu, pour une raison qui nous échappe, avant la fermeture de la grotte. Il faut reconnaître toutefois que tous les autres exemples de grottes artificielles sont en réalité des tombes ;

    • 2 M.C. Arnauld note une disposition analogue à celle des deux murets de l’antichambre de C-48 dans le (...)

    elle marquerait simplement le centre de la place et de l’ensemble cérémoniel et n’aurait alors aucun caractère funéraire : elle symboliserait plutôt (comme la grotte primitive découverte en 1971 sous la pyramide du Soleil de Teotihuacân)2la matrice primordiale, origine mythique de l’univers qu’elle représente “en condensé”, sous forme d’un microcosme organisé. Cette interprétation est peut-être la plus plausible : on a souvent constaté l’importance essentielle de la grotte (ou des grottes, car il y en a parfois quatre associées aux points cardinaux) dans les cérémonies actuelles de costumbre, à tel point que s’il n’existe pas dans la région de cavités naturelles, il faut baptiser “grotte” une construction artificielle à laquelle on attribue le même caractère sacré.

106Cette interprétation se heurte cependant à quelques difficultés : c’est le haut de l’escalier, avec l’autel et la stèle, qui se trouve au centre de la place, et non la grotte : d’autre part, celle-ci date de la fin du Protoclassique ou même du début du Classique, et de la dernière phase de construction des pyramides du groupe A, donc peu avant l’abandon de ce groupe au profit du groupe B. On comprend mal alors pourquoi cette “sacralisation” du centre de la place aurait été si tardive – à moins qu’elle n’ait été précisément liée à une sorte de cérémonie de clôture à l’occasion de l’abandon du groupe A ?

107En ce qui concerne la datation de la grotte, M. C. Arnauld, après un examen rapide des poteries, les rattache au complexe protoclassique final Lilillá 3, de 300 à 350 ap. J.C. : elles ne diffèrent pas sensiblement des poteries de la tombe au sarcophage, si ce n’est par un pourcentage plus fort des types transitionnels attribués au Classique ancien. La datation de 350 à 400 ap. J.C. que j’ai adoptée tient compte de ce fait, comme de la présence de certains traits – et de quelques poteries – apparemment importés de Kaminaljuyu durant la phase Esperanza ; et des analyses C-14 : la grotte me semble présenter trop de traits du Classique ancien pour pouvoir être considérée comme encore protoclassique, et le matériel devrait plutôt être rattaché au complexe Tucunel du Classique ancien.

108Un problème lié à cette datation est de savoir si la grotte, creusée artificiellement, est restée ouverte au culte, et pour combien de temps. Nous l’avons déjà abordé : pas de stratigraphie notable dans les poteries entassées, la seule preuve contraire étant l’existence d’offrandes sous et sur le bloc de talpetate ; pas de preuve d’un culte organisé permanent, ou au moins de longue durée, bien qu’on devine un itinéraire giratoire autour de l’ensemble central (que nous avons nous-mêmes utilisé pour nos travaux). Le dépôt des offrandes a dû se produire en un laps de temps relativement bref, au cours d’une cérémonie dédicatoire à l’issue de laquelle la grotte a été définitivement scellée. Mais surtout il paraît peu vraisemblable que l’accès à la grotte par l’escalier soit resté ouvert, tout au moins à un public nombreux, pendant une longue période : l’usure des marches taillées dans le talpetate aurait été trop rapide (nous avons dû nous-mêmes les renforcer par des planches). Une fois le mobilier déposé dans la grotte, il est plus probable que celle-ci a été scellée par sa double porte, la fosse comblée, et que les cérémonies se sont désormais déroulées sur l’autel ovale, donc au centre vrai de la place.

Comparaisons

  • 13 Smith et Kidder 1951 : 21.

109La grotte de La Lagunita présente quelques traits uniques : son emplacement au centre de la place cérémonielle, ses dimensions, l’absence de sépultures... Rien de semblable à Kaminaljuyu, où les tombes de la même période (ou un peu plus tardives : phase Aurora et début de la phase Esperanza) se trouvent au coeur des pyramides ; rien non plus à San Agustin Acasaguastlan ou à Monte Alban : les tombes y sont des constructions de pierre à toit en fausse voûte, plus ou moins au niveau du sol, à l’intérieur du monticule funéraire. Constructions élaborées également à Nebaj, bien qu’ici la disposition des tombes se rapproche de celle de La Lagunita : pour la tombe 1 par exemple, une chambre creusée à 5 m de profondeur dans la talpetate, à la verticale de la plate-forme avancée du monticule 113 ; le groupe A de Nebaj n’est d’ailleurs pas sans rappeler le groupe A de La Lagunita.

110Les traits suivants nous paraissent, entre autres, caractéristiques de la grotte C-48 :

1111 / chambre creusée très profondément dans le talpetate ; 2/ accès par un escalier ; 3/ existence d’un couloir, obturé par des dalles, de même que l’entrée de la grotte.

112Dans cette optique, les comparaisons les plus intéressantes nous paraissent concerner quelques sites, voisins ou au contraire très éloignés de La Lagunita, mais qui tous seraient un peu plus tardifs. Nous nous attacherons seulement à quatre d’entre eux.

1 – Los Cimientos-Chustum

  • 14 A.L. Smith 1955 : 41.

113Le site de Los Cimientos, proche de La Lagunita, a été reconnu par Ledyard Smith14, qui le date du Protohistorique. La période d’occupation principale est en effet le Postclassique, mais nos fouilles ont prouvé l’existence d’une phase plus ancienne, datée par la céramique du Protoclassique ou du Classique ancien.

114La tombe mise au jour, à 1,50 m de profondeur seulement (alors que les superpositions postclassiques atteignent plusieurs mètres de hauteur) avait été respectée par les occupants ultérieurs. A défaut de talpetate, la chambre funéraire – il s’agit bien d’une tombe – a été creusée dans le gravier compact. On y accèdait par un plan incliné de faible pente ; l’entrée, large et haute de 1 m environ, était obturée par une rangée de dalles verticales. La chambre est de plan ellipsoïdal, son grand axe orientée ouest-est ; le long de cet axe, une rangée de pierres allongées forme une sorte de dallage. Les dimensions sont faibles : 3,15 m sur 1,60 m, et 75 cm de hauteur.

115Le mobilier comprend 22 poteries réparties en deux ensembles, l’un de 9 poteries à l’est, l’autre de 13 à l’ouest ; 30 rondelles d’argile et de pierre ponce, qui devaient constituer un collier, et quelques perles de pierre verte. Il n’y a pas de squelette en connexion, mais des restes osseux assez abondants parfois déposés dans les poteries, et qui paraissent correspondre a un ou deux individus : il s’agit certainement de sépultures secondaires.

  • 15 Ichon 1969 : 233.

116Chaque ensemble de poteries est accompagné d’un grand tesson contenant du charbon. Nous retrouvons ici, à 15 siècles de distance, l’emploi noté chez les indiens Totonaques du Mexique, de grands morceaux de jarres pour brûler l’écorce de copal : le shaman fait “parler le tepalcate” contenant le copal en interprétant la manière dont il s’enflamme15.

117Les 22 poteries comprennent surtout des encensoirs, simples ou à effigie, et 12 bols tripodes du type Tupal Graphite-sur-Rouge (fig. 103) ; il n’y a aucun support mammiforme, aucun tétrapode, aucun polychrome du Petén, mais les types sont dans l’ensemble les mêmes que ceux de La Lagunita. La tombe de Los Cimientos-Chustum me paraît donc plus tardive, sans doute du Classique ancien, mais tout à fait dans la tradition de la grotte de La Lagunita, bien que certaines différences soient évidentes, ne serait-ce que dans les dimensions. Les poteries sont généralement en nombre pair (2, 4, 12) ; leur répartition en deux groupes pourrait avoir une signification symbolique : les chiffres 9 et 13 sont ceux des divinités infernales et terrestres du panthéon maya... il est vrai qu’on s’attendrait alors à trouver les premières à l’ouest. Mais encore une fois, dans ce monde souterrain de l’au-delà, traditionnellement associé au couchant, tout ne doit-il pas être inversé ?

Fig. 37 – La tombe de Los Cimientos-Chustum.

2 – Les caches de Salcajá

  • 16 Rivera Dorado 1980 : 163 et sq.

118La mission espagnole d’Alcina Franch dans la région du haut Samalá a mis au Jour à Las Victorias près de Salcajâ un extraordinaire complexe de puits, de chambres et de galeries creusés dans un talpetate local très sablonneux16 : silos campanifbrmes, chambres circulaires exiguës ou au contraire spacieuses comme notre grotte, auxquelles on accède par un escalier et une entrée étroite (mais non obturée). Ces chambres sont généralement vides ; quelques-unes contenaient des offrandes : poteries, metates..., mais jamais de squelettes ; les sépultures sont des fosses creusées à proximité, dans lesquelles le mort est placé en position repliée.

119La céramique de Salcajâ est très comparable a celle de La Lagunita : les caches datent du Protoclassique et leur parenté avec la grotte de La Lagunita ne semble pas douteuse, bien qu’elles soient associées à un ensemble résidentiel.

Fig. 38 – Tombe principale de Zaculeu (d’après Woodbury et Trik).

Fig. 38 – Tombe principale de Zaculeu (d’après Woodbury et Trik).

3 – La grande tombe de Zaculeu17

  • 17 Woodbury et Trik 1953 : 80-84 et fig. 40, 175.

120Cette tombe, mise au jour sous l’escalier de la str. 1, est celle qui se rapproche le plus de la grotte de La Lagunita. Sans vouloir pousser à l’extrême la comparaison, on ne peut que noter les points communs dans le plan général (fosse creusée dans le talpetate, escalier de 13 marches, dalle barrant le couloir...) et dans la disposition intérieure de la tombe : niche dans la paroi sud, amas de poteries bien localisés, ensemble cérémoniel de grands encensoirs à l’est, axe ouest-est matérialisé par deux strombes, etc. Les différences ne sont pas, il est vrai, négligeables, surtout dans la composition du mobilier : absence de camahuiles, de bols à galets (pourtant présents dans d’autres tombes de Zaculeu), d’obsidienne et de silex, et en général des principaux modes céramiques qui caractérisent le Protoclassique à La Lagunita (en particulier les supports mammiformes). Ces différences peuvent être attribuées à des particularismes régionaux (aihsi les camahuiles se trouvent exclusivement dans une zone réduite autour de Santa Cruz del Quiché), mais surtout a la date plus tardive de la tombe de Zaculeu, qui est de la phase Atzan, c’est-à-dire de la fin du Classique ancien.

121La différence essentielle est malgré tout son caractère funéraire, car il s’agit bien d’une tombe contenant les restes de 7 individus, dont 4 enfants. Néanmoins, la similitude des conceptions religieuses qui ont guidé les constructeurs de la tombe de Zaculeu comme ceux de la grotte de La Lagunita – qui lui est antérieure d’environ un siècle – mérite d’être soulignée.

4 – Les tombes à puits de Las Cebollas (Nayarit)

122Les tombes à puits (shaft-tombs) du Mexique couvrent une région allant du sud de l’état de Colima aux hauteurs sud du Nayarit.

  • 18 Bell 1971 : 720.

123Le site de Las Cebollas, à 50 km de Tepic, a livré 24 cimetières et un total de 390 tombes, toutes pillées18. Furst (1961), qui date ces tombes de 100 à 200 ap. J.C., les compare aux tombes de la phase Esperanza de Kaminaljuyu : elles contiennent en abondance des strombes et des disques de pyrite.

124Les chambres mortuaires, creusées dans le talpetate, sont de dimensions réduites (environ 4 m2) ; le puits d’accès est circulaire et il y a parfois plusieurs tombes reliées par des tunnels étroits. On voit que cette disposition est assez différente de ce qu’on trouve à La Lagunita, mais les ressemblances, surtout dans la nature des offrandes, pourraient être plus que des coïncidences. La grotte de La Lagunita marquerait alors la limite sud d’une “zone des chambres souterraines” – chambres funéraires dans le cas général, mais aussi chambres non funéraires à La Lagunita, Salcajâ... – s’étendant à partir de l’ouest mexicain au début du Classique. La tombe de Zaculeu (puisqu’il faut bien parler de tombe) est en fait intermédiaire entre les tombes à puits du Nayarit et les grandes tombes de la phase Esperanza de Kaminaljuyu ou de la phase A-1 de Nebaj.

Notes

1 Ichon 1977 : 33 et 35.

2 ibid : 37.

3 Soustelle 1979 : 49.

4 Ichon et Viel 1984 : 105.

5 Flannery 1975 : 335.

6 Smith et Kidder 1951 : 38.

7 ibid : fig. 53a, 89, 90.

8 Marshack 1975 : 342 et Pl. 1.

9 Recinos 1952 : 90.

10 Estrada Monroy 1973 : 100.

11 Edmonson 1971 : 124.

12 Borhegyi 1961 : 499.

13 Smith et Kidder 1951 : 21.

14 A.L. Smith 1955 : 41.

15 Ichon 1969 : 233.

16 Rivera Dorado 1980 : 163 et sq.

17 Woodbury et Trik 1953 : 80-84 et fig. 40, 175.

18 Bell 1971 : 720.

Notes de fin

1 La trace des outils utlisés pour le creusement est nettement visible sur les parois de la fosse, dont ils enlevaient des morceaux de 8 cm de large et 14 cm de long en moyenne.

2 M.C. Arnauld note une disposition analogue à celle des deux murets de l’antichambre de C-48 dans les grottes de l’Alta Verapaz décrites par Patricia Carot (1982).

Table des illustrations

Légende Fig. 16 – Plan et profil de la fouille C-46 au centre de la place.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7673/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 17 – La fouille centrale et la descente à la grotte (l’autel ovale a été enlevé).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7673/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 18 – Coupe ouest-est de la fosse et de l’escalier d’accès à la grotte.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7673/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Fig. 19 – a/ l’entrée de l’antichambre barrée par des dalles. b/ un alignement de galets aboutit à la “cache aux camahuiles”. c/ la cache.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7673/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Légende Fig. 20 – Plan général de la grotte et de l’escalier d’accès.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7673/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 21 – a/ l’entrée de la grotte. b/ offrande de 13 camahuiles.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7673/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende Fig. 22 – Plan de la grotte C-48 avec les principales offrandes.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7673/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende Fig. 23 – La grotte C-48. a/ angle sud-est et bloc de talpetate. b/ amas de poteries sud. c/ paroi ouest et angle sud-ouest. d/ amas nord-est.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7673/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
Légende Fig. 24 – La grotte C-48. a/ vestiges humains et animaux. b/ répartition des poteries cérémonielles. c/ paires ou triades de jarres. d/ répartition des bolstétrapodes.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7673/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende Fig. 25 – La grotte C-48. a/ le bol-tortue C-2/31 contenant le matériel du lapidaire. b/ la paroi ouest face à l’entrée. c/ détail de l’amas sud. d/ le bloc de talpetate à gauche de l’entrée. c/ détail de l’amas nord. f/ l’angle nord-ouest
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7673/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Légende Fig. 26 – Répartition des offrandes dans le grotte. a/ lithique. b/ pyrite et hématite. c/ objets de parure. d/ coquillages.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7673/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Fig. 27 – Objets de pierre. a/ meule gravée représentant un crapaud. b/ bol gravé.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7673/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre Fig. 28 – Silex et obsidienne. a/ grand couteau. et b/ pointe bilace d’obsidienne noire. c-f/ pointes bifaces d’obsidienne dorée (c). ou verte (d-f). g/ grande pointe biface de silex.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7673/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Fig. 29 – Ornements d’oreille.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7673/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende Fig. 30 – a/ ornements d’oreille. b-i/ pendentifs divers.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7673/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Fig. 31 – a. b/ perles cylindriques. c/ ornement d’oreille. d-j pendentifs.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7673/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Fig. 32 – Colliers. a/ perles “en gains de maïs”. b/ perles de stéatite.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7673/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Fig. 33 – Perles de pierre. a-g/ diverses.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7673/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 33 – a’-e’/ en cours de fabrication.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7673/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 34- – a/ disque d’ardoise au centre de la grotte. b/ petit “miroir” d’hématite. c/ Vase-support de gypse. d/ mosaïque de pyrite.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7673/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Légende Fig. 35 – Grande valve gravée représentant une tortue.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7673/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende Fig. 36 – Objets de coquillage. a/ collier d’Olivae. b-d/ perles diverses. e/ fragments de valves à incrustations. a’-d’/ divers.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7673/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende Fig. 37 – La tombe de Los Cimientos-Chustum.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7673/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Titre Fig. 38 – Tombe principale de Zaculeu (d’après Woodbury et Trik).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7673/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search