Version classiqueVersion mobile

Le Protoclassique à La Lagunita

 | 
Alain Ichon
, 
Marie Charlotte Arnauld

1ère Partie. La fouille du groupe A de La Lagunita (période protoclassique)

Chapitre II. Fouille de la tombe au sarcophage

Alain Ichon

Texte intégral

1L’opération C-44, entreprise en même temps que la précédente, avait pour objectif l’exploration de la face ouest de la str. A-7 une fois dégagés les déblais de la fouille clandestine et nettoyées ses limites. La pyramide devait être abordée en partant du centre de la place, dans le prolongement d’une tranchée de 2 m de largeur, orientée à peu près ouest-est (Az magnétique : 100°), tracée entre les pyramides A-6 et A-7.

Fig. 6 – Profil ouest-est de la fouille C-44.

Fig. 6 – Profil ouest-est de la fouille C-44.

2La phase préliminaire de cette opération nous a permis de remettre au jour le sarcophage 3, sans doute déplacé par le fouilleur clandestin car il n’est pas dans l’axe exact de la pyramide. D’après les déclarations de l’un des travailleurs, il ne contenait que des os humains ; entre lui et le mur de l’avancée, il y aurait eu une rangée de hautes dalles dressées. Le sarcophage 1, plus tardif (qui se trouvait à notre arrivée au centre de la place), devait être à l’origine un peu plus haut et vers l’intérieur : il ne contenait lui aussi que des ossements. Ces renseignements doivent être acceptés sous toute réserve : il serait surprenant que les sarcophages n’aient contenu aucune offrande. Nous sommes à peu près sûrs par contre qu’aucune sépulture importante n’a été trouvée sur la face ouest de la pyramide, contrairement à ce qui s’est passé au pied des pyramides A-5 et A-6.

3Notre tranchée C-44 a mis au jour le mur de soutènement de l’avancée et les deux premières marches du grand escalier, puis, 5 m plus à l’est, les vestiges d’un mur vertical construit au début de la phase V, face au premier gradin de l’avant-dernière pyramide (A-7d) pour l’aménagement de la grande tombe. La fouille clandestine avait atteint le sarcophage 3, et c’est à partir de ce niveau seulement (environ +110) que la fouille stratigraphique a pu débuter dans de bonnes conditions (encore qu’elle ait été perturbée par des visiteurs nocturnes, sans conséquences graves heureusement). Cette fouille couvrait au départ un rectangle de 4 m de longueur ouest-est sur 2 m de largeur, qui fut ensuite agrandi aux dimensions de la tombe, puis de 3 m vers le sud en raison de l’instabilité du remblai et des risques d’éboulement (opération C-88).

1 – Le remblai de la tombe (niveaux +110 à – 160)

4Le remblai de sable jaune homogène contient dès le début de la fouille des offrandes diverses (bols, encensoirs, perles de pierre verte, grise ou blanche, galets, etc.), dont le nombre ira en augmentant à mesure que l’on s’approchera du fond de la tombe. Mais il n’y a aucune rupture stratigraphique, et aucune différence notable entre les offrandes du haut et celles du bas du remblai : celui-ci doit être considéré comme entièrement protoclassique.

  • 1 Ichon 1977 : 38.

5Au niveau +86 est apparue contre le mur est une grande stèle lisse de schiste micacé, le monument 161. Haute de 2,20 m, sa base ne repose pas sur le fond de la tombe : au-dessous, deux au tres stèles plus petites avaient été placées comme elle contre la paroi. Ces stèles ont dû jouer un rôle dans les cérémonies marquant les étapes du comblement de la tombe, mais elles netaient évidemment plus visibles après la fermeture de celle-ci.

6Au niveau +50, à environ 1 m à l’est du sarcophage 3, on met au jour la partie supérieure d’un mur de pierres (tuf) sommairement entassées, mur orienté nord-sud et contre lequel s’appuyaient cinq grandes dalles de schiste, verticales à l’origine mais qui se sont inclinées vers l’est à mesure que le mur s’affaissait. A sa base, vers le niveau – 70, ce mur était doublé d’un deuxième mur tout aussi fruste donnant à l’ensemble une épaisseur de 70 cm. Il semble que les dalles verticales, longues de 1,60 m, étalent destinées à protéger la face ouest de la tombe ; il faut noter cependant que la base du mur contre lequel elles s’appuient n’atteint pas le sol de la tombe, et se trouve directement au-dessus du sarcophage N° 4 qui en occupe le fond. Comme on le voit, la disposition de ce mur, comme celle des stèles superposées contre la paroi ouest, excluent la possibilité que la tombe ait jamais été dotée d’un toit horizontal isolant du remblai l’intérieur de la chambre funéraire : c’est le sarcophage lui-même, avec son toit propre, qui remplit ce rôle en protégeant ses occupants, alors que les accompagnants et les offrandes disséminés tout autour ont été délibérément recouverts et écrasés par le remblai.

7Ce remblai sablonneux contient désormais de nombreuses pierres de tuf et de schiste grossièrement taillées. Les offrandes continuent : au niveau – 30, un bol tripode à supports mammiformes, de type Tupal Orange-Rouge simple, contient des galets de quartz et du charbon pour lequel deux datations C-14 ont été obtenues : 110 ± 95 ap. J.C. (Teledyne isotopes 1-10,014) et 320 ± 90 ap. J.C. (GIF-4228), cette dernière plus proche de ce que nous attendions pour le complexe Lillilá 3 auquel appartiennent le matériel du remblai et celui de la tombe elle-même. On trouve quelques ossements humains épars, à l’ouest sur les grandes dalles et à l’est près du mur vertical : maxillaires, dents, omoplate, métacarpiens, etc.

8Le niveau – 80 à – 100 (qui est aussi celui de la base de la stèle 16) est marqué par la présence de nombreuses poteries, entières mais brisées, parfois superposées : bols simples contenant des galets ou des os d’enfant, encensoirs, pichet tripode, et deux grandes urnes à couvercle-effigie représentant une divinité (solaire ?) peinte en rouge hématite (N° 215), et une divinité nocturne, le jaguar (N° 231, fig. 7 et 77ab) ; ces deux poteries servant de récipients contenaient, la première une grande lame d’obsidienne, cinq camahuiles, une perle de jade et un cristal de roche, la seconde un grand couteau d’obsidienne, deux perles et des os d’animaux (tortue, oiseau ?). On trouve à côté d’elles, pour la première fois, des ossements de jaguar et de puma (mandibule, dents), de grands coquillages gastéropodes ayant servi de trompes, des carapaces de tortue peintes en rouge et en vert, un bol de gypse, un disque d’ardoise sans doute incrusté de pyrite. Ces offrandes occupent surtout la partie est de la fouille ; dans la partie ouest, le remblai, moins dense, laisse deviner de profonds interstices entre les pierres entassées au-dessus du sarcophage, dont le bord apparaît à – 150.

Fig- 7 – rouille C-44. a/ avant la mise au jour du sarcophage 4. b/ urne-effigie 215. c/ urne 231.

2 – Le fond de la tombe (niveaux – 160 à – 250)

9La chambre funéraire, de forme à peu près rectangulaire (les murs opposés sont légèrement inégaux), mesure 3 x 3,80 m, grand axe nord-sud. Creusée dans le talpetate Jusqu’à 2,50 m de profondeur par rapport au niveau de la place, les parois naturelles ont été conservées sur deux côtés – nord et ouest – alors qu’elles étaient masquées sur les deux autres par un mur de maçonnerie recouvert d’un enduit d’argile, dont l’utilité n’est pas évidente : servait-il seulement à cacher les irrégularités de la paroi de talpetate (celui-ci peut présenter par endroits des poches sablonneuses instables) ? Sur la face sud cependant on voit que le mur s’appuie sur quatre marches d’un escalier descendant vers l’est (fig. 1 la), d’où nous avons supposé qu’il existait de ce côté une autre chambre (funéraire ?) contiguë à la première : mais un sondage effectué sur cette face n’a donné aucun résultat. L’escalier secondaire était peut-être seulement destiné à faciliter les opérations de creusement de la tombe.

10Il existe en effet un escalier principal permettant d’accèder à la tombe par sa face ouest ; large de 2,30 m, il devait avoir cinq ou six marches : seules les trois dernières ont été dégagées, celles du haut se trouvent à la verticale du sarcophage 3. L’escalier, avec ses deux rampes, est lui aussi taillé dans le talpetate.

Fig. 8 – Plan du fond de la tombe. a/ os humains et animaux. b/ poteries et objets lithiques.

11Le sol argileux du fond de la tombe est mélangé d’ocre rouge, pigment qui imprègne aussi la plupart des offrandes et des ossements. Le sarcophage lui-même était entièrement peint d’un rouge sombre qui n’a pas tardé à pâlir à la lumière du jour.

  • 2 ibid : 52-59.

12Le sarcophage 4, décrit et illustré dans notre publication de 19772, est un monolithe de tuf, de forme parallélépipédique, mesurant 108 x 180 cm et 90 cm de hauteur ; les parois extérieures sont entièrement sculptées en bas-relief. La paroi nord porte en outre un orifice apparemment destiné à l’écoulement d’un liquide contenu dans le sarcophage ; les quatre sarcophages mis au jour à La Lagunita présentent le même orifice, ce qui explique le nom de pila (réservoir) qui leur est donné localement.

13Le sarcophage 4 n’était pas doté d’un couvercle, comme on aurait pu s’y attendre, mais d’une sorte de toit à deux pentes fait de dalles de tuf appuyées les unes sur les autres comme un château de cartes. Il n’est pas étonnant que cet édifice se soit effondré sous le poids du remblai : deux dalles étaient encore en place, les autres, tombées à l’intérieur, comprimaient dans le fond du sarcophage, sur 20 cm d’épaisseur, ses occupants et le mobilier.

14Le sarcophage n’occupe pas le centre de la tombe : sa paroi sud n’est qu’à une soixantaine de cm du mur, et sa paroi ouest est encore plus proche de la dernière marche de l’escalier. Peut-être a-t-on voulu laisser, sur l’autre face, un plus grand espace pour les offrandes ? La plupart des poteries se trouvent en effet le long du mur est, au pied des stèles. Une autre explication est plus plausible : le caisson a pu être endommagé au cours de la descente de l’escalier et l’on aurait jugé plus sage de ne pas aggraver la fracture de la paroi ouest en le hâlant au centre de la tombe.

Les vestiges humains (fig. 8a)

15En dehors du sarcophage, dont nous décrirons plus loin le contenu, on trouve dans le fond de la tombe des ossements éparpillés ayant appartenu à plusieurs individus, adultes et enfants. La plupart sont réduits à un état pulvérulent par l’humidité et le poids du remblai ; il est certain néanmoins que ces individus ont péri de mort violente et que tous – sauf le N° 2, au nord du sarcophage – ont été plus ou moins désarticulés, coupés en morceaux, avant d’être jetés dans la tombe ou déposés en paquet dans les poteries.

16Seul en effet le squelette N° 2, est en connexion : enfant de moins de douze ans couché sur le ventre, la tête contre la paroi nord du sarcophage. Les offrandes associées sont un disque d’ardoise à incrustations de schiste sur les reins, un pichet tripode amputé de ses supports contre le crâne, et un collier de huit perles de jade de forme différente, sans doute porté par le mort.

  • 3 Ichon et Grignon 1983 : 69.

17Les autres squelettes sont tous incomplets, mélangés et dispersés, avec cependant quelques os longs en connexion, généralement ceux des jambes. Deux individus, les Nos 1 et 3, sont à peu près reconnaissables. Le premier a dû être précipité, tête en avant, dans l’escalier ; tibias et tarses sont encore en connexion, tandis que le reste du corps est dispersé dans le bas des marches, mandibule et dents contre la paroi ouest du sarcophage. L’individu, un adulte, portait un collier de 28 petites perles discoïdales noires et un ornement d’oreille en argile. Le squelette 3 est celui d’un adulte âgé dont les jambes, repliées et écartées “en grenouille”, rappellent la position du squelette protoclassique de Chirramos, un site fouillé par nous dans la vallé du Chixoy3. Du haut du corps ne subsistent que des vestiges des bras et la mandibule. On peut attribuer à cet individu le collier de 183 petites perles vertes “en grains de maïs” éparpillées entre les jambes.

Fig. 9 – La tombe C-44. a/ base du mur est avec le joug et les bols à offrandes. b/ offrandes écrasées dans l’angle sud-est. c/ le sarcophage 4.

Fig. 9 – La tombe C-44. a/ base du mur est avec le joug et les bols à offrandes. b/ offrandes écrasées dans l’angle sud-est. c/ le sarcophage 4.

18Dans l’angle nord-est de la tombe, les os sont assez abondants mais non en connexion et la plupart contenus dans les poteries alignées contre le mur est. Ils semblent appartenir à deux individus, un adulte et un enfant.

19C’est dans l’angle sud-est que l’on trouve la plus forte concentration d’ossements humains – une femme adulte, un individu de moins de seize ans – mélangés à des os d’animaux (tortue, ocelot), et contenus dans un grand bassin de type Rabolio Encensoir Simple. L’une des jambes de l’enfant est en connexion ; il y a encore d’autres os longs d’adulte, certains articulés, sous plusieurs grandes poteries – bassins et encensoirs – près de l’angle sud-est du sarcophage. Enfin au sud de celui-ci et dans l’angle sud-ouest de la tombe, les os d’un adulte jeune et ceux d’un tout petit enfant, en partie contenus dans deux bols finement décorés.

20On comprend que le traitement subi par les occupants de la tombe, peut-être sacrifiés par écartèlement, et l’état actuel des ossements rendent difficile une estimation précise du nombre et de l’âge de ces “accompagnants”, qui devaient être six à huit : un tout jeune enfant (deux ans environ), un ou deux enfants, un ou deux adolescents ou adultes jeunes, et trois adultes (dont un âgé) plus ou moins complets. Quant à leur position sociale, on peut noter que dans deux cas au moins – les individus 1, 2 et peut-être 3, qui sont aussi les moins malmenés – ils portaient des objets de parure en pierre semi-précieuse, ce qui indiquerait un statut relativement élevé.

Les offrandes (fig. 8b)

21Elles comprennent essentiellement des poteries – 38 au total, sans compter les quelque 50 poteries trouvées dans le remblai – mais aussi des ossements d’animaux, des coquillages et de nombreux objets de pierre : metate et molette (rares, et uniquement dans l’angle nord-est), joug de basalte, galets de quartz, obsidienne, disques d’ardoise à incrustations, camahuiles, ornements d’oreille, perles et pendentifs divers. Pour le relevé exact de ces objets et des squelettes, un quadrillage métrique a été appliqué dans le fond de la tombe ; chaque objet est ainsi désigné par son carré – une lettre de A à C et un chiffre de 1 à 4 – et par un numéro d’ordre.

Les poteries

22La plupart sont des poteries assez frustes utilisées comme récipients : bols à offrandes à base plane ou tripodes, grands bassins, encensoirs simples ou à piédestal (sans effigie). Certaines sont plus élaborées, comme les vases cylindriques tripodes à panneaux décorés par impressions digitales (fig. 81d). Une vingtaine de ces poteries, parfois superposées, et alignées contre la paroi est de la tombe, contiennent des os, des objets de parure, parfois du charbon.

23Cinq poteries seulement peuvent être considérées comme très élaborées ; il est remarquable qu’elles se trouvent toutes contre le sarcophage. Ce sont : le pichet tripode du squelette 2 au nord ; un bol tripode orange à supports parallélépipédiques et rebord basal crénelé, à l’est ; un petit vase en forme de tortue (ou de crapaud ?) à décor négatif contre l’angle sud-est ; enfin, près de l’angle sud-ouest du sarcophage, un bol orange à fin décor incisé et excisé représentant deux singes, et un bol polychrome à base annulaire probablement importé du Petén (fig. 78a et 79).

24Ces poteries seront étudiées dans un autre chapitre ; je décrirai seulement ici trois ensembles caractéristiques :

  • au pied de la stèle appuyée contre la paroi est, six poteries superposées recouvrent un bol contenant cinq statuettes de pierre (camahuiles) et 138 objets de parure : ornements d’oreille, perles, pendentifs.

  • dans l’angle sud-est, deux jarres rouges à quatre anses et panse décorée de pastilles ponctuées ; l’une est pleine d’hématite spéculaire (fig. 81b).

  • contre le mur sud, le grand bassin A-4/10, tripode celui-ci, empli de galets de quartz (fig. 9b et 76b).

25L’inventaire des poteries montre une certaine tendance à la distribution par paires, moins nette cependant que dans la grotte artificielle, comme nous le verrons plus loin : il y a, par exemple, deux jarres rouges, deux grands bassins, les six encensoirs à piédestal, deux vases tripodes à panneaux décorés contre le mur est, etc.

26La céramique du fond de la tombe, comme celle du remblai, date du Protoclassique, plus précisément sans doute de la dernière phase de cette période : M.C. Arnauld l’attribue au complexe Lilillâ 3. L’analyse du charbon contenu dans un bol fruste contre la paroi sud a donné une date : 470 ± 90 ap. J.C. (GIF-4229) qui semble nettement trop tardive, puisque la phase correspondant à Lilillá 3 couvrirait, environ un demi-siècle, de 300 à 350 ap. J.C.

27En dehors des poteries, les objets d’argile sont rares : quatre ornements d’oreille, et quelques disques destinés à supporter une mosaïque de schiste ou de pyrite (ces disques sont pour la plupart en ardoise).

Fig. 10 – Offrandes de la tombe C-44. a et b/ spondyles taillés. c/ valve de coquillage gravée. d/ élément de collier en calcaire cristallin. e/ camahuil. f/ statuette d’argile zoomorphe.

Les ossements d’animaux

28Parfois difficiles à distinguer des ossements humains avec lesquels ils sont mélangés. Mis à part quelques os d’oiseaux utilisés comme aliments ou pour leur plumage et généralement déposés dans des poteries, quelques vestiges de lapin, de chien ou de coyote, les principales espèces représentées sont la tortue et, parmi les félidés, le jaguar, le puma et l’ocelot.

29Les carapaces de tortue d’assez grande taille – Pseudemys scripta – sont en général entières mais écrasées dans le remblai. Les deux premières ont été mises au jour dans le remblai, près de l’urne-jaguar ; elles étaient peintes en rouge et vert. Dans le fond de la tombe, il y en avait au moins six, dont quatre contre les parois ouest, sud et est du sarcophage ; certaines sont peintes et perforées près du bord. Des fragments de carapace ont aussi été trouvés dans plusieurs poteries, en particulier dans les deux bassins de l’angle sud-est.

30Le jaguar et le puma sont représentés par deux mandibules dans le remblai et deux dans le fond de la tombe près du squelette 3, plus quatre canines isolées ; l’unique crâne de jaguar sera trouvé dans le sarcophage. Il y a aussi une mandibule d’ocelot dans le bassin A-4/3.

Les coquillages

31Ces offrandes sont de deux sortes : les strombes, grands gastéropodes marins qui devaient servir de trompes, et les petits coquillages gastéropodes ou bivalves façonnés en objets de parure.

32Deux strombes proviennent du remblai : l’une à proximité de l’urne à effigie 215, l’autre sur le bord du sarcophage. Les quatre strombes du fond étaient groupées au pied de la stèle. Ces coquillages ont une extrémité sciée pour servir d’embouchure ; l’autre est perforée, de même parfois que le bord, régularisé au préalable ; de plus, les nodosités sont soulignées par des incisions circulaires. Un exemplaire porte des traces de peinture rouge et jaune.

33Ces coquillages sont des Pleuroploca gigantea provenant de l’Atlantique.

34Les objets de parure en coquillage sont peu nombreux. Les gastéropodes Oliva, sciés et perforés pour servir de pendentifs, semblent aller par paires : une dans le remblai, l’autre (avec des traces de peinture verte) dans le fond de la tombe.

35L’angle sud-ouest de la tombe a livré un ensemble d’objets façonnés dans une valve entière et neuf fragments taillés en pendentifs, un bord de valve taillée et incisée pour représenter un oiseau (?), et deux valves découpées en silhouettes : l’une représente un animal à longue queue et long museau, qui paraît porter un objet à sa bouche, l’autre une tête d’animal à museau retroussé (fig. 10b).

Fig. 10 – g/ disques de tut portant des traces de feu.

36Enfin, on a trouvé dans le remblai de la fouille C-88, au sud de la tombe, une valve presque parfaitement ronde, de 7 cm de diamètre, dont l’intérieur est finement travaillé pour représenter, en bas-relief, le profil d’un personnage, un genou en terre, le buste penché en avant ; de l’avant-bras replié pend une sorte de bande à extrémité bifide (fig. 10c).

Les objets de pierre

37Les quelques objets d’utilisation domestique ont tous été trouvés dans le remblai : trois metates, dont un tripode, une molette et une hache de schiste. Tous les autres, provenant du remblai ou du fond de la tombe, sont des objets de parure ou utilisés dans un contexte rituel.

38Les offrandes de galets de quartz sont caractéristiques du Protoclassique à La Lagunita. Plusieurs bols, en contenant un nombre variable, proviennent du remblai, un seul du fond de la tombe ; le bassin A-4/10, déjà mentionné, contenait 32 galets irréguliers, ainsi que des fragments de carapace de tortue et des perles.

39Les deux disques de tuf épais trouvés dans le remblai (fig. 10g) sont énigmatiques : l’une des faces est légèrement bombée, l’autre plane et présentant des traces de feu ; ils sont de plus tachés de rouge hématite. Les diamètres sont voisins de 13 cm, l’épaisseur de 5 à 6 cm. Deux autres fragments de disques identiques proviennent du fond de la tombe. Ces objets, qui vont donc eux aussi par paire, pourraient être des sortes de petits autels portatifs, mais le fait que seule la face plane soit bien finie et brûlée rend cette explication peu satisfaisante.

40L’objet dont la présence est la plus surprenante (on admet généralement que cet accessoire du jeu de balle n’apparaît qu’à une date plus tardive) est le joug de basalte appuyé contre le mur est, près du pied de la stèle ; sa base ne repose pas sur le sol de la tombe mais une vingtaine de cm plus haut. En forme de fer à cheval, non décoré mais parfaitement poli, il porte des traces d’hématite.

Fig. 11 – Tombe C-44. a/le sarcophage 4. b/bas-relief de la paroi ouest et offrandes. c/ l’urne-efflgie P-10. d/ l’urne P-20.

41L’obsidienne est relativement peu abondante dans l’ensemble de la fouille ; il s’agit toujours de l’obsidienne noire translucide provenant soit d’El Chayal, soit de Pachay (San Martin Jilotepeque), le gisement le plus proche. Nous avons vu que les deux urnes à effigie du niveau – 100 contiennent chacune un grand couteau d’obsidienne, long d’environ 20 cm. Des pièces semblables proviennent du fond de la tombe – deux près du squelette 3 – et du bord du sarcophage. Pour le reste, il s’agit de lames plus petites ou d’éclats dans les poteries. L’un des bols au pied de la stèle contenait quinze lames translucides (dont six très irrégulières) ; plus haut dans le remblai, collé à la stèle 16, un petit bol noir contenait 21 éclats.

42La fouille C-44 a livré une vingtaine de camahuiles, la plupart contenus dans des poteries : il y en avait cinq dans l’urne à effigie 215, deux dans une jarre commune et six dans le bol placé au pied de la stèle, dans le fond de la tombe.

Fig. 12 – L’intérieur du sarcophage 4. a/ reconstitution des squelettes avec les deux urnes : 1-squelette supérieur. 2-cráne aux dents vertes. 3-mandibules perforées. 4-calotte cránienne taillée et perforée. 5-os surnuméraires. 6-cráne et mandibule de jaguar. 7-urne P-20. 8-urne P-10. b/ lithique : 1 –masque de jadéite. 2-pendentif de schiste. 3-pierre naturelle portant des traces vertes et rouges. 4-pendentifs de gypse. c/ pierre et coquillage.

  • 4 Kidder, Jennings et Shook 1946 : 126 ; Smith et Kidder 1951 : 44-50.

43Les disques d’ardoise ou d’argile à incrustations de pyrite ont été décrits en détail pour les sites de Kaminaljuyu et de Nebaj4. A La Lagunita, ils sont peu nombreux dans le remblai – une demi-douzaine-mais tapissent littéralement le fond de la tombe, où nous en avons compté au moins cinquante, la plupart en très mauvais état par suite de la fragilité de l’ardoise et de la décomposition de la pyrite ou de la marcasite donnant une poudre jaune (jarosite). Le disque est parfois formé de deux segments raccordés par leur bord biseauté ; il y a généralement deux groupes de deux perforations diamétralement opposées, près du bord. Le diamètre moyen est de 12 à 15 cm ; l’une des faces est souvent stuquée et peinte en rouge, tandis que l’autre garde des traces de l’enduit résineux qui maintenait la mosaïque. Une originalité des disques de La Lagunita est que celle-ci était souvent faite de petits polyèdres de schiste, bien que la pyrite (ou la marcasite) ait aussi été utilisée, parfois sur la même plaque.

44L’ardoise a aussi servi à la fabrication d’ornements élaborés : pendentif rectangulaire, ou en fer à cheval, ou en forme de petite roue ajourée (fig. 15b) dont une face devait porter elle aussi une mosaïque.

45Les objets de parure en pierre du remblai et du fond de la tombe, bien qu’abondants – près de 500 au total – sont de qualité inférieure, peu élaborés ou incomplets : les plus beaux se trouvaient dans le sarcophage.

  • 5 Le type A de Mirambell 1968 : 67.

46Les ornements d’oreille, qu’ils soient d’argile ou de jadéite, sont tous dans le fond. De forme simple5, en pavillons tronconiques rarements décorés (dans un cas de quatre encoches, dans un autre de deux perforations), cinq des sept exemplaires de jadéite étalent contenus dans le bol à offrande placé au pied de la stèle.

47Les pendentifs, peu nombreux et de forme simple, sont de jade, de serpentine ou de talc. A noter une pièce exceptionnelle, de calcaire cristallin, pectoral plutôt que pendentif, dont le décor incisé représente une tête humaine stylisée vue de face (fig. 10e), dans le remblai de C-88. Le même matériau, le gypse ou l’albâtre, ont été utilisés pour une autre perle à décor zoomorphe, incomplète, et pour trois petits bols (dont deux très fragmentaires) à bord peint en rouge.

48Les “perles” (éléments de collier) sont abondantes dans le remblai, où elles étalent jetées isolément comme offrandes au fur et à mesure du comblement de la tombe ; les seuls colliers qui ont pu être reconstitués se trouvaient dans le fond, associés aux squelettes 1, 2 et peut-être 3. De plus, 117 perles diverses étalent contenues dans le bol A-2/34.

49Ces perles sont extrêmement variées, tant par leur forme que par la pierre utilisée : jadéite, zoïsite, serpentine, quartzite, calcaire cristallin, grès micacé, calcite, stéatite. La couleur va du noir au blanc, en passant par le vert et le brun ; la dureté de 1 (stéatite) à 7 (jadéite). Souvent irrégulières, c’est la forme discoïdale qui est la plus commune ; la forme sphérique est rare. Les petites perles d’un vert micacé “en grains de maïs” son sphériques mais présentent deux facettes qui facilitent la perforation et permettent aux éléments voisins du collier de s’adapter par leurs facettes comme les grains d’un épi.

  • 6 Ichon 1977 : 42.

50Signalons enfin que le fragment de stèle N° 196 a été découvert dans la partie haute du mur sud de la tombe, ce qui date cette sculpture de la phase IV, antérieure aux sarcophages sculptés.

3 – L’intérieur du sarcophage4

51Nous avons vu que le contenu du sarcophage a été comprimé dans le fond par les pierres provenant du toit et le poids du remblai. La hauteur intérieure du caisson étant de 64 cm, les premières offrandes n’apparaissent qu’à 40 cm de profondeur dans la partie nord, tandis que la partie sud est encore encombrée de dalles de schiste et de tuf en désordre : il s’agit d’une grande urne à couvercle-effigie représentant un jaguar, couchée et dont la tête s’est détachée (fig. 11c). Cette urne, P-10, contient un galet de quartz, trois grandes lames d’obsidienne noire, une pointe biface de silex blanc, quelques petits coquillages gastéropodes, deux fragments osseux provenant d’un crâne de jaguar, et un cylindre d’os. On distingue d’autres objets d’obsidienne, de coquillage, ainsi que des morceaux de carapace de tortue peints en vert, dans le même angle nord-est du sarcophage.

52C’est à 50 cm de profondeur, les dernières pierres ayant été enlevées, que nous mettons au jour les vestiges presque complètement désintégrés d’un premier squelette : l’individu N° 1 était enterré en decubitus dorsal, la tête au sud à 20 cm de la paroi. Les bras sont légèrement pliés, mains sur le ventre.

53Le squelette N° 1 était exactement superposé au squelette N° 2 déposé avant lui dans le fond du sarcophage, dans la même position. Les corps étant trop longs pour le caisson, il fallait replier les jambes soit sur la côté, soit ouvertes “en grenouille”. Autant que l’état pulvérulent des os et l’étroite superposition des deux squelettes permette d’en juger, c’est cette deuxième solution qui a été choisie, peut-être d’ailleurs pour des raisons non uniquement matérielles : la position écartelée nous rappelle celle de l’accompagnant N° 3 et celle de l’occupant de la sépulture de Chirramos. Le crâne du squelette 2, appuyé sur le côté droit, était partiellement peint en rouge, pigment qui provient peut-être du fond du sarcophage contre lequel il a été écrasé.

54Outre ces deux squelettes, qui sont évidemment ceux des principaux occupants de la tombe, le sarcophage contient des ossements humains non en connexion appartenant à un troisième individu, peut-être un accompagnant sacrifié : quelques os longs dans l’angle nord-est et, sur le ventre du personnage 1, un crâne isolé, pulvérisé par la dalle qui le recouvrait : nous n’avons trouvé que son empreinte sur la pierre et quelques dents enduites de couleur verte.

55Les autres vestiges humains sont de nature différente : une calotte crânienne découpée et perforée occupant l’angle nord-est du caisson ; et plusieurs mandibules – au moins trois – plus ou moins complètes, dont les branches sont également perforées, l’une sur l’avant-bras gauche, les autres entre les jambes des squelettes (cf. en annexe 5 l’étude anthropologique de ces ossements). Les mandibules devaient être utilisées comme pectoraux ou pendentifs, tandis que la calotte crânienne, portant au moins six perforations, pouvait servir de masque ; la partie Inférieure était peinte en rouge. Ces vestiges sont les témoins d’un culte des crânes dont une illustration pourrait être trouvée sur le bas-relief de la face ouest du sarcophage : chacun des personnages porte à sa ceinture une tête humaine (dont, il est vrai, les yeux sont ouverts).

Fig. 13 – Contenu du sarcophage. a/ pendentifs et ornements d’oreille. b/ perles de jadéite. c/ perle zoomorphe. d/ pendentif de talc vert. e/ perle de calcaire micacé. motif zoomorphe double. f/ formation naturelle portant des traces de pigments rouge et vert.

56Les offrandes du sarcophage – 160 objets au total – sont nombreuses et en général d’une qualité supérieure à celle des offrandes du reste de la tombe.

57Les ossements d’animaux, hormis une mandibule (de sarigue ?), appartiennent ici encore à deux espèces : jaguar et tortue. La première est représentée par un crâne complet, avec sa mandibule, entre la paroi sud et les crânes humains ; lui sont associés plusieurs objets de jadéite (perles, ornements d’oreille) et un coquillage taillé ; la seconde par une carapace au centre et des fragments stuqués et peints en vert dans l’angle nord-est.

  • 1 Il a fallu tout le talent du restaurateur du Museo Naclonal, Rodolfo Yaquian, pour la reconstituer.

58Les seuls objets de céramique sont deux urnes à couvercle-effigie occupant les angles nord-est et sud-ouest, et deux ornements d’oreille vers le centre, près du crâne 3. Nous avons déjà mentionné l’urne nord-est (P-10), dont le style est très différent de celui de Fume-jaguar mise au jour dans le remblai ; elle était intacte. La seconde (P-20, fig. 1 Id), complètement écrasée,1 d’une argile brun-rouge bien polie mais à peine cuite, représente un personnage assis en tailleur, les mains écartées dans un geste d’offrande, les yeux clos, la bouche entrouverte découvrant les incisives centrales supérieures ; portrait réaliste d’un mort – le personnage principal de la tombe ? – portant une sorte de coiffe rectangulaire ornée d’un motif incisé en double volute. L’urne contenait deux camahuiles et divers ornements de jade et de calcaire cristallin.

59Galets de quartz et camahuiles sont peu nombreux : quatre gros galets seulement, dont un dans l’urne-jaguar, tous portant des traces de feu ou de rouge hématite ; et quatre camahuiles de schiste, deux dans l’urne P-20 et deux sur la jambe du squelette 1.

60L’obsidienne noire translucide est représentée par une très fine lame prismatique (P-7), étroite et longue (14,7 cm sans la pointe), et par onze couteaux, macrolames à bulbe retouché et écaillures d’utilisation, dont la longueur va de 14,4 à 18,6 cm. Ils sont surtout dans les angles (deux au sud-ouest, sept au nord-est dont un dans Fume-jaguar), près du coude gauche et au pied du squelette 1.

61Deux pointes bifaces sont en obsidienne verte translucide, provenant sans doute de Pachuca au Mexique : l’une en feuille de laurier, longue de 14,4 cm, l’autre plus fruste, triangulaire à pédoncule et ailerons.

  • 2 Il s’agit peut-être d’obsidienne rouge provenant elle aussi du Mexique.

62Enfin deux pointes bifaces ont utilisé du silex : silex brun-rouge pour P-812, de forme triangulaire à ailerons (le pédoncule manque), silex blanc translucide pour P-158, dans l’urne-jaguar.

63Les objets de parure en ardoise comprennent des disques, des plaquettes rectangulaires et un pendentif plus élaboré. Il y a cinq disques, dont deux de dimensions normales au nord (diamètre : environ 13 cm) et vers le centre, trois disques beaucoup plus petits (4 à 5 cm), mais eux aussi perforés et supportant sans doute une mosaïque de schiste ou de pyrite.

64Près de la jambe du squelette 2, un collier de treize plaquettes à deux perforations, portant encore sur une face des résidus de résine prouvant qu’elles étaient incrustées comme les disques. Un quatorzième élément a été trouvé près de la paroi sud.

65Le pendentif mis au jour près de la mandibule du squelette 1 devait comprendre un disque ajouré en forme de roue (d = 11 cm) et un anneau central auquel s’adaptaient trois ou quatre éléments triangulaires ; l’ensemble est malheureusement trop fragmentaire pour pouvoir être reconstitué.

Fig. 14 – Masque de jadéite du sarcophage.

66Beaucoup des objets de pierre sont en jadéite de belle qualité et finement travaillée. Nous avons compté 71 perles, 10 pendentifs et 8 ornements d’oreille, plus 3 objets divers. Leur répartition semble peu significative, avec cependant deux concentrations de perles, dont une est certainement un collier porté par l’individu N° 2, l’autre se trouvant plus au nord, près du crâne 3. Les ornements d’oreille, bien que de même type (fig. 13a) ne constituent pas de paires et sont d’ailleurs loin des crânes. Parmi les objets décorés, citons quatre pendentifs de pierre verte – jadéite ou talc – représentant des têtes humaines ou des animaux (fig. 13bc). Quelques beaux exemplaires de perles de jadéite sont illustrés dans la fig. 13b ; la plus grande, tubulaire, mesure 7,4 cm. Deux autres, en calcaire cristallin, étaient contenues dans l’urne P-20 ; le motif, peu lisible sur l’exemplaire incomplet, représente sur le second deux têtes accolées, l’une de serpent, l’autre d’un oiseau à gros bec, peut-être un perroquet ou un ara (guacamayo).

67Dans les “divers lithiques”, nous avons classé : une vingtaine de minuscules plaques de jadéite, de formes géométriques, la plupart groupées dans le bas de la colonne vertébrale du squelette 1 (ce sont sans doute des éléments de mosaïque) ; une énorme “perle” de jadéite, oblongue, bien polie et perforée longitudinalement, qui devait être l’élément central d’un collier (ses dimensions sont exceptionnelles : 9,2 cm de longueur et 5 cm de diamètre ; son poids est considérable) ; enfin un beau masque humain, de jadéite (P-28) portant une collerette à trois perforations ; cet objet se trouvait à peu près au centre du sarcophage à hauteur de la hanche gauche du squelette 1 et partiellement recouvert par le crâne 3.

68Les objets de coquillage, quatorze au total, sont par contre de qualité inférieure à ceux trouvés aux alentours du sarcophage ; ce sont des valves taillées et perforées, ou découpées en forme de rondelles. Il y a aussi deux ensembles de petits gastéropodes, dont un dans l’urne-jaguar ; la densité de ces objets de coquillage est d’ailleurs nettement plus forte dans l’angle nord-est.

69Les objets en os ne sont représentés que par le tube taillé dans une diaphyse d’os long d’animal, dans l’urne-jaguar, et par une plaquette oblongue percée de quatre trous et à bord crénelé, tachée de rouge vif. Enfin les objets divers comprennent : un nodule irrégulier, formation naturelle d’une pierre non identifiée, portant des taches (artificielles) de pigments rouge et vert ; un petit dépôt de cinabre contre le fémur du squelette 2 et plusieurs fragments de pyrite collés dans le fond du sarcophage (il y a un peu partout des traces de ce minéral décomposé en jarosite jaune).

Fig. 15 — Offrandes du sarcophage et du remblai de la tombe. a/ bol de gypse. b. c/ pendentifs d’ardoise. d/ perle de calcaire micacé. a/ perle de jadéite. f. g/
pendentifs de jadeite.

Conclusions sur la tombe C-44

70La tombe C-44 a été aménagée sur la face ouest de la pyramide A-7d à la fin de la phase IV, c’est-à-dire vers 300 ap. J.C. ; sa mise en place a coïncidé avec l’agrandissement de la pyramide antérieure et la construction de la pyramide A-7e dotée d’une avancée vers la place, véritable “bloc funéraire” qui allait désormais abriter les sarcophages des gouvernants. La chambre souterraine, creusée dans le talpetate, a été immédiatement occupée : dans le sarcophage sculpté et peint en rouge (laissé pour quelque raison obscure au pied même de l’escalier d’accès), ont été inhumées, l’une directement sur l’autre, deux personnes adultes, dont l’importance est soulignée par les bas-reliefs du sarcophage – qui les représentent peut-être au cours de différentes activités rituelles –, par la richesse des offrandes, et par le nombre des accompagnants sacrifiés à cette occasion – de six à huit – dont les corps mutilés ont été précipités tout autour du sarcophage. Ces deux personnages étaient sans nul doute les dirigeants de La Lagunita ; l’état des ossements ne permet malheureusement pas d’en savoir plus sur leur âge (il s’agirait semble-t-il d’adultes jeunes), leur sexe, ni d’appuyer l’hypothèse d’un couple royal, ou celle de deux gouvernants, dont le décès aurait dû être simultané. Nous avons interprété les deux urnes placées dans le sarcophage comme la représentation de l’un des défunts, près de la tête de ce dernier, et celle d’une déité infernale incarnée par le jaguar, à ses pieds. Ces poteries sont à rapprocher des deux urnes à effigie mises au jour dans le remblai, qui représentent probablement le même jaguar en tant que divinité du monde inférieur, et une déité solaire – dont l’incarnation terrestre serait précisément le dirigeant défunt –. Il faut noter de plus l’omniprésence d’un culte à deux espèces animales : la tortue et le Jaguar. Si le sens mythique de ce dernier est connu, celui de la tortue est moins évident : déité chtonienne, symbole de la terre en tant que niveau inférieur du monde aérien supportant les douze autres dans la cosmologie maya, donc opposé à, et complémentaire des neuf strates de l’inframonde gouverné par le jaguar. Mais elle peut aussi symboliser l’eau.

71Une fois achevées les cérémonies des funérailles et le sarcophage recouvert de son toit à double pente (permanence dans l’au-delà de la demeure terrestre ?), on a procédé au comblement de la tombe, après avoir dressé contre la paroi est une stèle lisse au pied de laquelle devaient avoir lieu des sacrifices, et en continuant à mêler au remblai des offrandes diverses : encensoirs, bols à galets, coquillages, perles. Une étape de cette opération est marquée, au niveau – 100, par l’érection de la plus grande stèle (le monument 16) et le dépôt d’offrandes particulièrement nombreuses et importantes, dont les deux urnes à effigie et les carapaces de tortues peintes. Une fois terminé le remblaiement, la tombe est définitivement recouverte par l’avancée supportant l’escalier de la pyramide – qu’il faudra rouvrir à deux reprises pour y introduire les sarcophages des deux dirigeants ultérieurs –. Mais le faste de cette première inhumation ne sera jamais égalé.

72Pour déterminer l’âge de la tombe, les trois datations C-14 dont nous disposons : 110, 320 et 470 ap. J.C., donnent une moyenne de 300 ap. J.C. qui correspond bien à la durée – de 300 à 350 ap. J.C. – que nous avons attribuée à la troisième sous-phase du Protoclassique, caractérisée par le complexe céramique Lilillâ 3. L’étude détaillée du matériel contenu dans le remblai et des poteries entières confirmera que ce Protoclassique tardif est une période de transition, au cours de laquelle les types du complexe Lilillá vont faire place peu à peu à des types nouveaux (vases cylindriques tripodes, pichets, décor négatif complexe, décor polychrome...) révélant des Influences extérieures très différentes de celles qui ont marqué, deux siècles plus tôt, la fin du Préclassique et le début du Protoclassique dans notre région. La découverte de la grotte artificielle creusée au centre de la place cérémonielle et des 300 poteries qu’elle contenait, allait nous permettre de préciser cette évolution.

Notes

1 Ichon 1977 : 38.

2 ibid : 52-59.

3 Ichon et Grignon 1983 : 69.

4 Kidder, Jennings et Shook 1946 : 126 ; Smith et Kidder 1951 : 44-50.

5 Le type A de Mirambell 1968 : 67.

6 Ichon 1977 : 42.

Notes de fin

1 Il a fallu tout le talent du restaurateur du Museo Naclonal, Rodolfo Yaquian, pour la reconstituer.

2 Il s’agit peut-être d’obsidienne rouge provenant elle aussi du Mexique.

Table des illustrations

Titre Fig. 6 – Profil ouest-est de la fouille C-44.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7668/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7668/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7668/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig- 7 – rouille C-44. a/ avant la mise au jour du sarcophage 4. b/ urne-effigie 215. c/ urne 231.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7668/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7668/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 8 – Plan du fond de la tombe. a/ os humains et animaux. b/ poteries et objets lithiques.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7668/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Fig. 9 – La tombe C-44. a/ base du mur est avec le joug et les bols à offrandes. b/ offrandes écrasées dans l’angle sud-est. c/ le sarcophage 4.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7668/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7668/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7668/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Fig. 10 – Offrandes de la tombe C-44. a et b/ spondyles taillés. c/ valve de coquillage gravée. d/ élément de collier en calcaire cristallin. e/ camahuil. f/ statuette d’argile zoomorphe.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7668/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Légende Fig. 10 – g/ disques de tut portant des traces de feu.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7668/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 11 – Tombe C-44. a/le sarcophage 4. b/bas-relief de la paroi ouest et offrandes. c/ l’urne-efflgie P-10. d/ l’urne P-20.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7668/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7668/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Fig. 12 – L’intérieur du sarcophage 4. a/ reconstitution des squelettes avec les deux urnes : 1-squelette supérieur. 2-cráne aux dents vertes. 3-mandibules perforées. 4-calotte cránienne taillée et perforée. 5-os surnuméraires. 6-cráne et mandibule de jaguar. 7-urne P-20. 8-urne P-10. b/ lithique : 1 –masque de jadéite. 2-pendentif de schiste. 3-pierre naturelle portant des traces vertes et rouges. 4-pendentifs de gypse. c/ pierre et coquillage.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7668/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Fig. 13 – Contenu du sarcophage. a/ pendentifs et ornements d’oreille. b/ perles de jadéite. c/ perle zoomorphe. d/ pendentif de talc vert. e/ perle de calcaire micacé. motif zoomorphe double. f/ formation naturelle portant des traces de pigments rouge et vert.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7668/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende Fig. 14 – Masque de jadéite du sarcophage.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7668/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Fig. 15 — Offrandes du sarcophage et du remblai de la tombe. a/ bol de gypse. b. c/ pendentifs d’ardoise. d/ perle de calcaire micacé. a/ perle de jadéite. f. g/pendentifs de jadeite.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7668/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search