Version classiqueVersion mobile

Le Protoclassique à La Lagunita

 | 
Alain Ichon
, 
Marie Charlotte Arnauld

1ère Partie. La fouille du groupe A de La Lagunita (période protoclassique)

Chapitre I. Fouille centrale de la pyramide A-7

Alain Ichon

Texte intégral

Fig. 1 — Début de la fouille de la pyramide A-7.

  • 1 Ichon 1977 : 5-7 ; Ichon et Viel 1984 : 27-28.
  • 2 ibid : 53-116. Deux datations C-14 sont venues confirmer cette séquence : 640 ± 90 av. J.C. (GIF-62 (...)

1Je ne reviendrai pas sur la description générale du groupe A de La Lagunita qui a été faite dans nos publications antérieures1. Le centre cérémoniel proprement dit est constitué des quatre grandes pyramides A-5, A-6, A-7 et A-10 disposées en croix autour d’une étroite place centrale. La str. A-6, à l’ouest, a donné une bonne séquence stratigraphique permettant à R. Viel de définir les complexes céramiques Santizo (Préclassique moyen) et Noguta (Préclassique tardif)2 ; il était important de chercher à prolonger cette séquence jusqu’au Classique ancien et de définir un complexe de transition protoclassique grâce aux résultats inespérés de nos fouilles au centre de la place et dans la pyramide A-7.

  • 3 Ichon 1977 : fig. 2. Cette reconstitution est en partie hypothétique.

2La str. A-7 limite à l’est la place centrale du groupe A, face à la str. A-6 qui a sensiblement les mêmes dimensions et la même orientation : 9° à l’est du nord magnétique ; mais elle est moins haute : 8,32 m au lieu de 10,50 m. Dans sa dernière phase de construction3, à la fin du Protoclassique ou au début du Classique vers 300-400 ap. J.C., la substructure de la pyramide était constituée de trois corps superposés, hauts d’environ 2 m et fortement inclinés en talus ; le plus haut supportait un dernier gradin à murs de soutènement verticaux, qui devait lui-même supporter un temple, peut-être fait de matériaux périssables. Les murs de maçonnerie sont construits assez grossièrement de blocs de tuf et de schiste plus ou moins bien équarris, avec quelques galets de quartz, liés par de l’argile ; le revêtement extérieur d’argile, s’il existait, a disparu. Contrairement aux constructions postclassiques, ces murs inclinés à 75 ou 80° ne se terminent pas en un panneau vertical (comparable au tablero mexicain) ; ils diffèrent aussi des gradins entièrement verticaux du Classique tardif. C’est là, semble-t-il, un trait caractéristique de l’architecture protoclassique.

  • 1 Et non 50 x 31, comme nous l’avons écrit par erreur dans notre publication de 1984 (p. 17).

3La substructure rectangulaire de 38,60 x 26 m1, était dotée d’une plate-forme en saillie de 4,30 m sur la place ; ce “bloc”, qui devait aussi exister sur la pyramide A-6 (il aurait été détruit après la visite de A. L. Smith, qui le mentionne sur son plan de 1955 : fig. 90) avait une double fonction : supporter l’escalier principal (seules les deux marches du bas étaient conservées) et abriter les tombes des principaux dirigeants de La Lagunita. Nous avons supposé que cette avancée atteignait le niveau du deuxième gradin, mais elle ne dépassait peut-être pas le premier ; l’existence des deux volées de l’escalier est aussi douteuse. Ces incertitudes sont dues à l’état désastreux dans lequel nous avons trouvé la pyramide A-7 (comme la plupart des autres structures du groupe A) : les fouilles clandestines avaient pratiquement détruit la face ouest, la plus importante puis qu’elle supportait l’escalier et abritait les tombes, ainsi que le sommet de la pyramide, rendant assez aléatoire la reconstitution des phases successives de construction.

4La fouille de la str. A-7 a duré quatre mois, de décembre 1976 à avril 1977, et comporté deux opérations : l’une, C-43, confiée à Patricia Carot, au centre de la substructure, destinée à mettre au jour les niveaux stratigraphiques en partant du sommet jusqu’au sol stérile, 9 m plus bas ; l’autre, C-44, sur la face ouest du monticule, correspondant grosso modo à l’avancée, dans l’espoir de dégager le sarcophage réenterré en 1972 à la suite de notre première visite sur le site, et peut-être de découvrir plus bas une tombe non encore pillée. Les résultats de ces fouilles devaient être ultérieurement confirmés et précisés par l’étude du matériel céramique confiée à M.C. Arnauld.

5L’opération C-43, entreprise après le nettoyage laborieux de l’énorme cavité laissée béante par les fouilleurs clandestins au sommet de la pyramide, a consisté en une fouille centrale de 3 x 5 m, ensuite élargie d’autant vers l’ouest pour rechercher les vestiges des escaliers (opération C-47). Compte tenu des déprédations, la fouille stratigraphique centrale n’a pu débuter qu’au niveau + 5,20, trois mètres environ au-dessous du sommet ; cependant l’une des parois de la fouille clandestine permet de compléter de façon satisfaisante la stratigraphie de cette partie supérieure.

6Le puits central, plus étroit dans sa partie inférieure, a été abaissé jusqu’au niveau – 120, la couche stérile étant atteinte à – 16 et le talpetate à – 80. La coupe stratigraphique porte donc sur une hauteur totale de 8,46 m. La fouille de la partie ouest (C-47) a été arrêtée par contre à + 300, niveau approximatif de la première plate-forme préclassique.

7Compte tenu des réserves formulées plus haut quant au raccord des données verticales précises – les sols successifs sont en général bien visibles dans le puits central – avec les vestiges des murs et des escaliers très détruits mis au jour dans la partie ouest, nous avons pu distinguer cinq phases de construction.

Fig. 2 – Plan du groupe A de La Lagunita.

Fig. 2 – Plan du groupe A de La Lagunita.

Phase I : Préclassique tardif (str. A-7a)

  • 4 Ichon et Viel 1984 : 17-22

8Cette phase ancienne, décrite dans notre dernière publication4, correspond à la construction d’un monticule dont nous ne connaissons que la hauteur (3,76 m), mais non les limites latérales, non plus que les caractères architecturaux ; il est douteux toutefois que les murs aient été de maçonnerie.

  • 5 ibid : fig. 16.

9La partie centrale de la plate-forme, dégagée sur une vingtaine de m2, est un sol d’argile brûlée épais de 5 cm, qui recouvre un sol plus ancien partiellement détruit par le creusement d’une fosse funéraire dans le remblai. La sépulture S-2, dans le fond de cette fosse, contenait le squelette d’un adulte, en decubitus dorsal, axe du corps sud-nord. Nous l’avons baptisée “sépulture du shaman” en raison des offrandes qui l’accompagnaient : un petit matériel de divination (? billes d’argile, cristaux) et onze poteries alignées sur le côté gauche du corps ; dix d’entre elles appartiennent au groupe céramique Orfeo (Orange) défini par R. Viel5, qui caractérise le Préclassique moyen et tardif. Cette datation est confirmée par l’analyse d’un dépôt de charbon trouvé près du crâne : 80 ± 100 ap. J.C.

10La base de la sépulture S-2 se trouve au niveau + 170 ; le monticule primitif, qui probablement supportait un temple utilisé du vivant de son occupant, lui a, à sa mort, servi de tombe, le sol de la plate-forme, perforé pour la circonstance, ayant ensuite été restauré par la construction d’un deuxième sol recouvrant directement le premier.

Fig. 3 – Coupe ouest-est de la pyramide A-7 montrant les superpositions.

  • 6 Il y a cependant un doute quant à la datation de la str. A-5 première phase : elle pourrait bien êt (...)

11Vers l’ouest, ce sol préclassique s’abaisse, puis s’interrompt brusquement, détruit par une fosse plus tardive.6

12La str. A-7a, faisant face à la str. A-6 qui avait à la même époque une hauteur de 8,50 m, devait être dotée d’un escalier sur sa face ouest. Le plan cruciforme de la place était probablement achevé si l’on admet que les constructions primitives au nord et au sud de la place (str. A-10 et A-5) sont également préclassiques7. Bien que de hauteur médiocre, l’importance du monticule est est soulignée par le fait qu’il était le seul à abriter une sépulture, certainement celle d’un haut dignitaire religieux.

Phase II : Protoclassique 1 (str. A-7b)

13Le sol préclassique, à +376, constitue la rupture majeure de la séquence : comme le note plus loin M.C. Arnauld, le matériel céramique provenant du remblai au-dessus de ce sol diffère considérablement du matériel trouvé au-dessous. Celui-ci est préclassique, celui-là protoclassique.

14On note dans le puits central un nouveau sol d’argile brûlée au niveau +541, lui-même recouvert d’une substructure dont le mur de soutènement ouest a été mis au jour en limite de la fouille centrale. Conservé sur 1 m de hauteur, ce mur (N° 1) orienté nord-sud est construit de dallettes de schiste sélectionnées ; son épaisseur est de 35 cm ; il semble mieux appareillé sur sa face ouest, qui ne porte cependant pas de revêtement. La base, à +427, ne repose pas sur le sol préclassique.

15Un deuxième mur, plus grossier et conservé sur 30 cm de hauteur seulement, se trouve immédiatement à l’ouest du premier. Bien qu’il n’y ait pas de continuité entre ces deux murs et les deux sols horizontaux, on peut supposer qu’il s’agit du mur de soutènement de la plate-forme dont le sol se trouvait au niveau +541 (sol IIa).

16Encore plus à l’ouest apparaît un troisième mur, de même orientation, soigneusement construit, haut de 50 cm ; la face ouest, appareillée, est couverte d’une couche d’argile rougie par le feu. La base du mur, au niveau +416, repose sur un sol brûlé couvert d’une épaisse couche de cendre ; la présence de débris de poutres calcinées et de blocs de torchis (bahareque) indique l’existence d’une superstructure, qui a brûlé et s’est effondrée. Le mur 3 est sans doute le mur de soutènement de la plate-forme correspondant au sol Ilb (+560) ; le sol +416 serait celui de l’avant-dernier gradin de cette structure A- 7b’ ; il est coupé net 2 m plus à l’ouest par la fosse tardive qui a aussi percé le sol préclassique.

Fig. 4 – Stratigraphie des fouilles C-43 et C-47 dans le centre de A-7.

17Le remblai de la str. A-7b (et b’) recouvrant le sol préclassique a livré des sépultures et des caches :

18– au centre, un plat tétrapode mammiforme rouge, déposé sur le sol préclassique avant le début des opérations de remblaiement (fig. 74c). Cette poterie présente un intérêt particulier : elle concrétise de façon parfaite le passage, sans hiatus apparent, de la phase préclassique tardive à la phase protoclassique ; son type apparaît en effet intermédiaire entre l’orange lustré préclassique (le groupe Orfeo) et l’orange-rouge plus mat du protoclassique (groupe Tupal).

19– à partir du niveau + 500, on trouve des caches ou offrandes consistant en plusieurs ensembles de deux bols simples, l’un servant de couvercle à l’autre, et contenant en général des galets de quartz roulés choisis pour leur forme plus ou moins ovoïde. Il y a quatre de ces ensembles entre les sols la et IIa, plus un plat tétrapode mammiforme noir ; entre les sols IIa et IIb, quatre autres ensembles, dont un seul contient 9 galets. Ce chiffre 9 paraît significatif, puisqu’on le trouve dans cinq ensembles. L’un de ceux-ci contenait, au lieu de galets, deux petites perles de jade.

20L’un des bols contenait du charbon, qui a permis de dater ces offrandes, et partant le sol IIa, de 310 ± 90 ap. J.C. (GIF-4230).

21– dans la partie ouest de la fouille, nous avons mis au jour deux sépultures.

22L’une, S-1, a été déposée dans le fond d’une fosse creusée dans le remblai préclassique (après en avoir détruit le sol) jusqu’au niveau + 304. Le squelette d’adulte, en très mauvais état, était en decubitus dorsal, orienté nord-sud à l’inverse du shaman, et protégé à l’ouest par un muret contre lequel s’appuyaient cinq longues dalles de schiste verticales formant une sorte de mur légèrement incliné au-dessus du corps. Le mobilier comprenait cinq poteries contre la jambe droite du mort, un ornement d’oreille et une perle de jade près du crâne, et deux autres petites perles dont une de coquillage ; il y avait des traces d’hématite près du crâne et sur les dents du squelette. A la verticale du corps avalent été déposés dans le remblai, d’abord un ensemble de deux bols, vides, puis un encensoir simple à dents dans un petit caisson de pierre.

23La sépulture S-1, parfaitement datée par sa position stratigraphique et la nature du mobilier, date de la première phase du Protoclassique et de la construction de la str. A-7b.

24– plus à l’ouest encore, sous le mur 2 et le blocage de pierres séparant les murs 2 et 3, la sépulture S-3, juste au-dessus du sol préclassique, est celle d’un tout petit enfant. Trente-deux objets de parure – perles de pierre verte ou de coquillage, ornements d’oreille en jade ou en pierre ponce – trouvés à proximité lui étalent sans doute associés.

25A l’ouest, entre le sol préclassique et celui du niveau +427, on trouve encore deux grosses poutres calcinées, orientées nord-sud, provenant de la destruction par le feu d’une superstructure qu’il est difficile de rattacher à une phase précise.

26M.C. Arnauld distingue entre le sol préclassique et celui du niveau +560 deux aspects (“facettes”) du complexe céramique protoclassique, baptisés Lilillá 1 et 2 ; la transition se ferait au niveau +446, marqué par un changement net dans le remblai, argileux vers le haut, sablonneux et homogène vers le bas.

Phase III : Protoclassique 2 (str. A-7c)

27Le sol d’occupation ultérieur, moins net que les autres, est au niveau +582.

28A cette plate-forme correspond à l’ouest le mur de soutènement 4, situé à 40 cm du mur 3 ; fait de dalles de schiste et conservé sur près de 1 m de hauteur, il porte lui aussi un revêtement d’argile durcie sur sa face appareillée. La base, dotée d’une petite banquette, est à une trentaine de cm au-dessus du sol +427.

29C’est peut-être à la str. A-7c (mais plus probablement à la suivante) qu’il faut attribuer les deux gradins inclinés mis au jour plus à l’ouest par la fouille de la tombe C-44. De cette phase date aussi la fosse qui est venue couper le sol+427 de la phase II et plus bas le sol préclassique ; le fond de cette fosse est tapissé d’un lit de galets de quartz, fait de deux couches superposées, sur lequel repose une jarre retournée contenant de l’argile, poterie qui appartient au groupe Ticon (Orange), protoclassique (fig. 75).

30M.C. Arnauld attribue la str. A-7c à la deuxième sous-phase protoclassique et son matériel céramique au complexe Lilillâ 3.

Phase IV : Protoclassique 2 (str. A-7d)

31La plate-forme de la str. A-7c est surélevée de 64 cm et sans doute agrandie vers l’ouest. Le sol +646, épais de 4 cm, est limité à l’ouest par le mur 5, directement superposé au mur 4, l’ensemble atteignant 2,10 m de hauteur. Le haut de ce mur est fait de longues dalles de tuf, en forme (peut-être naturelle ?) de colonnes de section carrée, superposées à angle droit comme des allumettes, sans aucun liant. On peut interpréter cette étrange construction comme les vestiges d’une superstructure en dur ; elle repose à l’ouest sur le bord d’un gradin incliné, haut de 1,80 m, qui constitue sans doute le troisième et dernier gradin de la pyramide A-7d. Fait de blocs de tuf taillés, il a été ultérieurement recouvert d’un dallage incliné à 45°, de petites dalles se recouvrant comme des tuiles ; la longueur de ce dallage est de 3 m, il est maintenu à la base par une rangée de dallettes verticales et l’on voit au-delà les traces d’un sol brûlé : celui de l’avant-dernier gradin de la str. A-7d.

32Au centre de notre fouille, le dallage incliné n’existe pas mais on trouve quelques vestiges de l’escalier, large de 5,20 m, qui permettait d’accéder à la plateforme supérieure : quatre marches soigneusement faites de tuf taillé, et les deux rampes, l’une supportant encore un grand encensoir. La base de cet escalier, au niveau +488, correspond au méplat du deuxième gradin ; quelque 40 cm plus à l’ouest apparaît dans le même axe une construction problématique, sorte de banquette dotée d’une marche et orientée vers l’est... vestige d’une petite structure cérémonielle marquant une étape dans l’ascension vers le temple supérieur...? ou qui date d’une phase postérieure ?

33Les deux gradins inférieurs de la pyramide A-7d ont été dégagés sur une assez grande surface par notre fouille C-44 ; ils ont sensiblement les dimensions et l’inclinaison des gradins ultérieurs. Le plus bas se trouvait à peu près dans l’alignement du gradin définitif, c’est-à-dire du mur ouest de la dernière pyramide (sans l’avancée) ; cependant son orientation semble légèrement différente, de quelques degrés plus proche du nord magnétique.

34La str. A-7d, haute de 6,46 m, large d’au moins 20 m dans le sens ouest-est, avait trois corps superposés, en talus de forte inclinaison, un grand escalier à rampes sur sa face ouest ; l’existence d’une avancée vers la place n’est, pas prouvée. C’est la première construction dont nous ayons la certitude qu’elle était dotée de murs de soutènement en maçonnerie, et probablement d’une superstructure en dur. M.C. Arnauld date la céramique du remblai de la fin du Protoclassique (complexe Lilillâ 3), comme celle de la phase précédente.

Fig. 5 – Pyramide A-7. a/ la sépulture protoclassique S-l. b/ les deux gradins inférieurs de l’avant-dernière structure mis au jour par la fouille C-44.

Phase V : Protoclassique final ou Classique ancien (str. A-7e)

35Les constructions antérieures sont entièrement recouvertes, mais le style architectural n évolué pas. La surélévation est d’au moins 2 m. On note sur la paroi des couches successives de remblaiement – la dernière, immédiatement sous la terre végétale, est de pierre ponce, – mais aucun sol net. Les murs inclinés des trois gradins ont été dégagés sur les quatre faces de la pyramide, ainsi que la base de l’avancée et de l’escalier central. L’attribution à cette phase ou à la phase antérieure de certaines constructions mises au jour dans la partie supérieure est discutable.

36La face ouest de la pyramide A-7e et l’avancée abritaient une vaste tombe, dont le sol est à près de 3 m sous terre. Pour la construire, on a d’abord démonté la partie centrale du gradin Inférieur sur 3,80 m de largeur (celle de la tombe), puis construit un mur vertical en avant de ce gradin. La chambre funéraire, limitée par des murs de pierre sur deux côtés et la paroi naturelle de talpetate sur les deux autres, n’avait pas de toit ; une fois occupée et comblée, l’avancée ouest est venue la recouvrir. On peut donc penser que le passage de la phase IV à la phase V, avec la construction de la str. A-7e définitive, date de l’inhumation de l’occupant – ou plutôt des occupants – de la grande tombe, sans nul doute les plus hauts personnages du centre cérémoniel de La Lagunita.

37Par la suite, on a dû rouvrir l’avancée sous l’escalier, au moins à deux reprises, pour y introduire le sarcophage 3, puis le sarcophage 1, cette fois déposés directement dans le remblai et non dans une tombe (le sarcophage 3 a été trouvé in situ ou à peine déplacé, alors que le sarcophage 1 avait été hâlé au centre de la place, ou nous l’avons découvert en 1972).

38La phase V daterait, d’après la céramique, du Protoclassique final (Lilillâ 3) ou du Classique ancien. Une dernière surélévation – sans agrandissement – de la pyramide a pu avoir lieu au Postclassique, comme semblent l’indiquer les fragments d’encensoirs et les ossements humains trouvés dans les déblais du sommet, ainsi que les tessons tardifs à la base des murs. Les sépultures intrusives dans les niveaux supérieurs des pyramides A-5 et A-6 prouvent que les structures centrales du groupe A furent réutilisées à L’Epiclassique pour des pratiques sans doute essentiellement funéraires.

39En résumé, la str. A-7 est passée par cinq phases principales de construction, au cours desquelles la substructure préclassique initiale, haute de 3,76 m seulement, a vu ses dimensions augmenter considérablement, jusqu’à tripler son volume initial. Cette évolution, qui porte aussi sur le style architectural – inclinaison des gradins, escalier et sans doute superstructure – date essentiellement du Protoclassique, avec peut-être une dernière phase du Classique ancien et une réutilisation au Postclassique ; il faut la comparer à celle de la str. A-6 qui lui fait face : cette dernière, de construction plus ancienne et de hauteur supérieure au Préclassique, sera à peine surhaussée au Protoclassique, alors que la pyramide A-7, progressivement élevée jusqu’à atteindre une hauteur comparable, abrite alors la tombe principale et plusieurs sarcophages. On assiste donc, au cours de la période allant du Préclassique tardif au début du Classique (c’est-à-dire de 200 av. J.C. à 400 ap. J.C. environ) à un renversement dans l’importance relative des deux pyramides – étant entendu que cette évolution doit être replacée dans le contexte général du site et plus précisément de l’ensemble des quatre pyramides centrales disposées en croix.

Notes

1 Ichon 1977 : 5-7 ; Ichon et Viel 1984 : 27-28.

2 ibid : 53-116. Deux datations C-14 sont venues confirmer cette séquence : 640 ± 90 av. J.C. (GIF-6265) pour la plate-forme la plus ancienne du niveau +120 (Préclassique moyen ancien : complexe Santizo 1) ; et 230 ± 70 av. J.C. (GIF-6266) pour la structure intermédiaire du niveau +500 datée par Viel du Préclassique tardif (complexe Noguta 2) mais plus tardive que prévue.

3 Ichon 1977 : fig. 2. Cette reconstitution est en partie hypothétique.

4 Ichon et Viel 1984 : 17-22

5 ibid : fig. 16.

6 Il y a cependant un doute quant à la datation de la str. A-5 première phase : elle pourrait bien être déjà protoclassique, cf Ichon et Viel 1984 : 24

Notes de fin

1 Et non 50 x 31, comme nous l’avons écrit par erreur dans notre publication de 1984 (p. 17).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 — Début de la fouille de la pyramide A-7.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7663/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Fig. 2 – Plan du groupe A de La Lagunita.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7663/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Fig. 3 – Coupe ouest-est de la pyramide A-7 montrant les superpositions.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7663/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 4 – Stratigraphie des fouilles C-43 et C-47 dans le centre de A-7.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7663/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende Fig. 5 – Pyramide A-7. a/ la sépulture protoclassique S-l. b/ les deux gradins inférieurs de l’avant-dernière structure mis au jour par la fouille C-44.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7663/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 151k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search