Version classiqueVersion mobile

Le Protoclassique à La Lagunita

 | 
Alain Ichon
, 
Marie Charlotte Arnauld

Le Protoclassique à La Lagunita (El Quiché, Guatemala)

Texte intégral

Avant-propos

  • 1 A.L. Smith 1955 : 36-37, fig. 24, 90.
  • 1 Voir les notes p. 102

1Le site archéologique de La Lagunita, situé à la limite des municipios de San Andrés Sajcabajâ et de Canillá dans le sud du département d’El Quiché, a été découvert en 1949 par A.L. Smith, au cours de sa reconnaissance dans l’altiplano guatémaltèque (1955)1.1 Abandonné ensuite durant plus de 20 ans aux activités des chasseurs de trésor, nous l’avons revisité en fin 1971 : la richesse des fragments de sculptures épars et les trois sarcophages mis au jour par les fouilles clandestines attirèrent notre attention sur l’ancienneté et l’importance du site. Au cours des travaux, un peu intermittents en raison de difficultés soulevées par le propriétaire du terrain, que nous allions lui consacrer de 1972 à 1978, le rôle décisif joué par La Lagunita pendant près d’un millénaire, de 600 av. à 400 ap. J.C., dans toute la région des Hautes Terres comprise entre le cours moyen du rio Chixoy et la chaîne de la sierra de Chuacus, allait s’imposer peu-à-peu ; l’importance du site était confirmée par la découverte, au cours de notre campagne 1976-1977, d’une riche tombe à sarcophage intacte et d’une grotte artificielle abritant de nombreuses offrandes au centre de la place cérémonielle du groupe A. L’abondance du matériel recueilli à cette occasion était telle que son étude a retardé la publication des résultats de nos fouilles ; par ailleurs, l’urgence d’un travail de sauvetage archéologique dans la zone de retenue du barrage hydroélectrique de Pueblo Viejo-Quixal nous amenait à abandonner provisoirement cette tâche pour nous consacrer à une autre région, d’ailleurs voisine, la Baja Verapaz.

  • 2 Lehmann et Ichon 1973.
  • 3 Ichon 1977 : Les sculptures de La Lagunita, El Quiché (Guatemala).
  • 4 Ichon et Viel 1984 : La période formative à La Lagunita et dans le Quiché méridional.

2Ceci explique le retard de la présente étude sur le Protoclassique de La Lagunita, qui a cependant été précédée de trois autres publications : un article sur les “sarcophages” de San Andrés Sajcabajâ (1973)2, une description des sculptures mises au jour dans les deux groupes A et B (1977)3, et une étude sur l’occupation préclassique du groupe A basée en grande partie sur l’analyse du matériel céramique par René Vlel (1984)4. Notre publication sur le Protoclassique, dont la précédente est le complément indispensable, vient terminer cette série qui vise à donner une vision aussi exhaustive que possible de La Lagunita, tout au moins du groupe A, car le groupe B (sans parler du monticule isolé C), faute de temps et de moyens, n’a fait l’objet que de fouilles très limitées. Son mérite principal sera peut-être d’avoir tenté une définition pour les Hautes Terres de cette période de transition entre Préclassique et Classique, qui a déjà fait couler beaucoup d’encre sans qu’aucun des problèmes qu’elle soulève ait été vraiment résolu. Mais les limites de notre tentative sont évidentes. D’une part il reste un doute sur la période d’occupation du groupe B de La Lagunita : certainement plus tardif que le groupe A, s’il avait néanmoins été construit dès le Classique ancien, notre vision d’ensemble du site s’en trouverait modifiée. D’autre part, si nous espérons être parvenus à une compréhension acceptable du phénomène protoclassique à La Lagunita, ce phénomène nous est moins accessible pour les autres sites de la région, et moins encore pour ceux des départements voisins, où cette période n’a pas fait l’objet d’études systématiques. Aussi le tableau qu’il est possible d’ébaucher à l’heure actuelle sur le contenu et l’extension du Protoclassique dans les Hautes Terres est-il très inégal, avec beaucoup de zones d’ombre et quelques touches plus claires dont La Lagunita est sans doute la principale.

3Il n’est pas inutile de préciser ici d’emblée ce que nous entendons par “Protoclassique”. Selon la définition de Marie Charlotte Arnauld, “il s’agit à la fois de la période chronologique comprise entre le Préclassique récent (c’est-à-dire tardif) et le Classique ancien – grosso modo de 100 à 300 ap. J.C. – et d’un phénomène culturel à composantes diverses qui s’est produit à La Lagunita entre le Préclassique récent et le Classique ancien. C’est ce phénomène culturel que nous tentons ici de circonscrire, de définir et de comprendre. C’est seulement dans la mesure où notre tentative atteint effectivement quelque résultat que le sens chronologique du terme “protoclassique” peut se justifier. De plus, nous préférons utiliser l’expression “période protoclassique” plutôt que celle de “Préclassique final” parce que, à La Lagunita, l’impact du phénomène culturel protoclassique se ressent nettement très avant dans ce qu’il est convenu d’appeler traditionnellement le Classique ancien, ce fait justifiant donc le sens premier du concept de Protoclassique.”

4La 1ère partie de cette étude (chapitres 1 à 4) est une description de nos fouilles sur le groupe A, principalement celles de 1977-1978 sur la pyramide A-7 et au centre de la place. Les résultats permettent une reconstitution de cet ensemble au cours de la période d’environ trois siècles – de 100 à 400 ap. J.C. – couvrant le Protoclassique et le début du Classique ancien (chapitre 5). Une brève description des quelque cinquante sites reconnus par nous dans un rayon d’une quinzaine de km autour de La Lagunita nous amène à une évaluation du peuplement protoclassique-classique ancien dans cette région et à une tentative de rapprochement de ces données et de celles dont nous disposons sur les sites contemporains des autres régions de l’altiplano (chapitre 6).

5Dans une 2ème partie, Marie Charlotte Arnauld décrit en détail le matériel céramique provenant des deux fouilles principales dans la pyramide A-7, structure qui a fourni la meilleure stratigraphie couvrant la fin du Préclassique et le Protoclassique. Son étude aboutit à l’établissement d’une typologie du complexe céramique protoclassique baptisé Lililla et à l’ébauche du complexe céramique suivant, Tucunel, pour le début du Classique ancien. Ses hypotèses ou conclusions sur la place de La Lagunita dans le développement de l’aire maya méridionale au début de notre ère sont évidemment primordiales pour notre essai de reconstitution historique.

6En annexes 1 à 4, nous avons complété cette étude de la céramique protoclassique par une description des poteries entières provenant de la pyramide A-7, de la grotte centrale et de quelques sites proches de La Lagunita. Véronique Gervais-Cloris donne, en annexe 5, les résultats de l’étude anthropologique des vestiges osseux provenant de la sépulture S-3 et de la tombe C-44 (cette étude devra être complétée en ce qui concerne les deux occupants du sarcophage et les accompagnants). L’annexe 6 enfin est le résultat de l’étude des ossements d’animaux et des coquillages confiée au laboratoire de Paléozoologie de l’Instituto Nacional de Antropologia e Historta (LNA. H.) de Mexico.

  • 2 Juan-Antonio Valdés, Zoila Rodriguez, Marco-Antonio Rosal, Emilio Calderón, Bernard Hermes, lldaura (...)

7Nos travaux à La Lagunita ont été menés, de 1971 à 1978, dans le cadre pluridisciplinaire de la Recherche Coopérative sur Programme (R.C.P.) 294 d’Henri Lehmann, et sous ma direction, grâce aux crédits du Centre National de la Recherche Scientifique et du Ministère des Affaires Etrangères français. La collaboration des institutions guatémaltèques a été déterminante : Ministerio de Educaciórt (Lie. G. Putzeys Alvarez), Instituto de Antropología e Historia (Dr. Luján Muñoz) et Museo Nacional deArqueologia y Etnología (Lie. Dora Guerra de Gonzâlez), 7niversidad de San Carlos de Guatemala enfin, le directeur du département d’Archéologie de l’Ecole d’Histoire, Juan-Pedro Laporte Molina, ayant bien voulu mettre à notre disposition pour la durée des fouilles un certain nombre d’étudiants avancés, dont plusieurs sont devenus par la suite des archéologues confirmés2. Du côté français ont participé aux fouilles, outre H. Lehmann et moi-même, l’archéologue Patricia Carot, Gilles Schmidt, le topographe-photographe Jean-Pierre Courau, et pour l’étude de la céramique René Viel et Marie Charlotte Arnauld. Les travailleurs manuels, une vingtaine en moyenne, étaient recrutés dans le hameau voisin de Lilillá.

8Le Laboratoire des Faibles Radioactivités de Gif sur Yvette (Mme Delibrias) a bien voulu se charger de la plupart des analyses C-14 pour les datations. Nous sommes redevables au laboratoire de minéralogie du Muséum d’Histoire Naturelle (Mme Pinet) des identifications minéralogiques, et au laboratoire de paléozoologie du Département de Préhistoire de l’I. NA. H. (Dra. Lorena Mirambell) de celle des vestiges animaux.

9A la fin de nos travaux, il était indispensable de mettre le site à l’abri des déprédations futures : la procédure d’expropriation étant très difficilement applicable au Guatemala, nous avons préféré acheter légalement la parcelle occupée par le groupe A de La Lagunita grâce à un don personnel de H. Lehmann et la remettre au gouvernement du Guatemala, en formulant le souhait que ce site soit désormais protégé par un gardiennage permanent, et si possible restauré de façon à permettre la visite de la tombe au sarcophage et de la grotte.

10Malheureusement les projets d’aménagement du groupe A dans la perspective du développement du tourisme dans la région – le site proche de Los Cerritos-Chijoj, avec son magnifique terrain de jeu de balle, est à ma connaissance le seul site des Hautes Terres datant du Classique tardif qui ait été restauré à cette date – et d’installation d’un musée éducatif sur le site, furent compromis et remis sine die par suite de l’augmentation tragique de la violence dans le pays, et spécialement dans le département d’El Quiché. Les gardiens ont été retirés et il est à craindre, sinon que le pillage reprenne, du moins que les intempéries entraînent des dommages irréparables sur un site dont nous pensons avoir démontré l’importance pour l’histoire de l’altiplano guatémaltèque.

Notes

1 A.L. Smith 1955 : 36-37, fig. 24, 90.

2 Lehmann et Ichon 1973.

3 Ichon 1977 : Les sculptures de La Lagunita, El Quiché (Guatemala).

4 Ichon et Viel 1984 : La période formative à La Lagunita et dans le Quiché méridional.

Notes de fin

1 Voir les notes p. 102

2 Juan-Antonio Valdés, Zoila Rodriguez, Marco-Antonio Rosal, Emilio Calderón, Bernard Hermes, lldaura Giron, Ana Calde-rdn, Rita Grignon, Carlos Ericastilla, Dolores Spillari, Anaité Galeotti, Gladys de Bohnenberger, Mario Tejada.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search