Version classiqueVersion mobile

La Période formative à La Lagunita

 | 
Alain Ichon
, 
René Viel

3ème partie. La céramique de la structure A-6 de la Lagunita

Chapitre V – Conclusions : évolution céramique de la Lagunita au cours du préclassique

René Viel

Texte intégral

1Le but de cette étude était de déterminer une chronologie préclassique pour La Lagunita : après la définition des complexes céramiques, il s’agit de dater ces complexes, les placer dans le contexte général du développement céramique des Hautes Terres et déterminer leur éventuelle appartenance à une sphère céramique. En l’absence de datation absolue directe, on ne pourra que proposer des dates par chronologie comparée. Il est parfois difficile de comparer les séquences céramiques de divers sites dans la mesure où les différents auteurs ne suivent pas toujours les mêmes critères dans la définition de leurs complexes et où certains complexes sont définis par comparaison avec un complexe d’un autre site (par exemple Algo-es-Algo de Bilbao).

2Kaminaljuyu, le site clef des Hautes Terres, possède plusieurs séquences céramiques : Borhegyi (1965), Wetherington (1978) et Shook (essentiellement connue par des “communications personnelles”). Toutes sont fondées sur une classification par wares et la présence de quelques modes morphologiques et décoratifs. La séquence de Borhegyi fait la différence entre les complexes céramiques élitistes (ceremonial elite) et ruraux (provincial rural). La séquence de Shook présente une suite de complexes qui n’ont jamais été explicitement définis mais qui correspondent en gros à ceux de Borhegyi. La séquence de Wetherington, la plus récente, a l’avantage de présenter une description de chaque phase, même si cette description n’est pas toujours précise, et d’avoir été datée indirectement par l’obsidienne. La ligne commune de ces trois séquences est la succession des phases Las Charcas, Providencia et Miraflores (ou Verbena). La phase Providencia est regardée tantôt comme un Préclassique moyen (Borhegyi, Shook), tantôt comme un Préclassique récent (Wetherington) : elle est vraisemblablement transitionnelle entre les deux périodes. Les autres séquences utilisées sont celles de La Victoria (Coe 1961) et Salinas La Blanca (Coe et Flannery 1967), du Chiapas (Warren 1961, Lowe et Mason 1965, Green et Lowe 1967, Ekholm 1969), de Bilbao (Parsons 1967), Chalchuapa (Sharer 1978), Los Naranjos (Baudez et Becquelin 1973), Copan (Viel 1983) et du Peten (Willey, Culbert et Adams 1967, Willey 1970, Adams 1971, Sabloff 1977). En outre, il a pu être observé des échantillons de K aminaljuyu et Bilbao au Musée National de Guatemala, ainsi que des échantillons du Chiapas dans les collections de la New World Foundation à San Cristobal de las Casas.

3Il a été dit précédemment qu’une séquence céramique présente en fait une succession de “moments céramiques”, et il faut bien comprendre que ces moments sont placés entre deux dates supposées limites. Le tableau 10 présente une ten tative de corrélation de quelques séquences céra miques préclassiques de la Mésoamérique méridio nale.

Complexe céramique Santizo.

4Il a été divisé en deux facettes : la première (Santizo 1) n’est représentée que par 73 tessons classés, ce qui constitue un faible échantillonnage dont il faut tenir compte, la seconde (Santizo 2) est bien représentée par 598 tessons classés.

5Description : le complexe céramique Santizo est caractérisé par les groupes céramiques Quiludi, Bedelio (type Bedelio Rouge-sur-Beige : variété A), Corinthian et Trovador ainsi que les “divers beige”. Les groupes céramiques Jocote, Rapallo et Stendal font leur apparition dans cette phase mais resteront importants au début de la phase suivante. De même, le groupe monochrome poli Orfeo connaît son maximum au cours de cette phase mais maintient son importance jusqu’à la fin du Préclassique. On notera cependant, dans ce groupe Orfeo, la présence du type Orfeo Orange à Rainures mais l’absence du type Orfeo Orange Incisé. La rareté des groupes polis noirs et rouges (Nogaro et Roqueño) est un autre élément de distinction de cette phase. Parmi les formes, il faut retenir le bol globulaire fermé à ouverture étroite (mode Ml) comme caractéristique, quoique de fréquence mineure, ainsi que le bol ou écuelle à fond plat. Les supports sont pratiquement absents. A noter aussi l’apparition et le développement des encensoirs à trois dents. D’une façon générale, les formes sont simples.

6La facette ancienne Santizo 1 se distingue par la trilogie Quiludi-Bedelio A-Foscopi. Les types Quiludi Gris-Brun, Bedelio Rouge-sur-Beige : variété A et Foscopi Rouge connaissent leur seule fréquence signifiante avant de disparaître ou de passer à un rang secondaire. Les formes préférées de ces types sont des bols simples à base plane et des jarres à col vertical et à lèvre épaissie en bourrelet à l’extérieur. Des céramiques “divers beige” figurent dans l’inventaire. Dans le groupe céramique Orfeo, les écuelles à bord éversé jusqu’à l’horizontale (rebord large : mode M3) n’apparaissent qu’avec la facette suivante. Le vase G/73 est peut-être importé : il ne rentre dans aucune classe de la typologie mais pourrait aussi représenter un type céramique dont procèdera plus tard le groupe Noguta.

7La facette récente Santizo 2 se distingue par les groupes céramiques Trovador, Jocote, Rapallo et Stendal. Le type Quiludi Gris-Brun disparaît virtuellement, les fréquences du type Bedelio Rouge-sur-Beige : variété A et du type Foscopi Rouge diminuent de plus de moitié. La variété A du type Bedelio Rouge-sur-Beige cède le pas à la variété B. Le groupe Orfeo atteint son maximum et, surtout, apparaissent dans ce groupe les écuelles à rebord large (mode M3). Cette facette récente de Santizo se présente bien comme une continuation de la facette ancienne si l’on tient compte, d’une part, du faible échantillonnage de Santizo 1 et, d’autre part, de la fréquence mineure des groupes Trovador, Jocote et Stendal.

8Comparaisons : la description du matériel céramique de la phase Conchas de La Victoria (Coe 1961, pp. 60-62 ; voir aussi Coe et Flannery 1967, fig. 8) est pratiquement identique à celle du complexe céramique Santizo. On retiendra en particulier les types Ocós gray, Conchas White-to-Buff, Conchas Red-and-White, Conchas Red-on-Buff, Conchas Fine White – to – Buff et Conchas Fine Red-on-Cream. Le type Conchas Streaky Brown Black est rare. Le type Conchas orange apparaît tout à la fin de Conchas 1 mais se développe progressivement au cours de Conchas 2 et connaît sa plus haute fréquence dans la phase suivante Crucero. Les formes les plus courantes sont les jarres sans col (tradition depuis Ocós) et les écuelles à fond plat et parois divergentes ; les jarres à col apparaissent pour la première fois.

9La sous-phase Conchas 1 se distingue de la sous-phase Conchas 2 par l’absence d’écuelles à bord éversé et décoré de rainures (type Victoria, lequel apparaît progressivement au cours de Conchas 2), Conchas Vhite-to-Buff et Conchas Fine Red-on-cream. Le type Ocos Black n’est présent qu’en Conchas 1, et c’est à ce type que semble apparenté le vase G/73.

10A Kaminaljuyu (Vetherington 1978, pp. 123- 125), le complexe céramique Las Charcas comprend des bols à silhouette simple et base plate ainsi que des jarres caractéristiques à col vertical avec une lèvre épaissie en bourrelet ; les couleurs caractéristiques sont le beige, beige-orange, rouge et gris brun ; les types les plus diagnostiques sont le Las Charcas Pallid Red qui n’a pas d’équivalent à La Lagunita et le Las Charcas gray-brown qui, comme le type Quiludi Gris-Brun, correspond bien à l’Ocós gray de La Victoria.

11Wetherington (id., pp. 125-129) définit le complexe céramique Providencia comme “l’expansion de wares préexistants en nouveaux types et variétés” ; il correspondrait à la mise en place des caractères du complexe céramique Miraflores qui lui fait suite. Il est caractérisé par la réduction du type Las Charcas gray-brown à une fréquence mineure et la présence de wares à pâte blanche, de wares à engobe beige, des wares Miraflores Black-Brown et Mirador Red. Le type Mulato Graphite Painted est un type mineur (fréquence 0,5 %) mais hautement diagnostique de Providencia.

12A Bilbao (Parsons 1967, p. 56), la définition du complexe céramique Algo-es-Algo repose entièrement sur une typologie comparative plutôt que sur la stratigraphie. Il est considéré comme l’équivalent des phases Las Charcas et Providencia de Kaminaljuyu avec lesquelles il manifeste des liens. Parmi les caractères de ce complexe figurent les céramiques à pâte blanche et engobe blanc, la peinture rouge hématite spéculaire, la simplicité des formes (dont le tecomate), les jarres à bord épaissi en bourrelet (bolstered-rim jars), les écuelles à fond plat.

13A Chalchuapa (Sharer 1978, p. 125), le complexe céramique Kal est marqué par l’apparition de la première poterie à véritable engobe crème (groupe céramique cuitapan) ainsi que du premier monochrome orange (groupe céramique Savana) et des encensoirs à trois dente. Le groupe céramique Jocote, caractéristique des complexes Tok et Colos précédente, cède le pas à une poterie rouge-sur-beige (groupe céramique Guaymango).

14A Chiapa de corzo, le complexe céramique Chiapa II (phase Dili) comprend des monochromes blancs, le complexe céramique Chiapa III (phase Escalera) marque l’émergence du monochrome o range et la disparition du monochrome blanc, le complexe céramique Chiapa IV (phase Francesa) est caractérisé par les groupes céramiques Mundet (rouge) et Libertad (brun-noir) ainsi que par des écuelles oranges à bord éversé (rebord labial large) et décoré de rainures.

15Dans le Petén, l’horizon Xe est caractérisé par des céramiques du ware Rio Pasion slippea a engobe blanc (type Huetche White), à engobe rouge (type Abelino Red) et à engobe noir (type Crisanto Black), l’horizon Mamon par le groupe céramique Jocote, le ware Mars orange ainsi que le ware Flores waxy qui comprend des céramiques à engobe crème (groupe céramique Pital, qui inclut aussi le type dichrome Muxanal red-on-cream), à engobe rouge (groupe céramique Joventud et à engobe noir (groupe céramique Chunhinta). A Altar de Sacrificios, Adams (1971, pp. 118-123) établit une certaine équivalence d’abord entre le complexe Xe et les complexes Conchas 1, Dili et Escalera, puis entre le complexe San Felix et les complexes Conchas 2, Escalera et Francesa. Le type Joventud Red, diagnostique du complexe San Felix, paraît assez proche du groupe Orfeo de Santizo.

16Le vase G/73 porte un décor incisé dont le motif est réminiscent de l’iconographie olmecoïde, il fait en outre partie d’un ware noir poli à rapprocher des mêmes wares du Préclassique ancien moyen de la Mésoamérique centrale (voir Green et Lowe 1967, p. 67) dont l’Ocós black qui ne continue pas au-delà de la sous-phase Conchas 1 (Coe 1961, pp. 70-72), ainsi que des groupes céramiques Chompipi de Altar de Sacrificios (horizon Xe) et Jerónimo de Chalchuapa (phase Colos).

17Interpretation : le complexe céramique Santizo correspond de toute évidence à un Préclassique moyen. Ses facettes ancienne et récente (Santizo 1 et Santizo 2) sont les équivalentes des facettes Conchas 1 et Conchas 2 de la Victoria ainsi que des complexes céramiques Las Charcas et, en partie, Providencia de Kaminaljuyu. Coe (1961, p. 62) interprète Conchas 1 comme une sous-phase courte marquant l’influx de nouveaux traits céramiques à La Victoria, alors que Conchas 2 est une longue sous-phase qui perpétue ces traits Conchas 1 et en ajoute quelques autres. Ceci pourrait s’appliquer aussi bien aux facettes Santizo 1 et Santizo 2. La similitude entre les complexes Santizo et Conchas est assez évidente. Un rapprochement, mais plus générique que spécifique, est aussi à établir avec les complexes céramiaues Algo-es-Algo de Bilbao, Xe et San Felix de Altar de Sacrificios, Dili, Escalera et Francesa de Chiapa de corzo. Il existe enfin quelques similitudes avec les complexes céramiques Kal de Chalchuapa et Jaral de Los Naranjos.

18Santizo 1 représente la plus ancienne céramique dans la structure A-6, mais un complexe céramique plus ancien ailleurs dans le site n’est pas à exclure. Le type Quiludi gris-brun et surtout le vase G/73 indiquent des influences olmèques (ou olmecoïdes), influences encore attestées par la sculpture 12 (Ichon 1977, p. 34) qui doit sans doute dater de la même phase.

19Dans la structure A-6, la couche VIII représenterait donc au moins une surface d’occupation (trous de poteau) du Préclassique moyen ancien. Les sols des couches VI et V sont à dater du Préclassique moyen récent : celui de la couche V aurait été posé vers la fin de la phase Santizo.

20Datation : le Préclassique moyen est généralement daté de 900 à 300/400 avant notre ère, avec une charnière entre la phase ancienne et la phase récente vers 550/600.

Complexe céramique Noguta

21Lui aussi a été divise en deux facettes : la première (Noguta 1) est représentée par 431 tessons classés, la seconde par au moins les 422 tessons classés de la couche II et une partie des 90 tessons classés de la couche I.

22Description : le complexe céramique Noguta est marqué d’abord par le développement des groupes céramiques Nogaro et Roqueño. On assite alors à une domination de la céramique polie lustrée monochrome qui se manifeste sous trois couleurs : orange, noire et rouge. Ces trois monochromes appartiennent à une même tradition technologique qui, par sa dynamique interne ou par influences extérieures, fait apparaître successivement les classes orange, puis noire, puis rouge. Le rouge Orfeo, dans son ensemble, est aussi important que dans le complexe précédent mais sa fréquence diminue dans la seconde facette. Le groupe Nogaro, qui prend racine dans le complexe précédent, se développe en groupe céramique dominant. Le groupe Roqueño, virtuellement absent du complexe Santizo, marque le complexe Noguta et accentue sa fréquence à mesure du temps. Le décor incisé simple (par opposition aux rainures) sur ces trois monochromes est diagnostique du complexe Nogu ta. En outre, le rebord éversé des écuelles tend à être moins large (mode M4).

23Ce complexe Noguta est encore caractérisé par les groupes céramiques Deldongo et Utatlan ainsi que le type Colero Lissé et la variété B du type Bedelio Rouge-sur-Beige. Parmi les formes, on retiendra le ressaut ou moulure à facettes (mode M5) et surtout la jarre à col court éversé (mode M2). Les formes composites sont moins rares que dans le complexe précédent.

24La facette ancienne Noguta 1 se présente davantage comme une évolution “accumulative” par rapport à Santizo 2. La plupart des types caractéristiques de Santizo 2 en fait se maintiennent, même si leurs fréquence diminue. Les groupes Jocote, Rapollo et Stendal restent populaires. Cependant quelques types reculent nettement pour céder la place à des innovations ou au développement de types apparus dans la facette précédente. La variété A de Bedelio cède ainsi le pas au profit de la variété B. La céramique polie blanche (groupe Trovador) régresse alors que la céramique polie noire (groupe Nogaro) entame un développement irrésistible. Le type Orico Brun est pratiquement exclusif de cette facette. Les groupes Deldongo, Utatlan et Roqueño apparaissent avec Noguta 1, mais leurs débuts restent timides.

25La facette récente Noguta 2 accentue le mouvement commencé par Noguta 1 : les types caractéristiques de Santizo tombent en désuétude, les innovations se développent en types caractéristiques et primaires. Des types céramiques du complexe céramique Santizo, seuls ceux des groupes Orfeo et cardumen maintiennent une présence importante. La popularité va aux céramiques polies noires et rouges ainsi qu’au décor incisé. Les types Nogaro Noir Incisé, Orfeo Orange Incisé, Deldongo Rouge et le groupe Utatlan caractérisent la facette Noguta 2. Le groupe Roqueño se présente comme un fort concurrent du groupe Nogaro. Parmi les éléments de formes, la jarre à col court éversé perd du terrain, mais le ressaut (ou moulure) à facettes se maintient et la moulure (ou rebord) sous-labiale ou médiane (mode M6) est réservée à cette facette. Le ressaut angulaire (mode M7), le plat (mode M8) et le bord épaissi en bourrelet triangulaire extérieur (mode M9) se développent et se maintiennent jusqu’au complexe céramique suivant.

26Comparaisons ; dans la région de Soconusco, la phase Crucero correspond à une décadence de la production céramique. Elle n’est guère définie que par les types Conchas orange et Conchas Streaky Brown Black, ainsi que le type Crucero red-on-orange. Le type brun-noir qui avait débuté dans la sous-phase Conchas 2 devient caractéristique de Crucero. Les types à engobe blanc ou beige au contraire disparaissent au début de la phase.

27A Kaminaljuyu, le complexe céramique Providencia manifeste des similarités à la fois avec Santizo 2 et avec Noguta 1. Comme dans la définition de Providencia par Wetherington (déjà citée plus haut), Noguta 1 correspond à la mise en place des caractères de Noguta 2 qui lui fait suite. Les complexes céramiques Miraflores-Verbena et Arenal (Wetherington 1978, pp. 129-132) comprennent les wares Miraflores Black-Brown et Mirador Red et voient la suprématie du décor incisé sur le décor peint. Le champ du décor est divisé en zones horizontales, en particulier sur les monochromes polis rouges et noirs : les mêmes divisions sont observables dans les groupes Nogaro et Roqueño de la fac cette Noguta 2. Par contre, les types Fine Incised, diagnostiques de Miraflores-Vebena et Arenal, sont totalement absents du Préclassique de La Lagunita. Sur les 5 tessons Utatlan Incised dichrome observés par Wetherington (id., p. 127), 3 proviennent d’un contexte Miraflores-Verbena.

28A Bilbao, le complexe céramique Ilusiones comprend des monochromes polis noirs (groupe Victory) et oranges (groupe Rio Santiago), ainsi que des formes composites et des rebords sous-labiaux et latéraux.

29A Chiapa de corzo, le complexe céramique Chiapa V (phase Guanacaste) possède des rebords sous-labiaux et latéraux ainsi que des angles S-Z. Le complexe céramique Chiapa VI (phase Horcones) est marqué par l’apparition du décor usulutan.

30A Chalchuapa, les complexes céramiques Chul et Caynac sont caractérisés par les trois monochromes polis rouges (groupe Santa Tecla), orange (groupe Olocuitla) et noir (groupe Pinos). Le groupe Santa Tecla inclut un type Miramonte grooved rattaché au complexe Chul et un type Tacuba incised, plus tardif, rattaché au complexe Caynac. Le groupe Olocuitla inclut un type Opico grooved et un type Tecoluca incised, ce dernier absent des niveaux Chul. Le groupe Pinos ne comprend pas de type grooved mais un type Jorgia Coarse-incised absent des niveaux Chul. On constate ainsi le même phénomène qu’à La Lagunita, à savoir l’évolution des rainures (grooves) en incisions simples. Les encensoirs à trois dents se poursuivent dans le complexe Chul, mais avec des dents non modelées, ainsi que les bols à rebord sous-labial et médian. Les modes tels que les moulures à facettes et la peinture graphite apparaissent dans Chul et continuent en Caynac ancien. Le type Olomega Graphite Painted Incised (groupe Santa Tecla) du complexe céramique Caynac est identique au type “Vitanza rouge-sur-noir”.

31Dans le Petén, le ware Flores Waxy de l’horizon Mamon est remplacé par le ware Paso Caballo Waxy de l’horizon Chicanel qui comprend les groupes céramiques Sierra (rouge), Flor (crème) et Polvero (noir) ainsi que le groupe Sateneja à décor usulutan (Smith et Gifford 1966). Parmi les modes fossiles directeurs, on retiendra le rebord sous-labial pour la facette ancienne ainsi que le décor usulutan et le rebord médian pour la facette récente (Willey, Culbert et Adams 1967).

32A Copan, le complexe céramique Chabij est caractérisé par les jarres à col court éversé du type Okla brun et un groupe céramique orange avec décor usulutan (Izalco). A Zacualpa, c’est la phase Balam qui correspondrait à notre complexe Noguta (Wauchope 1948).

33Interprétation : le complexe céramique Noguta est à rattacher à un Préclassique récent. La facette ancienne correspond à une transition, sans doute courte, qui prépare la facette récente, probablement plus longue. Cette facette ancienne Noguta 1 est équivalente en partie du complexe céramique Providencia de Kaminaljuyu (décrite par Wetherington comme la mise en place des caractères du complexe céramique Miraflores-Verbena qui lui fait suite) et fait écho au complexe céramique Chul de Chalchuapa. La facette récente Noguta 2 est équivalente du complexe céramique Miraflores-Verbena et, en partie au moins, Arenal de Kaminaljuyu ainsi que du complexe céramique Caynac (facette ancienne) de Chalchuapa. Sharer (1978, p. 26) place la complexe céramique Chul au même niveau que le complexe céramique Miraflores-Verbena et définit le complexe céramique Caynac comme une intensification des types et des modes développés au cours du complexe Chul. Il écrit encore que Caynac est une continuation et une élaboration des liens céramiques intimes avec Kaminaljuyu d’abord exprimés au cours de la phase Chul. Dans un récent papier, Demarest et Sharer (1980) placent Chul plutôt en équivalence avec la fin de Providencia et le début de Miraflores, ce qui paraît plus consistant avec les définitions antérieures de Sharer c’est dans la même perspective qu’il faut interpréter les facettes ancienne et récente du complexe céramique Noguta. Le complexe céramique Providencia partage des traits communs à Santizo 2 et Noguta 1. Le rapprochement entre le complexe céramique Noguta et le complexe céramique Miraflores-Verbena doit être tempéré dans la mesure où Noguta ne contient pas de céramique noire à incisions fines (fine incised) et pratiquement pas de décor usulutan, et où le groupe céramique Utatlan est virtuellement absent de Kaminaljuyu.

34Des similitudes sont observables avec les complexes céramiques Crucero et Ilusiones de la côte pacifique, à un moindre degré, avec les complexes céramiques Guanacaste et Horcones du Chiapas, l’horizon Chicanel du Petén, les complexes céramiques Chabij de Copan et Eden 1 de Los Naranjos.

35Dans la structure A-6, la couche IV représente la charnière entre les complexes céramiques Santizo et Noguta, la couche III correspond à la transition Noguta 1 et les niveaux 17 et 18 au passage à la facette récente Noguta 2.

36Datation : le Préclassique récent est généralement daté de 300/400 avant notre ère à 100/200 de notre ère. Le passage de Noguta 1 à Noguta 2 doit se situer vers 100/200 avant notre ère : i l correspond en fait à la fin des complexes céramiques Providencia de Kaminaljuyu et Chul de Chalchuapa.

Complexe céramique Liliallá.

37Il n’est représenté que par une partie des 90 tessons classés de la couche I figurant dans le tableau de la séquence et les 6 fragments dont on a fait état dans le paragraphe spécial sur la céramique des niveaux supérieurs. Sa définition repose donc sur un faible échantillon et devra être révisée dès qu’un matériel plus abondant sera disponible.

38Description : le groupe céramique Lilillá poursuit son développement et le groupe céramique Canuto fait son apparition. Les éléments de forme diagnostiques sont la moulure labiale rabattue en crochet à l’extérieur (mode M10) et surtout le support mammiforme et le rebord basal. On a assisté ainsi à un abaissement progressif du rebord qui, de “labial” en Santizo 2, est devenu “sous – labial” puis “médian” en Noguta, et enfin “basal” en Lilillá.

39Comparaisons : il a déjà été signalé que certains tessons Lilillá de la couche I correspondraient au ware Villalobos Red de Kaminaljuyu, diagnostique du complexe céramique Aurora. Le groupe Canuto présente des similitudes avec le type Chichontepec unslipped du groupe céramique Aguacate, marqueur de l’horizon préclassique terminal-protoclassique. Le support mammiforme et le rebord basal sont évidemment des fossiles directeurs du Protoclassique et du Classique ancien.

40Interpretation : le complexe céramique Lilillá correspond à une phase protoclassique-classique ancienne. La dernière étape de la construction de la structure A-6 remonte probablement à cette phase. Datation : le complexe céramique Lilillá fait suite au complexe céramique Noguta vers 100/200 de notre ère.

La céramique préclassique de La Lagunita et les sphères céramiques de l’aire maya méridionale.

41L’évolution de la céramique préclassique de La Lagunita répond à une dynamique et à des influences extérieures qui ne sont pas toujours évidentes à déterminer. Le complexe céramique Santizo manifeste des liens très forts avec le complexe céramique Conchas de la côte pacifique : ils pourraient représenter les deux pôles (côte pacifique et Hautes Terres) d’une même sphère céramique (sphère Conchas), , qui pourrait aussi inclure les complexes céramiques Algo-es-Algo de Bilbao et Las Charcas de Kaminaljuyu, les dissemblances résultant de l’adaptation à des environnements différents. Il resterait à déterminer si Santizo procède de Conchas ou bien si les deux complexes ont une origine commune à situer ailleurs, dans le chiapas ou la côte du Golfe.

42A la fin de l’horizon Conchas, le centre d’attraction se déplace vers les Hautes Terres : 1a phase Providencia marque l’émergence de Kaminaljuyu comme nouveau foyer de puissance. L’horizon Providencia se propage, atteint Chalchuapa à l’est et La Lagunita au nord-ouest : les complexes céramiques Chul et Noguta 1 marquent cet influx de Providencia. La nouvelle sphère céramique (Miraflores) est centrée sur Kaminaljuyu et reste exclusive des Hautes Terres. Si les complexes céramiques Chul et Caynac entrent de plein pied dans les sphères Providencia et Miraflores, le complexe céramique Noguta reste à la périphérie de ces sphères et développe une physionomie qui lui est propre, même s’il emprunte beaucoup a Miraflores.

43Le Préclassique moyen ancien (horizon conchas 1-Santizo) résulte de l’expansion olmèque du Préclassique moyen ancien. La présence de cet horizon dans le bassin supérieur du río Chixoy conduit à reconsidérer l’origine de l’horizon Xe des Basses Terres dans la mesure où la sphère céramique Xe est située en aval sur le même fleuve. L’ horizon Xe résulte probablement de la convergence de diverses influences (Willey 1970, p. 322), mais le bassin supérieur du río Chixoy a pu jouer un rôle déterminant dans cette émergence.

44Le Préclassique moyen récent est marqué par une individualisation régionale progressive de la céramique : ce sont les complexes céramiques Providencia de kaminaljuyu, Uir de Copan, Jaral de Los Naranjos et ceux de la sphère Mamon dans les Basses Terres.

45Le Préclassique récent correspond à la domination de mouveaux centres : Kaminaljuyu dans les Hautes Terres (phase Miraflores), Mirador dans les Basses Terres (Horizon Chicanel). La Lagunita se situe alors dans l’orbite de la sphère céramique Miraflores.

TABLEAU 3 – Résumé des critères de classification de la céramique préclassique de La Lagunita.

TABLEAU 8 – Distribution des modes céramiques, indiquée en chiffres absolus, dans les couches stratigraphiques de la str. A-6.

TABLEAU 9 – Fréquence des modes céramiques dans les couches stratigraphiques de la str. A-6 (sur le total des tessons dans chaque couche).

Table des illustrations

Légende TABLEAU 3 – Résumé des critères de classification de la céramique préclassique de La Lagunita.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7593/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7593/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7593/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7593/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende TABLEAU 8 – Distribution des modes céramiques, indiquée en chiffres absolus, dans les couches stratigraphiques de la str. A-6.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7593/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende TABLEAU 9 – Fréquence des modes céramiques dans les couches stratigraphiques de la str. A-6 (sur le total des tessons dans chaque couche).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7593/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7593/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 100k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search