Version classiqueVersion mobile

La Période formative à La Lagunita

 | 
Alain Ichon
, 
René Viel

3ème partie. La céramique de la structure A-6 de la Lagunita

Chapitre III – L’analyse modale

René Viel

Texte intégral

1L’analyse modale est destinée à compléter la typologie par la mise en relief d’une série de critères singuliers pertinents. Le mode céramique, tel qu’il est défini par Smith, Willey et Gifford (1960, p. 331), est un attribut ou groupe d’attributs dont la seule occurrence est pertinente. Une séquence modale s’attachera donc à déterminer quels attributs ont une valeur chronologique. La procédure d’analyse consiste d’abord à établir une liste d’attributs se référant à- la forme (forme générale, bord, base, éléments additionnels) et à la décoration (traitement de surface, altération de la surface, peinture). Les occurrences de ces attributs dans les couches stratigraphiques sont ensuite inscrites sur une matrice qui permet alors de juger de la pertinence chronologique relative de chacun de ces attributs, d’éliminer les moins signifiants, et de conserver ceux qui montrent une valeur chronologique. La séquence modale est construite avec les modes sélectionnés et se présente sous la forme d’un tableau d’occurrences dans les couches stratigraphiques (tableau 8) En raison de la définition même du mode, une séquence modale est établie sur l’opposition entre présences et absences. Même si la fréquence relative d’un mode n’a pas autant de signification que la fréquence d’un type, elle porte cependant davantage d’informations que la simple présence/absence, d’où la construction d’un second tableau représentant la fréquence des modes sur le total des tessons dans chaque couche (tableau 9)

2Il serait trop long de présenter la liste complète des attributs de forme et de décoration. On se contentera d’énumérer les plus importants et de signaler ceux qui ont été sélectionnés comme modes morphologiques (M suivi d’un n° d’ordre) et modes de décoration (D suivi d’un n° d’ordre). Après leur présentation, suivra une liste de ces modes dans leur ordre chronologique.

Modes morphologiques (fig. 59).

3Les modes morphologiques mettent en évidence des formes ou des éléments de forme communs à différents types. Ce sont les plus intéressants car la typologie, fondée généralement sur des critères de surface et de décor, masque ces modes et manque de les faire valoir. Parmi les formes générales, n’ont été retenus que le bol globulaire fermé à bord direct (mode Ml), la jarre à col court éversé (mode M2) et le plat (mode M7). Seuls trois profils de bord sont signifiants du point de vue chronologique, ce sont les modes M4, M9, et M10. Le mode M3 n’est guère signifiant, il a été conservé essentiellement pour marquer l’opposition entre le rebord large (mode M3) et le rebord étroit (mode M4). Les supports sont rares, il a été retenu cependant le pied mammiforme (mode M11) car se position chronologique est bien con nue. Les éléments de formes, enfin, concernent les ressauts, moulures et rebords : la moulure ou le re bord sous-labial (mode M6), le ressaut à facettes (mode M5), le ressaut angulaire ou moulure basale (mode M8), le rebord basal (mode M12) qui est plus large que la moulure et qui constitue un excel lent fossile directeur.

Image

Fig. 59 Les formes de bords utilisées comme modes.

4M1 – Bol globulaire fermé à bord rentrant direct et à ouverture étroite.

5(groupe céramique Corinthian Daub, types Orfeo Orange, Trovador Blanc, Stendal Rouge et Noir, Nogaro Noir).

6Distribution : couches VIII à IV (complexe céra mique Santizo). La fréquence diminue régulière ment.

7Comparaisons : cette forme prend ses racines dans le Préclassique ancien (tecomates avec bord épaissi à l’intérieur). Les dimensions se réduisent durant les périodes suivantes mais la forme générale per siste. Une haute fréquence indique un Préclassi que moyen ou le début du Préclassique récent.

8A Chalchuapa (Sharer 1978 : p. 78, forme A16 ; p. 94, mode A20 ; p. 97, mode B13), les tecomates sont datés du Préclassique ancien et mo yen et persistent dans le complexe céramique Chul. (Préclassique récent ancien).

9M2 – Jarre à col court éversé.

10(types Colero lissé, cardumen orange-brun).

11Distribution : forme surtout présente dans les couches II, III et IV avec un maximum en III. Elle serait caractéristique du complexe céramique No guta.

12Comparaisons : les jarres à col court éversé du type Okla brun constituent un diagnostique du complexe céramique Chabij de Copan (Viel). A Chalchua pa (Sharer 1978 ; p. 78, forme A18), ces jarres sont présentes dans les complexes céramiques Tok, Chul, Payu et Matzin : entre le Préclassique moyen et le classique moyen, cette forme caractérise le Préclassique récent ancien (complexe céramique Chul).

13M3 – Bord d’écuelle ou de bol éversé à l’horizontale : rebord large (plus de 2cm).

14Un décor de rainures ou d’incisions simples lui est toujours associé. (types Orfeo Orange à Rainures, Orfeo Incisé, Nogaro Noir Incisé).

15Distribution : il est pratiquement présent dans toutes les couches.

16Comparaisons : ce mode (rebord large) a été conservé afin de le mettre en opposition avec le mode suivant. Le “wide everted, grooved rim” fait partie de l’inventaire du complexe céramique Conchas 2 (Coe 1961, fig. 32 ; Coe et Flannery 1967, fig. 8).

17M4 – Bord d’écuelle ou de bol éversé à l’horizontale : rebord étroit (moins de 2 cm).

18Un décor de rainures, plus rarement d’incisions simples, lui est pratiquement toujours associé. Il consiste au moins en une rainure circonférentielle sur la face interne du bord.

19(types Orfeo Orange à Rainures, Orfeo Orange Incisé, Nogaro Noir Incisé).

20Distribution : il n’est véritablement présent que dans les quatre couches supérieures et ferait partie des complexes céramiques Noguta et Lilillá.

21Comparaisons : ces bords sont communs sur les types polis oranges et noirs préclassiques de la zone maya. A Chalchuapa (Sharer 1978 : p. 94, modes A24, A25 ; p. 99, mode B40), les bords évasés avec rainures se rencontrent dans les groupes céramiques Jicalapa, Santa Tecla, Olocuitla et Izalco, et les mêmes bords mais festonnés (scallopped) se rencontrent dans les groupes Santa Tecla, Olocuitla et Pinos, qui correspondent à des groupes polis lustrés rouges, oranges et noirs. Ces bords festonnés entrent dans le complexe céramique Caynac (aspect ancien).

22M5 – Ressaut ou moulure à facettes.

23(types Orfeo Orange, Orfeo Usulutan, Nogaro Noir,

24Delgondo Rouge, Otero Noir et Rouge).

25Distribution : couches II et III (complexe céramique Noguta).

26Comparaisons : dans les Hautes Terres du Guatema la, ce code est généralement daté entre la fin du Préclassique moyen et le Protoclassique. A Copan, se manifeste dans la complexe céramique Chabij (Préclassique récent) (von Longyear 1952, fig. 49), ainsi que dans les complexes céramiques Bijac et Acbi (classique ancien et classique moyen). A Chalchuapa (Sharer 1978 : p. 87, formes A10, A15, p. 98, modes B28 et B30), c’est un mode caractéristique de l’horizon Chul. A Los Naranjos (Bau dez et Becquelin 1973, p. 113 et tableau 5), il est daté du début de la phase Eden 2.

27M6 – Moulure ou rebord sous-labial ou médian. (groupes céramiques Trovador et Nogaro).

28Distribution : couche II uniquement (aspect tardif du complexe céramique Noguta).

29Comparaisons : dans les Hautes Terres du Guatemala, ce mode apparaîtrait à la fin du Préclassique moyen (complexe céramique Providencia à Kami naljuyu) et se développerait au cours du Préclassique récent. Sur la côte Pacifique, il se manifeste dans les complexes céramiques Algo-es-Algo et Ilusiones de Bilbao (Parsons 1967, fig. 23d ; 26a, d ; 28f ; 35g ; 38a, b ; 40e, g) et dans le complexe céramique Crucero de La Victoria, associé aux types Crucero red-on-orange (Coe 1961, fig. 37e ; Coe et Flannery 1967, fig. 8) et Conchas Streaky Brown-black (Coe et Flannery 1967, fig. 31). A Copán, le rebord sous-labial est présent dans les complexes céramiques Chabij (Longyear 1952, fig. 50aa) et Bijac (id. fig. 50w, y). A Chalchuapa (Sharer 19- 78 : p. 89 ; p. 98, modes B21, B29 et B31), le rebord ou la moulure sous-labial ou médian apparaît dans le complexe céramique Kal mais serait surtout caractéristique de l’horizon Chul (groupes céramiques Santa Tecla, Olocuitla et Pinos), il persiste en Caynac (groupe céramique Izalco) comme un mode mineur. A Los Naranjos (Baudez et Becquelin p. 108 et tableau 5), ce mode est daté Jaral et Eden 1.

30Dans le Peten, le rebord labial est regardé comme un fossile directeur d’un aspect ancien de l’horizon Chicanel (Willey, Culbert et Adams 1967, p. 296).

M7 – Plats : récipients ouverts à bords divergents et larges Image.

31(types Orfeo Orange : variété D).

32Distribution : couches I, II, III, avec une croissance régulière (complexes céramiques Noguta et Lilillá).

33Comparaisons : les plats ou écuelles à bord éversé large sont généralement caractéristiques du Préclassique terminal et du Protoclassique. A Chal Chuapa (Sharer 1978, p. 87, forme A22), ils apparaissent dans le complexe céramique Chul mais sont caractéristiques essentiellement des complexes céramiques Caynac et Vec. Les plats de La Lagunita, d’autre part, portent des traces de supports creux, supports qui n’apparaissent pas avant le Préclassique terminal.

34M8 – Ressaut angulaire (angle Z saillant).

35Il se présente souvent comme une véritable moulure basale (groupes céramiques Orfeo et Nogaro).

36Distribution : couches I, II et III (complexe céramique Neguta surtout dans son aspect tardif, et aussi le complexe céramique Lilillá).

37Comparaisons : dans les Hautes Terres, ce mode se manifeste dans les complexes céramiques préclassiques et protoclassiques. Coe (1961, p. 84) considère les bols à angle S-Z comme diagnostiques de la phase Crucero, mais il fait figurer un ressaut angulaire en phase Conchas 2 (id., fig. 31k). Parsons le relève dans les groupes céramiques Victory (Parsons 1967, fig. 34g), Yucales (id., fig. 36g), Maternidad (id., fig. 37c), Rio Santiago (id., fig. 38c, 39k) du complexe céramique Ilusiones. Plus près de La Lagunita, ce mode est présent dans le complexe céramique Balam de Zacualpa (Waucho pe 1950, fig. 31d). A Chalchuapa, on le trouve dans l’inventaire des éléments de forme des groupes céramiques Santa Tecla (Sharer 1978, fig. 15f, g), Pinos, Olocuitla et Izalco, tous datés du Préclassique récent. A Los Naranjos (Baudez et Bec quelin 1973, p. 113), il est daté de phase Eden 2.

38Dans le Peten, ce mode est sensiblement plus tardif puisqu’il serait caractéristique de l’horizon Tzakol 1 (Willey, Culbert et Adams 1967, p. 299).

39M9 – Bord épaissi en bourrelet triangulaire extérieur (fig. 59a).

40(groupes céramiques Orfeo, Nogaro, Roqueño).

41Distribution : couches I, II et III avec une croissance régulière (complexe céramique Noguta, surtout dans son aspect tardif, et aussi le complexe céramique Lililla).

42Comparaisons : plusieurs bords de même profil ont été trouvés dans les niveaux supérieurs de la tranchée F. Ce mode semble bien marquer un horizon Préclassique terminal-Protoclassique.

43M10 – Moulure labiale rabattue en crochet à l’extérieur (figs. 59b, c, d).

44(types variés des niveaux supérieurs).

45Distribution : couche I (complexe céramique Lili lla).

46Comparaisons : plusieurs bords de même profil ont été trouvés dans les niveaux supérieurs de la tranchée F. Ce mode semble marquer un horizon Protoclassique-classique ancien.

47M11 – Support mammiforme.

48(tessons érodés).

49Distribution : couche I (complexe céramique Lilillá).

50Comparaisons : le support mammiforme est un marqueur bien connu de l’horizon Préclassique terminal-Protoclassique.

51M12 – Rebord basal.

52(tessons érodés des niveaux supérieurs non classés dans la typologie).

53Distribution : couche I (complexe céramique Lili llá).

54Comparaisons : le bol à rebord basal est le fossile directeur par excellence du Classique ancien.

Modes de décoration.

55Les modes de décoration sont déjà inclus parmi les critères de définition des types céramiques. Leur intérêt est donc souvent secondaire : certains modes potentiels ont été écartés soit parce qu’ils ne représenteraient que la répétition d’un type, soit parce que leur distribution stratigraphique ne montre aucune opposition dans la chronologie préclassique.

56Parmi les traitements de surface, les cols de jarre simplement lissés à l’extérieur mais engobés et polis à l’intérieur se sont révélés peu signifiants. L’engobe beige, crème ou blanc (mode D1) manifeste un déclin remarquable au cours du Préclassique. Dans les altérations de surface, la distinction entre les incisions (mode D4) et les rainures (grooves) sur une surface polie monochrome s’est avérée intéressante. Les pigments spéciaux, enfin, ont été retenus même s’ils ne sont guère signifiants : rouge hématite (mode D2) et graphite (mode D3). La dichromie en zones ou linéaire ainsi que la combinaison dichromie-incisions ne font guère que répéter la typologie.

57D1 – Engobe beige, crème ou blanc.

58(type Bedelio Rouge-sur-Beige, groupe Trovador, divers beige).

59Distribution : ce mode est présent dans tous les niveaux mais sa fréquence manifeste une concentration dans les niveaux inférieurs suivie d’une décroissance régulière. Il est donc davantage caractéristique du complexe céramique Santizo.

60Comparaisons : se reporter aux comparaisons des groupes céramiques Bedelio et Trovador. L’engobe crème ou blanc apparaît dès le Préclassique ancien sur la côte Pacifique du Guatemala et du Chiapas : Tilapa red-on-white des phases Cuadros de Salinas La Blanca (Coe et Flannery 1967, p. 138), Izapa (Ekholm 1969, pp. 43-45) et Altamira (Green et Lowe 1967, p. 110). De même à Chalchuapa (Sharer 1978, p. 13), le groupe céramique Ataco entre dans le complexe céramique Tok (Préclassique ancien). Les wares monochromes crèmes et blancs sont datés du Préclassique moyen : types Conchas white-to-buff et Conchas Fine White-to-buff des phases J ocotal et Conchas à La Victoria (Coe 19- 61 ; Coe et Flannery 1967), groupe céramique Santa Cruz de la phase Algo-es-Algo à Bilbao (Parsons 1967), ware Sacatepequez white paste white de la phase Sacatepequez-Providencia dans les Hautes Terres, groupe céramique El Congo des phases Tok et Colos à Chalchuapa (Sharer 1978), type Zarca blanc de phase Jaral à Los Naranjos (Baudez et Becquelin 1973), wares blancs fossiles directeurs de l’horizon Xe dans le Peten. L’engobe blanc-crème est aussi présent dans le complexe céramique Uir de Copan (Viel 1983) L’engobe beige, parfois associé à une peinture rouge, persiste dans les complexes céramiques du Préclassique récent mais généralement sa fréquence diminue sensiblement. Il convient de rappeler, d’autre part, le ware “Los Encuentros beige” de Los Encuentros (Hatch 1982, p. 109), qui est daté du Préclassique.

61D2 – Rouge hématite.

62(groupes céramiques Stendal, Trovador, Rapallo, Utatlan, Deldongo).

63Distribution : présent dans pratiquement toutes les couches, avec deux maxima en V et en II.

64Comparaisons : ce mode n’offre guère d’oppositions chronologiques mais sa fréquence montre bien son importance dans les Hautes Terres du Guatemala. Il apparaît dès le Préclassique ancien (horizon Ocós) sur la côte Pacifique, et se propage dans les Hautes Terres où il persistera durant tout le Préclassique et même durant le classique.

65D3 – Graphite

66(groupes céramiques Stendal et Utatlan).

67Distribution : présents dans pratiquement toutes les couches avec une plus forte concentration cependant dans les couches II et III (complexe céramique Noguta).

68Comparaisons : se reporter aux groupes céramiques Stendal et Utatlan. A Chalchuapa (Sharer 1978, p. 86 ; p. 98, mode B32), ce mode est caractéristique du complexe céramique Chul, et, dans une moindre mesure, de l’aspect ancien du complexe céramique Caynac.

69D4 – Incisions après engobage sur une surface monochrome polie.

70(types Orfeo Orange Incisé, Nogaro Noir Incisé, Roqueño Rouge Incisé).

71Distribution : couches I, II, III, IV, avec un maximum en II.

72Comparaisons : les incisions après engobage, par opposition aux rainures (grooves) avant engobage, sont plus tardives que ces dernières et caractérisent le Préclassique récent, avec une plus haute fréquence dans son aspect final. Sharer (1978) a aussi noté cette différence chronologique entre le grooved et l’incised :

731/ dans le groupe céramique Santa Tecla, le type Miramonte grooved est rattaché au complexe céramique Chul, mais le type Tacuba incised appartient au complexe céramique Caynac ;

742/ dans le groupe céramique Olocuitla, le type Opico grooved est rattaché aux complexes céramiques Chul et Caynac, mais le type Tecoluca incised appartient au seul complexe céramique Caynac.

75Conclusions : la liste des modes retenus est très réduite par la nécessité de créer des oppositions à l’ intérieur du Préclassique. Les tableaux 6 et 7 de la séquence modale montrent cependant une opposition d’une part entre les trois couches supérieures et les cinq couches inférieures, d’autre part entre la couche I et les couches II et III. Les trois couches supérieures se caractérisent par :

761/ l’absence de bols globulaires fermés (Ml), la haute fréquence de jarres à col court éversé (M2) et la présence exclusive de plats (M7) ;

772/ la haute fréquence de rebord labiaux étroits (M4) ;

783/ la présence d’éléments de formes particuliers (M5, M6, M8) et d’un profil de bord remarquable (M9) ;

794/ la faible fréquence d’engobe beige, crème ou blanc ;

805/ la présence presque exclusive (avec la couche IV) du décor incisé sur une surface polie monochrome.

81La couche I se distingue par la présence exclusive d’un profil de bord remarquable (M10) et surtout par la présence de modes protoclassiques et classiques anciens (M11 et M12).

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search