Version classiqueVersion mobile

La Période formative à La Lagunita

 | 
Alain Ichon
, 
René Viel

3ème partie. La céramique de la structure A-6 de la Lagunita

Chapitre I. Description typologique

René Viel

Texte intégral

1Les groupes céramiques seront présentés suivant leur ordre chronologique approximatif et sous la forme suivante :

2Nom du groupe céramique : il est suivi de la liste des types céramiques qui le composent.

3Illustrations. Références aux figures.

4Echantillonnage. Il comporte deux chiffres : le premier représente le nombre de tessons classés dans le groupe céramique et sur lequel a porté l’étude, le second représente le nombre de tessons classés dans le groupe céramique provenant de la structure A-6 et figurant dans les tableaux de la séquence (tableaux 4, 5, 6 et 7). Les chiffres figurant entre parenthèses au cours de la description se réfèrent seulement à l’échantillonnage de la structure A-6.

5Critères. Modes distinctifs du type, ils sont supposés pertinents dans sa définition.

6Pâte. La pâte n’a été observée qu’à la loupe ordinaire, elle ne peut être que sommairement décrite. A noter la présence de mica dans la plupart des pâtes (du mica à l’état pur, d’autre part, a été fréquemment trouvé au cours de la fouille de la structure A-6).

7Surface. Traitement et couleur. La couleur est décrite suivant le code Munsell.

8Formes. Elles sont généralement présentées de la plus courante à la plus rare et dans Tordre : récipients ouverts, récipients fermés, éléments de forme. En l’absence d’un code général, un code est établi pour chaque groupe et qui ne vaut que pour ce groupe. Les dimensions sont moyennes.

9Décoration. Elle est toujours un critère éminent de classification car elle est généralement facile à identifier. Ses variations constituent le plus souvent la base de la subdivision du groupe en types et des types en variétés.

10Distribution stratigraphique et position chronologique. Elle indique l’évolution du groupe et des types dans les couches stratigraphiques de la structure A-6 et, par là, sa position chronologique (tableaux 4, 5, 6, 7).

11Comparaisons. Elles signalent les similarités du groupe, d’une part avec d’autres groupes du même site, d’autre part avec des céramiques d’autres sites archéologiques. Les sites généralement comparables et dont la céramique a été publiée sont : les sites de la vallée du Chixoy et du Quiché (Los Encuentros, El Jocote, Zacualpa), Kaminaljuyu, Se metabaj, la côte pacifique (Bilbao, La Victoria, Salinas La Blanca, El Bálsamo), le Salvador occidental (Chalchuapa).

12Remarque. Généralement elle attire l’attention sur un détail utile.

Groupe céramique Quiludi

13Type Quiludi Gris-Brun.

14Illustrations : non illustré.

15Echantillonnage : 10 tessons, dont 8 dans la structure A-6.

16Critères : Pâte fine. Surface gris-brun micacée. Parois fines.

17Pâte : Fine, de couleur brune avec un coeur noir. Quelques éléments non plastiques blancs. La texture est homogène et compacte.

18Surface : Recouverte d’un engobe brun clair, tirant parfois sur le gris, et parsemée de très fines particules de mica. L’extérieur au moins est poli.

19Formes : On ne peut noter que des éléments de forme :

  1. Un bord divergent, direct à lèvre arrondie.

  2. Un tesson de bol ouvert (on d’écuelle) montrant une base plane et des parois latérales concaves divergentes. La liaison de la base et de la paroi latérale est arrondie.

  3. Deux tessons de corps de récipients fermés. L’épaisseur des parois ne dépasse guère 0, 4 cm en général.

20Décoration : Trois tessons portent des incisions linéaires fines, peu profondes, exécutées sur la pâte sèche après polissage. Sur deux tessons de corps, il s’agit d’une simple ligne incisée. Sur le tesson d’angle basal, deux lignes obliques incurvées, parallèles, descendent le long de la paroi.

21Distribution stratigraphique et position chronologique : Le type Quiludi Gris-Brun est présent dans la couche VIII et sa fréquence décroît nettement dans les deux couches suivantes. Il serait donc essentiellement du complexe céramique Santizo 1.

22Comparaisons : Coe et Flannery (1967, p. 46 et fig. 8) ont défini une tradition de monochrome gris incisé avec en particulier le type Ocos gray qui comprend des bols à base plane et parois latérales divergentes datés dès le complexe céramique Jocotal. Le type Ocos gray persiste dans le complexe céramique Conchas.

23A Kaminaljuyu, le type Las Charcas Gray-Brown (Crucero Gray Ware) possède des bols à base plate et fait partie du complexe céramique Las Charcas (Wetherington 1978, p. 76 et p. 140).

Groupe céramique Bedelio

24Types Bedelio Rouge-sur-Beige et Foscopi Rouge.

25Illustrations : Figures 37 et 38.

26Echantillonnages : 213 tessons, dont 145 dans la structure A-6.

27Type Bedelio Rouge-sur-Beige (figure 37).

28Echantillonnage : 120 tessons, dont 73 dans la structure A-6.

29Critères : Engobe beige, visible surtout à l’intérieur. Peinture rouge sur la lèvre et souvent sur la partie supérieure du bord extérieur.

30Pâte : Fine (souvent très fine) à moyenne, avec des particules brillantes fines en assez forte densité et quelques inclusions blanches. La texture est homogène, très compacte et très dure. La couleur varie d’orange (le plus caractéristique) à orange-brun, à brun-rouge, avec souvent un coeur sombre (gris ou noir) d’épaisseur variable.

31Surface : Un engobe beige (autour de 10 YR 3/4) recouvre toute la surface du récipient. A l’extérieur un pigment est parfois ajouté à l’engobe, lui donnant ainsi un aspect irrégulièrement orange-brun. L’intérieur est très régulièrement poli mais plutôt mat. L’extérieur est plus brillant et les traces de polissage sont souvent visibles.

32Formes :

33A/ La forme caractérisque est une écuelle à base plate, parois divergentes le plus souvent rectilignes ou légèrement convexes (48 ex.) mais aussi parfois légèrement concaves (11 ex.) . Diamètre à l’ouverture : 16 à 24 cm ; hauteur : 4 à 6 cm ; épaisseur des parois : 0, 6-0, 8 cm. Une catégorie de ces écuelles se distingue par l’épaisseur des parois (1 à 1, 2 cm) et le diamètre de l’ouverture (24 à 28 cm).

34Le plus fréquemment, le bord est :

  1. direct à lèvre arrondie ou convexe (fig. 37a et 37d ; 42 ex.). On note parfois un épaississement progressif de ce bord (fig. 37b), ou bien un renflement labial à l’extérieur (fig 37c) ou à l’intérieur (fig. 37e). Un exemplaire au moins tend vers une forme en calotte (fig. 37d).

  2. relevé vers la verticale sur 1 à 2 cm environ, ce relèvement s’accompagne d’une dépression de la paroi extérieure (fig. 37h, i ; 9 ex.) .

  3. avec une lèvre relevée à la verticale et amincie (fig. 38g).

  4. un bord à paroi mince (0, 5 cm) présente une lèvre infléchie vers l’extérieur et arrondie (fig. 371).

35B/ Bols fermés globulaires à ouverture large. Bord rentrant direct à lèvre arrondie (5 ex.) . Diamètre à l’ouverture : 20 cm (fig. 37f).

36C/Bols fermés à parois convexes divergentes, bord infléchi vers l’intérieur quasi perpendiculairement à la paroi latérale (la liaison est arrondie). Lèvre aplatie. Diamètre à l’ouverture : 24 cm (fig. 37j).

37D/ Bols fermés carénés à bord rentrant, lèvre arrondie. L’extérieur du bord est ondulé par trois cannelures (fig. 37k).

38Décoration :

391/ Peinture : Une couleur rouge (7. 5 R 4/6) est appliquée sur la lèvre et, souvent, sur certaines parties de la paroi extérieure. Suivant l’emplacement de la peinture rouge, 4 variétés sont à considérer :

40Variété A/ (42 ex.) : la lèvre est rouge, ainsi que le bord extérieur (sur 1 à 2 cm environ) (fig 37 g, h, i).

41Formes associées : Al à parois normales (16 ex.), Al à parois épaisses (10 ex.), A2 (9 ex.), C(2 ex.), divers (5 ex.) . Noter que la forme A2 est associée exclusivement à cette variété.

42Variété B/ (24 ex.) : seule la lèvre est peinte en rouge, l’intérieur et l’extérieur sont beiges (fig. 37a).

43Formes associées : Al (19 ex.), A3, B (5 ex.). Noter que la forme B appartient exclusivement à cette variété.

44Variété C/ (5 ex.) : la peinture rouge couvre la lèvre et toute la paroi extérieure.

45Formes associées : Al, D.

46Variété D/ (2 ex.) : zones rouge-sur-beige verticales sur la paroi latérale extérieure.

47Formes associées : A4, ainsi que l’anse miniature (éléments de forme E).

48II/ Incisions. Un seul tesson de bord (fig. 37j) porte une incision circonférentielle maladroite au niveau de l’épaule. Cette incision marque la limite de la peinture rouge à l’extérieur. Une autre incision, oblique, va depuis la lèvre jusqu’à cette incision circonférentielle.

49Type Foscopi Rouge (figure 38).

50Echantillonnage : 93 tessons, dont 72 dans la structure A-6.

51Critères : Surface rouge polie. Pâte.

52Pâte : Semblable à celle de Bedelio. La couleur est souvent d’un orange clair.

53Surface : Recouverte d’un engobe rouge 7. 5 R 3/8- 10 R 3/6, souvent plus foncé à l’extérieur qu’à l’intérieur. Elle est généralement polie, avec des craquelures caractéristiques. Quelques cols de jarre ne sont ni engobés ni polis à l’extérieur.

54Formes :

55A/ 1- cols de jarre concaves parallèles ou faiblement divergents. Le bord est direct à lèvre épaissie en bourrelet à l’extérieur et arrondie (fig. 38a).

562- Bords à parois concaves parallèles ou faiblement divergentes, directs à lèvre souvent éversée vers l’extérieur et arrondie (diamètre à l’ouverture : 14 cm ; épaisseur : 0, 6 cm). Certains de ces bords appartiennent peut-être à des récipients ouverts mais la majorité d’entre eux seraient plutôt à relier à des cols de jarre (fig. 38b, c, d, e).

57B/ Tessons de corps de jarre. La paroi intérieure n’est pas traitée.

58Décoration :

  • Trois bords de forme A2 ont une lèvre décorée d’un filet ponctué (fig. 38a.) .

  • Deux bords présentent des ponctuations sous la lèvre (fig. 38d.) .

59Distribution stratigraphique et position chronologique :

60Le type Bedelio Rouge-sur-Beige : variété A connaît son maximun dans la couche VIII puis décroît régulièrement. La variété B, absente dans la couche VIII, progresse régulièrement pour atteindre son maximum dans la couche IV puis décroît. La variété C, peu fréquente, est à son maximum dans la couche VI. Les deux tessons de la variété D se trouvent dans les couches III et IV. La variété A serait donc la plus ancienne (complexe céramique Santizo 1), puis céderait le pas à la variété B (complexe céramique Nogutá 1). Les variétés rares C et D appartiendraient respectivement aux complexes Santizo 2 et Noguta 1.

Fig. 37 Le groupe céramique Bedelio.

Fig. 38 Le groupe céramique Foscopi.

61Le type Foscopi Rouge connaît son maximum dans la couche VIII puis décroît assez régulièrement. Son évolution est comparable à celle de la variété A du type Bedelio Rouge-sur-Beige.

62Comparaisons : A Los Encuentros (Hatch 1982, p. 99), le ware Los Encuentros Beige présente beaucoup de similarités avec le groupe Bedelio mais il n’est pas poli à l’extérieur. Certains tessons classés dans le ware Otoño à Los Encuentros seraient classés dans.l e groupe Bedelio à La Lagunita, surtout dans le type Bedelio rouge-sur-beige : variété C.

63Le type Bedelio Rouge-sur-Beige, qui prend de toute évidence ses racines dans le début du Préclassique Moyen, pourrait être relié au type Conchas red-and-white de Salinas La Blanca (Coe et Flannery 1967, p. 41). Suivant le tableau de Coe et Flannery (ibid, fig. 8), la tradition dichrome rouge et blanche persiste au cours de la phase Conchas et s’éteint au seuil de la phase Crucero.

64A Bilbao (Parsons 1967, pp. 77-78), le groupe céramique Miramar, qui fait partie du complexe céramique Ilusiones, possède des bols à silhouette composite de forme et de décor semblables au type Bedelio (surtout la variété C), ainsi que des cols de jarre avec une lèvre décorée d’un filet ponctué exactement semblable aux lèvres ponctuées du type Foscopi.

65Remarque : Le groupe Bedelio paraît composé de deux types fonctionnels :

661/ Bedelio Rouge-sur-Beige qui comprend des récipients ouverts et des récipients fermés mais à ouverture large (il serait peut-être utile de définir une catégorie de récipients “semi-fermés”).

672/ Foscopi Rouge qui comprend essentiellement des jarres.

Groupe céramique Corinthian Daub

68Illustrations : non illustré.

69Echantillonnage : 78 tessons, dont 64 dans la structure A-6.

70Critères : Peinture rouge pourpre sur une surface généralement non engobée et simplement lissée.

71Pâte : Fine à moyenne, de couleur beige avec parfois un coeur sombre. Les éléments non plastiques comprennent de fines particules brillantes (peut-être mica) ainsi que des inclusions blanches de taille moyenne. La texture est homogène et compacte.

72Surface : Généralement non engobée et simplement lissée, mais des exceptions sont notables : certains tessons paraissent revêtus d’un engobe de même couleur que la pâte, à moins qu’il ne s’agisse d’un auto-engobe, et certaines parties du bord et de la panse sont polies.

73Formes :

74A/ Jarres à col court éversé. Le bord est rectiligne, direct à lèvre convexe ou arrondie. La liaison entre la panse et le col est arrondie à l’extérieur, souvent anguleuse à l’intérieur. Diamètre à l’ouverture : 16 à 22 cm ; hauteur du col : 3 cm.

75B/ Une jarre à col éversé et portant un “filet denté” à la base du col. Anse à section ronde avec attache supérieure sur la lèvre et attache inférieure sur le filet appliqué. Diamètre à l’ouverture : 16 cm.

76C/Jarres à col vertical ou légèrement infléchi vers l’intérieur, bord épaissi et lèvre aplatie ou convexe. Diamètre à l’ouverture : 20 cm.

77Décoration : rouge à l’intérieur sur 2 cm ; lèvre non peinte mais polie ; bande rouge extérieure sur 3 cm. Peinture rouge sur la face extérieure de l’anse et en cercle autour des attaches supérieures et inférieures.

78D/ Bord de bol fermé, rentrant direct à lèvre aplatie. Diamètre à l’ouverture : 9 cm ; épaisseur : 1, 4 cm. Décor : lèvre peinte en rouge.

79Distribution stratigraphique et position chronologique : le groupe céramique Corinthian Daub est présent dans toutes les couches, sauf la couche supérieure, avec un maximum dans la couche VII (complexe céramique Santizo 2).

80Comparaisons : Marion Match (1982, p. 99) a consacré une étude détaillée au ware Corinthian Daub. Il a été reconnu dans divers sites de la vallée du Chixoy dont El Jocote (Ichon et Grignon 1981, fig. 79).

Groupe céramique Orfeo

81Types Orfeo Orange Simple, Orfeo Orange à Rainures, Orfeo Orange Incisé, Orfeo Orange Usulu tan.

82Illustrations : Fig. 39 et 40.

83Echantillonnage : 646 tessons, dont 490 dans la structure A-6.

84Critères : Surface engobée, bien polie. Pâte fine à moyenne, dure, avec un coeur noir fréquent.

85Pâte : Fine à moyenne, de couleur brun clair (5YR6/ 6, 7. 5YR6/8) avec un coeur noir fréquent. Eléments non plastiques variés, dont des inclusions blanches fines en densité moyenne ainsi que des particules vitreuses. La texture est homogène, serrée et compacte.

86Surface : Recouverte d’un engobe fin et bien poli, souvent lustré, de couleur orange (autour de 2. 5 YR4/8) à orange foncé. Les taches de cuisson brunes et noires ne sont pas rares.

87Formes générales : Les plus courantes sont les récipients ouverts (écuelles ou bols) à fond plat ou convexe et à parois rectilignes (ou légèrement concaves) divergentes. Le bord est direct, ou épaissi en bourrelet à l’extérieur, ou encore éversé, parfois jusqu’à l’horizontale, se transformant même en véritable rebord labial dont la largeur peut dépasser les 3 cm. Leur liaison avec la paroi intérieure est de préférence angulaire. Les bords éversés et les rebords labiaux sont le plus souvent décorés d’une rainure horizontale. La lèvre est pratiquement toujours arrondie ou convexe. Dimensions moyennes : diamètre à l’ouverture, 24-26 cm ; hauteur, 8 cm ; épaisseur des parois, 0, 8 cm.

88Il existe aussi quelques formes ouvertes complexes. Les récipients fermés apparaissent plutôt rares.

89Parmi les éléments de formes, il faut noter la présence de couvercles et de ressauts ou moulures basais. Les supports sont pratiquement absents puisqu’il a été noté seulement un pied conique plein en bouton (niveau 8) et un pied probablement mammiforme mais dont l’état érodé ne permet pas de l’attribuer au groupe Orfeo en toute sécurité. A noter aussi des traces de support sur deux fragments de plats.

90Type Orfeo Orange Simple.

91Illustrations : fig. 39a – h.

92Echantillonnage : 439 tessons, dont 342 dans la structure A-6.

93Critères : absence de décor. La présence d’une rainure sur le bord intérieur n’est pas considérée comme un décor.

94Variété A/ : variété normale ( (214 ex.) .

95Formes : 1/ Ecuelles ou bols ouverts, à fond plat ou convexe et parois latérales divergentes le plus souvent concaves ou rectilignes mais aussi convexes. Quelques tessons de corps montrent une moulure basale dont certaines à facettes. Le bord est le plus souvent direct avec une lèvre arrondie ; parfois il est renflé à l’extérieur ou même éversé avec une rainure horizontale sur la face supérieure (fig. 39a).

962/ Bols ouverts à fond convexe et parois concaves parallèles dont l’angle basal situé vers la mi-hau teur et accentué par un épaississement de la paroi marque un profil en angle Z. Diamètre moyen à l’ouverture : 14 cm ; le diamètre maximum est égal au diamètre d’ouverture (fig. 39 b).

Fig. 39 Le groupe céramique Orfeo.

973/ couvercles à parois légèrement concaves puis un bord infléchi vers la verticale avec une lèvre arrondie. Diamètre moyen : 26 cm (fig. 39c).

98Variété B/ : "Chocolat" (39 ex.) .

99Critères : variété potentielle fondée sur la couleur particulièrement foncée (10R4/6) de la surface. Cette opposition est peut-être illusoire mais il faut admettre que sa distribution reste confinée aux niveaux inférieurs.

100Formes : écuelles ou bols ouverts à parois latérales divergentes, rectilignes ou légèrement concaves. Le bord est direct avec une lèvre arrondie. Dans un cas, il est épaissi en bourrelet à l’extérieur.

101Variété C/ : "Bords épais" (86 ex.) (fig. 39d-g).

102Critères : les bords ont une épaisseur de 1 cm environ.

103Formes : bols ouverts à parois latérales rectilignes divergentes. Quelques-uns sont carénés. Le bord est soit direct avec lèvre arrondie, soit en biseau intérieur avec ou sans rainure sur le biseau.

104Variété D/ : "Plate" (3 ex.) (fig. 39h).

105Critères : forme.

106Formes : plats à parois latérales rectilignes ou concaves très divergentes. Le bord est direct, progressivement épaissi et la lèvre arrondie. Traces de support (non identifiable) à cheval sur l’angle basal. Diamètre à l’ouverture : 32 cm.

107Remarque : la couleur de la surface tire vers le rouge.

108Type Orfeo à Rainures.

109Illustrations : fig. 39i-n, 40a-i.

110Echantillonnage : 166 tessons, dont 125 dans la structure A-6.

111Critères : rainures (à profil en U) pratiquées avant l’engobage sur les parois de la poterie. Les bords de ces rainures, d’au moins 2 mm de large, sont réguliers et assouplis.

112Variété A/ : Rainures circonférentielles simples (73 ex.) .

113Critères : au moins une rainure circonférentielle sur la paroi extérieure de la poterie.

114Formes : 1/ Ecuelles ou bols ouverts à parois latérales divergentes (concaves, rectilignes ou convexes). Certains bols à parois concaves sont carénés, avec une base arrondie (profil en basal break bowl, fig. 39k). Le bord est direct avec la lèvre arrondie, ou épaissie en bourrelet à l’extérieur avec souvent la transformation en bord éversé. A noter quelques cas de bord aminci avec lèvre arrondie (associés à des parois convexes) et de bord épaissi avec une lèvre en biseau extérieur (associés à des parois concaves). Diamètre à l’ouverture : 22 à 30 cm ; hauteur : 8 cm environ.

1152/ Bols fermés à parois convexes. Le bord est rentrant direct à lèvre arrondie. Dans un cas, le bord est relevé, la lèvre reste arrondie (fig. 39i).

1163/ Bols ouverts à parois divergentes, avec un bord relevé à la verticale sur 2 cm et à lèvre arrondie (fig. 39j).

1174/ Bols à parois latérales rectilignes légèrement divergentes. Le bord est épaissi en faible saillie à l’extérieur puis progressivement aminci avec une lèvre arrondie, la base est inconnue (fig. 391). Diamètre à l’ouverture : 32 cm ; hauteur : au moins 12 cm (hauteur du tesson le plus large) ; épaisseur : 0, 9 cm.

118Décoration : des rainures circonférentielles sont pratiquées avant l’engobage sur la paroi extérieure (il existe quelques cas de rainures sur le bord intérieur). Leur nombre varie de 1 à 5. Lorsque la rainure est unique, elle est située généralement sous le bord, ou bien au niveau de l’angle basal. Apparemment, les séries de 4 ou 5 rainures parallèles se rencontrent de préférence sur les écuelles ou bols à parois concaves (à profil caréné ou non) et à bord épaissi à l’extérieur ou éversé.

119Variété B/ : Rainures complexes (4ex.) (fig. 39m, n).

120Critères : rainures en lignes brisées ou entrecroisées.

121Formes : écuelles ou bols ouverts à parois rectilignes (ou. légèrement concaves) divergentes avec le bord direct ou épaissi à l’extérieur et la lèvre arrondie. Diamètre à l’ouverture : 30 cm.

122Décoration : les rainures décrivent des lignes brisées sur la paroi extérieure. Sur un exemplaire, ces rainures sont placées sur la paroi intérieure. Un tesson de corps présente une ligne brisée scalaire.

123Variété C/ : Rebords labiaux à rainures (48 ex.) (fig. 40a-i).

124Critères : rebords labiaux comportant plus d’une rainure sur la face supérieure (il a paru utile de les séparer dans la mesure où ils constituent un mode aisément identifiable).

125Formes : dans tous les cas, ce sont de écuelles ou des bols ouverts dont le diamètre à l’ouverture varie entre 22 et 30 cm (le plus souvent 22 à 24 cm). Le bord est éversé à l’horizontale et se transforme en rebord labial. La liaison de ce rebord avec la paroi intérieure du récipient est le plus souvent anguleuse. Le rebord lui-même est large d’au moins 2 cm mais dépasse souvent 3 cm. Les rebords de 2 cm ont une face supérieure aplatie ou convexe. Les rebords de plus de 2 cm sont pratiquement toujours aplatis.

126Décoration : sur les rebords de 2 cm, trois sortes de motifs ont été reconnus :

1271/ une succession de demi-cercles sur le bord extérieur (fig. 40 a) ;

1282/ une rainure horizontale au centre et une succession d’incisions verticales sur le bord extérieur (fig. 40b) ;

1293/ une rainure horizontale continue du côté intérieur et une rainure horizontale discontinue du côté extérieur (elle est alors infléchie en courbe vers la lèvre où elle s’arrête) (fig. 40c, d).

130Sur les rebords de 3 cm et plus, on a noté les possibilités suivantes :

Fig. 40 Le groupe céramique Orfeo.

1311/ une série de rainures horizontales (fig. 40e) ;

1322/ le double line break (fig. 40g) ;

1333/ un décor complexe qui inclut des rainures horizontales continues et discontinues, des “boutons” ou des “grains de café” appliqués, des ponctuations sur la lèvre, des détachements intermittents du rebord avec la paroi latérale, un modelage du rebord lui-même en “feston” ou en “tête d’oiseau” (fig. 40f, h, i).

134Type Orfeo Orange Incisé.

135Illustrations : fig. 40j, k.

136Echantillonnage : 19 tessons, dont 15 dans la structure A-6.

137Critères : incisions pratiquées après l’engobage sur les parois de la poterie. Les bords de ces incisions sont le plus souvent irréguliers et anguleux. La couleur de la surface tire souvent vers le rouge (orange foncé).

138Formes : 1/ Ecuelles ou bols ouverts à parois rectilignes ou faiblement concaves. Le bord est direct ou épaissi en bourrelet à l’extérieur avec une lèvre arrondie ou convexe. Diamètre à l’ouverture : 22 cm.

1392/ Rebords labiaux de 3 cm de large ou plus.

140Décoration : les incisions (de 1 à 2 mm de large) sont pratiquées après l’engobage mais avant le polissage. Les bords sont irréguliers et souvent aplatis par les marques de polissage. Elles consistent en séries de lignes (généralement 3 à 5) parallèles et circonférentielles sur la paroi extérieure.

141Sur les rebord labiaux, ces lignes peuvent ê tre 1/ horizontales continues ou discontinues, 2/ verticales, 3/ combinaison de lignes horizontales et verticales.

142Type Orfeo Orange Usulutan.

143Illustrations : fig. 390.

144Echantillonnage : 8 tessons dans la structure A-6.

145Critères : lignes ou taches qui apparaissent en négatif (clair sur fond sombre). Elles suggèrent un décor usulutan.

146Formes : un seul bord possède une ligne usulutan. Il s’agit d’un bol ouvert caréné à fond convexe et parois latérales concaves divergentes. Le ressaut basal est à facettes. Le bord est progressivement épaissi et la lèvre amincie et arrondie (fig. 390).

147Un second bord possède une tache qui n’est pas forcément usulutan. Il provient d’un récipient ouvert à parois faiblement concaves divergentes. Le bord est direct à lèvre biseautée à l’intérieur.

148Décoration : en dehors de la ligne usulutan située verticalement sur la paroi intérieure, le bord 1 présente deux rainures horizontales circonférentielles au milieu de la paroi extérieure.

149Distribution stratigraphique et position chronologique : le groupe Orfeo est présent dans tous les niveaux de la structure A-6. La fréquence du type simple suit une courbe bimodale avec un premier maximum dans la couche VII et un second maximum dans la couche III. De même, la fréquence totale des types décorés suit une courbe bimodale avec un premier maximum dans la couche VII et un second maximum dans la couche II. Ces bimodalités se réduisent sensiblement si l’on tient compte des variations subnormales.

150Dans le type “Orfeo Orange Simple”, la variété B n’est présente que dans les trois couches inférieures avec un maximum dans la couche VII, la variété C a un maximum dans la couche VIII puis se réduit très lentement, la variété D n’est présente que dans les trois couches supérieures avec un maximum dans la couche I. La variété A reste bimodale avec deux maxima en VII et en III.

151Dans le type “Orfeo Orange à Rainures”, la bimodalité de la variété A est à peine marquée ; la courbe montre un net maximum dans la couche VII suivi d’une décroissance régulière. La variété B est marginale. Dans la variété C, les rebords de 2 cm n’apparaissent pas avant la couche V et leur fréquence augmente régulièrement, par contre la fréquence des rebords de 3 cm et plus montre une bimodalité avec deux maxima en VII et en II.

152Le type “Orfeo Orange Incisé” n’est présent que dans le 4 couches supérieures, avec un maximum dans la couche II. Le type “Orfeo Orange Usulutan” est marginal.

153Aucun critère de forme ou de décor n’a pu réduire les bimodalités dans le groupe Orfeo. L’opposition serait peut-être à définir sur des critères technologiques que nous n’avons pu déceler. Ces bimodalités ont peut-être aussi des raisons historiques et ne sont pas forcément anormales compte tenu de la popularité du groupe céramique Orfeo à La Lagunita et des groupes orange poli en général dans toutes les Hautes Terres.

154En conclusion, le groupe Orfeo connaît son maximum dans le complexe céramique San tizo 2, mais sa popularité se maintient tout au long du Préclassique. On retiendra en outre que :

1551/ les bords épais sont anciens ;

1562/ les rebords labiaux de 2 cm sont tardifs ;

1573/ les incisions après engobage ne sont présentes que dans le complexe céramique Noguta ;

1584/ la forme “plats” constitue un mode très tardif qui se développe vers le Protoclassique.

159Comparaisons : à La Lagunita, le groupe céramique Orfeo présente des similarités morphologiques et décoratives avec les groupes céramiques Nogaro et Roqueño. On notera en particulier que les plats et les incisions irrégulières sont associés à une surface tirant vers le rouge et qu’ils sont tardifs (synchroniques avec le groupe céramique Roqueño).

160Les types orange poli sont généralement communs dans les Hautes Terres au cours du Préclassique (surtout Préclassique récent), depuis le Chiapas jusqu’au Salvador et depuis l’Alta Verapaz et le Quiché jusqu’au versant pacifique. Une étude synthétique de tous ces types serait certainement utile. Parmi les céramiques comparables au groupe Orfeo, il convient de signaler d’abord le ware Glossy Orange de Los Encuentros (Hatch 1982, p. 113) et de Semetabaj (Shook, Hatch, Donaldson 1979, p. 29), reconnu aussi à El Jocote (Ichon et Grignon 1981, fig. 83 c).

161A Kaminaljuyu, Shook et Kidder (1952) n’avaient pas noté de céramique orange, mais Wetherington (1978) fait état d’un Canales Orange ware avec en particulier le type Villanueva Polished Orange ainsi que d’un type Verbena Red-Orange (Mirador Red Ware) qui serait plus tardif et dont une variété porte un décor usulutan.

162A La Victoria et Salinas La Blanca (Coe 1961, Coe et Flannery 1967), la céramique Conchas orange est datée de la sous-phase Conchas 2 et se multiplie en phase Crucero où elle adopte le décor usulutan. A noter que le wide-everted, grooved rim est inclus dans le sous-complexe Conchas 2.

163A Bilbao (Parsons 1967, p. 86), le groupe céramique Santiago, qui fait partie du complexe céramique Ilusiones, est généralement pourvu du décor usulutan. A El Balsamo (Shook et Hatch 1978, p. 34), le Glossy orange ware est mineur et serait sans doute importé.

164A Chalchuapa (Salvador occidental), le groupe céramique Olocuitla fait partie des complexes céramiques Chul et Caynac (Sharer 1978, pp. 35- 36). A remarquer que le type Tecoluca Incised, qui correspond au type “Orfeo Orange incisé”, serait restreint au complexe céramique Caynac, ce qui correspond au même schéma dans la séquence de La Lagunita. Demarest et Sharer (1980, p. 18) font état de types orange dans la vallée de Salamá (Baja Verapaz), reliés au groupe Olocuintla.

165Au Honduras, le type “Muerdalo orange” de Los Naranjos (Baudez et Becquelin 1973) présente des similarités morphologiques mais, comme le groupe céramique Izalco de Chalchuapa auquel il est relié, il fait partie de la tradition usulutan.

166Au Chiapas, la céramique Orange red de Mirador (Peterson 1963, pp. 15-16) est essentiellement datée du Préclassique récent.

167En résumé, la céramique orange polie est largement distribuée, elle prend ses racines dans le Préclassique moyen mais se développe essentiellement dans le Préclassique récent (ceci expliquerait peut-être la bimodalité de sa fréquence à La Lagunita).

168Remarque : il a été parfois difficile de séparer la céramique orange polie (groupe Orfeo) de la céramique rouge polie (groupe Roqueño), surtout quand elle n’est pas décorée. Cette difficulté, apparemment, n’est pas unique puisque Wetherington a défini un type Verbena Red Orange à Kaminaljuyu, de même Peterson à Mirador. Sanders (1961) dit explicitement qu’il a eu des difficultés à séparer des tessons entre ses types Chiapilla Orange et Chiapilla Polished Red. Sharer rapproche é troitement les groupes céramiques Olocuitla (oran ge) et Santa Tecla (rouge) de Chalchuapa. De toute évidence, comme ailleurs, les groupes céramiques Orfeo et Roqueño ont entretenu des liens étroits et Roqueño procède certainement d’Orfeo. Il existe même certains tessons non décorés qui pourraient être classés aussi bien “Nogaro Noir” qu’“Orfeo Orange” ou “Roqueño Rouge”. Un tesson, en particulier, était noir sur un bord, orange sur l’autre avec, entre les deux, une zone rouge typiquement Roqueño.

Groupe céramique Jocote

169Type Chiclo Orange-Brun.

170Illustrations : non illustré.

171Echantillonnage : 27 tessons, dont 24 dans la structure A-6.

172Critères : surface non engobée. Cordons appliqués ou incisions grossières.

173Pâte : de moyenne à grossière, elle est généralement de couleur beige grise. Les éléments non plastiques sont très variables, souvent de taille moyenne à grossière. La texture est d’une homogénéité moyenne, mais elle est compacte.

174Surface : de couleur orange-brun à brun-noir, elle n’est pas engobée et seulement lissée, sauf pour certaines zones irrégulièrement polies.

175Formes : tessons de corps de jarre uniquement.

176Décoration :

177Variété A/ (13 ex.) : cordon denté appliqué ou modelé.

178Variété B/ (11 ex.) : incisions grossières, pointillés ou ponctuations. Sur trois exemplaires, on observe un polissage en zones : la zones incisée et seulement lissée alterne avec une zone polie non décorée.

179Remarque : le type chiclo Orange-Brun est de toute évidence un type utilitaire dans lequel entrerait sans doute une grande partie des tessons de corps non décorés qui ont été écartés de la classification. Le décor est apparemment occasionnel et ne semble pas suivre de patron bien défini.

180Distribution stratigraphique et position chronologique : la variété A connaît son maximum dans la couche VI (complexe céramique Santizo 2) mais reste présente dans le complexe céramique Noguta. La variété B est surtout présente dans la couche II (complexe céramique Noguta 2) : elle serait donc postérieure à la variété A.

181Comparaisons : le groupe Chiclo Orange-Brun est certainement à inclure dans le grand groupe céramique Jocote défini à Barton Ramie (Gifford 1976 dp. 63-70). Gifford, Sharer et Kirkpatrick (ibid, . pp. 63 – 64) identifient le type Jocote orange-brown sous diverses variations dans les Basses Terres à Altar de Sacrificios, Seibal, Tikal, San José. Sharer (1978, p. 17) l’a identifié à Chalchuapa (Salvador) et dans la vallée de Salamá (Baja Verapaz) et soupçonne que le groupe céramique Ceylan de Bilbao lui est relié. Il s’agit donc d’un large groupe céramique caractérisé par une préférence pour les jarres décorées d’un filet appliqué ou modelé à l’extérieur. Dans tous les cas, le groupe Jocote est daté du Préclassique moyen (sphère céramique Mamom dans les Basses Terres, complexes céramiques Colos à Chalchuapa et Algo es-Algo à Bilbao). Une étude précise du groupe céramique Jocote serait certainement utile dans la mesure où il paraît constituer un fossile directeur du Préclassique moyen dans une large zone.

Groupe céramique Trovador

182Types Trovador Blanc, Trovador Rouge-sur-Blanc, Trovador Dichrome Incisé.

183Illustrations : figure 41.

184Echantillonnage : 25 tessons, dont 18 dans la structure A-6.

185Critères : pâte très fine de couleur blanc-crème. Surface polie de même couleur.

186Pâte : très fine et très compacte, de couleur blanche ou crème avec parfois un mince coeur gris ou noir.

187Surface : engobée (ou auto-engobée) blanc-crème à beige (parfois grisé) 10YR7/2-2. 5YR7/2. Elle est polie mais d’aspect mat.

188Formes : A/ Ecuelle ou bol ouvert à parois rectilignes divergentes. | Rebord sous-labial ou médian, lèvre directe arrondie (fig. 41a, d, f). Diamètre à l’ouverture : 20 cm.

189B/ Jarre à col rectiligne faiblement divergent, bord direct à lèvre arrondie. Traces d’une anse (fig. 41c). Diamètre à l’ouverture : 16 cm ; hauteur du col : 4 cm.

190C/Un bord rectiligne faiblement divergent, légèrement infléchi à l’extérieur, à lèvre arrondie (récipient ouvert ou col de jarre). Diamètre à l’ouverture : 20 cm.

191D/ Un bord de bol fermé, rentrant direct à lèvre arrondie (fig. 41b). Diamètre à l’ouverture : 16 cm. E/ Eléments de forme :

1921- une base déprimée, 2- un large tesson globulaire (probablement bol fermé ou jarre), 3- deux tessons plats (sans doute base).

193Type Trovador Blanc.

194Illustrations : Fig. 41 a, b, c.

195Echantillonnage : 14 tessons dans la structure A-6.

196Critères : monochrome blanc-crème.

197Formes : A, B, C, D ,E.

198Décoration : le bord D et un tesson de corps portent une rainure de 1 mm de large. Sur le bord D, il s’agit d’une rainure circonférentielle située à 1 cm environ de la lèvre.

199Type Trovador Rouge-sur-Blanc.

200Illustrations : fig. 41d, e, f.

201Echantillonnage : 3 tessons dans la structure A-6.

202Critères : décor dichrome rouge-sur-blanc.

203Formes : A/ Un bord de forme A (fig. 41d.).

204B/ Un bord de forme identique à A, mais avec un rebord médian plutôt que sous-labial et “festonné” (fig. 41f.) .

205C/Un bord de bol ouvert, renflé à lèvre arrondie. A l’extérieur, dépression horizontale sous-labiale mais elle n’est pas circonférentielle (fig. 41e).

206Décoration : une peinture rouge est appliquée sur la lèvre des deux tessons A et B (la peinture du tesson B tire sur le pourpre). D’autre part, la partie supérieure du rebord latéral est décorée de quelques traits rouges verticaux ; la dépression du feston (tesson B) est peinte en rouge.

207Le bord C est recouvert de peinture rouge sur 1 cm environ de part et d’autre de la lèvre. Une bande verticale rouge apparaît près de la fracture.

208Remarque : la pâte du tesson B est sensiblement moins fine et de couleur jaunâtre (voir Shook et Kidder 1952, p. 95 : “the yellowish-paste white... seems to have been made only in Providencia”). Ce tesson B, avec sa pâte différente et sa couleur rouge pourpre, pourrait bien constituer un type à part (Trovador Pourpre-sur-Blanc) qui correspondrait à des types purple-on-white ou purplish-red on white définis dans d’autres sites.

209Type Trovador Dichrome Incisé.

210Illustrations : fig. 41g.

211Echantillonnage : 1 tesson dans la structure A-6.

212Critères : dichrome en zones limitées par des incisions.

213Formes : un seul tesson de corps arrondi, probablement liaison entre la base et la paroi latérale ou é paule de récipient fermé. Semble provenir d’un récipient fermé subglobulaire.

214Décoration : une peinture rouge (hématite) est appliquée par zones alternées avec des zones laissées couleur de l’engobe. Des incisions extrêmement fines, apparemment tracées après polissage, soulignent les limites des zones peintes en rouge.

215Le motif du tesson est géométrique, en U carré qui apparaît en réserve sur fond rouge.

216Distribution stratigraphique et position chronologique : la fréquence du groupe céramique Trovador suit une courbe unimodale avec un maximum dans la couche VI. Le type Trovador Blanc est caractéristique du complexe céramique Santizo 2. Le type Trovador Rouge-sur-Blanc persiste dans le complexe céramique Noguta 1, mais il n’est représenté que par trois tessons, ce qui n’est guère significatif. L’unique tesson Trovador Dichrome Incisé est dans la couche VIL Le groupe céramique Trovador dans son ensemble est donc à rattacher au complexe céramique Santizo 2.

217Comparaisons : Shook (1951, p. 97) avait défini un Sacatepequez White Paste White Ware qu’il croit avoir été manufacturé dans le département de Sacatepequez et qui serait diagnostique de la phase Sacatepequez-Providencia des Hautes Terres du Guatemala. Il a été reconnu à El Bálsamo (Shook et Hatch 1978, pp. 29-30), à Semetabaj (Shook, Hatch et Donaldson 1979, pp. 38-39), et à Los Encuentros (Hatch 1982, p. 134). Selon Shook et Hatch (1978, p. 29), ce ware est bien représenté dans les départements de Sacatepequez et Chimaltenango, en particulier au site de Zacat.

218Le groupe céramique Trovador doit certainement être relié à ce ware, de même que le type Providencia Cream Slipped (Miraflores White Paste Ware) de Kaminaljuyu qui fait partie des complexes céramiques Las Charcas et, surtout, Providencia (Wetherington 1978, p. 71), le groupe céramique Santa Cruz de Bilbao qui fait partie du complexe céramique Algo-es-Algo (Parsons 1967, pp. 67-69), ainsi que les types Conchas Pine White-to-Buff et Conchas Bine Red-on-Cream de la Victoria (Coe 1961, pp. 80-82, et fig. 36 a-k ; Coe et Flannery 1967, pp. 43-44). Le type Conchas Bine White-to-Buff prend racine dans le sous-complexe céramique Conchas 1, se maintient dans le sous-complexe Conchas 2 et disparaît au début de la phase Crucero. Le type Conchas Bine Red-on-Cream n’appartiendrait qu’au sous-complexe céramique Conchas 2.

219Le groupe céramique Cuitapan de Chalchuapa (Sharer 1978, pp. 25-26), qui entre dans le comple xe céramique Kal, est probablement relié aussi à ce ware, de même que certaines céramiques du Chiapas (Ekholm 1969, pp. 51-58).

Fig. 41 Le groupe céramique Trovador.

Fig. 42 Le groupe céramique Rapallo.

220Au Honduras, le type Zarca blanc de Los Naranjos fait partie du complexe céramique Jaral (Baudez et Becquelin 1973, pp. 136-138).

221Dans les Basses Terres, les types engobés blancs sont considérés comme marqueurs de l’horizon Xe.

222En résumé, il existe un ware blanc (ou beige) avec deux catégories de pâte, l’une blanche, l’autre jaunâtre, largement distribué dans les Hautes Terres et sur la côte Pacifique et dont le foyer de dispersion est peut-être situé dans le département de Sa catepequez. Ce ware serait diagnostique du Préclassique moyen (Santizo 2 à La Lagunita, Providencia à Kaminaljuyu, Conchas à La Victoria, Kal à Chalchuapa). Parmi ses formes caractéristiques, il convient de retenir le bol ouvert avec un rebord sous-labial ou médian ainsi que le bol fermé. Il est souvent décoré d’une rainure sous la lèvre extérieure, et lui est parfois associée une peinture rouge ou pourpre sur la lèvre et à l’extérieur sur le rebord sous-labial ou médian.

Groupe céramique Rapallo

223Types Rapallo Lissé, Colero Lissé.

224Illustrations : figure 42.

225Echantillonnage : 109 tessons, dont 99 dans la structure A-6.

226Critères : cols de jarre polis à l’intérieur, simplement lissés à l’extérieur.

227Pâte : fine à moyenne, de couleur brune. Des éléments non plastiques brillants (mica ?) et opaques, de taille plutôt fine, se rencontrent en densité variable. La texture est généralement homogène et compacte.

228Surface : elle est simplement lissée à l’extérieur, barbouillée d’engobe orange, orange brun ou rouge et polie à l’intérieur.

229Formes : A/ 1- cols de jarres rectilignes parallèles, parfois faiblement divergents, avec un bord éversé sur 1 cm environ (parfois jusqu’à l’horizontale) et une lèvre aplatie ou convexe (fig. 42a). Diamètre à l’ouverture : 18 à 20 cm ; hauteur du col : 3 à 4 cm.

2302 – Un col porte une anse en ruban, avec l’attache supérieure dans le prolongement du bord et l’attache inférieure sur la partie supérieure de la panse (fig. 42b).

231B/ 1 – Jarres à col court rectiligne éversé à 45° environ ou plus, et lèvre convexe. L’épaisseur des parois de la panse ne dépasse guère 0, 5 cm, mais le col est épaissi jusqu’à 1 cm. La liaison de la panse et du col est généralement anguleuse à l’intérieur (fig. 42c, d). Diamètre à l’ouverture : 22-28 cm.

2322 – Un bord porte une anse en ruban (4 cm de large) dont l’attache supérieure se situe dans le prolongement du bord et l’attache inférieure à 5 cm de l’inflexion du col, sur la partie supérieure du corps.

233Type Rapallo Lissé.

234Illustrations : figure 42a, b.

235Echantillonnage : 83 tessons, dont 77 dans la structure A-6.

236Critères : forme A.

237Variété A/ (68 ex.) : intérieur du col barbouillé d’engobe orange à orange brun et irrégulièrement poli.

238Variété B/ (9 ex.) : intérieur du col barbouillé d’un engobe rouge hématite (souvent spéculaire) (fig. 42b).

239Décoration : le col de forme A2, de la variété B, est engobé sur le bord intérieur ainsi que sur la face supérieure de l’anse (qui est en fait dans le prolongement du bord intérieur). La panse du même récipient porte en outre des perforations.

240Type Colero Lissé.

241Illustrations : figure 42 c, d.

242Echantillonnage : 26 tessons, dont 22 dans la structure A-6.

243Critères : formes B.

244Pâte : elle a tendance à être plus fine que dans le type Rapallo, et de couleur brun-rouge.

245Surface : l’extérieur est brun, simplement lissé avec, parfois, quelques traces de polissage irrégulier. Le bord intérieur et les lèvres sont engobés rouge 10R3/6 et polis. Le finissage est sensiblement meilleur que celui du type Rapallo en général.

246Décoration : le bord de forme B2 montre le début d’incisions profondes situées sur la partie supérieure du corps à partir de l’attache inférieure de l’anse.

247Distribution stratigraphique et position chronologique : le type Rapallo Lissé est absent de la couche VIII, il connaît son maximum dans la couche VI puis diminue régulièrement. Le type Colero Lissé est virtuellement absent des couches IV à VIII, son maximum se situe dans la couche III puis sa fréquence diminue régulièrement. Le type Rapallo Lissé fait partie essentiellement du complexe Santizo 2 mais reste présent dans le complexe No guta. Le type Colero Lissé, plus tardif, est carac téristique du complexe céramique Noguta.

Groupe céramique Stendal

248Types Stendal Rouge-et Noir, Stendal Rouge-et-Blanc.

249Illustrations : figures 43 et 44.

250Echantillonnage : 61 tessons, dont 40 dans la struc ture A-6.

251Critères : dichromie avec les couleurs rouge hématite spéculaire et noire ou blanche. Emplacement des couleurs. Pâte très fine.

252Type Stendal Rouge-et-Noir.

253Illustrations : figure 43.

254Echantillonnage : 49 tessons, dont 33 dans la structure A-6.

Fig. 43 Le groupe céramique Stendal.

Fig. 44 Le groupe céramique Stendal rouge et blanc.

255Critères : la surface est noire graphite à l’intérieur, essentiellement rouge hématite spéculaire à l’extérieur. Pâte très fine.

256Pâte : très fine, pratiquement toujours noire, avec une périphérie brun-rouge (quelques rares tessons sont uniformément brun-rouges). Parmi les éléments non plastiques se distinguent des particules très fines de mica en densité moyenne et quelques inclusions blanches opaques. La texture est homogène et très compacte.

257Surface : elle est typiquement parsemée de spécules micacées. L’intérieur est toujours recouvert d’une très fine couche d’engobe noir (probablement graphite). L’extérieur est généralement uniformément rouge hématite spéculaire (5R4/6, 7.5R3/6, 10R3/- 6) mais on observe aussi, surtout sur les larges tessons, des zones engobées noires comme à l’intérieur (dans quelques cas, le rouge est appliqué sur un premier engobe noir à l’extérieur). La plupart des tessons sont ainsi typiquement rouges à l’extérieur et noirs à l’intérieur.

258La surface est, d’autre part, régulière et polie, souvent brillante à l’extérieur mais plutôt mate à l’intérieur.

259Formes : A/ Seuls trois tessons sont assez grands pour déterminer la nature exacte des récipients dont ils proviennent. Dans les trois cas, il s’agit de récipients fermés :

  1. Le premier (fig. 43f) est un bol à fond convexe et parois latérales rectilignes (ou légèrement concaves : elles sont légèrement infléchies vers l’intérieur puis redressées au bord) faiblement convergentes. La liaison entre le fond et la paroi extérieure est arrondie. Le bord est direct à lèvre arrondie. Une rainure circonférentielle extérieure est située à 1 cm sous la lèvre. Diamètre à l’ouverture : 18 cm ; diamètre maximum : 20 cm ; hauteur du tesson : 7, 5 cm (la hauteur du récipient ne doit pas excéder 9 cm) ; épaisseur moyenne : 0, 7 cm.

  2. Le second (fig. 43c) est une jarre à ouverture large, panse globulaire légèrement aplatie, col concave faiblement divergent et bord direct à lèvre convexe. L’inflexion de la panse et du col est soulignée par une cannelure. Diamètre à l’ouverture : 16 cm ; diamètre minimum du col : 13 cm ; diamètre maximum de la panse : 17 cm ; hauteur du tesson : 9 cm (la hauteur du récipient ne doit pas excéder 10 cm), l’épaisseur de la paroi varie de 1 cm au niveau de l’épaule à 0, 7 cm à la lèvre.

  3. Le troisième tesson (fig. 43e) est un bord de bol fermé a ouverture étroite. Le bord est rentrant direct à lèvre arrondie. Une rainure circonférentielle extérieure est située à 1 cm environ sous la lèvre. Diamètre à l’ouverture : 10 cm ; épaisseur de la pa roi: 0,4 cm.

260B/ Parmi les autres bords, il convient de signa les:

  1. Deux bords divergents à parois concaves, sans doute d’un récipient ouvert (fig. 43a, b). Diamètre à l’ouverture : 20 cm.

  2. Un bord à parois infléchies vers l’intérieur puis relevées, semblables à Al. Il possède deux rainures circonférentielles extérieures à 1, 5 et 2 cm sous la lèvre.

  3. Un col de jarre concave parallèle à lèvres arrondies (fig. 43g). Diamètre à l’ouverture : 14 cm ; diamètre minimum du col : 12 cm ; hauteur du col : 2, 5 cm ; épaisseur de la paroi : 0, 7 cm. Un autre col de jarre, concave divergent, a une hauteur de 3 cm (fig. 43h).

  4. Un bord faiblement concave divergent, direct à lèvre arrondie, probablement col de jarre. Diamètre à l’ouverture : 9 cm ; épaisseur de la paroi : 0, 3 à 0, 4 cm.

  5. Un bord concave parallèle (probablement col de jarre) progressivement épaissi de 0, 2 cm aux environs de l’inflexion inférieure jusqu’à 1 cm aux lèvres qui sont arrondies. Diamètre à l’ouverture : 16 cm ; hauteur entre la lèvre et l’inflexion inférieure : 4 cm ; diamètre minimum : 14 cm.

261C/Les autres bords sont plutôt concaves (parfois quasi rectilignes) parallèles ou faiblement divergents, directs à lèvre convexe ou arrondie. La plupart proviendraient de jarres à ouverture large. Dia mètre moyen à l’ouverture: 16 cm.

262D/ Eléments de formes : un col de jarre porte la trace de l’attache d’une anse sur la lèvre.

263En résumé, les récipients fermés semblent plus caractéristiques que les récipients ouverts : sur 18 bords, 2 seulement (forme Bl) sont à relier probablement à des récipients ouverts (11 %).

264Décoration :

265I/ Peinture

266Variété A/ (17 ex) : sont inclus dans cette variété tous les tessons dont l’extérieur est uniformément rouge.

267Formes reconnues : A3, Bl, B5 et C.

268Variété B/ (14 ex.) : l’extérieur des récipients manifeste un décor dichrome en zones rouges et noires. Le rouge semble prédominant et couvre de larges zones. La limite entre les zones rouges et noires est toujours rectiligne, verticale ou horizontale. Les lèvres sont plus souvent noires que rouges. A noter le bord B5 qui est noir à l’extérieur comme à l’intérieur mais avec une lèvre rouge : il s’agit de toute évidence de la même variété.

269Formes reconnues : Al, A2 (le début d’une zone noire apparaît près de la fracture dans la figure 26c). B2, B3.

270Variété C/ (2 ex.) : un bord et un tesson de corps sont décorés à l’inverse de la variété A : l’intérieur est rouge hématite, l’extérieur est noir.

271Formes reconnues : un bord C, un tesson de corps très arrondi (8 cm de diamètre).

272II/ Altération de la surface.

273Nombre de tessons possèdent une rainure ou une cannelure horizontale à l’extérieur (un bord en possède au moins deux). Cette rainure, éxécutée avant engobage, est en U, peu profonde, large de 0, 2 cm environ, et les bords en sont très réguliers (pas d’écrasement par le polissage). Cette rainure est placée souvent entre 1 et 2 cm sous la lèvre, ou bien au niveau de l’inflexion dans les profils sinueux (dans ce dernier cas, elle peut être combinée avec un listel sur son bord supérieur). Il est important de noter que cette rainure se situe dans deux cas seulement à la séparation entre les zones rouges et noires. Sur un tesson de corps dichrome (apparemment de jarre), une cannelure large de 0, 5 cm forme un angle droit entre une branche horizontale et une branche verticale.

274Type Stendal Rouge-et-Blanc.

275Illustrations : figure 44.

276Echantillonnage : 12 tessons, dont 7 dans la structure A-6.

277Critères : la surface est blanche à l’intérieur, essentiellement rouge hématite spéculaire à l’extérieur. Pâte très fine. En fait, la différence avec le type précédent est que l’engobe blanc remplace l’engobe noir graphite.

278Pâte : identique à celle du type Stendal Rouge-et-Noir.

279Surface : engobée et polie. L’intérieur est blanc. L’ extérieur est uniformément rouge hématite spéculaire ou dichrome rouge et blanc.

280Formes : récipients fermés de base inconnue,

281A/ à parois convexes parallèles et à bord

2821 – direct (fig. 44d). Diamètre à l’ouverture : 12 cm.

2832 – éversé à l’extérieur, formant presque une jarre à col court (fig. 44a, b). Diamètre à l’ouverture : 12 cm.

284B/ à profil convexe sinueux avec un bord relevé vers la verticale (fig. 44c). Diamètre à l’ouverture : 16 cm.

285Décoration :

286I/ Peinture.

287Variété A/ : l’extérieur est uniformément rouge hématite.

288Forme reconnue : A2.

289Variété B/ : dichromie en zones rouges et blanches. Les lèvres sont toujours rouges. Les limites entre les zones rouges et blanches sont rectilignes, verticales ou horizontales. L’échantillon est trop faible pour démontrer un patron dans l’emplacement des couleurs et leur association avec des formes spécifiques, seuls des exemples peuvent être présentés : une bande horizontale blanche sous le bord (fig. 44b), un panneau blanc rectangulaire sur la panse (fig. 44c, à rapprocher de la figure 26f), une bande rouge sur le bord extérieur et une bande verticale rouge sur une dépression de la paroi (fig. 44d).

290II/ Altération de la surface.

291Rainure ou cannelure horizontale à l’extérieur. Exécutée avant engobage, elle est en U, peu profonde, avec des bords très réguliers. Cette rainure est placée sous le bord, pas forcément à la séparation des zones rouges et blanches. A noter au moins une cannelure verticale (fig. 44d) peinte en rouge.

292Distribution stratigraphique et position chronologique : le groupe céramique Stendal, absent de la couche VIII, croît régulièrement de la couche VII à la couche V où il atteint son maximum puis décroît régulièrement dans les couches suivantes. C’est un groupe du complexe céramique Santizo 2, mais qui se maintient en Noguta 1. Le type Stendal Rouge-et-Noir suit la même courbe que le groupe. Le type Stendal Rouge-et-Blanc semble plus tardif dans le tableau de la séquence mais il faut se méfier du faible échantillon. Dans la tranchée F, 4 tessons sur 5 du type Stendal Rouge-et-Blanc sont associés au complexe céramique Santizo 2. Il paraît plus avisé de considérer l’évolution des deux types comme synchronique à l’intérieur du groupe Stendal.

293Comparaisons : le type Stendal Rouge-et-Noir manifeste des liens avec le type Vitanza Noir-sur-Rou ge du groupe céramique Utatlan, (p. 76) dont il pourrait être un progéniteur.

294Il est parfois mentionné des dichromes “gra phite et rouge” dans les Hautes Terres qui sont au moins superficiellement comparables : le type Mu lato Graphite Painted de Kaminaljuyu (Wetherington 1978, p. 79) qui fait partie du complexe céramique Providencia (idem, p. 140, tableau 3) et auquel doivent se rattacher les vases rouges décorés d’une peinture blue-black, faintly lustrous décrits par Shook et Kidder (1952, p. 92) mais qui entreraient, eux, dans le complexe céramique Miraflores-Verbena. A Bilbao (Parsons 1967, p. 93 et fig. 40d) le ware Graphite-on-Red, probablement relié au type Mulato Graphite Painted de Kaminaljuyu, est rencontré dans le complexe céramique Ilusiones. A Chalchuapa, Sharer (1978, p. 34) relie le type Copinula Graphite Painted (groupe céramique Santa Tecla) au type Mulato de Kaminaljuyu et le place dans les complexes céramiques Chul et Caynac (Préclassique récent), mais il place le type Olomega Graphite Painted Incised dans le complexe céramique Caynac (Préclassique terminal). Ce dernier type Olomega correspondrait plutôt à notre type Vitanza Noir-sur-Rouge qui fait partie du groupe céramique Utatlan.

295Les types “Graphite-et/sur-rouge” prendraient donc racine dans la seconde partie du Préclassique moyen, et se poursuivraient dans le Préclassique récent.

296Remarque : on notera ici l’emploi du rouge hématite spéculaire, tradition qui remonte à la phase Ocós de La Victoria. Ce rouge hématite distingue le type Stendal Rouge-et-Noir des autres types “graphite et rouge”.

Groupe céramique Cardumen

297Type Cardumen Orange-Brun.

298Illustrations : figure 45.

299Echantillonnage : 291 tessons, dont 224 dans la structure A-6.

300Critères : surface micacée de couleur orange-brun, polissage irrégulier.

301Pâte : équivalente à celle d’Orfeo Orange, avec en général une plus forte densité d’éléments non plastiques.

Fig. 45 Le groupe céramique Cardúmen.

302Surface. recouverte d’un engobe dont la couleur va d’un orange rouge à un orange brun. Elle est souvent parsemée de spécules de mica. Le polissage est irrégulier et le plus souvent mat.

303Formes : A/ 1- cols de jarres à parois rectilignes parallèles ou faiblement concaves. Le bord, souvent épaissi, est éversé sur plus de 1 cm, souvent jusqu’à l’horizontale. La lèvre est arrondie (fig. 45b). Diamètre à l’ouverture : 20 à 26 cm ; hauteur du col : 5 à 6 cm.

3042- cols de jarres identiques aux précédents, avec une série de dépressions circonférentielles parallèles à l’extérieur, donnant ainsi une surface ondulée (fig. 45a).

305B/ Jarres à col court éversé (fig. 45c). Diamètre à l’ouverture : 26 cm.

306C/Des récipients ouverts à parois divergentes, bords directs ou éversés à lèvres arrondies ou en biseau arrondi à l’extérieur.

307Décoration : Seules les ondulations déjà mentionnées dans la forme A2 sont à signaler.

308Distribution stratigraphique et position chronologique : le groupe céramique cardumen est présent dans toutes les couches et sa fréquence suit une courbe unimodale avec un maximum dans la couche IV. Il serait davantage caractéristique du complexe céramique Noguta.

Groupe céramique Orico

309Type Orico Brun.

310Illustrations : non illustré.

311Echantillonnage. 44 tessons, dont 39 dans la structure A-6.

312Critères : pâte fine et légère. Surface brune lissée. F ormes fermées.

313Pâte : fine, parfois, très fine, de couleur orange à rouge-brun. Elle est homogène et compacte, carac téristiquement légère.

314Surface : engobée brun 2. 5YR4/4 et lissée, avec parfois des traces de polissage irrégulier mais d’apparence mate.

315Formes : tessons de récipients à corps globulaire (bols fermés ou jarres). Les parois sont fines (0, 4-0,5 cm).

316Décoration : – 9 tessons portent un filet ponctué appliqué.

317– 3 tessons ont une surface ondulée.

318Distribution stratigraphique et position chronologique : la plupart des tessons (70 %) du type Ori co ont été trouvés dans la couche III (complexe céramique Noguta 1).

Groupe céramique Nogaro

319Types Nogaro Noir Simple, Nogaro Noir Incisé. Illustrations : figures 46, 47 et 54d.

320Echantillonnage : 352 tessons, dont 286 dans la structure A-6.

321Critères : surface engobée noire bien polie. Pâte fine à moyenne, dure, avec un coeur noir fréquent.

322Pâte : semblable à celle du groupe céramique Orfeo (peut-être un peu plus fine).

323Surface : recouverte d un engobe de couleur brun-noir (10R2/1-2.5YR2/1). Régulièrement polie, souvent très brillante (lustrée).

324Formes : A/ Bols ouverts à base plane et parois latérales divergentes rectilignes ou légèrement concaves, avec une liaison arrondie entre la base et la paroi latérale (angle basal S). Le bord peut être :

3251 – direct à lèvre arrondie (fig. 46a). Diamètre à l’ouverture : 22 cm ; hauteur : 7, 5 cm.

3262 – épaissi en bourrelet à l’extérieur avec une lèvre arrondie. Diamètre à l’ouverture : 22 cm.

3273 – renflé à l’extérieur avec une lèvre aplatie (ou légèrement convexe). Diamètre à l’ouverture : 22 à 26 cm.

Fig. 46 Le groupe céramique Nogaro.

3284 – progressivement épaissi avec une lèvre convexe.

3295 – infléchi vers l’extérieur, souvent même éversé jusqu’à l’horizontale (se transformant parfois en rebord labial) (fig. 47j-o). Diamètre à l’ouverture : 30 cm.

330B/ Ecuelles ou bols ouverts à base convexe et parois latérales rectilignes ou légèrement concaves, avec une carène arrondie à la liaison de la base et de la paroi latérale (fig. 47g, i). Cette carène forme parfois un ressaut en saillie et même au moins un cas de moulure basale (fig. 46f). Le bord est direct à lèvre arrondie.

331Diamètre à l’ouverture : 22 cm ; hauteur : 7 cm.

332Diamètre à l’ouverture : 30 cm ; hauteur : 4, 5 cm.

333C/Bols ouverts à base convexe et parois latérales concaves parallèles (ou faiblement divergentes), avec une carène arrondie à la liaison de la base et de la paroi latérale. Le bord est direct à lèvre aplatie (fig. 461). Diamètre à l’ouverture : 22 cm.

334D/ Bols ouverts à profil sinueux (base convexe et parfois concave, angle basal S-Z), bord direct à lèvre arrondie (fig. 46c).

335E/ Bols ouverts à parois convexes dont le bord peut être :

  1. direct à lèvre arrondie (fig. 47d). Diamètre à l’ouverture : 18 cm.

  2. direct à lèvre arrondie, avec une moulure sous-labiale (rare) (fig. 46j).

  3. infléchi vers la verticale avec une lèvre arrondie (fig. 46d, e). Diamètre à l’ouverture : 22 à 26 cm.

  4. à extrémité rentrante et lèvre aiguë (fig. 46 m, n). Diamètre à l’ouverture : 18 cm.

336F/ Bols ouverts à parois rectilignes, avec un bord très convexe, saillant puis rentrant et une lèvre a mincie et arrondie (fig. 47h).

337G/ Bols ouverts à parois rectilignes parallèles. Diamètre à l’ouverture : 24 cm.

338H/ Bols fermés à parois convexes et un bord

  1. rentrant direct à lèvre arrondie (souvent amincie) (fig. 46g, 47b, e, f). Diamètre à l’ouverture : 12 cm.

  2. relevé à la verticale, à lèvre aplatie (fig. 46h). Diamètre à l’ouverture : 8 cm.

  3. relevé à la verticale, puis infléchi à l’extérieur, lèvre aplatie (fig. 47i). Diamètre à l’ouverture : 18 cm.

339I/ Un bord pourrait provenir d’un col de jarre.

340J/ Eléments de forme : rebord sous-labial (fig.– 46j, k), moulure basale, pied en bouton.

341Type Nogaro Noir Simple.

342Illustrations : figure 46a-i.

343Echantillonnage : 142 tessons dans la structure A-6 ; Critères : absence de décor.

344Formes : bols ouverts Al, A2, A3, A4, C, D, E ; Bols fermés H ; Jarre (?) I.

345Type Nogaro Noir Incisé.

346Illustrations : figures 461-n, 11, 30.

347Echantillonnage : 143 tessons dans la structure A-6. Critères : incisions sur la paroi.

348Variété A/ (71 ex.): incisions peu profondes en rainures simples.

349Critères : une incision en rainure circonférentielle sur la paroi extérieure.

350Formes : A2, C, E4, Hl.

351Décoration : une seule incision, de moins de 1 mm de large, peu profonde, parcourt la circonférence sur la paroi extérieure. Elle est placée inmédiate ment sous la lèvre ou au-dessus de la carène (fig. 461, m, n).

352Variété B/ 72 ex.) : incisions géométriques complexes (fig. 47).

353Critères : incisions assez profondes (de 1 à 2 mm de large) dessinant des motifs géométriques.

354Formes : A5 (sur le rebord labial), B, G, Hl.

355Décoration : des incisions linéaires et ponctuées dessinent des motifs géométriques sur la paroi extérieure des récipients ou sur le rebord labial. Ces incisions sont profondes et souvent larges (0, 1- 0, 2 cm), plutôt irrégulières, avec les bords souvent aplatis par le polissage. Les motifs comprennent des lignes verticales et horizontales se coupant plus ou moins à angle droit, ou combinant des traits verticaux par séries de 3, des obliques, des courbes en festons (fig. 47d, e, f), des lignes ponctuées, des triangles hachurés. Les rebords labiaux montrent aussi des bords modelés qui, combinés avec des incisions et des boutons appliqués, évoquent parfois des têtes d’oiseaux (fig. 470).

356A noter ce qui pourrait constituer une sous-variété importante : l’alternance de trois lignes verticales (ou faiblement obliques) et de lignes parallèles en Z renversé. La forme B est le support privilégié de ce motif. D’autre part, les incisions sont, dans cette sous-variété, très profondes, en V, et généralement d’une exécution plus soignée (fig.– 47i).

357Distribution stratigraphique et position chronologique : le groupe Nogaro dans son ensemble se manifeste essentiellement dans les couches supérieures avec un maximum dans la couche 11 : il est caractéristique du complexe céramique Noguta.

358Le type Nogaro Simple prend racine dans le complexe céramique Santizo mais son développement se produit dans le complexe céramique Noguta, de même la variété A du type Nogaro Incisé. Les incisions géométriques complexes (type Noga ro Noir Incisé : variété B) sont exclusives du complexe céramique Noguta et en sont diagnostiques.

359Comparaisons : A La Lagunita, le groupe céramique Nogaro entretient des liens morphologiques et décoratifs avec les groupes Orfeo et Roqueño.

360Les types noirs polis sont largement distribués au Guatemala au cours du Préclassique. Hatch (1982, p. 123) identifie six wares “Brun-noir poli” à Los Encuentros, dont 4 entreraient probablement dans le groupe céramique Nogaro : les wares “Noir Lustré”, “Brun-Noir Poli”, “Brun-Noir à Incisions moyennes ou profondes” et “Brun Strié”. Les critères de distinction entre des wares employés à Los Encuentros ne sont pas apparus pertinents à La Lagunita, raison pour laquelle la céramique noire a été regroupée dans Nogaro.

Fig. 47 Le groupe céramique Nogaro.

361A Kaminaljuyu, le ware Miraflores Black-Brown est à son maximum dans le complexe céramique Miraflores-Verbena où il représente 35, 5 % de la céramique et où sont concentrés 41, 3 % de ce ware (Wetherington 1978, pp. 55-65 ; tableau 3, page 139 ; tableau 4, page 141). Le type incisé est aussi à son maximum dans le même complexe céramique (18, 8 %) qui en contient 52, 3 % du total : le type Verbena Black-Brown Coarse Incised est donc caractéristique du complexe céramique’ Miraflores-Verbena (voir aussi Shook et Kidder 1952, pp. 86-87).

362Les collections de Kaminaljuyu dans le musée de Guatemala possèdent plusieurs vases de ce type Verbena noir incisé qui montrent le même patron de décor que la figure i. Ce même décor apparaît sur les types rouges (Shook et Kidder 1952, fig. 34b, 69), montrant ainsi que les types noirs et les types rouges entretiennent des liens étroits dans les Hautes Terres. A noter que le type Verbena Black-Brown Fine-Incised, présent aussi à Los Encuentros, est absent dans notre échantillon à La Lagunita.

363Des céramiques noires ou brun-noir polies ont encore été identifiées à Semetabaj (Shook, Hatch, Donaldson 1979, pp. 32-36), à El Bálsamo (Shook, Hatch 1978, p. 135), dans la vallée de Salamá (Demarest et Sharer 1980, p. 18). A Bilbao (Parsons 1967, pp. 79-82), le groupe céramique Buena Vista ne représente que 2 % du complexe céramique Algo-es-Algo, mais le groupe céramique Victory, qui présente des similarités avec le groupe Nogaro (bols à angle basal S-Z, rebord labial et sous-labial, incisions géométriques complexes), représente plus de 11 % du complexe céramique Ilusiones. Parsons place le groupe céramique Victory dans la partie ancienne de la phase Ilusiones. A La Victoria, la céramique Streaky Brown-Black (Coe 1961, pp. 69-70 ; Coe et Flannery 1967, pp. 49- 53) commence à la fin du Préclassique moyen (Conchas 2), et se développe essentiellement dans le complexe céramique Crucero. Cette céramique est décrite comme non engobée mais sa surface polie au galet présente un aspect semblable à celui des wares brun-noir préclassiques.

364A Chalchuapa, le groupe céramique Pinos fait partie des complexes céramiques Chul et Caynac (Sharer 1978, pp. 36-38), mais le type Jorgia Coarse Incised serait davantage caractéristique de Caynac.

365Au Honduras, la céramique noire polie est très rare au cours du Préclassique, même à Copan où le complexe céramique Chabij ne compte que quelques tessons rattachés au groupe céramique Pinos (Viel 1983).

366Dans les Basses Terres, la céramique noire apparaît avec le groupe chunhinta (sphère céramique Mamon) et se poursuit avec le groupe Polvero (sphère céramique Chicanel). Le type Deprecio Incised (groupe Chunhinta) de Seibal tel qu’il est défini et illustré par Sabloff (1975, p. 69, fig. 104) semble bien proche du type Nogaro Noir Incisé : variété B (comparer avec la figure b par exemple).

367La céramique noire ou brun-noir polie est donc largement répandue dans l’aire maya au cours du Préclassique : celle des Hautes Terres constituerait un ensemble assez homogène dont le modèle serait représenté par le ware Miraflores Black-Brown de Kaminaljuyu. Les types portant des incisions géométriques complexes sont, dans les Hautes Terres, diagnostiques du Préclassique récent.

Groupe céramique Deldongo

368Type Deldongo Rouge.

369Illustrations : figure 48.

370Echantillonnage : 11 tessons dans la structure A-6.

371Critères : peinture rouge hématite à l’extérieur. Formes.

372Pâte : fine à moyenne, avec des inclusions vitreuses et blanches en proportion moyenne. De couleur brun à brun-rouge avec, souvent, un coeur noir épais. La texture est homogène et compacte. Surface. recouverte d’un engobe brun à brun-noir, puis d’une peinture rouge hématite à l’extérieur. Elle est régulièrement polie.

373Formes : écuelles ou bols ouverts à base convexe et parois latérales rectilignes ou légèrement concaves divergentes (de 20° environ). La liaison entre la base et la paroi est marquée par un ressaut ou une moulure basale. Le bord est direct à lèvre arrondie (fig. 48a), ou épaissi en bandeau à lèvre arrondie (1 ex. : fig. 48b). Diamètre à l’ouverture : 20-22 cm ; hauteur : 5-7 cm ; épaisseur : 0, 7 cm.

374Décoration :

3751/ Peinture : une peinture rouge hématite (7. 5R3/6- 3/8), souvent spéculaire, recouvre la paroi extérieure jusqu’au bord intérieur de la lèvre. Cette peinture est appliquée sur l’engobe brun. La base et l’intérieur, apparemment, ne sont pas peints, sauf dans un cas où la peinture rouge descend presque jusqu’au fond intérieur.

376II/ Altération de la surface : modelage en facettes de la moulure basale, modelage d’un tesson de corps qui ne peut être interprété.

377Distribution stratigraphique et position chronologique : le type Deldongo Rouge n’est présent que dans les couches II et III, avec son maximum dans la première : il est diagnostique du complexe céramique Noguta.

378Comparaisons : l’emploi du rouge hématite fait partie d’une longue tradition dans les Hautes Terres qui remonte à l’horizon Ocós. Le même pigment à l’extérieur se retrouve dans le groupe Stendal auquel il est peut-être relié, quoique plus tardif.

379Les bols avec ressaut ou moulure basal \à facettes sont datés, dans les Hautes Terres, du Préclassique récent. Ils sont associés généralement aux types polis orange, noir et rouge.

380Le type Deldongo Rouge entretient des liens au moins superficiels avec le type Verbena Fine Red de Kaminaljuyu (Shook et Kidder 1952 ; Wetherington 1978, p. 79) et le rouge Santa Tecla de Chalchuapa (Sharer 1978, pp. 32-34). Noter en particulier l’analogie de formes avec le type Miramonte Grooved (groupe céramique Santa Tecla).

Fig. 48 Le groupe céramique Deldongo.

Groupe céramique Utatlan

381Types Utatlan Dichrome Incisé, Vitanza Noir-sur-Rouge, Otero Noir-et-rouge.

382Illustrations : figure 49.

383Echantillonnage : 50 tessons, dont 37 dans la structure A-6.

384Critères : dichrome linéaire noir sur rouge, ou en zones noires et rouges le plus souvent limitées par des incisions. Parfois trichromie avec orange. Intérieur brun. Pâte fine à moyenne. Formes ouvertes de préférence.

385Pâte : fine à moyenne, avec des inclusions fines blanches. De couleur brun clair à brun-rouge avec, le plus souvent, un coeur noir épais. La texture est homogène, très compacte et très dure.

386Surface : l’intérieur et la base des bols à fond plat sont de la même couleur que la pâte (autour de 5YR5/3) : ils sont soit auto-engobés, soit recouverts d’un engobe de même composition que la pâte. Une peinture rouge ou noire recouvre cet engobe à l’extérieur et sur les lèvres (voir décoration). Toute la surface est polie, mais des irrégularités sont notables à l’intérieur. Elle est en outre souvent parsemée de spécules micacées.

387Formes : la forme caractéristique est une écuelle à base plane, parois rectilignes divergentes, bord direct à lèvre aplatie (faiblement convexe). La liaison entre la base et les parois latérales est anguleuse (fig. 49a, c, g, i). Diamètre à l’ouverture : 24 à 28 cm ; hauteur : 5 à 6 cm ; épaisseur : 0, 6 à 0, 9 cm.

388Type Utatlan Dichrome Incisé.

389Illustrations : figure 49a-f.

390Echantillonnage : 10 tessons dans la structure A-6. Critères : dichromie rouge et noir (ou brun) en zones délimitées par des incisions larges et profondes.

391Pâte : elle répond en général à la description de la pâte du groupe Utatlan, mais elle a tendance a être fine, les particules blanches y apparaissent souvent en faible densité, et la couleur est plutôt brun-rouge avec un coeur gris-noir d’épaisseur moyenne (plusieurs tessons, de pâte très fine, ne comportent pas de coeur sombre).

392Surface : typique du groupe céramique Utatlan.

393Formes : seules les écuelles à base plane et parois rectilignes divergentes caractéristiques du groupe Utatlan ont été reconnues avec certitude dans l’échantillon. Les parois sont sensiblement plus épaisses que celles du type Vitanza (0,7-0,9 cm) et la lèvre est nettement aplatie.

394Un tesson d’écuelle porte en outre une moulure basale à facettes dont le bord supérieur est saillant et le bord inférieur arrondi (fig. 49d). Décoration : dichromie rouge et noir, ou rouge et brun, en zones délimitées par des incisions.

395Variété rouge-et-noir/ (9 ex.) (fig. 49a-d).

396I/ Peinture. Le rouge est hématite (spéculaire ou non) 7. 5R3/8-4/8, 10R3/6-3/8. Le noir est probablement graphite, il paraît parfois plutôt brun foncé, en raison peut-être de la dilution.

3971 – l’intérieur n’est pas peint, sauf le tesson à moulure basale (Fig. 49d), dont la paroi latérale est peinte en rouge presque jusqu’à la base.

3982 – Les lèvres sont toujours rouges.

3993 – L’extérieur est dichrome rouge et noir. Les deux couleurs sont appliquées alternativement dans des zones délimitées par des incisions. L’application des couleurs n’est pas toujours soignée et elles débordent parfois les incisions. D’après l’échantillon restreint dont on dispose, le rouge paraît dominant et constituerait le fond du décor alors que le noir serait plutôt réservé pour mettre en relief les motifs incisés ; mais certains tessons montrent un équilibre entre le rouge et le noir et quelques autres montrent au contraire un motif rouge se détachant sur un fond noir. L’équilibre entre le rouge et le noir dépend en fait de la grandeur du motif incisé.

400II/ Incisions. Les incisions sont en U généralement larges (0, 2 cm) et souvent profondes (0, 05-0, 1 cm), plutôt irrégulières dans leur exécution. Elles sont tracées tantôt sur la surface encore assez molle, avant la peinture, le bord des incisions est alors assez régulier ; tantôt sur une surface plus sèche, après la peinture mais avant le polissage, le bord des incisions est alors irrégulier.

Fig. 49 Le groupe céramique Utatlan.

401Ces incisions dessinent des motifs géométriques complexes : bandes horizontales et verticales (fig. 49c), Z renversés (fig. 49d), escaliers (fig. 32a), motifs courbes non identifiés (fig. 49b). Les représentations réalistes stylisées ne sont pas à exclure (voir Lothrop 1936, fig. 74 et planche 5b).

402Variété rouge-et-brun/ (1 ex.) (fig. 49e, f).

403Un bord d’écuelle, provenant du niveau stratigraphique 10, présente une zone brun clair (au lieu de noir) alternée avec une zone rouge. Ce tesson pourrait provenir en fait d’un Utatlan trichro me incisé, rouge, noir et brun (fig. 49e).

404Un bord de bol fermé présente une zone brun clair dont une partie est décorée d’incisions croisées, alternées avec des zones rouges (fig. 49f). Il s’agirait d’une variété épigone du type Utatlan dichrome incisé.

405Type Utatlan Trichrome Incisé.

406Illustrations : non illustré.

407Echantillonnage : 1 tessons dans la structure A-6.

408Critères : trichromie avec incisions.

409Formes : tessons de corps à paroi ■ rectiligne verticale (cylindre ?) Diamètre : 16 cm.

410Décoration : trois couleurs alternées (graphite, orange-brun, rouge hématite) son séparées par des incisions verticales. L’intérieur est noir comme le type Stendal rouge-et-noir.

411Remarque : le type Utatlan Trichrome Incisé existe. Un exemplaire complet est publié par Lothrop (1936, fig. 74bb’) et plusieurs spécimens sont exposés au musée de Chichicastenango.

412Type Vitanza Noir-sur-Rouge.

413Illustrations : figure 49g-j.

414Echantillonnage : 24 tessons dans la structure A-6. Critères : dichromie linéaire noir-sur-rouge (rarement larges zones). Des incisions très fines limitent parfois les bandes noires. Intérieur brun.

415Pâte : typique du groupe céramique Utatlan.

416Surface : typique du groupe céramique Utatlan.

417Formes : A/ Les écuelles à base plane et parois rectilignes divergentes caractéristiques du groupe céramique Utatlan. L’épaisseur des parois ne dépasse guère 7 cm (fig. 49g-i).

418B/ Deux bords de récipients ouverts à parois divergentes comportent une moulure latérale circonférentielle extérieure :

  1. le premier bord est à lèvre aplatie et la moulure est à 4 cm sous la lèvre. Diamètre à l’ouverture : 24 cm.

  2. le second bord est à lèvre arrondie et la moulure est à 2 cm sous la lèvre (fig. 49h). Diamètre à l’ouverture : 22 cm.

419C/Un bord de bol fermé, rentrant direct à lèvre faiblement convexe (fig. 49j). Diamètre à l’ouverture : 10 cm.

420D/ Eléments de formes : deux tessons de corps sont à parois fines (0, 3 cm), un tesson de base porte un petit pied plein en bouton conique (hauteur : 0, 6 cm).

421Décoration :

4221/ Peinture. Dichromie noir sur rouge à l’extérieur.

423L’extérieur et les lèvres (parfois aussi la partie supérieure du bord intérieur), sont recouverts d’une peinture rouge hématite souvent spéculaire (7.5R3/8-4/8). Une peinture noire, apparemment graphite, est appliquée en bandes. Trois variétés se distinguent :

424Variété A/ : une seule bande noire horizontale circonférentielle est placée à environ 1 cm sous la lèvre (fig. 49g, j). C’est le cas le plus fréquent. La largeur de cette bande varie de 0, 5 à 1 cm en moyenne.

425Formes associées : A, B et C.

426Variété B/ : à la bande noire circonférentielle sous-labiale s’ajoutent des bandes verticales et curvi linéaires, formant ainsi un dessin linéaire géométrique complexe (fig. 49h).

427Formes associées : A, B.

428Remarque : le tesson de base avec support (D) porte un tel décor sur la face intérieure.

429Variété C/ : un tesson de forme A porte une bande noire verticale depuis la lèvre jusqu’à la base (fig. 49i).

430II/ Incisions. Une incision fine (0, 5 mm de large) en U souligne souvent le contour des bandes noires. Elle peut être fine au point d’être difficilement discernable et même, par endroits, a été effacée par le polissage. Elle a certainement été tracée sur une surface assez sèche et avant de passer la peinture noire (dans certains cas, elle pourrait avoir été tracée après le passage de la peinture noire). Très souvent la peinture noire déborde l’incision. La présence ou l’absence de cette incision n’a pas été retenue comme critère pertinent de variante dans la mesure où on observe souvent sur le même tesson des bandes avec incision et des bandes sans incision. Une bande peut même comporter une incision d’un seul côté.

431III/ Moulures. Il a été signalé la présence d’une moulure (cordon) latérale associée aux bords B (fig. 49h). Cette moulure est peinte en noir et, dans le cas B2, soulignée par une incision de chaque côté.

432Type Otero Noir-et-Rouge.

433Illustrations : figure 49k.

434Echantillonnage : 2 tessons dans la structure A-6. (peut-être de la même poterie).

435Critères : dichromie rouge et noir, sans incision. Fortes traces de polissage à l’extérieur. Parois épaisses.

436Pâte : typique du groupe céramique Utatlan.

437Surface : brune à l’intérieur, noire et rouge à l’extérieur, en particulier sur la peinture noire.

438Formes : le récipient est ouvert (écuelle ou bol), à parois latérales rectilignes divergentes. Le bord est direct, la lèvre est biseautée à l’intérieur et arrondie à ¡’extérieur. Une dépression peu profonde est située sous la lèvre à l’extérieur. Diamètre à l’ouverture : 27 cm ; épaisseur de la paroi : 1 cm.

439Le tesson de corps (peut-être basal) présente une moulure à facettes (épaisseur maximum : 1, 5 cm).

440Décoration : le bord a d’abord été recouvert de rouge hématite à l’extérieur, puis une bande noire de 1, 5 cm a été appliquée sur la dépression sous-labiale.

441La moulure du tesson de corps est rouge, le reste de la surface est noire.

442Distribution stratigraphique et position chronologique : le type Utatlan Dichrome Incisé ne se manifeste virtuellement que dans la couche II. Le type Vitanza noir-sur-rouge connaît son maximum dans la même couche. Le groupe Utatlan dans son ensemble ferait donc essentiellement partie du complexe céramique Noguta 2, dont il pourrait constituer un fossile directeur.

443Comparaisons : une grande partie du groupe Uta tlan entrerait dans le ware graphite et rouge déjà mentionné à propos du groupe céramique Stendal. Le type Vitanza Noir-sur-Rouge entretient des liens évidents avec le type Stendal Rouge-et-Noir dans la tradition duquel il se situe.

444Le ware Utatlan, ainsi nommé par Lothrop (1936, p. 21), et caractérisé par une dichromie en zones rouges et graphite, ou rouges et brun-noir, le plus souvent limitées par des incisions, a été reconnu dans divers sites des Hautes Terres du Guatemala :

  • à Zacualpa, où Wauchope (1950, p. 219) l’appelle Black-on-Red Incised Ware, il est daté de la phase Balam (Préclassique terminal) ;

  • à Los Encuentros (Hatch 1982, p. 129), il est présent dans le Préclassique et se poursuit dans le classique sous des versions modifiées ;

  • à Semetabaj (Shook, Hatch, Donaldson 1979, p. 36), il est présent dans le Préclassique mais le ware Graphite on Red (id., p. 67) serait un développement classique de la même tradition.

445A Kaminaljuyu (Wetherington 1978, p. 127), le ware Utatlan incised dichrome est rare : 5 tessons en 4 années de fouilles, dont 3 dans un contexte Miraflores-Verbena (Préclassique récent).

446Sur la côte pacifique, à Bilbao (Parsons 1967, p. 72), le ware Utatlan est très rare et assigné au complexe céramique Algo-es-Algo par comparaison avec le complexe céramique Providencia de Kami naljuyu (?) .

447A Chalchuapa (Sharer 1978, p. 34), le type Olomega Graphite Painted Incised (groupe céramique Santa Tecla), paraît bien identique au type Vi tanza Rouge-sur-Noir. Il est placé dans le complexe céramique Caynac.

448Le groupe céramique Utatlan, dont le foyer d’origine doit se situer dans le département du Qui ché comme en témoignent les collections du musée de Chichicastenango, est, à notre avis, un fossile directeur du Préclassique récent et non du Préclassique moyen comme il est généralement admis. Même s’il prend racine dans le Préclassique moyen, son développement est indubitablement plus tardif comme le prouvent ses occurrences à Kaminaljuyu, Chalchuapa, Zacualpa et surtout La Lagunita située non loin de son aire d’origine supposée. A Los Encuentros et Semetabaj, la tradition se poursuivrait même dans la période classique.

Groupe céramique Roqueño

449Types Roqueño Rouge Simple, Roqueño Rouge Incisé.

450Illustrations : figure 50.

451Echantillonnage : 85 tessons, dont 78 dans la structure A-6.

452Critères : surface rouge engobée, bien polie. Pâte fine à moyenne, dure, avec un coeur noir fréquent.

453Pâte : semblable à celle du groupe céramique Orfeo.

454Surface : recouverte d’un engobe de couleur rouge (de 7. 5R4/8 à 10R3/3), régulièrement polie. On note quelques taches noires de cuisson.

455Formes : la forme la plus courante est un bol ouvert à parois divergentes rectilignes ou légèrement concaves. Les bords sont surtout directs avec une lèvre aplatie, mais la lèvre arrondie existe aussi. La base semble être plutôt plate et la liaison avec les parois latérales anguleuse. Diamètre à l’ouverture : 22 à 30 cm.

456Aucune évidence de récipients fermés à ouverture étroite.

457Type Roqueño Rouge Simple.

458Illustrations : non illustré.

459Echantillonnage : 44 tessons dans la structure A-6.

460Critères : Absence de décor.

461Formes : Quelques bords directs à lèvre aplatie.

462Type Roqueño Rouge Incisé.

463Illustrations : figure 50.

464Echantillonnage : 34 tessons dans la structure A-6.

465Critères : rainures incisées (le plus souvent irrégulières) sur la paroi extérieure. Elles ont des bords irréguliers, écrasés par les traces de polissage.

466Variété A/ (19 ex.) : incisions simples circonférentielles sur la paroi extérieure.

467Formes : A/ Ecuelles ou bols ouverts à parois rectilignes divergentes. Bord direct à lèvre convexe.

468B/ Bol caréné à fond convexe et parois latérales concaves parallèles, le bord est direct à lèvre arrondie (fig. 50g).

469Décoration : des rainures simples horizontales et parallèles parcourent la circonférence de la paroi extérieure. Elles sont placées sous le bord extérieur, ou au-dessus de la carène, ou se présentent par séries de 3 ou 4 sur la paroi.

470Variété B/ (13 ex.) : incisions verticales ou obliques par séries de 3.

471Illustrations : figure 50a, b, f, h.

472Formes : la forme typique est un bol ouvert à base plate, parois latérales rectilignes (ou légèrement concaves) faiblement divergentes. Le bord est direct, ou légèrement renflé à l’extérieur avec une lèvre arrondie ou, le plus souvent, aplatie (légère ment convexe). Un cordon lisse appliqué parcourt la circonférence à peu près à mi-hauteur de la paroi extérieure, divisant ainsi cette paroi en deux zones horizontales (fig. 50f).

Fig. 50 Le groupe céramique Roqueño.

473Diamètre à l’ouverture : 22 à 28 cm. Un exemplaire (niveau stratigraphique 17) a une diamètre de 50 cm.

474Décoration : les incisions se présentent par séries de 3, verticales ou légèrement obliques. Apparemment, celles de la zone inférieure sont la réplique inverse de celles de la zone supérieure. Il peut exister en plus une rainure circonférentielle sur la lèvre ou bien immédiatement sous le bord extérieur.

475Un bord montre 3 rainures horizontales dont les 2 supérieures se rabattent ensuite à la verticale (fig. 50d).

476Variété C/ (2 ex.) : incisions complexes.

477Illustrations : figure 50c, e, i.

478Formes : bols ouverts à parois divergentes rectilignes ou légèrement concaves. Le bord est direct à lèvre convexe ou légèrement renflé à l’extérieur avec la lèvre aplatie.

479Décoration : les incisions décrivent des Z renversés, on discerne aussi des courbes. Elles sont placées sur la paroi extérieure, mais au moins un bord présente des Z renversés sur la paroi intérieure (fig. 50e).

480Distribution stratigraphique et position chronologique : le groupe céramique Roqueño n’apparaît virtuellement qu’à partir de la couche VI et sa fréquence progresse rapidement jusqu’à son maximum dans la couche I. Il fait donc partie des complexes céramiques Noguta et Lilillá.

481Comparaisons : il a déjà été signalé la difficulté de séparer parfois certains tessons entre les groupes Orfeo, Nogaro et Roqueño. Ces trois groupes entretiennent entre eux d’indiscutables liens technologiques, morphologiques et phénologiques. Les incisions de Roqueño, cependant, sont généralement moins régulières que celles de Nogaro et ne composent pas de motifs aussi complexes. A noter que les plats de type Orfeo Orange Simple (variété D) ont une couleur tirant vers le rouge et qu’ils ne se manifestent que dans les trois couches supérieures.

482Shook et Kidder (1952, pp. 90-95) ont consacré une longue description aux types Fine Red qui, dans la région de Kaminaljuyu, débuteraient dans le complexe céramique Sacatepequez et se poursuivraient jusque dans la sous-phase Arenal. Wetherington (1978, p. 140) confirme cette appréciation puisque les types Verbena Fine Red et Verbena Red progressent régulièrement au cours du Préclassique pour atteindre leur maximum en phase Arenal (Préclassique terminal) et restent présents dans le Classique ancien. Certains tessons de la couche 1, inclus dans le groupe Roqueño, correspondraient peut-être davantage au ware Villalobos Red de Kaminaljuyu qu’au ware Mirador Red : c’est un détail important dans la mesure où le Villalobos semble être diagnostique du complexe céramique Aurora (Wetherington 1978, pp. 145- 14

483Le ware Fine Red a été reconnu par Shook, Kidder et Donaldson (1979, p. 37) à Semetabaj mais il y est rare, de même qu’à Bilbao (Parson, 1967, p. 93)

484A Chalchuapa, le groupe céramique Santa Tecla fait partie des complexes céramiques Chul et Caynac et est directement relié aux types Fine Red de Kaminaljuyu (Sharer 1978, pp. 32-34). A Los Naranjos, au Honduras, les types Borboton rouge et Tzuntulin rouge sont davantage Eden 2 qu’Eden 1 (Baudez et Becquelin 1973).

485Les types rouges préclassiques des Hautes Terres sont probablement apparentés au type Sierra Red des Basses Terres mayas (sphère céramique Chicanel).

486Le groupe Roqueño complète donc la trilogie préclassique des types polis oranges, noirs et rouges. Les types rouges sont les plus tardifs et marquent l’horizon du Préclassique récent, voire terminal dans les Hautes Terres.

Groupe céramique Canuto

487Type Canuto Brun.

488Illustrations : figure 51.

489Echantillonnage : 18 tessons, dont 16 dans la tranchée F et 2 dans la structure A-6.

490Critères : formes et pâte.

491Pâte : fine, de couleur brune très uniforme 5YR4/6. Les éléments non plastiques sont généralement fins (mica entre autres) sauf des inclusions blanchâtres de taille moyenne (moins de 0, 5 mm) en assez faible densité. La texture est homogène et très compacte.

492Surface : simplement lissée, ou bien recouverte d’un engobe de même couleur que la pâte. Couleur brune 5YR4/6. Certains tessons sont polis mais d’aspect mat, deux exemplaires seulement ont un fini lustré. L’échantillon n’est pas assez large pour distinguer 2 types suivant la surface polie ou lissée, mais ils existent potentiellement. Autres types potentiels : engobe orange, engobe noir.

493Formes : tous les tessons proviennent de bols ouverts ou d’écuelles à base plane et parois latérales rectilignes (légèrement concaves vers le bord) divergentes (à 45° environ). Le bord est direct, déprimé sur sa face intérieure, à lèvre arrondie. Diamètre à l’ouverture : 16 à 18 cm ; hauteur : 4 5-5 cm.

494Distribution stratigraphique et position chronolo gique : tous les tessons ont été trouvés dans les niveaux supérieurs. Complexe céramique Lilillá.

495Comparaisons : la dépression sur le bord intérieur est un mode apparemment caractéristique et qui se retrouve dans certains types des périodes protoclassique et classique ancienne des Hautes Terres (c’est un marqueur de l’horizon Bijac à Copan par exemple).

496Le type Chichontepec unslipped (groupe céramique Aguacate) de Chalchuapa (Sharer 1978, p. 43, fig. 36 j, k) paraît bien similaire. Il fait partie des complexes céramiques Caynac et Vec.

Fig. 51 Le groupe céramique Canuto.

Groupe céramique Rabolio

497Type Rabolio Lissé.

498Illustrations : figure 52.

499Echantillonnage : 22 tessons, dont 14 dans la structure A-6.

500Critères : surface non engobée. Formes.

501Pâte : variable, généralement de moyenne à grossière et de couleur brun-rouge à brun foncé.

502Surface : non engobée, lissée. Couleur variable.

503Formes : A/ Disque plat avec rebord sous-labial (?) (fig. 52a, b) Diamètre du disque : 32cm ; épaisseur : 1, 5 cm.

504B/ Couvercles d’encensoirs à couronne (fig. 52c, d, e). Ils portent des anses.

505Décoration : 1/ sans décor.

5062/ un disque A possède une lèvre ponctuée (fig. 52b).

5073/ incisions sur la face concave des couvercles B (fig. 52e).

5084/ incisions sur la couronne des couvercles B (fig. 52c, d).

509Distribution stratigraphique et position chronologique : la courbe de fréquence du groupe Rabolio est assez régulière avec un maximum dans la couche IV. Ce groupe progresse dans le complexe céramique Santizo et se maintient dans le complexe céramique Noguta.

510Comparaisons : la forme A est similaire à celle identifiée tantôt comme un tabouret par M. Coe (1961, p. 69) en phase Conchas, tantôt comme un brûleur d’encens par Parsons (1967, p. 164, fig. 77g) et par Dixon (1959, p. 31 et p. 35).

511La forme B correspond à des couvercles pour des encensoirs à 3 dents (Borhegyi 1950, p. 64 ; 1951, pp. 109-110, fig. 5C-f). Dans les Hautes Terres du Guatemala, ces encensoirs sont dates du Préclassique récent (phases Miraflores et Arenal). Borhegyi signale leur présence à Zacualpa, Chiché, Semetabaj, Salcajá, Gualupita et Yarumela. D. de Gonzales et Wetherington (1978, pp. 284-285 et p. 295) reconnaissent les “deep scored censer covers” dans les collections de Kaminaljuyu et les situent essentiellement dans le Préclassique récent et la Classique ancien. Les mêmes encensoirs sont présents à Copan dans le complexe céramique Cha bij, à Chalchuapa (Sharer 1978 ; figs. 34, 35A, 35B) dans les complexes céramiques Kal, Chul et Caynac, à Los Naranjos (Honduras) dans le complexe céramique Eden (Baudez et Becquelin pp. 325-328).

512Remarque : le groupe céramique Rabolio a été placé en fin d’analyse car il fait partie des encensoirs.

La céramique des niveaux supérieurs

513Les niveaux supérieurs révèlent toujours un matériel difficile à analyser et à placer dans la continuité des niveaux inférieurs. Cela tient à l’état érodé du matériel et aux inévitables intrusions de périodes postérieures. Le niveau 22 de la structure A-6 ainsi que les niveaux supérieurs de la tranchée F n’échappent pas à cette règle : une bonne partie du matériel se place dans la continuité de la séquence céramique, mais une autre partie manifeste des caractères singuliers annonçant des périodes postérieures. Il a paru utile de séparer cette seconde partie du matériel de la typologie précédente afin de mettre en relief son originalité. Provenant de la structure A-6 :

5141/ Un fragment de pied creux, apparemment mammiforme.

5152/ un bord de bol à rebord basal (fig. 53a). Surface polie très érodée. Couleur orange-brun. Il porte des boutons appliqués sur la paroi extérieure. Diamètre à l’ouverture : 17 cm ; hauteur : 8, 5 cm.

5163/ Un bord de bol à rebord basal (fig. 53b). La lèvre est éversée à l’extérieur.

5174/ Une moitié de bol à rebord basal (fig. 53c). Surface noire polie. Trois boutons appliqués et une rainure circonférentielle sous le bord extérieur.

Fig. 52 Le groupe céramique Rabolio.

Fig. 53 La céramique des niveaux supérieurs

518Diamètre à l’ouverture : 24 cm ; hauteur : 5, 5 cm. 5/ Deux fragments à rebord basal.

519Ces tessons, choisis en raison de leur taille et de leurs caractéristiques, n’entrent pas dans les complexes céramiques préclassiques. Ils portent des modes protoclassiques ou classiques anciens et définissent, avec le groupe céramique Canuto, le complexe céramique Lilillá. Ce complexe céramique, seulement suggéré dans la structure A-6 et la tranchée F, serait bien sûr à compléter et à redéfinir sur un autre matériel du même site.

Table des illustrations

Légende Fig. 37 Le groupe céramique Bedelio.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7573/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Fig. 38 Le groupe céramique Foscopi.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7573/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende Fig. 39 Le groupe céramique Orfeo.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7573/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Légende Fig. 40 Le groupe céramique Orfeo.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7573/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 41 Le groupe céramique Trovador.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7573/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende Fig. 42 Le groupe céramique Rapallo.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7573/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende Fig. 43 Le groupe céramique Stendal.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7573/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Fig. 44 Le groupe céramique Stendal rouge et blanc.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7573/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 45 Le groupe céramique Cardúmen.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7573/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Légende Fig. 46 Le groupe céramique Nogaro.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7573/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende Fig. 47 Le groupe céramique Nogaro.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7573/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende Fig. 48 Le groupe céramique Deldongo.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7573/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende Fig. 49 Le groupe céramique Utatlan.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7573/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Fig. 50 Le groupe céramique Roqueño.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7573/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende Fig. 51 Le groupe céramique Canuto.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7573/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Fig. 52 Le groupe céramique Rabolio.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7573/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Fig. 53 La céramique des niveaux supérieurs
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7573/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 39k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search