Version classiqueVersion mobile

La Période formative à La Lagunita

 | 
Alain Ichon
, 
René Viel

2ème partie. Les sites préclassiques des municipios de San Andrés Sajcabajá et Canillá

Chapitre III. Le Quiché méridional au Préclassique

Alain Ichon

Texte intégral

1Les résultats obtenus sur le territoire de nos deux municipios et les travaux déjà publiés sur les régions voisines, permettent de dégager une vision d’ensemble du peuplement préclassique dans le département d’El Quiché et au-delà (fig. 36).

2La densité des sites préclassiques dans notre zone d’étude apparaît en définitive très faible : 8, 5 % des sites reconnus. Sans doute bien des petits sites d’habitation ont pu nous échapper ; néanmoins tout matériel préclassique est absent des 60 autres sites fouillés ou pour le moins datés par une récolte de surface.

3Le peuplement n’est pas ici antérieur au Préclassique moyen : c’est la date de la première structure (funéraire) de San Andrés Sajcabajá, celle des plus anciennes habitations de La Lagu nita, construites directement sur le talpetate, et qui vont être recouvertes par la pyramide A-6. Les deux petits sites d’El Puente et de La Vega 2 seraient contemporains de San Andrés, tandis que la datation de Chimistan est moins sûre : si le monticule fouillé (No. 2) ne date que du Préclassique tardif, rien ne prouve que la structure principale ne soit pas plus ancienne. Enfin le matériel récolté sur les deux derniers sites d’habitat, Xolja Bajo et Tzapinip, ne permet pas de préciser à quelle période du Préclassique ils ont été occupés.

4L’implantation des sept sites donne une impression de forte concentration : il n’y a guère plus de 10 km entre les deux plus éloignés, Xolja Bajo et Chimistan. Par contre la région montagneuse, tout comme celle des vastes planos qui s’étendent au nord de San Andrés et de Canilla, ne semble pas avoir été anciennement peuplée.

5Cette implantation n’obéit pas à un schéma uniforme. Il est remarquable que les centres cérémoniels (avec leur groupe d’habitat associé) se trouvent tous sur les plateaux, alors que les sites d’habitation simples se sont installés dans le fond des vallées : El Puente et La Vega 2 sur le bord du río Las Casas, Xolja Bajo et Tzapinip sur le bord du río Agua Caliente.

6Deux des centres cérémoniels ont choisi les plus vastes plateaux de la région, mais ils n’en occupent qu’une partie marginale, San Andrés Sajcabajá sur le rebord ouest du plano du même nom, Chimistan sur le rebord nord du plano de Canillá. Le groupe A de La Lagunita occupe au contraire, au pied de la sierra de Chuacus, une étroite langue de terrain entourée de barrancos ; choix intentionnel puisque les zones planes plus favorables ne manquent pas aux alentours, indiquant un souci de défense ou au moins d’isolement de l’espace cérémoniel.

7Le centre principal- de la région était certainement La Lagunita (groupe A). Au Préclassique moyen, nous savons que le groupe A est constitué d’une seule pyramide, A-6, haute de 5 m, puis de 7. Mais San Andrés Sajcabajá est à peine moins important, avec sa pyramide unique un peu moins haute – elle passera de 3 m à 4, 25 m – ; en dépendent deux villages, El Puente et La Vega 2, ce dernier ayant peut-être un statut particulier, comme l’indiquerait sa poterie rituelle sans doute associée à des sépultures élitaires.

8Bien que le lien de dépendance entre San Andrés Sajcabajá et La Lagunita soit encore discutable, la suprématie de ce dernier site devient évidente au Préclassique tardif : la pyramide existante est de nouveau surélevée et l’on construit trois structures nouvelles formant avec la première un ensemble cruciforme très resserré autour d’une place centrale étroite, disposition dont nous ne connaissons pas d’autre exemple. Il n’y a pas encore de court de jeu de balle (celui-ci n’apparaîtra qu’au Classique ancien) ; mais l’abondance et le raffinement de la sculpture monumentale, qui ne peut être comparée qu’à celle de Kaminaljuyu, est une preuve supplémentaire de l’importance de ce centre régional dont le rayonnement devait se faire sentir sur tout le versant nord de la sierra de Chua cus. Bien que le style de la sculpture soit très différent à La Lagunita et à Kaminaljuyu, son développement exceptionnel et simultané dans les deux centres au cours du Préclassique tardif confirme les conclusions de l’étude céramique et l’appartenan ce de notre centre à la sphère d’influence de Kami naljuyu, capitale de l’altiplano durant la phase Miraflores.

9La disposition du groupe A de La Lagunita contraste du tout au tout avec celle des deux autres centres. A Chimistan le nouvel ensemble cérémoniel comprend trois monticules inégaux, sans relation apparente. Le centre de San Andrés Saj cabajá, lui, semble stagner, avec son unique pyramide qui ne dépassera jamais 6 m ; mais il est le seul à être entouré d’un essaim de hameaux satellites occupant les fonds de vallées dans un rayon de 2 km.

10Cette diversité dans l’organisation des centres cérémoniels, contrastant avec l’uniformité culturelle révélée par le matériel utilitaire ou rituel, ne peut s’expliquer que par une certaine spécialisation dans la fonction de ces centres à l’intérieur du système régional. Pour Chimistan, les données de la fouille sont insuffisantes, mais on peut voir dans La Lagunita la première capitale provinciale, aux responsabilités à la fois politiques et religieuses, alors que San Andrés Sajcabajá n’aurait été que le siège d’un simple chef local dont l’autorité ne s’étendait pas au-delà de quelques hameaux, responsable du culte rendu aux ancêtres inhumés dans la pyramide principale, mais dépendant des dirigeants de La Lagunita pour les affaires politiques et le culte aux divinités supérieures.

11Que savons-nous des régions circonvoisines au Préclassique ?

12Nous n’avons pu reconnaître le versant sud des Cuchumatanes au-delà du Chixoy. Tout semble indiquer cependant que cette région n’a été occupée que plus tardivement (avec une exception possible : le site d’El Palmar, à 10 km au sud-est d’Uspantan). Les fouilles menées à Nebaj et dans la région Ixil par Smith et Kidder (1951), Adams (1966, 1972), Becquelin (1969) sont concordantes : aucun vestige préclassique, ni sur le terrain, ni dans les collections privées ; l’occupation la plus ancienne ne daterait que du Protoclassique ou du classique ancien.

13C’est la vallée même du Chixoy qui semble constituer la limite extrême vers le nord de l’occupation préclassique. Río Blanco, à 6 km en a mont de Sacapulas, est daté par A.L. Smith du Préclassique-tardif et du Classique ancien (1955 : 24). Ce centre cérémoniel, comprenant six structures et un jeu de balle sans doute plus tardif, est à 30 km à vol d’oiseau de La Lagunita. Plus en aval, après un vide complet et difficilement explicable sur plus de 50 km, nos fouilles de sauvetage dans la zone de retenue du barrage de Pueblo Viejo-Quixal ont révélé l’existence d’un chapelet de petits centres cérémoniels construits au classique mais dont l’occupation remonte au Préclassique moyen : chir ramos (daté de 730 av. J.C. ; cf Ichon et Grignon 1982 : 63), chitomax, Guaynep, El Jocote, Chi Cruz. Chisajcap, Los Encuentros, enfin Pueblo Viejo-Chixoy, à l’emplacement même du barrage, n’étaient que des villages, dépendant sans doute des centres importants installés sur les plateaux au sud du fleuve. Nous avons localisé deux de ces centres, Chiwiloy, près de Rabinal, et La Laguna, au nord de cubulco ; tous deux pourraient être des centres régionaux comparables à La Lagunita si l’on considère le nombre et les dimensions parfois impressionnantes de leurs structures, mais non leur disposition, qui semble assez anarchique. La distance entre Chimistan et La Laguna est de 26 km à vol d’oiseau, et il est peu probable qu’il existe d’autres centres préclassiques dans la zone montagneuse très rude qui sépare ces deux planos.

14Au-delà du barrage de Pueblo Viejo, le Chixoy coule vers le nord, traversant une zone vierge jusqu’à Chamá. La séquence établie par Butler sur ce site (1940) ne va pas au-delà du Protoclassique, mais Becquelin signale “un bol noir incisé... identique à des exemplaires du Préclassique récent à Salcaja” (1969 : 118), ainsi que de la céramique préclassique à Chichun, site proche de Chamá. Plus en aval encore, Salinas de los Nueve cerros se trouve déjà dans les basses terres ; Dillon y a trouvé quelques traces d’occupation préclassique tardive, à vrai dire douteuses (1977 : 42).

15Des travaux récents – dont les nôtres sur le Chixoy moyen – ont révélé que les départements de Baja et Alta Verapaz (tout-au-moins la partie méridionale de ce dernier, la partie nord étant encore terra incognita) sont relativement riches en sites préclassiques, alors qu’Adams les considérait comme vides, ou du moins très faiblement occupés avant le classique. Les fouilles de M.C. Arnauld à Sulin (1984), de Sedat et Sharer à Sakajut et El Porton, où le Monument 1 pourrait être le plus ancien texte hiéroglyphique connu dans l’aire maya (1973 : 185), prouvent que l’occupation de la région est très ancienne, remontant au moins à la fin du Préclassique ancien. L’importance de la Verapaz comme voie de passage et d’influences entre hautes et basses terres est ainsi confirmée.

16A l’ouest de notre zone d’étude, c’est la haute vallée du Chixoy, région tourmentée qui n’a jamais été reconnue, jusqu’à l’axe Huehuetenango-Totonicapan-Quezaltenango. Au nord de Huehuetenango, nous retrouvons la situation de la zone Ixil, avec un vide apparemment total au Préclassique dans la sierra des Cuchumatanes (Navarrete 1980). Le grand centre de Zaculeu est essentiellement classique et postclassique. Un peu plus au-sud, le site de cambote reconnu par A.L. Smith (1955 : 7) daterait, lui, du Préclassique tardif. A Totonicapan, la Mission Scientifique Espagnole du Dr Alci na Franch a découvert un important site à monticules près de Totonicapan (A. Ciudad, com. pers.), tandis qu’elle confirmait la datation ancienne des sites autour de Salcaja ; toutefois il semblerait, d’après les conclusions de A. Ciudad Ruiz (1982 : 39) que l’occupation de cette partie ouest de l’alti plano n’ait commencé qu’au Préclassique tardif, alors que Navarrete date la “phase Salcaja” de 600 à 300 av. J.C.

17Passant maintenant à la région limitrophe des municipios de San Andrés Sajcabajá et Canillá vers le sud, j’ai déjà signalé que les données de notre reconnaissance sur les versants nord et la ligne de crête du massif duChuacus indiquent une occupation tardive : tous les sites visités – Xabaj, Sakiri bal, Sacaj, Tintuleu, Pueblo Viejo – Chichaj – sont postclassiques.

18C’est ensuite la descente vers le bassin de Santa Cruz del Quiché et la haute vallée du Motagua. celle-ci est jalonnée de sites dont un seul, Zacualpa, a été sériéusement fouillé (par Wauchope : 1948, 1975). Cet important centre provincial a été construit au Classique ancien sur des plates-formes protoclassiques ; mais Wauchope reconnaît que sa première phase, Balam 1, pourrait bien correspondre au Préclassique tardif agrémenté de quelques traits protoclassiques (1975 : 50).

19Une étude extensive du bassin de Santa Cruz del Quiché a été conduite en 1975 dans le cadre d’un projet pluridisciplinaire de l’Université d’Alba ny dirigé par R. Carmack et centré sur la capitale quiché de Gumarcaah-Utatlan. Ce bassin couvre 750 km2, dont environ 10 % auraient été reconnus, livrant un total de 622 sites, sans compter les 117 sites paléoindiens ou archaïques (Brown et Majewski, 1980 : 3). Les auteurs distinguent deux phases préclassiques : Pachitac (1000-200 av. J.C.) et Roxaca (200 av. – 300 ap. J.C.). A la première, ils attribuent 91 sites, à la seconde 226. Le peuplement, qui serait venu du nord, se présente d’abord sous la forme de petits hameaux dispersés de une à trois habitations. Puis apparaissent les premiers monticules à la fin de la phase Pachitac ; ils constitueront durant la phase suivante les premières “entités politico-économiques”, au nombre de cinq, peut-être six. L’emplacement de ces centres nous est donné par Russell Stewart (1977 : 70), qui ne décrit malheureusement que ceux des phases ultérieures. ce sont : Manzanillo, Pixtup, Xecochix et Xabaquit, tous du Préclassique tardif, et peut-être Lemoa ; le site de Chiché daterait du Préclassique moyen, mais ne se serait imposé comme centre majeur qu’au classique ancien-moyen, tout comme La Lagunita. Bien que je n’aie fait que survoler Chiché, la similitude des deux sites m’a frappé : Chiché pourrait bien être, du Préclassique moyen au Protoclassique, au sud du Chuacus, l’exact équivalent du groupe A de La Lagunita au nord.

20Les chiffres donnés par Brown sont déconcertants : pour une superficie à peu près équivalente, 622 sites, comparés aux 82 nôtres, et surtout 317 sites pour le Formatif, comparés aux 7 sites préclassiques de San Andrés Sajcabajá et canillá ! Il y a là une discordance qui ne peut s’expliquer que par une conception différente de ce qu’est un site archéologique, plus précisément un site d’habitation. En effet, en ce qui concerne les petits centres, qu’ils soient “cérémoniels” ou “politico-économi ques” (je pense quant à moi que leur fonction religieuse était primordiale), on constate que les chiffres atteints pour les deux régions, au sud et au nord du massif de Chuacus, sont du même ordre de grandeur : 5 (ou 6) et 3 respectivement. Il est plus que probable, en fait, que Brown considère comme “site” tout endroit ayant livré des tessons, sans prendre en compte la densité de ceux-ci. En tout état de cause, il est plausible, et même logique si l’on envisage un mouvement général de migration du sud vers le nord partant de la côte pacifique, que le bassin du Quiché ait été plus anciennement et plus densément peuplé que le nord de la sierra de Chuacus au Préclassique.

21Sur la carte générale de la fig. 36, nous avons reporté les sites de la période formative jusqu’ici fouillés ou reconnus, y compris ceux du Petén, du piémont et de la côte pacifique (il faudrait y ajouter plusieurs sites fouillés par nous sur le Chi xoy moyen, ceux de Stewart et Brown autour de Santa Cruz del Quiché, et plusieurs dizaines de sites reconnus par Shook autour de la capitale, dont il donne le détail dans un article de 1952). cette carte présente de grandes lacunes (la partie sud-est du pays, en particulier, est pratiquement inconnue) et les quelques ilôts de forte densité risquent de refléter les aléas d’une investigation archéologique orientée, sauf exceptions, vers les régions d’ accès plus facile. On peut penser en fait, à la lumière des découvertes de la dernière décennie dans le Quiché et la Verapaz, qu’une reconnaissance systématique aboutirait à une vision inverse de celle qui était encore récemment acceptée : un peuplement très ancien – remontant au moins au début du Préclassique moyen, vers 800 av. J.C. – et relativement dense dans toutes les hautes terres septentrionales au sud de la grande coupure du Chixoy. Le tableau actuel que nous donne la carte des sites formatifs est celui d’un bloc montagneux, les Altos cuchumatanes, peu accessible et de faibles ressources (le maïs ne pousse pas au-dessus de 3. 000 m), sur lequel vient buter l’expansion préclassique venue, soit de la côte pacifique, soit du Chiapas par la dépression du Grijalva et du haut Chixoy (Lowe 1977), et qu’elle contourne à l’est par la Verapaz. Selon l’idée de Sharer (1974) cette poussée préclassique viendrait plutôt de la périphérie sud-est de l’aire maya, c’est-à-dire du Salvador, et la datation très ancienne des sites de la Verapaz viendrait à l’appui de son hypothèse. Il est certain aujourd’hui que la vallée du Chixoy-Salinas-Usumacinta d’une part, et la région de l’Alta Verapaz au nord de Coban d’autre part, ont dû constituer des couloirs d’échanges et d’influences réciproques (sinon de migrations) entre hautes et basses terres durant la période formative.

Les sites Préclassiques de Guatemala :

1. Cuello Belice
2. Altun Ha Belice
3. San José Belice
4. Barton Ramie Belice
5. Melhado Belice
6. Nohoch Ek Belice
7. Benque Viejo Belice
8. Mountain Cow Belice
9. Holmul Petén
10. Mirador Petén
11. Uaxactún Petén
12. Tikal Petén
13. Ceibal Petén
14. Altar de Sacrificios Petén
15. Salinas de los Nueve cerros Alta Verapaz
16. Chamá Alta Verapaz
17. Chichun Alta Verapaz
18. San Pedro Carchá Alta Verapaz
19. Sakajut Alta Verapaz
20. Sulin Alta Verapaz
21. El Portón Alta Verapaz
22. Los Encuentros Baja Verapaz
23. El Jocote Baja Verapaz
24. chirramos Baja Verapaz
25. La Laguna Baja Verapaz
26. Chiwiloy Baja Verapaz
27. San Andrés Sajcabaja – La Lagunita -
Canilla El Quiché
28. Río Blanco El Quiché
29. Cambote El Quiché
30. Chujuyub El Quiché
31. Chiché El Quiché
32. Lemoa El Quiché
33. Totonicapan Totonicapan
34. Salcajá Quezal tenango
35. San Andrés Semetabaj Sololá
36. chukumuk Sololá
37. Chimaltenango Chimaltenango
38. Itzapa Chimaltenango
39. Zacat Sacatepequez
40. KAMINALJUYU Guatemala
41. Frutal Guatemala
42. Cieniguilla Guatemala
43. Canchon Guatemala
44. Amatitlán Guatemala
45. Chinautla Guatemala
46. Tulamaje El Progreso
47. San Agustín Acasaguastlan
48. Quirigua Izabal
49. Pataxte Izabal
50. Sechoc Izabal
51. Murcielago Izabal
52. Izapa Mexique
53. Toros Mexique
54. Santo Domingo San Marcos
55. El Sitio San Marcos
56. El Jobo San Marcos
57. La Victoria San Marcos
58. Salinas La Blanca San Marcos
59. Abaj Takalik Retalhuleu
60. Palo Gordo Suchitepequez
61. El Baul Escuintla
62. Santa Lucia Cotzumalhuapa Escuintla
63. El Balsamo Escuintla
64. Monte Alto Escuintla
65. Iztapa Escuintla

Fig. 36 Carte générale des sites préclassiques du Guatemala.

Table des illustrations

Légende Fig. 36 Carte générale des sites préclassiques du Guatemala.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7558/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 97k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search