Version classiqueVersion mobile

La Période formative à La Lagunita

 | 
Alain Ichon
, 
René Viel

2ème partie. Les sites préclassiques des municipios de San Andrés Sajcabajá et Canillá

Chapitre I. San Andrés Sajcabajá

Alain Ichon

Texte intégral

11 – Le site archéologique de San Andrés Sajcabajá comprend un unique monticule situé à l’entrée même du village de San Andrés Saj cabajá, chef-lieu du municipio (fig. 22), qui est relié à Santa Cruz del Quiché par une route carrossable. Bien que A. Ledyard Smith, lors de sa reconnaissance de 1949, ait pris comme guide le propriétaire du terrain, ce site lui a échappé. Il est vrai que le monticule cérémoniel est dans un état de destruction avancée car son remblai de terre sablonneuse sert depuis des années à la fabrication des blocs d’adobe utilisée pour la construction des maisons. Cette destruction progressive a mis au jour épisodiquement quelques sépultures et des offrandes de céramique, dont un certain nombre ont pu être récupérées grâce à la compréhension de la veuve du propriétaire et de son fils Oilio Mendez Urizar ; ce dernier a également participé à la fouille sommaire du monticule que nous avons effectuée en décembre 1972.

2Le site occupe une zone plane triangulaire comprise entre la route de Santa Cruz del Quiché, les premières maisons du village et une quebrada qui rejoint le río Agua Caliente. Il devait s’étendre au sud de la route et jusqu’au río Las Casas : les tessons recueillis sur les pentes dominant ce cernier au lieu-dit El Puente, le prouvent.

3Les coordonnées rectangulaires du site sont : 720700 – 678100 (carte au 1/50. 000 ème San Andrés Sajcabajá).

4La pente assez forte de la quebrada, à l’ouest du plateau, dessine trois petits éperons qui ressemblent à des buttes naturelles mais pourraient être d’anciennes structures très érodées ; la structure principale elle-même n’était sans doute qu’un simple monticule de terre, sans revêtement de pierres.

5Un sondage pratiqué sur le rebord du barranco a été peu concluant : le matériel trouvé sur 1, 10 m de profondeur est abondant, et en grande majorité préclassique, mais il y a quelques tessons classiques jusqu’à – 80 cm. La stratigraphie n’est donc pas sûre.

6Le monticule principal, S-l, devait avoir à l’origine environ 14 m de longueur et 7 à 8 m de hauteur ; son grand axe est ouest-est. Il a été coupé en deux, formant aujourd’hui deux buttes inégales entourées des déblais provenant de la partie haute (fig. 21). Une coupe stratigraphique complète ne pourra être obtenue, sur la butte principale, que grâce à deux opérations, F-l et F-2, la première partant du sommet, la seconde sur la face sud.

L’opération F-1

7Notre fouille porte sur la partie sud-est de la butte, la seule non envahie par la végétation, couvrant 3 x 3 m. La paroi est de la butte, verticale, nous donnera, moyennant un simple nettoyage, la succession des couches de remblaiement et des sols d’occupation.

8Partant du niveau + 735, nous mettons au jour une succession de remblais sablonneux plus ou moins foncés mélangés à des pierres de schiste et à des blocs de talpetate. A + 600 apparaît un sol (4) épais de 2, 5 cm, dont la partie supérieure est jaune clair, non brûlée, la partie inférieure brun foncé.

9Ce premier niveau, de + 735 à + 600, contient des tessons peu abondants, des éclats d’obsidienne de grande taille et quelques os humains ou animaux. En proviennent sans doute aussi plusieurs poteries découvertes par Oílio Mendez alors qu’il effectuait un petit travail de régularisation de la fouille ; elles sont d’un beau noir poli et incisé, le groupe Nogaro de R. Viel ; l’une d’elles est décorée de deux serpents en relief (fig. 25).

10En poursuivant la fouille nous trouvons à +525 un deuxième sol (3) qui aurait été fait en deux fois : une première couche de 25 cm d’épaisseur, brûlée, de couleur orange vif, dont la surface est plane et très dure ; au-dessus, une couche plus mince (2 à 2, 5 cm), également dure, brune à jaune-orange, supportant une couche de cendre et de charbon.

11L’opération F-1 est arrêtée à + 500 en raison des risques d’éboulement.

Fig. 23a Plan de la fouille du monticule S-1

Fig. 23b Profil de la fouille du monticule S-l

L’opération F-2

12Nous avons profité d’une tranchée nord-sud préexistante sur la face sud du monticule, tranchée que nous avons élargie sur 2, 50 m et prolongée vers le nord et vers le sud, en l’abaissant par endroits jusqu’au niveau stérile. La paroi ouest nous donne la stratigraphie de la partie inférieure du monticule (fig. 23).

13On distingue au niveau + 400 un sol 2 peu net, sans surface dure, marqué seulement par une couche de couleur orange vif. Bien que les stratigraphies révélées par les opérations F-l et 2 se raccordent mal, il est certain qu’il n’y eut pas de phase intermédiaire entre les sols 2 et 3.

14Le remblai au-dessous du sol 2 contient une sorte de coulée de terre grise cendreuse très dure, épaisse de 25 cm. Le sol inférieur (1) est atteint au niveau + 100 ; de terre brun-jaune dure, il a été creusé, à l’extérieur et sans doute au pied du monticule, d’une cavité cylindrique de 22 cm de diamètre, profonde de 30 cm, que nous avons trouvée emplie de charbon ; celui-ci a fourni une datation C-14 de 630 + 100 av. J.C. (GIF – 2833). Ce “foyer” rituel correspond à la toute première occupation du site ; le sol stérile se trouve environ 1 m plus bas.

15A 1 m au nord du foyer, au niveau + 130, est apparue une rangée de dalles de schiste, longues de 0, 80 à 1 m, plantées obliquement et presque jointives (fig. 21 b). L’ensemble, long de 1, 70 m (la hauteur d’un homme) est orienté nord-ouest-sud-est ; il recouvre quelques ossements réduits à l’état pulvérulent, dont seule une molaire est identifiable. Le mobilier de la sépulture comprend une ollita noire dont le décor incisé et peint en rouge représente un oiseau (fig. 24b), sous les dalles ; un plat à bord rouge ondulé (fig. 24a) retourné sur du charbon, au nord de la première dalle ; une ollita rouge décorée de pastilles (fig. 24c) et une demi-lame d’obsidienne.

16La base des dalles est enrobée dans une couche d’argile dure, irrégulière, qui ne se poursuit pas au-delà. Au-dessous, le remblai sablonneux ne contient que quelques éclats d’obsidienne ; il correspond à la première structure.

17Le charbon contenu dans le plat retourné a été analysé, donnant une datation de 560 ±100 av. J.C. (GIF – 2832), cohérente avec la première : la structure ancienne date du Préclassique moyen.

18Une troisième datation a été obtenue grâce à du charbon récolté à différents niveaux (mal définis) de la paroi extérieure de F-l : 200 ± 150 ap. J.C. (GIF – 2478). Bien qu’il soit difficile de la rattacher à l’une des phases de construction du monticule, elle confirme une occupation protoclassique indiquée par le matériel céramique.

19On peut déduire de nos travaux que la str. S-l a connu quatre phases de construction :

20– la structure la plus ancienne, S-1a, est associée au foyer ou puits de charbon et à la sépulture sous dalles. Il n’est pas certain toutefois qu’il s’agisse véritablement d’une substructure dont la plate-forme aurait été au niveau + 130 ; on peut penser que le premier monticule atteignait le niveau + 400 – il avait donc environ 3 m de hauteur et qu’il fut construit au-dessus de la sépulture, dans le but précis d’abriter celle-ci. Il s’agit donc d’une structure funéraire, et le puits de charbon servant d’“encensoir” fixe à la base de cette structure indique l’existence d’un culte dédié au personnage important enterré sous les dalles.

Fig. 24 Poteries du Préclassique moyen. a, b, et c/ sépulture sous dalles. d/ déblais.

21Cette première structure S-la est datée de 630 à 560 av. J.C., c’est-à-dire du Préclassique moyen (phase Santizo 1 ou 2 de La Lagunita).

22– dans un deuxième temps, S-la est légèrement surélevée-de 1, 25 m – et le sol de la plate-forme est cette fois soigneusement durci au feu. Nous ne savons rien des dimensions de cette structure S-1b, si ce n’est sa hauteur : 4, 25 m.

23La str. S-lb daterait encore du Préclassique moyen, on peut-être tardif (phase Noguta 1 ?).

24– on procède à une nouvelle surélévation de la plate-forme, portée au niveau + 5m. Ce sol, moins net, correspondrait à la phase Noguta 2.

25– enfin cette str. S-1c est elle-même surélevée de 1, 35 m au moins, pour former la structure définitive ; celle-ci serait encore préclassique, si les poteries de type Nogaro proviennent bien de ce dernier remblai. Toutefois, plusieurs découvertes confirment l’occupation protoclassique du site : outre de beaux tessons trouvés en surface, dont des mammiformes (fig. 30a), Oílio aurait mis au jour une deuxième sépulture sous dalles, celle-ci en dehors du monticule S-1, à une vingtaine de m. vers l’ouest et à faible profondeur ; l’unique mobilier est un bol tripode à décor orange sur blanc, dont la forme et la surface, de texture “cireuse”, sont caractéristiques du Protoclassique ou du Classique ancien (fig. 30b).

26En résumé, San Andrés Sajcabajá est un petit centre cérémoniel, contemporain de la str. A-7 de La Lagunita dans ses premières phases. Le monticule, unique, a été surélevé plusieurs fois tout en gardant sa fonction funéraire, révélée par la première sépulture sous dalles, puis par diverses sépultures accompagnées d’offrandes placées à même le remblai. Au Protoclassique-Classique ancien, le site a continué à être occupé, mais il n’est pas certain que le monticule cérémoniel ait encore été utilisé comme tel : la sépulture sous dalles (ou en ciste ?) découverte sur le plateau prouverait plutôt le contraire.

Le matériel

Préclassique

1 – Mobilier de la sépulture sous dalles (fig. 24)

27– Plat à lèvre rouge sur beige naturel, ayant servi d’encensoir (fig. 24a).

28Un filet discontinu sous le bord est ponctué au doigt. Cette poterie est du type Bedelio Rouge sur Beige.

29Dimensions : d : 17, 5 h : 4, 4 cm.

30– Ollita partiellement engobée de rouge. Une rarngée de petites pastilles est appliquée à la base du col (fig. 24c).

31d : 11,3 h : 7, 5 cm

32– Petit vase brun-noir poli à décor incisé et peint (fig. 24b).

33Le décor, répété deux fois, représente un oiseau stylisé et un motif en arC-de-cercle. Il y a des traces de peinture rouge sur le corps de l’oiseau, sur les motifs en arC-de-cercle et sur l’intérieur du col.

34La poterie est du type Quiludi Brun d max : 15, 6 h : 12, 1 cm.

35– Un autre vase du même type (fig. 24d) provient des déblais de la face sud.

36Les deux motifs sont ici encore incisés dans l’argile sèche : oiseau stylisé et croix inscrite dans un cercle double. Il n’y a pas de trace de peinture. d max : 15, 3 h : 13, 3 cm.

2 – Poteries provenant du remblai de la dernière structure (?) (fig. 25)

37Les trois vases cylindriques d’un beau noir poli, du type Nogaro Noir Incisé, sont probablement du Préclassique tardif. Les exemplaires a et b sont simplement décorés d’incisions circonférentielles ; le vase c, très semblable au précédent, porte une représentation réaliste de serpent appliquée sur toute sa hauteur ; le motif est répété deux fois.

38Dimensions : diam. ouverture : 12, 7 – 14, 6 – 17,3 cm.

39hauteur : 11, 1 – 22, 4 – 22, 4 cm.

3 – Poteries diverses non exactement localisées (fig. 26)

40– Poteries de type Orfeo Orange à Rainures.

41Le vase 26a porte une moulure latérale séparant des motifs différents, courbes dans le haut, anguleux dans le bas ; c’est aussi le cas des rainures du petit vase b (celles du bas, en motifs scalaires à peine visibles, ont échappé au dessinateur).

42La forme du vase ou bol globulaire 26c, à bord rentrant, est commune ; le décor de rainures est plus simple. Diam max : 18, 7 h : 10, 6 cm

43Autre forme commune (non illustrée) : le plat ouvert, à bord épaissi, décoré de rainures circonférentielles et obliques.

44– Plat et gobelet de type Trovador Rouge sur Blanc (non illustrés).

45Le décor rouge couvre le bord et forme deux larges bandes verticales.

46– Vase piriforme à col évasé (fig. 26d).

47La surface sommairement lissée est décorée d’incisions faites dans l’argile molle. Type chiclo Orange-Brun.

48diam. max : 15, 5 h : 19, 5 cm

49– Vase -soulier décoré de filets ponctués (fig. 26e).

50La surface est brun foncé, avec des zones polies dont certaines portent des traces de peinture rouge, et des zones simplement lissées. La pointe du “soulier” et la base sont très usées.

51longueur : 28, 8 h : 15, 6 cm

52cette poterie pourrait dater du classique ancien, de même que les vases tripodes décrits plus loin.

53– Encensoir à base annulaire et petits vases tripodes à décor anthropomorphe (fig. 27).

54L’encensoir est un plat ouvert, dont l’intérieur est noirci parl e feu, supporté par 3 “atlantes”, petits personnages asexués dont le bras gauche levé soutient le récipient. La base est un anneau reliant les jambes écartées des atlantes. Diam. du bol : 15, 6 h. totale : 15, 6 cm.

Fig. 25 Poteries du Préclassique tardif provenant de la partie supérieure du monticule.

Fig. 26 Poteries diverses non trouvées in situ.

55Les trois petits vases tripodes rappellentl es pichets du Classique ancien, mais ils n’ont pas de bec verseur. Ce sont des poteries frustes, à une ou deux anses, décorées de une ou de trois faces humaines grossières, soit sur la panse, soit sur les supports, qui sont hauts, pleins et irréguliers.

56Hauteurs : 9, 2 – 10, 4 – 11 cm.

4 – Statuettes (fig 28)

57Les deux têtes proviennent de la str. S-1. L’une (b) est peinte en rouge hématite. Les yeux et la bouche sont faits d’une pastille incisée.

58Les quatre corps proviennent de personnages féminins, en position assise (pour trois d’entre eux). L’exemplaire c, plus réaliste, à jambes en moignon, rappelle les statuettes mexicaines de Tlatilco. Le buste f est d’une dimension inusitée.

59Toutes ces statuettes sont modelées et pleines.

5 – Sceaux (fig. 29)

60Ils sont cylindriques pleins (a), ou plats et dotés d’un manche conique. Les motifs sont peu clairs ; b pourrait représenter une grenouille.

Protoclassique-Classique Ancien (fig. 30)

61Bien que le matériel préclassique ait une prédominance absolue, on trouve des tessons plus tardifs en surface et dans les sondages, par exemple un bord de bol à décor rouge sur blanc du Classique ancien au niveau – 100 (et même un décor peigné du Classique tardif à – 80 !) . On ne nous a signalé aucune poterie protoclassique provenant du monticule.

  • 1 c’est le type baptisé choton Orange-sur-Gris par M.C. Arnauld (en préparation). Elle le date de l’a (...)

62Le bol tripode à décor orange sur blanc (fig. 30b) a 3 supports tronconiques courts, pleins, une forme régulièrement évasée et une surface mate, d’un blanc grisé, typiques du Classique ancien.1 Le décor de larges bandes oranges est plus élaboré à l’intérieur du bol, où les 3 bandes sont encadrées de lignes verticales et de ponctuations. d : 29, 9 h : 11 cm

63Le bol brun-rouge de la fig. 30a, réduit à un fragment, devait avoir 4 supports mammiformes creux et faisant sonnailles. Les deux fentes verticales, outre les deux perforations situées à l’arrière, sont inhabituelles.

64diam. : 34 cm.

2- Le site de La Vega 2

65Il se trouve à 500 m à l’ouest du río Las Casas et à environ 1 km au sud-ouest du village de San Andrés Sajcabajá, au pied de la sierra de Chuacus. L’altitude est de 1375 m. Il n’y a pas de monticules visibles, à la différence du site de LA VEGA 1, tout proche, qui date, lui, du Classique tardif.

66Plusieurs poteries incomplètes nous ont été offertes par le propriétaire du terrain ; le contexte dans lequel elles ont été découvertes n’est pas connu, mais il est probable qu’elles étaient associées à des sépultures.

67La spécialité de La Vega 2 semble être le bol ouvert de type Orfeo Orange doté de 3 supports tronconiques minuscules, et non fonctionnels car le bol repose sur sa base légèrement convexe (fig. 31). L’un des exemplaires n’est pas décoré ; les autres sont décorés de rainures circulaires et ont un bord ondulé ou crénelé.

3 – Xolja Bajo

68Ce petit site a été reconnu par A.L. Smith en 1949 (1955 : 37-38). Il se trouve à 2 km à l’ouest du village de San Andrés Sajcabajá, sur la rive nord du río Agua Caliente. La terrasse naturelle s’élève en paliers jusqu’aux premières pentes du cerro El Achiote. L. Smith a relevé trois structures plus ou moins détruites, dont deux sont adossées aux talus (peut-être aménagés), la troisième (str. 1) étant définie comme une plate-forme de temple (fig. 32). La hauteur moyenne des monticules est proche de 3 m.

69L. Smith a récolté une quarantaine de tessons, qu’il a datés du classique, sans plus de précision. Il y a pourtant parmi eux un tesson de type Uta tlan, préclassique, et un Plombé épiclassique.

70Nous sommes retournés à deux reprises à Xolja Bajo, en 1973 et 1977. Il n’y a rien à ajouter à la description de L. Smith, si ce n’est l’existence probable d’une quatrième structure, de faible dimension, sur la pente au nord de la str. 2. Par contre, le matériel céramique et lithique, partout abondant, prouve sans conteste une occupation allant du Préclassique au Classique ancien et peut-être tardif.

71La fouille des monticules n’a pas été entreprise ; elle seule permettrait de préciser si la construction de ce petit centre cérémoniel date de la première occupation. Nous penchons cependant pour une datation plus tardive étant donnée la proportion très faible du matériel préclassique par rapport au matériel classique. Xolja Bajo était au Préclassique un petit centre d’habitat, simple hameau dépendant sans doute de San Andrés Sajcabajá.

4- Tzapinip

72Une reconnaissance systématique de la petite vallée du río Agua Caliente au nord-est de San Andrés Sajcabajá nous a permis de découvrir plusieurs sites d’habitat, révélés par la présence de tessons en surface et parfois de vestiges de plates-formes d’habitations.

73C’est le cas de Tzapinip, à 2 km au nord-nord-est du village, sur la rive droite du río. La terrasse alluviale s’élargit ici en arC-de-cercle, entourée de collines sur trois côtés. Le matériel céramique récolté en surface, relativement abondant, date le site du Préclassique et du Classique ancien. Un unique tesson Plombé pourrait, comme à Xolja Bajo, indiquer une occupation plus tardive.

Fig. 27 Encensoir (a) et petits vases tripodes à décor anthropomorphe.

Fig. 28 Statuettes préclassiques.

Fig. 29 Sceaux préclassiques.

Fig. 30 Poteries du Protoclassique-Classique ancien. a/ bol tétrapode mammiforme. b/ bol tripode à décor orange sur blanc.

Fig. 31 Bol orange à supports non fonctionnels. Site de La Vega 2.

Fig. 32. Plan de Xolja Bajo (d’après A.L. Smith 1955).

Notes

1 c’est le type baptisé choton Orange-sur-Gris par M.C. Arnauld (en préparation). Elle le date de l’aspect 3 du Protoclassique, ou du Classique ancien.

Table des illustrations

Légende Fig. 23a Plan de la fouille du monticule S-1
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7548/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende Fig. 23b Profil de la fouille du monticule S-l
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7548/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 24 Poteries du Préclassique moyen. a, b, et c/ sépulture sous dalles. d/ déblais.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7548/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Légende Fig. 25 Poteries du Préclassique tardif provenant de la partie supérieure du monticule.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7548/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Légende Fig. 26 Poteries diverses non trouvées in situ.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7548/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Légende Fig. 27 Encensoir (a) et petits vases tripodes à décor anthropomorphe.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7548/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Fig. 28 Statuettes préclassiques.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7548/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Fig. 29 Sceaux préclassiques.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7548/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 30 Poteries du Protoclassique-Classique ancien. a/ bol tétrapode mammiforme. b/ bol tripode à décor orange sur blanc.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7548/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende Fig. 31 Bol orange à supports non fonctionnels. Site de La Vega 2.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7548/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 6,8k
Légende Fig. 32. Plan de Xolja Bajo (d’après A.L. Smith 1955).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7548/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 18k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search