Version classiqueVersion mobile

La Période formative à La Lagunita

 | 
Alain Ichon
, 
René Viel

2ème partie. Les sites préclassiques des municipios de San Andrés Sajcabajá et Canillá

Les sites préclassiques des municipios de San Andrés Sajcabajá et Canillá

Texte intégral

1La région étudiée de 1971 à 1977 par la formation dite Recherche Coopérative sur Programme No. 294 du Centre National de la Recherche Scientifique, est un compartiment de terrain bien défini au nord – le río Chixoy ou Negro coulant d’ouest en est – et au sud : la ligne de crête de la sierra de Chuacus, culminant à 2500 m d’altitude. Sa limite est suit grosso modo la frontière assez floue entre les départements d’El Quiché et de Baja Verapaz. Vers l’ouest, nous avons poussé la reconnaissance archéologique, de façon moins systématique, jusqu’à San Bartolo Jocotenango. C’est au total une zone de quelque 600 km2 qui a été prospectée dans le but d’établir une carte des sites archéologiques aussi complète que possible et de dater la majorité des sites ainsi relevés.

  • 1 cf Dollfus et Douzant 1975 : Les paysages de San Andrés Sajcabaja et leur organisation in Cahiers d (...)

2Les résultats sont de valeur inégale compte tenu de l’existence de trois zones géographiques très différentes1, dans lesquelles la reconnaissance ne pouvait être organisée avec la même efficacité. Ce sont du sud au nord : les pentes de la sierra de Chuacus, d’orientation générale ouest-est mais qui étend des rameaux jusqu’au fleuve ; la zone des plateaux, ou planos, disséqués par les affluents du Chixoy ; le río Chixoy enfin, dont la vallée profondément encaissée constitue une niche écologique très particulière. Il est évident qu’une reconnaissance systématique, relativement aisée dans la zone des planos presque entièrement déboisée et cultivée, est déjà plus difficile, bien qu’encore possible, dans la vallée du Chixoy, mais qu’elle ne peut être que très incomplète dans la partie montagneuse. On peut penser cependant – et ceci paraît confirmé, pour la période classique tout-au-moins – que les centres préhispaniques importants ont été implantés de préférence dans la zone des plateaux, comme ce fut le cas après la conquête pour les centres de “réduction” de la population indigène, puis pour les chefs-lieux des municipios, Canillá, San Andrés Sajcabajá et San Bartolo.

3Ces réserves étant faites, on peut espérer que la liste des 67 sites datés donne une idée assez exacte du peuplement préhispanique et de son évolution au cours des deux millénaires qui ont précédé l’arrivée des Espagnols. Nous avons voulu, dans le tableau 1, classer les sites reconnus selon leur datation et leur durée d’occupation. Ce tableau appelle plusieurs remarques.

4Quant à la nature des sites, nous distinguons seulement, outre un unique site à peintures rupestres, chu’ij, les centres cérémoniels, dotés de structures trop importantes pour être des résidences communes (sans nous dissimuler ce que le terme de “cérémoniel” peut avoir d’inadéquat) et les sites d’habitation, qui peuvent être soit des ensembles plus ou moins organisés de plates-formes ayant supporté les maisons anciennes (celles-ci, faites de matériaux périssables, ont disparu), soit simplement des zones où la densité du matériel archéologique, surtout céramique, est particulièrement forte, indiquant l’existence d’habitations aujourd’– hui détruites par la culture, ou de zones de décharge proches de celles-ci. La détection de ces hameaux ou villages anciens n’est possible, sans fouilles, que dans les zones cultivées en milpa ; la terre arable, en général peu épaisse (une trentaine de cm), retournée, laisse voir en surface, surtout après les pluies, le matériel qu’elle contenait. On peut ainsi définir un site d’habitat par l’existence d’une zone limitée dans laquelle la densité des tessons en surface dépasse un seuil déterminé a priori, par exemple 5 tessons par m2. Ces précisions ne sont pas inutiles, comme nous le verrons plus loin.

5Si l’on peut espérer parvenir à un recensement quasi exhaustif des centres cérémoniels (un monticule de plusieurs mètres de hauteur, même après des siècles de culture et l’agression des chercheurs de trésors, laisse toujours quelques traces), il est évident que le nombre des sites d’habitat relevés ne donne qu’une faible idée de la réalité. A titre d’exemple pour la zone des plateaux, une étude minutieuse du plano de Canillá a révélé l’existence, sur une superficie de 5 à 6 km2 (dont une bonne partie en pâturage ou en jachère), d’au moins 17 aires probables d’habitation (le détail n’en figure pas sur le tableau 1), sans compter les trois centres cérémoniels de Los Cerritos-Chijoj, Chimistan et El Rincón, avec leur zone d’habitation associée. Il n’existe pas en effet de centre “vacant”, c’est-à-dire qui ne soit étroitement associé à un ensemble d’habitation.

6La datation la plus ancienne que nous ayons obtenue par analyse C-14 provient du site de San Andrés Sajcabajá : 630 av. J.C., correspondant à la période du Préclassique moyen ; plusieurs centres postclassiques, d’autre part, dont Pueblo ViejoChichaj, étaient encore actifs au moment de la con quête en 1524. Ce sont en résumé 21 siècles d’histoire qui doivent être inscrits dans les vestiges des 79 sites recensés.

7Nous avons adopté la division habituelle de cette séquence en Préclassique, classique et Postclassique. Les sites fouillés, donc datés avec une certaine précision, sont au nombre d’une vingtaine. Pour les autres, leur datation est basée sur l’examen du matériel provenant d’une simple récolte de surface, insuffisant en général pour distinguer le Préclassique moyen du Préclassique tardif, comme le Postclassique ancien du Postclassique récent. La distinction est possible, par contre, grâce à quelques bons fossiles directeurs dans les types et les modes céramiques, entre le Classique ancien et le Classique tardif. Nous avons écarté le Protoclassique, dont la définition comme complexe culturel ou comme phase chronologique est encore ambiguë, et introduit dans la séquence une période épiclassique, transition d’environ deux siècles (900-1100 ap. J.C.) entre le classique et le Postclassique ; mais il faut souligner que la preuve de cette “occupation” est uniquement basée sur la présence ou l’absence de tessons de type Tohil Plombé, sauf dans le cas de La Lagunita, où, nous l’avons vu, l’Epiclassique se manifeste par des sépultures intrusives au sommet des pyramidès du Classique ancien ; et dans celui de Pantzac, qui était certainement le centre majeur de la région durant cette période. Une quinzaine de sites n’ont pas été datés ; la plupart sont en fait classiques, sans qu’il soit possible de préciser cette datation.

8Le tableau 1 montre que la densité maximale du peuplement est atteinte au Classique ancien : 39 des 67 sites datés (soit 59 %) furent alors occupés ; 5 d’entre eux l’étaient déjà au Préclassique. Densité d’autant plus remarquable que le Classique ancien semble très peu représenté dans les départements voisins de la Baja et de l’Alta Verapaz.

9Au Classique tardif, le nombre de sites n’est plus que de 26 (dont 11 datent de la période précédente) ; il se maintiendra au Postclassique (25 sites), bien qu’encore une fois près de la moitié d’entre eux aient choisi une implantation nouvelle. Un trait frappant est donc une certaine discontinuité dans la répartition géographique des sites d’une période à l’autre, soulignée par le fait qu’aucun site n’a été occupé de façon continue du Préclassique au Postclassique, ni même du Préclassique au Classique tardif.

10Partant de ces données, nous nous réservons d’etudier l’évolution du peuplement dans une autre publication. En ce qui concerne le Préclassique, objet de la présente étude, nous voyons que les sites sont fort peu nombreux : 7, dont 3 centres cérémoniels et 4 sites d’habitation. Nous décrirons ci-dessous plus en détail les fouilles réalisées à San Andrés Sajcabajá et à Chimistan en 1972- 1973.

Tableau 1 – Les sites archéologiques des municipios de San Andrés Sajcabajá, Canillá et San Bartolome Jocotenango.

Tableau 1 – Les sites archéologiques des municipios de San Andrés Sajcabajá, Canillá et San Bartolome Jocotenango.

N.B. Les noms des sites fouillés sont soulignés.

Sites non datés : AGUACATE (cérémoniel)
CACUJ (?)
CHIPIXAB (cérémoniel)
EL TICON (habitat)
LAS CANOAS (habitat)
MAMAJ (cérémoniel)
MIXCOLAJA 1 (cérémoniel)
POTOSI 1 (cérémoniel)
SAJCABAJA (hábitat)
SABAQUIEJ (habitat)
TINTULEU (cérémoniel)
XOLJA ALTO (cérémoniel)

Fig. 21 Le site de San Andrés Sajcabajá. a/ la face sud du monticule ST pendant la fouille. b/ sépulture sous dalles datée de 560 av. J.C.

Fig. 22 Plan de situation du site de San Andrés Sajcabajá.

Notes

1 cf Dollfus et Douzant 1975 : Les paysages de San Andrés Sajcabaja et leur organisation in Cahiers des Amériques Latines No. 11 : 7-26. Paris.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 – Les sites archéologiques des municipios de San Andrés Sajcabajá, Canillá et San Bartolome Jocotenango.
Légende N.B. Les noms des sites fouillés sont soulignés.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7543/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Fig. 21 Le site de San Andrés Sajcabajá. a/ la face sud du monticule ST pendant la fouille. b/ sépulture sous dalles datée de 560 av. J.C.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7543/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende Fig. 22 Plan de situation du site de San Andrés Sajcabajá.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7543/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 30k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search