Version classiqueVersion mobile

La Période formative à La Lagunita

 | 
Alain Ichon
, 
René Viel

1ére partie. Le groupe A de la Lagunita

Chapitre V. Les autres structures du groupe A et les zones d’habitat

Alain Ichon

Texte intégral

1Bien que toutes les structures du groupe A n’aient pas été fouillées, il est à peu près certain que seules les quatre constructions centrales existaient au Préclassique. Si les petites plates-formes A-4, 8, 9, 13 et 14 (ces deux dernières sont probablement des habitations) n’ont pas été étudiées, les str. A-3, 11 et 12 ont par contre fait l’objet soit d’une fouille assez complètes (la première), soit de sondages stratigraphiques dont les résultats sont tout-à-fait concluants quant à leur datation.

La str. A-3

2Cette plate-forme presque carrée (13, 60 x 14, 60 m) ne dépasse pas 3 m de hauteur. Patricia Carot a fouillé les 3/4 du monticule, ne laissant intacte que sa partie nord-ouest. Elle a trouvé sur la face nord une cache contenant des pierres. Ces offrandes datent le monticule du classique ancien, date confirmée par le matériel céramique du remblai, mélange de préclassique et de classique ; dans les déblais au sud, on note un support zoomorphe moulé épiclassique. Il n’y a pas de superpositions.

La str. A-11

3L’ensemble A-11 – A-12 qui occupe la partie nord du plateau constitue ce qui paraît être une “acropole” surélevée de 5 m par rapport à la place centrale. Les deux structures sont reliées par une sorte de pont permettant d’aller de l’une à l’autre sans descendre dans le patio nord-est.

4A-11 est un énorme soubassement, entièrement artificiel, de 27 x 45 m, doté d’escaliers au sud et au nord, et supportant deux plates-formes basses qui se font face. A-12 est le jeu de balle, qui sera décrit plus loin.

5Sur la terrasse A-11, seule la plate-forme est a été fouillée ; elle a livré une superposition.

6Il y avait au centre exact de la terrasse un foyer rituel contenant encore les restes d’un encensoir à dents. Notre puits stratigraphique a été fait à cet endroit, atteignant le talpetate 4, 90 m plus bas. Il a révélé plusieurs points importants :

71/ le monticule A-11 est entièrement artificiel ; il a été construit en trois temps.

82/ il y avait à l’origine une plate-forme aux murs de pierres, haute de plus de 1 m et orientée ouest-est. Elle reposait directement sur une couche argileuse recouvrant le sol de talpetate irrégulier. Le matériel de cette couche inférieure, bien qu’es sentiellement préclassique, contient déjà quelques tessons classiques ; c’est aussi le cas du remblai de la structure primitive, qui date donc du Classique ancien : il n’y a pas de niveau préclassique pur dans le monticule A-11, qui a été entièrement édifié, en plusieurs étapes, au Classique ancien.

93/ La structure primitive a été surélevée deux fois avant que la terrasse artificielle n’atteigne son niveau définitif. Ces constructions successives sont de la même période, le Classique ancien.

Le jeu de balle (str. A-12)

10Ce grand jeu de balle – le court proprement dit mesure 39, 50 m de long sur 11 m de large – en forme de cuvette rectangulaire a été transformé, sans doute à la fin du Classique ancien, en une vaste terrasse plane dont le niveau se trouve à 4,70 m au-dessus de celui de la place centrale ; les bords, légèrement relevés, devaient supporter plusieurs plates-formes. Le groupe A n’ayant dès lors plus de jeu de balle (il est en effet douteux que le patio accolé à la pyramide A-5 ait été destiné à cet usage) on peut penser que c’est le groupe B, avec ses deux terrains de jeu de balle, qui prit la succession.

11La datation de la str. A-12 a été obtenue essentiellement par le puits de 2 x 3 m pratiqué au centre du court. Il a mis au jour plusieurs boules de pierre représentant peut-être la balle de caoutchouc du jeu, et une dalle de schiste carrée, orientée dans l’axe du court, qui ne peut être que le marqueur central. Cette dalle nous donne donc le niveau du court avant qu’il ait été remblayé par 1, 40 m de terre.

12Notre puits central a atteint le niveau stérile de talpetate à 4 m de profondeur. La coupe montre que le jeu de balle a été édifié en une seule fois, au Protoclassique-Classique ancien, et directement sur le sol de talpetate. En effet, on trouve dès le niveau inférieur un matériel céramique essentiellement préclassique, mais contenant déjà quelques tessons classiques. La proportion de ces derniers augmente régulièrement jusqu’à représenter la quasi-totalité du matériel au niveau du marqueur. Au-dessus de celui-ci, dans le remblai ultérieur, le matériel est toujours un mélange de préclassique et de classique ancien, avec toutefois quelques tessons apparemment plus tardifs, dont plusieurs décorés de rouge sur orange à rattacher au type “Jelic rouge sur crème” de Totonicapan, qui date du Classique tardif. (A. Ciudad 1982 : 185). Il est donc possible que l’abandon du jeu de balle et son comblement se soient produits au Classique tardif Classique tardif ; à cette époque, le groupe A aurait été pratiquement abandonné au profit du groupe B.

13Antérieurement au jeu de balle, cette partie nord du plateau devait être occupée par de simples habitations. Il est peu probable que les énormes remblais des str. A-11 et A-12 dissimulent des structures cérémonielles préclassiques importantes, mais il faudrait multiplier les sondages pour s’en assurer.

14Il en était apparemment de même sur le reste du plateau, au sud de la place aux quatre pyramides. En dehors de cet ensemble, l’occupation résidentielle devait être générale et dense, si l’on en juge par la forte proportion de tessons préclassiques dans les remblais des monticules classiques ; il est douteux en effet que leurs constructeurs soient allés chercher au-delà des barrancos leur matériel de remblaiement. Nous verrons de plus que les planos voisins étaient pratiquement inoccupés au Préclassique.

15En conclusion, on peut se faire l’idée suivante de l’évolution du groupe A au cours de la période préclassique :

16– au Préclassique moyen, un unique monticule cérémoniel se dresse sur le plateau, à l’emplacement actuel de la pyramide A-6. Construit au-dessus des habitations des premiers occupants du plateau, sa plate-forme d’argile battue s’élève déjà à plus de 5 m au-dessus du niveau de la place ; elle supporte une superstructure – un temple ? – de matériaux périssables.

17Ultérieurement, ce monticule est agrandi et surélevé pour atteindre environ 7 m de hauteur. Il fait toujours face à l’est.

18– au Préclassique tardif prend forme un véritable centre cérémoniel composé de quatre structures disposées en croix, dispositif qui sera conservé jusqu’au Classique tardif.

19La structure primitive, A-6, reste la plus importante ; elle est même surhaussée, atteignant 8, 50 m de hauteur. Lui fait face un monticule, A-7 moins monumental puisque sa plate-forme ne s’élève qu’à 3,75 m, mais également important car il a brite la sépulture d’un grand chef religieux. Les deux monticules au nord et au sud de la place ainsi délimitée sont plus bas -2, 50 m- et ne jouent peut-être qu’un rôle secondaire ; ils n’ont pas livré de sépultures.

20Ces quatre monticules étaient-ils à gradins et dotés de murs de soutènement en pierre ? Il est impossible de l’affirmer car nulle part ces murs n’ont été mis au jour (sauf peut-être sur la face nord de la str. A-5). Chacune des plates-formes supporte un temple en matériaux périssables.

21C’est de cette époque que datent la plupart des sculptures dont nous avons découvert les fragments, soit en surface (la grande majorité), soit dans le remblai des constructions classiques. Ces monuments, statues en ronde bosse ou stèles, devaient se dresser sur les plates-formes et les escaliers, de même que sur la place. Leur destruction rituelle, systématique, pourrait marquer l’arrivée de groupes étrangers à la région et porteurs d’une culture nouvelle : ils vont profondément modifier et amplifier l’ensemble cérémoniel du groupe A (et construire le groupe B), en conservant toutefois, et même en soulignant de façon spectaculaire par des dépôts rituels, des tombes et des stèles, l’orientation générale, les grands axes et la disposition cruciforme du centre préclassique.

Les zones d’habitat

22Entre le río Lilillá au nord et les pentes de la sierra de Chuacus au sud, les deux ensembles cérémoniels de La Lagunita sont entourés de plateaux, ou planos, disséqués par de profonds barrancos. Trois de ces plateaux ont été étudiés, mais la vallée même du río Lilillá, très fertile en comparaison et qui se prête aux cultures irriguées (maïs, canne à sucre, jonc...) n’a pas été reconnue ; les vestiges archéologiques ont peu de chance d’avoir résisté aux crues du río et à l’agriculture intensive.

23C’est au sud du groupe B que le plano présente la plus forte densité de tessons et d’obsidienne, bien que la couche archéologique soit très mince : une dizaine de cm. Les plates-formes d’habitation anciennes ont été détruites pour faire place à la milpa ; une seule subsiste, rectangulaire, de 3 x 12 m, à proximité d’un petit monticule carré (10 x 10 m), haut de 1, 50 m, sans doute cérémoniel, qui a été pillé.

24Le plano au sud des deux groupes a donné très peu de matériel, alors que celui-ci est abondant à l’ouest du groupe A, au nord de camino real allant de Canillá à San Andrés Sajcabajá.

25Tout le matériel récolté en surface et par sondage est du Classique ancien, avec une proportion infime de préclassique.

Le groupe B

26Cet ensemble cérémoniel a été beaucoup moins étudié que le groupe A. Pour ce dernier, il s’agissait en effet d’une véritable opération de sauvetage, alors que le groupe B, s’il a été très endommagé par la culture, ne semble pas avoir fait l’objet d’un pillage systématique. Nous sommes donc allés au plus pressé, mais il est certain qu’il faudra un jour fouiller le groupe B si l’on veut vraiment comprendre l’histoire du site de La Lagunita.

27Nous nous sommes, en résumé, contentés d’opérations très limitées sur le groupe B en janvier-février 1973 :

  • une tranchée sur la face ouest de la str. B-13 ; elle a mis au jour une construction plus ancienne, mais apparemment elle aussi du Classique ancien ;

  • la terrasse B-14, surélevée (elle rappelle la str. A-11), supporte deux plates-formes symétriques que nous avons dégagées ; les constructions, très soignées, sont faites de tuf taillé.

28Le groupe B diffère profondément du groupe A ; ceci est déjà évident quand on compare le plan des deux ensembles sur la carte générale du site, et le type des jeux de balle, en palangana dans le groupe A, ouverts dans le groupe B. Néanmoins la période d’apogée des deux groupes doit être la même : le Classique ancien. Mais la partie orientale du plateau n’avait pas été, comme la partie occidentale, occupée antérieurement ; et surtout il semble bien que le groupe A ait été presque complètement abandonné au début du Classique tardif, toute l’activité cérémonielle -et celle du jeu de balle en particulier- se déplaçant alors vers le groupe B. Ce dernier aurait même continué à être occupé à l’Epiclassique (et peut-être au Postelassique), ce qui expliquerait l’existence des sépultures intrusives dans le haut des pyramides A-5 et A-6 et les poteries caractéristiques de cette période signalées en divers points du groupe A (str. A-3, A-9...).

Fig. 20 La région limitrople des départements d’El Quiche et de Baja Vera paz: localisation des sites préclassiques.

Table des illustrations

Légende Fig. 20 La région limitrople des départements d’El Quiche et de Baja Vera paz: localisation des sites préclassiques.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7533/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 90k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search