Version classiqueVersion mobile

La Période formative à La Lagunita

 | 
Alain Ichon
, 
René Viel

1ére partie. Le groupe A de la Lagunita

Chapitre IV. La pyramide sud (str. A-5)

Alain Ichon

Texte intégral

1La str. A-5 limite la place au sud. Elle présente la particularité d’être accolée, sur sa face ouest, à un patio rectangulaire complètement entouré de murs qui pourrait être un jeu de balle de type fermé “en palangana. C’est en janvier 1973 que nous avons entrepris la fouille de la str. A-5 ; elle allait durer 5 semaines.

2L’état de la pyramide à notre arrivée peut être considéré comme relativement satisfaisant (fig. 17) ; elle a été entamée au sommet par une fouille de 2 à 3 m de profondeur, et sur sa face nord par une tranchée n’atteignant pas le sommet, qui a mis au jour à la base du monticule une tombe en ciste dont nous retrouverons les traces. La situation est donc très semblable à celle que nous avons trouvée en attaquant la str. A-6, avec, ici aussi, une certaine abondance de sculptures gisant sur les pentes (elles sont au nombre de six : les No. 1, 2, 3, 7, 8 et 10 dans notre inventaire de 1977), mais pas de sarcophage.

3Sous sa forme définitive, la str. A-5 est une pyramide à cinq ou six gradins haute de 9 m et mesurant 30, 30 x 37, 40 m de côté ; elle est orientée 8° à l’est du nord magnétique. Notre projet, en ce qui concerne la structure proprement dite à l’exclusion du patio attenant, comporte une fouille stratigraphique centrale sur toute la hauteur du monticule et différents sondages sur ses faces ouest et nord.

Sondage nord (opération T-2).

4Outre le nettoyage de la tombe déjà pillée, qui a livré les vestiges du mobilier datant du Classique ancien, cette fouille a permis de mettre au jour les fondations d’une construction plus ancienne dont le mur nord se trouvait presque à l’aplomb de celui de la structure définitive, mais 1 m plus bas. Elle était dotée d’un escalier saillant sur la place, dont nous avons dégagé un angle fait de dalles de schiste et de tuf taillé. Entre la base de cette structure ancienne et le sol de talpetate naturel qui se trouve 50 cm plus bas, nous avons recueilli quelques charbons dont la datation est douteuse : 2020 ±130 av. J.C. (GIF – 2834). En l’absence de tout contex te céramique ou lithique, il est difficile d’en déduire l’existence d’une occupation aussi ancienne à La Lagu nita.

5Il y avait en outre, entre l’angle nord-ouest de la pyramide et l’escalier, un alignement de foyers nous en avons compté sept, plus une sorte de cuvette contenant de la chaux – formant deux rangées parallèles à 1 m et 1, 70 m de la base du mur. Certains de ces foyers, qui se présentent comme des colonnes de cendre et de petites pierres, atteignent le niveau du talpetate. Bien que les quelques tessons trouvés à ce niveau soient préclassiques (il y a en particulier deux statuettes modelées), nous pensons que ces foyers rituels sont plus tardifs : un alignement identique, lui aussi orienté ouest-est, a été découvert dans la partie nord de la place, en relation avec l’axe nord-sud allant du centre à la pyramide A-10, axe jalonné par des offrandes de camahuiles qui datent certainement du Classique ancien.

Fouille du sommet.

6Un peu décalée vers le nord pour éviter l’excavation clandestine, donc proche du rebord de la plate- forme, cette fouille de 2 x 3 m va mettre au jour à 60 cm de profondeur un squelette pris dans une véritable gangue d’argile noire très dure, et protégé au nord par 3 dalles de schiste plantées obliquement ; la position du corps ne peut être précisée. Plus bas commence le remblai de pierres et de talpetate que nous retrouverons dans la tranchée nord, san matériel.

7Cette sépulture est difficile à dater. Par analogie avec les sépultures du sommet de la str. A-6 (et avec celles d’un autre site proche, Los Cerritos-Chijoj, qui date du Classique tardif et terminal), elle pourrait être épiclassique.

8La fouille est abandonnée à 2, 50 m de profondeur.

Fouille stratigraphique sur la face nord (opération T-3).

9Pour profiter de la tranchée déjà existante, cette fouille de 2 x 4 m sera entreprise en partant, non du sommet, mais de la face nord du monticule au niveau + 8, 70 (fig. 19). Le talpetate stérile est atteint à + 0, 50 sans qu’ait été trouvée la moindre trace d’une plate- forme intermédiaire. Il y a cependant deux niveaux très nets dans le remblai : dans le bas et jusqu’au niveau + 2, 50, il est fait d’une terre brun clair homogène dure, sans aucune pierre mais contenant des tessons abondants ; cette couche devient plus claire et sablonneuse vers le bas, avec, un peu au-dessus du talpetate, quelques poches cendreuses et d’autres plus dures qui pourraient signaler un niveau d’habitat ancien. Au-dessus du niveau + 250, on a affaire à un remblai très hétérogène où dominent les pierres de tuf et les blocs de talpetate, avec quelques lentilles d’argile noire ou de sable blanc ; le matériel est pauvre. Cette couche se modifie un peu en surface, les pierres disparaissant au profit de la masse argileuse brun foncé.

10Entre + 200 et + 300, on peut distinguer une sorte de niveau intermédiaire où les pierres du remblai – schiste et tuf- et les blocs de talpetate semblent mieux ordonnés. A + 270, les dalles de schiste horizontales recouvrent une cache qui contient deux poteries communes de couleur brun-noir : un vase cylindrique trapu et une petite olla à deux anses dont la partie supérieure est engobée de rouge (fig. 18). La première contient un peu de charbon et une lame d’obsidienne ; la seconde une lame d’obsidienne et 2 perles de pierre verte. Un amas de charbon trouvé juste au-dessus de cette cache a été daté de 20 ± 100 ap. J.C. (GIF – 2835), c’est-à-dire de la fin du Préclassique, ce qui paraît un peu trop ancien pour les poteries, dont le style est plutôt Classique ancien.

Fig. 17 Fouille de la str. A-5.

11Dans la partie inférieure de la fouille et jusqu’au niveau + 200, le matériel céramique, abondant et de belle qualité, est entièrement préclassique. L’etude typologi que basée sur la classification de R. Viel, et en particulier la proportion des tessons à surface lustrée de couleur orange, rouge ou noire (groupes Orfeo, Roqueño et Nogaro) indiquent un complexe Noguta 1 ou 2 du Pré Classique tardif, ce qui correspond à la datation du charbon trouvé au-dessus de la cache. On doit cependant noter, à + 200, un unique support mammiforme de plat rouge à ressaut basal, manifestement protoclassique mais qui pourrait être intrusif.

12C’est en fait à partir du niveau + 210 – donc encore dans le remblai homogene – qu’apparaît nettement le matériel classique (ou protoclassique) en proportion notable ; il y a là un bol “auto-engobé” de gris-rosâtre (de type Canuto), une anse de panier, et divers bords de jarres rouges caractéristiques. Mais la majorité de la céramique est encore préclassique, plus précisément du Préclassique tardif.

13La proportion s’inverse à partir de + 270 : le classique devient prédominant, avec l’apparition de fossiles directeurs tels que le bol à rainure intérieure, la moulure ou le ressaut latéral (Z angle), la jarre rouge décorée de rainures circonférentielles et de zones ponctuées, etc. Une seule pièce entière dans ce remblai : un bol ouvert à pastilles, forme la plus simple de l’encensoir, portant des traces de feu à l’intérieur et un engobe blanc-grisâtre mat à l’extérieur (fig. 18 c).

14Enfin les niveaux supérieurs correspondant au premier mètre de la fouille révèleraient une occupation plus tardive : en effet, le préclassique disparaît et l’on trouve un matériel essentiellement classique ancien, avec cependant quelques tessons du Classique tardif (blanc incisé, rouge sur orange...) et un coffret d’argile contenant des os longs d’adulte, brisés mais non brûlés. Cette occupation superficielle pourrait être du Classique terminal ou du Postclassique.

Fig. 18 coupe nord-sud de la pyramide A-5

15En résumé, l’opération T-3 nous a montré que la str. A-5 a connu deux phases de construction. La première est préclassique ; la structure cérémonielle, haute de 2, 50 m environ, est sans doute celle dont nous avons mis au jour la base du mur nord et l’escalier donnant sur la place. Elle a été surélevée de 7 m au Classique ancien, atteignant ainsi son niveau définitif. Il y a enfin des traces d’une occupation superficielle plus tardive, datant du Classique tardif ou de l’Epiclassique. Nous considérons la sépulture du sommet comme intrusive, et le coffret funéraire comme datant, soit de l’Epiclassique, soit du Postclassique. Bien que La Lagunita ait été abandonné à cette époque, il existe de rares vestiges postclassiques dans les deux groupes, à telle enseigne que A. Ledyard Smith, à l’issue de sa reconnaissance de 1949, avait retenu cette datation pour l’occupation principale du site.

16La cache aux deux poteries du niveau + 270 se trouve nettement au-dessus de la plate-forme – matérialisée par le changement de remblai – de la structure préclassique. Malgré la datation plus ancienne du charbon qui semble lui être associé, on doit la considérer comme une offrande dédicatoire datant de la deuxième construction, donc du Protoclassique ou du Classique ancien.

Fig. 19 Poteries entières provenant de la fouille de A-5.

Table des illustrations

Légende Fig. 17 Fouille de la str. A-5.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7528/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Fig. 18 coupe nord-sud de la pyramide A-5
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7528/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende Fig. 19 Poteries entières provenant de la fouille de A-5.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7528/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 78k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search