Version classiqueVersion mobile

La Période formative à La Lagunita

 | 
Alain Ichon
, 
René Viel

1ére partie. Le groupe A de la Lagunita

Chapitre III. La pyramide est (str. A-7)

Alain Ichon

Texte intégral

1Cette pyramide, qui forme la branche orientale de la croix centrale, mesure 31 x 50 m à la base ; sa hauteur conservée est de 8, 30 m. Etant la plus riche -elle abrite la tombe la plus importante du site- elle avait été la cible favorite des chercheurs de trésors, d’où son état lamentable à notre arrivée. Néanmoins, les résultats les plus intéressants ont été obtenus grâce à une fouille centrale, donnant une séquence préclassique – (protoclassique) classique ancien ; et à celle de l’avancée ouest, qui a mis au jour, à près de 3 m de profondeur sous le sol de la place, une grande tombe et un sarcophage monolithique sculpté en bas-relief contenant les restes de deux individus, certainement les plus hauts dirigeants du centre : ils étaient accompagnés de plusieurs personnes, apparemment sacrifiées, et d’offrandes exceptionnellement riches et nombreuses.

2La fouille de la str. A-7 fera l’objet d’une publication ultérieure consacrée à la période protoclassique de La Lagunita. Nous nous bornerons ici à décrire la structure préclassique A-7a mise au jour dans la fouille centrale en janvier 1977 ; cette opération, C-43, était dirigée par Patricia carot.

3C’est après être descendu de plus de 5 m dans le centre du monticule, au niveau + 376 par rapport au sol de la place, que P. Carot a mis au jour un sol d’argile brûlée bien conservé, sur lequel reposait un plat tétrapode mammiforme protoclassique. Ce sol correspond à la plate-forme de la première construction, préclassique, dont nous ne connaîtrons ainsi que la hauteur, car il n’est conservé que sur environ 3 x 4 m, dans sa partie centrale ; il a été coupé net à l’ouest et remplacé par un lit de galets de quartz au moment de la surélévation du monticule. C’est aussi le moment où a été déposé le plat tétrapode, sans doute comme offrande dédicatoire.

4Le sol + 376 est en réalité composé de deux couches d’argile superposées, épaisses chacune de 5 cm et séparées par une mince couche de cailloutis de pierre ponce. Dans sa partie ouest, les deux couches ont été perforées pour introduire dans le remblai ancien une sépulture plus tardive, S-l : celle d’un adulte en decubitus dorsal, tête au nord, axe du corps sud-nord. Le corps était protégé par de grandes dalles plantées obliquement, et accompagné de 4 poteries permettant de dater l’ensemble du Protoclassique.

5Dans sa partie sud-est, le sol de la plate-forme ancienne a été également détruit par une fosse qui s’enfonce de 2 m dans le remblai ; le fond est occupé par le squelette d’un adulte, lui aussi en decubitus dorsal mais orienté sud-nord (fig. 15). Cette sépulture, S-2, a été baptisée “sépulture du chamane” : outre les 11 poteries alignées sur le côté gauche du corps, le mobilier comprend en effet, à hauteur de la main gauche, un ensemble de petits objets qui pourraient constituer, encore de nos jours, le matériel de divination d’un zahorin : cristaux de roche, lames d’obsidienne, billes d’argile. Il y a autour du crâne un semis de minuscules coquillages gastéropodes percés qui proviennent peut-être de la coiffure du mort, une sorte de résille. Près de la hanche droite, on note dans la paroi de notre fouille les traces de petits objets cylindriques stuqués ou recouverts d’un pigment rouge hématite (fig. 15d). Le corps était enveloppé dans une natte qui a laissé sa trace sur les poteries ; il avait été transporté sur des brancards de bois, dont on voit encore les traces blanchâtres sous les jambes et le crâne. La fosse, remplie d’une terre foncée qui tranche sur le sable blanc du remblai de la substructure, contient une douzaine de dalles obliques se recouvrant l’une l’autre comme les tuiles d’un toit. Avant de combler la fosse, un rite funéraire fut accompli un peu au-dessus du corps, dont nous avons la preuve sous la forme d’un petit foyer contenant du charbon ; celui-ci a permis de dater la sépulture S-2 de 80 ± 100 ap. J.C. (GIF -4231), c’est-à-dire de la fin du Préclassique. Les poteries du mobilier funéraire, qui appartiennent pour la plupart au groupe céramique Orfeo Orange défini plus loin par R. Viel, confirment cette datation.

  • 1 Etudiées par Marie-charlotte Arnauld.

6Ces 11 poteries1, sont pour la plupart de type Orfeo Orange, variété B ou C, c’est-à-dire décorées de rainures. La surface est entièrement engobée d’un pigment orange (2.5YR-5/6, 5/8, 4/6 ou 4/8) bien poli et brillant, lisse au toucher. Cet engobe est souvent marbré de teintes plus claires donnant parfois (sur la pièce 10) une impression de peinture négative en taches (spotty resist). Le décor est à base de lignes larges et peu profondes, rainures plutôt qu’incisions, tracées avant engobage et souvent presque effacées par le polissage ultérieur. Il peut aussi comporter des parties modelées et appliquées pour les représentations zoomorphes ou anthropomorphes.

7Nous décrirons ci-dessous ces poteries dans l’ordre où elles avaient été placées, en allant de la tête aux pieds du squelette.

81/ Vase cylindrique à partie supérieure renflée (fig. 16a). La base est légèrement concave. Les rainures du décor sont verticales dans la partie inférieure, horizontales dans la partie supérieure.

9Dimensions : h : 13 d : 12, 4 cm.

102/ Petit vase à moulure médiane, bord rentrant (fig. 16b).

11La base est légèrement concave. Les rainures dessinent, au-dessus de la moulure, un motif répété trois fois : 3 rainures verticales et 2 courbes, convexité vers le haut. Dimensions : h : 7, 1 d. max : 12, 6 cm.

123/ Plat ouvert à rebord sous-labial (fig. 16c).

13Le rebord horizontal large de 3, 3 cm est échancré pour représenter de façon très stylisée la queue, les ailes et la tête d’un oiseau à long bec ; l’oeil est figuré par une ponctuation. Des rainures parallèles sur les ailes figurent les plumes. Dimensions : h : 7, 3 d. ouverture : 24, 3 cm.

Fig. 13 Vue générale de la str. A-7 pendant les fouilles.

Fig .14 profil ouest-est de la pyramide A-7 montrant les superpositions.

Fig. 15 La “sépulture du chamane” (S-2)

Fig. 16 Poteries de la sépulture S-2.

14 4/ Vase céphalomorphe (fig. 16e). Contenu dans le plat précédent.

15De forme globulaire, l’orifice du vase représente la bouche grande ouverte du personnage. Les yeux sont clos, enfoncés dans leur orbite. Les rainures courbes ou anguleuses qui couvrent les joues et le front pourraient représenter des tatouages ; ce décor, asymétrique, se retrouve sur d’autres vases céphalomorphes du Musée de Guatémala provenant de Kaminaljuyu.

165/ Plat ouvert à rebord labial, base légèrement convexe.

17Le rebord, large de 1, 5 cm, porte trois rainures circonférentielles qui s’interrompent sur environ 1 cm à l’endroit où le rebord est légèrement pincé Dimensions : h : 7 d : 25 cm.

186/ Jarre à bec verseur (fig. 16f). Elle reposait sur le plat précédent.

19Le corps globulaire supporte un bec subvertical ; le col est évasé, à parois concaves. Le décor se limite à trois rainures sous le rebord.

20Dimensions : h : 15,7 d. ouverture : 15 cm.

217/ Jarre à bec verseur représentant un jaguar (fig. 16g).

22La forme est sensiblement la même que celle de la jarre précédente, mais le corps repose sur quatre pattes pleines et porte, outre le bec verseur qui figure la queue, une tête d’animal modelée, certainement un jaguar. Le flanc de l’animal porte un motif de rainures courbes et de points, répété deux fois. Dimensions : h : 20, 5 d. ouverture : 16, 7 cm.

238/ Vase globulaire à bord rentrant (tecomate) (fig. 16h)

24Le décor modelé et incisé sur la panse représente un animal (peut-être un batracien). Le museau est en saillie, de même que la queue ; arcades sourcilières et pattes repliées sont soulignées par des rainures courbes.

25Dimensions : h : 17 d. ouverture : 17 cm.

269/ Grand plat ouvert à rebord labial (fig. 16 i).

27Le rebord, large de 3, 5 cm, porte quatre rainures interrompues, à l’endroit où le rebord s’élargit, par deux motifs diamétralement opposés : d’un côté la tête et les membres antérieurs, de l’autre la queue et les membres postérieurs d’un batracien (?), figurés par des lignes en léger relief et des rainures. Dimensions : h : 7, 5 d. maximum : 30 cm.

2810/ Grand plat ouvert à bord évasé presque à l’horizontale (fig. 16j).

29Le bord, large de 3, 8 à 5, 9 cm, est rainuré et festonné pour former un motif zoomorphe analogue à celui du plat précédent, mais plus réaliste : un batracien, tête et antérieurs repliés d’un côté, queue et membres postérieurs de l’autre. Dimensions : h : 6, 8 à 9 d. ouverture : 28, 5 cm.

30On voit que six des dix poteries Orfeo Orange ont un décor zoomorphe évoquant de façon stylisée le plus souvent un batracien (No. 8, 9, 10 et peut-être 5 : sur celle-ci, la représentation animale serait à peine ébauchée), mais aussi un oiseau (No. 3) et un jaguar (No. 7) Le vase céphalomorphe No. 3, d’un style et d’une vigueur exceptionnels, représente un mort – le mort de la sépulture ?

31La dernière poterie, de type différent, était contenue dans le plat 3. C’est un petit gobelet à fond plat et parois verticales, non décoré assez fruste ; on peut le rattacher au type Nogaro Noir, variété C (miniature : il n’a que 8 cm de hauteur et 7, 8 cm de diamètre). Il contenait deux lames d’obsidienne incomplètes, un fragment de jade poli et deux galets blancs sphériques.

32La substructure de la pyramide A-7a a été construite en une seule fois : il n’y a en effet aucune trace d’une plate-forme plus ancienne et les couches de remblaiement se succèdent, du niveau de la place au niveau + 376, sans qu’il soit possible de distinguer un sol d’occupation. Particulièrement nette est la couche de sable blanc, très fin et homogène, qui, entre les niveaux+276 et + 289, permet de cerner les fosse des sépultures S-l et S-2 ; elle est à rapprocher de celle trouvée au niveau + 250 dans la pyramide A-10.

33Le talpetate est trouvé à + 0,60. La structure préclassique a été construite directement sur une couche de terre noire avec concentration de tessons indiquant sans doute un niveau ancien d’occupation domestique. Le matériel céramique contenu dans le remblai, malheureusement peu abondant (environ 600 tessons), est entièrement du Préclassique tardif, à l’exception des poteries de la sépulture S-l qui sont protoclassiques. L’étude de ce matériel a été confiée à Marie-charlotte Arnauld et sera publiée prochainement.

Notes

1 Etudiées par Marie-charlotte Arnauld.

Table des illustrations

Légende Fig. 13 Vue générale de la str. A-7 pendant les fouilles.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7523/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Légende Fig .14 profil ouest-est de la pyramide A-7 montrant les superpositions.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7523/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Fig. 15 La “sépulture du chamane” (S-2)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7523/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7523/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende Fig. 16 Poteries de la sépulture S-2.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7523/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 150k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search