Version classiqueVersion mobile

La Période formative à La Lagunita

 | 
Alain Ichon
, 
René Viel

1ére partie. Le groupe A de la Lagunita

Chapitre I. La pyramide ouest (str. A-6)

Texte intégral

1Quatre pyramides disposées en croix constituent la partie centrale de l’ensemble cérémoniel. La str. A-6 occupe la face ouest de la place ainsi délimitée. C’est la plus haute (10, 50 m) et aussi l’une des moins touchées par les fouilles clandestines. Lors de notre première reconnaissance en décembre 1971, nous avons pu constater que les dégâts portaient principalement sur deux points :

  • la plate-forme supérieure avait fait l’objet d’une fouille s’étendant sur environ 5 et ne dépassant pas 1 m. de profondeur. Elle n’aurait donné, selon les informations du responsable, qu’une pièce de jade ;

  • une grande tranchée avait entamé la face est sur toute sa hauteur, rejoignant la fouille du sommet (fig. 2b). Elle avait mis au jour, au pied du monticule, une sépulture en ciste datant du Classique ancien dont nous avons trouvé les vestiges : grandes dalles, poteries brisées, et un grand monolithe, long de 3 m., qui gisait en surface. Selon notre informateur, auraient aussi été découverts, à mi-hauteur du monticule, les restes d’un mur, avec des pièces de jade éparpillées, des meules tripodes, et la base d’une stèle représentant les jambes d’un personnage, sculpture réenterrée par son inventeur et que nous redécouvrirons en 1976 : c’est le monument No. 11 (op. cit. : 33), sous lequel il y avait une deuxième sculpture, en ronde bosse celle-là et zoomorphe (No. 13) Les autres faces de la pyramide étaient presque intactes, les sondages exploratoires ayant été rapidement abandon nés.

Fig. 2 La pyramide A-6. a/ vue du nord. b/ état de la face est à notre arrivée.

2En janvier-février 1972, nous entreprenions, en même temps que la fouille de la pyramide A-5, une reconnaissance plus complète du site et la récupération des diverses sculptures – toutes brisées et incomplètes – qui se trouvaient en surface ou dans les déblais, ainsi que du sarcophage de la pyramide A-10, dont les fragments avaient été enfouis ou dispersés. C’est à cette occasion que les angles de la str. A-6 furent mis au jour, permettant de mesurer ses dimensions au sol : 22, 50 x 35 m ; et son orientation : 9° à l’est du nord magnétique. Plusieurs autres sculptures furent également découvertes, soit sur la pente est (la No. 4, un zoomorphe) soit au pied du monticule vers l’angle nord-est (les stèles No. 5, 9 et 14).

3En 1976-1977, notre campagne principale était consacrée au centre de la place et aux str. A-7 et A-12 (le jeu de balle), mais la str. A-6 n’était toujours pas étudiée.

4Enfin notre dernière campagne à La Lagunita, en janvier-février 1978, avait entre autres deux objectifs : une tranchée nord-sud dans l’axe de la place et de la pyramide A-10 ; et la fouille stratigraphique de la str. A-6.

Fouille de la str. A-6

5Le nettoyage de la surface du monticule et l’examen des déblais accumulés à la base ou même jetés dans le barranco, nous ont permis de découvrir quatre autres fragments de sculptures, les No. 27 à 30, qui sont à ajouter à notre inventaire de 1977.

6La sculpture No. 27 (fig. 3a) trouvée en surface à mi-hauteur de la face sud, est la partie supérieure arrondie d’une stèle de tuf épaisse de 12, 50 cm. La partie décorée, qui mesure 24, 20 x 26 cm., pourrait représenter une coiffure.

Fig. 3 Sculptures trouvées sur ou à proximité de la str. A-6 a/ No. 27. b/ No. 28. c/ No. 29 et d/ No. 30. e/ localisation générale des sculptures dans le groupe A.

7La sculpture No. 28, provenant comme les deux autres des déblais, est un petit bloc de tuf (18 x 27, 5 cm. sur 9 cm. d’épaisseur), dont le décor assez fruste n’a pas été interprété. Elle pourrait être plus tardive.

8Les sculptures No. 29 et 30 sont elles aussi de tuf, mais le décor est plus sommaire. La première mesure 29 x 42 cm. et 20 cm. d’épaisseur. Le motif est peu net, peut-être phytomorphe. La seconde mesure 24 x 28 cm. et 17, 5 cm. d’épaisseur ; elle présente d’un côté un simple bourrelet en haut-relief.

9Deux autres pièces de tuf portant des incisions ou des cupules n’ont pas été classées comme sculptures ; l’une d’elles serait un polissoir.

10L’opération G – la fouille centrale de A-6 – a été confiée à Rita Grignon, assistée de Gladys de Bohnenberger pour le relevé des profils, et de dix ouvriers. Elle a duré un mois, du 1er au 27 février.

11Nous avons décidé de pratiquer une fouille stratigraphique par niveaux naturels en partant de la plate-forme supérieure jusqu’à atteindre la couche stérile de talpetate qu’il était prévu de trouver environ 11m. plus bas. Il fallait prévoir, compte tenu de sa profondeur, un rétrécissement progressif de notre fouille par paliers pour éviter les risques d’éboulement et faciliter l’évacuation des déblais. Ces paliers, aux niveaux + 740 + 415 et + 275, ont ramené la surface fouillée de 30 m2 au départ (5 x 6 m.), à 20 (4 x 5 m.), 10 m2 (3 x 3, 5m.), enfin 5, 25 m2 (1, 50 x 3, 50 m.) .

12D’autre part, la fouille ne pouvait se faire que dans la partie ouest de la plate-forme par suite de la destruction de la face est du monticule ; nous verrons plus loin les inconvénients de cette situation.

13Je décrirai d’abord l’opération G telle qu’elle s’est déroulée, en commençant par les niveaux supérieurs, les plus récents.

Fig. 4a Fouille de la str. A-6 (opération G)

Fig. 4b Fouille de la str. A-6

Niveau+ 10, 50 à + 8, 50 m

14Sous une couche de terre noire humique, le remblai brun-rouge homogène de la pyramide est atteint vers le niveau + 10. On met au jour le mur est de la plate-forme basse – moins de 1 m. – fait de blocs de tuf taillés, mur qui a été détruit dans sa partie centrale. La plate-forme repose sur le dernier gradin de la pyramide, dont le mur est visible à 1, 50 m. vers l’extérieur ; elle devait supporter un temple en matériaux périssables.

15A ce niveau apparaissent une cache et plusieurs sépultures à même le sol. La première comprend un bol commun à bord éversé recouvrant une ollita rouge, elle aussi retournée et contenant un peu de charbon et de menus ossements d’animal (fig. 55e).

16Il y a 4 sépultures au sud, au centre et au nord de la fouille. Il s’agit d’adultes enterrés en position assise, face au nord ou au nord-ouest, et accompagnés de poteries placées au pied du mort :

  • pour la sépulture No. 2, un bol tripode à supports zoomorphes moulés et un petit vase de type Tohil Plombé représentant le dieu Tlaloc (Fig. 56) ;

  • pour la sépulture No. 5, un vase cylindrique rouge à piédestal et un bol rouge ; un peu plus bas, un autre bol rouge pourrait appartenir à la même sépulture (fig. 55) ;

  • pour la sépulture No. 15, un petit bol tripode à décor rouge sur blanc (fig. 55 c) ;

  • pour la sépulture No. 16, deux ollitas.

17C’est un peu plus bas que nous mettrons au jour, dans la partie sud de la fouille, plusieurs ensembles de galets de quartz qui ont été déposés en tas dans des poches creusées dans le remblai (celui-ci est de sable blanc à partir du niveau + 850). Il y a au total sept de ces ensembles, groupant respectivement 65, 100, 129, 131, 255, 295 et 471 galets. Ces dépôts de pierres ne sont pas associés aux sépultures, bien que l’une d’elles (No. 5) se trouve à la verticale du dépôt de pierres portant le No. 30 : ils sont plus anciens. Ce type d’offrande, probablement dédicatoire, nous paraît caractéristique du Classique ancien ; à La Lagunita, nous en avons trouvé d’ autres exemples dans les str. A-3 et A-7, mais sous différentes formes : les galets, au lieu d’être placés en tas, peuvent former une sorte de dallage ; ou bien, en nombre plus réduit (moins de 10) et de forme plus régulière, ils sont déposés dans une poterie recouverte d’un bol formant couvercle, placée dans le remblai.

18Ce premier niveau, de + 10, 50 à + 8, 50, a livré en outre différents objets de pierre (metate, manos, hache, et une grande lame d’obsidienne), l’embouchure d’un sifflet zoomorphe et le nez d’une figure anthropomorphe provenant d’un encensoir à effigie (fig. 9).

Niveau + 8, 50 à 6, 42 m

19La cote + 8,50 correspond à un niveau d’occupation qui n’est en fait marqué que par un changement, très net, dans le remblai. On constate à partir de + 800 que les différentes couches de remblaiement présentent un fort pendage descendant vers l’ouest, alors que dans la partie est de notre fouille des sols horizontaux plus ou moins nets vont se succéder aux niveaux + 800, + 642 et + 525 ; ceci s’explique par la fait que notre fouille ne porte pas sur le centre, mais bien sur la partie arrière (ouest) des structures successives qui, toutes, étaient tournées vers la place.

20Le niveau + 800 est peu net. Par contre nous avons en + 642 le sol d’une plate-forme qui occupait toute la largeur nord-sud de notre fouille. Elle était dotée d’une banquette de 15 cm. de hauteur au nord ; la partie est, en forte pente, est détruite, sans trace de gradin.

21Ce niveau a livré, entre autres objets classés, un sceau cylindrique, un buste de statuette féminine, deux haches de pierre verte, de gros éclats d’obsidienne noire et des blocs de bahareque à empreintes de baguettes provenant des murs en torchis d’une superstructure. Tout ce matériel (fig. 6, 8, 57, 58) est préclassique.

Niveau + 6, 42 à + 5, 25 m

22Sous le sol + 642, le remblai est un mélange jaunâtre de terre sablonneuse et de talpetate, avec des poches argileuses brun foncé.

23Au niveau + 525, nous dégageons un beau sol d’argile battue épais de 3 cm qui occupe la plus grande partie de la fouille. Il est horizontal, avec deux trous de poteau distants de 1, 50 m dans un axe nord-sud, et un troisième au nord-est. Cette plate-forme a été détruite à environ 1, 20 m. de la paroi ouest de notre fouille, mais nous trouverons plus bas la trace d’un gradin prouvant que la structure était pyramidale. Il n’y avait aucune trace d’occupation en surface, à l’exception de petits charbons, de taches de pendre et de rares tessons ; les trous de poteau indiquent qu’il existait une superstructure en matériaux périssables.

Niveau + 5,25 à 1,20 m

24La remblai au-dessous du sol + 525, et sur 70 cm d’épaisseur, est argilo-sableux brun clair et contient un abondant matériel d’origine visiblement domestique : charbon, blocs de bahareque, os d’animaux, éclats d’obsidienne... Parmi les objets classés, une plaquette de jade découpée en forme de tête d’animal et portant des traces d’hématite, un petit disque pendentif d’ardoise, deux galets de pierre ponce taillée, une statuette féminine (fig. 57). Le matériel céramique est entièrement préclassique.

25Il est possible qu’au niveau + 455 ait existé une autre plate-forme, mais elle n’est pas marquée par un sol net ; le remblai par contre change de couleur, devient argileux, et le matériel d’origine domestique diminue sensiblement. A signaler dans ce matériel deux pieds de statuettes, un ornement d’oreille (?) en argile à décor incisé, un petit cylindre d’os taillé (fig. 58 c).

Niveau+1,20 à 0 m

26Au niveau + 120, nous mettons au jour, dans la partie est de la fouille, un sol de terre battue ; il réapparaît à l’ouest, mais 70 cm plus bas. Il s’agit certainement du sol d’occupation primitif, sur lequel a été construite la première plate-forme, haute de 70 cm.

27Le sol de talpetate est atteint au niveau + 0, 25 ; il est intact sous 15 cm d’un remblai rouge argileux compact. Au-dessus, le remblai sablonneux de la plate-forme permet de discerner plusieurs cavités (deux d’entre elles au moins doivent être des trous de poteau enfoncés dans la plate-forme) et livre à différents niveaux, de +100 à + 30, plusieurs sépultures à même le sol. La plus haute, celle d’un enfant, a dû être détruite par les enterrements ultérieurs ; elle était accompagnée d’un petit bol noir à décor incisé de style olmèque (fig. 54 a). On trouve plus bas une sépulture d’adulte incomplète dans la paroi nord de la fouille, puis deux sépultures d’adultes en decubitus dorsal, axe sud-nord (tête au sud), sans offrandes.

28Pour résumer les résultats de l’opération G selon l’ordre logique des différentes phases de construction, nous distinguerons cinq – et peut-être sept – de ces phases successives :

291/ la str. A-6a, la plus ancienne, est une habitation, que le matériel associé, en particulier le bol “olmèque”, nous permet de dater du début du Préclassique moyen, entre 900 et 600 av. J.C. (voir plus loin l’article de R. Viel sur la céramique). Simple plate-forme de terre battue haute de 70 cm, construite directement sur la roche naturelle : elle correspond donc à la toute première occupation du site et confirme ce que nous révèle l’étude du matériel céramique, à savoir qu’il n’y eut pas à La Lagunita d’occupation antérieure au Préclassique moyen.

30Les 4 sépultures mises au jour sont des enterrements successifs sous le sol de l’habitation.

312/ La str. A-6b : entre les niveaux + 120 et + 525, il n’y a aucun sol d’occupation net mais plutôt des changements dans le remblai qui correspondent sans doute à de simples phases de remblaiement ; l’un d’entre eux cependant, au niveau + 455, pourrait indiquer l’existence d’une construction intermédiaire.

Fig. 5 Coupe schématique de la fouille G, paroi sud.

32A-6b’

33Le sol de la plate-forme A-6b, qui s’élevait à 5, 25 m au-dessus de la place, est, lui, très net, avec les vestiges d’une superstructure soutenue par des poteaux s’enfonçant de 25 à 75 cm dans le sol d’argile battue. La str. A-6b était certainement cérémonielle. Construite en gradins – le dernier, haut de 1, 25 m, a été mis au jour sur sa face ouest – elle date de la fin du Préclassique moyen.

343/ La str. A-6b : la str. A-6b est surélevée de 1, 27 m et agrandie (tout-au-moins à l’ouest). Sur cette structure cérémonielle, haute maintenant de 6, 42 m et dotée d’une banquette, nous n’avons guère de renseignements plus précis ; la surface est d’argile durcie. Elle a été peut-être surélevée elle-même d’environ 1, 50 m pour former une nouvelle structure, A-6c’, de 8 m de hauteur, mais ce niveau n’est pas net.

35La str. A-6c daterait elle aussi de la fin du Préclassique moyen, vers 400 av. J.C.

364/ La str. A-6d : le niveau d’occupation, à + 8, 50, correspond à un changement de remblai. Les structures antérieures ont été recouvertes, surélevées de 2 m et considérablement agrandies vers l’ouest. Le remblai de sable blanc supporte une couche d’une trentaine de cm d’argile brune craquelée sous la couche argilo-sableuse assez homogène, mais mêlée vers le bas de blocs de talpetate taillés, qui constitue le remblai de la dernière construction. Les sept dépôts de pierre se trouvent soit à la surface du sable blanc, soit plus haut, dans le remblai tardif ; il est donc certain qu’ils datent de la dernière construction, bien que plusieurs soient intrusifs dans la str. A-6d. Celle-ci, datée par son matériel céramique, serait encore du Préclassique (tardif, vers 100 ap. J.C.).

375/ La str. A-6e : la structure précédente est surélevée de 2 m. La couche superficielle de terre noire, plus foncée vers le bas, correspond au niveau de la plate- forme supérieure, qui domine de 10, 50 m la place, et dont nous avons mis au jour une partie du mur est.

38Le matériel contenu dans le remblai de cette dernière construction est encore essentiellement préclassique ; R. Viel estime que la str. A-6e date du Préclassique tardif, les quelques tessons plus récents étant très superficiels. Nous serions pourtant tentés de retenir une datatipn du Protoclassique-Classique ancien pour plusieurs raisons : la présence des offrandes de galets de quartz (et de plusieurs statuettes de pierre, dites camahuiles, dans les déblais), et le fait que les trois autres pyramides du centre cérémoniel, les str. A-5, 7 et 10, présentent toutes une dernière phase très nette datant de cette période.

396/ L’intrusion épiclassique : la dernière phase d’occupation de la str. A-6 a été suivie d’une période d’abandon au Classique tardif, puis, au Classique terminal, d’une réoccupation ou plutôt d’une réutilisation uniquement funéraire sous la forme de sépultures superficielles, à même le remblai, d’adultes en position assise face au nord, accompagnés de poteries typiques de cette période épiclassique, vers 900-1100 ap. J.C.

40L’opération G nous a livré, en définitive, une bonne série de superpositions. Il est regrettable que la stratigraphie de la partie ouest, qui correspond à la face arrière, plus ou moins détruite, des structures anciennes, soit plus confuse que celle de la partie est, où les niveaux d’occupation sont nets ; cela a pu entraîner certains mélanges de matériels d’époques différentes, et R. Viel a noté la présence de fragments provenant d’une même poterie à des niveaux assez éloignés. D’autre part le matériel organique permettant des datations C-14 est peu abondant ; plusieurs échantillons ont cependant été recueillis et nous permettront peut-être de confirmer l’âge des structures A-6a et A-6b. Par ailleurs, la céramique récoltée est relativement abondante et a permis à R. Viel d’établir une séquence portant uniquement sur le Préclassique ; la phase de transition – essentielle – entre Préclassique tardif et Classique ancien reste à définir, mais ce niveau d’occupation est mieux marqué sur la pyramide A-7 dont l’étude, qui est en cours, devrait nous permettre de combler cette lacune.

41En nous basant sur le classement céramique de R. Viel, nous retiendrons en conclusion les grandes phases suivantes pour l’évolution de la str. A-6 :

421/ Str. A-6a : plate-forme d’habitation et sépultures intrusives. Date : Préclassique moyen – ancien, complexe baptisé Santizo 1.

432/ Str. A-6b : structure cérémonielle, hauteur 5, 25 m. Préclassique moyen – tardif, complexe Santizo 2.

443/ Str. A-6c : structure cérémonielle, hauteur 6, 42 m. Préclassique moyen – terminal, complexe Santizo 2.

454/ Str. A-6c’ : structure cérémonielle, hauteur 8 m. Préclassique tardif – ancien, complexe Noguta 1.

465/ Str. A-6d : structure cérémonielle, hauteur 8, 50 m. Préclassique tardif – récent, complexe Noguta 2.

476/ Str. A-6e : structure cérémonielle, hauteur 10, 50 m. Protoclassique - Classique ancien, complexe Lililla 1.

487/ sépultures superficielles intrusives. Epiclassique.

Les artefacts de la str. A-6

49Les poteries entières et les objets de céramique seront décrits plus loin par R. Viel. Nous étudierons ici le matériel lithique et les objets d’os et de coquillage.

1- Lithique

50Ces objets sont de serpentine vert foncé, parfaitement polis sur toute leur surface. Ils comprennent deux haches, trois herminettes (dont une incomplète) et un fragment non identifiable.

51La grande hache (G/22) et la grande herminette (G/35 : fig. 6, c, d) proviennent des niveaux supérieurs,

52vers + 870. Ces objets peuvent donc dater du Préclassique ou du Classique ancien. Leur longueur est de 9,7 et 14, 8 cm respectivement.

53La petite hache (G/ 33) et la petite herminette (G/50 : fig. 6a, b), qui mesurent respectivement 5, 5 et 3, 5 cm, proviennent la première du niveau + 740, la seconde du niveau + 480. Celle-ci est donc du Préclassique moyen, alors que celle-là peut dater du Préclassique moyen ou tardif.

Fig. 6 Objets de pierre provenant de la fouille G. a-d / haches et herminet tes de serpentine. e/ ’camahuil f-h/ objets de pierre ponce. i/ lame d’obsidienne.

54Les fragments de meules et de manos sont peu abondants. Une dalle de schiste apode, évidée en forme d’auge, daterait du Préclassique moyen (niveau + 375). Les autres metates, provenant des niveaux + 730 et + 830, seraient du Préclassique tardif. La seule mano conservée (G/41), trouvée au niveau+730, très aplatie, est entièrement polie.

55Statuettes de pierre (camahuiles) : les trois statuettes incomplètes, typiques de La Lagunita, n’ont malheureusement pas été trouvées in situ, mais dans les déblais de la fouille ; il est néanmoins certain qu’elles proviennent des niveaux supérieurs et datent du classique ancien.

56La pierre utilisée est le schiste micacé. Le plus grand exemplaire (G/65, fig. 6e), décapité, mesure 7, 6 cm. Les deux autres sont réduits à leur buste.

57Pierre ponce taillée : ces objets proviennent des niveaux + 480 (G/53 et 54) et + 290 (G/63) ; ils datent donc du Préclassique moyen. L’objet G/53 est un disque perforé ; G/54 est taillé en pointe, G/63 en forme de jeton parallélépipédique (fig 6h). Des objets similaires de pierre ponce taillée ont été décrits sur le site d’El Jocote, également pour le Préclassique (Ichon et Grignon 1981 : fig. 90).

58Obsidienne : l’unique objet classé est une très grande lame d’obsidienne noire translucide, G/23 (fig. 6i) ; elle mesure 15, 1 cm de longueur, pour 1, 9 cm de largeur, et porte de nombreuses écaillures d’utilisation. Trouvée au niveau + 870,’ elle est probablement proto classique-classique ancien.

59L’obsidienne est moyennement abondante dans toute la hauteur de la fouille ; la courbe de fréquence des éclats (fig. 7) est peu révélatrice. Ces éclats, souvent de grande taille, irréguliers et gardant une partie de leur cortex, constituent la grosse majorité : 232, contre seulement 9 lames et 7 grattoirs. Tous ces objets sont d’obsidienne noire translucide, peut-être en provenance de Pachay (San Martin Jilotepeque), le gisement le plus proche.

60Les lames, généralement petites et de section trapézoïdale se trouvent réparties entre les niveaux 5 (+ 400) et 19 (+890) ; elles apparaissent donc dès le Préclassique moyen-tardif.

61Les grattoirs, de forme plus ou moins circulaire (le diamètre varie de 4 à 5 cm) sont tirés de la partie proximale de lames retouchées. Tout le pourtour est utilisé. Leur forme rappelle, en moins régulier, celle des grattoirs ronds d’El Jocote (op. cit. : fig. 106). On les trouve ici à partir du niveau 3 (+ 120), c’est-à-dire dès le début du Préclassique moyen.

62Objets de parure (fig. 8) :

  • pendentif circulaire de pierre noire dense, de forme peu régulière. Niveau + 480.

  • perle spheroïde de jade vert, de belle qualité. Niveau + 950.

  • perle cylindrique de jade (?) gris-bleu. Déblais.

  • perles discoidales en stéatite, de facture grossière. Les 3 perles proviennent des niveaux supérieurs, entre + 820 et +100. Elles sont classiques.

  • demi-perle de pierre verte micacée. Niveau + 600.

  • petit cylindre de pierre verte tendre, non perforé. Déblais.

  • plaquette de jade vert foncé découpée en forme de silhouette (animale ?). Traces d’hématite (ou de cinabre ?) dans les incisions. Niveau + 500 (fig. 8d).

Fig. 7 Courbe de fréquence des artefacts d’obsidienne.

63Tous ces objets de parure sont préclassiques, à l’exception des perles de stéatite, et peut-être des perles de jade.

64Divers : un gros cristal de roche irrégulier. Niveau + 670.

2- Os

65Deux objets seulement :

  • un poinçon taillé dans un os long, de cerf probablement. Niveau + 825.

  • un petit cylindre taillé dans une diaphyse d’os long. Niveau + 400, préclassique (fig 58c).

3- Coquillage

66Base d’un coquillage gastéropode proprement sectionné. Niveau + 770, préclassique (fig. 58d).

Fig. 8 Objets de parure et sifflet zoomor phe.

4- Argile

67Deux objets qui nous paraissent intéressants ne sont pas décrits par R. Viel (fig. 9) :

  • G/26, trouvé au niveau + 8, 50, est un fragment de visage humain, nez et lèvre supérieure, ayant appartenu semble-t-il à une statue réaliste en ronde bosse, presque grandeur nature. La lèvre est épaisse, marquée d’une cupule à la racine du nez. La partie intérieure de l’argile, mal cuite, porte des traces de paille.

  • la main trouvée dans les déblais est peinte en rouge, avec les ongles blancs. Le style, très caractéristique du Classique ancien à La Lagunita, se retrouve dans les sculptures en bas-relief du sarcophage de la str. A-7 (Ichon 1977 : fig. 47-50). Ce fragment, qui représente une main droite, faisait certainement partie d’une grande urne à couvercle portant une effigie humaine ou divine, analogue à celle trouvée à l’intérieur du sarcophage (non encore publiée).

Fig. 9 Objets d’argile. a/ tête humaine en ronde bosse. b/ main peinte en rouge et blanc.

Liste des artefacts de l’opération G.

No.

1

Elément de collier en stéatite (niveau + 10,15)

2

Sépulture épiclassique (niv. + 10,15)

3

Grand bol (cache + 10,00)

4

Plat tripode (+ 9.50)

5

Sépulture épiclassique (niv. + 9,50)

6

Vase cylindrique rouge (+9,50)

7

Vase Tohil plombé (+ 9,50)

8

“Perle” de jade (+ 9,50)

9

Ollita dans le bol 3 (+ 10,00)

10

Elément de collier de stéatite (+ 10,00)

11

Bol de la sépulture 5 (+ 9,50)

12

Petit bol rouge (+ 9,05)

13

Ensemble de galets (+ 9,05)

14

Deux perles blanches (+ 9,00)

15

Sépulture épiclassique (+ 9,50)

17

Bol de la sépulture 16 (+ 9,50)

18

Bol de la sépulture 16 (+ 9,50)

19

Bol tripode de la sépulture 15 (+ 9,50)

20

Ensemble de galets (+ 8,70)

21

Fragment de metate (+ 8,70)

22

Hache (+ 8,70)

23

Grande lame d’obsidienne (+ 8,70)

24

Ensemble de 295 galets (+ 8,50)

25

Ensemble de 131 galets (8,50)

26

Ensemble de 100 galets (+ 8,50)

27

Ensemble de 471 galets (+ 8,50)

28

Fragment de metate (+ 8,30)

29

Fragment de mano (+ 8,30)

30

Ensemble de 255 galets (+ 8,50)

31

Coquillage gastéropode taillé (+ 7,70)

32

Sceau d’argile cylindrique (+ 7,70)

33

Petite hache verte (+ 7,40)

34

Echantillon de fibres ? (+ 7,40)

35

Herminette de pierre verte (+ 8,70)

36

Tête humaine d’argile en ronde bosse (+ 8,50)

37

Bol a fond plat, brisé 5+ 8,90)

38

Buste de statuette féminine (+ 7,00)

39

Dalle de schiste (+ 7,30)

40

Bord de metate (+ 7,30)

41

Fragment de mano (+ 7,30)

42

Gros éclat de quartz blanc (+ 6,70)

43

Demi-perle de pierre verte micacée et fragment de hache (+ 6,00)

44

Petite herminette de pierre verte (+ 6,00)

45

Ensemble de 4 pierres dans un trou de poteau (+ 5,20)

46

Echantillon de charbon pour analyse C-14 (+ 5,00)

47

Os long d’animal (+ 5,00)

48

Plaquette de jade incisée (+ 5,00)

49

Echantillon du sol (+ 5,25)

50

Ciseau de pierre verte (+ 4,80)

51

Os d’animaux divers (+ 4,80)

52

Petit disque de pierre noire perforé (+ 4,80)

53

Rondelle de pierre ponce (+ 4,80)

54

Pierre ponce travaillée (+ 4,80)

55

Statuette féminine (+ 4,50)

56

Fragment de sifflet zoomorphe (+ 8,90)

57

Petit cylindre d’os travaillé (+ 4,05)

58

Pied de statuette (+ 3,75)

59

Echantillon de poteau calciné pour analyse (+3,60)

60

Demi-metate de schiste (+3,75)

61

Pied de grande statuette (+3,60)

62

Ornement d’oreille (?) en argile (+ 3,50)

63

Pierre ponce taillée (+ 2,90)

64

Petit cylindre de pierre verte (déblais niveaux supérieurs)

65

Camahuil (déblais supérieurs)

66

Trou de poteau ? (+1,25)

67

Dent d’encensoir à 3 excroissances (+ 1,25)

68 à

71 – Cavités dans le remblai (+ 1,10)

72

Sépulture d’enfant (+ 0,90)

73

Ollita noire à décor olmécoïde (+ 1,00)

74

Sépulture incomplète (+ 1,00)

75 et

76 – Cavités (+ 0,60 et + 0,40)

77

Sépulture (+ 0,60)

78

Sépulture (+ 0,30)

79

Camahuil (déblais supérieurs)

80

Perle bleue (déblais)

81

Morceau de jade non travaillé (déblais)

82

Echantillon de charbon pour analyse (+ 1,20)

83

Camahuil (déblais)

Fig. 10 La str. A-10 après nettoyage des fouilles clandestines.

Fig. 11 Sculptures trouvées au pied de la str. A-10. a/ stèle No. 24. b/ stèle No. 25.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7513/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende Fig. 2 La pyramide A-6. a/ vue du nord. b/ état de la face est à notre arrivée.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7513/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Fig. 3 Sculptures trouvées sur ou à proximité de la str. A-6 a/ No. 27. b/ No. 28. c/ No. 29 et d/ No. 30. e/ localisation générale des sculptures dans le groupe A.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7513/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7513/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Fig. 4a Fouille de la str. A-6 (opération G)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7513/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 4b Fouille de la str. A-6
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7513/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 5 Coupe schématique de la fouille G, paroi sud.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7513/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende Fig. 6 Objets de pierre provenant de la fouille G. a-d / haches et herminet tes de serpentine. e/ ’camahuil f-h/ objets de pierre ponce. i/ lame d’obsidienne.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7513/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Légende Fig. 7 Courbe de fréquence des artefacts d’obsidienne.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7513/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende Fig. 8 Objets de parure et sifflet zoomor phe.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7513/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 9 Objets d’argile. a/ tête humaine en ronde bosse. b/ main peinte en rouge et blanc.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7513/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende Fig. 10 La str. A-10 après nettoyage des fouilles clandestines.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7513/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Fig. 11 Sculptures trouvées au pied de la str. A-10. a/ stèle No. 24. b/ stèle No. 25.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7513/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 49k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search