Version classiqueVersion mobile

La Période formative à La Lagunita

 | 
Alain Ichon
, 
René Viel

La Lagunita et le Quiché méridional au préclassique

Texte intégral

Fig. 1 Plan général du site de La Lagunita (le groupe B d’après A.L. Smith 1955).

Avant – propos

1Le site de La Lagunita a été décrit dans una publication antérieure consacrée plus spécialement à la trentaine de monuments sculptés – stèles, statues, sarcophages – découverts sur ce site par la Mission Scientifique Française au Guatémala entre 1972 et 1977 (Ichon 19- 77). Ces sculptures, à l’exception d’une seule, proviennent du groupe A, le plus ancien puisque nous savons maintenant qu’il était occupé dès le début du Préclassique moyen, vers 700 av. J.C.

2Bien que la date d’occupation principale du site soit en effet le Classique ancien et moyen (une période couvrant environ trois sièles, de 200 à 500 ap. J.C.) des vestiges plus anciens ont été mis au jour sur toute l’étendue du groupe A. Il s’agit en général de tessons contenus dans les remblais de terre et de pierres ayant servi à la construction des structures classiques, et qui ne sont donc plus in situ. On peut penser que, dans un premier temps, l’occupation de ce petit plateau cerné de barrancos était avant tout résidentielle. Cependant la fouille des pyramides centrales a prouvé que, très vite, sans doute dès le Préclassique moyen, on a construit des structures cérémonielles, certaines atteignant ou dépassant 5 m. de hauteur, groupées selon un plan cohérent qui allait être respecté pendant près d’un millénaire, jusqu’à l’abandon définitif du site : ces constructions, disposées en triangle puis en croix, délimitaient una place étroite dont le centre eut, au Classique ancien, une importance symbolique extraordinaire soulignée par l’existence, à la verticale de ce point focal, d’une grotte artificielle creusée à 5 m. de profondeur dans le talpetate et contenant de nombreuses offrandes.

3Ce sont donc ces quatre structures centrales qui, grâce aux superpositions qu’elles renferment, doivent nous permettre de reconstituer la longue histoire du groupe A de La Lagunita. Nous nous sommes attachés à leur étude dans la mesure où le permettait l’état désastreux dans lequel les avait laissées plusieurs années de fouilles clandestines.

4Bien que les résultats de ces travaux aient été assez variables d’une structure à l’autre, montrant ainsi que chacune a sa propre histoire et devait remplir une fonction particulière dans l’ensemble du centre cérémoniel, ils confirment la grande ancienneté et l’é volution de celui-ci.

5Nous décrirons d’abord et plus en détail la fouille de la pyramide A-6, qui nous a fourni les données strati graphiques les plus précises et un matériel suffisant pour permettre à René Viel d’établir une première séquence céramique couvrant la période préclassique à La Lagunita.

6L’étude de la pyramide A-7, qui lui fait face, a été beaucoup plus délicate en raison même de sa plus grande richesse en caches, sépultures et tombes, et des convoitises qu’elle avait suscitées, entraînant des destructions irrémédiables. Néanmoins, la succession des deux grandes périodes -préclassique, classique- est ici encore très nette et peut être datée avec précision grâce au mobilier des sépultures et au charbon qui les accompagnait (ce n’est pas le cas de la str. A-6, pour laquelle aucune datation C-14 n’a encore été obtenue).

7La description de nos travaux sur les deux autres structures centrales sera plus sommaire : la str. A-10, au nord, pratiquement coupée en deux, n’a pu que confirmer les données de A-6 sur le nombre et la date des superpositions, sans toutefois qu’une étude plus détaillée puisse être entreprise. Enfin la str. A-5 a livré une stratigraphie plus simple, à deux niveaux (préclassique, classique) et une datation absolue de la fin du Préclassique ; les sépultures superficielles sont plus tardives.

8Nous terminerons cette étude du groupe A de La Lagunita par une brève description du Préclassique tel qu’il se manifeste dans les autres parties du groupe A, dans le groupe B et dans les zones d’habitat extérieures.

9Dans une deuxième partie, nous tenterons de dresser le tableau de l’occupation préclassique dans la région qui s’étend autour de notre site, couvrant les municipios de San Andrés Sajcabajá et de Canillá, dans la partie sud-orientale du département d’El Quiché. La Lagunita était alors sans conteste le grand centre reli gieux de la région, comparable sans doute à Chiché, 25 km. au sud-ouest, sur l’autre versant de la sierra de Chuacus. Cependant cette occupation préclassique était semble-t-il peu dense, puisque nous n’avons découvert dans notre zone d’étude que deux petits centres préclassiques, San Andrés Sajcabajá et Chimistan. Ce chiffre parait dérisoire comparé aux 317 sites reconnus par Kenneth L. Brown autour de Santa Cruz del Quiché dans une zone de quelque 750 km 2 (donc comparable comme superficie à la nôtre) et pour une période également comparable puisqu’elle couvre ses deux phases Pachitac (1000-200 av. J.C.) et Roxaca (200 av. -300 ap. J.C.) (K. Brown, 1980). Nous tenterons d’expliquer cette contradiction, qui n’est qu’apparente.

10La description du matériel céramique provenant de la fouille centrale de la pyramide A-6 (3 ème partie) constitue l’essentiel de la présente publication. Malgré les inconvénients d’une telle étude basée sur une stratigraphie non naturelle puisqu’il s’agit d’une succession de remblais mélangés, la séquence établie par René Viel, qui couvre à peu près le premier millénaire avant notre ère, semble solide et devrait être acceptée, au moins pour cette zone de l’altiplano située entre les cours supérieurs des deux grands fleuves, le Chixoy et le Motagua. Elle permet aussi de situer La Lagunita dans l’ensemble des grandes aires culturelles de l’époque, définies par des “sphères céramiques” allant de la côté pacifique aux basses terres du Petén.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 Plan général du site de La Lagunita (le groupe B d’après A.L. Smith 1955).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7503/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 133k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search