Version classiqueVersion mobile

Les Sculptures de La Lagunita

 | 
Alain Ichon

Ch. V – Conclusions sur les sculptures et sur le site de La Lagunita

Texte intégral

1Dans la zone d’environ 500 km2 étudiée par la Mission Française, zone qui couvre plus ou moins complètement les municipios de San Andrès Sajcabaja, de Canilla et de San Bartolome Jocotenango, une centaine de sites archéologiques ont été reconnus en 4 ans, dont 6 au moins sont plus imposants que La Lagunita si l’on considère leur étendue et le nombre de leurs structures.

2Par bien des traits cependant La Lagunita occupe une place à part dans cet ensemble. L’un des plus frappants est le développement de la sculpture sur pierre, qui est tout-à-fait exceptionnel dans la région.

  • 1 Autel mexicain dont la partie supérieure, évidée, recevait le coeur des victimes sacrifiées.

3En effet, nos travaux n’ont guère allongé la liste établie par L. Smith en 1955 et qui comprenait, outre les marqueurs en forme de jaguars de Chalchitan (supra p. 44) les sculptures à tenon trouvées au pied de la grande pyramide de Pantzac par Maudsley (1899, p. 80) et par Termer (1931, p. 182), les deux caissons de pierre de La Iglesia et de Chalchitan que nous décrirons plus loin, enfin la stèle de Xabaj (L. Smith, 1955, p. 43 et fig. 25f) qui est sans doute postclassique. Nous pouvons maintenant y ajouter une grande sculpture à tenon représentant une tête humaine dans la gueule d’un jaguar, qui proviendrait de Chiboy, à quelques km. au nord de San Andrès ; une dalle gravée d’une silhouette humaine très fruste (Pantzac ?) ; et à Los Cerritos-Chijoj, site classique mais qui fut réoccupé au Postclassique Tardif, deux sculptures portables en lave représentant des jaguars, deux fragments de tuf décorés en bas-relief et un autel cylindrique en forme de cuauhxicalli,1 lui aussi sculpté en bas-relief.

4La sculpture sur pierre de La Lagunita frappe non seulement par son abondance relative mais aussi par la variété des formes : stèles proprement dites, panneaux muraux, autels, linteaux, statue en ronde bosse, sarcophages... On note néanmoins une assez grande homogénéité dans la technique, sinon dans le style décoratif. Il s’agit presque toujours de pièces incomplètes, brisées ou volontairement mutilées. Elles ne sont qu’exceptionnellement trouvées in situ ; la plupart ont été anciennement deplacées, brisées puis jetées dans le remblai des monticules en construction.

5A deux exceptions près, ces sculptures utilisent le tuf volcanique local ; beaucoup étaient peintes en rouge. La technique du bas-relief “sur trois plans”, la disposition en panneau encadré sur les stèles et les sarcophages, sont aussi des traits communs à la plupart des sculptures.

6Malgré cette homogéneité certaine, j’ai tenté d’établir une classification des sculptures basée à la fois sur leur style décoratif et sur leur datation relative quand elle est possible. On peut distinguer quatre catégories que je décrirai successivement : 1) les sculptures en ronde bosse ou haut-relief ; 2) les stèles de style 1 ; 3) les stèles de style 2 et les sarcophages ; 4) les stèles non décorées. Une 5 ème catégorie ne sera qu’évoquée : celle des pierres à cupules.

1) Les sculptures en ronde bosse ou haut-relief

7Cette catégorie assez artificielle groupe quatre sculptures de type très différent : les Nos 4, 13, 17 et 21. Nous avons donc :

  • un fragment de grand “autel” décoré d’un crapaud en haut-relief (sculpture 4) ;

  • un zoomorphe (jaguar) très grossier, percé et mutilé (sculpture 13) ;

  • une statue d’homme vêtu d’un pagne, réduite à la ceinture (sculpture 17) ;

  • une sculpture portable de schiste, en ronde bosse, évoquant un animal composite, jaguar et serpent (sculpture 21).

8J’ai noté au passage le rapprochement que l’on peut faire entre les sculptures 13 et 21 et les marqueurs à tête de jaguar de Chalchitan. Ceux-ci sont datés par leur association au jeu de balle de ce site, qui est du Classique Ancien on peut admettre la même datation pour nos deux sculptures. La première a d’ailleurs été découverte à côté de la stèle 11 que nous classons avec les sarcophages, donc dans le Classique Ancien.

9Le crapaud de la sculpture 4 rappelle un motif populaire à Kaminaljuyu sous la forme de mortiers ou d’autels de pierre (autel 3). S. Miles (1965, p. 257) rattache cet autel aux monuments de sa division 3, c’est-à-dire à la phase Miraflores du Préclassique Tardif.

10Enfin la petite statue d’homme au pagne ne peut être datée. Sa facture rappelle celle des deux jaguars portables de Los Cerritos-Chijoj (Classique Tardif). Si l’on admet qu’elle provient de la str. 9, elle pourrait être postclassique puisque, nous l’avons vu, cette structure a livré des poteries “Plombées” de cette époque.

2) Les "stèles" de style 1

11Certains fragments présentent un décor très simple qui ne permet pas de les classer. C’est le cas des sculptures 5 et 8 (détails de coiffures ?), 10 (rubans), 15 et 18, enfin de la sculpture 23 dont l’origine est douteuse.

12Parmi les autres nous distinguons deux styles qui correspondent peut-être à des époques différentes :

  • le style 1, qui est celui de la plupart des stèles classées (9 sur 12) ;

  • le style 2, celui des 3 autres fragments de stèles et des sarcophages décorés.

13Le style 1.

14Je classe dans cette catégorie les sculptures 1, 2, 3, 6, 7, 9, 20 ; et avec moins de certitude la sculpture 12 (olmécoïde) et la sculpture 14 qui pourrait marquer une transition avec le style 2.

15Le style 1 est caractérisé par :

  • la représentation, en buste ou complète, de personnages vus de profil : anthropomorphes (Nos 1, 12, 14), zoomorphes (2), mixtes ou imaginaires (3 et 6). Les figurations humaines et animales ne sont pas fondamentalement différentes : elles portent les mêmes ornements, sont affectées parfois de la même déformation caractéristique.

  • la profusion des ornements corporels (coiffure surtout) et des motifs floraux, en volute... etc. qui meublent le fond.

16J’ai signalé plus haut (fig. 21) quelques-uns des motifs les plus fréquents. J’insisterai seulement sur trois d’entre eux qui permettent d’utiles rapprochements.

a/ L’ornement d’oreille "en double point d’interrogation" (fig. 53a et 54)

17Ce motif est presque général, aussi bien dans le style 1 que dans le style 2. L’ornement est constitué de trois éléments : un noeud central, une volute vers le haut, une autre vers le bas (elles pourraient représenter des plumes). Il est parfois complété par un pendentif coudé ou rigide émergeant du noeud central vers l’avant.

18Cette forme d’ornement d’oreille est d’une inspiration très ancienne puisqu’on la trouve déjà au Préclassique Moyen sur les monuments classés par Miles dans sa division 2 (1965, p. 248). Elle est fréquente à Izapa et à Kaminaljuyu. Un exemple parmi bien d’autres est donné dans la fig. 53a, détail de la stèle 4 de Kaminaljuyu : le pendentif est ici porté par une tête de “dragon” placée contre le genou d’un personnage dansant.

Fig. 53 – L’ornement d’oreille sur les monuments de Kaminaljuyu :
a) Stèle 4 (d’après Miles, 1965, p. 239, fig. 2d). h) Stèle 5.

19W. Coe (1965, p. 22) retrouve ce motif à Tikal sur les fragments de stèles préclassiques, le monument 69 en particulier ; il le considère comme datant du Préclassique Tardif dans les Hautes Terres.

b/ La cravate "en lavallière" (fig. 54)

20Très remarquable sur notre sculpture 7, ce motif original comporte deux parties : un noeud-papillon et trois éléments de nature variable (rubans, feuilles, coquillages) qui lui sont suspendus.

21On le trouve sur plusieurs monuments de Kaminaljuyu ; il sert généralement de pectoral au personnage principal, ou à un personnage secondaire dont la tête est suspendue à la ceinture du premier (silhouette 1). Sur le fragment de stèle (fig. 54) conservé au Museo Nacional (non numérotée), les trois éléments suspendus sont probablement des coquillages.

Fig. 54 – Stèle de Kaminaljuyu sans No.). Museo Nacional.

22Une variante fait de la “lavallière” une annexe de l’ornement d’oreille circulaire (fig. 53b : stèle 5 de Kaminaljuyu). Dans ce dernier exemple nous voyons apparaître le motif foliacé à trois pointes (trefoil) qui est extrêmement répandu ; nous en avons plusieurs exemples à La Lagunita. Parsons (1967, p. 192) considère le trefoil pendant comme un élément de l’horizon Izapa qui aurait ensuite été incorporé à l’art classique maya, avec bien d’autres éléments.

23Selon Miles (1965, p. 262) le motif de la “lavallière”, qu’elle appelle bow-tie, serait relativement tardif : elle le classe dans sa division 4 du Préclassique Tardif, phase Arenal de Kaminaljuyu.

c/ Le symbole en U (fig. 55)

24Nous avons signalé ce motif dans le décor des sculptures 6 et 7. Il est considéré par Miles comme l’une des “signatures” du style Izapa ; elle ne relève pas moins de sept de ces symboles sur la stèle 10 de Kaminaljuyu, et huit sur la stèle 11 (fig. 55). Le motif appartiendrait à la division 3, donc au Préclassique Tardif de la phase Miraflores à Kaminaljuyu.

25Les comparaisons qui précédent nous permettent de conclure que les stèles de style 1 de La Lagunita présentent quelques traits remontant au Préclassique Moyen ou au début du Préclassique Tardif : c’est la division 2 de Miles, qui correspond à la phase Providencia de Kaminaljuyu (400-200 av. J.C. environ). Mais la parenté la plus évidente est avec les monuments de Kaminaljuyu classés dans les divisions 3 et 4, qui datent donc de la fin du Préclassique : phases Miraflores-Arenal, 100 av. à 100 ap. J.C. environ. Cette époque est définie par Miles comme transitional and innovating ; ce ne serait pas une mauvaise définition de la sculpture à La Lagunita, ni même du site en général.

26Cette datation par comparaison stylistique est confirmée par les conditions dans lesquelles sont mis au jour les monuments de pierre sur les deux sites : à Kaminaljuyu aussi, ces monuments sont presque toujours trouvés brisés ou mutilés dans le remblai des monticules.

27En dehors des quelques motifs analysés ci-dessus, le style de nos sculptures n’évoque guère celui d’Izapa. Il n’a, d’autre part, aucune affinité avec celui de Cotzumalhuapa, qui est plus tardif (Parsons, 1967).

28Je pense en résumé que les sculptures de style 1 à La Lagunita datent de la fin du Préclassique et qu’il y eut à cette époque des contacts culturels étroits entre notre site et Kaminaljuyu, qui n’en est distant que de moins de 100 km.

Fig. 55 – La stèle 11 de Kaminaljuyu. Museo Nacional.

3) Les "stèles" de style 2 et les sarcophages

29Les sculptures de cette catégorie, dans laquelle j’ai classé les stèles 11, 19, 22, et surtout les quatre sarcophages, présentent par contre peu de traits communs avec celles de Kaminaljuyu, si ce n’est dans la technique générale du décor.

30Le style 2 serait un peu plus tardif que le style 1, datant sans doute du début de la période classique. C’est l’époque où apparaissent à La Lagunita des traits mexicains, qu’il faut sans doute attribuer à l’influence de Teotihuacan, dans la céramique, l’architecture et, semble-t-il, la sculpture. Ces influences auraient atteint notre site plus tôt que Kaminaljuyu, où elles sont datées de la phase Esperanza, vers 450 ap. J.C. ; à La Lagunita, on trouve déjà des vases cylindriques tripodes stuqués de type Teotihuacan dans la salle d’offrandes souterraine, que nous avons provisoirement datée du Protoclassique (en attendant les résultats des analyses de C-14 en cours).

31Le style des sarcophages décorés est très différent de toutes les sculptures connues au Guatemala, aussi bien sur le versant pacifique que sur l’Altiplano et dans les Basses Terres du Peten. Il n’est pas sans évoquer celui de Teotihuacan, mais il s’agit là d’une impression d’ensemble plus que de détails précis, bien que ceux-ci ne manquent pas : cadre en relief limitant le panneau décoré, motif en escalier représentant trois pyramides (?) et volutes de la parole du sarcophage 4, yeux en forme de lunettes (celles-ci ne sont d’ailleurs pas l’apanage de Tlaloc à Teotihuacan), représentation des mains...

  • 2 M. COE, 1965, p. 703
  • 3 M. COE, op. cit., p. 701

32Curieusement, c’est un site mexicain de la côte du Golfe, occupé dès la fin de la période olmèque, qui nous offre les monuments les plus comparables à notre style 2 : Cerro de Las Mesas, site proche de Tres Zapotes, a livré 14 stèles dont 2 ont des inscriptions hyéroglyphiques permettant de les dater : 468 (stèle 6) et 533 ap. J.C. (stèle 8)2. Ces deux stèles sont précisément celles qui me paraissent les plus proches par leur style des bas-reliefs du sarcophage 4 : maladresse archaïque dans la représentation des personnages et dans celle des mains ouvertes, labret ou masque buccal (stèles 3, 5, 8...), motif de la fleur cordiforme pendant de la ceinture... etc. Bien que leur style les apparente aux stèles maya les plus anciennes, M. Coe souligne leur archaïsme et les fait dériver d’Izapa, avec quelques survivances olmécoides3.

Fig. 56. Stèle 6 de Cerro de las Mesas. On notera l’ornement
buccal qui ne semble pas être, contrairement à
l’interprétation courante, une “volute de la parole’’.

33Il n’est pas indifférent de noter que le Protoclassique est très fortement représenté à Cerro de Las Mesas comme à La Lagunita, et que les influences de Teotihuacan s’y manifestent au Classique Ancien de façon analogue, en particulier dans la forme des vases tripodes stuqués. Cependant Cerro de Las Mesas, pas plus que Kaminaljuyu, n’a livré de sarcophage. Le problème de l’origine des sarcophages monolitiques de La Lagunita reste entier.

Evolution de la sculpture à La Lagunita

34En interprétant les données dont nous disposons actuellement (données insuffisantes compte tenu des conditions peu favorables dans lesquelles sont généralement trouvées les sculptures), on peut imaginer que le culte associé aux stèles, culte qui connaît son apogée à la fin du Préclassique, disparaît peu-à-peu au profit d’un culte nouveau lié à ces caissons monolithiques dont nous avons supposé qu’ils servaient successivement de réservoirs d’eau et de sarcophages. Si cette hypothèse d’une double utilisation des sarcophages peut paraître aventurée, il faut noter qu’elle est appuyée non seulement par l’existence du système de drainage déjà longuement décrit, mais aussi par la nature des scènes représentées sur les parois des sarcophages décorés, scènes qui n’ont visiblement rien de funéraire mais qui paraissent plutôt illustrer des rites liés à la pluie et à la végétation.

35Nous n’avons trouvé, directement associée aux sarcophages, qu’une seule stèle non décorée, la sculpture 16, mais aucune stèle décorée, si ce n’est un fragment de style 2 prouvant que les sarcophages sont plus tardifs.

36Nous pouvons donc postuler à La Lagunita l’évolution suivante :

  1. Stèles décorées du Préclassique Tardif (style 1) correspondant à la phase Miraflores-Arenal de Kaminaljuyu.

  2. Stèles décorées de style 2 et sarcophages decorés et stèles non décorées du Protoclassique ou du début du Classique Ancien, correspondant à la phase Aurora de Kaminaljuyu.

  3. sarcophages non décorés du Classique Ancien (phase Esperanza de Kaminaljuyu ?).

Les sites à sarcophages dans la région d’EI Quiché (Guatemala)

37Nous avons indiqué sur la carte de la fig. 52 les sites où ont été découverts des sarcophages

Notes

1 Autel mexicain dont la partie supérieure, évidée, recevait le coeur des victimes sacrifiées.

2 M. COE, 1965, p. 703

3 M. COE, op. cit., p. 701

Table des illustrations

Légende Fig. 53 – L’ornement d’oreille sur les monuments de Kaminaljuyu :a) Stèle 4 (d’après Miles, 1965, p. 239, fig. 2d). h) Stèle 5.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7463/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende Fig. 54 – Stèle de Kaminaljuyu sans No.). Museo Nacional.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7463/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Fig. 55 – La stèle 11 de Kaminaljuyu. Museo Nacional.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7463/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Fig. 56. Stèle 6 de Cerro de las Mesas. On notera l’ornementbuccal qui ne semble pas être, contrairement àl’interprétation courante, une “volute de la parole’’.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7463/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7463/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 134k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search