Version classiqueVersion mobile

Les Sculptures de La Lagunita

 | 
Alain Ichon

Ch. II – Les fouilles

Texte intégral

1C’est le 5 décembre 1971 que nous avons visité pour la première fois La Lagunita. Le groupe B était à peu près intact, bien que beaucoup de murs aient été détruits par les cultures. Par contre sur le groupe A les destructions étaient déjà très avancées et les fouilles illicites se poursuivaient sur la pyramide 7, tandis que les structures 6 et 10, sans doute de rentabilité moindre, semblaient abandonnées.

2A cette occasion, nous avons pu mesurer et photographier trois sculptures sur les pentes des monticules (les Nos. 1, 4 et 12), le sarcophage 1 qui avait été tiré au centre de la Place, et plusieurs morceaux du sarcophage 3 gisant au pied de la structure 6. Quelques jours plus tard nous dégagions le haut du sarcophage 2, encore in situ, et mettions au jour la base du sarcophage 3 qui avait été réenterrée au pied de la structure 10 (fig. 43). Les sarcophages 1 et 3 devaient être hâlés jusqu’à la route et transportés au Museo Nacional de Arqueología y Etnología de Guatemala par les soins de l’Instituto de Antropología e Historia en 1972. Un matériel abondant et varié fut aussi récolté en surface et dans les déblais des fouilles clandestines.

3Les rapports assez difficiles entretenus avec le propriétaire du terrain allaient nous obliger à délaisser le site jusqu’en 1973, à l’exception d’un petit puits stratigraphique que nous fîmes sur le rebord de la terrasse 12, sans le pousser au-delà de 2 m. de profondeur. Il s’avèrait déjà que la structure 12 était entièrement artificielle et datait probablement du Classique ancien : le remblai contenait en effet des tessons de cette période, mélangés à d’autres plus anciens, du Protoclassique ou même du Préclassique.

4En janvier-février 1973 nous pouvions enfin entreprendre des fouilles très limitées sur les groupes A et B ; limitées dans le temps et l’espace car le propiétaire, pour le groupe A tout au moins, n’autorisait que 5 semaines de travail portant uniquement sur la structure 5, la moins abîmée.

5L’étude de cette pyramide a consisté essentiellement en un puits de 2 x 3 m. pratiqué sur le haut de la face nord et abaissé jusqu’au talpetate stérile, environ 9 m. plus bas. Contrairement à notre attente, cette fouille n’a pas révélé de constructions intérieures superposées. On note cependant, au niveau + 2, 50 m. un changement très net dans la nature du remplissage : dans la partie inférieure celui-ci est fait de terre brun clair, homogène, contenant un matériel relativement abondant ; dans la partie supérieure, le remblai très hétérogène est à base de gros blocs de talpetate, de tuf et de schiste, mêlés à du sable avec des poches d’argile foncée. Les tessons y sont rares.

6Aucune sépulture n’a été découverte. A peu près au niveau où change le remplissage nous avons trouvé deux petites poteries votives contenant l’une du charbon et une lame d’obsidienne, l’autre deux perles de jade. Sous des pierres entassées à proximité de cette offrande, il y avait un dépôt de charbon assez abondant pour être daté par analyse de carbone-14. La date obtenue : 20 ± 100 ap. J.C. (GIF – 2835) correspond à la fin du Préclassique ou au Protoclassique.

7Le matériel céramique de ce sondage, sous réserve d’une étude plus approfondie, indique trois niveaux d’époques différentes :

  • de 0 à + 2, 50 m. (remblai de terre homogène), le matériel est en majorité du Préclassique moyen et tardif, et du Protoclassique ;

  • de + 2, 50 m. à + 6, 50 m., matériel protoclassique (et classique ancien ?) ;

  • de + 6, 50 m. à la surface, un niveau bouleversé où l’on trouve un mélange de matériel protoclassique, classique ancien et classique tardif. Un coffret d’argile contenant quelques ossements, trouvé à faible profondeur, pourrait être une intrusion postclassique.

8En résumé, il est probable que la pyramide 5 définitive a été édifiée au début du Classique ancien (vers 300 ap. J.C.), recouvrant un monticule plus ancien de 2, 50 m. de hauteur qui daterait du Préclassique tardif. Nous ignorons la forme et les dimensions de ce dernier, mais son mur de soutènement nord, fait de pierres, était exactement à l’aplomb du mur tardif de la pyramide 5 et avait la même orientation. Nous avons trouvé au pied de ce mur une série de huit foyers circulaires, probablement rituels, formant un alignement ouest-est. Sur la douzaine de tessons provenant de ce niveau, il y a deux fragments de statuettes qui confirmeraient la datation préclassique attribuée à la structure ancienne.

9Outre ce puits stratigraphique à l’intérieur de la pyramide 5, notre second objectif était de déterminer la fonction du patio rectangulaire accolé à l’ouest de celle-ci. Comme je l’ai dit plus haut, rien ne permet d’affirmer qu’il s’agisse d’un jeu de balle. Sa position un peu décalée par rapport à la pyramide, sa dissymétrie (côté sud plus long, emplacement des deux escaliers), l’absence de banquettes intérieures prouveraient plutôt le contraire. On a peut-être trop tendance à voir dans la moindre cour fermée un court de jeu de balle.

10Cette brève campagne de 1973 à La Lagunita s’est terminée par une série de sondages dans les deux groupes et par dix jours de fouilles sur le groupe B (str. 12 et 13) dont j’ai parlé plus haut.

11En 1976, je décidai de consacrer au groupe A de La Lagunita la plus grande partie de notre cinquième campagne de fouilles. Il devenait en effet urgent d’intervenir pour mettre un terme (même provisoire) aux destructions qui se poursuivaient et récolter le maximum de données avant qu’il ne soit trop tard. Ce fut possible grâce à l’appui du Ministère de la Défense dans le cadre de l’Opération de Sauvetage des sites archéologiques en péril (Operación Rescate). Cette campagne ne fut pas exempte de péripéties tragi-comiques, mais nous pouvions enfin entreprendre une étude complète du site, sans contraintes d’aucune sorte.

12Nos travaux allaient durer du 5 novembre 1976 au 25 avril 1977, et après quelques recherches préliminaires sur les structures 3 et 11, s’orienter exclusivement sur le centre de la Place Cérémonielle, sur la pyramide 7 et sur la structure 12. Je me contenterai de résumer ici les principaux résultats de la campagne, qui doivent faire l’objet d’un compte-rendu plus détaillé. Ils peuvent être classés sous quatre rubriques :

10. – Le Jeu de Balle de la structure 12 (Fig. 4)

13J’ai dit plus haut comment l’immense jeu de balle ancien a été découvert sous les 2 m. de terre qui l’avaient entièrement caché.

14Ce jeu désaffecté (fait déjà assez rare), présente plusieurs traits originaux : ses dimensions d’abord, l’étroitesse de l’allée centrale (moins de 9 m.) par rapport à sa longueur totale (39, 50 m.) ; sa forme, qui n’est pas exactement rectangulaire, aucun angle n’étant droit (peut-être s’agit-il d’une erreur de construction, mais qu’on ne retrouve dans aucune autre structure) ; le profil des murs latéraux, d’abord convexes ou en forte pente (25° par rapport à la verticale), puis en pente plus douce (70°) jusqu’au rebord vertical qui limite les banquettes, larges de 3 m. ; l’unique accès au court par un petit escalier à l’est, escalier qui, semble-t-il, communiquait par un couloir étroit avec le patio des résidences 13-14 ; la présence enfin, au centre du court, des boules de pierre et de la dalle carrée servant de marqueur.

15Bien que l’étude des tessons trouvés dans le remblai ne soit pas terminée, nous sommes à peu près certains que ce jeu de balle a été recouvert au Classique ancien. Il daterait donc lui-même du Préclassique tardif ou du Protoclassique, ce qui en ferait l’un des plus anciens trouvés à cette date au Guatemala. (Fig. 4)

20. – Le Centre de la Place Cérémonielle. (Fig. 11)

16Notre fouille a cet endroit crucial a commencé par une tranchée ouest-est allant du pied de la structure 6 au sommet de la pyramide 7 qui lui fait face.

17Exactement au centre et cachés par les déblais des fouilles clandestines, sont apparus très vite deux monuments de pierre qui reposaient au niveau du sol ancien d’occupation : un énorme bloc de schiste mesurant 2 m. de longueur et 0, 50 m. d’épaisseur, orienté nord-sud, et se raccordant à ce qui devait être une plateforme menant à l’escalier de la pyramide 7 ; et une dalle circulaire, de schiste également, de 1, 20 m. de diamètre, placée contre le premier. Cet ensemble représente peut-être, de façon assez particulière, l’association stèle-autel qui caractérise la culture maya classique du Peten, mais qui est apparue bien avant, dès le Préclassique, à Izapa et à Abaj Takalik par exemple.

  • 1 M. Coe, 1968, pp. 67-70. Les camahuiles de La Lagunita étaient en fait au nombre de 16 si l’on comp (...)

18Notre fouille à la verticale des deux pierres (la première étant laissée en place car son poids ne permet pas de la déplacer), allait mettre au jour les limites d’une vaste fosse rectangulaire (4, 50 x 2, 70 m.) creusée dans le substratum de talpetate, et un escalier de onze marches descendant au fond de celle-ci, à 5 m. sous le niveau ancien de la place. Une offrande de 14 statuettes de pierre verte (schiste micacé ou stéatite), appelées communément camahuiles (fig. 5) avait été placée au niveau de la deuxième marche, à l’aplomb de la grosse pierre. Ces statuettes étaient debout, face à l’ouest, étroitement groupées ; à leur pied se trouvait un simple bol contenant six galets de quartz blanc. Ce dépôt votif, mis en place au moment du comblement de la fosse comme pour en garder l’issue, rappelle à bien des égards l’offrande No. 4 du site olmèque de La Venta, “the most unusual Olmec treasure ever found” selon M. Coe1. Cette similitude nous a frappé d’emblée, bien que nous soyons conscients du “fossé chronologique” – au moins six siècles – qui sépare les deux offrandes. Il faut bien remarquer cependant que notre groupe de camahuiles n’est pas le seul trait olmécoïde noté à La Lagunita ; le fait mérite de plus amples recherches.

FIG. 5 – Statuette de pierre verte (camahuil) provenant du sarcophage 4.

Fig. 4 – Reconstitution du jeu de balle de la structure 12.

  • 2 Cette coutume existe encore, ou existait récemment, chez les Indiens de Santa Cruz del Quiché, qui (...)

19Soulignons aussi l’importance des offrandes de galets de quartz à La Lagunita. Ces galets blancs roulés, provenant du lit de la rivière, ressemblent parfois à s’y méprendre à des oeufs (Fig. 6). On les trouve soit en grand nombre et assemblés comme pour former un dallage en bordure de certaines plateformes (structure 3, mur nord ; face ouest de la structure préclassique à l’intérieur de la pyramide 7), soit plus fréquemment en nombre limité – certainement de valeur symbolique – contenus dans de simples bols à couvercle. Plusieurs de ces bols, dans le remblai central de la pyramide 7, contenaient le même nombre de pierres : 9.2

  • 3 Gareth Lowe, 1962. pp. 69-70 et Planche 33.

20Une coutume analogue a été signalée à Chiapa de Corzo (Chiapas) par Gareth Lowe3 : plusieurs caches découvertes dans le monticule 67 contenaient des poteries dans lesquelles avaient été déposés des galets roulés en nombre variable. Ces caches datent de la fin du Protoclassique (phase Istmo) : 100 à 200 ap. J.C.

21La fosse avait été comblée de terre mélangée à des dizaines de fragments de statuettes et d’éléments de collier de jade, sans doute “tués” – brisés – pour la circonstance.

22Dans le fond, sur la paroi ouest s’ouvre une galerie horizontale obturée par une rangée de grandes dalles verticales. Ce corridor, long de 5 m., débouche sur la grotte proprement dite, baptisée C-48, dont il est séparé par une deuxième “porte”, identique à la première ; les dalles de schiste dressées, ne pouvant ici s’appuyer à une paroi, sont bloquées entre deux murettes de pierres. L’antichambre était vide, à l’exception de trois poteries communes contenant des galets et une trentaine de petits objets de jade ou de stéatite.

23La grotte (Fig. 7) est évidemment artificielle : elle a été creusée dans le talpetate qui, à ce niveau, se présente sous la forme de couches brunes très dures alternant avec des couches de sable blanc. De forme ovale, son grand axe orienté sud-nord mesure 6, 70 m. ; son petit axe 5, 30 m. Le plafond se trouvait à plus de 2 m. de hauteur, mais il s’est par endroits détaché en gros blocs qui recouvraient presque entièrement le sol quand nous avons pénétré dans la chambre. Cet accident a beaucoup endommagé les offrandes situées vers le centre de la grotte, mais non, heureusement, celles placées le long des parois et protégées par la forme voûtée de celles-ci. La chute partielle du plafond est sans doute une conséquence du tremblement de terre de février 1976, car on constate que les fractures des poteries sont très récentes.

24C-48 peut être considéré comme une immense cache, une salle d’offrandes souterraine dans laquelle ont été déposés, il y a environ 16 siècles, plusieurs centaines d’objets, allant des plus frustes poteries domestiques, encore noircies de suie, aux bijoux de jade ou de mosaïque les plus précieux. Elle fut ensuite scellée à jamais, après une période probablement assez courte n’excédant pas quelques mois : les pluies de la saison humide auraient, en effet, provoqué l’inondation de la grotte.

  • 4 Woodbury et Trik, 1953, pp. 80-81 et fig. 40, 41, 175 b et 176.

25La grotte est restée très sèche (on y a trouvé des morceaux de nattes bien conservés) et nous n’avons pas de raisons de supposer que des ossements humains se soient totalement désintégrés ou aient échappé à notre investigation. Or, ces ossements sont très peu nombreux : quelques dents, un demi fémur dans un vase, des traces de vertèbres et d’os longs d’enfant sous une dalle de la paroi ouest. C-48 évoque sans conteste une chambre sépulcrale, identique, bien que moins vaste : la grande tombe de Zaculeu, qui, elle, contenait au moins sept squelettes4. On y trouve d’autre part, dans la partie ouest, trois ensembles de grandes dalles horizontales sur lesquels auraient pu être couchés les corps. Force est de constater cependant que la grotte fut refermée sans qu’aucun cadavre ait été déposé là, et que les dalles, reposant directement sur le sol stérile, ne peuvent avoir servi de couvercles à d’éventuelles sépultures.

Fig. 6 – Bol contenant des galets de quartz. Remblai de la pyramide 7.

Fig. 7 – La salle d’offrandes souterraine (C-48), partie sud.

  • 5 Merwin et Vaillant, 1932, pl. 18, 19 et 20.

26Les offrandes de la salle souterraine sont très variées : coquillages travaillés, lames d’obsidienne noire, pointes bifaces de silex et d’obsidienne verte (cette dernière provient sans doute du Mexique), camahuiles, disques incrustés de pyrite, mosai’que, bijoux de jade et de stéatite, vase de pierre blanche, petit matériel d’argile destiné au stuquage et à la peinture des poteries (godets, palette, vases miniatures contenant les pigments), carapace de tortue peinte en rouge, pierres à moudre avec leur molette (certains de ces metates, décorés, représentent des crapauds) – et surtout plus de 260 poteries, groupées au centre, alignées le long des parois ou formant deux amas d’une centaines de vases chacun au nord et au sud de la chambre. La plupart de ces poteries étaient d’usage courant et ont, en fait, été utilisées. Parmi les décorées, qui représentent environ 10 % du total, on peut distinguer celles qui sont modelées en forme d’animaux : poisson, tortue, crapaud, chauve-souris... (Fig. 8), celles qui sont peintes sur un revêtement de stuc (en rouge, rose, vert et jaune), et les vases à décor peint en rouge et noir sur fond orange (Fig. 9) : ces derniers sont d’un type connu (Ixcanrio Orange-poly chrome) et proviendraient du Peten. De même que les nombreux bols à quatre pieds mammiformes, ils permettent de dater notre grotte du Protoclassique. Cette période de transition, qui couvre les deux ou trois premiers siècles de notre ère, est surtout connue à Kaminaljuyu dans les Hautes Terres (phases Santa Clara ou Aurora), à Holmul (phase Holmul I) et à Barton Ramie (phase Floral Park) dans les Basses Terres du Belice. Le complexe céramique de la grotte C-48 est très proche de celui d’Holmul I, que Vaillant avait baptisé d’un terme aujourd’hui oublié : le “Q-Complex”.5.

27Un détail digne d’attention est bien visible quand on descend l’escalier menant à la grotte : les dernières marches (celles-ci sont de plus en plus hautes à mesure qu’on descend) sont déviées par rapport aux marches supérieures, et l’axe du corridor est lui aussi nettement dévié par rapport à l’axe est-ouest de la Place. Le grand axe de la salle d’offrandes est à peu près exactement orienté vers le nord vrai, “rectifiant” ainsi l’écart d’environ 15° à l’est du nord géographique noté sur la plupart des structures de La Lagunita.

Fig. 8 – Plat tripode à bec verseur en forme de chauve-souris (grotte C-48).

Fig. 9 – Bol à quatre pieds mammiformes, décor noir et rouge sur orange, représentant une tortue. Il contient 163 petits objets de jade, de pierre verte ou de coquillage.

30. – Le centre de la pyramide 7

28Cette pyramide avait été complètement éventrée sur sa face ouest et son sommet, où les excavations atteignaient 5 m. de profondeur. C’est dire que les données essentielles sur les structures situées dans l’axe de la pyramide : escaliers, autels, caches et tombes éventuelles... sont perdues à jamais. Notre espoir était néanmoins que ces fouilles sauvages, gênées par les déblais que les pillards se contentaient de repousser de haut en bas, n’avaient pu descendre assez profondément pour détruire toutes les traces des aménagements intérieurs.

29Nous avons entrepris à la fois un grand puits stratigraphique partant du sommet de la pyramide et la fouille de la partie ouest dans le prolongement de la tranchée ouest-est qui nous avait permis de découvrir la salle d’offrandes souterraine.

30Le puits central, abaissé de 9 m. jusqu’au sol stérile, a révélé l’histoire compliquée de la pyramide 7 dont nous ne comprendrons jamais tous les détails. En schématisant à l’extrême, la stratigraphie des différents niveaux d’occupation indique une succession de trois phases principales :

31– la construction la plus ancienne, dont on distingue la plateforme supérieure de terre battue, avait 3, 70 m. de hauteur. Elle s’interrompt brusquement vers l’ouest, où elle est bordée d’un lit de galets blancs peut-être postérieur.

32On peut dater cette structure ancienne grâce à la sépulture qu’elle contenait : c’est, sous un amoncellement de dalles, le squelette d’un adulte couché sur le dos, la tête vers le sud reposant sur une couche de petits coquillages gastéropodes. On voit encore la trace des brancards qui ont servi à transporter le corps. Contre le fémur gauche, un petit matériel de divination : cristaux de roche, lames d’obsidienne, billes d’argile ; et le long du corps, formant un alignement nord-sud, onze belles poteries orange, de formes variées (l’une représente une tête humaine tragique, d’autres sont zoomorphes), mais toutes caractéristiques de la période préclassique tardive (de 300 av. J.C. au début de notre ère).

33– la construction intermédiaire devait avoir 5, 40 ou 6, 50 m. de hauteur (nous avons découvert deux sols correspondant à ces niveaux). Elle était soutenue par des murs de pierre en gradins inclinés

34– deux gradins se terminant par une partie verticale – si l’on admet que le mur intérieur mis au jour sur la face ouest de la pyramide 7 correspond bien à cette structure intermédiaire. L’orientation était légèrement différente, plus proche du nord.

35Pour la datation de cette pyramide, nous disposons d’une sépulture, déposée dans une fosse qui pénétrait à l’intérieur de la structure préclassique : il s’agit d’un adulte jeune, étendu lui aussi en decubitus dorsal, mais la tête vers le nord. Il portait un ornement d’oreille en jade. Le mobilier comprend seulement 4 bols communs placés près du pied droit ; ces poteries datent probablement du Protoclassique ou du Classique ancien, vers 300 ap. J.C.

36Des dalles dressées, appuyées contre un muret, avaient été disposées au-dessus de la sépulture.

37– enfin la construction définitive, haute de 9 m. environ, à trois gradins inclinés et une partie supérieure verticale, est venue recouvrir, toujours au Classique ancien, les structures plus anciennes. La partie fouillée, au centre, ne contenait pas de sépultures mais, à différents niveaux, huit poteries – sept bols à fond plat et un bol tétrapode mammiforme – chacune avec son couvercle et remplie de galets de quartz. (Fig. 6)

40. – La face ouest de la pyramide 7

38Nous avons vu plus haut (p. 5) que la partie la plus importante de la pyramide 7 est le bloc rectangulaire de 4 x 20 m. qui fait saillie vers le centre de la place ; il supportait l’escalier et abritait les sarcophages 1 et 2. Ceux-ci avaient déjà été mis au jour avant notre arrivée. La partie centrale de l’avancée, dans l’axe de la pyramide, était entièrement fouillée jusqu’au niveau du sarcophage 2, dont seule la partie supérieure était visible ; c’est aussi à peu de choses près le niveau du sol de la place. Nous avons néanmoins pu dégager, presque intacts, le mur latéral sud de l’avancée et les deux premières marches de l’escalier.

39En enlevant les déblais des excavations clandestines ont été mis au jour les deux gradins en talus incliné de la pyramide intermédiaire (Fig. 11). Une brèche avait été ouverte dans ces gradins, dans l’axe de l’escalier ; la suite de la fouille allait nous montrer que cette destruction est ancienne et due au creusement d’une vaste tombe, abaissée jusqu’à 3 m. de profondeur au-dessous du niveau de la Place, puis comblée après qu’on y ait déposé un sarcophage et diverses offrandes. C’est seulement ensuite que la pyramide définitive est venue coiffer à la fois cette tombe et la structure intermédiaire.

40La tombe (C-44) a été, comme la salle d’offrandes souterraine, creusée dans le talpetate. Presque carrée au départ (4 x 4, 50 m. environ), elle n’a plus que 3 x 4 m. dans le fond à cause de l’espace occupé sur la face ouest par l’escalier de cinq ou six marches. En réalité – et ceci est bien visible sur la coupe de la Fig. 11 – la fosse creusée dans le talpetate s’étend au-delà des limites de la tombe sur deux côtés : vers l’est et vers le sud. Sur ces côtés, la tombe est limitée non par la paroi naturelle de talpetate, mais par des murs de pierres revêtus d’une couche d’argile. Il n’est donc pas impossible qu’il existe deux autres chambres sépulcrales, à l’est et au sud de C-44 ; nos fouilles de 1978 doivent confirmer ce point.

Fig. 10 – Le fond de la tombe C-44 avec le sarcophage 4 et le "joug" de pierre appuyé contre la paroi est.

41La tombe C-44 (Fig. 10) était destinée à deux personnages importants ensevelis dans un grand sarcophage aux parois sculptées et peintes en rouge. Autour du sarcophage (No. 4) qui sera décrit plus loin en détail, nous avons trouvé les ossements d’au moins cinq individus, adultes et enfants, dont trois seulement étaient en connexion anatomique ; il, s’agit sans doute d’ accompagnants sacrifiés. De nombreuses offrandes furent déposées sur le sol de la tombe ou jetées dans le remblai au fur et à mesure que la fosse était comblée ; en même temps des cérémonies devaient se dérouler, notamment au pied des stèles lisses que l’on dressait contre le mur est de la tombe à différentes hauteurs suivant le niveau atteint par le remplissage.

42Les offrandes trouvées dans le fond de la tombe et dans le remblai rappellent celles de la grotte C-48 – il y a en particulier plusieurs bols tétrapodes mammiformes – avec cependant quelques types nouveaux (les poteries à décor négatif par exemple) qui nous font penser que la tombe est un peu plus récente. Les représentations d’animaux – jaguar, tortue, crapaud, singe, perroquet... – sont fréquentes sur les poteries, plus rares sur les coquillages travaillés ; leurs restes osseux, pour les deux premiers tout-au-moins, sont abondants. A signaler la présence d’un “joug” de basalte appuyé contre le mur est ; cet objet rituel associé au Jeu de Balle (il représenterait la ceinture de cuir des joueurs) se trouve généralement dans des contextes plus tardifs.

Fig. 11 Coupe ouest-est de la Place Cérémonielle et de la pyramide

Notes

1 M. Coe, 1968, pp. 67-70. Les camahuiles de La Lagunita étaient en fait au nombre de 16 si l’on compte deux figurines incomplètes à côté des 14 autres. L’offrande No. 4 de La Venta comprenait, elle, 16 figurines de jade et de serpentine, debout et en demi-cercle à côté de 6 haches cérémonielles. Voir aussi I. Bernai, 1968, fig. 40.

2 Cette coutume existe encore, ou existait récemment, chez les Indiens de Santa Cruz del Quiché, qui enterraient leurs morts avec une offrande de galets de quartz, la “nourriture du mort”. (Anaité Galeotti, com. pers.)

3 Gareth Lowe, 1962. pp. 69-70 et Planche 33.

4 Woodbury et Trik, 1953, pp. 80-81 et fig. 40, 41, 175 b et 176.

5 Merwin et Vaillant, 1932, pl. 18, 19 et 20.

Table des illustrations

Légende FIG. 5 – Statuette de pierre verte (camahuil) provenant du sarcophage 4.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7448/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende Fig. 4 – Reconstitution du jeu de balle de la structure 12.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7448/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende Fig. 6 – Bol contenant des galets de quartz. Remblai de la pyramide 7.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7448/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende Fig. 7 – La salle d’offrandes souterraine (C-48), partie sud.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7448/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Fig. 8 – Plat tripode à bec verseur en forme de chauve-souris (grotte C-48).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7448/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende Fig. 9 – Bol à quatre pieds mammiformes, décor noir et rouge sur orange, représentant une tortue. Il contient 163 petits objets de jade, de pierre verte ou de coquillage.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7448/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende Fig. 10 – Le fond de la tombe C-44 avec le sarcophage 4 et le "joug" de pierre appuyé contre la paroi est.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7448/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 11 Coupe ouest-est de la Place Cérémonielle et de la pyramide
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7448/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 43k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search