Version classiqueVersion mobile

Les Sculptures de La Lagunita

 | 
Alain Ichon

Ch. I – Le site de La Lagunita

Texte intégral

1Il est situé dans le département du Quiché, à environ 1200 m. d’altitude, dans cette région des Hautes Terres du Guatemala qui s’étend entre la sierra de Chuacus au sud et la sierra des Cuchumatanes au nord, région limitée par la profonde coupure du río Chixoy (río Negro), dont le cours supérieur est orienté ouest-est comme les chaînes montagneuses qui le bordent (fig. 1)

2Le site est exactement sur la limite des deux municipios de San Andrès Sajcabaja et de Canilla, le groupe A dépendant du premier, les groupes B et C du second. La route qui relie Santa Cruz del Quiché à San Andrès Sajcabaja et Canilla est un chemin de terre praticable en saison sèche, de novembre à mai, mais qu’on ne peut recommander aux voitures de tourisme durant les pluies, bien que les liaisons ne soient jamais totalement interrompues. Cette route, après avoir traversé l’aldea de Lililla à une dizaine de kilomètres de San Andrès, longe le groupe B et passe à quelques centaines de mètres du groupe A, dont les hauts monticules sont bien visibles. Le village de Canilla se trouve à 5 km. au-delà. Il faut trois heures pour aller de la capitale à Santa Cruz del Quiché en passant par Chimaltenango, Tecpan, Los Encuentros – où l’on quitte la route panaméricaine – et Chichicastenango ; puis une heure et demi de mauvaise piste pour atteindre San Andrès Sajcabaja et La Lagunita. Une route reliait il y a quelques années Canilla à Zacualpa et il était ensuite possible de gagner la capitale par Joyabaj et San Martin Jilotepeque, trajet pittoresque mais assez éprouvant. Cette route Canilla-Zacualpa a été laissée à l’abandon et est aujourd’hui impraticable. Il est question de la remettre en état et d’en ouvrir une nouvelle reliant directement ciudad de Guatemala à Joyabaj en traversant le río Motagua non loin du grand site postclassique de Mixco Viejo. Si ce projet se réalise, Canilla ne sera plus qu’à deux ou trois heures de route de la capitale, au lieu de cinq ou six.

FIG. 1 – Carte des routes et sites archéologiques du Guatemala central.

3Le site archéologique occupe deux compartiments d’un plano déchiqueté, entre l’un des contreforts de la sierra de Chuacus – la Montaña Sajquim – et des barrancos abrupts dominant le río Lililla au nord. Ces planos ont été déboisés pour la culture du maïs, tandis que les pentes montagneuses et les flancs des barrancos gardent encore leur couverture de pinède claire. De la pointe nord du groupe A, on embrasse un magnifique paysage, avec au premier plan la vallée du río Lililla aux riches plantations de canne-à-sucre, de maïs et de roseau, puis l’extrémité est du petit massif du Sajmajil aux pentes dénudées ; enfin, par une échappée sur le plano de Chiboy, la chaîne bleutée des Cuchumatanes barrant l’horizon.

4Cette zone de planos est aride : l’eau y est rare (certaines sources ont tari à la suite du tremblement de terre de 1976), la couche de terre cultivable très mince et depuis longtemps épuisée. Partout affleure le talpetate, ce ciment ocre de cendre volcanique et d’argile compactés, dur comme de la pierre, et stérile.

  • 3 Nous avons trouvé dans les réserves du Museo Nacional de Arqueología y Etnología deux fragments de (...)

5La Lagunita comprend trois ensembles de structures, A, B et C.A. Ledyard Smith y passa deux jours en 1949 au cours de sa reconnaissance archéologique du Guatemala central. Dans son livre publié en 1955 (pp. 5, 36-37, fig. 24 b-c et 90) il décrit chaque structure des groupes A et B qui étaient alors, semble-t-il, en assez bon état puisqu’il note la présence d’escaliers qui ont aujourd’hui complètement disparu, et donne un bon plan d’ensemble que nous avons utilisé dans le plan général du site (hors-texte) pour le groupe B. Il est curieux qu’il n’ait vu aucune sculpture3 ; ceci nous fait penser que les fragments de stèles trouvés par nous en surface en 1971-1972 provenaient des fouilles clandestines qui ont suivi le passage de l’archéologue américain, et étaient donc originellement dans les remblais des monticules.

6L. Smith n’a pas eu connaissance de ce que nous avons baptisé le groupe C, bien qu’il ne s’agisse en fait que d’une seule structure placée au centre d’un terre-plein sur une colline, à 500 m. au sud du groupe A. Sa datation du matériel céramique récolté en surface est d’autre part erronée : si l’on y trouve des tessons postclassiques, toutes les epoques sont en réalité représentées, depuis le Préclassique moyen jusqu’au Postclassique tardif.

7Le rapport de L. Smith nous intéresse car il décrit les sites à une époque où les chercheurs de trésor n’avaient pas encore sévi avec tous les moyens et l’“efficacité” qu’ils devaient déployer quelques années plus tard. A La Lagunita, l’architecture des pyramides devait être relativement intacte, et trois stèles lisses étaient encore alignées – couchées – sur la place centrale du groupe A. Nous en parlerons plus loin.

8Le site de La Lagunita doit son nom à une petite mare boueuse qui se forme en saison des pluies tout près du groupe B. Ce nom est récent. Les Indiens de Lililla en ont un autre : Kiác-jà, “la Maison Rouge” en quiché, nom qui doit remonter fort loin dans le temps car il semble décrire ce qui devait être le temple, ou l’un des temples construits sur les pyramides. Etant donnée l’importance rituelle de la couleur rouge, que nos fouilles devaient mettre en évidence, aussi bien sur les sculptures et les sarcophages que dans les tombes, le nom indigène pouvait bien s’appliquer à une construction entièrement peinte en rouge. Ce serait une belle preuve de permanence toponymique, car toutes les superstructures de La Lagunita, faites de matériaux périssables, ont dû disparaître depuis plusieurs siècles.

Le groupe B

9Nous n’avons fait sur ce groupe que quelques sondages et des fouilles limitées aux structures 13 et 14. Celle-ci est en réalité formée de deux plateformes séparées. La structure 13 recouvre une pyramide plus ancienne, mais qui ne semble pas antérieure au Classique ancien. Nous avons trouvé au sommet une sculpture de schiste en forme de marqueur (sculpture 21).

10Il y a deux jeux de balle, l’un fermé en palangana (str. 1), l’autre ouvert (str. 3-4).

11Aucune trace d’occupation préclassique. Par contre dès le Protoclassique le groupe B devait faire partie de l’ensemble constitué par les trois groupes.

Le groupe C

12L’unique structure du groupe C est un petit monticule de 11 m. de côté placé sur une terrasse aménagée qui en a 30. Elle a été éventrée et l’on voit au centre et au niveau du sol les restes d’une tombe à voûte en encorbellement.

13Le fait intéressant est que la structure C-l se trouve presque exactement dans l’alignement des pyramides 5 et 10 du groupe A, c’est-à-dire dans l’axe nord-sud de la Place cérémonielle de ce groupe, avec la même déviation de 9° à l’est du nord magnétique que nous noterons pour la plupart des structures du groupe A.

Le groupe A. (fig. 3)

14Ce groupe est formé d’une structure isolée (str. 1) et de 14 autres réparties tout au long d’un plateau étroit, d’une centaine de mètres de largeur sur 340 de longueur, orienté sensiblement sud-nord. Ce piano est de toutes parts limité par des barrancos assez abrupts pour constituer une défense efficace ; ils ne semblent pas cependant avoir été artificiellement aménagés dans ce but (la coupure à bord franc de 3 m. de hauteur tout autour du site est l’oeuvre récente du propriétaire qui a voulu ainsi interdire l’invasion du bétail sur le piano).

15L’unique accès au groupe A se trouve au sud-est ; c’est un passage étroit, ensellé, gardé par la structure extérieure 1 construite sur l’extrême rebord du barranco ; celle-ci a été en grande partie détruite.

16Le groupe A proprement dit paraît constitué de trois sections distinctes quant aux dimensions des structures et sans doute à leur destination. Du sud au nord :

17a) – une vaste partie découverte, aujourd’hui semée en milpa, sur laquelle se dressent seulement trois petites constructions.

18La structure 2 est une butte aux contours à peine visibles. Nous avons mis au jour une partie du mur de soutènement nord, qui a un tracé en redans. La longueur totale devait être d’une quarantaine de mètres.

19Les structures 3 et 4 sont des monticules bas – 3 à 4 m. – à peu près carrés. Nous n’avons pas dégagé la seconde, qui est en grande partie détruite. La fouille de la première a été décevante. Contrairement à notre attente, l’intérieur ne contenait pas de tombe. Deux offrandes de galets de quartz ont été trouvées, l’une en forme de dallage sur la face nord, l’autre contenue dans un bol à couvercle sur la face sud. Le propriétaire aurait découvert, sur la face sud également, un petit banc de pierre quadripode qui accompagnait sans doute une sépulture. Il y a des traces d’escaliers sur les faces est et ouest, mais la construction est très rudimentaire.

20b) – La partie centrale, la plus importante du groupe A, est constituée par l’ensemble des quatre grandes pyramides formant une croix dont les branches sont orientées vers les points cardinaux, avec la déviation signalée plus haut de 9° à l’est du nord magnétique. Ce souci d’orientation est évident et doit être l’une des clés de l’organisation du site. Nous en voyons une preuve dans l’alignement de la structure du groupe C et des trois stèles vues par L. Smith au centre de la Place ; il y en a d’autres. Nous verrons de plus que les variations dans cette orientation peuvent avoir une implication chronologique.

21Le plan de la fig. 3 est en grande partie hypothétique, sauf pour les structures que nous avons fouillées plus ou moins complètement : les Nos. 3, 7, 11 et 12. Bien que tous les escaliers aient disparu, il est certain néanmoins qu’ils étaient orientés vers le centre de la Place. Il n’est pas douteux non plus que les structures 5, 6, 7 et 10 sont construites en gradins, et que le nombre de ceux-ci doit être voisin de trois ou quatre. Nous avons trouvé, sur la structure 7, les gradins bien conservés sous les déblais qui avaient glissé du sommet : ce sont trois murs en talus inclinés de quelque 25° par rapport à la verticale, et assez grossièrement faits de blocs de schiste, de quartz et de tuf, les trois pierres localement disponibles. Le tuf, dont les carrières sont sur le bord du río Lililla, donc plus éloignées, est moins utilisé bien que se prêtant mieux à la construction car il se taille facilement.

22Le gradin du haut, en retrait par rapport au gradin intermédiaire, se termine par une partie verticale limitant la plateforme supérieure ; celle-ci, à 8, 50 m. au-dessus du sol de la Place, supportait sans doute le temple. L’escalier, dont il ne reste que peu de traces dans la partie haute, devait être à deux volées. La pyramide proprement dite, rectangulaire (26 x 40 m.), la plus grande de l’ensemble, se prolonge vers l’ouest par une avancée formant un bloc où s’encastrait l’escalier. L’importance de cette avancée est prouvée par la découverte de trois des quatre sarcophages dans celle de la pyramide 7 (fig. 11). Il n’est pas impossible qu’une telle avancée ait existé au sud de la pyramide 10, partie actuellement masquée par un énorme amas de déblais provenant de l’intérieur du monticule. Les structures 5 et 6, par contre, en sont dépourvues.

23Nous avons tenté une reconstitution de la pyramide 7 (fig. 2) sans nous dissimuler ce qu’elle a d’aventureux pour la façade de l’escalier et la partie haute.

FIG. 2 – Reconstitution de la pyramide 7 du groupe A de La Lagunita.

24A l’heure actuelle :

25– la structure 5, au sud de la Place, est la moins abîmée. Haute de plus de 9 m., elle présente la particularité d’avoir un patio rectangulaire accolé à sa face ouest. On a supposé que ce patio est un court de jeu de balle fermé. Notre tranchée transversale au centre n’a fourni aucune preuve décisive à cet égard. Deux petits escaliers mènent à la cour : l’un au nord, l’autre au sud-est.

26Une grande tombe datant du Classique ancien, au pied nord de la pyramide, a été pillée et détruite.

27– la structure 6, la plus haute (près de 10 m.) a été entamée par une grande excavation sur sa face est, atteignant le sommet. Là encore une tombe importante, du Classique ancien si l’on en juge par les débris de poteries décorées que nous y avons trouvés à 2 m. de profondeur, a certainement été ouverte. Deux sculptures (les Nos. 11 et 13) avaient été réenterrées à cet endroit par les amateurs.

28La structure 6 a fourni au total 4 stèles et 2 zoomorphes ; il serait intéressant de vérifier si elle contient ou non un sarcophage. Nous penchons pour la négative : la présence de tombes à sarcophage serait liée à l’existence d’une avancée vers le centre de la Place.

29– la structure 7, la mieux étudiée par nous en 1977, n’a cependant pas été entièrement fouillée. Elle sera décrite plus loin.

30– la structure 10, au nord de la Place, est la plus détériorée. Elle a été pratiquement coupée en quatre par des tranchées perpendiculaires. Nous pensons fouiller la face sud, mais le reste du monticule sera laissé dans son état actuel pour montrer au visiteur les dégâts irréparables que peuvent provoquer des fouilles désordonnées.

31Au nord-est de l’ensemble central, entre la pyramide 7 et le barranco, on aperçoit les traces de deux petites structures, 8 et 9, qui ont été totalement saccagées ; au centre de 8, ce qui pourrait être le vestige d’une tombe voûtée. La structure 9 a livré un morceau de statue en ronde bosse (No. 17) et plusieurs poteries intactes du type “Plombé” (Plumbate) provenant d’une tombe ou d’une cache de la période postclassique ancienne.

32c) – Enfin la partie nord du groupe A comprend deux structures, 11 et 12, hautes de 5m. et reliées par une sorte de pont ; une cour isolée entre ces structures et le barranco est occupée par deux plateformes d’habitations, 13 et 14.

33Les énormes monticules 11 et 12 sont entièrement artificiels ; ils ont été construits en plusieurs étapes, trois pour la structure 11, deux semble-t-il pour la structure 12. La première soutient seulement deux plateformes basses allongées qui se font face ; elles devaient être destinées à des résidences nobles. Nous avons trouvé au centre un foyer et un encensoir.

34Le “pont” reliant 11 et 12 est en fait un escalier quadruple, unique accès à ces deux structures et à la cour des résidences 13-14.

35La structure 12 frappe dès l’abord par son caractère inhabituel. Cette vaste terrasse – 50 m. de long sur 25 de large – est surélevée sur deux côtés, au sud et à l’est, mais ouverte sur les deux autres vers la vallée, ce qui exclut son utilisation comme court de jeu de balle. La fouille partielle de la terrasse allait nous en donner l’explication en mettant au jour l’allée centrale, les murs latéraux fortement inclinés et les murs du fond verticaux d’un grand jeu de balle parfaitement conservé, qui avait été désaffecté et recouvert d’une couche de terre de 2 m. d’épaisseur. On y descendait par un unique escalier étroit sur la face est. Dans le remblai de cette vaste fosse rectangulaire, il y avait au centre une boule de tuf taillé de 28 cm. de diamètre, puis plusieurs galets roulés également en forme de boules, et deux poteries ; à l’ouest, un fragment de stèle décoré (No. 18). Ces boules de pierre sont évidemment trop lourdes pour avoir servi au jeu : au même titre que les “haches” et les “jougs”, elles doivent être considérées comme des représentations en pierre d’objets plus légers équipant les joueurs. L’association directe de ces boules avec le jeu de balle est un fait rarement noté à ma connaissance.

36En atteignant le sol du court, d’ailleurs à peine discernable, notre sondage a mis au jour, exactement au centre, une dalle de schiste carrée de 77 cm. de côté qui ne peut être que le marqueur central. Nous n’avons pas trouvé d’autre marqueur, mais ils faudrait vider complètement la fosse de son remplissage, ce que nous avons prévu si le site est un jour restauré.

37A signaler encore, dans la pente descendant vers le río Lililla, une petite terrasse naturelle qui supportait plusieurs plateformes d’habitation. L’espace est exigu et le nombre de familles vivant là, sans doute pour le service des dirigeants du centre cérémoniel, ne devait guère dépasser trois ou quatre. Autour du groupe A en général, seule la face est, de pente moins forte, se prête à l’installation de maisons, et ce fut le cas en effet. Par contre le plateau lui-même ne livre que peu de tessons et il est certain que l’ensemble du groupe A était purement cérémoniel, les habitations communes, peu nombreuses d’ailleurs, étant reléguées à l’écart sur les pentes nord et est.

38Quant aux zones d’habitat proprement dites, qui se signalent par l’abondance des vestiges céramiques et lithiques (pierres à moudre, obsidienne...), les deux principales se trouvaient sur les pianos nettement séparés des deux centres cérémoniels, l’une au sud-est du groupe A, l’autre au sud du groupe B. Cette dernière avait sa petite construction cérémonielle, face à une plateforme basse qui devait être la résidence d’un cacique de rang inférieur.

39Au total, l’isolement des centres cérémoniels A et B – le premier surtout – par rapport aux zones résidentielles, facilité et renforcé ici par un relief naturellement accidenté, marque une forte centralisation des pouvoirs religieux et sans doute politique durant la période du Classique ancien. C’est une caractéristique importante de La Lagunita, qui l’oppose aussi bien à Los Cerritos – Chijoj, site un peu plus tardif proche de Canilla, qu’à Pueblo Viejo-Chichaj, un site de la région montagneuse au sud du même village, qui est, lui, protohistorique.

FIG. 3 – Plan du groupe A et localisation des sculptures

FIG. 3 – Plan du groupe A et localisation des sculptures

Notes

3 Nous avons trouvé dans les réserves du Museo Nacional de Arqueología y Etnología deux fragments de stèles portant la mention : El Quiché. La Lagunita, Gr. A. Peut-être s’agit-il de sculptures trouvées par L. Smith en 1949 et qu’il aurait oublié de mentionner dans son ouvrage ? Nous les avons classées comme douteuses et numérotées LL-22 et 23. (voir plus loin).

Table des illustrations

Légende FIG. 1 – Carte des routes et sites archéologiques du Guatemala central.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7443/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende FIG. 2 – Reconstitution de la pyramide 7 du groupe A de La Lagunita.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7443/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre FIG. 3 – Plan du groupe A et localisation des sculptures
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7443/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search