Version classiqueVersion mobile

Les Sculptures de La Lagunita

 | 
Alain Ichon

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 Grâce aux crédits accordés par le Centre National de la Recherche Scientifique et la Commission des (...)

1 La Mission Scientifique Française au Guatemala (Recherche Coopérative sur Programme No. 294) a travaillé à deux reprises sur le site de La Lagunita, en janvier-février 1973, puis de novembre 1976 à avril 19771. Il est prévu que deux autres campagnes de fouilles – en 1978 et 1979 – seront consacrées à ce site, qui s’est révélé être l’un des plus importants de cette région de l’altiplano. Aussi une publication sur La Lagunita pourrait-elle paraître prématurée dans l’état actuel de l’avancement des recherches.

2En réalité nous n’avons pas voulu faire ici un compte-rendu préliminaire de nos travaux. Parmi les découvertes faites à La Lagunita figurent quatre sarcophages et environ vingt fragments de stèles ou de statues, sculptés dans le tuf. Or l’expérience nous a prouvé qu’il était important de faire très vite, pour ce type de matériel, un inventaire descriptif précisant l’histoire de chaque sculpture et sa destination ultime. Cette expérience, je l’ai faite en 1974 avec Jacques Cassier, alors attaché commercial auprès de l’Ambassade de France au Guatemala, lorsque nous avons tenté d’établir un catalogue complet des monuments provenant d’Abaj Takalik, ce site du versant pacifique très riche en monuments de pierre qui devait faire l’objet par la suite d’un programme de recherches de l’Université de Berkeley. Indépendamment des monuments que leur volume et leur poids impose de laisser in situ, nous nous sommes aperçus qu’il était extrêmement difficile de suivre “à la trace” ceux qui ont été transportés après leur découverte (qu’ils fussent dirigés vers le Musée de la capitale ou déplacés au gré du propriétaire de la finca) et que, une fois hors de leur contexte, il devenait quasi impossible de connaître leur origine exacte et les conditions de leur déplacement.

3C’est pourquoi, et compte tenu du nombre relativement important des sculptures découvertes à La Lagunita depuis 1972, nous avons décidé de publier le présent ouvrage sans attendre la fin des fouilles, qui apporteront sans nul doute des données complémentaires sur ce sujet. En quatre ans en effet, le sort de ces sculptures a été assez divers : si la plupart ont pu être transportées par nos soins ou par ceux de l’Instituto de Antropología e Historia dans les réserves du Museo Nacional de Arqueología y Etnología de Guatemala, plusieurs parmi les plus importantes ont été laissées sur place (deux sarcophages, la stèle 16) ; deux, parmi les plus beaux fragments de stèles, ont été achetés par l’Asociación Tikal et sont actuellement dans les locaux de cette association, à Ciudad de Guatemala ; d’autres enfin – heureusement peu nombreuses – ont disparu depuis que nous avions noté leur présence en superficie, en janvier 1972, sans pouvoir hélas les mettre immédiatement à l’abri.

4La présente publication a un autre but : il est prévu de restaurer certaines structures de La Lagunita (la pyramide 7, le Jeu de Balle) et d’en faire une sorte de “musée vivant”, en laissant sur place dans la mesure du possible le matériel découvert et en aménageant le site de façon que le visiteur puisse avoir accès aux réalisations les plus spectaculaires des anciens bâtisseurs de La Lagunita (salle d’offrandes souterraine, tombe au sarcophage...) dans l’état exact où elles ont été mises au jour par les archéologues. Sans attendre l’exécution, toujours problématique, de ce projet, il faut constater que les visiteurs sont déjà nombreux à La Lagunita, comme ils le sont au site proche de Los Cerritos – Chijoj (municipio de Canilla), qui a été partiellement restauré en 1976. Il est souhaitable de mettre dès maintenant à leur disposition un ouvrage de format commode qui facilite la visite du site et suscite leur intérêt pour les richesses de leur patrimoine culturel, en leur faisant prendre conscience du problème urgent que représente la protection de ce patrimoine contre un pillage qui s’accélère dangereusement.

  • 2 Ont participé à ces travaux : le Pr. H. Lehmann, Directeur de la R.C.P. 294, Alain Ichon et Patrici (...)

5Aussi ai-je ajouté en introduction au catalogue des sculptures de La Lagunita une description relativement détaillée du site, spécialement du groupe A, des fouilles que nous y avons réalisées2 et des principaux résultats obtenus.

Notes

1 Grâce aux crédits accordés par le Centre National de la Recherche Scientifique et la Commission des Fouilles et Recherches Archéologiques du Ministère des Affaires Etrangères, Paris.

2 Ont participé à ces travaux : le Pr. H. Lehmann, Directeur de la R.C.P. 294, Alain Ichon et Patricia Carot, archéologues, Jean-Pierre Courau, topographe, Hector Pinto, inspecteur de l’Instituto de Antropología e Historia, Gilles Schmidt, ainsi que les étudiants en archéologie de l’Université de San Carlos de Guatemala : Zoila Rodriguez, Marco-Antonio Rosal, Juan-Antonio Valdès, Anaité Galeotti, Ildaura Giron, Emilio Calderon, Carlos Ericastilla, Dolorès Spillari.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/7438/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 356k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search